Vous êtes sur la page 1sur 10

GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021

Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.


Cytogénétique
La cytogénétique classique consiste en l'étude (morphologique) de la structure et du fonctionnement normal et
pathologique des chromosomes (condensation, recombinaison, réparation, ségrégation, transmission) et de la
chromatine (organisation et rôle dans la régulation de l'expression des gènes).Elle permet d’établir le caryotype d’un
individu.

Etude du noyau en interphase :


Pendant l’interphase, les chromosomes constituent la chromatine interphasique.
On distingue :
Euchromatine : chromatine claire, très faiblement colorable (MO), active, fonctionnelle, peu condensée, déspiralisée,
transcrite lors de l’interphase.
Hétérochromatine : chromatine dense, fortement colorable, inerte, non-fonctionnelle.
L’hétérochromatine peut avoir deux aspects:
 constitutive qui n’est jamais transcrite (pas de gènes);Elle constitue les centromères et des télomères.
 facultative pouvant se transformer en chromatine active.

Chromatine sexuelle (ou la chromatine X): découvert dans le noyau interphasique de cellules
de chat femelle en1949 par Barr et Bertram.
La chromatine X ou corpuscule de Barr c’est une masse d’hétérochromatine sous forme d'une
petite expansion associée à la face interne de l’enveloppe nucléaire. Elle correspond à un chromosome
X inactivé. Cette masse ne se trouve que chez les femelles de tous les mammifères y compris l’homme.
ème
La chromatine X est visible dès le 16 jour de développement chez l'humain et dès trois à six jours
chez la souris. On peut déterminer le nombre de X par simple examen d’un frottis buccal. Elle est
Également observé sur les noyaux des neutrophiles polynucléaires sous forme d’un appendice mince
(drumstick ou baguette de tambour).
Chez les femmes, quel que soit le nombre de chromosomes X un seul X est actif dans les cellules somatiques.

A. Individus A : 46 chromosomes , XY, 0 cb;


B. Individus B : 46 chromosomes, XX, 1 cb;
C. Individus C : 47 chromosomes, XXX, 2 cb;
D. Individus D : 48 chromosomes, XXXX, 3 cb;
E. Individus E : 49 chromosomes , XXXXX, 4 cb.

Corpuscule de Barr

Chromatine Y : Les cellules masculines en interphase coloré par la quinacrine possèdent un point brillant appelé la
chromatine Y correspondant au chromosome Y. Elle est absente chez les femmes normales. Le nombre de
corpuscules correspond au nombre de chromosomes Y.

Etude des chromosomes mitotiques: Pendant la mitose chaque filament nucléosomique subi une forte condensation.
Ceci permet d’individualiser les chromosomes. Le nombre et la morphologie générale des chromosomes sont les
mêmes pour tous les individus. Cependant, les régions d'hétérochromatine peuvent être le site de variations inter-
individuelles, sans conséquences phénotypiques.

Structure : Chaque chromosome mitotique est constitué de deux bras sépares par le centromère ou constriction
primaire.
Les bras sont caractérisés par deux lettres: p désigne le bras court et q le bras long.
La longueur est relative : on utilise indice centromérique = p/p+q
Une chromatide :un des deux éléments constitutifs des chromosome liés au niveau du centromère.
Un centromère : une constriction primaire visible en métaphase.
1
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.

C’est un locus chromosomique défini, fixe pour un chromosome donné,


un point ou s’attachent les fibres du fuseau, il est constitué des courtes
séquences répétées (dernières séquences à être répliquées =
l’hétérochromatine constitutive)
Un télomère : une structure spécialisée aux extrémités des chromosomes,
composée de courtes séquences répétitives hautement conservées.
Leur rôle est de maintenir la stabilité du génome et de protéger les
extrémités du chromosome de la dégradation, d’éviter les fusions des
chromosomes au niveau des extrémités, et de participer dans
l’organisation de la chromatine durant l’interphase par interaction avec la membrane nucléaire.

