Vous êtes sur la page 1sur 11

er

Université Hassan 1

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Settat

Géopolitique et Géostratégie
TAF N°5 : SYNTHESE DES VIDEOS

Réalisé par :
SAMID Mariem 16009776
Supervisé par : M. TEBBAA Jamal Eddine
SEMESTRE 09/ FINANCE 02

Mariem SAMID
ANNÉÉ UNIVERSITAIRE 2020/2021 | ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION DE SETTAT
La Chine : le centre du monde : ( https://youtu.be/Y5Gzdx6L30Y )
Le 15 novembre 2020, quinze pays d’Asie et du Pacifique ont signé un accord commercial
présenté par la Chine comme le “Deal du siècle”. Ce partenariat marque une nouvelle étape dans
l’ambitieuse politique internationale de Xi Jinping. Nouvelles routes de la soie, investissements
en Afrique, course au vaccin contre la Covid, innovations technologiques, pression en mer de
Chine et contre Taïwan.  Autant d’exemples qui dessinent une Chine conquérante qui ne semble
plus se satisfaire de sa place de N°2 derrière les États-Unis. De son côté Washington ne compte
pas se laisser faire comme en témoigne la réorientation de sa politique étrangère vers l’Asie.
Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce que le secrétaire d’État Mike Pompeo ait consacré à cette
région sa dernière et mystérieuse tournée diplomatique.

Idéologiquement, la stratégie « America First » de Donald Trump, ses critiques contre les alliés
les plus proches des Etats-Unis, de l’Europe à l’Asie, donnaient du crédit à ceux qui, plaçant sur
le même plan les ingérences américaines et une menace chinoise en apparence très lointaine, ne
voyaient dans la guerre commerciale avec Pékin que la manifestation d’une rivalité pour dominer
le monde.

La crise du Covid-19 impose toutefois de remettre en cause cette analyse. Le basculement du


monde vers l’Asie, avec la Chine au centre, n’aura pas lieu.

Cette pandémie apparue en République populaire de Chine pour des raisons liées à la nature
même du système a révélé les limites internes du régime, incompatibles avec son statut de
deuxième puissance mondiale. La corruption, l’absence de transparence et de système légal sont
rendues plus délétères encore par la place ultra-dominante que la Chine a prise dans les échanges
mondiaux.

Alors que la crise faisait rage, on a vu Pékin se lancer dans une course aventuriste
aux provocations les plus contre-productives, de la frontière indienne à la mer de Chine, de
Hongkong au Xinjiang. Les « loups combattants » de la diplomatie chinoise ont multiplié les
déclarations agressives, ruinant l’image positive de la Chine auprès de ses plus fidèles soutiens.
L’Union européenne, a multiplié les déclarations de méfiance à l’égard d’un régime au
comportement incompréhensible.

Révoltes arabes, 10 ans après ( https://youtu.be/IAjKhhYp61w ):


Il y a 10 ans, le 14 janvier 2011, Ben Ali quittait le pouvoir en Tunisie après un mouvement
populaire d'une ampleur inédite dans le pays. La révolution tunisienne marquait le point de départ
de ce qu'on allait appeler, à tort, le "Printemps arabe". Les trajectoires des Etats de la région
ont pourtant été diverses. Après les Tunisiens, les Egyptiens, les Libyens, les Syriens, les
Yéménites, les Bahreinis, et dans une moindre mesure les Marocains, les Algériens et les
Jordaniens sont sortis dans la rue.

En Tunisie, la société civile a su renouveler une partie de la classe politique et ainsi doter le pays
d'une nouvelle constitution. Mais elle fait office d'exception. En Syrie et en Libye, la répression
d'une violence inouïe à mener à des guerres civiles qui se poursuivent aujourd'hui. En Egypte,
après une lueur d'espoir, le pouvoir a été repris par l'armée, et s'avère plus dur encore qu'à
l'époque de Moubarak. Au Yémen, le départ du président à fait éclater l'unité nationale déjà
faible, et plongé le pays dans la guerre et la misère.

En Algérie enfin, si en 2011 la mobilisation n'a pas pris, le Hirak a été lancé en 2019 contre un
cinquième mandat de Bouteflika. Un long chemin vers plus de liberté et de démocratie se dessine
difficilement. Retour sur les révoltes arabes 10 ans après, et sur leur héritage aujourd'hui.

La géopolitique, L’essentiel pour tout comprendre ( https://youtu.be/Tpj-4L27oOk )

La géopolitique peut être définie comme la science humaine qui étudie les implications politiques
de la géographie. Toutefois, selon la vidéo, cette définition est très globale, la géopolitique
engloberait plus que ça. La vidéo donne une définition à trois axes, la géopolitique serait l’étude
des différents acteurs, de leurs pouvoirs et de leurs intérêts dans un espace donné.

