Vous êtes sur la page 1sur 22

OPTIMISATION DES

PARAMETRES DE FORAGE

Réalisé par : Youssef Naoui


Mouad Bellammou

Option : mines et carrières 2

Encadre par : Mr Zouhair Houman


Mr Mustapha Oubaha
PAGE 2
Remerciement

Nous tenons à remercier en premier lieu l’équipe pédagogique de l’institut des

mines de Marrakech pour leur efforts afin de réussir notre formation présentielle

pendant cette pandémie

Sans autant oublier nos encadrants chargés du suivi notre travail : Mr

ZOUHAIR HOUMANE et Mr MUSTAFA OUBAHA , nous voudrions leur

présenter nos sincères reconnaissances ,pour l’attention et l’aide qu’ils nous ont

accordés, et critiques à guider nos réflexions .

PAGE 3
1.1.1.1 Introduction :

1.1.1.1

Le forage est une technique ancienne qui date de plus de 3000 ans. Elle est
originaire de chine où des morceaux de bambous attachés à un poids lourd
permettaient de forer des puits d’eau. Aujourd’hui, il existe deux grandes approches du
forage :
 Le forage manuel réalisé avec des outils manuels pour des puits peu profonds
jusqu’à 40 m de profondeur.
 Le forage mécanisé avec l’aide d’équipements légers ou de plateforme de forage
et d’équipements lourds grâce auxquels il est possible d’atteindre de grandes
profondeurs.

PAGE 4
2 Le forage :
Le forage est un ensemble d’opérations qui permettent, par le biais d’un
procédé mécanique, de creuser un trou de diamètre centi à décimétrique,
utilisé à des fins scientifiques et /ou économiques.

2.1.1 Techniques de forage :


A. Battage :

C’est une technique très ancienne, la perforation s'effectue à l’aide d’un


câble muni à sa base d’un outil appelé trépan de forme soit monolame, bilame ou
cruciforme, de diamètre variant entre 300 à 1200 mm. Cet outil est suffisamment
lourd (400kg à 3 tonnes) pour qu’il puisse donner au câble une extension parfaite
et pour minimiser tant que possible les déviations du trou. L’avancement de l’outil
est régi par des mouvements de percussions qui lui sont transmis par le câble.
Cette technique de forage nécessite une injection de l’eau, depuis le début de la
pénétration jusqu’ à la rencontre de la première venue d’eau, et ceci pour refroidir
et lubrifier l’outil qui s’échauffe au cours de sa traversée des formations
géologiques. Cette méthode de forage ne peut pas pénétrer des roches très dures
telle que les basaltes et ne peut pas dépasser une dizaine de mètre de profondeur.

PAGE 5
PAGE 6
B. Rotary :
Lors d’un forage par rotary, la perforation s'effectue d'une manière rotative
avec un matériel lourd. La dislocation se fait par abrasion et broyage du terrain,
par le biais d'un outil appelé tricône et par roto percussion à l’aide d’un outil
assemblé au marteau, appelé taillant, l'évacuation des déblais se fait par la
circulation, directe ou inverse du fluide (air, boue, eau). L’efficacité de cette
technique dépend principalement de la performance du matériel utilisé.

 Système à circulation directe :

Le fluide (air, eau ou boue) est injecté en continu sous pression à l'intérieur
du train de tiges à l'aide d'un compresseur, s'il s'agit de l'air, et à l'aide d'une
pompe, s'il s'agit de l'eau ou bien d'une boue spéciale ; et il sort par les orifices de
l'outil puis il remonte à la surface à travers l'espace annulaire

PAGE 7
 Système à circulation inverse :

La circulation inverse, permet de régler certains problèmes qui se posent au


système conventionnel (circulation directe) par exemple : perte de boue ou d'air, la
nécessité de puissants compresseurs, contamination des cuttings… ;
La circulation inverse consiste à injecter le fluide sous pression à travers de
l’espace annulaire du train de tige à double tube, puis récupérer l’ensemble (fluide
& déblais) par l'intérieur du tube central

2.1.2 Les différents types des outils de forage :


C.Les outils à molettes
Il existe plusieurs types d’outils à molettes, citant : Les bicônes (2 cônes) et les
tricônes (3 cônes).
Le tricône (outil à 3 molettes) est le plus utilisé. Il est constitué de trois cônes
tournant de façon indépendante et montés sur trois bras réunis entre eux par
soudure constituant le corps de l'outil.
Les éléments de coupe font partie de la molette ; sont :
 Des dents usinées dans le cône.
 Des picots de carbure de tungstène emmanchés en force dans des perçages
à la surface du cône :

