Vous êtes sur la page 1sur 15

Services 

de stockage de Windows Server 2012 R2

1. Introduction

Windows Server 2012 R2 introduit un nombre important de nouvelles fonctionnalités en rapport avec la gestion du 
stockage. L’ensemble de ces nouvelles fonctionnalités forment le socle qui permet à Windows Server 2012 R2 d’offrir 
une  meilleure  fiabilité,  une  meilleure  disponibilité  et  de  bonnes  performances  au  sous­système  de  stockage  du 
système d’exploitation. 

Ces nouvelles avancées permettent de combiner des fonctionnalités permettant de créer de nouvelles solutions de 
stockage en limitant l’acquisition de matériels « trop sophistiqués » donc trop onéreux. Ainsi, une solution basée sur 
Windows Server 2012 R2 pourra impliquer les technologies embarquées listées ci­dessous : 

l Storage  Spaces  :  ces  nouveaux  services  de  stockage  sont  conçus  pour  supporter  des  solutions  de  stockage 
économiques en termes d’investissements matériels. 

l CSVFS  ­  CSV  v2  :  de  nombreuses  améliorations  ont  été  apportées  au  système  de  stockage  d’Hyper­V.  En  effet,  les 
volumes  CSV  (Cluster  Shared  Volumes)  de  Windows  Server  2012  R2  sont  désormais  utilisables  pour  supporter  des 
applications  telles  que  SQL  Server  et  même  les  services  de  fichiers  SMB/CIFS.  Les  nouveaux  volumes  CSV  v2 
supportent  aussi  le  cryptage  physique  BitLocker  et  intègrent  des  fonctionnalités  de  maintenance  automatique  (Self­
Healing), une fonctionnalité de cache adaptée aux environnements VDI, le mode "No Redirected I/O for Backup" ainsi 
qu’une nouvelle fonctionnalité de redirection des E/S au niveau blocs (Block Level I/O redirection). 

Windows Server 2012 R2, CSV v2 et les services de fichiers CIFS : l’utilisation des services de fichiers CIFS via un 
volume  partagé  en  cluster  (CSV)  n’est  pas  recommandée  dans  le  cas  des  nouveaux  clusters  fonctionnant  en  mode 
SOFS  (Scale­Out  File  Services). En effet, cette nouvelle fonctionnalité est optimisée dans le cas d’un  ensemble  limité  de 
fichiers volumineux tels que les fichiers de disques virtuels des machines virtuelles Hyper­V ou des fichiers de bases de 
données  SQL  Server.  L’accès  à  de  nombreux  petits  fichiers  utilisés  par  de  nombreux  utilisateurs  est  supporté  par  les 
clusters  SOFS  mais  pas  recommandé  dans  le  cadre  d’une  utilisation  de  type  bureautique.  Le  cadre  d’utilisation  des 
clusters SOFS est spécifié via le lien : http://technet.microsoft.com/en­us/library/hh831349.aspx  

l ReFS (Resilient File System) apporte de nouvelles fonctionnalités de résilience pour assurer une haute disponibilité des 
volumes de grande taille en cas de corruption physique ou logique du système de fichiers. 

ReFS, NTFS, CSVFS et déduplication : les volumes en cluster CSV doivent utiliser NTFS. Une fois formaté en NTFS, un 
volume  CSV  est  marqué  CSVFS  de  telle  sorte  qu’il  est  facilement  identifiable  parmi  les  autres  volumes  NTFS.  Le 
support  de  la  déduplication  des  données  est  une  réelle  opportunité  pour  récupérer  de  l’espace  disponible  dans  les 
environnements  où  la  consommation  d’espaces  disques  est  excessive.  L’intérêt  est  que  cette  fonctionnalité  de  Windows 
Server 2012 R2 est une réelle alternative pour les environnements de stockage matériels SAN et non SAN ne disposant 
pas  de  fonctionnalités  matérielles équivalentes  souvent  très  onéreuses.  Notez  que  dans  les  environnements  Windows 
Server 2012, la fonctionnalité de déduplication n’est pas disponible avec les volumes ReFS et ne peut pas non plus être 
utilisée avec les volumes CSVFS utilisables par Hyper­V.  

Avec Windows Server 2012 R2, les volumes CSV supportent désormais la majorité des fonctionnalités présentent au 
sein du système d’exploitation. L’administrateur pourra ainsi en fonction des scénarios d’usage utiliser ReFs ­ Resilient 
File  System,  la  déduplication  et  les  nouveautés  apportées  à  l’environnement  de  stockage  Storage  Spaces  (support 
des  volumes  CSV  avec  parité,  support  du  Tiering  et  du  cache  en  écriture).  Alors  qu’avec  Windows  Server  2012,  la 
fonctionnalité  de  déduplication  est  généralement  utilisée  pour  les  volumes  NTFS  contenant  des  fichiers  bureautiques 
ou des fichiers volumineux non utilisés (entrepôt de données de fichiers VHD, etc.), Windows Server 2012 R2 prend 
en  charge  la  déduplication  à  chaud  des  fichiers  de  disques  virtuels  VHDX  sur  les  volumes  CSV  en  cluster.  Il  s’agit 
d’une  avancée  remarquable  car  les  gains  en  espace  disque  sont  bien  sur  très  importants  !  Notez  toutefois  que  ce 
scénario d’usage est aujourd’hui supporté uniquement dans le cadre des machines virtuelles VDI. 

