Vous êtes sur la page 1sur 10

La propagande à propos des "miracles mathématiques" ou "scientifiques" du Coran est foisonnante, sur

Internet ou ailleurs, qu'il me suffise de citer le nom du faux scientifique mais véritable escroc : le docteur
Maurice Bucaille (qui n'était pas docteur).

Avant de rentrer dans le "vif du sujet", et de parcourir un peu toute cette blogosphère nauséabonde,
j'aimerais livrer tout de suite mon avis global sur la question :

- il n'y a évidemment aucun miracle, ni dans le Coran, ni ailleurs...

- aucune découverte scientifique moderne (c'est à dire : datant du 17 ème siècle ou après) n'a été
anticipée dans le Coran, pour une raison bien simple : ces découvertes nécessitent l'appareillage
expérimental ET le cadre mathématique adéquat (comprenant au moins la géométrie algébrique
cartésienne et le calcul différentiel), qui tous deux n'ont été élaborés qu' à l'ère moderne, et en Europe.

- par contre il y a indiscutablement , dans le Coran, des combinaisons voulues de


lettres qui correspondent à ce que les propagandistes appellent pompeusement "miracle
numérique ou mathématique", ou "message numérique divin" : c'est à dire en fait des arrangements de
lettres et de mots ayant des valeurs numériques qui se répètent de manière remarquable et sont
destinés à '"impressionner les ignorants", en leur faisant croire que seul une
Intelligence infinie a pu combiner ces choses.

Or il est facile de voir que ces petits "jeux numériques", assez infantiles, n'ont rien de "divin" et
qu'ils sont à la portée de n'importe quel être humain disposant du temps nécessaire. Ils ne
réclament aucune connaissance mathématique et n'ont d'ailleurs RIEN de mathématique ni
évidemment de scientifique. Le moderne "'sudoku", ou bien la construction de ce que l'on
appelle des "carrés magiques" (ou rectangles, ou étoiles, ou autres "figures" magiques) ,
nécessite beaucoup plus d'intelligence et de patience, car il faut que les totaux en ligne et en
colonne s'ajustent, alors que nous verrons qu'il n'y a pas ce genre de contrainte dans les puérils
arrangements numériques du Coran. Et d'ailleurs il existe maintenant une théorie mathématique
des carrés magiques, faisant appel à la notion de groupe (et sans doute aussi pour le sudoku, dont je ne
suis pas très expert).

En fait, l'origine humaine, qui est évidente, de ces combinaisons numériques, est
une preuve supplémentaire de l'origine juive "ébionite" du ou des auteurs du
Coran, ou au moins du Proto-Coran. Je pencherais pour le fait qu'ils aient été
plusieurs, car ces fanatiques vont toujours en groupe, et les "constructions
numériques" assez complexes ont sans doute été faites "en équipe", avec partage
des tâches.
D'ailleurs ceci n'est pas contradictoire avec ce que dit Joseph Bertuel : l'individu (le rabbin) qui a
"approché" Mahomet et lui a enseigné le monothéisme abrahamique était sans doute unique, disons
qu'il était le "chargé de relations publiques" du groupe de rabbins , du "collège invisible" comme ces
sortes de sectes aiment à se faire appeler.

C'est une preuve supplémentaire car les mêmes jeux numériques se retrouvent dans la Torah, sous la
forme des "Grandes lettres" (des lettres de format plus grand que le reste du texte, la Torah commence
par un grand "Beith", et il y a une grande lettre, un "VAV" si je me souviens bien, exactement au milieu
du texte du Lévitique), ou bien avec la kabbale des lettres et des nombres : chaque lettre hébraïque,
comme chaque lettre arabe, se voit attribuer un nombre, et l'on peut ainsi , par addition, doner une
valeur numérique aux mots, groupes de mots, constater que certains mots ou groupes de mots ont
même valeur , en tirer ou non des conclusions "métaphysiques" ; ces petits jeux sont assez infantiles et
n'ont évidemment aucune valeur intellectuelle, ils n'impressionnent que les gogos sans culture
mathématique ou scientifique...

des auteurs contemporains ont essayé de faire la même chose avec les textes grecs (ceux de l' Evangile
notamment) puisque chaque lettre grecque, comme c'est le cas pour bien des alphabets antiques,
possède une valeur numérique, mais cela ne donne rien, ou pas grand chose : il est patent que les quatre
Evangiles n'ont pas été composés avec le souci des arrangements numériques de lettres, ce qui est à
mon sens un argument EN LEUR FAVEUR : le SENS tout spirituel de l'EVANGILE est bien au dessus de ces
petits jeux puérils avec des chiffres et des lettres...

