Vous êtes sur la page 1sur 9

Les acteurs des relations internationales

Sur la scène internationale, il existe plusieurs acteurs. Durant plusieurs siècles,


l'État a été le seul acteur des relations internationales. Cependant, depuis
quelques décennies, d'autres acteurs se sont imposés. L’Etat est resté l'acteur
principal mais d’autres acteurs jouent aussi un rôle très important sur la scène
internationale.

I- L'Etat

Il existe plusieurs définitions de l'État. On peut retenir la définition de


Machiavel comme définition simple et générale. Machiavel avait défini l'État
comme étant « une organisation dotée de la capacité d'exercer et de contrôler
l'usage de la force sur un peuple déterminé et sur un territoire donné ».

1-les éléments constitutifs de l'État

1.a- Le territoire de l’ Etat :


Il s'agit du cadre spatial dans lequel est établie la collectivité humaine étatique et
qui est délimité par une frontière.
Le territoire désigne la terre ferme, le sous-sol, certains espaces maritimes, et
l'espace aérien qui est le prisme d'air existant au-dessus du territoire et en
dessous de la haute atmosphère.
La frontière de chaque Etat délimite l'espace réservé à la compétence étatique.

1
*Quelques remarques importantes concernant le territoire :

**Remarque 1 : En ce qui concerne la détermination des frontières , la règle


généralement consacrée est celle de l'intangibilité des frontières . En effet, afin
de permettre une certaine stabilité des Etats, notamment après un conflit, il a
fallu mettre en place une règle à respecter entre Etats voisins. Cette règle fut
dénommée « règle de l’intangibilité des frontières » ou encore «uti possidetis
juris » (vous posséderez ce que vous possédiez déjà) . Elle impose au Etats de
respecter les frontières déterminées par le colonisateur avant la décolonisation et
interdit leur remise en cause.
Cependant, si cette règle a pu apaiser les tensions au niveau de certains
territoires, son application est sujette à plusieurs controverses au niveau de
multiples Etats. Ainsi, on peut citer à titre d’exemple les conflits qui ont persisté
entre le Maroc et ses voisins en dépit de plusieurs traités (traité de solidarité, de
bon voisinage et de coopération entre le Maroc et la Mauritanie, plusieurs
traités de solidarité et de coopération entre le Maroc et l'Espagne, traités et
conventions entre le Maroc et l’Algérie…).

**Remarque2 : Le territoire d’un Etat peut être composé de plusieurs aires


géographiques séparées les unes des autres. (exemple : Les territoires d’outre-
mer de la république française*)

**Remarque 3 : Certains territoires présentent des particularités et sont régies


par des règles spéciales de droit international. C’est le cas par exemple des voies
de passage international (exemples :canal de Suez, canal de Panama, détroit
d’Ormuz, détroit de Tiran,..etc). Etant donné l'importance stratégique de ces
voies et afin d’éviter le déclenchement de conflits entre les Etats qui utilisent
ces voies, un régime juridique spécial régit le passage à leur niveau. Il s’agit du
régime juridique des voies de passage qui est à la base un régime de liberté de
2
circulation.

1.b- La population : Il s'agit d'une collectivité humaine installée dans le cadre


général du territoire étatique et régie par le pouvoir politique de cet Etat.
Deux catégories d'individus constituent la population d'un Etat : les nationaux et
les étrangers.
***Les nationaux : Les nationaux désignent toutes les personnes qui possèdent
la nationalité de l'État c'est-à-dire qui y sont liées par un lien juridique et ce lien
s'appelle « nationalité ». Les conditions d'acquisition de la nationalité sont
fixées par l’État.
On distingue l’acquisition de la nationalité par la naissance et l’acquisition par
naturalisation.
En ce qui concerne l’acquisition de la nationalité par la naissance, il existe deux
grands systèmes :l’acquisition jus sanguinis (droit du sang), et l’acquisition jus
solis(droit du sol) .
Le jus sanguinis (droit du sang) désigne la règle de droit attribuant aux enfants
la nationalité de leurs parents, quel que soit leur lieu de naissance. C'est le
principe dominant dans la plupart des pays.
Le jus solis (droit du sol) désigne la règle de droit attribuant une nationalité à
une personne physique en raison de sa naissance sur un territoire donné, avec ou
sans conditions supplémentaires. Ainsi, dans certains pays, le droit du sol est
systématique (càd sans conditions supplémentaires) comme par exemple au
Canada, aux États-Unis, au Pakistan, au Tchad..etc. Donc, en principe, dans
ces Etats, tout individu né sur leur sol acquiert automatiquement la nationalité
de cet Etat même si ses parents sont de nationalité étrangère.
En ce qui concerne l’acquisition de la nationalité par naturalisation, l'acquisition
de la nationalité de l'Etat où vit l'individu est soumise à certaines conditions qui
sont fixées par chaque Etat. Le droit international reconnaît à chaque État le
pouvoir discrétionnaire* de définir ces conditions.
3
*** Les étrangers : la deuxième composante de la population d’un Etat est
constituée par les étrangers résidant de manière permanente sur le territoire de
cet Etat. Ceux-ci sont soumis à un régime particulier différent de celui des
nationaux. Cependant, la remarque importante à retenir concerne le fait que le
statut juridique des étrangers tend à se rapprocher de plus en plus de celui des
nationaux. En effet, la plupart des Etats ont ratifié des conventions
internationales protégeant les réfugiés, les immigrants et les minorités
nationales. Les conventions bilatérales entre les pays émetteurs et les pays
d'accueil ont aussi contribué à améliorer la condition de citoyenneté des
étrangers vivant sur le territoire d'un autre État.