Le stockage est l’un des composants clés que les administrateurs et architectes d’infrastructures doivent considérer 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 1-


lors de la mise en œ uvre de serveurs fonctionnant sous Windows Server 2012 R2. Qu’il s’agisse de simples serveurs 
de  fichiers,  ou  de  serveurs  en  cluster,  les  aspects  liés  au  stockage  sont  déterminants  dans  le  choix  des 
technologies, des investissements liés aux matériels et des fonctionnalités qui seront disponibles. 

La  demande  en  capacité  de  stockage  augmente  d’autant  plus  que  les  entreprises  souhaitent  disposer  de  leurs 
données  sur  des  périodes  de  temps  de  plus  en  plus  grandes.  En  plus  de  ce  constat,  certaines  opérations 
nécessitent aussi de l’espace disponible qu ’il faut aussi considérer ! Ce sera le cas des snapshots de disques, des 
snapshots  de  machines virtuelles,  de  l’indexation  des  documents,  des  profils  itinérants,  de  la  redirection  des 
dossiers des utilisateurs, des opérations sur les fichiers telles que, par exemple, le compactage, la défragmentation, 
etc. 

Dans un premier temps, les pages qui suivent introduisent la technologie de stockage Storage Spaces apparue avec 
Windows  Server  2012  et  encore  améliorée  avec  Windows  Server  2012  R2.  Nous  allons  ensuite  détailler  comment 
implémenter les services de stockage Storage Spaces pour gérer les pools de disques, les espaces de stockage, les 
disques virtuels et les volumes présentés aux applications. 

2. Objectifs des nouvelles fonctionnalités de stockage 

Le travail réalisé par Microsoft a pour principal objectif de permettre aux administrateurs du stockage de disposer 
des fonctionnalités essentielles tout en proposant une gestion du stockage dans Windows Server 2012 R2 moins 
complexe et moins coûteuse qu’elle ne l’est aujourd’hui avec les solutions matérielles de type SAN iSCSI ou FC (Fibre 
Channel). 

Windows  Server  2012  R2  met  aussi  l’accent  sur  les  opérations  de  diagnostic  et  de  dépannage.  Ainsi,  le  nouveau 
Gestionnaire de serveur de Windows Server 2012 R2 fournit un accès facile aux différents outils d’administration et 
informations.  Les  services  de  stockage  Storage  Spaces  disposent  aussi  d’une  intégration  totale  avec  Windows 
PowerShell 4.0 et l’interface WMI (Windows Management Instrumentation).  

SAN,  NAS  et  Storage  Spaces  :  aujourd’hui,  l’administration  des  environnements  de  stockage SAN  offrent  des 
services  embarqués  à  très  hautes  performances.  Cependant,  force  est  de  constater  que  ces  performances  sont 
souvent  utilisées  à  quelques  %  de  leur  réel  potentiel.  Ce  constat  permet  d’envisager  sereinement  la  mise  en  place  de 
solution plus économiques en lieu et place des solutions SAN jugées trop chères et trop complexes à maintenir dans le 
temps  (mise  à  jour  des  firmwares,  des  commutateurs,  des  cartes  HBA)  et  à  administrer  avec  des  applications 
spécifiques.  

L’administration  de  l’environnement  de  stockage  Storage  Spaces  offre  aussi  à  l’administrateur  une  méthode 
structurée basée sur des tâches bien définies : mise en œ uvre des pools de disques, des pools de stockage, de la 
déduplication, des partages, de l’environnement DFS, etc.  

3. Uniformisation du stockage et écosystème

L’environnement de stockage Storage Spaces de Windows Server 2012 R2 est entièrement contrôlable à l’aide de 
l’interface Windows PowerShell 4.0 qu’il s’agisse de serveur locaux ou de serveurs distants. 

En plus de la gestion du stockage virtuel directement attaché aux serveurs Windows Server 2012 R2, l’interface SMI­
S  pour  Storage  Management  Initiative­Specification,  incluse  dans  Windows  Server  2012  R2,  permet  une  prise  en 
charge  native  des  autres  systèmes  de  stockage  tels  que  ceux  fournis  par  NetApp,  Dell  ou  HP.  Au­delà  de  cette 
intégration  « in  the  box » de  fonctionnalités  et  d’interfaces  de  gestion  et  d’administration  du  stockage au  sein  du 
système Windows Server, le développement et l’adoption de l’interface SMI­S par l’ensemble des acteurs du marché 
devrait favoriser le développement de services et d’applications capables de prendre en charge différents types de 
sous­systèmes de stockage. 