Alors quels sont ils, ces "miracles", ou plutôt ces arrangements combinés de toutes pièces de nombres,
du Coran ?

tout tourne autour du nombre 19 !

pourquoi 19 ? parce que c'est la valeur numérique du mot arabe "WAHID" qui veut
dire UN ! un rappel de l'unité de Dieu, et de l'un des 99 Noms Divins : AL-WAHID
(qui lui ne fait plus 19 mais 50) ! tout ça pour ça ? eh oui, il semble : tout ça pour ça ! cela ne vole pas
très haut, vraiment !

Voici des liens qui indiquent les valeurs numériques (dites valeurs abjadiques) des lettres arabes:

http://n.lapietra.free.fr/eveil2lame/Miracles/Mathematique_ValeursAbjadiques.htm
http://www.esoblogs.net/Al-Simiya-La-Magie-des-Lettres.html

mais comment être sûr et certain qu'il s'agit bien de la vraie valeur, voulue par Dieu (si l'on tombe dans
ce grossier panneau de Dieu jouant aux chiffres et aux lettres) ? il ne s'agit que d'une tradition humaine,
donc faillible !

et d'ailleurs, dans la Qabbalah hébraïque, certains auteurs se sont singularisés en proposant d'autres
systèmes de valeurs pour les lettres : ainsi Bardet et Dauge proposent de prendre pour chaque lettre son
rang dans l'alphabet (en allant donc de 1 à 22, ou de 1 à 27 si l'on prend en compte les formes "finales"
de cing lettres), et Raymond Abellio quant à lui propose un système entièrement nouveau en prenant
pour valeurs les 22 diviseurs du nombre 360 en partant de 3 (sans compter 1 et 2 donc).

Les deux systèmes donnent des résultats, eux aussi : mais entièrement différents évidemment de ceux
obtenus avec le système "classique" ! alors lequel est le bon ? ou bien sont ils tous bons, chacun dans
son domaine, comme l'assurent les auteurs cités ? mais gare alors à l'inflation de données et de
"miracles" !

Le système Bardet pourrait être adapté aux lettres arabes, mais pas celui d'Abellio, qui ne marche que
pour 22 lettres. Mais on pourrait songer à d'autres systèmes, par exmple prendre les 22, ou 28, nombres
débutant la série des nombres premiers, ou bien d'autres systèmes encore plus compliqués et faisant
appel à des notions mathématiques bien plus élaborées, pour le coup, propres à impressionner encore
plus les ignorants : j'ai ainsi pensé, à la suite de la lecture des travaux de l'auteur bien connu en
"occultisme" et se faisant appeler Dom Neroman, à étudier le domaine de ce qu'il appelle les "roues
magiques" , et qui correspond en mathématiques aux groupes multiplicatifs des corps premiers Fp (il y
en a un pour chaque nombre premier); la notion de "racine primitive" ("primitive root") joue alors un
rôle important, et il faudrait trouver un nombre premier ayant exactement 22 racines primitives (pour
l'hébreu) ou 28 (pour l'arabe).

Avis à ceux qui veulent se faire de l'argent facilement, car il y a de la demande en ce domaine de la
littérature "ésotérique"...

d'autres liens portant sur les "miracles mathématiques du Coran" : j'ai moi même glané et réuni des
informations sur le Web ici : http://mathesisvscoran.blogg.org/

Passons aux choses sérieuses (c'est à dire aux grands délires) : ce lien est une source inépuisable de fou
rire :

http://www.submission.org/french/sommaire_miracle.htm

notamment le chapitre sur les "très longs nombres" : là , la longueur des nombres en question est au
delà des calculs possibles à l'époque du Coran, et l'on se trouve donc soit face à des coîncidences, soit
face à des méthodes de construction donnant toujours des multiples de 19 (c'est tout à fait possible)
soit, plus simplement, à des faux grossiers : il faudrait vérifier que ces nombres sont bien divisibles par
19, et pour cela disposer d'ordinateurs spéciaux.

Aller sur le sommaire général : http://www.submission.org/french/

Là, un clic sur "De croire à savoir les miracles mathématiques coraniques et le Message du Pacte" vous
permet de lire en format Word le livre : "De croire à savoir" de Elarbi Bouqdib, où l'on trouve de
nombreuses données. Le titre est évidemment une mauvaise plaisanterie : ce livre n'apporte aucun
savoir sur les nombres en tout cas, ce qui est du ressort de la théorie mathématique connue comme
théorie des nombres, et qui est l'oeuvre des mathématiciens européens, comme Fermat.

Le livre "Décryptage scientifique du Coran" de Nicolas Lapietra peut être téléchargé ici :

http://n.lapietra.free.fr/eveil2lame/Telechargements/TelechargementLivre.htm

en format pdf, de 512 pages.