1.c- Le pouvoir politique :


Le pouvoir politique est le troisième élément constitutif de l'État.
Ce pouvoir doit exister et être effectif.
*L'existence du pouvoir politique
Cette notion désigne l'existence d'une organisation politique à laquelle se trouve
soumise la population établie sur le territoire de l’Etat.
Cette formation politique est organisée conformément aux dispositions du droit
interne, droit constitutionnel et droit public en général. Le droit international
comme par exemple la résolution du 24 octobre de 1970 de l'Assemblée
générale de l'ONU reconnait que tout Etat a le droit inaliénable* de choisir son
système politique économique et culturel sans aucune forme d'ingérence de la
part de n'importe quel autre Etat (principe de non ingérence).
Deux autres remarques importantes sont à retenir :
**Remarque 1 : Dans leurs relations diplomatiques, les Etats sont libres de tenir
compte ou non de la nature du régime politique de l'État avec lequel ils veulent
établir des relations politiques, économiques ou autre.
**Remarque 2 : Malgré le principe de non ingérence, le droit international
4
n'interdit pas à un Etat ou à un groupe d'États de conditionner l'octroi d'un
avantage donné à un autre Etat à la mise en œuvre de certaines réformes
politiques.( exemple : L’aide au développement octroyée par certains Etats "
développés " à d'autres Etats dits "en voie de développement" est souvent
soumise à la condition de la mise en place de certains principes démocratiques).

*L’effectivité du pouvoir politique :


Selon le droit international, la condition d’existence du pouvoir politique est
insuffisante à elle seule, il faut en plus que celui-ci soit effectif c'est-à-dire que
les individus qui se présentent comme étant qualifiés pour parler au nom de
l'État puissent faire respecter de manière durable les normes qu’ils édictent par
la majeure partie sinon la totalité de leur population sur leur territoire.
Cependant, il faut nuancer cette deuxième règle puisque dans la réalité, elle est
difficile à appliquer et les autres Etats préfèrent continuer à reconnaitre le
pouvoir politique en place même s’il n'assure pas l'effectivité sur son territoire
et sa population.

2- Les caractères juridiques de l'Etat

L’Etat est un sujet de droit international c.à.d. qu’il possède la personnalité


juridique internationale. Il s’agit d’une personne juridique à laquelle on reconnaît deux
attributs caractéristiques, qui le différencient de toutes les autres personnes juridiques
: la souveraineté et le monopole de la contrainte.

2.1. La souveraineté de l’Etat.

 Définition de la souveraineté :

La souveraineté se définit juridiquement parlant comme la détention de


l'autorité suprême c'est-à-dire le droit absolu d'exercer une autorité législative
exécutive ou judiciaire sur une région, un pays et sur un peuple.

5
La souveraineté implique l'exclusivité ou la plénitude de la compétence (c'est-à-dire
aucun domaine n'échappe au pouvoir de juridiction de l'État. On dit que l'État dispose
du monopole de contrainte.
Elle implique aussi l'autonomie c'est-à-dire l’absence de subordination à l'égard d'un
autre État ou d'une entité internationale. La souveraineté est donc le corollaire de
l'indépendance et de l'autonomie par rapport aux autres Etats.

La souveraineté peut-être détenue par :

 une seule personne. On parle de monarchie absolue,


 par un groupe de personnes, on parle d’oligarchie,
 par le peuple, on parle de démocratie directe (comme en Suisse)
 par la nation, on parle de démocratie représentative (comme la plupart des Etats
actuels)

 L'exercice de la souveraineté
On distingue les compétences internes territoriales comme l'organisation
administrative lors du découpage territorial de l'État, le choix du système législatif,
l'organisation du système judiciaire,..etc. Et il y a aussi des compétences externes ou
internationales. Certaines de ces compétences internationales sont exercées
unilatéralement comme le fait d'adhérer à une organisation intergouvernementale ou
de reconnaître un État indépendant ou nouvellement formé, de promettre la
reconnaissance d'un Etat ou d'ester en justice, d’autres peuvent être exercées dans un
cadre bi ou multilatéral ( relations diplomatiques, signature de convention et de traités,
..etc.)

