Vous êtes sur la page 1sur 4

Exercices de Mathématiques

Familles libres, liées, génératrices (I)


Énoncés

Énoncés des exercices

Exercice 1 [ Indication ] [ Correction ]


Montrer que la famille a = (9, −3, 7), b = (1, 8, 8), c = (5, −5, 1) est liée.

Exercice 2 [ Indication ] [ Correction ]


Peut-on déterminer λ et µ dans IR tels que le vecteur u = (−2, λ, µ, 3) appartienne au sous-
espace vectoriel de IR4 engendré par a = (1, −1, 1, 2) et b = (−1, 2, 3, 1) ?
Même question avec u = (λ, 1, µ, 1), a = (1, 2, 3, 4), et b = (1, −2, 3, −4).

Exercice 3 [ Indication ] [ Correction ]


Dans l’espace vectoriel de toutes les applications de IR dans IR, montrer que la famille formée
des applications fλ : x 7→ exp λx (avec λ ∈ IR) est libre.

Exercice 4 [ Indication ] [ Correction ]


Montrer que la famille formée des applications fλ : x 7→ cos λx (avec λ ∈ IR+ ) est libre.

Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Familles libres, liées, génératrices (I)
Indications, résultats

Indications ou résultats

Indication pour l’exercice 1 [ Retour à l’énoncé ]




On trouve 3a − 2b − 5c = 0 .

Indication pour l’exercice 2 [ Retour à l’énoncé ]


13 22
Le vecteur u est dans le plan engendré par a, b si et seulement si λ = et µ = .
 3 3
a = (1, 2, 3, 4)
Si le vecteur u = (λ, 1, µ, 1) n’est jamais dans le plan engendré par a, b.
b = (1, −2, 3, −4)

Indication pour l’exercice 3 [ Retour à l’énoncé ]


P
Supposer que αλ fλ = 0, où la famille (αλ )λ∈IR est à support fini.
λ∈IR
Si les αλ ne sont pas tous nuls, considérer le λ0 maximum tel que αλ0 6= 0.
Multiplier par exp(−λ0 x) et faire tendre x vers +∞.

Indication pour l’exercice 4 [ Retour à l’énoncé ]


Se ramener à un sous-famille finie fλk (où λ1 , λ2 , . . . , λn sont distincts deux à deux.)
Procéder ensuite par récurrence sur n ≥ 1.
Dans le passage du rang n au rang n + 1, utiliser une double dérivation.

Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Familles libres, liées, génératrices (I)
Corrigés

Corrigés des exercices

Corrigé de l’exercice 1 [ Retour à l’énoncé ]




On doit trouver (α, β, γ) 6= 0 tel que αa + βb + γc = 0.
 9α + β + 5γ = 0


− →

αa + βb + γc = 0 ⇔ α(9, −3, 7) + β(1, 8, 8) + γ(5, −5, 1) = 0 ⇔ 3α − 8β + 5γ = 0


9α + β + 5γ = 0  7α + 8β + γ = 0
 9α + β + 5γ = 0
⇔ 6α + 9β = 0 ⇔
 2α + 3β = 0
26α + 39β = 0
Ce système admet des solutions non nulles parmi lesquelles α = 3, β = −2, γ = −5.


On a donc 3a − 2b − 5c = 0 : la famille a, b, c est liée.

Corrigé de l’exercice 2 [ Retour à l’énoncé ]


 x − y = −2
On résout u = xa + yb, d’inconnues x, y, de paramètres λ, µ. 
 −x + 2y = λ

u = xa + yb ⇔ (−2, λ, µ, 3) = x(1, −1, 1, 2) + y(−1, 2, 3, 1) ⇔
 x + 3y = µ
1 7 13 22


⇔x= , y= , λ= , µ= 2x + y = 3
3 3 3 3
13 22
Le vecteur u est donc dans le plan engendré par a, b si et seulement si λ = et µ = .
3 3
Dans le cas où u = (λ, 1, µ, 1), a = (1, 2, 3, 4), et b = (1, −2, 3, −4), la réponse est négative.
En effet a et b sont dans l’hyperplan H = {w = (x, y, z, t), t = 2y}.
Il en est donc de même de leurs combinaisons linéaires.
Or u = (λ, 1, µ, 1) n’est jamais dans H. Il ne peut donc être dans le plan engendré par a, b.

Corrigé de l’exercice 3 [ Retour à l’énoncé ]


P
On se donne une famille (αλ )λ∈IR à support fini. On suppose que αλ fλ = 0.
λ∈IR
On suppose par l’absurde que les αλ ne sont pas tous nuls.
La famille des αλ étant à support fini, il existe un λ0 maximum tel que αλ0 6= 0.
P P
L’égalité αλ fλ = 0 devient alors αλ0 fλ0 = − αλ fλ .
λ∈IR λ<λ0
P
Autrement dit : ∀x ∈ IR, αλ0 exp(λ0 x) = − αλ exp(λx).
λ<λ0
P
En multipliant par exp(−λ0 x) on obtient : ∀x ∈ IR, αλ0 = − αλ exp((λ − λ0 )x).
λ<λ0
Dans cette somme (finie) on a toujours λ − λ0 < 0.
Quand on fait tendre x vers +∞ on trouve donc αλ0 = 0, ce qui est absurde.
Conclusion : la famille des (fλ )λ∈IR est une famille libre.

Page 3 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Familles libres, liées, génératrices (I)
Corrigés

Corrigé de l’exercice 4 [ Retour à l’énoncé ]


Il revient au même de prouver que toute sous-famille finie formée de n fonctions fλk (où
λ1 , λ2 , . . . , λn sont distincts deux à deux dans IR+ ) est libre.
On procède par récurrence sur n ≥ 1.
C’est vrai si n = 1 car fλ n’est pas la fonction nulle.
Soit n un entier ≥ 1. On suppose que la propriété est vraie si n ≥ 1.
On se donne donc λ1 , . . . , λn , λn+1 distincts deux à deux dans IR+ .
n+1
P
Soient α1 , . . . , αn+1 tels que αk fλk = 0.
k=1
n+1
λ2k αk fλk = 0.
P
On dérive deux fois et on obtient
k=1
n
µk αk fλk = 0 avec µk = λ2k − λ2n+1 .
P
Par combinaison des deux égalités on trouve :
k=1
On en déduit µ1 α1 = · · · = µn αn = 0 en utilisant l’hypothèse de récurrence.
Mais µ1 , . . . , µn sont non nuls. Donc α1 = · · · = αn = 0.
n+1
P
L’égalité αk fλk = 0 donne alors αn+1 = 0.
k=1
On a ainsi démontré la propriété au rang n + 1, ce qui achève la récurrence.
Conclusion : la famille des (fλ )λ∈IR+ est une famille libre.

Page 4 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.