Vous êtes sur la page 1sur 7

Exploitation élastique et plastique des sections

I-Exploitation des sections et phénomènes d’instabilités :


En général l’exploitation des matériaux de construction est faite dans le domaine
élastique, en écartant les risque d’instabilités qui peuvent nuire la sécurité structurelle tel
que le flambement ou le déversement. Sachant que le CCM97 et Eurocode III offre la
possibilité de dimensionner les éléments métallique en plasticité aussi bien en élasticité
seulement il faut connaitre les caractéristiques mécanique plastique de la section
transversale afin d’écarter tout phénomène d’instabilité.
II- Exploitation élastique de la section :
L’exploitation du matériau se fait jusqu’à sa limite élastique, soit :
𝑆𝑑 ≤ 𝑅𝑒𝑙
𝑆𝑑 ∶ 𝑠𝑜𝑙𝑙𝑖𝑐𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙
𝑅𝑒𝑙 ∶ 𝑅é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 é𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒
La résistance élastique est calculée avec 𝛾𝑀0 (pas de risque d’instabilité)
II.1 Cas d’effort normal :
𝑁𝑠𝑑 𝑓𝑦
𝜎= ≤ 𝜎𝑅𝑑 Avec 𝜎𝑅𝑑 = 𝜎𝑒 = 𝛾
𝐴 𝑀0

𝑁𝑠𝑑 : Effort normal sollicitant


𝐴: Section de l’élément.

𝜎𝑅𝑑 : La contrainte normale de résistance

1
II.2 cas de flexion :
𝑀𝑠𝑑 𝑓𝑦
𝜎= ∙ 𝑍 ≤ 𝜎𝑅𝑑 Avec 𝜎𝑅𝑑 = 𝜎𝑒 = 𝛾
𝐼𝑦 𝑀0

𝑀𝑠𝑑 : Moment fléchissant sollicitant


𝐼𝑦 : Le module d’inertie
𝑓𝑦
𝜎𝑅𝑑 : La contrainte normale de résistance égale 𝜎𝑒 = 𝛾
𝑀0

La distribution des contraintes est linéairement croissante à partir de l’axe neutre.le moment
élastique maximum « résistant »est obtenu dans les fibres extremes (à 𝑍𝑚𝑎𝑥 )
𝑓
𝑀𝑒𝑙,𝑅𝑑 = 𝑊𝑒𝑙 ∙ 𝜎𝑒 = 𝑊𝑒𝑙 ∙ ( 𝑦⁄𝛾 )
𝑀0
𝐼
𝑊𝑒𝑙 : Le module de résistance élastique ; 𝑊𝑒𝑙 = 𝑉

𝑉 : la distance entre l’axe neutre et la fibre la plus éloignée𝑉 = 𝑍𝑚𝑎𝑥 .


II.3 cas de la flexion composée avec un effort de compression
L’exploitation élastique d’un élément sollicité à la flexion composée est donnée par la
relation suivante :
𝑁𝑠𝑑 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑍 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑦
𝜎(𝑦, 𝑧) = [ ]+[ ]+[ ]
𝐴 𝐼𝑦 𝐼𝑧

Dans ce cas, il faut que les valeurs maximales des contraintes sollicitant ne dépassent pas la
valeur de la résistance limite de l’acier utilisé.
𝑓𝑦
D’où : 𝜎𝑚𝑎𝑥 (𝑦, 𝑧) ≤ 𝜎𝑒 = 𝛾
𝑀0

Pour des valeurs extrêmes de 𝑦𝑚𝑎𝑥 et 𝑧𝑚𝑎𝑥 , On obtient :

2
𝑁𝑠𝑑 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑍 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑦
𝜎(𝑦, 𝑧) = [ ]+[ ]+[ ]≤1
𝑓𝑦 𝑓𝑦 𝐼𝑦 𝑓𝑦 𝐼𝑧
𝐴×𝛾
𝑀0 𝛾 ×𝑧 𝑀0 𝛾 ×𝑦
𝑚𝑎𝑥 𝑀0 𝑚𝑎𝑥
𝐼𝑦 𝐼𝑧
Sachant que les modules de flexion 𝑊𝑒𝑙,𝑦 = 𝑧 et 𝑊𝑒𝑙,𝑧 = 𝑦
𝑚𝑎𝑥 𝑚𝑎𝑥

𝑁𝑠𝑑 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑍 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑦


𝜎(𝑦, 𝑧) = [ ]+[ ]+[ ]≤1
𝑓𝑦 𝑓𝑦 𝑓𝑦
𝐴×𝛾
𝑀0 𝛾 × 𝑊𝑒𝑙,𝑦
𝑀0 𝛾 × 𝑊𝑒𝑙,𝑧 𝑀0

Ainsi, le critère limite de l’exploitation élastique de la section devient :

𝑁𝑠𝑑 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑍 𝑀𝑦,𝑠𝑑 ∙ 𝑦


𝜎(𝑦, 𝑧) = [ ]+[ ]+[ ]≤1
𝑁𝑝𝑙,𝑅𝑑 𝑀𝑒𝑙,𝑦,𝑅𝑑 𝑀𝑒𝑙,𝑧,𝑅𝑑

III. Exploitation plastique de la section :


Dans la présente situation, l’exploitation du matériau passe de domaine élastique au domaine
plastique lorsque les contraintes dans les fibres extrêmes atteint la limité élastique (𝑦𝑚𝑎𝑥 et
𝑍𝑚𝑎𝑥 ) avec une augmentation de la déformation sans l’augmentation de la résistance
𝑓
(𝜎𝑝𝑙 = 𝜎𝑒𝑙 = 𝑦⁄𝛾𝑀0)

La vérification s’écrit : 𝑆𝑑 ≤ 𝑅𝑝𝑙

𝑆𝑑 : la sollicitation de calcul (extérieur)

𝑅𝑝𝑙 : la résistance plastique de la section.