 Limites à la souveraineté de l’Etat:

Le droit international reconnaît donc l'existence d'une sphère qui relève du droit
interne des Etats et qui est considérée comme impénétrable. Cependant il existe un
certain nombre de limites à cette souveraineté. Ces limites peuvent-être juridiques
6
(comme le droit d'ingérence humanitaire*) ou politiques (comme l'influence des
grandes puissances qui consiste en une sorte d'impérialisme d'influence).

2.2. Le monopole de la contrainte légitime.

L’Etat est la seule institution pouvant édicter des règles qui peuvent permettre
de sanctionner des individus qui ne les respectent pas. On dit que l’Etat possède le
monopole de la contrainte ou encore le monopole de l’usage légitime de la force
physique . On parle aussi de « concept de violence légitime ». Dans ce sens, Max
Weber, dans son livre le Savant et le Politique, forge le concept politique de violence
légitime. Weber y définit l’Etat comme l’institution détenant le monopole de l’usage
légitime de la force physique : « un Etat est une communauté humaine qui revendique
le monopole de l’usage légitime de la force physique sur un territoire donné » . Weber
a aussi écrit : « Nous entendons par État une "entreprise politique de caractère
institutionnel" lorsque et tant que sa direction administrative revendique avec succès-
dans l'application des règlements- le monopole de la contrainte physique légitime ».

De même, pour Kelsen, c'est la contrainte qui différencie l'ordre juridique des autres
ordres normatifs et c'est le monopole de la contrainte qui parmi les ordres juridiques
permet de caractériser l'État moderne.

Donc seul l’Etat est habilité à utiliser la violence sans qu’on puisse lui en dénier la
légitimité. Cela fait partie de ses prérogatives légales*. Et même quand l’Etat autorise
les individus à user de la violence (cas de la légitime défense), les individus tiennent
cette légitimité de l’Etat, sous forme de délégation.

7
Glossaire :
*Les territoires d’outre-mer français : Les outre-mer, ce sont 12 territoires ( la
Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion, Mayotte, La Nouvelle-Calédonie,
La Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, les
Terres Australes et Antarctiques Françaises et les îles de Wallis-et-Futuna). Soit près
de 2.6 millions d’habitants. Ils sont situés sur les deux hémisphères et rayonnent ( la
plupart sont des îles) sur trois océans (Atlantique, Pacifique, Indien). Ils couvrent près
de 120 000 km² de surface terrestre (22 % de la superficie de la métropole) et
représentent une zone économique exclusive (ZEE) de plus de 10 millions de km² ).

*Le pouvoir discétionnaire : IL s’agit d’un pouvoir d’appréciation particulier, une


sorte de faveur, de « liberté » de choisir … On dit qu’il y a pouvoir discrétionnaire
toutes les fois qu’une autorité administrative dispose de la faculté d’agir librement
dans un sens ou dans un autre, sans que la conduite à tenir ne lui soit dictée par une
règle de droit. Cependant, ce pouvoir ne doit pas être assimilé à l’arbitraire puisqu’en
général la plupart des choix de l’administration peuvent être soumis au contrôle du
juge.

*Un droit inaliénable : un droit inaliénable est un droit directement rattaché à un


sujet de droit (personne, Etat, …) et qui ne peut être ni transmis, ni donné, ni vendu…
(Contrairement par exemple au droit de propriété qui peut être transféré ou vendu, on
dit que c’est un droit aliénable).

* Droit d’ingérence humanitaire : Selon certains auteurs (Mario Bettati , Bernard


Kouchner…), certaines situations d’urgence(catastrophes naturelles, conflits
meurtriers…) peuvent justifier moralement, au nom de la solidarité internationale, un
« devoir d’ingérence » dans les affaires des Etats. Ce qui, d’ailleurs nuance et remet en
cause le principe de souveraineté étatique.

*Prérogative légale : Une prérogative est un privilège ou un avantage lié à une


fonction ou à une situation définie par la Loi, par un acte règlementaire ou par une
8
convention. C’est donc la loi qui détermine, qui fixe la nature du privilège donné, le
détenteur de ce privilège et les conditions de son exercice. Ainsi, par exemple, la
rédaction des actes nécessitant d'être soumis à la publicité foncière est une prérogative
des notaires.

Vous aimerez peut-être aussi