Vous êtes sur la page 1sur 3

Bonnes 

pratiques et recommandations
Les  points  listés  ci­dessous  résument  les  possibilités  et  aussi  les  limites  de  l’environnement  de  stockage  Storage 
Spaces de Windows Server 2012 R2.  

l Environnement  Storage  Spaces  et  disques  de  démarrage  du  système  d’exploitation (amorçage)  : 
Comment faire ? 
Windows  Server  2012  R2  ne  peut  démarrer  à  partir  d’un  volume  Storage  Spaces.  La  haute  disponibilité  du  disque 
système est donc généralement mise en  œuvre via l’utilisation d’un contrôleur RAID le plus souvent directement intégré 
à  la  carte  mère.  Windows  Server  2012  R2  supporte  aussi  l’utilisation  de  disques  dynamiques  configurés  en  miroir, 
sachant que cette dernière configuration est peu utilisée aujourd’hui. 

l Quelles  sont  les  bonnes  pratiques  relatives  à  la  mise  en  œuvre  de  Storage  Spaces  lorsque  l’on  dispose 
aussi d’une baie de disque disposant de fonctionnalités embarquées de type RAID ? 
La  technologie  de  stockage  Storage  Spaces  a  été  conçue  dans  l’objectif  de  répondre  à  différents  types  de  scénarios. 
Lorsque  l’on  dispose  d’une  baie  de  disques  intelligente  équipée  de  doubles  contrôleurs  à  très  hautes  performances  et 
disposant  de  fonctionnalités  de  tolérance  de  panne  avancées,  il  est  recommandé  d’utiliser  ces  fonctionnalités.  Par 
contre,  lorsque  le  choix  se  porte  sur  des  baies  de  forte  capacité  composées  de  disques  JBOD  de  types  SAS,  SSD  ou 
même  SATA,  Storage  Spaces  est  une  bonne  alternative  offrant  une  grande  résistance  contre  les  défaillances  ainsi 
qu’une  gestion  avancée  du  stockage.  Notez  qu’il  est  fortement  déconseillé  de  cumuler  deux  formes  de  technologies 
RAID  :  l’utilisation  des  fonctionnalités  RAID  incluses dans  Storage  Spaces  avec  une  baie  de  disques  intelligente 
disposant elle aussi de fonctionnalités RAID rend les opérations de configuration complexes qui peuvent être la cause de 
problèmes de performances. 

l Quel  est  le  nombre  minimum  de  disques  pouvant  être  contenu  dans  un  pool  de  stockage  ?  Quel  est  le 
maximum supporté ? 

Un  pool  de  stockage  est  composé  d’au  moins  un  disque,  sachant  que  dans  ce  cas  il  n’est  pas  possible  de  fournir  une 
protection en cas de panne. Microsoft a testé des configurations Storage Spaces de type BIG DATA en Po (péta octets) 
avec plusieurs centaines de disques par serveur, les possibilités étant limitées directement par le matériel lui­même  et 
non par la fonctionnalité Storage Spaces. 

l Est­il  possible  de  visualiser  quels  disques  physiques  sont  utilisés  au  sein  d’un  pool  de  stockage  et  d’un 
disque virtuel ? 
Windows  PowerShell  permet  d’interroger  l’ensemble  des  disques  physiques  impliqués  dans  un  pool  de  stockage  ou  un 
disque  virtuel.  Cette  information  est  bien  entendu  utile  dans  la  mesure  où  les  données  sont  réparties  sur  de  multiples 
disques physiques. 

l Comment  sait­on  qu’un  disque  physique  est  défaillant  ?  Comment  procède­t­on  au  remplacement  d’un 
disque défaillant ? 

En cas de défaillance d’un disque, une LED rouge est allumée sur le disque. Il s’agit  d’une commande standard qui est 
incluse dans le protocole SCSI Enclosure Services (SES). De plus un message d’alerte Windows est affiché dans la zone 
de  notification  et  les  interfaces  d’administration  sont  automatiquement  informées  de  manière  à  refléter  ce  statut. 
Windows PowerShell peut aussi contrôler l’état des différents disques physiques et remonter une erreur lorsqu’un disque 
est considéré comme défaillant. 
Le retrait d’un disque défaillant peut être réalisé à tout moment. Le disque de remplacement peut être inséré et rajouté 
au pool de stockage via le Gestionnaire de serveur ou via Windows PowerShell. 

l Est­il  possible  de  remplacer  un  disque  donné  par  un  disque  de  taille  supérieure  au  sein  d’un  pool  de 
stockage ? Une reconstruction du disque virtuel est­elle nécessaire ? 

