Vous êtes sur la page 1sur 15

Milieux poreux et dispersés Pr. F.

Bouremmad

Chapitre II
Mouvements des particules dans un
fluide
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

But du chapitre

• Dans ce chapitre, il s’agit dans la première partie d’étudier le mouvement de


particules dans un fluide et de déterminer la vitesse de chute des particules, cette
vitesse dépend de plusieurs paramètres liés; aux particules tels que la taille , la forme, la
masse volumique et au fluide à savoir sa viscosité et sa masse volumique.
• La deuxième partie est liée au génie des procédés particulièrement aux processus
de séparation des particules de différentes tailles et formes telle que la sédimentation,
ces processus dépendent souvent du mouvement des particules dans les champs
gravitationnel et centrifuge. Donc une attention particulière sera donnée à l’opération de
sédimentation.
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

I. Détermination de la vitesse terminale de chute d’une particule isolée

I.1 Forces s’exerçant sur une particule qui chute dans un fluide au repos
On suppose ici une particule isolée, sphérique de rayon r ou de diamètre d, de masse
volumique ρp , elle tombe dans un fluide au repos, de masse volumique ρf et de viscosité
µf
La particule est soumise alors aux forces suivantes:

FA: Poussée d’Archimède telle que: FA=mf.g


FP: Force de poids donnée par: FP= mp.g
1
FT: Force de traînée telle que: FT   f S p C DVlim
2
mf masse du fluide déplacée
mp: masse de laparticule
Sp: surface de la projection de la particule
CD: coefficient de trainée
Vlim: vitesse limite ou vitesse terminale de chute de la particule
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

La relation fondamentale de la dynamique donne dans le cas général:


dV p
mp.  F p  FA  FT
dt
I.2 Vitesse terminale de chute
• La vitesse terminale de chute notée Vlim ou V∞ est atteinte quand la force de
freinage de mouvement devient égale à la force d’accélération ou la force motrice
ce qui donne:
 f S p C DVlim  m p  m f .g
1
2
• En l‘ exprimantt en fonction des paramètres caractérisants la particule et le fluide, on
obtient l’expression de vitesse terminale suivante:
 8 g.r. p   f  
1
2
V  Vlim  .
3 C D . f 
 
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

• Dans cette expression le coefficient de trainée CD dépend du régime d’écoulement c’est-


à-dire du nombre de Reynolds Re selon la courbe standard suivante:
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad
• Sur cette courbe on distingue 3 régions pour lesquelles le coefficient de trainée est
donné par les expressions suivantes:
 Dans le régime de Stockes (laminaire) où Re≤0,2:
24
CD est donné par l’expression suivante: C D 
Re
l’expression de la vitesse terminale de chute devient alors:
   f .d 2 .g
Vlim  V 
p

18. f
On définit un diamètre critique dpc pour lequel les particules restent en régime laminaire
comme suit: 1
 3,6. f 3
  
     g 
d pc
 p f f 
 Dans le régime de Newton (turbulent) où Re>103:
 3,3 p   f .d .g 
1
2
l’expression de vitesse est la suivante: Vlim  V   
  
 f 

 Dans le régime d’Allen (transitoire) où 0,2<Re≤103: CD est donné par l’expression:


18,5
CD 
Re0, 6
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

• A ce stade on introduit le nombre adimensionnel d’Archimède Ar appelé aussi le


nombre de Galilée Ga, qui ne dépend que des caractéristiques du fluide et de la
particule, il peut aussi être exprimé en fonction de Reynolds Re, le nombre
d’Archiméde s’écrit comme suit:

   f .d 3 .g.f 3
Ar   . f . Re 2
p

 2f 4

De ce fait, ce nombre caractérisera aussi le régime d’écoulement:


• Régime laminaire: Ar≤3,6, Ar=18.Re
• Régime turbulent: Re>103, Ar> 3.105, Re = (3,3.Ar)1/2
• Régime transitoire: 3,6<Ar<3.105, Re = (0,07.Ar)0,7
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

II. Limites de la loi de stokes


II.1 Effet de la forme de la particule:
Si la forme de la particule n’est pas sphérique: l’expression de vitesse de chute de la particule
est donnée par:
V’lim = F .Vlim
V’lim: vitesse limite de la particule non sphérique
F: coefficient correctif de forme
Vlim: vitesse limite de la particule sphérique
Parmi les formules empiriques les plus générales pour la détermination de F, on a la relation
de Christiensen-PettyJohn:
  
- regime laminaire: F  0,843. log v 
 0,065 

1
 1  2
- regime turbulent: F   
 1  11,1.1   
v 
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

II.2 Cas d’une suspension concentrée:


Dés que les concentrations volumiques deviennent élevées supérieurs à 0,5% ,
les interactions entre les particules ne sont plus négligeables, la vitesse sera
freinée, la relation générale pour cette vitesse est celle donnée par Richardson-
Zaki:
Vglim= Vlim(1-ϕ)n
ϕ: fraction volumique du solide dans la suspension
n: constante expérimentale dépendant du régime
n=4,65 Re≤0,2
n=4,4.Re0,1 0,2<Re≤103
n=2,39 Re>103
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad
II. Sédimentation
II.1 Définition:
La sédimentation est une opération de séparation d’une suspension par le dépôt des
particules solides dans un fluide (gaz ou liquide) sous l’action du poids, mais il existe la
sédimentation sous l’effet de la force centrifuge.
Cette opération unitaire a pour but;
- Produire un fluide clair (clarification)
- Concentrer les particules solides en une boue (épaississement)
- Elle est aussi utilisée pour classer une population de particules (déterminer la granulométrie)
II.2 Appareils de sédimentation
Les appareils de sédimentation sont appelés des décanteurs, dans le but de minimiser la
surface occupée; ils sont généralement à plusieurs étages, on les trouve dans plusieurs
industries de fabrication de jus, de sucre….
En fonction de la force responsable de la sédimentation on distingue:
- Les décanteurs sous l’action de la force gravitationnelle
- Les décanteurs sous l’action de la force centrifuge
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

a- Les décanteurs sous l’action de la force gravitationnel à flux horizontal:


