Vous êtes sur la page 1sur 8

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/33682869

L’énergie géothermique: Un grand potentiel et de nombreuses applications

Article · January 2005


Source: OAI

CITATIONS READS

0 1,108

1 author:

François-D Vuataz
Université de Neuchâtel (retired since August 2016)
94 PUBLICATIONS   983 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Exploration of deep low enthalpy geothermal reservoirs of Neuchâtel Canton, Switzerland View project

Low and mediun enthalpy geothermal studies View project

All content following this page was uploaded by François-D Vuataz on 10 February 2014.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:50 Seite 25

Géothermie

L’énergie géothermique
Un grand potentiel et de nombreuses applications

C’est en 1904 que la géothermie industrielle a démarré avec la 33 °C par kilomètre de profondeur, mais
parfois des conditions géologiques spéci-
production d’électricité en Toscane. A partir des années 1960, fiques sont responsables de fortes aug-
des centrales électriques géothermiques voient le jour progressi mentations de température et le gradient
peut atteindre 40 à 50 °C/km, et même
vement dans 24 pays. L’utilisation directe de la chaleur souter beaucoup plus dans des zones volca-
raine, notamment pour le chauffage et pour le thermalisme, niques. A 1000 m de profondeur sous le
Plateau suisse, où le gradient géother-
s’est développée dans 70 pays. En Suisse, les sondes géother mique est tout à fait normal, les roches
miques verticales pour le chauffage de villas familiales connais possèdent une température de 35 à 45 °C.
L’exploitation de la chaleur stockée
sent un fort engouement et les champs de sondes réalisés pour dans le sous-sol est appelée géothermie,
le chauffage et le refroidissement de bâtiments de grande taille quelque soit la température de la res-
source, la profondeur à laquelle on l’ex-
se mettent en place avec succès. Dans un avenir proche, des cen ploite et l’usage que l’on en fait. Cepen-
trales de production couplée d’électricité et de chaleur utilise dant, la chaleur contenue dans les roches

articles spécialisés
ront des ressources géothermiques à grande profondeur. est trop diffuse pour être extraite de ma-
nière économique: il est nécessaire
d’avoir à disposition un fluide calopor-
teur, généralement de l’eau, afin de trans-
porter l’énergie vers la surface. Ce fluide
est souvent présent dans le sous-sol, il
s’agit des aquifères, bien connus à faible
profondeur (moins de 100 m), mais cer-
taines formations géologiques per-
D’où provient la chaleur de la Terre? A pale le refroidissement du globe terrestre, méables peuvent être trouvées à des pro-
toute époque, les manifestations natu- mais provient à 90% de la désintégration fondeurs de 200 à 3000 m, avec des tem-
relles de la chaleur de la Terre, telles que des éléments radioactifs (uranium, tho- pératures qui s’échelonnent entre 15° et
les sources thermales, les geysers et bien rium, potassium) contenus dans les miné- nettement plus de 250 °C selon les ré-
sûr les volcans, ont été des centres d’at- raux de la croûte. En s’enfonçant dans le gions. En l’absence d’aquifères, d’autres
traction de l’humanité. Les sources sous-sol, la température des ouvrages tels techniques sont à disposition pour trans-
chaudes ont été utilisées depuis la haute que tunnels, galeries de mines et forages férer la chaleur contenue dans les roches.
monte régulièrement. En moyenne, le C’est la réalisation de forages équipés
FrançoisD. Vuataz gradient géothermique augmente de qui permet de remonter en surface l’éner-

Antiquité et chacun sait que les Romains


étaient de grands amateurs de bains ther-
maux. De nombreuses villes européennes
ont été fondées autour de sources ther-
males telles que Bath en Grande-Bre-
tagne, Baden-Baden en Allemagne ou
Aix-les-Bains en France, pour ne citer
que ces trois villes d’eau (fig. 1). Il ne
faut pas oublier que les bâtisseurs Ro-
mains ont été vraisemblablement les pre-
miers à mettre au point le chauffage par le
sol dans certains de leurs édifices, une
technique qui s’est pratiquement perdue
jusqu’au 20e siècle.
Plus de 99% de la masse de la Terre est
à une température de plus de 1000 °C.
Seul le 0,1% de la masse de la Terre,
c’est-à-dire les trois premiers kilomètres,
sont plus froids que 100 °C. A la surface
de la Terre, la chaleur rayonne avec un
Source: F.-D. Vuataz
flux moyen de 0,065 Watt/m2. Cette cha-
leur dégagée n’a pas pour origine princi- Figure 1 Source thermale à AixlesBains, France

