Vous êtes sur la page 1sur 8

Physique- chimie électricité Le dipôle RL

Troisième Partie :
Electricité Le Dipôle RL
RL ‫ثنائي القطب‬
Unité 2 2éme Bac Sciences
6H /7H Physique
I – Bobine :
1– Définition :
La bobine est un dipôle constitué d’un enroulement non
connecté de fil conducteur de cuivre autour d'un noyau.
Symbole de la bobine est :
tel que
𝒓 la résistance interne
de la bobine.
et 𝑳 l’inductance de la bobine, son unité dans (S.I) est Henry 𝑯.
2– Le comportement d’une bobine dans un circuit électrique :
On réalise le montage expérimental ci-contre puis on
ferme l’interrupteur 𝑲.
a- Les deux lampes 𝑳𝟏 et 𝑳𝟐 brillent-elles
instantanément après la fermeture du circuit ?
La lampe 𝑳𝟐 ne brille pas instantanément après la
fermeture du circuit, mais la lampe 𝑳𝟐 s'allume avec
un retard sur la lampe 𝑳𝟏 .
b- Comment varier l'intensité du courant passant dans 𝑳𝟏 et 𝑳𝟐 .
𝒊𝟏 est variée immédiatement tandis que 𝒊𝟐 varie progressivement en retard de 𝒊𝟏 .
c- Quel est l'effet de la bobine lors de l'établissement du courant électrique ?
La bobine s'oppose l’établissement du courant qui la traverse.
d- Que se passe-t-il lors d’ouverture du circuit ? Quel est l'effet de la bobine lors
de l'annulation du courant électrique ?
La lampe 𝑳𝟐 s'éteinte avec un retard sur la lampe 𝑳𝟏 , la bobine s'oppose à
l'annulation du courant qui la traverse.
La bobine résiste l'établissement ou l'annulation du courant qui la traverse, cette
résistance augmente lorsqu'un noyau de fer forgé est inséré dans la bobine.
3– Tension aux bornes d’une bobines :
3-1- Manipulation 1 :
On réalise le montage électrique ci-contre, et On
ferme l’interrupteur 𝑲.
On change les valeurs des tensions qui sont
données par le générateur, et à chaque fois on
mesure la tension 𝒖𝑳 aux bornes de la bobine et
ainsi l’intensité du courant 𝑰 qui la traverse,

Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 1


Physique- chimie électricité Le dipôle RL

on obtient les résultats suivants :


