Vous êtes sur la page 1sur 15

Déploiement 

de Storage Spaces sur un serveur autonome
Cette partie du chapitre décrit comment déployer Storage Spaces sur un serveur Windows Server 2012 R2 autonome 
­  par  opposition  à  une  configuration  de  type  cluster ­  que  nous  présenterons  dans  un  deuxième  temps.  La  logique 
des opérations est symbolisée ci­dessous : 

Logique des opérations à réaliser 

Comme vu précédemment dans le chapitre, pour créer un espace de stockage Storage Spaces, vous devez d’abord 
créer  un  ou  plusieurs  pools  de  stockage.  Ces  pools  de  stockage  vous  permettront  l’agrégation  de  N  disques,  la 
possibilité  d’adapter  la  capacité  de  stockage  via  l’ajout  ou  la  suppression  de  disques  physiques  et  aussi  d’une 
délégation de l’administration, lorsque cela est nécessaire. 

1. Choix d’une politique de tolérance de panne et nombre de disques

Les points ci­dessous vous permettront de définir les éléments nécessaires en fonction du niveau de tolérance de 
panne souhaité.  

a. Disque virtuel de type Simple

Une solution Storage Spaces de type Simple offre les fonctionnalités suivantes : 

l Les données sont écrites en bandes sur les N disques du pool de stockage. 

l La capacité est maximale et la bande passante en E/S est maximale. 

l Cette solution ne fournit aucune tolérance de pannes. 

l Éléments matériels nécessaires : un seul disque physique est suffisant. 

Quand  utiliser  un  stockage  de  type  Simple  ? Ce type de stockage peut être utilisé pour accueillir des données 


facilement récupérables sur un stockage très économique. Comme le stockage de type Simple ne supporte aucune 
tolérance de panne, il ne devrait être utilisé que pour stocker des données non critiques. 

b. Disque virtuel avec tolérance de type Miroir double

Une solution Storage Spaces de type Miroir double offre les fonctionnalités suivantes : 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 1-


l Les données sont écrites deux fois. Cette solution fournit une tolérance de panne mais réduit la capacité de stockage 
par deux. 

l La  réplication  des  données  est  réalisée  sur  chaque  opération  d’écriture.  Les  données  sont  écrites  en  bandes  sur 
chaque disque. 

l Une  configuration  de  type  Miroir  double  offre  une  plus  grande  bande  passante  en  E/S  qu’une  configuration  de  type 
Parité et une latence d’accès très faible. 

La tolérance de panne de type miroir utilise un algorithme de type DRT (Dirty  Region  Tracking)  pour  identifier  les 


modifications réalisées sur les disques d’un pool de stockage. Lors de la reprise d’un volume Storage Spaces suite 
à un arrêt système non planifié, DRT est utilisé pour rendre consistant les différents disques les uns avec les autres. 

l Nécessite au minimum 2 disques physiques en offrant une protection sur la panne de l’un des 2 disques. 

l Nécessite  au  minimum  5  disques  physiques  pour  offrir  une  protection  sur  la  panne  simultanée  de  2  disques 
physiques. 

La figure ci­dessous illustre l’assistant Nouveau disque virtuel et les différentes options de résilience relatives aux 
configurations en miroir : 

Assistant Nouveau disque virtuel et nombre de disques nécessaires avec les configurations de type Miroir double et 
Miroir triple 

Quand utiliser un stockage de type Miroir double ? Ce type de stockage est généralement recommandé dans la 
majorité des cas, notamment pour le stockage des machines virtuelles ou des bases de données SQL Server ou 
Exchange Server. Le coût peut cependant être un point important s’agissant des grands volumes de stockage. 

c. Disque virtuel avec tolérance de type Miroir triple

- 2- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Une solution Storage Spaces de type Miroir triple offre les fonctionnalités suivantes : 

l Les données sont écrites 3 fois au lieu de 2 par rapport à la configuration précédente de type Miroir double ! 

l Une  très  grande  tolérance  de  pannes  est  garantie  puisque  ce  mode  de  fonctionnement  supporte  la  panne  de  2 
disques physiques. 

l Nécessite au minimum 5 disques physiques en offrant une protection contre la panne de 2 disques sur 5. 

Quand  utiliser  un  stockage  de  type  Miroir  triple  ?  Ce  type  de  stockage  est  recommandé  lorsque  le  plus  haut 
niveau  de  tolérance  de  panne  est  demandé.  Bien  entendu,  le  coût  de  la  solution  de  tolérance  de  panne  est 
supérieur à une solution de type RAID 5 (type Parité) ou RAID 1 (type Miroir double), mais ne doit pas être un frein 
si la solution doit être la plus robuste. 

d. Disque virtuel avec tolérance de type Parité

Une solution Storage Spaces de type Parité offre les fonctionnalités suivantes :  

l Les données et les informations de parité sont écrites en bandes sur tous les disques.  

l Cette solution fournit une tolérance de pannes mais réduit la capacité d’environ 30 % avec l’espace  occupé  par  les 


informations de parité. 

l La tolérance de panne est basée sur la journalisation des transactions d’E/S ce qui permet de résister à la corruption 
de données lors des arrêts système non planifiés.  

l Nécessite au minimum trois disques durs en offrant une protection sur la panne d’un disque physique.  