Bulletin SEV/VSE 15/05 25


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:50 Seite 26

Géothermie

Tableau I Typologie et
caractéristiques des res
sources géothermiques

gie calorifique contenue dans les roches. deur), on utilise des pompes à chaleur fluide géothermique par des utilisateurs
La technologie actuelle permet d’at- pour augmenter la chaleur et fournir un successifs en cascade, jusqu’à la tempé-
teindre puis de capter des ressources géo- chauffage à basse température. rature ambiante.
thermiques jusqu’à 5000 m de profon- La taille des installations est très va-
deur et 400 °C. riable, allant de 5 à 7 kWt pour des
fachbeiträge

maisons familiales jusqu’à 100 000 kWt Usage indirect pour la


pour des réseaux de chauffage urbain conversion en électricité
Typologie des ressources approvisionnant des milliers d’appar- Le fluide géothermal qui se trouve
géothermiques tements, des écoles, des hôpitaux, etc. dans un réservoir dit de haute énergie est
On distingue plusieurs types de géo- (fig. 2). généralement sous forme liquide, ou di-
thermie en fonction de la température de Dans le cas de l’utilisation calorifique phasique. Dans certains cas très favo-
la ressource et du mode d’utilisation de d’un réservoir aquifère profond, le fluide rables, il est déjà en phase vapeur. Lors de
l’énergie. Selon la température dispo- géothermique arrive en surface par le fo- la remontée dans un forage de produc-
nible, deux filières d’utilisation de la géo- rage de production et transmet ses calo- tion, le fluide est progressivement dépres-
thermie sont possibles: la production di- ries à un fluide de chauffage au moyen surisé et se vaporise partiellement. Un sé-
recte de chaleur pour des installations de d’un échangeur de chaleur. Afin de renta- parateur de phase permet de conduire la
chauffage et la conversion de l’énergie biliser au mieux la ressource géother- vapeur seule, sous pression, vers une tur-
calorifique en électricité (tabl. I). mique et protéger l’environnement, les bine couplée à un générateur, qui conver-
fluides géothermiques doivent être réin- tit cette énergie en électricité.
jectés dans l’aquifère après refroidisse- Afin de rentabiliser au mieux une res-
Modes d’utilisation: Usage ment, à la température la plus basse pos- source géothermique, la réinjection du
direct des calories sible. La solution idéale est de refroidir le fluide refroidi dans son réservoir doit se
L’eau chaude provenant d’une res-
source géothermique peut être utilisée di-
rectement pour fournir de la chaleur à un
réseau de chauffage à distance, aux pis-
cines d’un centre thermal, aux bassins
d’une pisciculture, à des serres agricoles,
ou à toute autre activité nécessitant de la
chaleur. Toute la gamme des tempéra-
tures entre 15 et plus de 100 °C peut être
utilisée pour des applications diverses. La
majorité des installations géothermiques
réalisées jusqu’à aujourd’hui sont liées au
chauffage (habitat urbain collectif ou in-
dividuel, locaux industriels et agricoles),
à la balnéothérapie et à la pisciculture.
Si la température de la ressource n’est
pas suffisante pour assurer un système
monovalent, une autre source d’énergie
(électricité, gaz, fuel) peut être couplée,
pour assurer les pointes de consommation
de chaleur pendant les jours les plus
froids de l’hiver. Pour les ressources de
Source: CREGE 2005
très faible température (nappe phréatique
et formations rocheuses à faible profon- Figure 2 Ressources géothermiques et modes d’exploitation

26 Bulletin SEV/AES 15/05


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:50 Seite 27

Géothermie

Figure 3 Puissance ins (100 à 150 °C) sont également exploitées


tallée (MWe) pour la pro en Autriche et en Allemagne notamment,
duction d’électricité géo pour de petites productions d’électricité,
thermique en 2005 dans
les 10 principaux pays (au combinées avec la fourniture de chaleur.
total, 8900 MWe installés
dans 24 pays produisant
56800 GWh/an) Exploitation de la géothermie
dans le monde
Production d’électricité
C’est en 2004 qu’a été fêté le cente-
naire de la production d’électricité par la
géothermie. En effet, dès le début des an-
nées 1900, des pionniers en Italie et au
Japon ont construit les premières cen-
trales électriques géothermiques. Pendant
presque 50 ans, le champ géothermique
de Larderello en Toscane fut le seul à pro-
duire de l’électricité de manière indus-
Source: Bertani 2005 trielle. Depuis les années 1960, un déve-
loppement rapide de la géothermie a vu la
mise en route progressive de centrales
électriques dans 24 pays, notamment les
USA, les Philippines, le Mexique, l’Italie
leur à un fluide de travail organique à bas et l’Indonésie pour les cinq principaux

