Vous êtes sur la page 1sur 1

Tous mes rêves d’enfance se réalisaient en fait, je rêvais d’être chanteur j’étais chanteur, je rêvais

très grand c’est devenu très grand. J’avais tout qui allait. J’avais de l’argent, je réussissais mon
métier, je réussissais avec mes amours, la chanson ça réussissait super et toutes les coïncidences
comme l’univers qui s’ouvre pour faire exactement ce que je veux, mais moi je gardais en moi l’idée
que je n’étais pas à la hauteur, j’avais encore ce truc depuis tout petit je ne suis pas à la hauteur.

J’avais une sorte de culpabilité je n’osais pas admettre que c’était si facile en fait. C’est comme si je
me sentais bizarrement redevable à je ne sais pas qui, à mes parents et à ce qui mes parents veut le
dire, un peu en porte-à-faux d’être heureux quoi. Que ce soit facile. Tu sais c’est tellement fort cet
idée dans la société qu’il faut souffrir. C’est, pas la hauteur, pas métrite, coupable, machin, le gros
truc lourd et tout pourquoi je me sens pas bien, je suis angoissé, c’est quoi cet angoisse quoi.

Je suis allé explorer en fait le désespoir quoi parce qu’il était toujours je fais bon ok on y va. C’est
trop dur de résister à ça donc je suis allé. En plus de ça comme je n’avais pas trop de confiance en
moi donc je me suis dit je vais explorer l’artiste comme les artistes que j’aimais bien c’était des
authentiques, c’était Brel, c’était Brassin. A l’époque c’était très Brel allez je vais me couper... Je vais
explorer ce truc-là quoi. Et là j’ai atteint des trucs très glauques, à un moment je pensais vraiment
que c’était la fin quoi. C’est-à-dire je regardais vraiment la fenêtre de très près quoi, je retournais
chez mes parents j'avais laissé mon appart, c’était OH LA LAA ce n’était pas sympa et cet ami on
s’intéressait ensemble aux histoires de psy de psychothérapie, de psychanalyse on aimait bien ce
genre des choses, puis un jour il vient il me dit «Laurent  je vais pas te faire la morale, je vais pas te la
faire du tout, mais j’ai une question à te poser mais surtout ne réponds pas, est ce que tu veux aller
bien ? » à moi je dis bien évidement, il m’a dit non ne réponds pas et il est parti, et ça était un
déclencheur énorme quoi parce que je me suis aperçu qu’après tout cette traversé de l’obscurité ce
que j'avais vu en moi c’était mon degré de mensonges à moi-même. Je ne réalisais pas à quel point je
pouvais me mentir, devant la glace je me jurais des trucs et ce n’était pas vrai. En fait je ne veux pas
aller bien.