uL(V) 0 0,8 1,6 2,4 3,2
I(A) 0 0,1 0,2 0,3 0,4
a- Tracer la courbe 𝒖𝑳 en fonction l’intensité 𝑰.
Voir ci-contre.
b- Comment la bobine se comporte en régime
permanent (𝑰 = 𝒄𝒕𝒆) .
La courbe est une fonction linéaire passant par
l'origine du repère, elle s’écrit sous la forme de :
𝒖𝑳 [𝑼] 𝑽
𝒖𝑳 = 𝑲. 𝑰 d’où 𝑲 = on a [𝑲] = [𝑰]
= =𝜴
𝑰 𝑨
Donc 𝑲 a la dimension d’une résistance 𝒓 alors 𝒖𝑳 = 𝒓. 𝑰
En régime permanent, la bobine se comporte comme un conducteur ohmique.
3-2- Manipulation 2 :
On règle le 𝑮𝑩𝑭 pour qu’il
délivre un courant
électrique triangulaire de
fréquence 𝒇 = 𝟐𝟓𝟎 𝑯𝒛 et sa
tension maximale est 𝟑 𝑽.
On réalise le montage
électrique ci-contre on
obtient l’oscillogramme ci-contre.
a- Que visualise-t-on à deux voies 𝒀𝟏 et 𝒀𝟐 ?
On visualise la tension 𝒖𝑳 à la voie 𝒀𝟏 et on
visualise la tension −𝒖𝑹 à la voie 𝒀𝟐 .
b- Pourquoi la masse du 𝑮𝑩𝑭 doit être isolée de la
prise de terre ?
Le conducteur ohmique sera entre deux masses ,
alors 𝒖𝑹 = 𝟎.
c- Pourquoi la voie 𝒀𝟐 est-il capable de visualiser
les variations du courant passant dans le circuit ?
𝒖
Selon la loi d’Ohm 𝒖𝑹 = −𝑹. 𝒊 d’où 𝒊 = − 𝑹
𝑹
donc 𝒊 est proportionnelle à 𝒖𝑹 alors la visualisation de 𝒖𝑹 permet de visualiser 𝒊.
d- On considère la moitié de la période des oscillations.
 Montrer que l’intensité de courant peut s’écrire sous la forme : 𝒊 = 𝒂. 𝒕 + 𝒃.
𝑻
Pour [𝟎, ] , La courbe 𝒖𝑹 est une fonction affine écrite sous la forme de :
𝟐
𝒂′ 𝒃′
𝒖𝑹 = 𝒂′. 𝒕 + 𝒃′ avec 𝒖𝑹 = −𝑹. 𝒊 donc 𝒊 = − .𝒕 − alors 𝒊 = 𝒂. 𝒕 + 𝒃.
𝑹 𝑹
 Déterminer la valeur de 𝒂.
𝒅𝒊 𝒂′ 𝜟𝒖𝑹 𝟐𝜟𝒖𝑹 𝟐𝜟𝒖𝑹
On a =𝒂=− et on sait que 𝒂′ = = donc 𝒂 = −
𝒅𝒕 𝑹 ∆𝒕 𝑻 𝑹.𝑻
𝟐(−𝟎,𝟑−𝟎,𝟑)
d’où 𝒂 = − = 𝟐𝟎 𝑨. 𝒔−𝟏 .
𝟏𝟓×𝟒.𝟏𝟎−𝟑
Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 2
Physique- chimie électricité Le dipôle RL

 Déterminer graphiquement la valeur de 𝒖𝑳 .


Graphiquement on trouve : 𝒖𝑳 = 𝟎, 𝟐 𝑽 .
𝒖
 Calculer le rapport 𝒅𝒊𝑳 , puis comparer sa valeur avec 𝑳 l’inductance de la bobine.
𝒅𝒕
𝒖𝑳 𝟎,𝟐 𝒖𝑳
On a 𝒅𝒊 = = 𝟏𝟎 𝒎𝑯 on remarque que 𝑳 = 𝒅𝒊 .
𝟐𝟎
𝒅𝒕 𝒅𝒕
𝒅𝒊
 Déduire la relation entre 𝒖𝑳 et 𝑳 et .
𝒅𝒕
𝒅𝒊
La relation est : 𝒖𝑳 = 𝑳.
𝒅𝒕
 Donner l’expression de la tension 𝒖𝑳 aux bornes de la bobine son inductance
𝑳 et sa résistance interne 𝒓.
𝒅𝒊
L’expression de la tension est : 𝒖𝑳 = 𝒓. 𝒊 + 𝑳. .
𝒅𝒕
3-3- Conclusion :
Pour une bobine sans noyau de fer, et en convention
récepteur, la tension 𝒖𝑳 (𝒕) aux bornes d’une bobine
𝒅𝒊
est exprimée par la relation : 𝒖𝑳 (𝒕) = 𝒓. 𝒊 + 𝑳.
𝒅𝒕
En régime permanent, la bobine se comporte comme un conducteur ohmique.
La bobine résiste l'établissement ou l'annulation du courant qui la traverse à
𝒅𝒊
cause du produit 𝑳. .
𝒅𝒕

4– Exploitation de l'expression de tension aux bornes de la bobine :


Lorsque la résistance interne de la bobine est négligeable, la tension entre ses
𝒅𝒊
bornes devient : 𝒖𝑳 (𝒕) = 𝑳. .
𝒅𝒕
Si l’intensité du courant 𝒊(𝒕) est croissante, alors : 𝒖𝑳 (𝒕) > 0.
𝒅𝒊
Si l’intensité du courant est variée très rapide, la dérivée prend une valeur très
𝒅𝒕
grande et ainsi 𝒖𝑳 (𝒕), d’où elle apparaît aux bornes de la bobine une surtension.
Ce phénomène est utilisé par exemple pour provoquer des étincelles aux bornes de
la bougie d’un moteur à essence et l’allumage des lampes au néon.
II – Réponse d’un dipôle RL à un échelon de tension :
1– Définitions :
Le dipôle 𝑹𝑳 est l’association en série d’un conducteur Ohmique de
résistance 𝑹 et d’une bobine son inductance 𝑳 et sa résistance interne 𝒓.

Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 3


Physique- chimie électricité Le dipôle RL

2– Etude expérimentale d’une réponse d’un dipôle 𝑹𝑳 :


En réalisant le montage expérimental suivant et
lors de la visualisation de la tension 𝒖𝑹 aux bornes
du conducteur ohmique, on obtient les courbes
suivantes :

On remarque :
La tension 𝒖𝑹 aux bornes du conducteur ohmique est une image de
𝒖
l’intensité du courant traversant le circuit parce que 𝒊 = 𝑹 .
𝑹
L’intensité du courant traversant la bobine est continuée.
On distingue entre deux régimes :
 Régime transitoire : l’intensité du courant pendant lequel croît ou décroît
et on l’obtient lorsque 𝒕 < 𝟓 𝝉
 Régime permanent : on l’obtient lorsque 𝒕 > 𝟓 𝝉 pendant lequel l’intensité
𝑬
du courant reste constante et a pour valeur égale lors de l’établissement
𝑹
du courant et nulle lors de l'annulation du courant.
La durée de l’établissement ou l'annulation du courant augmente lorsque la
valeur de 𝑳 augmente ou la valeur de 𝑹 deminue. (Voir la figure suivante)

<
3– Réponse d’un dipôle 𝑹𝑳 à un échelon montant : établissement du courant
3-1- Equation différentielle :
On considère le circuit représenté ci-contre, à
l’instant 𝒕 = 𝟎 on ferme l’interrupteur 𝑲, la
tension 𝒖𝑨𝑴 aux bornes de circuit prend la valeur
𝑬 (échelon montant). On a selon la loi
d’additivité des tensions : 𝒖 = 𝒖𝑹 + 𝒖𝑳 = 𝑬
Et selon la loi d’Ohm : 𝒖𝑹 = 𝑹. 𝒊 et on a
𝒅𝒊 𝒅𝒊
𝒖𝑳 (𝒕) = 𝒓. 𝒊 + 𝑳. alors 𝑹𝒊 + 𝒓. 𝒊 + 𝑳. =𝑬
𝒅𝒕 𝒅𝒕
𝒅𝒊
On pose 𝑹𝒕 = 𝑹 + 𝒓 donc 𝑳. + 𝑹𝒕 . 𝒊 = 𝑬 .
𝒅𝒕

Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 4


Physique- chimie électricité Le dipôle RL

𝒅𝒊 𝑹𝒕 𝑬
L’équation différentielle vérifiée par l’intensité du courant est : + .𝒊 =
𝒅𝒕 𝑳 𝑳

3-2- Solution de l’équation différentielle :