- 2- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


4. Administration des services de fichiers et de stockage

L’ensemble  de  ces  avancées  est  directement  intégré  au  sein  des  rôles  et  des  fonctionnalités  contrôlées  par  le 
Gestionnaire de serveur de Windows Server 2012 R2 et le rôle Services de fichiers et de stockage. 

L’administrateur peut ainsi utiliser les fonctionnalités listées ci­dessous : 

l Déduplication des données pour réduire les besoins en matière de stockage et ainsi limiter les investissements relatifs 
au stockage. 

l Serveur cible iSCSI : la fonctionnalité ­ en anglais, iSCSI Target ­ permet de créer et de publier des cibles iSCSI de la 
même  manière  que  dans  le  cas  d’un  SAN  embarqué  dans  une  baie  de  stockage  intelligente.  De  cette  manière, 
Windows Server 2012 R2 permet de s’affranchir des problématiques liées aux fournisseurs de matériels.  

l Storage  Spaces  :  avec  cette  nouvelle  fonctionnalité,  l’administrateur  pourra  mettre  en  œuvre  des  solutions  de 
stockage hautement disponibles en utilisant des groupes de disques basés sur les standards du marché qu’il  s’agisse 
de disques SATA, SAS ou SSD ­ JBOD, pour Just a Bunch Of Disks. 

l Gestionnaire  de  serveur  et  Windows  PowerShell  :  ces  composants  centraux  permettront  d’assurer  les  tâches  de 
gestion,  d’administration  et  d’automatisation  d’un  ou  plusieurs  serveurs  à  partir  d’une  seule  session  d’administration 
Windows.  

5. Simplification de la gestion du stockage

Le  schéma  ci­dessous  illustre  le  positionnement  des  services  et  des  technologies  liées  au  stockage  au  sein  de 
l’environnement Windows Server 2012 R2. Comme le montre la figure, il devient aujourd’hui possible de construire 
une solution de stockage entièrement basée sur des services et des fonctionnalités intégrées au sein du système 
d’exploitation Windows Server 2012 R2.  

Gestion unifiée du stockage : services et interfaces 

a. Méthodes d’administration et outils

L’ensemble  des  outils  habituellement  utilisés  pour  réaliser  telle  ou  telle  tâche  a  été  synthétisé  pour  offrir  à 
l’administrateur  une  meilleure  expérience  de  toutes  les  opérations  qu’il  doit  être  à  même  de  réaliser.  Jusqu’à 
présent, l’exécution d’une tâche nécessitait souvent l’utilisation de plusieurs outils, ce qui pouvait parfois conduire 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 3-


l’administrateur à perdre la logique de la tâche à réaliser. Le Gestionnaire de serveur de Windows Server 2012 R2 
dispose  désormais  de  nombreux  assistants  prenant  en  charge  la  réalisation  complète  de  la  majorité  des  tâches 
d’administration. 

À propos du Gestionnaire de serveur de Windows Server 2012 R2 

Au­delà  des  nombreux  assistants  d’installation,  de  configuration  et  d’administration  des  rôles,  des  services  de 
rôles  et  des  fonctionnalités  disponibles  avec  Windows  Server  2012  R2,  la  nouvelle  version  du  Gestionnaire  de 
serveur  joue  le  rôle  de  «  console  d’administration centrale »  en  accueillant  l’ensemble  des  outils  et  commandes 
d’administration. La figure qui suit illustre les tâches proposées de manière contextuelle en fonction de la nature 
des objets sélectionnés.  

Gestionnaire de serveur et tâches d’administration 

b. Administration multiserveur et intégration des consoles

La problématique liée à l’administration de multiples serveurs lors de la même session d’administration a fait l’objet 
de profondes améliorations. Ainsi, les outils et assistants intégrés au Gestionnaire de serveur de Windows Server 
2012  R2  permettent  une  administration de  multiples  serveurs  lesquels  seront  souvent  répartis  sur  de  multiples 
sites distants. Cette fonctionnalité n’est bien sûr pas nouvelle mais elle a été étendue à l’ensemble des opérations 
d’administration. 

La  figure  suivante  illustre  le  fait  que  l’environnement  Windows  PowerShell  aura  le  focus sur  la  machine  distance 
WINSRV­HV02 de telle sorte que toutes les commandes seront exécutées « par défaut » vers ce serveur. 

- 4- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Exécution de Windows PowerShell vers le nœud distant WINSRV­HV02 du cluster HVCLU­01 

Dans  le  même  ordre  d’idée,  les  fonctionnalités  de  stockage  font  l’objet  d’une  intégration  dans  les  différentes 
consoles  ayant  rapport  avec  la  gestion  des  disques.  Ainsi,  la  figure  ci­dessous  illustre  l’intégration  de 
l’administration  du  stockage  et  des  fonctionnalités  Storage  Spaces  au  sein  des  clusters  fonctionnant  sous 
Windows Server 2012 R2, en permettant à l’administrateur de directement ajouter et ou créer un nouveau pool de 
stockage au sein d’un cluster.  