Classification des chromosomes


Les chromosomes sont classés en 4 classes selon l'emplacement de
leur centromère:
1. les chromosomes métacentriques (médiocentriques) ont un
centromère central, et deux bras de la même longueur (p=q) ,
les lettres sont attribuées au hasard.
2. les chromosomes submétacentriques ont un centromère décalé
vers une extrémité; deux bras de la longueur différente (p<q).
3. les chromosomes acrocentriques ont un centromère décalé
vers une extrémité; l'un de ses bras est très court et l'autre long
(p<<q).
4. les chromosomes télocentriques ont un centromère
complètement décalé vers une extrémité; il n'y a alors qu'un
seul bras (q). Ils sont très rares chez les mammifères; on les
rencontre chez la drosophile et les plantes.
Caryotype normale
Le caryotype est caractéristique de l’espèce .
Caryotype : c’est l'ensemble de chromosomes du noyau d'une cellule classé en fonction de la taille, la forme, la
disposition du centromère et les bandes. Les chromosomes sont rangés 2 à 2 (par paires homologues) et par ordre
décroissant de taille, de la plus grande paire (paire N°1) jusqu'à la paire la plus petite. La collection de chacun des
chromosomes d’une cellule constitue le caryogramme.

Ploïdie d’une cellule caractérise le nombre (x)d’exemplaire de chromosomes. Le nombre de chromosomes dans un
jeu élémentaire est haploïde.

Les gamètes ont un lot haploïde de chromosome (n=1x), ils n’ont qu’une copie de chaque chromosome.
Les cellules somatiques ont deux copies de chaque chromosome et sont dits diploïde (2n=2x) (un provient de la mère
et l’autre du père).
En effet, il y a l'alternance, au cours du cycle, d'une phase haploïde (n) et d'une phase diploïde (2 n). Chez les plantes supérieures
et les animaux, la masse de l'organisme est normalement construite de cellules diploïdes et l'état haploïde n'apparaît qu'avec la
formation des gamètes.

La garniture chromosomique est le nombre total de chromosomes que l'on trouve dans le zygote (quelque soit la
ploïdie) et qui est le même dans toutes les cellules somatiques chez les individus d'une espèce.

Conventions d’écriture
La formule chromosomique d’un sujet s’écrit: Nombre des chromosomes , Formule sexuelle
- Caryotype d’un homme normal: 46,XY
- Caryotype d’une femme normale: 46,XX

Caryotype humain normal a été decrit en 1956 par Tijo et Lewan.


Le caryotype humain (l'homme et la femme) compte 46 chromosomes (2n). On distingue:
- les autosomes, 22 paires, identiques chez l'homme et chez la femme.
- les gonosomes (chromosomes sexuels), une paire, XX chez les femmes, XY chez les hommes

2
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.

Caryogramme

Il existe sur les bras courts de certains chromosomes


humains (13, 14, 15, 21, 22) des constrictions
secondaires correspondant aux régions
organisatrices du nucléole NOR (nucleolar organizer
region). Ces régions contiennent des copies
multiples disposées en tandem des gènes des ARNr.

Technique du caryotype
Le caryotype est une technique qui permet l’étude
des chromosomes d’un individu. Cette technique
permet d'obtenir une image, en microscopie Caryotype humain (46; XY)
optique, des chromosomes d’une cellule au cours
de la métaphase ou de la prométaphase de la mitose. En génétique médicale, le caryotype contribue à la mise en
évidence des anomalies numériques et de structure. Elle permet également de reconnaître le sexe de la cellule quand
les chromosomes sexuels sont de tailles différentes.

