Vous êtes sur la page 1sur 6

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/275938868

La guerre des écrivains. 1940-1953

Article  in  Revue Française de Sociologie · April 2000


DOI: 10.2307/3322583

CITATIONS READS

39 322

4 authors, including:

Clara Levy Gisele Sapiro


Université de Vincennes - Paris 8 École des Hautes Études en Sciences Sociales
77 PUBLICATIONS   427 CITATIONS    26 PUBLICATIONS   246 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Gisèle Sapiro
École des Hautes Études en Sciences Sociales
162 PUBLICATIONS   1,288 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Interco-SSH : International Cooperation in the SSH View project

Patrick Modiano and his Nobel Prize of Literature View project

All content following this page was uploaded by Clara Levy on 31 May 2015.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Clara Lévy

Sapiro Gisèle, La guerre des écrivains. 1940-1953.


In: Revue française de sociologie. 2000, 41-2. pp. 387-390.

Citer ce document / Cite this document :

Lévy Clara. Sapiro Gisèle, La guerre des écrivains. 1940-1953. In: Revue française de sociologie. 2000, 41-2. pp. 387-390.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_2000_num_41_2_5279
Les livres

manuels, l'analyse des rôles des syndicats sort de réflexion sur l'école et d'orienta
et des associations professionnelles fait tion de l'action. Or, pour l'instant, force
l'objet d'une présentation spécifique par est de reconnaître que les discours éducat
ticulièrement bienvenue en réintégrant la ifs,ceux tenus dans les Iufm notamment,
question du politique aux domaines légit sont parfois en parfaite contradiction avec
imesde la sociologie de l'école. Le bilan les résultats de la recherche. On pense no
réalisé est riche et sans aucun doute d'un tamment au « projet de l'élève » : autant de
grand intérêt. À la lumière de ce qui est nombreuses études montrent la «faible
présenté, le lecteur mesure aussi les pertinence» de la notion, autant il s'agit
champs de recherche qui sont encore à d'un leitmotiv familier à une partie des
défricher. Ainsi, les modalités de la format acteurs de l'institution. Il en est de même
iondes professeurs, notamment dans les des discours sur la participation des élèves
Iufm, restent à étudier de façon plus appro à l'établissement : glorifiée, mythifiée
fondie bien que quelques études soient même, alors qu'elle ne représente guère,
déjà disponibles. Peu de recherches aussi pour l'instant et pour l'essentiel, qu'une
ont été menées sur la formation continue idéologie institutionnelle déconnectée de
des enseignants et les effets éventuels de l'expérience lycéenne. Des constatations
celle-ci sur leurs pratiques pédagogiques identiques valent pour bien d'autres
ou leur rapport au métier, au savoir et aux domaines tels le redoublement, la différen
élèves. ciationpédagogique, etc. Ce fossé inter
Le chapitre 10, consacré au «métier roge le lecteur, laisse dubitatif et parfois
pantois. Sans doute faut-il considérer que
d'élève », constitue un développement em la création des Instituts universitaires de
blématique des recherches «centrées sur formation des maîtres, la reconnaissance of
les acteurs». Ce qui frappe tient d'abord
au renouvellement rapide de ce champ. Sur ficiel e de compétences professorales ex
la dizaine de références bibliographiques l'émergenceaux
téri e ures savoirs disciplinaires,
d'une formation en sciences
principales figurant en fin de chapitre, sociales et humaines dans ces mêmes ins
neuf sont postérieures à 1993, et ce pour
est approximativement représent tituts, et la réflexion actuellement menée
centage sur le contenu des épreuves des concours
atif du dynamisme des publications sur ce
domaine. L'origine d'une telle abondance d'enseignement constituent des signes tan
gibles de la transformation de l'institution
relève d'abord de la démographie scolaire
- l'explosion scolaire de la fin des années scolaire. On peut raisonnablement penser
quatre- vingt - mais aussi de l'intérêt sus qu'un tel ouvrage, accessible et rigoureux,
cité par la «face subjective» de la vie est susceptible de favoriser et ď orienter un
scolaire. Les auteurs présentent des inves tel mouvement.
tigations généralement récentes portant
sur le «rapport au savoir», les modalités Pierre Merle
«d'implication dans le travail scolaire», IUFM de Bretagne - LESSOR - Université de Rennes II
« la vie quotidienne dans les organisations
scolaires », les interactions enseignants- Sapiro (Gisèle). - La guerre des
élèves, les modalités d'intégration dans les écrivains. 1940-1953.
institutions scolaires, etc., panorama comp
let et riche d'enseignements divers. Paris, Fayard, 1999, 807 p., 220 FF.
Dans le style « manuel », il semble dif L'ouvrage de Gisèle Sapiro, qui se si
ficile de faire mieux tant l'ouvrage par tue dans la lignée des travaux de Pierre
vient à concilier avec bonheur lisibilité, Bourdieu en sociologie de la littérature,
exhaustivité des références, pluralité des concerne le champ littéraire français pen
approches et concision du propos. De toute dant l'Occupation et jusqu'à la seconde loi
évidence, l'ensemble des recherches ré d'amnistie. L'enjeu consiste à appliquer le
unies est potentiellement un puissant concept de «champ littéraire» à une pé-

