Vous êtes sur la page 1sur 3

Mon Apprentissage de Français

Jessica Jaremy
10 septembre, 2017
J’ai commencé mon apprentissage de la langue française quand j’avais quatre ans (dans le
programme de français base). La méthode d’enseignement était plutôt la méthode audiovisuelle, car nous
avons passé le temps en chantant, en regardant des photos et en jouant des jeux. En troisième année, nous
avons reçu des manuels scolaires et des cahiers pour écrire le vocabulaire que nous avons appris. À ce
point, l’enseignante a utilisé plus les méthodes traditionnelle et directe, mais elle a toujours utilisé les
chansons et les aides visuelles. Les vendredis étaient réservés pour faire les mots cachés puis le coloriage.
En septième année, le cours est devenu beaucoup plus traditionnel. Nous avons commencé à apprendre les
verbes. C’était la première fois que j’ai appris un peu la structure de français, parce qu’auparavant nous
avons regardé seulement le vocabulaire. En huitième année, mon enseignante a pris la retraite et le
nouveau a aussi utilisé la méthode traditionnelle. Nous avons appris les structures grammaticales. Je pense
que j’ai appris plus de français dans la huitième année que dans les premières huit années de l’école, mais
je ne savais pas encore comment parler, c’est à l’écrite que je pouvais faire quelques choses.
Ensuite, je suis entrée à l’école secondaire où j’ai suivi un cours de français. Mon enseignante ne
parlait jamais en français quand elle nous adressait, parce que la plus grande partie de la classe n’aurait pas
compris. Elle a utilisé la méthode traditionnelle; je me souviens de beaucoup de travaux que nous avons
faits sur les terminaisons des verbes et d’autres exercices de grammaire. Nous avions rarement des
présentations orales ou des activités d’écoute, et nous n’avions jamais des discussions en français.
Effectivement, même les étudiants les plus forts dans la classe ne pouvaient pas parler français. J’ai trouvé
le cours assez utile, parce que j’ai une bonne mémoire et j’aime les règles grammaticales. Après le cours
de neuvième année, j’ai suivi le cours de français de dixième année, mais je n’ai rien appris, parce que je
l’ai fait par correspondance (j’avais des livres et j’ai fait les leçons toute seule). Ce n’était pas une
méthode d’apprentissage efficace et je ne me souviens de rien de ce cours. Après la dixième année, je n’ai
suivi aucun cours de français à l’école secondaire, parce que mon école était trop petite pour les offrir.
En huitième année, j’ai découvert le programme International Student Exchange (ISE) Ontario.
C’est un programme où les étudiants font un échange pendant trois mois avec un étudiant français. Ma
meilleure amie l’a fait et elle l’a beaucoup aimé, alors j’ai convaincu mes parents de me laisser aller en
dixième année. Malheureusement, quand mon amie est retournée de la France, j’ai essayé de lui parler en
français et elle a ri de moi et elle m’a dit « Ton accent est terrible ». Je ne sais pas pourquoi, parce que les
accents sont très évidents quand on parle une langue étrangère, mais c’était la première fois que j’ai
remarqué que j’ai un accent en français. Après cela, je n’avais aucune confiance pour parler en français. Je
suis quand même allée en France pendant les trois mois pour faire l’échange. Chaque jour, j’allais au lycée
avec ma correspondante et j’assistais à ses cours, et chaque jour, je ne parlais pas. J’avais peur de parler et
comme résultat, j’ai passé trois mois en silence. Mes compétences de compréhension ont amélioré, mais je
n’ai pas parlé. Il n’y avait pas une méthode d’enseignement de français, parce que les enseignants au lycée
n’étaient pas là pour m’enseigner le français. Dans leur cours, ils ont plutôt utilisé la méthode directe, mais
c’était pour enseigner leur matière, et j’ai fait le travail en espérant d’apprendre le français.
J’ai suivi trois cours de français ici à Lakehead. Le premier cours était un cours grammatical, alors
la méthode était traditionnelle. Il y eut un labo où nous avons fait des activités/discussions. Dans ce labo,
la méthode était audiovisuelle/communicative. La grammaire dans le cours était facile pour moi et je
n’étais pas assez avancée pour parler dans le labo, mais les professeurs ne me forçaient pas de parler
(j’avais encore peur) alors je n’ai pas beaucoup amélioré. Le deuxième cours que j’ai suivi était aussi un
cours grammatical qui était le bon niveau pour moi. La méthode était encore traditionnelle, et nous
n’avions pas souvent des discussions, donc je n’étais toujours pas capable de parler français. Le troisième
cours que j’ai suivi était un cours d’oral. Nous n’avions pas fait de la grammaire, c’était plutôt des
discussions, des présentations, etc. La méthode était audiovisuelle/communicative. Malheureusement, j’ai
trouvé que l’atmosphère dans la classe n’était pas bonne pour moi et je n’ai pas vu beaucoup de progrès.
La plupart de cours s’est concentré sur l’idée de réussir le DELF, et cela ne marchait pas très bien pour
moi.