articles spécialisés
point de vaporisation, qui actionne la tur- (fig. 3). Actuellement, six pays produi-
bine selon le cycle de Rankine (ou de Ka- sent entre 10 et 24% de leur électricité
lina). On est en présence de deux circuits grâce à la géothermie: Costa Rica, El Sal-
de fluide fermés: le circuit géothermal vador, Islande, Kenya, Nicaragua et Phi-
primaire et le circuit secondaire de la cen- lippines (fig. 4). Au total, 63 millions de
trale. personnes sont alimentées par de l’élec-
La majorité des centrales de produc- tricité d’origine géothermique dans le
tion d’électricité géothermique atteignent monde.
une puissance installée de 20 à 50 MWe,
Source: E. Thor
alors que les petites unités varient de 0,5 Production de chaleur
à 5 MWe et les plus grandes centrales dé- Les ressources de vapeur à haute tem-
Figure 4 Cogénération à la centrale géothermique passent 100 MWe. La plupart des cen- pérature et forte pression sont essentielle-
de Nesjavellir, Islande: 60 MW d’électricité pour le ré
seau national et 150 MW de chaleur distribuée par trales électriques géothermiques ont été ment exploitées pour produire de l’élec-
une conduite de 27 km jusqu’à Reykjavik conçues pour des fluides de 150 à 250 °C, tricité. Par contre, les ressources géother-
car le rendement de la conversion élec- miques de moyenne ou basse température
trique dépend de la température. Cette sont utilisées de manière directe, en ma-
faire à la température la plus basse pos- conversion est sensiblement plus favo- jorité pour le chauffage de bâtiments et le
sible. En sortant du séparateur ou de rable au-delà de 180 °C. Depuis quelques thermalisme, mais aussi pour les usages
l’échangeur de chaleur, le fluide est en- années cependant, des ressources géo- associés aux serres agricoles, à la pisci-
core à près de 100 °C. Pour mieux valori- thermiques de température plus faible culture et à l’industrie (fig. 5). En 2005,
ser la ressource, il faut donc refroidir da-
vantage ce fluide, soit au moyen d’une
deuxième turbine à basse pression ou
d’une installation de chauffage, pour au-
tant que des consommateurs de chaleur
existent à proximité.
Différents types de centrales élec-
triques sont construites, en fonction de la
température du réservoir, de la pression
de la quantité de vapeur et de la salinité
du fluide géothermal. Dans le cas d’une
ressource à haute température et faible
salinité du fluide, c’est la vapeur géo-
thermale qui fait tourner la turbine (cycle
direct).
Pour des ressources dont le fluide est Figure 5 Répartition des
fortement salé et/ou la température est in- modes d’utilisation ther
férieure à 150 °C, c’est la technologie des mique de la géothermie
dans le monde en 2005
centrales à fluide binaire qui est utilisée. (au total 28000 MWt ins
La puissance calorifique est alors trans- tallés dans 71 pays pro
Source: Lund et al. 2005
mise au moyen d’un échangeur de cha- duisant 72600 GWh/an)

Bulletin SEV/VSE 15/05 27


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:50 Seite 28

Géothermie

Le fluide circulant dans le forage


prend la chaleur du terrain et fournit la
source d’énergie géothermique à une
pompe à chaleur (PAC). Celle-ci permet
de monter le niveau de température à en-
viron 35 °C. La part de l’électricité fai-
sant fonctionner la PAC représente 25 à
30% de l’énergie totale de l’installation.
Ce système permet d’assurer toute la sai-
son de chauffage d’une habitation par
planchers chauffants à basse température,
et selon le type de PAC, celle-ci peut éga-
lement assurer la fourniture de l’eau
chaude sanitaire.
Pour une villa neuve, les coûts d’inves-
tissement d’une SGV sont similaires à
ceux d’un système de chauffage classique
à mazout équipé d’une chaudière. Par
contre, les frais de fonctionnements an-
Source: Infos-Géothermie nuels sont très en faveur de la SGV (pas
d’entretien et pas de combustible). Dans
Figure 6 Chauffage d’une maison familiale avec une sonde géothermique couplée à une pompe à chaleur le cas d’une restauration de maison an-
cienne ou du changement d’un chauffage
vétuste, il vaut la peine d’évaluer les
fachbeiträge