On y retrouve, page 213 à 220, les 22 "grands nombres"....comme je l'ai dit plus haut, nous serions idiots
de gaspiller la plus petite seconde à propos de résultats qui sont invérifiables sans l'équipement adéquat
(mais que l'on ne me demande pas de croire sur parole ces menteurs pathologiques que sont les
propagandistes islamiques).

Mais voici quand même un petit détail qui porte à émettre de sérieux doutes sur toute la méthode :
prenez tous les grands nombres qui dans leur construction font intervenir le nombre total de versets du
Coran, qui est ici annoncé comme valant 6234. font appel à cette donnée les grands nombres numéro 8,
et 11 à 14.
Le seul ennui est que d'autres sources donnent un autre nombre total de versets pour le coran, et les
variations peuvent être importantes selon les façon de recenser et de "répartir" les lettres :

http://www.blogg.org/blog-78970-billet-1073999.html

"Nombre de versets: selon les Mecquois: 6219 versets

selon les gens de koufa: 6236 versets

selon les gens de bassra: 6204 versets

selon les gens du cham : 6226 versets

Ce désaccord est dû à leur divergence dans la coupure des versets lors de la lecture

● Nombre de mots : 77439 mots

● Nombre de lettres : 340740 lettres"

le nombre 6234 pourrait à la rigueur être dérivé de 6236 en enlevant deux versets "frauduleux", comme
expliqué dans le livre... par contre c'est incompatible avec les nombres des mecquois, des gens de bassra
ou de Cham...

qui croire ??

Autre exemple où la fraude et l'imposture musulmane est évidente : le 10 ème grand nombre (page 215
du livre de Lapietra)
la terminologie est ambigüe et floue, ce qui est le signe d'une escroquerie intentionnelle : ce Nicolas
Lapietra est un véritable gangster !

"Collons les numéros de versets pour chaque sourate" : cela veut dire qu'il fait la somme des numéros, il
aurait très bien pu le dire clairement; exemple : la première sourate a 7 versets, donc il fait la somme des
nombres de 1 à 7, qui par la formule bien connue Sn = n*(n+1) /2 donne : 1+2+...+7 = 28

pour la seconde sourate cela donne bien 286 * 287 /2 = 41041.

Puis la somme totale de numéros de versets est annoncée comme étant égale à 333410 ! (ce qui est
douteux au vu du nombre des sourates dépassant 100 versets)

mais alors pourquoi devient elle 33410 au 12 ème grand nombre, quelques lignes plus bas ???

et au 8 ème grand nombre, page précédente 214, il devient 333140 !!!

tout cela n'est pas sérieux !

Le même Lapietra a fait un site tout à fait virulent "Eveil de l'âme" : http://www.eveil-de-l-ame.net/ (où
l'obscurantisme et l'idolâtrie sautent aux yeux dès l'entrée, puisque la vie y est décrite comme "épreuve"
menant soit aux délices soit au supplice cruel)

Enfin, last but not least, vient le livre "Science pour l'heure : le Soleil se lève à l'Occident" du
"mathématicien" Farid Gabteni, qui peut être téléchargé sur le site de Lapietra
(http://n.lapietra.free.fr/eveil2lame/Telechargements/TelechargementLivre.htm)

soit sur le site CIRS Centre international de recherche scientifique (qui n'a rien de scientifique, à part la
liste des journaux mathématiques qu'il donne pour faire bonne mesure, mais qui n'ont rien de commun
avec lui):

http://www.cirs-tm.org/indexfrench.htm
Cliquer sur "Livres" pour accéder au livre de Farid Gabteni ....qui a au moins le "mérite" de ne pas faire
appel, ou très peu, aux valeurs numériques "abjadiques" des lettres , et de se contenter de compter les
lettres, les mots, les sourates, ce qui permet de vérifier facilement les résultats annoncés.

Alors où est il, ce nombre 19 ? partout ! mais soulignons quand même que le mot UN (WAHID) ne
renvoie à 19 que pour la langue arabe ; pour l'hébreu, ce serait 13 (EHAD) ! que penser du caractère
prétendûment "mathématique" de résultats qui dépendent du langage employé ?

Il faut assurément en penser du mal : la récurrence fréquente du nombre 19 indique


assurément une "volonté", mais qui n'a rien à voir avec une volonté "divine" ou
même "surnaturelle"; tout cela est à la portée d'un groupe d'humains, et même
d'un seul être humain, même sans calculatrice!

Passons en revue quelques résultats de Gabteni , pour nous assurer que tout cela
ne "casse pas des briques".