Administration du stockage au sein de la console de gestion Gestionnaire de cluster de basculement 

c. Gestion des disques, opérations d’administration et automatisation

La  gestion  des  périphériques  de  types  disques  et  de  la  couche  de  stockage  Storage  Spaces  est  désormais 
directement  intégrée  au  sein  du  système  d’exploitation  via  le  nouveau  pilote  de  périphérique  Contrôleur  des 
espaces de stockage Microsoft. 

La figure suivante illustre le contrôleur des espaces de stockage Microsoft assurant la mise en œ uvre des services 
Storage Spaces. 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 5-


Contrôleur des espaces de stockage Microsoft 

La figure suivante illustre un périphérique de type disque disposant d’une partition GPT (GUID Partition Table) de 20 
To dont 5 To sont actuellement alloués. Ce disque présenté et vu par le système d’exploitation Windows Server 
2012 R2 n’est en réalité rien d’autre qu’un vDisk ­ disque virtuel Storage Spaces ­ connecté sur le contrôleur des 
espaces de stockage Microsoft intégré au système d’exploitation. 

- 6- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Propriétés d’un disque virtuel Microsoft Storage Space Device de 20 To  

6. Concepts Storage Spaces

Windows  Server  2012  R2  introduit  Storage  Spaces  comme  un  nouveau  sous­système  de  gestion  du  stockage.  Le 
concept  de  base  n’est  pas  nouveau  et  est  tout  à  fait  similaire  à  ce  que  l’on  retrouve  sur  toutes  les  baies  de 
stockage  SAN  en  termes  de  regroupement  de  disques.  L’idée  étant  que  pour  la  première  fois,  ces  fonctionnalités 
sont  directement  intégrées  pour  tout  ou  partie  dans  le  système  d’exploitation  et  plus  uniquement  dans  les 
contrôleurs intelligents des baies de stockage. Le principe est basé sur la création de pools de disques, puis sur la 
création de disques virtuels eux­mêmes configurés pour utiliser ou non une tolérance de panne. 

L’utilisation des pools et des espaces de stockage directement intégrés au système d’exploitation Windows Server 
2012 R2 permet de réduire les coûts via les avantages listés ci­après : 

l Réduction des coûts d’administration en réduisant le temps passé par les administrateurs à provisionner les différents 
types de disques physiques et logiques.  

l Simplification des tâches d’administration courantes. 

l Prise  en  charge  de  fonctionnalités  avancées,  directement  par  Storage  Spaces :  les  différents  niveaux  de  RAID,  les 
disques  de  secours  ­  en  anglais  spare  disk,  la  déduplication,  permettant  la  mise  en  œuvre  de  matériels  de  stockage 
moins sophistiqués donc plus économiques à l’achat. 

a. Disques physiques

L’environnement  Storage  Spaces  introduit  une  gestion  organisée  des  disques  physiques  au  sein  du  système 
Windows Server. Le terme « disque physique » est utilisé pour décrire puis gérer le stockage physique directement 
détecté et présenté au système d’exploitation Windows Server 2012 R2. 

Vue des disques physiques (Primordial Pool) 

À  propos  du  pool  primordial  :  le  pool  primordial  est  le  pool  créé  par  défaut  qui  contient  tous  les  disques  vus,  et 
donc compatibles avec Storage Spaces. Au final, les pools de disques créés par la suite sous Windows Server 2012 
R2 sont directement issus du pool primordial. 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 7-


L’administrateur  prend  en  charge  la  gestion  des  disques  physiques  directement  via  Storage  Spaces  et  le 
contrôleur  des  espaces  virtuels  Storage  Spaces.  Mais  l’environnement  de  gestion  va  plus  loin  en  intégrant  les 
baies et autres matériels de stockage intelligents via un fournisseur matériel SMP (Storage Management Provider), 
basé sur la norme SMI­S.  

Ajout de l’interface de gestion SMI­S 

b. Pools de stockage

Un pool de stockage permet de regrouper un certain nombre de disques physiques. L’administrateur peut gérer de 
multiples pools de stockage en ajoutant ou en retirant des disques physiques en fonction des besoins en matière 
de capacité. La capacité d’un pool de stockage varie donc en fonction du nombre de disques présents au sein d’un 
pool sachant que la création des disques virtuels dépendra de la capacité réellement disponible au sein d’un pool 
de stockage. 

La  capacité  qu’a  Windows  Server  2012  R2  à  créer  des  pools  de  stockage  permet  à  l’administrateur d’agréger  N 
disques physiques pour disposer d’un espace de stockage dynamique pouvant varier en fonction des besoins sans 
aucun impact sur l’environnement de production, ni les utilisateurs les utilisant. En plus de cet aspect pratique, la 
gestion des pools de stockage peut faire l’objet d’une délégation de l’administration. De ce point de vue, Storage 
Spaces  apporte  une  avancée  en  terme  de  sécurisation  de  l’administration  du  stockage  en  permettant  à 
l’administrateur de fédérer des sous­systèmes de stockage hétérogènes au travers de la création des groupes de 
stockage autres que ceux pris en charge par Microsoft via l’utilisation de l’interface standard SMI­S. 

- 8- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Création d’un nouveau pool de stockage et affectation de disque en mode Échange à chaud, en anglais « hot­spare » 

La figure suivante illustre les propriétés d’un pool de stockage Storage Spaces. Un pool de stockage rassemble n 
disques  issus  au  départ  du  groupe  « primordial »  pour  obtenir  une  capacité  réelle  qui  pourra  varier 
dynamiquement en fonction de l’ajout et du retrait de disques.  

Dernière confirmation avant l’opération de création d’un nouveau pool de stockage composé de 8 disques de 1 To. 

Les pools de stockage sont un élément fondamental de l’environnement Storage Spaces. Les administrateurs de 
stockage  sont  déjà  familiers  avec  le  concept  de  groupe  de  disques  que  l’on  retrouve  chez  de  nombreux 
constructeurs de solutions de stockage. Sur la base de ce concept, l’administrateur peut facilement créer des pools 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 9-


de stockage en fonction des besoins de telle ou telle solution à déployer. Par exemple, il pourrait être nécessaire 
de créer un pool de stockage en utilisant tous les disques physiques disponibles ou bien au contraire n’en utiliser 
qu’une  partie.  Une  autre  bonne  pratique  sera  de  créer  des  pools  de  stockage  dont  les  performances  sont 
adaptées  à  des  usages  différents  via  l’utilisation  de  technologies  différentes  telles  que  des  disques  SSD  à  très 
hautes performances.  

Concernant les environnements multitenants, l’administration des pools de stockage peut être déléguée sur la base 
desdits pools de stockage via la sécurité intégrée aux services de domaine Active Directory. Ce point est important 
concernant les scénarios de type Cloud nécessitant une isolation de l’administration en fonction du client. 

c. Disques virtuels

Nous  venons  de  voir  que  les  pools  de  stockage  offrent  l’avantage  de  gérer  le  volume  de  stockage  globalement 
plutôt  que  de  manière  individuelle  au  niveau  de  chaque  disque  physique.  Une  fois  le  ou  les  pools  de  stockage 
créés, l’administrateur peut créer des disques virtuels à partir de la capacité disponible au niveau de tel ou tel pool 
de  stockage. À  ce  stade,  les  disques  virtuels  sont  visibles  par  le  système  d’exploitation  comme  s’il s’agissait  de 
simples disques durs physiques. 

Caractéristiques d’un nouveau disque virtuel Storage Spaces et type d’approvisionnement 

Afin de ne pas consommer inutilement l’espace logiquement alloué à un disque virtuel, l’administrateur peut décider 
d’utiliser  un  type  d’approvisionnement  en  mode  Fin.  De  cette  manière  seul  l’espace  réellement  consommé  sera 
réellement alloué et pas la totalité de la taille déclarée au niveau du disque virtuel. 

d. Volumes et formatage des disques physiques ou virtuels

La  dernière  étape  consiste  à  préparer  le  disque  virtuel  présenté  en  créant  un  ou  plusieurs  volumes  qui  seront 

- 10 - © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


formatés en vue de leur utilisation finale. 

Comme le montre l’illustration ci­dessous, le disque virtuel vDisk01 représenté par le disque 12 dispose d’une taille 
logique totale de 20 To et d’un volume disponible sous Windows (partition) de 5 To formaté en NTFS et présenté 
localement avec la lettre de lecteur K:\. 

Création d’un nouveau volume disque : emplacement, propriétés du volume et paramètres du système de fichiers 

Une fois le disque virtuel préparé, celui­ci sera disponible localement ou au sein d’une configuration en cluster en 
fonction  de  la  technologie  supportée  par  le  sous­système de stockage disques et du cadre d’utilisation souhaité 
par l’administrateur. 

e. Interfaces de gestion de stockage SMP et SMI­S

Interfaces de stockage unifiées SMP & SMI­S 

L’un des points forts de Storage Spaces est l’introduction d’un environnement d’administration du stockage pour la 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 11 -


première  fois  unifié  au  sein  de  la  plate­forme  Windows.  Ce  nouvel  environnement  est  basé  sur  une  couche  de 
stockage intégrée au système et disponible via les API Windows Storage Management ­ appelées aussi SMAPI. Via 
cette couche d’administration native au système, les disques découverts sont pris en charge par Storage Spaces 
sous la forme d’un simple groupe de disques ­ appelé en anglais JBOD pour Just a Bunch of Drives. 

L’API  de  gestion  Windows  Storage  Management  permet  l’intégration  des  matériels  tiers  via  les  interfaces  SMP 
(Storage  Management  Provider)  ou  SMI­S  (Storage  Management  Initiative  Specification).  Quelle  que  soit  l’interface 
utilisée,  Storage  Spaces  permet  au  final  une  gestion  unifiée  cohérente  via  les  outils  graphiques  intégrés  au 
Gestionnaire de serveur, via Windows PowerShell 3.0 et via WMI. 