plus de 70 pays totalisent une puissance profondeur) et des modes d’utilisation coûts et les avantages d’une sonde géo-
installée de 28 000 MWt, produisant (depuis le chauffage de la villa familiale thermique.
72 600 GWh/an. Les dix pays qui possè- jusqu’au réseau de distribution de cha-
dent plus de 500 MWt installés chacun leur). Champs de sondes géothermiques
sont les suivants: USA, Suède, Chine, Is- Si l’on regroupe une série de sondes ou
lande, Turquie, Danemark, Hongrie, Ita- Sondes géothermiques verticales si l’on fore à plus grande profondeur,
lie, Suisse et Allemagne. (SGV) l’échangeur de chaleur disposera d’un
Les applications et les techniques utili- Les SGV sont des échangeurs de cha- potentiel plus important, et permettra de
sées sont très variées d’un pays à l’autre. leur installés verticalement dans des fo- chauffer un groupe de villas ou des bâti-
En Europe occidentale, les grandes ins- rages de 50 à 350 m. Un fluide est pompé ments de plus grande taille, tels que des
tallations géothermiques sont raccordées en circuit fermé et permet d’extraire immeubles, des locaux industriels ou ad-
à des réseaux urbains de distribution de l’énergie du sous-sol à l’aide d’une ministratifs, des salles polyvalentes, etc.
chaleur, alors que les petites installations pompe à chaleur. Ces SGV sont installées Les puissances thermiques installées
couplées à des pompes à chaleur assurent clés en mains par des entreprises spécia- vont de quelques dizaines de kW à
le chauffage de maisons familiales. En lisées. Les quelques 35 000 installations 1000 kW pour les plus grandes installa-
Europe orientale, les utilisations sont plus qui existent en Suisse représentent la plus tions (fig. 7).
variées, notamment avec le chauffage de grande densité au monde de ce type Une série de sondes géothermiques
nombreuses serres agricoles. d’installation! La grande majorité des verticales (4 à 80 sondes), de profondeur
SGV servent à chauffer des maisons fa- variée (30 à 350 m), sont disposées sous
miliales. le bâtiment à chauffer ou immédiatement
Les applications de la Une SGV peut être installée dans à côté. Les conduites de chaque sonde se
géothermie en Suisse presque tous les types de formation ro- rejoignent à un collecteur alimentant une
Il y a 25 ans, la Suisse était représentée cheuse. Un ou deux forages d’un dia- ou plusieurs pompes à chaleur. Le fonc-
par une tache blanche sur la carte géo- mètre d’environ 15 cm sont réalisés très tionnement de l’installation se déroule
thermique de l’Europe. En effet, la pros- proches du bâtiment à chauffer. La pro-
pection et l’utilisation des ressources fondeur du forage est déterminée d’après
géothermiques en Suisse n’était pratiquée le volume des locaux à chauffer et les
que de manière confidentielle, par caractéristiques thermiques du terrain
quelques spécialistes. A cette époque, (fig. 6).
personne n’imaginait que la Suisse de- Dans le forage terminé, on insère géné-
viendrait un jour un utilisateur important ralement un double tube de polyéthylène
de la chaleur terrestre. En considérant à en forme de U jusqu’au fond. L’espace
l’échelle mondiale la puissance géother- vide restant est rempli d’un mélange de
mique installée par habitant (uniquement bentonite et de ciment, pour assurer un
pour la production de chaleur), la Suisse bon contact thermique entre les tubes et
arrive au cinquième rang avec 76 Wt par la paroi du forage. Ensuite, un circuit
habitant, après l’Islande, la Suède, le Da- fermé est établi entre le forage et le sous-
nemark et la Norvège. sol du bâtiment, et de l’eau généralement Source: NEK Umwelttechnik AG
Une des caractéristiques de la géother- additionnée de 15 à 20% d’antigel est Figure 7 Usine et bureaux à Wollerau, Schwyz,
mie suisse est représentée par la variété pompée dans l’échangeur de chaleur ainsi chauffés et refroidis par un champ de 32 sondes géo
des ressources (de 10 à plus de 2000 m de créé. thermiques