Le  remplacement  d’un disque à chaud est toujours possible tant que la configuration du disque virtuel implémente une 


forme  de  tolérance  de  pannes.  Il  suffit  de  retirer  le  disque  du  pool  et  de  le  remplacer  pour  un  modèle  plus  grand. 
Storage Spaces entreprend ensuite en tâche de fond la reconstruction. 

l L’administrateur peut­il initier une reconstruction ? 
Cette opération est possible via Windows PowerShell à l’aide de la commande  Repair. Cette opération peut se justifier 
lorsque l’on ne souhaite pas attendre le déclenchement automatique de la reconstruction lors d’une défaillance.  

l Quels sont les prérequis matériels liés à l’environnement de stockage Storage Spaces de Windows Server 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 1-


2012 R2 ? 
Windows Storage Spaces peut être utilisé avec tout disque physique automatiquement détecté par Windows. Les disques 
détectés  doivent  être  connectés  sur  des  bus  SAS,  SATA  ou  USB.  Lorsque  les  disques  sont  connectés  via  une  baie  de 
stockage ou un châssis particulier, le protocole SES est utilisé pour identifier les slots contenant les disques physiques. 
Storage Spaces utilise aussi ce même protocole SES pour piloter les LED des disques physiques. Les baies intelligentes 
compatibles avec la technologie Storage Spaces de Windows Server 2012 R2 obtiennent le logo « Certified for Windows 
Server 2012 R2 ».  

l Est­ce que l’environnement Storage Spaces dispose d’outils spécifiques tels que CHKDSK ou DEFRAG ? 
Non. L’environnement Windows Storage Spaces prend en charge les aspects physiques le concernant et pas les aspects 
logiques  relatifs  aux  différents  systèmes  de  fichiers.  Dans  le  cas  où  un  disque  ou  des  métadonnées  liées  à 
l’environnement  Storage  Spaces  seraient  corrompues,  la  méthode  consiste  à  retirer  le  disque  du  pool  de  stockage  et 
dans le cas où il serait fonctionnel, à le réinsérer. Dans le cas contraire, il devra être remplacé et réinséré.  

l Quelle différence y a­t­il entre un miroir double et un miroir triple ? 
Les  données  protégées  par  un  miroir  double  existent  deux  fois  tandis  que  les  données protégées  par  un  miroir  triple 
existent trois fois !  

l Est­il  possible  de  choisir  quels  disques  associer  à  un  miroir  pour,  par  exemple,  obtenir  les  meilleures 
performances des meilleurs disques ? 
Cette  opération  est  possible.  Par  défaut,  Storage  Spaces  sélectionne  automatiquement  les  disques  physiques  à  utiliser 
pour les opérations de secours. Cependant, une sélection manuelle est possible au moment de la création via Windows 
PowerShell.  

l Comment  bien  définir  la  taille  d’un  disque  virtuel  utilisant  le  mode  d’approvisionnement  fin  ?  La  taille 
déclarée, par exemple 1, 10 ou 100 To, a­t­elle un impact ? 

Il  n’y  a  aucun  impact  technique  derrière  la  taille  déclarée  lorsque  l’on  utilise  le  mode  d’approvisionnement  fin.  Quelle 
que soit la taille déclarée, l’espace consommé est identique et uniquement basé sur la consommation réelle. Notez qu’il 
convient de préciser que ­ concernant Windows Server 2012 ­ bien qu’il soit possible d’étendre un disque virtuel, il n’est 
pas  possible  de  réduire  la  taille  de  celui­ci.  Cette  limitation  est  supprimée  avec  Windows  Server  2012  R2  grâce  aux 
nouvelles fonctionnalités de redimensionnement à chaud des disques virtuels en extension et aussi en réduction. 

l Est­il possible de personnaliser la taille par défaut des bandes ­ en anglais slab ­ fixée à 256 Mo ? 
Non.  La  taille  des  bandes  a  été  déterminée  par  les  tests  réalisés  par  Microsoft.  Lesquels sont  basés  sur  de  multiples 
facteurs dont les deux principaux sont la haute disponibilité et les performances.  

l La taille des bandes  ­ fixée à 256 Mo  ­ prédéfinie par Microsoft a­t­elle un impact dans le cas de la copie 


de nombreux petits fichiers ? Qu’en est­il concernant les fichiers les plus volumineux ? 