𝒅𝒊 𝑹𝒕 𝑬
On admet que la solution de l’équation différentielle + .𝒊 = s’écrit sous
𝒅𝒕 𝑳 𝑳
la forme : 𝒊(𝒕) = 𝑨𝒆−𝜶𝒕 + 𝑩 avec 𝑨 et 𝑩 et 𝜶 des constantes.
𝒅𝒊
On a 𝒊(𝒕) = 𝑨𝒆−𝜶𝒕 + 𝑩 alors = −𝜶. 𝑨. 𝒆−𝜶𝒕 et on remplace ces expressions
𝒅𝒕
dans l’équation différentielle : −𝑳. 𝜶. 𝑨. 𝒆−𝜶𝒕 + 𝑹𝒕 . 𝑨𝒆−𝜶𝒕 + 𝑹𝒕 . 𝑩 = 𝑬
Donc (𝑹𝒕 − 𝑳. 𝜶). 𝑨. 𝒆−𝜶𝒕 = 𝑬 − 𝑹𝒕 . 𝑩
On sait que 𝑨 ≠ 𝟎 et pour que cette relation soit vérifiée quelque soit 𝒕 il faut que :
𝑹𝒕
𝑹 − 𝑳. 𝜶 = 𝟎 𝜶= 𝑹𝒕
𝑬
𝑳
{ 𝒕 ⟺ { 𝑬 Donc 𝒊(𝒕) = 𝑨𝒆− 𝑳 𝒕 + .
𝑬 − 𝑹𝒕 . 𝑩 = 𝟎 𝑩= 𝑹𝒕
𝑹𝒕
Puisque l’intensité du courant est une fonction continuée et selon les conditions
𝑬 𝑬
initiales 𝒊(𝒕𝟎 ) = 𝟎 Donc 𝒊(𝒕𝟎 ) = 𝑨 + = 𝟎 ainsi 𝑨 = −
𝑹𝒕 𝑹𝒕
𝑹
𝑬 − 𝒕𝒕 𝑬
alors 𝒊(𝒕) = − 𝒆 𝑳 + .
𝑹𝒕 𝑹𝒕

𝑳
On pose 𝝉 =
𝑹𝒕
L’expression de l’intensité du courant traversant le circuit
𝒕
𝑬
𝑹𝑳 est : 𝒊(𝒕) = (𝟏 − 𝒆−𝝉 )
𝑹𝒕
𝒅𝒊
Puisque 𝒖𝑳 (𝒕) = 𝒓. 𝒊 + 𝑳. donc l’expression de la tension
𝒅𝒕
𝒖𝑳 aux bornes de la bobine est :
𝒕 𝒓𝑬 𝒕
𝒖𝑳 (𝒕) = 𝑬𝒆−𝝉 + (𝟏 − 𝒆−𝝉 )
𝑹𝒕
On remarque que la tension 𝒖𝑳 (𝒕) est discontinuée à 𝒕 = 𝟎.
Lorsque 𝒓 est négligeable devant 𝑹, l’expression de la
𝒕
tension aux bornes de la bobine devient 𝒖𝑳 (𝒕) = 𝑬𝒆−𝝉

3-3- Constante de temps :


𝒅𝒊 𝑳
On a pour une bobine de résistance interne négligeable 𝒖𝑳 (𝒕) = 𝑳. et 𝝉 = .
𝒅𝒕 𝑹
[𝑳].[𝑰] [𝑼].[𝒕] [𝑼] 𝑳
Donc [𝒖𝑳 ] = [𝒕]
alors [𝑳] = [𝑰]
et on sait que [𝑹] = [𝑰]
Donc [𝝉] = [ ]
𝑹
[𝑼].[𝒕] [𝑰]
Donc [𝝉] = [𝑰]
× [𝑼] = [𝒕] alors [𝝉] = [𝒕] ainsi la constante 𝝉 est homogène à un temps.
𝑳
On appelle la grandeur 𝝉 = constante de temps d’un dipôle 𝑹𝑳, car elle
𝑹𝒕
est homogène à un temps, son unité dans (S.I) est seconde s.

Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 5


Physique- chimie électricité Le dipôle RL

Détermination de la constante de temps 𝝉 :


𝑳
➢ En connaissant 𝑳 et 𝑹𝒕 , on calcule 𝝉 = .
𝑹𝒕
𝑬 𝑬
➢ On a 𝒊(𝝉) = (𝟏 − 𝒆−𝟏 ) = 𝟎, 𝟔𝟑 donc 𝝉 l’abscisse correspond à l’ordonné
𝑹𝒕 𝑹𝒕
𝑬
𝟎, 𝟔𝟑
𝑹𝒕
➢ 𝝉 Est l’abscisse du point d’intersection de la tangente à la courbe 𝒊 = 𝒇(𝒕) à
𝑬
l’instant 𝒕 = 𝟎 avec l’asymptote horizontale 𝒊 = .
𝑹𝒕

4– Réponse d’un dipôle 𝑹𝑳 à un échelon descendant : annulation du courant


4-1- Equation différentielle :
Lorsqu’on ouvre le circuit, la tension aux bornes
du dipôle 𝑹𝑳 passe de la valeur 𝑬 à la valeur 𝟎.
On considère que la diode est idéale (𝒖𝑺 = 𝟎) et
selon la loi d’additivité des tensions :
𝒖𝑹 + 𝒖𝑳 = 𝒖𝑺 = 𝟎
𝒅𝒊 𝒅𝒊
Donc 𝑹𝒊+. 𝒊 + 𝑳. = 𝟎 alors 𝑳. + 𝑹𝒕 . 𝒊 = 𝟎
𝒅𝒕 𝒅𝒕
avec 𝑹𝒕 = 𝑹 + 𝒓
L’équation différentielle vérifiée par l’intensité La diode est ajoutée au circuit
du courant 𝒊 pendant la rupture du courant est : pour éviter l’apparition de la
𝒅𝒊 𝑳
𝛕. + 𝒊 = 𝟎 avec 𝝉 = la constante de temps. surtension lors de l’ouverture
𝒅𝒕 𝑹𝒕
de l’interrupteur.
4-2- Solution de l’équation différentielle :
𝒅𝒊
On admet que la solution de l’équation différentielle 𝝉. + 𝒊 = 𝟎 s’écrit sous la
𝒅𝒕
forme : 𝒊(𝒕) = 𝑨𝒆−𝜶𝒕 + 𝑩 avec 𝑨 et 𝑩 et 𝜶 des constantes.
Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 6
Physique- chimie électricité Le dipôle RL
𝒅𝒊
On a 𝒊(𝒕) = 𝑨𝒆−𝜶𝒕 + 𝑩 alors = −𝜶. 𝑨. 𝒆−𝜶𝒕 et on remplace ces expressions
𝒅𝒕
dans l’équation différentielle : −𝝉. 𝜶. 𝑨. 𝒆−𝜶𝒕 + 𝑨𝒆−𝜶𝒕 + 𝑩 = 𝟎
Donc (𝟏 − 𝝉. 𝜶). 𝑨. 𝒆−𝜶𝒕 = −𝑩
On sait que 𝑨 ≠ 𝟎 et pour que cette relation soit vérifiée quelque soit 𝒕 il faut que :
𝟏 𝒕
𝟏 − 𝝉. 𝜶 = 𝟎 𝜶= −
{ ⟺ { 𝝉 Donc 𝒊(𝒕) = 𝑨𝒆 𝝉 .
𝑩=𝟎 𝑩=𝟎
Puisque l’intensité du courant 𝒊(𝒕) est une fonction continuée et selon les
𝑬 𝑬 𝑬
conditions initiales 𝒊(𝒕𝟎 ) = . Donc 𝒊(𝒕𝟎 ) = 𝑨 = ainsi 𝑨 =
𝑹𝒕 𝑹𝒕 𝑹𝒕
𝒕
𝑬 −
alors 𝒊(𝒕) =𝑹 𝒆 𝝉 .
𝒕

