Vous êtes sur la page 1sur 3

L'embryologie dans le Coran

Cette étude n'aura pas pour but d'enregistrer les erreurs scientifiques que renferme le Coran sur
l'embryologie (d'autre l'ont déjà fait), mais plutôt de comprendre l'origine des connaissances incorrectes
sur l'embryologie contenues dans le Coran...

"Et très certainement, Nous avons créé l'homme d'un choix d'argile, puis Nous l'avons consigné, goutte
de sperme (nutfah), dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du sperme un caillot (`alaqa) ; puis du
caillot (`alaqa) Nous avons créé un morceau de chair (mudghah); puis du morceau de chair, Nous avons
créé des os ; puis Nous avons revêtu de chair les os. Ensuite Nous avons produit une toute autre
créature." Sourate 23:12

Ceci vous étonnera peut être, mais savez-vous que cette description du Coran sur le développement de
l'embryologie est étonnamment identique à celle établie par Claude Galien né en 131 après Jésus-Christ,
réputé pour être le plus grand médecin après Hippocrate :

"Mais reprenons à nouveau la description à la première formation de l'animal, et afin de rendre notre
description ordonnée et claire, divisons la création du fœtus en quatre périodes de temps. La première
est celle dans laquelle, comme nous le voyons dans les avortements et les dissections, la forme du
sperme (nutfah en arabe) a le dessus. A ce stade, même Hippocrate le merveilleux n'appelle pas la forme
de l'animal un fœtus, comme nous l'avons entendu dans le cas du sperme vidé au sixième jour, il
l'appelle toujours du sperme.

Mais quand il a été empli de sang (correspondant à alaqa en arabe), et que le cœur, le cerveau et le foie
sont toujours inarticulés et informes, mais ont dès lors une certaine solidarité et une taille respectable,
c'est la deuxième période ; la substance du fœtus a la forme de la chair et plus la forme du sperme. En
conséquence, vous verriez qu'Hippocrate n'appelle plus cette forme "sperme" mais, comme il a été dit,
"fœtus".

La troisième période suit lorsque, comme il a été dit, il est possible de voir les trois parties
principales clairement comme une sorte de détour, une silhouette en quelque sorte, de toutes les autres
parties (correspondant à mudghah en arabe). Vous verrez la conformation des trois parties principales
plus clairement, celle des parties de l'estomac plus faiblement, et bien plus, celle des membres. Plus tard
ils forment des "brindilles", comme le dit Hippocrate, indiquant par ce terme leur similarité avec des
branches.

La quatrième et dernière période est au stade où toutes les parties des membres ont été différentiées, et
à ce stade Hippocrate le merveilleux n'appelle plus le fœtus un embryon mais déjà un enfant ; ainsi
lorsqu'il dit qu'il tressaute et bouge comme un animal déjà entièrement formé…(correspondant à la
nouvelle création) Le temps est venu pour la nature d'articuler les organes précisément et d'amener
toutes les parties à la formation finale. Ainsi elle fait croître la chair sur et autour des os, et en même
temps… elle crée à l'extrémité des os des ligaments qui les lient les uns aux autres. Et sur toute leur
longueur elle place autour d'eux de fines membranes appelées périostéales sur lesquelles elle fait croître
la chair". Corpus Medicorum Graecorum: Galieni de Semine, section I:9:1-10 pp. 92-95, 101

Comparons désormais l'exposé de Galien avec la sourate 23.12, déjà évoquée :

"puis Nous l'avons consigné, goutte de sperme (nutfah), dans un reposoir sûr, puis Nous avons fait du
sperme un caillot de sang (alaqa) ; puis du caillot de sang (`alaqa) Nous avons créé un morceau de chair
(mudghah) ; puis du morceau de chair, Nous avons créé des os ; puis Nous avons revêtu de chair les os.
Ensuite Nous avons produit une toute autre créature."

La première étape correspond à [nutfah], l'arrivée du sperme; la deuxième étape, il a été empli de sang
correspond à [alaqa], le caillot de sang; la troisième étape "la forme de la chair" correspond à
[mudghah], le morceau de chair mâchée. La quatrième et étape finale, correspond à l'étape où tous les
organes ont été bien formés, et que le fœtus est en mouvement.

Si le lecteur a encore un doute au sujet du lien clair établit ici entre les étapes galéniques et coraniques,
nous pouvons préciser que ce sont les musulmans eux-mêmes, dont Ibn-Qayyim, qui ont repéré pour la
première fois les similitudes. Basim Musallam, directeur du centre des études du Moyen-Orient à
l'université de Cambridge conclut :

"les étapes du développement établies par le Coran et le Hadith pour les croyants étaient parfaitement
conformes au compte scientifique de Galien... Il n'y a aucun doute que la pensée médiévale a apprécié
cet accord entre le Coran et Galien, parce que la science arabe a utilisé les mêmes limites du Coran pour
décrire les étapes galéniques" B. Musallam (Cambridge, 1983) Sex and Society in Islam. p. 54

Si nous regardons ce que les Grecs antiques ont enseigné nous pouvons clairement voir que toutes les
autres références à l'embryologie dans le Coran et le Hadith sont également directement tirées des
Grecs. Par exemple, un hadith indique :

"en cas de fluide d'un mâle sur la substance de la femelle, l'enfant sera un mâle par le décret d'Allah, et
quand la substance de la femelle règne sur la substance contribuée par le mâle, un enfant féminin est
formé" Sahih Muslim
Ceci répète simplement la croyance fausse d'Hippocrate qui croyait que les hommes et les femmes
produisait du sperme male et femelle :

"...les partenaires contiennent de même le sperme masculin et femelle. Voici un point: si (a) le produit
des deux partenaires est un sperme plus fort alors, un mâle est le résultat, tandis que si (b) ils produisent
une forme faible, alors une femelle est le résultat. Mais si (c) un partenaire produit un genre de sperme,
et l'autre un autre alors le sexe résultant est déterminé par celui qui règne par la quantité. En supposant
que le sperme faible est beaucoup plus grand dans sa quantité que celle du sperme plus fort: alors le
sperme plus fort est accablé et, étant mélangé au faible, a comme conséquence une femelle. Si au
contraire le sperme fort est plus grand dans sa quantité que le faible, alors le faible est accablé, il a
comme conséquence un masculin." Hippocrate, pp. 320-1

Dans le Hadith, Mohammed indique également que la substance reproductrice des hommes est blanche
et des femmes jaune :

D'après Oumm Sulaym, J'interrogeai l'Envoyé d'Allah de ce que la femme doit faire si elle voit un songe
érotique, tout comme l'homme. "Si elle éjacule, répondit le Prophète, elle devra se laver". Eprouvant un
peu de honte, je demandai au Prophète: "Est-ce que la femme éjacule?". - "Oui, répliqua le Prophète,
sinon grâce à quoi son enfant lui ressemblerait-il ? Le liquide émis par l'homme (le sperme) est épais et
blanchâtre, tandis que celui de la femme est fluide et jaunâtre... Sahih Muslim

Indépendamment du fait que ce que dit Mohammed à propos de la reproduction est assez sot pour un
homme d'aujourd'hui qui a acquis la science sur la reproduction, ce que rapporte Mohammed sur le
liquide jaune et blanc ressemble infiniment au contenu blanc et jaune qui est trouvé à l'intérieur des
oeufs de poussin en phase de développement dont Aristote a été reconnu pour en avoir disséqué.

Vous aimerez peut-être aussi