387
Revue française de sociologie

riode où l'autonomie - c'est-à-dire le pri résultats du travail de Gisèle Sapiro con


mat, dans cet espace, des valeurs littéraires siste en la démonstration - bien rodée pour
- qui le définit habituellement se trouve les tenants de la théorie du champ selon
amoindrie. « Soumis au double appareil de Bourdieu - du principe d'homologie entre
contrainte nazi et vichy ste, livré aux diffé les positions dans le champ littéraire et les
rentes entreprises de captation, le champ prises de position politiques. « Le champ
littéraire voit s'abolir sous l'Occupation littéraire se structure ainsi [...] autour de
les conditions qui lui assuraient une rela l'opposition entre un pôle temporellement
tive indépendance, en particulier la liberté dominant, formé par des écrivains instit
d'expression. Mais, en dépit de sa structu utionnalisés qui cumulent toutes les espèces
ration objective, amplifiée par la confu de capitaux (économique, scolaire, social)
sionnée de la Débâcle, en dépit de la et jouissent d'une notoriété de type mond
mainmise sur ses instances de diffusion, ain, et un pôle temporellement dominé,
une forme d'autonomie subsiste dans le principalement constitué par de jeunes
mode de fonctionnement de cet espace dé prétendants en ascension sociale, démunis
sormais éclaté. » (p. 12). de ressources économiques mais dotés
d'un important capital culturel, à la fois
Il ne s'agit pas, pour l'auteur, de pré hérité et acquis, qui s'orientent vers la
senter la guerre des écrivains comme « le
reconnaissance des pairs et les profits sym
pur reflet de la guerre civile», mais de boliques [...]. Tandis que les représentants
profiter de la situation de crise pour appré du premier pôle se rallient majoritairement
ciertout ce qui, dans le fonctionnement du aux nouveaux pouvoirs, le régime de
champ littéraire, d'une part relève des ef Vichy et/ou la Collaboration, la plupart
fets de cette crise et, d'autre part, ressortit des représentants du second s'engagent
de ses propres règles du jeu. C'est pour dans la clandestinité. » (p. 93). L'enjeu
quoi le cœur de l'ouvrage est constitué par théorique qui sous-tend cette démonstrat
l'analyse de quatre institutions de la vie ion, statistiquement fondée, consiste à
littéraire - l'Académie Française, l'Aca prouver d'une part que les propriétés so
démie Goncourt, La Nrf et le Comité ciales (en termes d'âge, d'origine sociale
National des Écrivains - dont le fonctio
et de capital scolaire) des écrivains i
nnementsous l'Occupation et après la Libé nfluencent largement leurs prises de posi
ration est mis en regard des principes de tion politiques, mais aussi d'autre part que
division caractérisant le champ littéraire cette influence n'est pas mécanique et ne
avant la Seconde Guerre mondiale. L'ana s'exerce que diffractée par des effets de
lyse institutionnelle est étoffée par une en champ. Ceux-ci sont mis en évidence dans
quête statistique portant sur 185 écrivains l'analyse comparative des trajectoires
en activité en 1940, choisis selon des cri d'Henry Bordeaux et de François Mauriac
tères littéraires, politiques et de visibilité qui, malgré des propriétés sociales pro
(les indicateurs retenus concernant les pro ches, prennent des positions radicalement
priétés sociales, les caractéristiques de la différentes sous l'Occupation. Le premier
position dans le champ littéraire, les prises se satisfait d'une reconnaissance mon
de position esthétiques et les prises de po daine - cristallisée par son élection à
sition politiques des auteurs). l'Académie Française et par les énormes
Dans le champ littéraire, traditionnelle tirages de ses ouvrages - et harmonise
ment, s'affrontent des forces d'autonomie constamment son rapport à l'institution ca
et des forces d'hétéronomie, se dessinent tholique avec sa logique littéraire, qu'il lui
des clivages générationnels et se définis inféode. Le second mène un double jeu -
sent deux types de notoriétés, l'une d'or destiné à concilier la reconnaissance mon
dretemporel (coïncidant avec le champ de daine (Mauriac est lui aussi membre de
grande production) et l'autre d'ordre sym l'Académie Française, mais connaît des
bolique (coïncidant avec celui de product tirages plus modestes) avec la reconnais
ion restreinte). Or, un des principaux sance des pairs (notamment celle de