Quand  utiliser  un  stockage  de  type  Parité  ? La meilleure utilisation du stockage avec information de parité est 


obtenue  avec  les  activités  d’E/S  séquentielles.  Ce  type  de  tolérance de  panne  est  particulièrement  adapté  au 
stockage  de  grands  volumes  pour  des  données  peu  modifiées.  Par  exemple,  s’agissant  d’une  solution  de  type 
base de données SQL Server, les bases de données pourront être positionnées sur un disque virtuel avec parité, 
tandis que les journaux de transactions le seront sur un disque virtuel en miroir double ou triple.  

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 3-


Disque virtuel Storage Spaces avec disposition du stockage en mode Parité 

2. Étape 1 : création d’un pool de stockage

Création d’un pool de stockage via la console Gestionnaire de serveur 

La  première  opération  consiste  à  regrouper  les  disques  physiques  au  sein  d’un  pool  de  stockage.  Pour  créer  le 
premier pool de stockage, suivez la procédure ci­dessous : 

Via le  Gestionnaire  de  serveur ­  Services  de  fichiers  et  de  stockage ­ Volumes  ­  Pools  de  stockage, 
sélectionnez la page Pool de stockage. 

Découverte  des  disques  :  par  défaut,  tout  nouveau  disque  découvert  est  automatiquement  placé  dans  le  pool  de 
stockage  nommé  Primordial.  Si  le  disque  inséré  n’est  pas  listé  cela  signifie  que  le  périphérique  ne  répond  pas  aux 
prérequis nécessaires. 

Via Pool de stockage ­ Tâches, sélectionnez l’option Nouveau pool de stockage.  

À l’aide de l’assistant, déclarez le nom et la description du pool de stockage. 

Sur la page de sélection des disques physiques, sélectionnez les disques et désignez le type d’allocation 
(automatique ou échange à chaud). 

Une fois les sélections effectuées, cliquez sur le bouton Créer.  

Création d’un Pool de stockage via Windows PowerShell 

Cette opération peut aussi être réalisée à l’aide des commandes Windows PowerShell listées ci­dessous. 

Pour afficher tous les disques disponibles au sein du pool de stockage primordial : 

- 4- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Get-StoragePool -IsPrimordial $true | Get-PhysicalDisk | Where-
Object CanPool -eq $True

Pour créer un nouveau pool de stockage nommé Pool1 composé de tous les disques disponibles : 

New-StoragePool -FriendlyName Pool1 -StorageSubsystemFriendlyName


"Storage Spaces*" -PhysicalDisks (Get-PhysicalDisk -CanPool $True)

Pour créer un nouveau pool de stockage nommé Pool1 utilisant des disques physiques particuliers : 

New-StoragePool -FriendlyName Pool1 -StorageSubsystemFriendlyName


"Storage Spaces*" -PhysicalDisks (Get-PhysicalDisk PhysicalDisk01,
PhysicalDisk02, PhysicalDisk03, PhysicalDisk04)

Pour ajouter un disque de hot­spare ­ échange à chaud ­ à un pool de stockage existant : 

$PDToAdd = Get-PhysicalDisk -FriendlyName PhysicalDisk05


Add-PhysicalDisk -StoragePoolFriendlyName Pool1 -PhysicalDisks
$PDToAdd -Usage HotSpare

3. Étape 2 : création d’un disque virtuel

Création d’un disque virtuel via la console Gestionnaire de serveur 

La deuxième étape consiste à créer le disque virtuel, avec ou sans tolérance de panne. 

La création du disque virtuel à partir du pool de stockage sélectionné est une étape importante qui conditionne la 
façon dont les données sont traitées et donc les effets en termes de tolérance de panne, de performances et de 
capacité nécessaire. Les points suivants décrivent cette procédure. 

Sélectionnez le pool de stockage créé puis sous Disques virtuels ­ Tâches, sélectionnez Nouveau disque 
virtuel. 

À l’aide de l’assistant, déclarez le nom et la description du disque virtuel. 

Sur la page permettant de choisir la disposition du stockage, sélectionnez une disposition de type simple, 
miroir ou avec parité. 

Si  l’option  Miroir  est  sélectionnée  et  que  le  pool  de  stockage  est  composé  d’au  moins  5  disques 
physiques ou plus, alors les choix Miroir double ou Miroir triple sont proposés à l’administrateur. 