Principe de la technique du caryotype :


 Prélèvement des tissus ou mise en culture des cellules en phase de multiplication active ;
 blocage des cellules en métaphase avec le traitement par la colchicine ;
 choc hypotonique qui permet un éclatement de la membrane plasmique et un étalement correct des chromosomes ;
 fixation des chromosomes grâce à un fixateur et étalement sur une lame de verre ;
 coloration des chromosomes, et l’observation en microscope optique.
L’analyse s’effectue sur des cellules en métaphase/ prométaphase, lorsque le matériel génétique est le plus condensé. Il apparaît
sous forme de chromosomes.

3
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.
Coloration
Il existe différents types de colorations :
 la coloration standard (uniforme) permet la détection du nombre de chromosomes et la position de leur
centromère ainsi que des anomalies chromosomiques de nombre et de structure.
 la coloration différentielle fait apparaître des bandes le long du chromosome selon la condensation de la
chromatine. L’établissement de bandes pour les chromosomes en pro métaphase avec des techniques de haute
résolution permet la détection d’anomalies de structure de petite taille, mais, en cas de remaniement plus
ou moins complexe, ne permet pas toujours de définir précisément l’origine chromosomique des segments
remaniés et les points de cassures.
 *

S- coloration standard
G - bandes G
R - bandes R
C - bandes C

Technique de bandes (banding) permet d’individualiser chaque chromosome par des bandes caractéristiques, de
distinguer les chromosomes de même taille, et de séparer les paires de chromosomes homologues. Le profile est
unique à chaque paire de chromosomes homologues.
On distingue les bandes en fonction de la variation de la composition moyenne en bases de l'ADN, la précocité de la
réplication, la richesse en gènes et leur activité.
Le nombre de bandes est variable selon la condensation de la chromatine (plus le chromosome est long, moins
condensé, et plus le nombre de sous-régions augmente). La condensation de la chromatine est continue depuis la
prophase jusqu’à la métaphase du cycle cellulaire. En fonction de la résolution on observe un nombre différent de
bandes( 350-850). Au maximum de résolution on peut obtenir environ 2000 bandes.

Différentes types de marquage en bandes révèlent l'euchromatine (les régions chromosomiques où l'ADN est
préférentiellement transcrit) et l’hétérochromatine(les régions chromosomiques où l'ADN est préférentiellement
inactif).

Pour designer une bande il faut de spécifier :


 Le numéro du chromosome ;
 Le bras chromosomique : le bras p et le bras q ;
 Le numéro de la région (numérotées consécutivement à
partir d’un centromère vers le télomère, 1 portent les
régions adjacentes au centromère) ;
 Le numéro de bande dans cette région.
 Puis les bandes peuvent être découpées en sous bandes
et les sous bandes en sous sous bandes

4
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.
Anomalies du caryotype
Anomalies de structure (Aberrations chromosomiques)
Anomalie de structure modifie la structure d’un ou plusieurs chromosomes. Elle résulte de la (les) cassure(s) de
l’ADN suivie d’une réparation anormale (échange, perte, inversion,…) qui produit un recollement anormal
(translocation, délétion, inversion,…).
Beaucoup d'anomalies structurales sont létales pour la cellule. Parmi celles qui ne le sont pas et sont transmises, les plus
fréquentes sont les translocations, les délétions et les petites inversions.

Aberrations chromosomiques peuvent impliquer 1, 2 ou plusieurs chromosomes. Les chromosomes remaniés sont souvent
appelés dérivés (der) et le dérivé porte le numéro du chromosome dont il possède le centromère.

Anomalies chromosomiques sont considérées équilibrées ou déséquilibrées relatives au caryotype classique :


 Anomalie « équilibrée » pas de perte ni de gain de matériel génétique : absence de conséquence
phénotypique ;
 Anomalie « déséquilibrée » perte ou gain de matériel génétique qui constitue une monosomie et/ou
trisomie pour les régions concernées. Les conséquences phénotypiques : malformations, retard
psychomoteur, fausses couches, infertilité.

Aberrations chromosomiques peuvent avoir le caractère familial (anomalie équilibrée) ou se produire « de novo »
(le plus souvent pendant la méiose masculine).

Aberrations chromosomiques portant sur un seul chromosome :


 Délétion
 1 chromosome impliqué, 1 point (del terminale)
ou 2 points (del interstitielle) de cassure;
 Perte d'un segment au sein d'un chromosome;
implique la perte des gènes portés par ce
segment (monosomie" partielle).
 Remaniement déséquilibré.
 Noté del, suivi du numéro du chromosome dans
une première parenthèse.

La délétion d’un segment contenant des gènes b


et c conduit à une perte d’hétérozygotie et
l’expression inattendues des allèles récessifs : le
phénotype devient [b,c], au lieu de [+,+],
Phénotype
+++++++

Exemples :
1. La délétion d’un fragment du bras court de l’X au niveau du gène codant
pour la dystrophine est responsable de la dystrophie musculaire de Duchenne.

2. La délétion d’une partie du bras court du chromosome 5 cause un syndrome


appelé "cri du chat", le caryotype s’écrit 46,XY, 5p-.

3. Délétion interstitielle sur le chromosome 17


del(17p) chez les hétérozygotes RB/rb cause
une perte d’hétérozygotie et provoque une
maladie récessive le rétinoblastome (cancer de
la rétine). Le gène RB appartient à la famille
des gènes suppresseurs de tumeurs. .

4. La délétion sur le bras court du chromosome 2 (2p16.3 ) est responsable de l’autisme .

5. La délétion sur le chromosome 2 au niveau du gène Neurexine causes le syndrome de Gilles de la Tourette (tics moteurs et sonores).

5
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.
 Anneau
 1 chromosome impliqué, 2 points de cassure ;
 Délétions plus ou moins étendues aux deux extrémités d'un chromosome et
recollement du segment intermédiaire (absence de télomères), des anneaux
acentriques sont perdus, à cause de l’absence de centromère.
 Remaniement déséquilibré. Rarement transmis à la descendance (structure
instable; donc le plus souvent de novo).
 Noté: r (ring), suivi du numéro du chromosome dans une parenthèse ex: r(13).
Ex : Syndrome de Turner : 46,X r(X)/ 45,X

 Inversion
 1 chromosome impliqué, 2 points de cassure ;
 Une inversion résulte de deux cassures sur un même chromosome suivies de recollement après inversion du
segment intermédiaire à 180°.
 Notée inv, suivi du numéro du chromosome dans une parenthèse, ex: inv(9)
 Les inversions sont des anomalies équilibrés (le porteur a un phénotype normal), mais entraine des difficultés d’appariement à la méiose.
 Inversion paracentrique n’implique pas le centromère.(Remaniement rare et/ou souvent non détecté (si seulement un très petit
segment est inversé).
 Inversion péricentrique implique le centromère.

Exemple : inversion paracentrique d’une partie du


chromosome 2 cause une mutation perte de fonction dans le
gène dominant MSH2 qui intervient dans la correction des
erreurs de réplication. L’inversion rend cet allèle dominant
inactif. Les hétérozygotes MSH2/msh2 perdent
l’hétérozygotie. Des erreurs de réplications ne sont plus
corrigées, les porteurs de telles mutations ont un risque
important de développer le cancer héréditaire du colon ou
syndrome de Lynch avant 50ans.

 Duplication
 1 chromosome implique.
 Une duplication se définit comme la répétition une ou plusieurs fois d’un segment de
chromosome.
 Remaniement déséquilibré :( effet d’un dosage du gene)
 Noté dup, suivi du numéro du chromosome : dup(2)

 Isochromosome

 1 chromosome impliqué, 1 point de cassure


 Il est formé de deux bras longs (iso q) ou courts (iso p) d’un même chromosome
avec perte de l’autre bras, "remplacé" par la duplication d’un brin restant. Iso q
 Remaniement déséquilibré (équivalent d'une monosomie pour un bras et d'une
trisomie pour l'autre).
 Noté i suivi d’un numéro du chromosome impliqué et la lettre du bras dupliqué
(ex: i(17q)

Ex : syndrome de Turner : 46, Xi (Xq) : l’isochromosome pour le bras long de l’X .

6
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.
Aberrations chromosomiques portant sur deux ou plusieurs chromosomes :
 Insertion

 2 chromosomes impliqués, 3 points de cassures.


 Un fragment de chromosome se casse, les régions flanquant ce
fragment se recollent, et le fragment se réinsère à un autre endroit sur
le même chromosome (ou sur un autre) chromosome
 Remaniement équilibré.
 Noté ins, suivi d'une parenthèse indiquant le numéro du chromosome
qui reçoit l'insertion, (ex: ins(2)

 Dicentrique

 2 chromosomes impliqués. 2 ou 4 points de cassure en fonction de


la phase du cycle cellulaire (avant (G1) ou post (G2) réplicative) Dicentrique + deux fragments acentriques
 Chromosome possédant deux centromères: issus de mécanismes
variés tels que ceux précédemment décrits, c'est également et
surtout le mode de recollement alternatif d'une translocation
réciproque. L'un des 2 centromères peuvent s'inactiver. Les
fragments acentriques seront perdus.
 Remaniement déséquilibré.
 Un dicentrique est hautement instable.
 C’est une aberration specifique à l’irradiation ionisante.
 Noté dic, ou psu dic (pseudo dicentrique

 Translocations réciproques
 2 chromosomes impliquent, 2 points de cassures
 Les translocations réciproques se caractérisent par des cassures aux extrémités sur
deux chromosomes différents et recollement après échange des segments distaux.
 Peuvent impliquer n’importe quel chromosome
 Dans la majorité des cas, une translocation réciproque est apparemment équilibrée
(ni gain ni perte) et le phénotype de l’individu porteur est normal.
 peuvent être responsables de stérilité, d’interruptions de grossesse spontanées
répétées ou de la naissance d’un enfant polymalformé.
 Empêchent le déroulement normal de la méiose, les chromosomes transloqués vont
former un tétravalent ce qui entraîne des difficultés d’appariement et de
ségrégation.
 Elles sont transmises ou produisent de novo
 Parfois phénotype anormal : effet de position, fusion des gènes, formation d’un
nouveau gène.
 Noté t, suivi d'une parenthèse indiquant les numéros des 2 chromosomes impliqués, séparés
d'un point virgule;

Exemple : translocation réciproque somatique entre les


chromosomes 9 et 22 t(9 ;22) ou chromosome
Philadelphie, décrit dans la LMC (Leucémie
Myéloïde Chronique)
La fusion de deux proto-oncogènes inactifs bcr et abl
forme un nouveau oncogène active : mutation gain de
fonction.

7
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.
 Translocation Robertsonienne ou fusion centrique
 2 chromosomes acrocentriques impliqués, 2 points de cassure. Perte des bras courts.
 Fusion centrique (à proximité du centromère), plus souvent sur les bras p, engendrant
alors un chromosome dicentrique , possédant 2 centromères. L'un des 2 centromères est
généralement inactivé, permettant au chromosome remanié de se comporter comme un
monocentrique, sans problème de ségrégation à l'anaphase. Le chromosome remanié
comporte dans tous les cas les bras longs des 2 acrocentriques concernés.
 Le caryotype est pourtant dit équilibré, car la perte d’un bras courts d’acrocentrique
composé majoritairement par l’ADN non codant (ADN satellite), est sans effet phénotype.
 Les fusions centriques représentent l'anomalie chromosomique la plus fréquente dans la
population humaine.
 Elles peuvent survenir de novo, ou être transmises
 Noté t, suivi d'une parenthèse indiquant le numéro de chaque chromosome suivi de la
notation q (ex: (14q21q).

Ex :Trisomie 21 :t rob 14/21 :Des parents sains d’enfants trisomiques 21 peuvent avoir une translocation du chr 21 sur un autre
chromosome sans avoir de matériel chromosomique en excès ou en défaut ( ni gain , ni perte) et donc aucune malformation
physique ou mentale. Dans de telles circonstances, le risque est grand d’avoir un enfant trisomique 21.

La méiose chez l’individu


phénotypiquement sain et un
porteur d’une translocation :
t rob 14/21 :

Il se forme in trivalent entre les


chromosomes 14, 21 et le
chromosome robertsonien 14/21

Gamète 1 : normal :14,21


Gamète 2 : équilibré, rob 14/21 Six possibilités de formation des gamètes
Gamète 3 : disomique (n+21)
Gamète 4 : nullisomique (n-21)
Gamète 5 : disomique (n +14)
Gamète 6 : nullisomique ( n-14)

Les resultats de fecondation de differents types des gametes par un gamète normal : le risque d’avoir un enfant
trisomique (gamète 3)

Gamète 1 Gamète 2 Gamète 5 Gamète 6 Gamète 4 Gamète 3

Zygotes

Pas de risqué Risque particulier avortements Risque spécifique

8
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.

Anomalies de nombre et Ploïdie


Ploïdie d’une cellule caractérise le nombre d’exemplaire de chromosomes. Le nombre de chromosomes dans un jeu élémentaire est haploïde.
 Haploïdie : une copie de chaque chromosome
 Diploïdie :2 copies de chaque chromosome (un provient de la mère et l’autre du père).
 Polyploïdie désigne les degrés supérieurs à la simple diploïdie (le nombre de copie de chaque chromosome est supérieur à 2) .C’est
le résultat de duplication du jeu de chromosome sans division du noyau à cause des troubles de la formation du fuseau mitotique.
Pour designer le degré du ploidie on utilise x = nombre de chromosome haploide
Haploïde : n=5 (x=5), diploïde : 2n= 10 (x=2) triploïde : 2n=15 (3x, 3 copies de chaque chromosome), tétraploïde 2n=20 (4 x), pentaploïde n=25
(5 x), hexaploide 2n=30 (6 copies) . Heptaploide (7x) Octaploide (8x)
 Aneuploïdie: une perte ou un gain d’un ou plusieurs chromosomes :des monosomies(2n-1), des nullisomies (2n-2), des
trisomies(2n+1) et des tétrasomies (2n+2). La plupart du temps, ces anomalies n'affectent qu'un chromosome.
Elles sont dues à une non-disjonction des chromosomes homologues en MI ou des chromatides en méiose II. L'une des gamètes prend les deux
chromosomes d'un type et devient disomique pour ce chromosome, tandis que l'autre n'en prend pas et devient nullisomique. Apres la
fécondation, un zygote devient donc monosomique, ou bien trisomique.
Un aneuploïde est un organisme qui présente une anomalie du lot chromosomique au sein d'une cellule. Des chromosomes entiers peuvent
être surreprésentés ou au contraire absents donc 2n +1 , 2n+2.......ou 2n-1, 2n-2

gamètes

disomique
nullisomique

Zygotes 2n+1 2n+1 2n-1 2n-1


Trisomiques Monosomiques

disomique
disomiques nullisomiques normal nullisomique

Exemples des anomalies numériques :


Triploïdie : 2n=69.La pluparts des enfants meurent dans quelques heurs voir quelques jours. Les mosaïques peuvent vivre quelques années, ils
sont gravement
retardés mentaux, possèdent une malformation de plusieurs organes (doigts et orteils absents ou surnuméraires malformés)

Trisomies: les trisomies représentent 26 % des avortements spontanés. Les trisomies impliquant des petits chromosomes s’exprime de façon
moins sévère.. (La présence d’un chromosome surnuméraire de grande taille aurait en effet probablement des conséquences sur l’expression
d’un trop grand nombre de gènes pour permettre le développement du fœtus). La majorité des trisomies autosomiques sont d’origine
méiotique maternelle.