La taille des bandes est une structure d’allocation interne utilisée pour provisionner N disques virtuels au sein du même 
pool de disques physiques. Cette taille de 256 Mo n’a aucun impact par rapport à la taille des fichiers.  

l Est­il possible de déplacer un pool de stockage d’une machine à une autre ? 
Oui. Il n’y a aucune opération particulière à réaliser, la configuration Storage Spaces étant stockée sur les disques eux­
mêmes sous la forme de métadonnées. Il suffit simplement de connecter les disques sur la nouvelle machine. 
Concernant les configurations en cluster, le système entreprend une mise en ligne "en douceur". La première fois qu’un 
nouveau  volume  est  découvert,  les  accès  au  volume Storage  Spaces  sont  autorisés  en  lecture  uniquement,  le  volume 
étant  dans  l’état "Détaché". Pour utiliser le nouveau volume déplacé et accéder aux données, l’administrateur  devra  la 
première  fois  activer  les  accès  en  lecture/écriture,  puis  attacher le  volume  Storage  Spaces.  Ce  comportement  a  pour 
objet  de  protéger  les  données  contenues  sur  un  nouveau  volume  découvert  et  ne  concerne  que  les  configurations  en 
cluster. 

l Qu’en  est­il de l’ordre dans lequel les disques sont insérés et positionnés d’une machine à une autre ? Y 
a­t­il un risque pour le ou les pools de stockage ? 

Les disques dans les baies de disques ainsi que les baies de disques peuvent être connectées dans n’importe quel ordre. 
En cas de désynchronisation des données, Storage Spaces entamera automatiquement une synchronisation.  

l Que  se  passe­t­il  si  des  disques  physiques  utilisés  dans  un  pool  de  stockage  Storage  Spaces  sont 
connectés sur une machine fonctionnant sous Windows Server 2008 R2 ? 

Les volumes et disques Storage Spaces sont uniquement supportés sous Windows 8.1 et Windows Server 2012 R2. Les 

- 2- © Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye


systèmes  d’exploitation antérieurs tels que Windows 7 et Windows Server 2008 R2 ne supportent pas Storage Spaces. 
Ils seront considérés comme des disques physiques inconnus.  

l Quels sont les prérequis relatifs aux configurations Storage Spaces en environnement de type cluster à N 
nœuds ? 
Le  sous­système  de  stockage  Storage  Spaces  a  été  conçu  pour  être  utilisé  comme  stockage  local  pour  des 
configurations  de  serveurs  simples  mais  aussi  comme  stockage  partagé  avec  les  services  de  clustering  avec 
basculement. Cependant, seuls les disques et baies de stockage connectées en SAS (Serial  Attached  SCSI)  supportent 
les configurations clusters. Les autres technologies telles que iSCSI ou FC (Fibre  Channel)  ne  sont  pas  supportées.  De 
plus, les points suivants doivent être respectés :  

n Storage Spaces ne prend pas en charge les disques système et de démarrage.  

n Seuls les disques non formatés et non partitionnés peuvent être ajoutés. 

n La taille des disques doit être supérieure ou égale à 10 Go.  

n Toutes les données d’un disque ajouté à un pool de stockage sont détruites et irrécupérables.  

n Un pool de stockage est composé d’au moins 1 disque physique.  

n Un disque virtuel de type Miroir double doit avoir au moins 2 disques.  

n Un disque virtuel de type Miroir triple à 3 copies doit disposer de 5 disques physiques au minimum.  

n Un disque virtuel de type Parité doit disposer d’au minimum 3 disques physiques.  

n Tous  les  disques  d’un  même  pool  ne  doivent  pas  forcément  avoir  une  taille  identique,  cependant  ils  doivent  tous 
utiliser la même taille de secteur. 

n Le  pilote  storport.sys  est  au  cœur  de  Storage  Spaces.  Microsoft  précise  que  les  solutions  développées  pour  être 
compatibles avec Storage Spaces doivent en fait l’être avec le pilote storport.sys.  

n Les disques virtuels qui doivent être mis à disposition d’une plate­forme cluster Hyper­V fonctionnant sous Windows 
Server 2012 R2 peuvent utiliser NTFS et désormais le nouveau système de fichiers hautement récupérable ReFS  ­
Resilient File System. Notez que l’utilisation de ReFS n’est pas supportée avec Windows Server 2012.  

n Les groupes de stockage utilisables dans les configurations en cluster doivent utiliser une connexion de type SAS.  

n L’utilisation  conjointe  de  cartes  RAID  internes  ou  externes  avec  des  systèmes  de  stockage  connectés  directement 
ou indirectement n’est pas supportée. 

n Tous  les  disques  physiques  utilisés  pour  créer  des  pools  de  stockage  en  cluster  doivent  réussir  avec  succès  les 
tests de validation du cluster Windows Server 2012 R2. 

© Editions ENI – Tous droits réservés – Copie personnelle de malick Gaye - 3-

Vous aimerez peut-être aussi