Sur l’écran suivant, sélectionnez le type d’approvisionnement souhaité : Fin ou Fixe. 

Choix du type d’approvisionnement "Fin ou Fixe" 

La sélection du mode d’approvisionnement de type Fin permettra d’optimiser l’allocation de l’espace en fonction de 
l’utilisation qui en sera faite, cependant il convient de veiller à ce que la surallocation d’espace disque ne devienne 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 5-


pas  un  problème  réel  au  moment  de  réellement  devoir  disposer  de  l’espace  disque.  L’utilisation  de  l’allocation 
d’espace  fixe  consomme  instantanément  l’espace  disque  au  moment  de  la  création  du  disque  virtuel.  Les  disques 
virtuels sont créés à partir de l’espace réellement disponible au sein d’un pool de stockage donné. De fait, un même 
pool de stockage peut accueillir N disques virtuels certains configurés avec un provisionnement fixe et d’autre avec 
un  provisionnement  fin.  Par  exemple,  un  même  pool  de  stockage  peut  accueillir  deux  disques  virtuels  pour  une 
application telle que Microsoft Exchange Server, l’un des disques virtuels étant configuré avec un approvisionnement 
fixe pour les journaux de transaction, et l’autre avec un approvisionnement fin pour les bases de données. 

Choix du type d’approvisionnement 

Sur l’écran suivant, spécifiez la taille du disque virtuel en prenant soin de spécifier l’unité : Mo, Go ou To. 

Lorsque le disque virtuel utilise une taille d’allocation fixe et une disposition de stockage autre que les agrégats par 
bandes simple, le disque virtuel consomme plus d’espace que la taille demandée. Par conséquent, si l’espace n’est 
pas suffisant, l’Assistant Nouveau disque virtuel ne parviendra pas à réussir l’opération demandée. À l’inverse, la 
création du disque virtuel utilisant une allocation dynamique permettra toujours la création d’un disque virtuel plus 
volumineux que la quantité d’espace libre au sein du pool de stockage. 

- 6- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Taille non limitée d’un disque virtuel et approvisionnement fin 

Création d’un disque virtuel via Windows PowerShell 

Cette opération peut aussi être réalisée à l’aide des commandes Windows PowerShell listées ci­après : 

La  commande  ci­dessous  crée  un  disque  virtuel  de  150  Go  nommé  vDisk1  au  sein  d’un  pool  de  stockage  nommé 
Pool1. 

New-VirtualDisk -StoragePoolFriendlyName Pool1 -FriendlyName


vDisk1 -Size (150GB)

La commande ci­dessous crée un disque virtuel avec une protection de type miroir nommé vDisk1 au sein d’un pool 
de stockage nommé Pool1. Le disque utilise toute la capacité mise à disposition par le pool de stockage. 

New-VirtualDisk -StoragePoolFriendlyName Pool1 -FriendlyName


vDisk1 -ResiliencySettingName Mirror -UseMaximumSize

La  commande  ci­dessous  crée  un  disque  virtuel  de  150  Go  nommé  vDisk1  au  sein  d’un  pool  de  stockage  nommé 
Pool1 avec un approvisionnement de type fin. 

New-VirtualDisk -StoragePoolFriendlyName pool1 -FriendlyName


VDisk1 -Size (150GB) -ProvisioningType Thin

La commande qui suit crée un disque virtuel avec une protection de type miroir à trois copies nommé vDisk1 au sein 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 7-


d’un pool de stockage nommé Pool1 avec une taille de 200 Go fixe directement allouée.  

New-VirtualDisk -StoragePoolFriendlyName Pool1 -FriendlyName


vDisk1 -ResiliencySettingName Mirror -NumberOfDataCopies 3 -Size
200GB -ProvisioningType Fixed

Comme  cela  est  le  cas  avec  l’Assistant  Nouveau  disque  virtuel  du  Gestionnaire  de  serveur,  la  mise  en  œuvre  d’un 
disque  virtuel  en  mode  miroir  à  trois  copies  nécessite  qu’au minimum 5 disques soient présents au sein du pool de 
stockage ­  en plus des disques affectés en tant que disques de type échange à chaud (Hot Spare Disks). 

4. Étape 3 : création d’un volume

Création d’un volume via la console Gestionnaire de serveur 

La  troisième  étape  consiste  à  créer  un  ou  plusieurs  volumes  au  sein  du  disque  virtuel  hébergé  dans  un  pool  de 
stockage.  Une  fois  le  volume  créé,  initialisé  et  formaté,  celui­ci  sera  utilisable.  Les  points  suivants  décrivent  cette 
procédure : 

Sélectionnez le disque virtuel précédemment créé puis à l’aide du menu Tâches ou via le bouton droit de 
la souris, sélectionnez l’option Nouveau volume. 