28 Bulletin SEV/AES 15/05


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:51 Seite 29

Géothermie

duction des coûts d’exploitation en com- refroidissement, l’eau est renvoyée dans
bustible fossile (env. 80%) et une réduc- la nappe par un deuxième puits. En
tion des émissions de CO2 (45 à 100%). Suisse, on compte environ 5000 installa-
Cette technologie simple et rationnelle tions de ce type et il en existe plus de 900
ne demande pas des surcoûts excessifs, pour le seul canton de Berne, principale-
mais nécessite, son intégration dès le ment pour des bâtiments de petite taille.
début du projet, et une réflexion globale
sur les aspects de la construction et de la Sources thermales et aquifères
consommation de l’énergie. Il existe ac- profonds
tuellement plus de 350 installations de La plupart des sources thermales «na-
type géostructures énergétiques en Au- turelles» sont exploitées depuis long-
triche et en Allemagne et seulement une temps en Suisse par les stations de cure.
trentaine en Suisse (fig. 8). Certaines d’entre elles profitent des excé-
dents de calories pour chauffer leurs bâti-
Chaleur de la nappe phréatique ments et préchauffer l’eau chaude sani-
La nappe phréatique est un fournisseur taire, notamment à Lavey-les-Bains
remarquable d’énergie aux fins de chauf- (VD), Zurzach (AG) et Bad Schinznach
fage de locaux et de l’eau sanitaire. En (AG). Dans le cadre du soutien aux pro-
Suisse, la température des eaux souter- jets de forages géothermiques profonds et
raines superficielles (5 à 20 m) atteint de de la couverture du risque géologique
Source: Tecnoservice engineering SA
8 à 12 °C et ne fait l’objet que de très mise en place par l’OFEN, 14 forages de
faibles variations saisonnières, à la diffé- 400 à 2500 m de profondeur ont été réa-
Figure 8 Système de pieux énergétiques pour le rence des eaux de surface. L’exploitation lisés entre 1988 et 1998, avec un taux de
chauffage et le rafraîchissement d’un bâtiment de la nappe phréatique fait appel à des succès de l’ordre de 50%.

articles spécialisés
Minergie: le Centre scolaire de Fully, Valais
puits uniques ou multiples (puits de pro- Pour des raisons environnementales et
duction et d’injection) et requiert une de gestion durable de la ressource, le
sur un cycle annuel: la chaleur du terrain concession. fluide géothermal doit être réinjecté dans
est extraite pendant la saison de chauf- Après avoir extrait l’eau souterraine son aquifère après utilisation des calories.
fage (injection de froid) et pendant la pé- par pompage dans un puits, une pompe à Ce mode de fonctionnement est appelé
riode de rafraîchissement estival (réinjec- chaleur soutire ses calories et fournit une doublet géothermique. Le forage de pro-
tion de chaleur dans le terrain), c’est le température suffisante pour un système duction remonte l’eau géothermale à la
froid qui est extrait du milieu souterrain. de chauffage à basse température. Après surface au moyen d’une pompe immer-
Un système de chauffage de secours ou
d’appoint est parfois installé, mais n’est
mis en fonction que pendant les périodes
d’entretien et de réparation ou lors des
jours de grand froid.

Géostructures et pieux énergétiques


Les géostructures nécessaires au soutè-
nement et aux fondations de bâtiments de
toute taille peuvent être équipées
d’échangeurs de chaleur. Les pieux en
béton armé atteignent une longueur de
quelques mètres à plus de 30 m de lon-
gueur. A l’intérieur de ces pieux est
installé un tube ou un réseau de tubes en
polyéthylène, souvent des doubles ou
quadruples U, selon le diamètre des
pieux. Ces tubes sont ensuite noyés dans
le béton pour assurer un bon contact ther-
mique. Un fluide caloporteur, souvent de
l’eau claire uniquement, circule dans un
réseau en boucle entre les pieux et la
pompe à chaleur, afin de pouvoir échan-
ger la chaleur ou le froid du terrain.
Le fonctionnement de l’installation se
déroule sur un cycle annuel, avec une ex-
traction de la chaleur du terrain pendant
la saison de chauffage (injection de froid)
et une extraction de froid pendant la pé-
riode de climatisation (injection de cha- Figure 9 Schéma type
d’un doublet géother
leur dans le terrain). Les puissances ins- mique alimentant un ré
tallées varient entre 20 et 1000 kWt. Les seau de chauffage à dis
avantages de ces installations sont la ré- tance Source: Infos-Géothermie