Ce type peut être donné par le schéma suivant correspondant à un seul étage:

La suspension entre dans le décanteur par le haut; elle traverse la chambre, les
particules solides sédimentent sous l’effet de leur poids, le fluide purifié sort par le haut
du décanteur.
dans ce cas on définit deux vitesses:
- la vitesse Vlim de sédimentation noté dans la schéma Vs
- la vitesse horizontale VL de séjour du fluide
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

𝑳
La vitesse VL est donnée par l’expression suivante: VL=
𝒕𝑳
𝒉
La vitesse Vlim est donnée par l’expression: 𝑽𝒍𝒊𝒎 =Vs =
𝒕𝒑𝒓

tL et tpr sont les temps de séjour du fluide et le temps de sédimentation des particules.

La condition pour qu’il y ait sédimentation est la suivante: tpr≤tL c à d


𝒉 𝑳

𝑽𝒍𝒊𝒎 𝑽𝑳

Or VL est exprimée en fonction du débit Qv du fluide par l’expression:


𝑸𝒗
V L=
𝒍×𝒉
Dans le cas limite, les deux temps sont égaux, on obtient alors:

𝑳 𝑳×𝒍×𝒉
𝒕𝒑𝒓 = 𝒕𝒑𝒓 =
𝑽𝑳 𝑸𝒗
𝑸𝒗
D’où: Vlim=
𝑳×𝒍
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

b- Sédimentation sous l’effet de la force centrifuge:


La sédimentation est augmentée en appliquant une force centrifuge, elle est
surtout utilisée pour les particules fines, la force centrifuge est créée de deux manières:
- Le liquide tourne avec le corps de l’appareil (essoreuse de précipitation)
- La suspension tourne dans un corps statique (cyclone de précipitation), si le fluide est
de l’eau on a alors un hydrocyclone.
La suspension est soumise à la force centrifuge Fc= m.ꙍ2. r
2pn
Avec ꙍ: accélération angulaire tel que ꙍ= 𝟔𝟎 , n étant le nombre de tours par mn,
r: rayon parcouru par la particule
𝑭
On définit le coefficient de centrifugation Kc= 𝑷𝒄 , P est le poids de la particule
m.ꙍ2. r ꙍ2. r 4.p2n2.r n2.r
D’où Kc= m.g = g = 𝟔𝟎𝟐.𝒈 , on prend p ≈10 on obtient: Kc= 𝟗𝟎𝟎
2

La vitesse de sédimentation sous l’effet de la force centrifuge s’écrira alors:


𝟖 𝝆𝒔 −𝝆𝒇 .𝒅.𝒈
𝑽𝒍𝒊𝒎 = (𝟑. .𝑲𝒄 )1/2
𝝆𝒇 .𝑪𝑫
Milieux poreux et dispersés Pr. F. Bouremmad

- Détermination du temps de précipitation (devoir à résoudre)

Schéma d’une essoreuse à précipitation


Dans le cas du régime laminaire, la vitesse de précipitation garde la même formule, sauf
qu’on introduit le coefficient de centrifugation
𝝆𝒔 −𝝆𝒇 .𝒅𝟐 .𝒈
𝑽𝒍𝒊𝒎 = .𝑲𝒄
𝟏𝟖.µ𝒇

D’autre part; cette vitesse sera égale à la distance radiale dr, parcourue par les particules solide
𝒅𝒓
pendant le temps dt: 𝑽𝒍𝒊𝒎 = (continuer pour trouver le temps de précipitation)?
𝒅𝒕
TD chapitre II
Exercice1 :
Calculer le facteur de forme f en régime laminaire pour un cube de coté a=1,2 cm
Exercice2 :
Calculer la vitesse de sédimentation libre d’une particule sphérique de diamètre d = 10 µm et
de masse volumique ρs=1700 kg.m-3 plongée dans un fluide de masse volumique ρf=1000
kg.m-3 et de viscosité µ=10-3 Pa.s,
Exercice 3 :
Calculer la vitesse de sédimentation ainsi que le temps de sédimentation pour purifier un gaz
contenant de la poussière d’un minerai de fer
On donne ds= 8 .10-6 m, ρs=4200 kg.m-3, ρg= 0,5kg.m-3, T=500°C, µ=0,034.10-3 Pa.s,
Les caractéristiques de la chambre sont H= 4 m, h= 0,05 m, L=l= 3 m
Déterminer le débit de la suspension
Exercice4 :
Déterminer la granulométrie d’un échantillon à partir des résultats du tableau ci-dessous,
obtenus d’un dispositif basé sur la sédimentation, le principe de fonctionnement consiste à
mélanger l’échantillon de grains dans une colonne d’eau transparente et graduée jusqu’à
l’homogénéisation complète et on laisse les grains décanter tout en mesurant la variation de
la concentration en fonction du temps au point 10 cm du plan d’eau.
Sachant que la concentration initiale est C0=30 mg.l-1 et la densité du solide ds=2,5

Vous aimerez peut-être aussi