Vous êtes sur la page 1sur 2

Problèmes de Mathématiques

Plusieurs méthodes pour un même encadrement


Énoncé

Plusieurs méthodes pour un même encadrement

Soit S = a1 , a2 , . . . , an une famille de n réels strictement positifs.


Soit M = max(S) et m = min(S).
On se propose de démontrer la double inégalité :
n n  n2 r M r m 2
X X 1
n2 ≤ ai ≤ n2 + E − (1)
i=1 i=1
a i 4 m M

1. Vérifier qu’en toute généralité, cette double inégalité ne peut pas être améliorée.
2. Démonstration de la première inégalité (première méthode)
n
Y n
X
+∗
(a) Pour toute famille x1 , x2 , . . . , xn de IR , montrer que xi = 1 ⇒ xi ≥ n
i=1 i=1

Indication : Procéder par récurrence. Dans le passage du rang n au rang n + 1, on


utilisera, en justifiant leur existence, deux termes xj et xk tels que xj ≤ 1 ≤ xk .
Yn Xn
1/n
(b) On pose P = ( ai ) . Montrer que : ∀ α ∈ IR, aαi ≥ nP α .
i=1 i=1
(c) En déduire la première inégalité de (1).
3. Démonstration de la première inégalité (deuxième méthode).
n
X √ 1
On pose, ∀ λ ∈ IR, P (λ) = (λ ai + √ )2 .
i=1
ai

(a) Développer P (λ) et ordonner le résultat suivant les puissances de λ.


(b) Par des considérations de discriminant, prouver la première inégalité de (1).
(c) A quelle condition nécessaire et suffisante cette inégalité est-elle une égalité ?
4. Démonstration de la première inégalité (troisième méthode)
1
(a) Pour tout réel strictement positif x, montrer l’inégalité : x + ≥ 2.
x
n n
X X 1 X  ai aj 
(b) Vérifier que ai =n+ + .
i=1 i=1
a i 1≤i<j≤n
a j a i

(c) Retrouver ainsi la première inégalité de (1).


5. Démonstration de la deuxième inégalité.
Sans perdre aucune généralité, on peut supposer que a1 ≤ a2 . . . ≤ an .
 r M r m 2
Donc m = a1 et M = an . Pour simplifier les notations, on pose λ = − .
m M

Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Plusieurs méthodes pour un même encadrement
Énoncé

(a) Prouver l’existence des αi et βi vérifiant :

1 = α1 ≥ α2 ≥ · · · ≥ αn = 0


 1 = β1 ≥ β2 ≥ · · · ≥ βn = 0


∀ i = 1, . . . , n : ai = αi m + (1 − αi )M


 ∀ i = 1, . . . , n : 1 1 1
= βi + (1 − βi )

ai m M

n
X n
X n
X
(b) On note α = αi , β = βi , et σ = αi βi .
i=1 i=1 i=1
m M
Montrer que ∀ i = 1, . . . , n, αi + βi − (αi + βi ) = αi βi λ.
M m
m M
Montrer ensuite que α + β − (α + β) = λσ.
M m
n n
X X 1
(c) En déduire que : ai = n2 + An λ, avec : An = nσ − αβ.
i=1 i=1
a i

k−1
X n
X k
X
(d) Montrer que : ∀ k = 1, . . . , n, σ ≤ αi βi + αk βi ≤ αk β + αi − kαk .
i=1 i=k i=1
(e) En déduire successivement :
n X
X k n
X
i. An ≤ αi − kαk
k=1 i=1 k=1
n X
X n n
X
ii. An ≤ αi − iαi
i=1 k=i i=1
n
X
iii. An ≤ (n − 2i + 1)αi
i=1

E(n/2)
X
iv. An ≤ (n − 2i + 1)
i=1

(f) Conclure

Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.

Vous aimerez peut-être aussi