Bulletin SEV/VSE 15/05 29


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:51 Seite 30

Géothermie

gée. Ensuite, un échangeur de chaleur chaleur du tunnel. La puissance totale la base des expériences réalisées par les
transmet les calories géothermiques au installée atteint 960 kWt, mais le poten- programmes Hot Dry Rock internatio-
circuit de chauffage. Après refroidisse- tiel disponible est de 3700 kWt. naux. Pour des raisons d’ordre écono-
ment, l’eau géothermale est alors resti- mique, politique et géothermique, c’est à
tuée à l’aquifère par le forage d’injection Technologie des systèmes géother- Bâle que la première centrale pilote sera
(fig. 9). miques stimulés: un projet d’avenir construite. Avec une puissance électrique
La plus grande centrale géothermique Le principe des Systèmes Géother- nette d’environ 4 MWe et une puissance
de Suisse basée sur le principe du doublet miques Stimulés (EGS) consiste à aug- thermique de 30 MWt, elle fournira dès
alimente le réseau de distribution de cha- menter la perméabilité d’un massif de 2010 électricité et chaleur pour 5000 mé-
leur de Riehen (Bâle). Cette installation roches fissurées dans le socle cristallin, nages. Cette capacité sera atteinte au
est équipée d’une centrale de cogénéra- afin de faire circuler de l’eau pour la ré- moyen d’un forage d’injection et de deux
tion chaleur-force et de deux pompes à chauffer. Dans ce but, on injecte sous forages de production, produisant un
chaleur électriques. L’exploitation de forte pression de l’eau froide dans un fo- débit de 100 l/s à la température de
l’aquifère (67 °C à la profondeur de rage, à une profondeur où la roche atteint 180 °C. Le coût global de réalisation de
1500 m) est réalisée au moyen de deux une température d’environ 200 °C (5 à cette centrale pilote est devisé à 85 mil-
forages verticaux séparés par une dis- 6 km de profondeur dans les conditions lions de francs, alors que le prix de re-
tance de 1 km. Quelques 160 immeubles géologiques de la Suisse). Sous l’effet de vient de l’énergie a été évalué à
sur territoire suisse sont chauffés par la la pression, les fissures existantes sont 15 ct/kWh pour le courant électrique et
géothermie et depuis l’année 2000 un cas élargies et une circulation en continu peut à 3,5 ct/kWh pour la chaleur. Le finance-
unique de vente de chaleur géothermique alors être instaurée entre un puits d’injec- ment de tous les forages et de l’ingénierie
transfrontalière permet également d’ap- tion et un ou plusieurs puits de produc- de réservoir est bouclé et le premier fo-
provisionner un quartier de Lörrach tion. Après son cheminement dans le ré- rage de 5 km de profondeur sera réalisé
(Allemagne) par une conduite de 600 m seau des fissures, l’eau réchauffée re- dès janvier 2006.
provenant de la centrale géothermique de monte dans le forage de production et
fachbeiträge

Riehen. transmet l’énergie calorifique en surface,


au moyen d’un échangeur de chaleur, à Etat de la géothermie en
Géothermie des tunnels un fluide de travail. Ce deuxième circuit, Suisse à l’aube du 21e siècle
Les tunnels et les galeries traversant à bas point de vaporisation, actionne la A moyen terme, la géothermie de
des massifs rocheux drainent les eaux turbine à vapeur couplée à un générateur. basse température (sondes géothermiques
souterraines qu’ils rencontrent. Ces eaux Après refroidissement, le fluide géother- et chaleur de la nappe phréatique) pour le
sont évacuées vers l’extérieur des galeries mal retourne dans le massif rocheux par chauffage et la climatisation des bâti-
par des canaux et sont déversées dans des le forage d’injection (fig. 10). ments va continuer sa forte progression
cours d’eau. Suivant l’épaisseur de Basé sur cette technologie, le projet (tabl. II). D’autre part, dans le domaine
roches qui recouvre le tunnel, la tempéra- Deep Heat Mining (DHM) a débuté en de la production d’électricité par les sys-
ture des eaux interceptées peut atteindre 1996. Le concept d’une centrale pilote tèmes géothermiques stimulés à grande
30 °C, voire plus. Associée à des débits pour la production conjointe d’électricité profondeur, les premières centrales pi-
importants, cette ressource géothermique et de chaleur en Suisse a été élaboré, sur lotes verront le jour à Soultz-sous-Forêts
peut être utilisée pour des besoins en cha-
leur de consommateurs proches des por-
tails des tunnels.
Une étude géothermique de 15 tunnels
et galeries de Suisse a montré leur poten-
tiel, tant sur le plan de l’énergie géo-
thermique disponible que de la présence
de consommateurs. Le potentiel total
susceptible d’être exploité atteint
30 000 kWt. Il faut également relever que
les deux tunnels de base d’AlpTransit
(Lötschberg et Gothard) vont fournir un
potentiel très important, en raison de leur
longueur et de l’épaisseur du recouvre-
ment rocheux.
Actuellement en Suisse, il existe six
installations de chauffage utilisant la cha-
leur des tunnels. Dans le tunnel ferro-
viaire de la Furka en Valais, quelques
5400 l/min à 16 °C sont drainés et s’écou-
lent de manière naturelle vers le portail
ouest. Une conduite amène l’eau par gra-
vité au village d’Oberwald, où un sys-
tème novateur a été choisi: un réseau de
distribution amène l’eau aux pompes à Figure 10 Schéma de
fonctionnement d’une
chaleur de chaque utilisateur. Actuelle- installation géother
ment, 177 appartements et une salle de mique de grande profon
sport communale sont chauffés par la deur Source: Häring Geo-Project