Création d’un nouveau volume au sein d’un disque virtuel 

À l’aide de l’assistant, sélectionnez le serveur et le disque virtuel à associer. 

Association  du  stockage  :  l’assistant  Nouveau  volume  propose  à  l’administrateur  d’associer  le  disque  virtuel  qui 
contiendra le volume à une destination. Comme le montre la figure qui suit, la destination pourra être une machine 
accédant localement au stockage ou aussi une configuration en cluster via le choix Stockage disponible du cluster. 

- 8- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Sélection du serveur ou du cluster et du disque virtuel 

À  l’étape  Spécifier  la  taille  du  volume,  spécifiez  la  valeur  en  prenant  soin  de  sélectionner l’unité  à 
employer, c’est­à­dire Mo, Go ou To. 

Étape de spécification de la taille du volume à créer 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 9-


Sur l’écran suivant, l’administrateur doit indiquer s’il est nécessaire ou non d’affecter au nouveau volume 
une lettre de lecteur, un nouveau dossier ou aucune affectation particulière.  

Affectation d’une lettre de lecteur ou d’un dossier au volume 

Une fois cette étape réalisée, l’assistant Nouveau  volume propose à l’administrateur de sélectionner le 
choix du système de fichiers, la taille de l’unité  d’allocation à utiliser au sein dudit système de fichiers et 
aussi de nommer le nouveau volume à créer.  

- 10 - © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Sélection du système de fichiers NTFS ou ReFS 

À propos des tailles d’allocation des systèmes de fichiers NTFS et ReFS : le système de fichiers généralement utilisé 
est bien sûr NTFS dont la taille d’allocation pourra être fixée au moment du formatage à 4096 o, 8192 o, 16 ko, 32 ko 
ou  64  ko.  Le  système  de  fichiers  ReFS  (Resilient  File  System),  supporte  uniquement  la  taille  d’allocation  la  plus 
importante égale à 64 ko. 

La  dernière  étape  consiste  à  valider  les  différentes  sélections  puis  à  valider  le  fait  que  l’exécution  des 
différentes tâches s’est bien déroulée. 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 11 -


Résultat de l’opération de création du volume de 5 To 

À l’issue de l’exécution avec succès des différentes tâches nécessaires à la création du nouveau volume, ce dernier 
doit  automatiquement  apparaître  au  sein  du  Gestionnaire  de  serveur  ­  Volumes  ­  Disques  dans  la  rubrique 
Volumes. Une autre façon de vérifier la bonne disponibilité du nouveau volume est d’utiliser l’Explorateur Windows.  

Affichage du volume offert par le disque virtuel vDisk01 

- 12 - © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Création d’un nouveau volume via Windows PowerShell 

Cette opération peut aussi être réalisée à l’aide de Windows PowerShell. 

La  commande  ci­dessous  réalise  l’initialisation  du  disque  virtuel  appelé  vDisk1,  crée  une  partition  de  la  taille 
maximale possible, puis formate la nouvelle partition avec le système de fichier par défaut, c’est­à­dire NTFS. 

Get-VirtualDisk -FriendlyName vDisk1 | Get-Disk | Initialize-Disk


-Passthru | New-Partition -AssignDriveLetter -UseMaximumSize |
Format-Volume

5. Réparation d’un volume Storage Spaces endommagé

Lorsqu’un disque est défectueux, Storage Spaces utilise instantanément les fonctionnalités de tolérance de panne 
disponibles  et  configurées  au  préalable.  Dès  qu’un  problème  d’intégrité  est  détecté,  ou  que  l’accès  ou  le 
comportement d’un disque est anormal, Windows émet une alerte. 

Centre de maintenance et défaillance d’un disque 

L’ouverture  du  Centre  de  maintenance  permet  alors  de  solliciter  le  Gestionnaire  de  serveur  de  Windows  Server 
2012 R2 afin de déterminer l’étendue du problème. 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 13 -


Défaillance matérielle et alarme dans le Centre de maintenance 

La  figure  suivante  illustre  le  fait  que  l’état  opérationnel  du  pool  de  stockage  Storage  Spaces  dispose  du  statut 
Détérioré suite à un problème sur le disque physique PhysicalDisk5. 

Disponibilité du disque virtuel malgré le statut Détérioré du pool de stockage. 

La  source  d’événements  StorageSpaces­Driver  envoie  le  numéro  d’événement  304  pour  spécifier  qu’un  disque 
physique semble être absent et qu’en conséquence, une copie des données n’est pas disponible mais au moins une 
copie des données reste cependant disponible. 

- 14 - © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


Message d’avertissement / Événement : 304 / Source : StorageSpaces­Driver 

L’option Réparer le disque virtuel disponible via le disque virtuel défaillant permet de lancer les routines de test et 
de remise en ordre une fois l’opération de correction matérielle réalisée. 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 15 -

Vous aimerez peut-être aussi