PAGE 8
 Le mode de fonctionnement :
Sous l’effet de la compression, la dent pénètre dans la roche et l’éclate. En
tournant sur elle-même sous l’effet de la rotation, la molette ripe la roche et
arrache le copeau. L’effet d’éclatement et de ripage sont complémentaires et
varient en fonction du terrain : le ripage dans le cas d’un terrain tendre est plus
important que dans un terrain dur, tandis que l’éclatement dans un terrain dur
est plus grand que dans un terrain tendre

D.Les outils à éléments de coupe fixes :


Le diamant (carbone cristallisé) est le matériau le plus dur que l'on connaisse
parmi les minéraux. Sa résistance à l'écrasement est de l'ordre de 80.000 bar
(carbure de tungstène : 50.000 bar ; acier C. 45 : 15.000 bar) [4]. C’est la
substance
La plus résistante à l’usure (10 fois plus que le carbure de tungstène). Il a le plus
faible coefficient de friction (le diamant est plus glissant que le téflon). C’est le
meilleur conducteur de chaleur.
Les outils à diamant sont utilisés pour forer les formations très dures et abrasives.
On en distingue 03 types principaux :
 À diamants naturels

PAGE 9
 À taillant PDC (Pollycristallin diamond compact : diamant polycristallin).

 A taillant TSD (thermally stable diamant: diamant thermostable).

 Les outils imprégnés

PAGE 10
 Mode de fonctionnement:
Le diamant naturel abrase la roche et travaille comme une macro meule, les
diamants polycristallins cisaillent la roche en découpant des copeaux comme un
outil de tournage des métaux. La forme de tous ces outils de forage est monobloc
ce qui leur confère une certaine solidité.

2.2 Paramètres de forages:

2.2.1 Introduction:
Le choix des paramètres de forage non judicieux, ou plus simplement non précis,
entraîne une augmentation du coût de forage, qui en absolue, représente un prix
important. C’est donc dans le but de réduire les dépenses correspondantes par un
choix optimal des paramètres, On appelle les paramètres de forage les différents
facteurs qui conditionnent la vitesse d'avancement d'un outil de forage.

2.2.2 Paramètres mécaniques:

 Type et conception de l’outil :

Le choix de l’outil est un facteur essentiel pour l’avancement du forage à cause


des duretés variables des formations géologiques du terrain et de la très grande

PAGE 11
variété des types d’outils utilisés. Le nombre, la taille, la forme des dents et la
conception des dusses sont des caractéristiques qui influent sur l’avancement de
l’outil et par conséquent il n’est pas facile de choisir le meilleur outil pour le
terrain
 Poids sur l'outil ou WOB (Weight On Bit):
Le Poids sur l’outil représente un effort longitudinal de compression suivant l’axe
de révolution du trépan cet effort permet aux taillants de s’incruster dans la roche
et il est souvent utilisé de façon à tirer profit du poids des masses tiges. La valeur
du poids dépend de la dimension et du type de trépan, de sa vitesse de rotation et
du type de formation à forer.
Une partie de ce poids provient de l’hydraulique créée par l’injection du fluide qui
transite par les trains de tiges.

Le poids sur l’outil (WOB) c’est un paramètre à calculer selon un principe


physique, prenant en considération le poids de la garniture libre (WOHL) et le
poids de la garniture durant le forage (WOHF).

WOB= WOHL – WOHF


La charge de toute la garniture est supportée par le corps du cône qui s’applique
contre la formation et il en résulte une diminution de la vie de l’outil. Cette charge
est d’autant plus importante dans les terrains de plus en plus durs le range
maximale et minimale du poids sur l’outil (WOB) est limité par le constricteur.

PAGE 12
Poids sur l’outil

 Vitesse de rotation ou RPM (révolution per minute)

C’est la vitesse de rotation de l’outil autour de son axe de révolution, cette vitesse
est appliquée à la garniture en surface et son choix dépend de celui du WOB. A
cause de la grande élasticité du système, la vitesse de rotation de l’outil au fond
du puits peut être différente de la vitesse en surface. La vitesse de rotation croît en
fonction de la dureté de la formation et le paramètre torque. Et peut être limitée
également par la vibration qui affectent la garniture de forage (phénomène de
résonance qui peut être la cause de fatigues et de ruptures).

 Le couple exercé sur l'outil TOB (Torque On Bit)

Le couple exercé sur l'outil correspond au couple transmis par la garniture au


trépan suivant la révolution de son axe de rotation. Compte tenu des frottements
des trains de tiges contre la paroi du forage, ce couple est nettement inférieur à
celui mesuré en surface. Le couple TOB représente les effets combinés du couple
réactif et des forces des frottement non linéaires sur la longueur du BHA (Bottom
Hole Assembly).