30 Bulletin SEV/AES 15/05


515Vuataz7aHU.qxp 30.06.2005 14:51 Seite 31

Géothermie

Lund J. W., Freeston D. H. & Boyd T. L.: Worldwide di


rect uses of geothermal energy 2005. Proc. World
Geothermal Congress 2005, Antalya, Turkey, 24
29 April 2005
Rummel F. & Kappelmeyer O. (eds.): Geothermal
Energy. Future energy source? FactsResearchFu
ture. Verlag C.F. Müller, Karlsruhe (bilingue alle
mandanglais), 1993
Rybach L. & Gorhan H.: 2005 Country update for Swit
zerland. Proc. World Geothermal Congres 2005,
Antalya, Turkey, 2429 April 2005
Rybach L., Mégel Th. & Eugster W. J.: At what time
scale are geothermal resources renewable? Proc.
World Geothermal Congress 2000, KyushuTo
hoku, Japan, May 28 – June 10, 2000: 867872
Signorelli, S., Andenmatten, N., Kohl, T. & Rybach, L.:
Projekt Statistik der geothermischen Nutzung der
Schweiz für die Jahre 2002 und 2003. Bericht für
das Bundesamt für Energie, Bern, 2004
Tableau II Puissance installée et production de chaleur géothermique en Suisse en 2004 Vuataz F.D.& Fehr A.: 25 ans d’activités géother
miques en Suisse. Bulletin GéothermieCH, 26: 2
10 , 2000
(Alsace) dès 2006 et à Bâle en 2010. Ces par conséquent à réduire les émissions de Vuataz, F.D., Gorhan, H.L. & Geissmann, M.: Promo
tion of geothermal energy in Switzerland: a re
opérations de démonstration permettront gaz à effet de serre. La chaleur du sous- cent program for a longterm task. Geothermics
d’engager une dynamique pour accélérer sol est disponible et peut apporter une 32/46, Special issue, European Geothermal Con
la réalisation de nouvelles centrales, plus contribution nettement plus importante ference 2003, 789798, 2003

articles spécialisés
grandes et plus efficaces. sur la scène énergétique suisse.
De manière générale, l’utilisation ac-
crue de la géothermie et la bonne gestion
Informations sur l’auteur
Littérature Dr FrançoisD. Vuataz est directeur du Centre de
de la chaleur (et du froid !) du sous-sol en
Bertani R.: World geothermal generation 20012005: recherche en géothermie (CREGE) à Neuchâtel. Il a
Suisse contribueront à diminuer la dépen- state of the art. Proc. World Geothermal Congress obtenu son doctorat ès sciences à l’Université de Ge
dance vis-à-vis des huiles de chauffage et 2005, Antalya, Turkey, 2429 April 2005 nève en 1981. Ensuite il a occupé différents postes de
Dickson M. H. & Fanelli M. (eds.): Geothermal energy: recherche appliquée dans le domaine des ressources
utilization and technology. UNESCO Publ., Paris, géothermiques aux EtatsUnis (Los Alamos National
205 pp, 2003 Laboratory), en France (BRGM) et en Suisse (EPFL,
Haering M.: Deep Heat Mining: development of a co CREALP, CHYN). De 1990 à 2004, il a conduit le groupe
Informations supplémen- generation power plant from an enhanced geo de géothermie du CHYN (Université de Neuchâtel). Il
taires thermal system in Basel, Switzerland. IGA News est également viceprésident de la Société Suisse pour
letter, 58: 46, 2004 la Géothermie (SG/SVG) et membre du Board of Direc
Société Suisse pour la Géothermie Hurter S. & Haenel R. (eds.): Atlas of geothermal re tors de l’International Geothermal Association (IGA).
2502 Bienne sources in Europe. Office for official publ. of the Le CREGE est un réseau de compétences dans le do
Tél. 032 341 45 65 European Communities, EUR 17811, 2002 maine de la géothermie, fondé en novembre 2004, et
svg-ssg@geothermal-energy.ch Lemale J. & Jaudin F.: La géothermie, une énergie formé de 34 institutions suisses.
d’avenir. Agence régionale de l’environnement et Centre de recherche en géothermie CREGE,
www.geothermal-energy.ch des nouvelles énergies IledeFrance (ARENE), 2007 Neuchâtel, www.crege.ch,
1998 francois.vuataz@crege.ch

