Vous êtes sur la page 1sur 8

Chap5 

: L´assurance transport

I) Introduction

A) Définition

La logistique internationale repose essentiellement sur la gestion des flux de personnes et de


marchandises à l’échelle internationale. Pour le cas particulier de la vente à l’international, les
différentes opérations auxquelles sont soumissent les marchandises au cours de leur acheminement
les exposent à de nombreux risques. Les dommages et les pertes peuvent être moindre, mais aussi
élevé et entrainant parfois des préjudices immenses sur le plan financier. Afin de se mettre à l’abri
d’un tel risque, la solution est d’assurer ses marchandises. Pour de nombreuses législations, il s’agit
d’une obligation.

L’assurance est un contrat selon lequel une partie, l'assureur, accepte en contrepartie du paiement
d'une prime, de rembourser une autre partie, l'assuré, pour des pertes subies ou pour sa
responsabilité ayant entraîné des pertes causées par des risques spécifiques et à un objet défini.

Les différents acteurs

- L´assureur : compagnie d´assurance agissant pour le compte d´une ou plusieurs compagnies et/ou
assureurs- souscripteurs.

- Le réassureur : compagnie ou groupe souscripteur agissant pour le compte de plusieurs


compagnies et qui se charge d´assurer les assureurs.

- L´assuré : personne physique ou morale qui bénéficiera de l´indemnité s´il y a survenance d´un
sinistre couvert aux termes de la police souscrite.

- Le courtier : le courtier en assurance conseille l´assuré et négocie avec les assureurs. Son rôle est
avant tout de défendre les intérêts de l´assuré. C´est lui qui rédigera et établira la police d´assurance
après en avoir négocié les termes et conditions avec l´assuré concerné. C´est également le courtier
qui s´occupera de toutes les communications entre l´assuré et les assureurs et qui veillera aux
règlements des primes et sinistres pour le risque en cours.

Le coût de l´assurance dépend :

1. de la nature de la marchandise (fragile, périssable, dangereuse, ...) ;

2. de la qualité de l´emballage et du marquage ;

3. du mode de transport

4. de l´itinéraire et de la zone géographique desservie ;

5. de la garantie choisie.

En cas de transport maritime ou aérien, la prime d´assurance est calculée sur base de la valeur
assurée. Cette valeur assurée fixe la limite d´indemnisation en cas de sinistre.
B) Risques couverts et risques exclus

Quel que soit le mode de transport choisi (route, chemin de fer, voie maritime, fluviale ou aérienne),
les marchandises sont exposées à de nombreux risques, tels que les détériorations, les manquants,
ou les pertes de poids, résultant :

 De risques ordinaires : accident ou événement de transport, incendie ou « mouille » 


 De risques exceptionnels : grève, vol, émeute, acte de terrorisme ou guerre.

D´une façon classique, les assurances couvrent la marchandise tout le long de la chaîne transport.
Cette couverture générale évite de souscrire des polices d´assurance pour chaque mode de
transport utilisé. Les polices couvrent tous les types de marchandises. Les assurances définissent de
façon presque uniforme les risques assurés et les risques exclus ainsi que certains principes de
fonctionnement. Il est donc important d'être bien assuré et de définir clairement le périmètre des
risques couverts.
Risques couverts Risques exclus
1. Risques liés au transport principal. 1. Conséquences des fautes de l´assuré ou du
bénéficiaire.
2. Risques liés à la manutention.
2. Conséquences des violations, contrebande,
3. Risques pour le pré- et le post-
commerce prohibé ou clandestin.
acheminement dans le cadre d´assurances
magasin à magasin (en aérien et en maritime). 3. Influence de la température.
4. Plus particulièrement : l´avarie commune 4. Insuffisance ou inadaptation du
pour le transport par bateau ; l´avarie conditionnement.
particulière pour tous les types de transport ; l
5. Préjudices financiers commerciaux (retard,
´avarie en frais pour tous les types de
perte de client.
transport.

II. L’assurance du transport des marchandises

A) Les différentes sortes de police

La police d’assurance est un acte remis au souscripteur par la société d'assurances et qui établit les
conditions du contrat d'assurance. C’est la preuve matérielle du contrat passé entre l'assureur et
l'assuré. La police d'assurance matérialise donc l'accord des deux parties, l'assureur et l'assuré,
signataires du contrat.

Selon la taille et la fréquence des flux gérés entre les deux partenaires commerciaux, le choix peut
être fait entre une police « Tiers Chargeur », une police « au voyage », une police « d’abonnement »
et une police « à alimenter ».
L’expéditeur a le choix entre plusieurs sortes de polices :
Les polices
Leur utilisation

Police au voyage Elle couvre un voyage, pour une valeur et


pour une destination précises. Elle est
souscrite à chaque expédition.