L’expression de l’intensité du courant 𝒊 pendant la


𝒕
𝑬 −
rupture du courant est : 𝒊(𝒕) = 𝒆 𝝉
𝑹𝒕
𝒅𝒊
Puisque 𝒖𝑳 (𝒕) = 𝒓. 𝒊 + 𝑳. donc l’expression de la
𝒅𝒕
tension 𝒖𝑳 aux bornes de la bobine est :
𝒓 𝒕
𝒖𝑳 (𝒕) = 𝑬. ( − 𝟏) . 𝒆−𝝉
𝑹𝒕
On remarque que la tension 𝒖𝑳 (𝒕) est discontinuée à
l’instant 𝒕 = 𝟎.
La tension croit exponentiellement de la valeur
𝒓
𝑬. ( − 𝟏) jusqu'elle soit nulle.
𝑹𝒕

4-3- Constante de temps :


𝑳
On appelle la grandeur 𝝉 = constante de temps d’un
𝑹𝒕
dipôle 𝑹𝑳, car elle est homogène à un temps, son unité
dans (S.I) est seconde s.

Détermination de la constante de temps 𝝉 :


𝑳
➢ En connaissant 𝑳 et 𝑹𝒕 , on calcule 𝝉 = .
𝑹𝒕
𝝉
𝑬 𝑬 𝑬
➢ On a 𝒊(𝝉) = 𝒆−𝝉 = 𝒆−𝟏 = 𝟎, 𝟑𝟕 donc 𝝉 l’abscisse correspond à
𝑹𝒕 𝑹𝒕 𝑹𝒕
𝑬
l’ordonné 𝟎, 𝟑𝟕
𝑹𝒕
➢ 𝝉 Est l’abscisse du point d’intersection de la tangente à la courbe 𝒊 = 𝒇(𝒕) à
l’instant 𝒕 = 𝟎 avec l’axe des abscisses.

Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 7


Physique- chimie électricité Le dipôle RL

III – Energie emmagasinée dans une bobine :


1– Mise en évidence :
On considère le montage utilisé ci-contre.
 Lorsqu’on ferme l’interrupteur, le courant
passe dans la bobine tandis que la diode
polarisée dans le sens inverse ne laisse pas le
courant passer dans le moteur et ce dernier
reste immobile.
 Lorsqu’on ouvre l’interrupteur, l’énergie
magnétique emmagasinée dans la bobine est
transférée au moteur et ce dernier tourne.
 L’énergie emmagasinée dans la bobine
augmente lorsqu’on augmente l’intensité du courant traversant la bobine ou
son inductance.
2– Expression de l’énergie emmagasinée par la bobine :
La puissance électrique reçu par la bobine lorsque l’interrupteur est fermé est :
𝒅𝒊 𝒅 𝟏
𝓟 = 𝒖𝑳 . 𝒊 = 𝒓. 𝒊𝟐 + 𝒊. 𝑳. = 𝒓. 𝒊𝟐 + ( 𝑳. 𝒊𝟐 ) = 𝓟𝒕𝒉 + 𝓟𝒎
𝒅𝒕 𝒅𝒕 𝟐
𝒅𝑬𝒎 𝟏
On sait que 𝓟𝒎 = donc 𝑬𝒎 = 𝑳. 𝒊𝟐 + 𝑲 avec 𝑲 constante.
𝒅 𝟐
A l’instant 𝒕 = 𝟎 on a 𝒊(𝟎) = 𝟎 𝒆𝒕 𝑬𝒎 = 𝟎 donc 𝑲 = 𝟎
𝟏
Alors 𝑬𝒎 = 𝟐 𝑳. 𝒊𝟐 .
Le stockage de l'énergie ou le déstockage de l'énergie dans une bobine ne se fait
pas en même temps, alors l’intensité du courant traversant la bobine est une
𝟐 𝑬𝒎
fonction continue 𝒊 =√ .
𝑳

Pr. HICHAM MAHAJAR Pr. YOUSSEF TABIT 8

Vous aimerez peut-être aussi