Ethernet bis an die Maschine


Ein Kommunikationsnetz für das gesamte Unternehmen

Ethernet erschien für den industriellen Einsatz lange Zeit unge


eignet. Inzwischen hat sich diese Technologie im Automatisie
rungsbereich etabliert. Industrial Ethernet hat allerdings nur
noch wenig mit der über 25 Jahre alten Ursprungstechnologie zu
tun. Die Priorisierung von Daten, kombiniert mit den Ethernet
Hier haben sich zwei Alternativen her-
auskristallisiert. Der klassische RJ45-Ste-
cker aus der Bürowelt wurde modifiziert
und in unterschiedlicher Form gekapselt.
Leider konnten sich die Hersteller nicht
auf einen gemeinsamen Standard einigen,
Articles spécialisées
sur Internet
so dass heute rund zehn verschiedene
Steckervarianten am Markt angeboten
Standards für Switching, FullDuplexÜbertragung und die Mög werden, die nicht kompatibel sind.
lichkeit der Skalierung der Bandbreite von 10 Mbit/s, auf Alternativ wurde der im industriellen
100 Mbit/s oder 1000 Mbit/s sind Meilensteine in der industriel Umfeld bewährte M12-Stecker weiter-
entwickelt und für Datenraten bis 100
len Kommunikation. Neue Technologien wie echtzeitfähiges Mbit/s (Fast Ethernet) von verschiedenen
Ethernet erhöhen die Stabilität der Automatisierungsnetzwerke Herstellern freigegeben.
aus der praxis

Im Gegensatz zu den gekapselten


zusätzlich. RJ45-Steckverbindern ist es beim M12-
Stecker gelungen, eine für IP67-Anwen-
dungen einheitliche Lösung zu spezifi-
zieren. Die verschiedenen Gremien

Ethernet-Netzwerkkomponenten für
industrielle Applikationen erfüllen nicht
nur die im Büroumfeld gängigen Sicher-
busse waren und wo hohe Anforderungen
an die Netzwerkgeräte bezüglich Tem-
peraturbereich, Schock- und Vibrations-
(IAONA, PNO und ODVA) haben sich
hier auf die vierpolige Variante mit der im
DKE definierten D-Kodierung geeinigt.
Damit lassen sich die Switches, die
höchsten Anforderungen bezüglich
Schock, Vibration und IP-Schutzart erfül-
len, ohne zusätzliche Schutzmassnahmen
www.electrosuisse.ch/v
(Rubrique Bulletin)
heitsstandards, sondern besitzen darüber festigkeit sowie an die Schutzart gestellt direkt an der Maschine montieren. Damit
hinaus eine redundante 24-Volt-Span- werden; dies gilt ebenso für die ent- kann die im Produktionsbereich übliche
nungsversorgung, lassen sich auf Hut- sprechenden Steckverbinder. busförmige Verkabelungsstruktur bei-
schienen montieren und nach dem «Plug-
and-Work»-Prinzip in Betrieb nehmen.
Redundanzfunktionen gewährleisten die
Verfügbarkeit der Netzwerke. So verfü-
gen verschiedene Switches aus der Indus-

Jürgen Schmid

trial-Ethernet-Familie über eine eigene


Steuerungsintelligenz, die dafür sorgt,
dass nach einem Leitungs- oder Geräte-
ausfall garantiert innerhalb von 0,5 Se-
kunden eine alternative Verbindung zur
Verfügung steht.

Feldtauglicher IP67Switch
Durch den zunehmenden Einsatz von
Protokollen wie Modbus/TCP, Ether-
net/IP, Profinet und HSE1), die alle auf
Ethernet aufsetzen, gewinnt die dezen-
trale Architektur mit Ethernet-I/O-Kom-
ponenten immer grössere Bedeutung. Quelle: Hirschmann

Damit stösst das Protokoll in Bereiche Bild 1 Die Roboter werden über Ethernet gesteuert – über dasselbe TCP/IPProtokoll, wie es der BüroPC
vor, die bisher eine Domäne der Feld- nutzt.

Bulletin SEV/VSE 15/05 31

View publication stats