Police à alimenter Elle couvre une quantité déterminée de


marchandises de même nature sur
plusieurs expéditions échelonnées sur une
durée indéterminée. L´assuré informe l
´assureur de chaque expédition par un avis
d´aliment .

Police d´abonnement Elle couvre tous les envois d´un exportateur


quels que soient les marchandises, leurs
quantités, leurs destinations et les modes
de transport utilisés sur une durée
déterminée. L´assureur s´engage à couvrir
automatiquement les expéditions, aux taux
de prime et conditions d´assurance
convenus dans la police d ´abonnement,
même lorsqu´il y a déclaration tardive, et
oubli

Police tiers-chargeur L´expéditeur demande à son transporteur


ou son transitaire de souscrire une
assurance pour son compte. Cette police
fonctionne de la même façon que les
polices d´abonnement.

B) Les formules de garantie

La garantie est un engagement pris par la compagnie d’assurance de répondre à l’exécution de ses
obligations contractuelles dans le cas où l’événement assuré venait à se réaliser. Les risques couverts
ainsi que la durée de la garantie sont clairement mentionnés dans le contrat.

Selon le mode de transport, la destination des marchandises, la nature des risques encourus durant
le trajet et au cours du transport, le choix peut se porter pour une garantie « FAP Sauf… », Une
garantie « Tout risques » et enfin une garantie « Risques de guerre et assimilés ».

 La garantie tous risque ou l’assurance « tous risques » couvre tous les dommages et pertes
matériels causés aux objets assurés pendant le voyage (y compris les pertes de poids ou de
quantité), sous réserve des exclusions et limitations du contrat (le plus souvent le risque de
guerre ou d’émeutes). Comme son nom l’indique, elle couvre tous les risques de magasin à
magasin incluant le pré acheminement et post-acheminement. Elle s’applique à tous mode de
transports. C’est la garantie qui est le plus souvent utilisé.
 La garantie FAP sauf ou l´assurance franco d´avaries particulières sauf (transport maritime - FAP
sauf) elle se limite à l’assurance des pertes et dommages causés aux marchandises par l’un des
événements énumérés dans le texte de la police (abordage, échouement, explosion...).
L’énumération, assez longue, comprend tous les événements majeurs (tempête, salissures, buée de
cale, chute de mer, casse) pouvant survenir pendant le transport maritime. L´assurance FAP sauf
couvre toujours l´avarie commune et les avaries particulières. Son équivalent pour les transports
terrestres et aériens est la garantie Accidents Caractérisés qui couvre les conséquences
d’événements majeurs limitativement énumérés dans le texte de la police.
 La garantie risques de guerres et mines : Elle couvre les actes tels que le sabotage, la piraterie, et
peut être utilisé pour tous les types de transport. Cette garantie est toujours couverte séparément
des autres et a une tarification spéciale
Son coût moyen varie autour de 0.03 % selon le degré de risque sur le parcours emprunté par la
marchandise.

C) L’Assurance des marchandises selon les différents modes de transport

1. Le transport par voie maritime


Les polices françaises d'assurance maritime sur facultés couvrent les différents risques pouvant
affecter les marchandises :

 Les avaries particulières :  désigne des dommages survenus par accident au moyen de
transport de marchandises ou à sa cargaison. Au cours du transport lui-même suite à
un événement majeur (tempête ,incendit,accident de la route...) ou d'un accident ne concernant
que la marchandise (mouillure par eau de mer, casse, vol.…) ;au cours de la manutention
(chargement, déchargement, transbordement...), notamment lors de la rupture de charge.

 Les avaries communes : est une procédure de répartition des frais et dommages entraînés
par des mesures de sauvetage décidées dans l’intérêt commun d'un navire et des marchandises
qu'il transporte. Dérogeant au droit commun des contrats de transports, elle établit de fait une
solidarité entre propriétaire du bateau et propriétaire des marchandises transportées. En cas
d'avarie, la valeur des marchandises sacrifiées sur décision du capitaine pour sauver l'équipage,
le reste de la cargaison et le bateau, le montant des dommages éventuels subis par le bateau,
ainsi que les frais d'assistance engagés à la demande du capitaine, font l'objet d'une
péréquation, dont l'objectif est que chacun des propriétaires participe aux frais et pertes à
proportion des valeurs respectives de leurs biens
 Les risques de guerre et assimilés (conventions spéciales).

Maritime

Elles garantissent l'ensemble du transport, y compris les transports accessoires par voie terrestre,
fluviale ou aérienne. Sauf conventions contraires, l'assurance s'applique jusqu'à ce que la cargaison
entre dans les entrepôts du destinataire ; elle cesse, au plus tard, soixante jours après le
déchargement du dernier navire de mer. 
2. Le transport par voie de terre (route et fer)
L'assurance des marchandises transportées par voie de terre fait l'objet d'un modèle de contrat
d'assurance.
 
L'assuré peut demander, soit une garantie « tous risques », qui couvre tous les dommages, y compris
les disparitions et les vols, soit une garantie plus restrictive, qui couvre les conséquences des
« événements caractérisés » énumérés dans le contrat d'assurance de l'entreprise.
 
Comme en assurance maritime, l'expéditeur a le choix entre une police au voyage, une police à
alimenter, une police d'abonnement ou une police tiers chargeur.
 
Les marchandises assurées sont couvertes de « magasin à magasin » : la garantie prend effet lors de
la remise de la marchandise au premier transporteur et cesse à la livraison au destinataire. 

3. Le transport par voie aérienne


L'assurance des marchandises transportées par voie aérienne fait l'objet d'une police adaptée.
Cette police garantit « tous risques » les objets acheminés par avion et par des transports
préliminaires ou complémentaires, terrestres ou fluviaux.
 
Le contrat d'assurance est régi par les mêmes dispositions que les autres assurances de transport de
marchandises, mais la garantie cesse à l'expiration d'un délai de quinze jours à compter de la date
d'arrivée de l'avion à l'aéroport de destination. Ce délai peut être prolongé, moyennant convention
et surprime spéciales, jusqu'à l'entrée des marchandises dans les magasins du destinataire. 

4.Le transport par voie fluviale


Sauf convention contraire, les marchandises assurées sont couvertes de « magasin à magasin » : la
garantie prend effet au point extrême de départ du voyage assuré et cesse lors de leur mise à terre
dans les magasins du destinataire, la durée de l'assurance ne pouvant toutefois excéder un délai de
quinze jours calculé depuis la fin du déchargement des marchandises assurées du bateau fluvial.

III. LES PRINCIPES

A) Les informations

Quels renseignements fournir à l’assureur ?

1. la nature de la garantie choisie, c´est-à-dire l´étendue de la garantie souhaitée ;

2. le lieu des risques, à savoir où commencent et où se terminent les risques couverts ;

3. le temps des risques : cette notion recouvre la durée de la garantie qui doit coïncider avec celle du
voyage ;

4. la nature de la marchandise : description de la marchandise, de son emballage, de son contenant,

5. le moyen de transport ;

6. la valeur assurée : le commerçant doit indiquer la valeur totale qu’il réclamera en cas de perte
totale ;
7. les antécédents : en principe, l´assuré doit fournir à l´assureur les éléments statistiques du risque
qu´il demande en couverture. Clause spécifique

8. Extend cover clause : une fois importées ou achetées, les marchandises sont entreposées en vue
de leur transformation, de leur assemblage ou de leur vente. Cet entreposage peut avoir lieu dans
les locaux d´un transitaire, dans des magasins publics ou dans les magasins de l ´acheteur. Durant ce
temps, les marchandises sont exposées à une série de risques tels que incendies, vols, explosions,
impacts de véhicules, dégâts des eaux et intempéries. Il faut donc veiller à couvrir les produits, ce qui
peut être effectué dans le cadre d ´une assurance transport (Extend cover clause).

9. les principaux points de destination des marchandises.

B)  l’indemnisation en cas de sinistre

1. émettre des réserves précises sur le document de livraison ;

Définition des réserves : En cas de perte ou d'avarie, le client a intérêt à émettre des réserves
écrites, les observations écrites, précises et détaillées sur le bulletin de livraison en présence du
transporteur ou de ses employés. Les réserves permettent d’établir que les dommages ont bien eu
lieu pendant le transport et ainsi actionner la police d’assurance marchandises transportées.

2. confirmer ces réserves par un recommandé au transporteur et inviter celui-ci à se faire


représenter à l ´expertise. A cet égard, il y aura lieu d´indiquer le jour et l´heure d´expertise ;

Définition d’expert : Un expert en assurance est la personne qui enquête sur vos réclamations
lorsque vous faites appel à votre assurance. Son rôle est de déterminer le juste montant que doit
vous rembourser votre assureur suite aux dommages. Pour cela, il va :

 Tenter d'identifier les bien qui ont été endommagés, détruits ou volés

 Déterminer précisément les circonstances du sinistre

 Évaluer les dommages (et apprécier la vétusté des biens)

 Préconiser les prochaines étapes : mesures conservatoires, remise en état (remplacement


ou réparation)

3. signaler le dommage ou la perte, dans les plus brefs délais, à l´assureur. Il est important
également d´informer le courtier ou son correspondant de la même manière ;

C´est à l´assuré, réceptionnaire des marchandises, ou à son mandataire, qu´incombe la charge de


réunir les éléments établissant le bien-fondé de la réclamation. Il devra constituer un dossier
sinistre comportant, en général :

 La justification du droit à l’indemnité :

o Pour la police au voyage, l’exemplaire original de la police ;

o Pour les autres polices, le certificat d’assurance signé par l’assureur ;

