Vous êtes sur la page 1sur 3

NB: Quasiment toutes les affirmations de cet article renvoient vers l'ouvrage "Le concept géologique des

montagnes dans le Coran" ("The Geological Concept of Mountains in the Quran") du Professeur El
Naggar. La carrière de ce chercheur musulman est basée sur l'étude de la biostratification, rien à voir
avec le rôle des montagnes. Son livre a pour but d'inventer des "preuves" afin de convaincre que le
Coran est la parole de Dieu. Mais il contredit l'opinion d'autres géologues, notamment en ce qui
concerne le rôle stabilisateur des montagnes.

Les versets dont il est question sont les suivants:

Sourate 78:6-7: "N'avons-Nous pas fait de la terre une couche? Et placé les montagnes comme des
piquets?"

Sourate 21:30: "Et Nous avons assigné des montagnes à la terre, parce qu'elle aurait bougé, et les gens
avec."

Sourate 16:15 : "Et Il a implanté des montagnes immobiles dans la terre afin qu'elle ne branle pas en
vous emportant avec elle..."

Ces versets contiendraient deux miracles selon les apologistes de l'islam. Premièrement, ils nous
apprendraient que les montagnes ont pour fonction de stabiliser la croûte terrestre (leur présence
réduirait l'intensité des tremblements de terre, et/ou limiteraient la vitesse de déplacement des plaques
tectoniques: le caractère vague de ces versets conduit à plusieurs interprétations possibles). Cela aurait
été confirmé par la science moderne récemment, donc bien après Mohammed. Deuxièmement, le Coran
nous apprendrait que les montagnes possèdent une racine qui s'enfonce dans le manteau, ce que
Mohammed ne pouvait pas savoir, puisque cette découverte est elle aussi récente; la description
coranique des montagnes "plantées" (voire "jetées") "comme des piquets" serait une preuve que le
Coran mentionne les racines des montagnes.

En ce qui concerne la stabilisation de la croûte terrestre: aux pages 180-182 de son livre, le Dr Bucaille
consacre une section au « relief terrestre ». Il y commente ainsi les versets coraniques décrivant les
montagnes :
« Les géologues modernes décrivent des plissements du sol, faisant prendre assise aux reliefs, et qui ont
des dimensions variables allant jusqu'au kilomètre ou même à la dizaine de kilomètres. De ce
phénomène de plissement résulte une stabilité de l'écorce terrestre. »

Interrogé sur ces propos, le Dr David A. Young (professeur de géologie au Calvin College, Grand Rapides,
Michigan) a répondu:

« S'il est bien vrai que de nombreuses chaînes de montagnes sont constituées de plissements rocheux
(et effectivement les plissements peuvent atteindre de grandes largeurs), il n'est pas vrai de dire que les
plissements rendent la croûte terrestre stable. L'existence même des plissements est la preuve de
l'instabilité de la croûte terrestre »

En fait, l'affirmation que les montagnes stabiliseraient la croûte terrestre n'a aucun fondement
scientifique. Certes, au niveau des montagnes, la croûte terrestre est plus épaisse et s'enfonce plus dans
le manteau qu'au niveau d'une plaine, ou d'un océan (isostasie). Ce phénomène ne concerne pas que les
montagnes. La croûte terrestre a sa propre isostasie, pour laquelle la contribution des montagnes seules
est négligeable. La croûte terrestre est stabilisée par sa propre isostasie, pas par celle des montagnes. En
ce qui concerne les plaques continentales, les cratons joue un grand rôle. Les cratons sont des parties de
la croûte continentale qui ont survécu à la fusion et à la séparation des continents depuis au moins 500
millions d'années. Ils sont caractérisés par une épaisse croûte continentale, et ont même des racines
atteignant des profondeurs de 200 à 300 km dans le manteau (donc bien plus que les montagnes). Leur
extension horizontale est aussi bien plus grande que celle des chaînes de montagne. Ils ne coïncident pas
avec les zones de montagnes, au contraire, ils se situent dans des régions stables de la croûte
continentale (loin des rencontres entre plusieurs plaques).

Les montagnes réduisent-elles la vitesse de déplacement des plaques terrestres? Non, en revanche la
rencontre d'une plaque avec une autre joue légèrement sur cette vitesse, le fait qu'une montagne se
trouve à cet endroit a un effet négligeable. Les plus grandes chaînes de montagne sont d'ailleurs le
résultat de cette rencontre. Notons que les versets font plutôt allusion à des échelles de temps humaines
que géologique: le déplacement des plaques géologiques n'est pas perceptible par l'Homme. Or les
versets disent: "afin qu'elle ne branle pas afin de vous emporter avec elle". Ces versets seraient donc
plutôt une allusion aux tremblements de terre. Les montagnes en réduiraient l'intensité, selon certaines
interprétations. Or dans la réalité, rien n'indique que ce soit le cas. La plupart des séismes ont lieu dans
les régions montagneuses ou à proximité de celles-ci (car elles correspondent à la rencontre de plusieurs
plaques). La présence des montagnes ne bloque pas les ondes sismiques.

En ce qui concerne les racines des montagnes: les apologistes de l'islam ont interprété une description
coranique dans le but de la faire correspondre avec les résultats de la science moderne. Le Coran ne
parle pas de racines de montagne, mais de "piquets plantés (voire jetés) dans la terre", ce qui est
différent. Un piquet planté est un corps étranger à la terre, enfoncé dans celle-ci. Alors que les
montagnes sont le résultat du plissement de la croûte terrestre elle-même.

Par ailleurs, les apologistes de l'islam avancent que puisque les racines des montagnes n'étant pas
observables, les peuples antiques en ignoraient l'existence, si bien que Mohammed, qui d'après leur
interprétation les mentionne, a forcément reçu cette description des montagnes d'une source divine. En
fait, il est faux de dire que les anciens peuples n'avaient aucune idée de l'existence des racines des
montagnes. Par exemple, les anciens Hébreux (des siècles avant Mohammed) semblent s'être représenté
les montagnes comme se prolongeant dans le sol (ou du moins, ils étaient tout-à-fait en mesure de
rédiger une telle description). Dans la Bible, Jonas 2:6 (ou 2:7 suivant les traductions), on peut lire:

Je suis descendu jusqu'aux racines des montagnes, Les barres de la terre m'enfermaient pour toujours;
Mais tu m'as fait remonter vivant de la fosse, Éternel, mon Dieu!

Conclusion: les descriptions coraniques des montagnes ne contiennent aucune vérité scientifique
inconnue du temps des Arabes du VIème ou VIIème siècle. Les versets correspondants posent plus de
problèmes que le contraire. Pour y voir des miracles, il faut vraiment le vouloir à tout prix.

Vous aimerez peut-être aussi