Windows  Server  2012  R2  dispose  nativement  via  l’API  SMAPI  des  primitives  de  gestion  du  stockage  directement 
attaché au système d’exploitation ainsi que des baies de stockage externes compatibles. Cette interface ­ utilisée 
par  Windows  PowerShell ­  utilise  nativement  SMAPI  et  tend  à  remplacer  les  anciennes  commandes  propriétaires 
DiskPart ou DiskRAID ­ toujours présentes à des fins de compatibilité. 

L’administration du stockage peut aussi être réalisée via la norme SMI­S définie par l’organisme de standardisation 
SNIA (Storage Networking Industry Association) ou en implémentant un pilote de type SMP. 

Un  grand  nombre  de  solutions  de  stockage  prennent  d’ores  et  déjà  en  charge  l’interface  SMI­S.  Une  fois  la 
fonctionnalité  SMI­S  implémentée  via  le  Gestionnaire  de  serveur  de  Windows  Server  2012  R2  il  est  possible  de 
découvrir et de gérer les périphériques de stockage sans rajouter aucun logiciel supplémentaire. 

System Center Virtual Machine Manager 2012 R2 supporte ­ lui aussi ­ l’interface SMI­S pour une intégration et une 
gestion des baies de stockage NetApp, HP, Dell, IBM, Hitachi et Fujitsu, pour ne citer que les fournisseurs les plus 
importants du marché. Une fois ces interfaces prises en charge, Windows Server 2012 R2 et System Center Virtual 
Machine  Manager  2012  R2  disposent  de  fonctionnalités  de  découverte  du  stockage  et  de  gestion  de 
provisionnement  pour  les  environnements  de  virtualisation.  Les  fonctionnalités  permettent,  dans  ces  scénarios, 
l’ajout  du  stockage  à  une  machine  hôte  ou  une  configuration  en  cluster,  l’initialisation,  le  partitionnement,  le 
formatage ainsi que la création des ressources CSV dans le cas des clusters Hyper­V. 

f. Stockage de type JBOD

Issu  de  l’acronyme  anglais,  ce  terme  signifie  en  français  « un  simple  groupe  de  disques ».  Il  s’agit  donc  d’un 
ensemble  de  disques  ­ pas  forcément  identiques  ­  ne  disposant  pas  de  fonctionnalités  de  type  RAID ­  donc  un 
ensemble  redondant  de  N  disques  indépendants.  Les  ensembles  de  disques  JBOD  permettent  de  simplifier  la 
gestion  des  disques  physiques  en  créant  des  associations  de  N  disques  afin  de  disposer  d’un  disque  logique 
virtuellement  plus  grand.  La  gestion  des  groupes  de  disques  de  type  JBOD  est  souvent  utilisée  dans  les 
environnements disposant d’un gestionnaire de volumes sophistiqué tels que Veritas Volume Manager sous Unix, 
ZFS  (Z  File  System)  sous  Solaris  ou  LVM  (Logical  Volume  Management)  sous  IBM  AIX,  HP­UX  ou  aussi  certaines 
distributions Linux. 

Contrôleurs  RAID  et  baies  de  disques  de  type  JBOD  :  à  la  différence  d’une  baie  de  stockage de  type  SAN, 
connectée  en  iSCSI  ou  en  FC  équipée  d’un  ou  plusieurs  contrôleurs  RAID  internes,  une  baie  de  stockage  de  type 
JBOD  n’en  dispose  pas.  Dans  ce  type  de  configuration,  le  contrôleur  RAID  doit  être  implémenté  au  sein  du  serveur 
auquel la baie est rattachée. Généralement les baies de stockage de type JBOD utilisent des connexions SAS locales ou 
switchées dans le cadre de configurations en cluster.  

Les solutions de type JBOD sont très économiques par rapport aux baies de stockage SAN équipées de services 
intelligents directement embarqués. À titre purement indicatif, une baie de type JBOD pouvant contenir quelques 
60  disques  de  2  To  et  équipée  de  2  contrôleurs  SAS  à  6  Gb/s  nécessite  un  budget  limité  à  quelques  10  K€.  La 
société DataOn ( http://www.dataonstorage.com/) fournit des solutions certifiées Windows Server 2012 R2. 

Les caractéristiques générales d’une baie sont listées ci­dessous : 

- 12 - © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


l Format 4U / 24 baies de disque. 

l Support des disques SAS et SATA à 6 Gb/s & 3 Gb/s. 

l Contrôleur d’entrées­sorties : Single ou Dual 6 Gb/s SAS. 

l Interface hôte : 2 ports 6 Gb/s SAS. 

l Interface d’extension : 1 contrôleur SAS 6 Gb/s. 

l Connexions  via  support  des  contrôleurs  hôtes  HBA  RAID  PCI  Express  64  bits  à  6 Gb/s  et  HBA  Host­based  RAID 
Controller cards. 

l Disques hot­swap et alimentations redondante 1200W. 

l Possibilité de chaîner jusqu’à 4 enclosures SAS pour un total de 240 disques. 

Exemple de baie de stockage SAS DataOn de type JBOD 

L’utilisation d’un châssis ­ en anglais enclosure ­ est un choix indiqué dès lors qu’il est nécessaire de disposer d’un 
espace  de  stockage  nécessitant  une  grande  volumétrie  donc  un  nombre  important  de  disques  et  ce  en 
garantissant leur disponibilité : disques de secours, double alimentation, double contrôleur SAS, etc. La commande 
Windows  PowerShell  ci­dessous  permet  d’identifier  que  le  châssis  supporte  Storage  Spaces,  en  termes  de 
connectivité de type SAS et d’identification des différents rangements ­ slots ­ disponibles dans le châssis : 

Get-PhysicalDisk | ? {$_.BusType -eq "SAS"} | fc

Si  les  champs  EnclosureNumber  et  SlotNumber  contiennent  des  valeurs  en  retour  alors  le  châssis  contenant 
l’ensemble de disques JBOD supporte ces fonctionnalités utilisées par Storage Spaces.  

g. Rôles et fonctionnalités liés aux serveurs de fichiers

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 13 -


En plus des fonctionnalités de stockage que nous venons de présenter, les services de fichiers de Windows Server 
2012 R2 offrent à l’administrateur de nouvelles possibilités fonctionnelles. Ainsi, le rôle  Service de fichiers et de 
stockage comporte désormais de nouvelles capacités directement intégrées. Celles­ci sont listées ci­dessous : 

l Serveur de fichiers : ce rôle gère les partages de fichiers et permet aux utilisateurs d’accéder aux fichiers sur cet 
ordinateur à partir du réseau. 

l BranchCache  pour  fichiers  réseau : ce rôle permet à des ordinateurs situés en agence de mettre en cache les 


fichiers habituellement téléchargés à partir des partages de fichiers sur lesquels BranchCache est activé. La machine 
ou  un  serveur  dédié en  agence  joue  alors  un  rôle  de  cache  en  fournissant  ces  fichiers  aux  autres  ordinateurs  de 
l’agence ou de la succursale. Cette fonctionnalité est très intéressante pour l’utilisation de la bande passante réseau 
qui se trouve réduite tandis que l’accès aux fichiers se fait plus rapide. 

Le  rôle  BrancheCache  pour  fichiers  réseau  est  utilisable  par  les  postes  de  travail  fonctionnant  avec  les  versions 
Entreprise de Windows 7, Windows 8 et Windows 8.1. Il nécessite aussi que les serveurs de fichiers contenant les 
données  fonctionnent  sous  Windows  Server  2008  R2,  Windows  Server  2012  ou  Windows  Server  2012  R2.  La 
fonctionnalité de BranchCache supporte nativement les protocoles BITS (Background Intelligent Transfer service), SMB 
2, HTTP et HTTPS. En outre, la fonctionnalité est directement utilisable par des applications telles que SC Configuration 
Manager  2012  R2  (Point  de  distribution)  ou  aussi  WSUS  (Windows  Server  Update  Services),  lorsque  le  rôle 
BranchCache est ajouté aux serveurs disposant de ces rôles à ces serveurs. 

l Déduplication des données : ce rôle permet une économie substantielle de l’espace disque en stockant une copie 
unique  de  données  identiques  sur  le  volume.  La  déduplication  des  données  travaille  au  niveau  blocs  et  implique  la 
recherche et la suppression de données dupliquées sans compromettre leur fidélité ou leur intégrité. Les serveurs de 
fichiers bureautiques peuvent espérer atteindre un ratio proche de 50 %. Concernant les scénarios d’usage de type 
machines virtuelles VDI, le ratio pourra atteindre 70 ou 80 %. 

l Espace  de  noms  DFS  :  ce  rôle  permet  de  regrouper  des  partages  de  fichiers  qui  se  trouvent  sur  des  serveurs 
différents en un ou plusieurs espaces de noms logiquement structurés. Pour les utilisateurs, chaque espace de noms 
apparaît  sous  la  forme  d’un  partage  de  fichiers  unique  avec  une  série  de  sous­dossiers,  la  structure  sous­jacente 
étant  elle­même composée de nombreux partages de fichiers situés sur d’autres serveurs, eux­mêmes sur d’autres 
sites.  Les  services  DFS  prennent  aussi  en  charge  une  sélection  de  la  meilleure  cible  en  fonction  de  l’infrastructure 
réseau, lorsque cela est possible. De cette manière, les utilisateurs sont le plus souvent connectés au plus près. 