 La justification de la réalité de l’expédition : l’original ou une copie du titre de transport (en


transport maritime, le « connaissement ») ;

 La justification du dommage :
o Le certificat d’avaries délivré par le commissaire d’avaries, complété éventuellement
d’un rapport d’expertise visé par lui ;

o Le certificat de non-livraison, le bon de manquant ou le bulletin de poids pour les


pertes totales ou partielles ;

o Le certificat définitif de pertes ;

 La justification de la valeur d’assurance : la facture d’origine ou une copie certifiée conforme

 La preuve de la conservation des recours : production du double du bon de livraison portant


les réserves mentionnées au moment de la livraison et des copies des lettres de réserves
adressées au transporteur avec les réponses de ce dernier.

L´assureur vérifie les conditions dans lesquelles s´est produit le dommage, analyse les pièces du
dossier et verse le montant de l´indemnité en fonction des clauses de la police et des justificatifs
fournis par l´assuré. Ensuite, l´assureur recherche, s´il y a lieu, la responsabilité du transporteur qui
versera, dans les limites fixées les indemnités dues, si leur responsabilité n´a pu être dégagée.

En cas d´avarie commune, chacune des entreprises qui a placé des marchandises sur le bateau verse
une provision pour contribution à l´avarie. Cette contribution aux frais de sauvetage du bateau sera
répartie entre les propriétaires des marchandises transportées au prorata de la valeur de celles-ci.
Après calcul de cette répartition définitive (nommée dispache), l´assureur règle le montant défini.

C) les responsabilités

En matière d’assurances des marchandises au cours du transport, lors d’une opération


d’acheminement à l’international, les marchandises sont exposées à des risques divers. Pour garantir
le remboursement des sommes engagées en cas de dommage ou de sinistre, le chargeur a
l’obligation légale d’assurer ses marchandises.

« L’assurance est un contrat selon lequel une partie, l'assureur, accepte en contrepartie du paiement
d'une prime, de rembourser une autre partie, l'assuré, pour des pertes subies ou pour sa
responsabilité ayant entraîné des pertes causées par des risques spécifiques et à un objet défini. »

Dans la pratique, le chargeur qui représente l’importateur ou l’exportateur selon l’incoterm a le


choix soit de souscrire directement auprès d’une compagnie sa police d’assurance, soit de conclure
un accord avec le transporteur qui mettra à disposition sa propre police d’assurance pour les
marchandises qui lui sont confiés (Assurance tiers chargeur).

Même si le transporteur déclare être responsable des marchandises qui lui sont confiées, il est très
important de considérer l’étendue de cette responsabilité. Car, dans la pratique, la responsabilité du
transporteur en cas de sinistre, est réglementée et limitée par les conventions internationales.

Le coût du transport et donc la tarification du fret étant faite sur la base du poids et du volume des
marchandises transportées, les différentes conventions ont prévu que la responsabilité du
transporteur soit exprimée selon le poids des marchandises transportées lorsqu’elle est engagée. En
d’autres termes, si le transporteur est jugé responsable, le remboursement sera fait sur la base du
poids des marchandises endommagées et non pas sur la valeur réelle de ces marchandises.
 
Par ailleurs, le chargeur sera indemnisé par le transporteur selon des plafonds fixés par les
conventions. Les conséquences pour ce dernier peuvent être très significatives. Car, le montant de
l’indemnité peut être dans certains cas, largement inférieur à la valeur réelle des marchandises
endommagées.
 
Les limites de la responsabilité du transporteur sont exprimées en D.T.S. (Droits de tirage spéciaux)

o Pour les transports Terrestres - Convention CMR : 8,33 DTS par kilo, soit environ 11,72 € par
kilo.

Pour le transport Aérien - Convention de Varsovie : 16,5837 DTS par kilo, soit environ  23,33 € par
kilo.
           - Convention de Montréal : 17 DTS par kilo

o Pour le transport Maritime - Règles de La Haye et Visby : 2 DTS par kilo (environ 2,82 €) ou
666,66 DTS par colis (environ 938 €) la plus forte des deux limites s'appliquant. Dans la plus
part des pays africains, s’appliquent plutôt les Règles de Hambourg :  835 DTS/colis soit
1159€ ou 2,5 DTS/kg soit 3,47 €/kg,  la plus forte des deux limites s'appliquant.

Le droit de tirage spécial (DTS) ou special drawing rights (SDRs) est une unité de compte définie par
le Fonds monétaire international (FMI). Sa valeur, déterminée à partir d'un panier de devises, est très
fréquemment actualisée. On peut la consulter à l'adresse suivante :
www.imf.org

Compte tenu des limitations de responsabilité des transporteurs, l'expéditeur a un intérêt certain
à assurer lui-même les marchandises transportées.