9
GENETIQUE 1ere ANNEE 2020-2021
Faculté de médecine UMMTO Mme CHAIBI M.

 Anomalies autosomiques

 la trisomie 21 est la plus fréquente, 1 naissance sur 700 nouveau-nés vivants. Elle est appelée "syndrome de
Down" (découverte 1953, Lejeune)(John Down, médecin anglais qui, en 1866, décrivit un syndrome
(Mongolisme) . Cet état est associé à une face aplatie caractéristique ayant un aspect asiatique ( =
mongolisme), une peau de la nuque épaisse, des malformations cardiaques et un retard mental. La région
critique 21q22.2 porte le gène qui code pour SOD1 (supéroxyde dismutase 1). Le syndrome clinique se
manifeste lorsque cette région est triplée. Le caryotype est :
 dans 95% des cas trisomie 21 libre et homogène ( 47, XX,+21, ou 47, XY,+21)
 1% - en mosaïque (46 XY/47,XY+21.)
 4% des cas est du à une translocation robertsonienne 14/21., (46, XX, t rob 14/21 ou 46, XY, t rob 14/21)
Le risque de trisomie est fortement lié à l'âge maternel, il augmente après 38 ans. Ceci est lié à deux causes:
- processus méiotique est moins contrôlé
- la pression de sélection (contrôle biologique de la normalité de l'embryon) est relâchée. Ceci fait que, dès 38
ans, le diagnostic prénatal est fortement conseillé.

• la trisomie 18 entraîne le "syndrome d'Edwards" (1/5 000). Il est associé à une face caractéristique, des pieds bots, une flexion des membres
et un retard mental. La survie moyenne est de 10 mois.

• la trisomie 13 entraîne le "syndrome de Patau", dont l'incidence est de 1/5 000. Il y a une face caractéristique et de petits yeux, des kystes
aux reins, des malformations cardiaques, une fente labiale bilatérale et palatine, un retard mental.

• les trisomies 8, 9 et 22 sont beaucoup plus rares; les trisomies 8 et 9 ne s'observent qu'en mosaïque

Monosomie : les monosomies autosomiques sont rarement observées à la naissance du fait de leur élimination dès les premiers stades de la
vie embryonnaire.

 Anomalies gonosomiques
•Le syndrome de Klinefelter (le chromosome X surnuméraire), (Harry Klinefelter, médecin américain, en 1942 a décrit le syndrome) : 80% des
cas 47,XXY homogène ; 10% des cas 48, XXXY , 49,XXXXY, 48XXYY ; 5-10% des cas : mosaïque 46,XY/47,XXY( peut être fertile). Homme
caractérisé par une grande taille, l’hypogonadisme, une gynécomastie, une pilosité faciale peu fournis et l’absence de maturité sexuelle, une
stérilité primaire.

 Femmes 47,XXX ou super-femelles présentent une débilité mentale et fertilité réduite : on retrouve 2
corpuscules de Barr par cellule ( 1/1000 naissances de filles)
 Hommes 47 XYY. Le Y surnuméraire est appelé chromosome du crime. Les patients ont souvent une tendance à
la délinquance. Présence de deux chromatine Y par cellule. L’anomalie est due à une non-disjonction au cours
de la deuxième division méiotique paternelle. (0.9 /1 000 naissance de garçons)

•Le syndrome de Turner, 45,XO (Henry Turner, médecin américain, en 1937 décrit le syndrome), absence de la chromatine X. Souvent sous
forme mosaïque, ce qui peut aider à la survie. Les filles sont petites avec un cou membraneux (pterygium colli), un thorax large, des
malformations cardiaques. Il n’y a pas de puberté.

10