2.2.3 Paramètres hydrauliques :


Les paramètres hydrauliques sont tous les facteurs liés au fluide de
forage tel que : le débit, la pression, type du fluide de forage et les
caractéristiques du fluide forage (densité, viscosité…) qui jouent les rôles de
lubrification, refroidissement et le nettoyage du fond par conséquent ils
affectent sur la vitesse d’avancement et la durée de vie de l’outil.
 Fluide de forage :
Le type de fluide est choisi en fonction de la nature des terrains traversés :

PAGE 13
Air : terrain de bonne tenue homogènes, terrains secs ou faiblement
aquifères, particulièrement recommandé dans les zones à perte non aquifères.
Dans les zones légèrement aquifères on utilise parfois des agents déshydratants
(silicagel) ou des agents moussants (savons)
Eau : terrains consolidés, formations argileuses ou zones à pertes.
L'utilisation d'eau salée peut dépendre des conditions d'approvisionnement.
Boue ou bien Suspension colloïdales (généralement benthonique) :
terrains hétérogènes et non consolidés et hautement perméables.
 Débit :
Le bon nettoyage du fond est basé sur le calcul de la vitesse de sédimentation des
déblais dans l’annulaire, qui est déterminé en fonction de la forme et du diamètre
équivalent des déblais, du régime d’écoulement du fluide et de la quantité de la
sédimentation, ainsi que les paramètres rhéologiques du fluide. Donc le débit a
une influence sur l’avancement, mais jusqu’à une certaine valeur limite selon la
formation géologique traversée. Au de-là de cette valeur limite, il risque au
contraire d’être nuisible par la formation de caves et d’érosion des parois au droit
des masses tiges.

 La pression du fond

Étant donné que la pression du fond est la différence entre la pression


hydrostatique du fluide de forage et la somme du poids des sédiments sus-jacents
exercés à une profondeur avec la pression de pores. Plus cette différence est
grande, plus l’effort pour vaincre est grand.
Si la différence diminue, la vitesse d’avancement sera élevée et par conséquent le
phénomène de poussée d’Archimède sur la garniture de forage apparait.

 Type du fluide de forage :


La boue joue le rôle d’un lubrifiant, son choix influe directement sur le coefficient
de frottement garniture-paroi du puits. La force de poussée d’Archimède que subit
la garniture est directement proportionnelle à sa densité. De plus, du point de vue
chimique, la boue de forage représente aussi un environnement agressif dans
lequel la garniture se trouve durant l’opération de forage. En effet, les boues de

PAGE 14
forage, associées à la présence d’hydroxyde de soufre H 2S tendent à réduire la
résistance à la fatigue des trains de tiges par oxydation.
Le type de boue est choisi en fonction des performances recherchées et
désigne les propriétés physico-chimiques du fluide de forage. Trois types de boues
sont souvent employés : la boue à base d’eau (Water Based Mud, WBM), la boue à
base d’huile (Oil BasedMud, OBM) et la boue synthétique (Synthetic Based Mud,
SBM). Une boue synthétique est constituée d’un mélange d’eau et d’additifs
chimiques.
 Les propriétés de fluide de forage :
Densité :
La densité est l’une des facteurs de boue agissant sur le transport des
''cuttings'' puisqu’elle représente la capacité de soulever les déblais du fond vers la
surface. La densité peut se modifier selon les circonstances du forage sans pour
autant dépassé une certaine limite afin d’assurer un bon nettoyage du fond.
Viscosité :
Des essais ont mis en évidence l’influence néfaste de la viscosité sur la
vitesse d’avancement. Il est assez logique de penser que, plus un liquide est
visqueux, plus il a des difficultés à pénétrer dans les porosités ou les petites
fractures produites par l’outil et par conséquent aider à la destruction de la
formation

Propriétés du fluide

Les propriétés suivantes sont propres pour la boue spéciale utilisée à la


prospection pétrolière, et c’est d’après M.Saroukhe:
1.la densité : dépende de la pression des fluides contenus dans les
formations ; elle est déterminée dans le chantier.

2.la viscosité : c'est la résistance exercée par le fluide lors de déplacement


d'une couche de fluide par rapport à une autre, et plus cette résistance est grande
plus le fluide est visqueux, et la valeur de cette viscosité dépende de la pression
des pompes à boue et la capacité de cette dernière à transporter les particules
écrasées.

PAGE 15
3.la thixotropie : c'est la capacité d'un fluide de devenir gel une fois qu'il
est en repos et de redevenir fluide suite d'une agitation.

4.colmatage et filtration : la propriété du fluide de se déposer sur la paroi


du puits ; c'est le colmatage alors que la filtration désigne la capacité du fluide de
céder une partie du liquide à travers une membrane perméable sous l'influence de
la différence de pression entre celle hydrostatique et celle de formation

2.2.4 L’influence des paramètres mécaniques sur ROP :


 L’effet du WOB sur le ROP :
La figure montre, pour un débit (Q) et de RPM donnée, la variation de la vitesse
d’avancement en fonction du poids appliqué sur l’outil et de la dureté de la
formation

On constate sur la figure que :


Dans une certaine gamme de WOB, l’augmentation de le ROP est proportionnelle à
l’augmentation de WOB. A partir d’une certaine valeur du WOB, l’augmentation de
le ROP diminue rapidement et devient quasiment nulle.

La raison de cette très faible variation du ROP est lorsque le WOB devient
important et ceci peut être due au fait que :

PAGE 16
 Le débit n’est pas suffisant pour évacuer tous les déblais du front de taille,
les déblais non éliminés sont rebroyés diminuant l’efficacité des éléments de
coupe. Si la quantité de déblais produite est supérieure à la quantité
évacuée, il se produit un bourrage de l’outil.

 Les éléments de coupe pénètrent complètement dans la formation (roche


plus lit de déblais) : il se produit un bourrage des éléments de coupe (ce
n’est pas pour cela que l’outil est bourré).

Suivant la dureté de la formation, l’allure de la courbe varie lorsque le WOB


appliqué est faible :
Dans un terrain tendre, l’outil avance dès que l’on applique du WOB (si la
formation est suffisamment tendre et/ou peu, on applique du WOB sur l’outil).
Dans un terrain dur, il faut appliquer un certain WOB pour que l’outil avance
L’augmentation du WOB a plus d’effet sur les formations tendres que sur les
formations dures (pente de variation de la vitesse d’avancement plus élevée pour
les formations tendres que pour les formations dures).
Le poids que l’on applique sur l’outil est fonction de la garniture de forage utilisée
et du profil du puits (dans les puits faiblement déviés, le WOB est obtenu en
mettant les masse-tiges en compression et dans les puits horizontaux, le WOB est
obtenu en mettant les tiges en traction).
Le poids appliqué sur l’outil a une influence sur la trajectoire du puits, il modifie
la position des points de contact entre la garniture et la paroi du trou. Il sera
généralement nécessaire de contrôler ce poids pour réaliser la trajectoire désirée.

• L’effet de RPM sur le ROP :

La figure montre, pour un débit (Q) et de RPM donnée, la variation de la vitesse


d’avancement en fonction du poids appliqué sur l’outil et de la dureté de la
formation

PAGE 17
On constate sur cette figure que :

Dans une certaine gamme du RPM, l’augmentation du ROP est proportionnelle à


l’augmentation de la RPM. A partir d’une certaine valeur du RPM, l’augmentation
du ROP diminue fortement et devient quasiment nulle. La raison de cette faible
augmentation du ROP lorsque la RPM devient relativement importante est due au
fait que le temps entre les impacts des éléments de coupe sur la roche et de plus
en plus court. Ce temps devient insuffisant pour permettre aux éléments de coupe
de pénétrer suffisamment dans la formation, de la fissurer (ce dernier point est
supporté par le fait que l’augmentation de la RPM produit une diminution du
couple à l’outil) afin d’évacuer les déblais et nettoyer efficacement le front de taille.
Contrairement au WOB, il n’existe pas de seuil de vitesse pour les formations
dures, l’outilavance dès qu’il commence à tourner.
L’augmentation de la RPM a beaucoup plus d’effet sur les formations tendres que
sur les formations dures (pente de variation de la ROP plus élevée pour les
formations tendres que pour les formations dures).
Le RPM joue sur la durée de vie de l’outil (usure des roulements) et sur la
trajectoire de puits.
Les paramètres WOB et RPM à appliquer sur un outil varient suivant le type de
l’outil. Les fabricants indiquent pour chaque type la plage de WOB et RPM

PAGE 18
applicables (il est recommandé de rester à l’intérieur de ces plages pour ne pas
dépasser les capacités des roulements et des structures de coupe).