La basmala (les quatre premiers mots du Coran : "bismi'llah al-rahman al-rahim")


a 19 lettres ! bien ! c'est noté !
par contre j'ai fait la somme des valeurs numériques de ces lettres , cela ne donne pas un
multiple de 19 ! dommage ! sinon d'ailleurs Gabteni l'aurait claironné comme un grand miracle !

J'ai ainsi fait un nombre de tests similaires : chaque fois qu'il ne dit rien à propos
d'un calcul qui vient tout de suite à l'idée, c'est que cela ne donne pas un multiple
de 19...cela ne colle pas avec le "Grand Message" !

La première sourate où la basmala n'apparait pas en début de sourate, et la seule


de tout le Coran dans ce cas, est la sourate 9.

commentaire de Gabteni : chaque fois que le nombre 9 ("neuf") apparait dans le coran, cela annonce du
neuf...

je préfère ne rien dire ! vu que la langue arabe n'a rien à voir avec la française !
une autre sourate se distingue en rapport avec la basmala, c'est la sourate 27 des
Fourmis, où la basmala apparait dans le texte, au verset 30 : c'est la seule où ce
soit le cas !

Or entre la sourate 9 et la sourate 27 il y a 19 sourates (en comptant les deux sourates 9 et 27) !

Cela ne me parait pas difficile de disposer les sourates de façon à ce qu'il en soit
ainsi.

De même avec la sourate 96, "Le lien", que nous avons commentée ici (elle est la première sourate dans
l'ordre chronologique) : elle compte 19 versets ! et alors ? ces gens là savaient compter jusqu'à 19, où est
le miracle ? et entre elle et la dernière du coran, il y a 19 sourates ...là encore ce n'est pas bien difficile de
disposer les sourates de façon à ce qu'il en soit ainsi !

Mais ça se complique : nous avons parlé du verset 30 de la sourate 27, eh bien il y a aussi trente
nombres différents qui apparaissent dans le texte du Coran.

Le rapport semble assez lâche, entre ce trente et le numéro 30 du verset !

Dans l'ordre de la vulgate, le nombre 19 est le dernier à apparaitre, au verset 30 de la sourate 74 qui dit :
"sur elle dix neuf".

mais dans l'ordre de la révélation, ou ordre chronologique, il est le premier à apparaitre, puisque cette
sourate devient alors la sourate numéro 4.

Autre fait : la somme des trente nombres différents qui sont cités dans le Coran est de 162146, soit 8534
multiplié par 19.

Résumons la problématique : il n'est pas certain que tous les faits que nous venons d'énumérer soient
tous intentionnels, mais même s'ils le sont, il n'y a rien là de difficile à organiser pour un homme muni de
patience !
et ce diagnostic reste vrai si nous ajoutons les deux faits suivants, signalés par Gabtni :

-du verset 30 de la sourate 27 au verset 30 de la sourate 74 on compte 2337 versets, ce qui est un
multiple de 19 : 2337 = 123 * 19

- si l'on dispose 27 au dessus de 74, les deux nombres peuvent se lire aussi bien dans le sens horizontal
que vertical :

27

74

Nous pourrions continuer encore longtemps à aligner ainsi des occurrences de fait du nombre 19; mais
ce qui semble évident , c'est que cela n'est pas bien difficile à mettre en oeuvre : un fait en appelle un
autre, par exemple , même dans le cas le plus difficile, si nous voulons que le nombre de versets entre le
verset 30 de la sourate 27 et celui de la sourate 74 soit un multiple de 19, il nous suffit de compter
patiemment jusqu'à 2337, cela est tout à fait du domaine du concevable.

Là où cela deviendrait vraiment difficile, c'est dans le cas où nous devrions tenir compte de contraintes
annexes, comme dans les mots croisés ou au sudoku.

Mais ce n'est absolument pas le cas ici, puisque nous sommes libres d'élaborer à notre guise les
occurrences de 19 que nous voulons voir se produire.

ainsi par exemple, si nous avions voulu renoncer à cette contrainte de 2337 versets, nous aurions pu le
faire sans que cela nuise à l'impression d'ensemble...

Je considère donc que le diagnostic d'ensemble est certain : les nombreuses


appparitions du nombre 19 et de ses multiples ont été voulues, et cela n'est pas
difficile à réaliser...en aucun cas cela ne nécessite d'être un "Dieu".
Bien au contraire : la conception de "Dieu" comme un calculateur de génie, Tout puissant, qui sous-tend
les travaux de Gabteni comme ceux des autres, cette conception est profondément idolâtre et
anthropomorphique.

Là encore nous avons la confirmation d'un fait que nous avons maintes fois observé sur ce blog :

l'Islam, de quelque façon qu'on le prenne, est le comble de l'athéisme !

Vous aimerez peut-être aussi