l Fournisseur  de  stockage  cible  iSCSI  (fournisseurs  de  matériel  VDS  et  VSS) :  ce  composant  permet  aux 
applications  d’un serveur connecté à une cible iSCSI d’effectuer des clichés instantanés de volume résidant sur des 
disques  virtuels  iSCSI.  Il  permet  aussi  la  gestion  des  disques  virtuels  iSCSI  à  l’aide  d’applications  plus  anciennes 
nécessitant un fournisseur de matériel VDS (Virtual Disk Service), tel que, par exemple, la commande DiskRAID. 

l Gestionnaire  de  ressources  du  serveur  de  fichiers  :  cet  ensemble  d’outils  aide  l’administrateur  à  gérer  et  à 
analyser  l’utilisation  des  fichiers  et  des  dossiers  sur  un  serveur  de  fichiers  en  planifiant  des  tâches  de  gestion,  des 
rapports  de  stockage,  en  configurant  des  quotas  de  dossiers,  et  aussi  en  définissant  les  stratégies  de  filtrage  de 
fichiers. 

l Réplication  DFS  ­  DFS­R  :  ce  composant  permet  la  réplication  des  données  entre  plusieurs  serveurs  via  des 
connexions de réseau dont la bande passante est limitée. Il s’agit d’un moteur de réplication multimaître qui utilise le 
protocole de compression différentielle ­ RDC (Remote Differential Compression) ­ pour ne transmettre que les blocs 
de données ayant été modifiés depuis la dernière réplication. La réplication DFS­R peut être utilisée avec les espaces 
de noms DFS et aussi de façon autonome. 

l Serveur  cible  iSCSI  :  ce  rôle  fournit  les  outils  pour  créer  et  gérer  les  cibles  iSCSI  et  les  disques  virtuels. 
L’activation  du  serveur  cible  iSCSI  peut  offrir  du  stockage  par  blocs,  consolider  du  stockage  distant  et  s’exécuter 
dans  un  environnement  de  type  cluster.  Windows  Server  2012  R2  améliore  sensiblement  cette  fonctionnalité. 
L’implémentation  iSCSI  réalisée  sous  Windows  Server  2012  peut  certes  directement  créer  et  manipuler  les  fichiers 
de  disques  virtuels  au  format  VHD  mais  malheureusement  pas  ceux  utilisant  le  format  VHDX.  Il  n’est  pas  non  plus 
possible  d’importer  des  fichiers  VHDX  créés  par  Hyper­V.  De  fait,  les  scénarios  d’usage  supportés  avec  la 
fonctionnalité  Serveur  cible  iSCSI  sont­ils  limités  car  décorrélés  des  avancées  apportées par  Hyper­V  notamment 
concernant  les  fonctionnalités  inhérentes  au  format  VHDX.  L’implémentation  iSCSI  réalisée  sous  Windows  Server 
2012 R2 est une nouvelle implémentation directement basée sur les API natives Hyper­V. De fait, les disques virtuels 
iSCSI utilisent cette fois­ci par défaut le format VHDX. De cette manière, le serveur cible iSCSI peut naturellement 
utiliser les nouvelles fonctionnalités Hyper­V telles que par exemple le redimensionnement dynamique des disques ­
et ce, tant en extension qu’en diminution, mais aussi le support des configurations en cluster. 

- 14 - © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


La fonctionnalité Serveur cible iSCSI de Windows Server 2012 R2 ne permet plus de créer de disques virtuels 
dans  l’ancien  format  VHD  et  ce  quel  que  soit  le  type  ­  disques  fixes  ou  dynamiques  ou  de  différenciation. 
Néanmoins,  l’import  des  disques  virtuels  de  type  VHD  est  toujours  supporté  afin  de  faciliter  les  scénarios  de 
migration  de  données  de  Windows  Server  2008  R2  ou  Windows  Server  2012  vers  Windows  Server  2012  R2. 
Pour plus d’informations sur la fonctionnalité Serveur cible iSCSI de Windows Server 2012 R2, recherchez sur le 
site  Microsoft « What’s New in iSCSI Target Server in Windows Server 2012 R2 »  ou connectez­vous sur le lien 
suivant : http://technet.microsoft.com/en­us/library/dn305893.aspx  

l Serveur  pour  NFS  :  ce  rôle  permet  à  l’ordinateur  de  partager  des  fichiers  à  l’aide  du  protocole  NFS  avec  des 
ordinateurs UNIX ou d’autres ordinateurs utilisant eux­aussi ce protocole. 

l Service Agent VSS du serveur de fichiers : ce composant permet d’effectuer des clichés instantanés de volume 
pour les applications stockant des fichiers sur le serveur de fichiers. 

l Services  de  stockage  :  ce  composant  central  offre  la  fonctionnalité  de  gestion  de  stockage.  Il  est  installé  par 
défaut  et  ne  peut  être  retiré.  Ce  composant  assure  la  mise  en  œuvre  des  fonctionnalités  de  stockage  et,  en 
particulier, les services Storage Spaces. 

Rôles Service de fichiers et de stockage et options sélectionnables 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 15 -

Vous aimerez peut-être aussi