L’expérience qui avait le plus grand impact sur mon apprentissage de français était le programme
Explore. C’est un programme d’immersion française de cinq semaines que j’ai fait à Trois-Pistoles en
2015. Le programme à Trois-Pistoles est affilié avec l’Université Western et est considéré comme un des
meilleurs programmes d’immersion au Canada. À Trois-Pistoles, j’ai habité avec une famille d’accueil.
Chaque matin, j’ai suivi un cours, et chaque après-midi, j’ai fait un atelier. Après les activités scolaires, il
y avait des sports et d’autres activités. Le cours que j’ai suivi était très bien fait. La professeure a utilisé
trois méthodes d’enseignement dans un cours. Nous avons fait quelques travaux avec la grammaire ou les
textes pour la compréhension écrite (traditionnelle). Nous avons regardé des vidéos et écouté des
émissions de radio, qui ajoutait une composante audiovisuelle, et bien sûr, nous avons eu beaucoup de
discussions et présentations qui ajoutaient une composante communicative. J’ai beaucoup aimé ce cours,
et je pense que cette professeure est une de mes professeures préférées parce qu’elle a fait son cours dans
une manière efficace et amusante. Pendant les ateliers, qui étaient moins formels, les animateurs ont aussi
fait l’instruction. La manière de l’enseignement dépendait beaucoup du type d’atelier. Mon premier atelier
était l’improvisation, qui était menée dans une façon presque exclusivement communicative. Mon
deuxième atelier était la société québécoise, et l’animateur a utilisé plutôt la méthode directe avec la
méthode communicative. Souvent, il était devant la classe pour parler, mais nous avons eu des discussions .
J’ai tellement aimé le programme que j’ai décidé de le faire encore l’année prochaine. Alors, en
2016, je suis retournée à Trois-Pistoles. Cette fois, j’ai habité avec une autre famille d’accueil qui m’a aidé
beaucoup avec le français, simplement en parlant avec moi. J’ai suivi un cours qui était plus traditionnel.
Nous avons fait beaucoup de leçons de grammaire, d’écriture et de lecture. Nous avons aussi fait quelques
présentations avec discussions, alors la professeure a utilisé la méthode communicative aussi, mais ce
cours semblait plus à un cours typique d’université. J’ai choisi l’atelier de musique. L’animatrice de cet
atelier a utilisé les méthodes audiovisuelle (nous avons écouté beaucoup de musique) et communicative
(nous avons beaucoup chanté et parlé de la musique, des chansons et des spectacles que nous avons mis).
Je trouve que c’était efficace comme un environnement d’apprentissage. Après le programme Explore, j’ai
participé dans le programme Langues et Travail. Dans le fond, quelqu’un d’Explore m’a aidé à trouver un
emploi à là-bas. Pendant huit semaines, j’ai travaillé dans un magasin de bonbons comme caissière et je
trouve que j’ai appris plus de français dans ces huit semaines que dans toutes les sessions d’Explore et
tous mes cours de l’université. Il y a de différentes méthodes de l’enseignement qui sont efficaces, mais
avoir l’occasion de travailler et habiter dans un milieu francophone et interagir avec des francophones
chaque jour m’a vraiment aidé (c’est aussi la raison pour laquelle je n’ai plus peur de parler en français).
Après cette expérience, j’ai décidé que mon niveau de français n’était pas suffisant, alors j’ai fait
le programme Explore une dernière fois en 2017, encore à Trois-Pistoles. Cette fois, j’ai suivi un cours
oral, et l’expérience était vraiment diffèrent de celle que j’avais à Lakehead. La professeure a donné un
cours engageant et elle a utilisé presque exclusivement la méthode communicative (avec un peu de la
méthode audiovisuelle, puisque c’était un cours oral). J’ai trouvé que le cours m’a vraiment aidé à
améliorer mon français oral, et l’atmosphère était très encourageante (quelque chose qui manquait dans
quelques autres cours que j’ai suivis) et je pense que c’est très important. Quand le programme a fini, j’ai
encore fait Langues et Travail et j’ai trouvé un emploi avec l’École de Langues à Trois-Pistoles.
Premièrement, j’étais animatrice pour les jeunes (13-15 ans) et j’ai donné un atelier de science. Je n’avais
aucune expérience, et je ne connaissais pas des méthodes de l’enseignement, mais je pense que la plupart
du temps, j’ai utilisé la méthode communicative, parce que j’ai fait des activités plutôt que les leçons.
Après cela, je n’avais pas mon propre atelier, alors j’en ai aidé avec les autres. J’ai vu trois différentes
méthodes de l’enseignement dans les ateliers (toutes sauf la méthode traditionnelle) et je trouve que c’était
une très bonne expérience pour moi comme enseignante, et j’ai amélioré mon français en même temps. Je
viens de retourner de Trois-Pistoles il y a environ un mois, et maintenant je suis dans ce cours et le
cours 3910 pour continuer à améliorer mon français.