 L’effet du nettoyage du front de taille sur la ROP :


La vitesse de boue à la sortie de l’outil doit être suffisante pour évacuer
rapidement les déblais du front de taille et pour nettoyer les éléments de coupe de
l’outil (l’évacuation des déblais se sont pas évacuer rapidement de front de taille, il
se forme un lit de déblais réduisant les performances de l’outil et risquant de
bourrer les éléments de coupe , Mais si la vitesse est trop élevée, il y a risque
d’érosion de l’outil entraînant la perte des éléments de coupe et réduisant sa durée
de vie .
 Les paramètres du terrain :

⇒ Introduction :

La connaissance des propriétés des roches, en tant que matériaux à usiner,


est à la base de l’étude des modes de destruction de celles-ci : elle est aussi à la
base de l’étude des modes de détérioration des outils. Elle est également très utile
dans la recherche des facteurs de rendement dans les opérations de forage.
Dureté :
La notion de dureté d’une roche, sur un chantier de forage, traduit en fait pour
l’opérateur la résistance que celle-ci offre à l’avancement de l’outil et ceci de façon
tout à fait empirique.
Dureté MOHS :
Il existe cependant une définition de la dureté des roches : celle de l’échelle de
MOHS, telle que chaque minéral de roche soit rayé par le minéral de roche de
degré supérieur.
La dureté suivant MOHS traduit une résistance de la roche à la pénétration, par
rayage. Il est rare qu’un outil réel détruise la roche uniquement par rayage (sauf
parfois avec l’emploi d’outils diamant). Il est rare également qu’une roche soit
pratiquement composée d’un seul minéral, la notion de rayage devient beaucoup
plus compliquée dans le cas de roches constituées des plusieurs minéraux de
dureté différentes. La dureté d’une roche suivant MOHS ne peut pas donc traduire

PAGE 19
la résistance à la pénétration d’un outil, par contre la dureté MOHS d’un minéral
de roche a une influence directe sur l’effet abrasif de la roche sur l’outil.
Abrasivité :
L’abrasivité d’une roche est liée en premier lieu à la dureté minéralogique des
éléments qui la constituent. Le caractère abrasif d’une roche n’intervient pas dans
le processus de pénétration d’un élément d’outil dans la roche, mais intervient par
le fait des modifications par usure, dans le temps, des caractéristiques
géométriques ou mécaniques de celui-ci. Cette usure peut se produire de deux
façons : si la dureté minéralogique des éléments constituant la roche est plus
grande que la dureté des éléments de l’outil il y aura destruction volumétrique de
ceux-ci ; si la dureté des éléments de roche est plus faible que celle des éléments
de l’outil il y aura usure superficielle par frottement. L’usure par frottement
dépend de la valeur du coefficient de frottement de la roche au contact de l’outil.

 CARACTERISTIQUE MECANIQUE DES ROCHES:

2.3 L’optimisation des paramètres de forages :

1.Introduction
L'optimisation selon la définition est le processus de choisir les meilleures
variables afin de maximiser ou minimiser un paramètre spécifique. L'optimisation
de forage consiste à minimiser le coût du mètre foré ou minimiser les problèmes
de forage. La réduction du coût du mètre foré peut être réalisée par le choix des
variables de forage contrôlables qui donnent la vitesse de pénétration optimale
tout on tenant compte l'usure des dents de l’outil.

Le poids sur l'outil optimum et la vitesse de rotation optimale choisis devraient


produire le minimum coût par mètre foré possible.

PAGE 20
2.Méthodes d’optimisation :

Modèle d’Eckel :
Modèle d’Eckel effectuées sur des micro-outils exprimant la vitesse d’avancement
de façon exponentielle en fonction de nombre de Reynolds au fond du puits.
La relation présentée est indépendante du poids sur l’outil, de la vitesse de
rotation, de la pression différentielle, et de la formation. Présente par l’équation
suivante :

ROP = a * WOBb * RPMc

ROP : la vitesse d’avancement (m/hr).


WOB : le poids sur l’outil (T).
RPM : la vitesse de rotation (t/min).
a, b, c : les coefficients dépendant de la formation.

- L’optimisation par la méthode d’Eckel est une méthode très simple, elle nous
permet de déterminer le couple WOB et RPM optimaux, mais le problème de cette
méthode, c’est qu’elle prend seulement la modélisation de la ROP en fonction de
poids sur l’outil et la vitesse de rotation et ne prend pas en considération l’usure
des cutters et le founder point (le point au la ROP ne répande plus linéairement
avec l’augmentation de WOB), pour résoudre ce problème plusieurs auteurs ont

PAGE 21
combiné le modèle de L’énergie spécifique avec d'autres modèles de ROP et ont
développé des méthodologies pour estimer l'usure de l’outil pendant le forage.

3- L’optimisation par l’utilisation du modèle de l’énergie spécifique :

PAGE 22

Vous aimerez peut-être aussi