La résistance plastique est calculée avec 𝛾𝑀0 (pas de risque d’instabilité)

III.1 cas d’effort normal


𝑁𝑠𝑑 𝑓𝑦
σ= ≤ 𝜎𝑅𝑑 Avec 𝜎𝑅𝑑 = 𝜎𝑝𝑙 = 𝜎𝑒 = 𝛾
𝐴 𝑀0

𝑁𝑠𝑑 : Effort normal sollicitant


𝐴: Section de l’élément
𝜎𝑅𝑑 :la contrainte normale de résistance.
3
Sous un effort de traction la contrainte de résistance de l’acier peut atteindre sa valeur
ultime de rupture𝑓𝑢 , puisque aucune instabilité de forme ne se manifeste dans les élements
tendus (En présencede trous, pour la section critique nette 𝐴𝑛𝑒𝑡 le CCM97 accepte une
sollicitation allant j’jusqu’à 90% de la résistance ultime 𝑓𝑢 )

𝑁𝑠𝑑 0.90∗𝑓𝑢
En traction ultime σ = ≤ 𝜎𝑅𝑑 avec 𝜎𝑅𝑑 = 𝜎𝑅 =
𝐴 𝛾𝑀2

-𝑓𝑢 : résistance ultime de l’acier à la traction et 𝛾𝑀2 = 1,25


III.2 cas de la flexion : soit une poutre chargée a mi travée par une charge ponctuelle, les
étapes de ruine de la poutre sont présentées par les figures suivantes :

4
Si l’hypothèse de Navier – Bernouli reste valable : une section plane avant déformation reste
plane après déformation, les contraintes dans la section a mi travée est présentée comme
suivant :

Au-delà de l’élasticité, l’augmentation de la sollicitation en gendre une plastification


progressive des fibres intérieurs j’jusqu’à l’axe neutre de la section.

Alors théoriquement toutes les fibres sont plastifié et le moment plastique que peut prendre la
section est égale :

𝑓
𝑀𝑝𝑙,𝑅𝑑 = ∫ 𝜎𝑒 ∙ 𝑍 ∙ 𝑑𝐴 = 𝜎𝑒 ∙ 𝑊𝑝𝑙 = ( 𝑦⁄𝛾𝑀0 )
𝐴

𝑊𝑝𝑙 : est le module de résistance plastique de la section

𝑏∙ℎ2
Pour une section rectangulaire : 𝑊𝑝𝑙 = 4

5
D’autre part on sait que :

𝑊𝑝𝑙 = ∫ 𝑍 ∙ 𝑑𝐴 = 2 ∙ 𝑀𝑠
𝐴

𝑀𝑠: Le moment statique des deux moitiés de la section rectangulaire.


𝑏 ∙ ℎ ℎ 𝑏 ∙ ℎ2
𝑊𝑝𝑙 = 2 ∙ 𝑀𝑠 = 2 ∙ ∙ =
2 4 4
Pour une section bi-symetrique en I (section homogène)
Le module de résistance plastique de la section s’écrit de la même manière :

𝑊𝑝𝑙 = ∫ 𝑍 ∙ 𝑑𝐴 = 2 ∙ 𝑀𝑠
𝐴

Ms : le moment statique des deux moitiés de la section du profils en I.


Si l’élément est fléchi autour d’y-y le module de résistance plastique est donnée par la relation
suivante :

ℎ − 𝑡𝑓 2 𝑡𝑤
𝑊𝑝𝑙,𝑦 = 2 ∙ 𝑀𝑠, 𝑦 = 2 ∙ ((𝑡𝑓 ∙ 𝑏) ∙ ( ) + (ℎ − 2 ∙ 𝑡𝑓 ) ∙ )
2 8

Si l’élément est fléchi autour d’z-z le module de résistance plastique est donné par la relation
suivante :

2
𝑏 𝑡𝑤
𝑊𝑝𝑙,𝑧 = 2 ∙ 𝑀𝑠, 𝑦 = 2 ∙ ((𝑡𝑓 ∙ 𝑏) ∙ ( ) + (ℎ − 2 ∙ 𝑡𝑓 ) ∙ )
4 8

Où : ℎ, 𝑏, 𝑡𝑓 , 𝑡𝑤 les caractéristiques géométriques de la section I

 La vérification des moments prend la forme suivante :


𝑀𝑠𝑑 ≤ 𝑀𝑅𝑑 Avec 𝑀𝑅𝑑 = 𝑀𝑝𝑙,𝑅𝑑 = 𝜎𝑒 ∙ 𝑊𝑝𝑙

𝑀𝑠𝑑 : Moment fléchissant sollicitant.


𝑊𝑝𝑙 : 𝐿𝑒 𝑚𝑜𝑑𝑢𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑟é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑝𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒

𝑀𝑅𝑑 : Le moment résistant


𝑀𝑝𝑙,𝑅𝑑 : Moment résistant plastique.

6
7