388
Les livres

l'équipe de La Nrf) - et rompt avec les tonomie de la littérature que l'ancien di


positions officielles de l'Église au nom de recteur, Jean Paulhan, a quitté la revue
la défense de l'autonomie littéraire. La s lorsque y furent refusés les textes d'écri
ituation de Mauriac dans le champ littéraire vainsjuifs et d'écrivains communistes. Le
- à savoir la proximité avec les partisans cas de La Nrf est exemplaire en ce qu'il
de la logique de l'autonomie et le fait permet de montrer que, «en situation de
d'être pris à parti dans la «querelle des crise, non seulement la rhétorique de l'art
mauvais maîtres » par ses détracteurs - pur se révèle incapable de garantir l'aut
conduit celui-ci à récuser la position onomie littéraire, mais [qu'] elle devient aussi
qu'auraient dû lui assigner ses propriétés une arme efficace aux mains des entreprises
sociales et à rallier un camp, littéraire et hétéronomes en quête de légitimité»
politique, dont il aurait pu rester très éloi (p. 466). De plus, le choix des écrivains de
gné. collaborer ou non à La Nrf montre que les
décisions ne sont pas toujours précoces ni
Mauriac appartient donc (avec Duhamel définitives ; en témoignent les hésitations,
et Valéry) à cette frange extrêmement mi les incertitudes, les doutes, les scrupules,
noritaire des membres de l'Académie les ruptures. Enfin, le Comité National des
Française opposés au nouveau régime ; Écrivains représente la principale institu
une autre minorité est constituée des écri tion de résistance dans le champ littéraire.
vains favorables au collaborationnisme. Ce sont des facteurs d'affinités littéraires
Mais la grande majorité des académiciens (à savoir la lutte commune pour la défense
- parmi lesquels se recrutent plusieurs des du principe d'autonomie) qui permettent
notables de Vichy - est pénétrée d'un de rendre compte de l'émergence et du
«sens du devoir» qui mène l'institution à succès d'une instance qui dépasse les cl
adopter un attentisme collectif, mâtiné ivages traditionnels - notamment idéologi
d'approbations individualisées à l'égard ques (communistes et non-communistes
du régime de Vichy. Plus exposée à la s'allient au sein du Cne) et générationnels
conjoncture et donc aux pressions exté (la naissance du Cne est due à la fois à une
rieures, car moins institutionnalisée que nouvelle génération de prétendants et à
l'Académie Française, l'Académie Gon- celle des grands aînés). Le «sens de la
court - qui joue de son « sens du scandale » subversion » conduit à considérer que la r
comme d'un mode de survie - adopte un econquête de l'autonomie politique coïncide
conformisme plus appuyé que sa rivale à avec la reconquête de l'autonomie littéraire.
l'égard des nouveaux pouvoirs. La Nrf Les auspices paradoxaux sous lesquels il est
connaît une évolution contrastée et para apparu seront cependant fatals au Cne : le
doxale (que ne résume que partiellement parti communiste a en effet puissamment
l'expression de «sens de la distinction» contribué à son succès, mais les liens entre
proposée par l'auteur) : cette revue s'est, les deux institutions après la Libération
depuis trente ans déjà, instituée garante du sont, à la longue, perçus comme un facteur
principe d'autonomie du champ littéraire. d'hétéronomie, ce qui discrédite le Cne en
C'est au nom de ce même principe que tant qu'instance littéraire.
Drieu La Rochelle - qui a repris la direc
tionde la revue à l'instigation de l'occu Dans l'immédiat après-guerre cepen
pant- tente de convaincre les écrivains de dant,le parti communiste et le Cne repré
publier dans La Nrf. L'argument de sentent les viviers d'une nouvelle
«L'art pour l'art» allié à celui de la dé génération littéraire - dont les représen
fense de l'« esprit français » amène un cer tants les plus éminents sont Vercors,
tain nombre d'auteurs à collaborer à une Sartre, Camus et Aragon - qui se prévaut
revue, qui sollicite à la fois des auteurs de la caution morale que représente sa
ouvertement procollaborationnistes et des conduite sous l'Occupation. Le Cne se
auteurs qui se déclarent apolitiques. Mais transforme alors en instance d'épuration
c'est également au nom du principe du monde des lettres, par le biais de l'ex-