La vidéo clarifie qu’il existe une diversité des acteurs, chose qui explique le fait que la
géopolitique est aussi vaste. Un acteur géopolitique serait un groupe d’individu qui dispose d’un
pouvoir plus au moins fort dans un espace, on pourrait parler ici de gouvernements, de lobbies,
d’entreprises, d’ONG et bien plus. En ce qui concerne le pouvoir, on explique qu’il existe des
pôles ou centres de pouvoir. Et on définit le pouvoir comme étant la capacité d’influencer les
autres pour qu’ils pensent et agissent comme l’on souhaite, tout en expliquant le soft et hard
power ainsi que les mécanismes de pouvoir comme le pouvoir militaire ou le pouvoir
économique… L’intérêt par contre, défini une entité politique par rapport à son organisation et
l’exercice de son pouvoir. Chaque acteur a comme objectif de sécuriser, protéger, et accroitre ses
intérêts. On distingue quatre types d’intérêts à savoir: l’intérêt suprême, l’intérêt vital, l’intérêt
stratégique et l’intérêt technique.

La vidéo évoque en dernier lieu le concept d’ordre mondial et sa corrélation avec la géopolitique.
On définit alors l’ordre mondial comme les différents groupes visant à classer les puissances. On
distingue dans cet ordre mondial plusieurs groupes à savoir: Les grandes puissances, le top 10
économique, les BRICS, les marches frontalières, les marches émergeants et les pays en
développement ou PMA.

Quelle sera la géopolitique du monde en 2050 ? ( https://youtu.be/_xBMfaNR618 )

Cette vidéo avance des prévisions géopolitiques générales en se basant sur les grandes tendances
mondiales actuelles.

La première prédiction serait une aggravation de l’insécurité alimentaire dans le monde due à une
augmentation de la démographie Africaine. Une partie de la population africaine souffre déjà de
famine, et on prévoit que la situation ne fera qu’empirer. Une population qui ne peut se nourrir ne
peut s’épanouir.

La deuxième prédiction serait la contestation de la suprématie occidentale. En 2050 les balances


de pouvoirs se dirigeraient vers les pays de l’est et le PIB de l’Europe et des Etats Unis baisserait
pour ne constituer que 20% du PIB mondial. On avance aussi dans cette partie qu’il y aurait une
perte de l’hégémonie de l’État pour laisser place à une Tyrannie de l’entreprise.

La troisième prédiction concerne le domaine financier. On parie cette fois ci sur l’augmentation
des règlementations financières qui serait une conséquence directes des multiples crises
financières et économiques. L’histoire se répètera encore, les camps de droite et de gauche
demanderont différentes choses. Selon le camp ultra libéral, la dérégularisation serait la solution
puisque selon eux l’interférence du gouvernement est le problème, cependant on estime que ces
revendications ne mèneront nulle part. On parle aussi de l’émergence de grands ensembles
économiques comme l’Unions Européenne pour former des alliances fortes et puissantes.

Le quatrième et dernier point de prédiction est par rapport aux balances de pouvoirs mondiaux.
Sur la vidéo on explique que les pays du « sud », contre toute autre expectations, ne dominerons
pas la scène géopolitique. Selon la vidéo chaque continent ou partie du monde aura sa propre
puissance. Les balances de pouvoir ne changeront par beaucoup, voici les prédictions de la
vidéo :

- L’Amérique du nord : Les Etats Unis d’Amérique ;


- L’Amérique du sud : Le Brésil ;
- Le moyen orient : L’Arabie Saoudite et l’Iran (plus libérale) ;
- L’Asie : La Chine, l’Inde et le Japon ;
- L’Afrique : Le Nigeria et le Congo avec un risque d’instabilité politique.

La colonisation de l’Afrique (en cartes) ( https://youtu.be/LS6ky2kpaDk )


Les premiers contacts entre Afrique subsaharienne et le monde méditerranéen ont lieu très tôt dès
l'Antiquité le long des routes commerciales à travers le Sahara sont échangés de l'or des Esclaves
et également le long des axes naturels à savoir les Nil qui relient l'Égypte au Soudan et Ethiopie.
Les routes commerciales maritimes se sont établies entre Afrique de l'est et les mondes arabes qui
ont été les premiers à établir des relations fortes avec l'Afrique subsaharienne.

Dès la fin du millénaire après Jésus christ il y avait une islamisation à la suite du commerce entre
les peuples dans les empires du Gana et ensuite dans l'empire du Mali. L’Afrique de l'ouest est
caractérisée par la présence de plusieurs cités commerciales comme Tombouctou. Ce sont
souvent des oasis qui font le relais entre les royaumes arabo berbères d'Afrique du Nord et ceux
d'Afrique subsaharienne.

Durant le 15ème siècle il y avait un monopole arabe du commerce africain. Toutes les routes
commerciales vers l'Inde sont contrôlées par des royaumes musulmans, les portugais voulait
passer par ces intermédiaires afin de commercer directement avec l'Inde, la chine et le reste de
l'Asie. Les portugais décident de contourner Afrique du sud par la création de plusieurs
comptoirs, dix ans plus tard l'objectif est atteint, ils ont créé une route commerciale pour l'Asie
avec un réseau de comptoir sur les côtes africaines.

Dès le 17ème siècle la concurrence s'accentue puisque les autres puissances européennes veulent
profiter également de cette nouvelle route maritime ainsi que des richesses africaines. Pendant ce
siècle les portugais perdent leur monopole du fait de l'arrivée des concurrents européens. A la fin
du 17ème siècle, le Nord des Pays-Bas se libère de la domination espagnole et devient une
puissance maritime. Après s'être emparés du fort d'Arguin, les hollandais créent de nombreux
comptoirs. La même année, les anglais récupèrent le commerce en Gambie à leur profit à la suite
de la défaite de la flotte espagnole. Les français arrivent à Madagascar en 1642 puis
l'abandonnent en 1674.

Durant le 18ème siècle, la demande en esclave s'intensifie en Amérique et des comptoirs ont été
créés sur la côte des Esclaves. Ensuite après quelques décennies, des métissages entre européens
et africains ont eu lieu et certain africains se sont enrichi grâce à la traite négrière.

Le 19ème siècle est le siècle de la fin de la traite, le Royaume-Uni et les Etats-Unis l'interdisent et
seront suivis par plusieurs pays européens en 1815 lors du congrès de Vienne. L'exploration de
l'intérieur du continent aura lieu durant ce siècle. Savorgnan de Brazza va explorer l'Afrique
centrale pour le compte de la France. On a également les expéditions de David Livingstone qui a
exploré la région des grands lacs et le sud du continent. En Afrique de l'ouest, on a l'expédition de
Mungo Park qui va explorer le fleuve Niger et les Allemands qui se sont concentrés sur les
régions sahariennes

Les puissances européennes ont subi une stagnation de leur économie à la suite de la crise
économique qui a eu lieu entre 1873 et 1896 et pour réguler la situation et éviter les guerres entre
les puissances, la conférence de Berlin est organisée. Quatorze pays européens s’entendent pour
se partager l’Afrique et fixer les règles de la colonisation. Les signataires rappellent que la traite
négrière y est interdite et s’engagent à contribuer à son extinction. La période coloniale s'est
étendu sur une période d'à peu près 70 ans. La décolonisation aura lieu principalement après la
seconde guerre mondiale dès les années 1950.

Le Dessous des cartes : Épidémies, une longue histoire Arte 2020 :


https://youtu.be/LKgOZNC5f6Y
La variole était l'une des maladies infectieuses les plus sévères qui était endémique dans le monde
entier pour la majeure partie de l'histoire enregistrée. Elle est apparue pendant le 4ème siècle en
Chine, en Inde au 7ème siècle et la région méditerranéenne, ainsi que l'Asie du sud-ouest au
10ème siècle. La maladie fut importée en Occident au début du 16ème siècle. Vers la fin du
18ème siècle en Europe, Elle est ainsi devenue au 18ème et 19ème siècle la plus redoutée de toutes
les maladies

Le Moyen âge fut traversé par de nombreuses épidémies, la peste noire était l’une des plus
effrayantes maladies infectieuses de l'histoire. Apparu en 19334 a Wuhan, Ses principaux acteurs
en sont le bacille de la peste, le rat et la puce du rat la peste voyage avec les mongols à travers
l’Asie centrale, puis l’Inde et la mer noire jusqu’au comptoir de Caffa. Elle arrive à Marseille en
1347 puis gagnera toutes les villes de l’Europe. Elle prend fin en 1352, elle aurait tué 50 millions
de personne en Europe selon certaines estimations. Le choléra est une autre pandémie qui a
marqué l’histoire, il s’agi d’une maladie liée à une bactérie qui tue par déshydratation et
originaire du Bengale, 50 ans plus tard un médecin allemand découvrira que la pollution de l’eau
qui est responsable de la propagation de la maladie.

Vers le 20ème siècle, la grippe espagnole est apparue vers la fin de la première guerre mondiale en
Amérique. Elle se déplace en Europe et se diffusera avec les troupes du monde entier. La grippe
de Hong Kong une autre pandémie de grippe, s'est répandue dans le monde entier à partir de l'été
1968 pour faire le tour du monde en un an. A la fin du 20ème siècle c’est le Sida qui est apparu,
issu des chimpanzés du sud du Cameroun. C’est avec sa propagation en Californie puis dans le
monde entier qu’il devient un problème de santé publique mondial.

Il existe des pandémies qui ne sortent pas d’une certaine zone géographique. C’est le cas d’Ebola
originaire de la république démocratique du Congo qui tue un malade sur deux et c’est cette forte
mortalité qui limite la propagation du virus hors d’Afrique.

Au 21éme siècle, d’autres épidémies sont restées localisées comme le Sras en 2003, le Mers en
2012. Ces derniers ont fait peu de victimes. Par opposition au Covid-19 transmis par un nouveau
coronavirus est apparu en chine, il s’est propagé dans le monde entier.

L’arrivée au pouvoir de joe biden : un tournant pour la géopolitique mondiale ?


( https://youtu.be/MsQuuUGocGo )
 Depuis l'annonce de la victoire de Joe Biden, les réactions dans le monde se multiplient. En,
revanche la Russie se montre plutôt discrète Parce qu’elle s'attend à des relations compliquées
avec Joe Bidene et Elles n'étaient d'ailleurs pas très bonnes avec Donald Trump. Même si que ce
dernier avait une grande admiration pour Poutine, mais que, néanmoins, les sanctions contre la
Russie ont été augmentées pendant le mandat de Trump du fait du Congrès. Donc suite à ceci
Vladimir Poutine ne s'attend pas à grand-chose du nouveau président américain.

D'autres pays comme le Mexique, le Brésil ou la Chine n'ont pas encore officiellement reconnu la
victoire de Joe Biden, surtout la chine car le seul point d'accord entre les Républicains et les
Démocrates sur la politique étrangère était justement l'hostilité à la Chine. C'est une hostilité qui
est systémique parce qu'il y a un déficit commercial extrêmement important. Joe Biden veut lui
aussi ramener des emplois, il a gagné les États industriels, ou anciennement industriels du nord-
est du pays, et c'est dans ces États que la perception d'une menace industrielle chinoise est la plus
forte. On peut donc penser qu'il va continuer à s'opposer à la Chine, d'autant plus qu'il y a un
rattrapage chinois des États-Unis, or pour tout président américain, qu'il soit Républicain ou
Démocrate, le fait d'être rattrapé par la Chine est une perspective tout simplement angoissante.

L'Iran a en revanche déjà réagi à la victoire de Joe Biden. Le président iranien Hassan Rohani
évoque une occasion pour les États-Unis de "se rattraper après les erreurs passées et de revenir
sur la voie de l'adhésion aux engagements internationaux et au respect du droit international", en
référence à la sortie des États-Unis de l'accord sur le nucléaire. Joe biden a dit au cours de la
campagne qu'il reprendrait les négociations et que la rupture de cet accord avait été une erreur
majeure de Donald Trump. Mais en même temps, il ne va pas revenir à l'accord signé tel qu'il
était en 2015 parce que cinq années ont passées et parce que l'image de l'Iran aux États-unis est
très négative. Donc la situation est toujours un peu délicate.

Quel Monde en 2021 : https://youtu.be/k0AvfKNWLck


Marquée par la pandémie de la Covid-19, l’année 2020 aura été douloureuse pour le monde
entier. Toutes ces difficultés ne vont pas disparaître avec le passage en 2021 mais la question clé
sera celle du vaccin et son efficacité et cela représente le marqueur le plus important de la
géopolitique.

Cette situation va avoir des conséquences économiques sociales et donc politiques et


géopolitiques qui seront différés sur plusieurs années.
Et malgré tout ce qui s’est passé on peut considérer que la chine est aujourd’hui en position de
force par rapport à la pandémie, mais malheureusement cette dernière a causé une dégradation
des relations du pays avec le reste du monde et plus précisément les États Unis et l’Europe, et
parmi les exemple qui reflètent la méfiance envers la Chine on trouve le groupement américains
qui essaye de faire une sorte d’alliance antichinoise.
Et parmi les surprises de l’année 2020, pour la première fois l’élection d’un couple aux élections
présidentielles américaines à savoir le couple Biden-harris ; sauf que Mme Harris n’est pas du
tout comparable à monsieur Biden elle est d’une autre génération, elle est originaire d’Asie donc
ils ne voient pas le monde de la même manière, M. Biden a encore une certaine nostalgie pour le
monde d’hier Européen ce qui n’est absolument pas le cas chez Mme Harris ; alors l’erreur à ne
pas commettre est de considérer que l’Europe va devenir la propriété de ce nouveau président.
Après la pandémie du Covid 19, ce qui est nouveau en Europe est la prise de conscience de la de
la nécessité d'une souveraineté logique européenne. Donc il faut tout simplement remplacer le
mot autonomie stratégique par le mot souveraineté économique et en particulier technologique Et
cela a des chances de marcher. Et en grande partie à cause de cette prise de conscience que
l'Union européenne ne doit pas se trouver entièrement coincée entre domination américaine et
surgissement chinois.

Comprendre le monde : Le monde en 2021 : https://youtu.be/v5u3vPHtJsw


La vidéo Comprendre le monde : Le monde en 2021 met en premier lieu le point sur l’état de la
démocratie en américaine, le participant insiste sur le fait que toutes les démocraties sont
touchées par la violence et par la Co-vid, c’est une alerte mondiale. Les États-Unis mobilisent 60
millions d’électeurs, l’attitude de Trump et sa participation joue envers la démocratie et sa
question, mais la radicalisation des électorats se met toujours en question.

Le mensonge est toujours présent en USA malgré sa forte sanction, à partir de la force des
médias, ces mensonges sont totalement propagés, la démocratie subit toujours la question de la
crédibilité par ses électorats. Aujourd’hui il existe une sorte d’architecte commercial qui tend de
sortir avec une véracité, ainsi la question de crédibilité reste moyen des hommes qui réfléchissent
pour en connaitre plus. La politique est respectée lorsqu’il y a crédibilité, aussi il faut laisser la
décentralisation se glorifier, lorsqu’il y a centralisation, la question du respect des institutions se
met démolie, il faut toujours encourager les institutions à leur décentraliser les décisions pour un
partage du pouvoir.
Le participant émet son avis sur Trump qui le considère qu’il met beaucoup de confiture sur
tartine sans rien faire, il exprime par un exemple que Trump ne joue pas un grand rôle au sein des
USA, et qu’il n’y avait pas un grand progrès avec lui.

La souveraineté de l’union européenne est un accord fondamental pour les européenne, qui est
une notion française, qui s’influence par les décisions mondiales, qui remettent le point de la
souveraineté en question, Joe Biden avec sa nouvelle position envers un pays très influent
considère la souveraineté européenne comme point de départ pour les efforts de l’Europe.

C’est un contexte de relation international qui répond à cette souveraineté, aussi d’échange
commercial, d’échange de pouvoir tel l’exemple de l’industrie allemande envers le monde.

Ces rapports de force continentale, la géopolitique envers un point internationale positionne un


ensemble de structure et de paramètre entre les USA et les autres pays, le participant de la vidéo
« Comprendre le monde : Le monde en 2021 » affirme un ensemble de degré de relation de la
France avec plusieurs pays, il donne exemple de géopolitique comme la relation entre la chine et
la France, la chine qui devient première force économique, la France tend ses bénéfices de ce
pays. En fin de vidéo « Comprendre le monde : Le monde en 2021 » le participant affirme qu’il
faudrait chercher la paix entre les pays, c’est un travail qui est réfléchi.

QUI A TRACÉ LES FRONTIÈRES EN AFRIQUE ? https://youtu.be/LX42klNcj_w

La vidéo « Qui a tracé les frontières en Afrique » répond à une question fondamentale, sur les
relations internes aussi bien qu’externes des pays en Afrique. Cette dernière a été effectivement
découpé par des pays européens, l’Empire ottoman, des Américains [en tant qu’observateurs] et
même des Russes, qui n’avaient jamais mis les pieds en Afrique et qui traçaient tranquillement
des lignes à des milliers de kilomètres de l’Afrique et en l’absence des Africains. Ils ont mis des
lignes droites sur la carte de l’Afrique, en toute simplicité des lignes droites où en réalité on a pris
une règle, on a pris un crayon et on a tiré des traits. Afin de servir leurs propres intérêts envers
ces terrains, ils ont décidé de l’avenir d’autres peuples, de leurs frontières, et de leur
regroupement, sans tenir compte de leurs réalités. Résultat des courses : des familles divisées, des
conflits géopolitiques permanents, un système commercial chamboulé et par-dessus tout une
carte qui n’a pas été pensée pour leur développement.