389
Revue française de sociologie

communication des auteurs compromis, f res par rapport à des débats datant parfois
igurant sur une liste noire. Son pouvoir est
du début du siècle. La chronologisation
toutefois limité, du fait de l'existence fine de la recherche met en évidence les
d'autres instances d'épuration, mais aussi renversements d'argumentation et rend
de la reprise normalisée du fonctionne possible la compréhension de l'utilisation,
ment des institutions littéraires antérieur
décalée dans le temps, d'un même principe
es, et enfin des divisions internes entre
par des camps qui demeurent pourtant fo
écrivains. En effet, la polémique «justice ndamentalement opposés. L'étude porte
ou charité » - qui s'incarne dans la contro non seulement sur des auteurs à succès,
verseopposant Mauriac, avocat d'une cer dont le nom a été retenu par la postérité,
taine indulgence à l'égard des auteurs mais aussi sur des écrivains méconnus et
compromis, à Camus, d'abord partisan sur des figures dont le rôle pivot a pu
d'une rigoureuse sévérité, mais qui ac progressivement être oublié : c'est le cas
cepte ensuite de rejoindre le camp de son
pour l'omniprésent Jean Paulhan qui, en
aîné en signant une pétition demandant la jouant à la fois les conseillers et les médiat
grâce de Brasillach - ne doit pas masquer eursdès le début de la Collaboration, a
le fait que les prises de position à l'égard permis au champ littéraire français de con
des sanctions à réserver aux écrivains sont tinuer à fonctionner. Enfin, les comparai
largement tributaires à la fois des clivages sons entre les quatre institutions retenues
générationnels et des options politiques. et la mise au jour de tendances collectives
Mais si la guerre a eu pour conséquence n'amènent pas l'auteur à éluder la richesse
l'affirmation d'une nouvelle génération et la complexité des options individuelles.
dans le champ littéraire et la marginalisat On déplorera toutefois que la focalisation
ion d'écrivains d'extrême-droite discrédit
sur les institutions conduise peut-être à
és, « les modes de survie [des] institutions
négliger les écrivains qui n'appartiennent
[étudiées] à la Libération présentent des à aucune d'entre elles, tout en ne se situant
caractéristiques semblables à celles que absolument pas hors champ : l'absence
l'on a observées sous l'Occupation, dans d'analyse systématique du cas de Céline
un rapport de force politique inversé : tan apparaît ainsi surprenante au regard du
dis que l'Académie Française, impassible, rôle joué par cet écrivain, aussi bien dans
renoue avec sa vocation de force conser l'entre-deux-guerres que pendant l'Occu
vatrice sans céder aux pressions politiques pation ou après la Libération. De plus,
et médiatiques, l'Académie Goncourt l'insistance sur les choix, les stratégies et
opère un spectaculaire retournement en les investissements va de pair avec une
s'ajustant, comme en 1940, à la nouvelle omission quasi totale des formes esthéti
idéologie dominante de l'heure. L'institu quesqu'ils revêtent : à l'exception de la
tionnalisation du Cne [...] est une des con
mention des textes d'Aragon, élaborés
séquences les plus immédiates de la crise.
pendant l'Occupation selon la technique
Mais le règne des instances nées de la poétique d'origine médiévale du trobar
Résistance sera de courte durée » (p. 695). dus et donc accessibles à la compréhens
ion des seuls initiés, aucun élément ne
La gageure représentée par cet impos nous est livré sur les textes littéraires eux-
anttravail paraît au final relevée : si l'on mêmes. Ce choix semble d'autant plus
se place dans la perspective des analyses regrettable - même s'il peut apparaître
de Bourdieu, l'intérêt du concept de cohérent avec les options théoriques de
champ littéraire en situation d'exception a Gisèle Sapiro - que la qualité des analyses
bien été montré par Gisèle Sapiro. La crise menées autorise à imaginer combien une
majeure traversée par la France à la pé prise en compte des œuvres aurait pu enri
riode étudiée exacerbe certains effets de chir un travail déjà remarquable.
champ, en annihile d'autres, en crée de
nouveaux. Le travail historique minutieux Clara Lévy
permet de situer bien des querelles LAST ES - Université de Nancy II

390

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi