Vous êtes sur la page 1sur 19

FISCALITE LOCALE

Par
Désiré Joseph ETOUNDI

MODULE I – GENERALITES SUR LA FISCALITE LOCALE

THEME I – INTRODUCTION

Définition
Ensemble des prélèvements opérés au profit du budget des Collectivités
Territoriales Décentralisés

Champ d’application

1) Les bénéficiaires
Régions
Communes
Communautés Urbaines
Communes Urbaines d’Arrondissement
Organismes de péréquation
Organismes d’intercommunalité
Etc.

2) Les impôts locaux


Les impôts communaux
Les CAC (Centimes Additionnels Communaux)
Les Taxes Communales
Les impôts et taxes des Régions
Etc.

Mise en place

1) Les fondements
 Loi n°2004/017, n°2004/018 et n°2004/019 du 22 juillet 2004
Les ressources nécessaires à la commune (à la région) lui sont dévolues
soit par transfert de fiscalité, soit par dotation (article 144 et 85)

 Loi N°2009/011 du 10 juillet 2009 Fixant le Régime financier des CTD


Une collectivité territoriale ne peut effectuer un prélèvement sous forme
d’impôt ou de taxe que s’il est prévu par la loi (article 11)
Les modalités d’assiette, d’émission, de recouvrement et de reversement
des impôts et taxes sont fixées par la loi (article13)
 Compilation des conclusions de l’étude GOPA et des dispositions fiscales
de la loi N°74/23 du 5 décembre 1974 portant organisation communale au
Cameroun (y compris ses textes d’application et les textes modificatifs
subséquents)

2) Les textes
 Loi N°2009/019 du 15 décembre 2009 Portant fiscalité locale
 Loi N°2010/015 du 21 décembre 2010 portant loi des finances du
Cameroun pour l’exercice 2011
 Circulaire conjointe N°0002335/MINATD/MINFI du 20 octobre 2010
précisant les modalités d’application de la loi N°2009/019
 Circulaire N°11/0001/MINFI du 14 janvier 2011 portant instructions
relatives à l’exécution du budget de l’Etat et des organismes
subventionnées pour l’exercice 2011
THEME II - CONTEXTURE
1) Impôts et taxes directs
Impôts et taxes au profit de la CTD

2) Impôts et taxes d’intercommunalités


Impôts et taxes avec prélèvement d’une quote-part (20%) au profit d’un
organisme d’intercommunalité (FEICOM) pour des opérations de solidarité
intercommunale

3) Impôts et taxes de péréquation


Centralisation du produit ou quote-part de produit des impôts et taxes pour
des besoins d’équité dans le développement des CTD
THEME III - PRINCIPALES REGLES FISCALES

 Compétences fiscales des CTD


 Principe de solidarité
 Emission séparée

COMPÉTENCES FISCALES DES CTD


 Institutions d’impôts et taxes
 Assiettes
 Recouvrement
 contentieux

1) Institution des impôts et taxes


 Vote d’une délibération par l’organe délibérant
 Approbation par la tutelle compétente

NB :
Cette compétence n’est valable que si seulement et seulement si, l’impôt ou la
taxe institué(e) est créé(e) par la loi.

2) En matière d’Assiette
 Circonscription communale de la taxe
 Fixation des taux et tarifs

NB :
Les Taux et tarifs respectent les fourchettes définies par la loi.

3) En matière de Recouvrement
 Emission par les services d’assiettes de l’ordonnateurs
 Recouvrement par le Receveur municipal ou régional

4) En matière de contentieux
Le chef de l’exécutif Examine en premier Recours les réclamations des
contribuables.

NB :
Compétences non étendus aux impôts communaux et à la taxe de
développement local
PRINCIPE DE SOLIDARITE
 Péréquation
 Intercommunalité

1) Péréquation (article 5)
Le prélèvement et la centralisation de quotes-parts d’impôts et taxes permet
de palier l’insuffisance des ressources dans certaines communes

2) Intercommunalité (article 116)


Une quote-part de 20% du produit de certaines recettes des CTD est prélevée
et reversée dans un fonds commun (FEICOM) en vue du financement des projets
des Communes, Communautés Urbaines et des Syndicats des communes.
THEME IV - PROCEDURES FISCALES SPECIFIQUES

 Immatriculation
 Déclaration
 Emissions
 Recouvrement
 Contrôle
 Prescription
 Contentieux

1) Immatriculation
Obligation d’immatriculation de toute personne assujettie au paiement d’un
impôt ou d’une taxe local dans les conditions définie par le code général
des impôts.
La demande est faite dans les 15 jours qui suivent le début de l’activité.
Elle s’accompagne d’un plan de localisation.

2) Déclaration
Les contribuables assujettis à un impôt ou une taxe locale sont soumis à
l’obligation de déclaration dans les conditions prévues par la loi
Une mise en demeure est servie en cas d’absence de déclaration dans la
limite du délai légal
La déclaration est alors faite dans les formes et délais prévus par le livre
de procédures fiscales

3) Emissions
 Émission séparée des impôts partagés sur ordres de recettes à
l’entête de la CTD et des autres bénéficiaires ;

 Emission des impôts communaux, de la TDL et des CAC sur


bulletins d’émission distincts ou sur avis de mise en recouvrement à
l’entête de la CTD et des autres bénéficiaires ;

 Emission des taxes communales par les services de la Communes

4) Recouvrement
 Recouvrement amiable
 Recouvrement force

a) Recouvrement amiable
 Toute personne tenue au paiement d’un impôt ou d’une taxe communale doit
s’en acquitter auprès de la recette municipale compétente ou du receveur des
impôts suivant les modalités et délais fixés par la loi (article 128).

 Une quittance est délivrée en contrepartie des versements reçus.


 Le paiement des impôts émis par les services fiscaux de l’Etat est spontané
dans la caisse du receveur municipal compétent.
 Les grandes entreprises précisent dans leurs ordres de virement les quotes-
parts des bénéficiaires et opèrent directement des virements à leur profit
contre quittances

 Les collectivités territoriales décentralisées tiennent à la DGE un état des


ordres de paiement effectivement encaissés avec le détail des quittances
délivrées.

 Reversement des produits recouvrés par le Receveur des impôts a lieu dans
un délai de 72 heures, au vu du livre journal et d’un état de rapprochement.

NB
Le principe de reversement dans un délai de 72 heures est en
contradiction avec l’article 68 de la loi n° 2007/006 du 6décembre 2007
portant Régime financier de l’Etat.

Article 68 (Loi 2007/006 du 06/12/2007) §1


Le Trésor public exerce le monopole sur : Le recouvrement de toutes les recettes, le
paiement de toutes les dépenses et la totalité de la trésorerie de l’Etat, des
Collectivités territoriales Décentralisées et des autres personnes morales de droit
public.

Article 68 (Loi 2007/006 du 06/12/2007) §3


Le circuit du Trésor public est déterminé par le principe de l’unicité de caisse
matérialisé par la centralisation des opérations d’encaissement et de décaissement
effectuées par les comptables publiques dans les comptes de la banque centrale

Article 68 (Loi 2007/006 du 06/12/2007) § 2


Le Trésor public est le guichet unique des opérations d’encaissement et de
décaissement de l’Etat

Ces dispositions ont des implications sur la fiscalité locales, notamment avec la mise
en application des dispositions de la circulaire n°11/0001/MINFI du 14/01/2011
relative au contrôle et à l’exécution du budget de l’Etat et des organismes
subventionnés pour l’exercice 2011. Cette circulaire stipule :

Les impôts et taxes sont désormais payés à l’aide d’un bulletin d’émission
unique au profit du Receveur des Impôts ou du comptable du Trésor
compétent (Titre 1 I-2b).

Toutefois il convient de noter que :

 Le bulletin unique récapitule tous les éléments d’imposition qui font l’objet de
paiement global.

 Les déclarations des contribuables doivent fournir le détail des droits à


acquitter et le montant correspondant à chaque bénéficiaire (Titre 1 I-2b).
 Le principe du paiement unique ne remet pas en cause les modalités de
liquidation des impôts et taxes (Titre 1 I-2a).

 Le Trésor public assure le service financier des établissements publics


administratifs, des collectivités territoriales décentralisées au même titre que
les banques commerciales et gère les dépôts des administrations publiques
(Titre 1 I-2c).

Ces dispositions sont en conformité avec celles de la Loi n°2010/015 de la


21/12/2010 portante loi des finances 2011 qui stipule :

 « L’émission de certains impôts dont le produit est partagé se fait sur ordre de
recettes unique » (articles 124)
 « La répartition et le reversement du produit des impôts locaux sont assurés
par les services compétents du Trésor public » (article 127- 3).

 Il est tenu pour chaque collectivité territoriale un livre journal des émissions et
des recouvrements et un état de rapprochement journalier des impôts et taxes
(article 127 al.6).

b) Recouvrement force
Les Collectivités territoriales bénéficient du privilège du Trésor (article 6 al.4) ainsi :

 En cas de non paiement d’une taxe dans les délais, la CTD émet un titre
exécutoire à effet immédiat.

 En cas de non exécution à l’injonction de payer, la CTD procède à la saisie


des marchandises, des biens ou des bêtes du contrevenant.

 Dans un délai de 30 jours après la saisie, la CTD procède, suivant autorisation


du Chef de l’Exécutif, à la vente aux enchères des marchandises, biens ou
bêtes saisies.

NB Les dépenses générées par la détention des objets saisis sont à la charge
du propriétaire

 La vente est exécutée par un porteur de contrainte (le Receveur municipal) ;

 Le produit de la vente est immédiatement versé au receveur municipal qui


délivre une quittance au contribuable saisi ;

NB la vente aux enchères donne lieu à l’établissement d’un procès verbal.


5) Le contrôle
 Le contrôle peut être exercé conjointement ou non par les agents des services
compétents de l’Etat et ceux de la CTD

 Tout contrôle exercé par les agents communaux est assujetti à une note de
mission nominative délivrée par l’autorité compétente
6) Le contentieux
 Le recours contentieux obéit aux règles du livre de procédures fiscales
(articles L115 et suivants) ;

7) La prescription
 Elle est de 2 ans suivant la date d’exigibilité de la taxe vis-à-vis du
contribuable ;

 Elle est fixée à 1 an à l’égard de la CTD à partir du paiement de la taxe


MODULE II - ETUDE ANALYTIQUE DES
IMPÔTS ET TAXE DES CTD
 Impôts et taxes administrés et gérés par l’Etat
 Impôts et taxes administrés et recouvrés par les CTD

THEME V - IMPOTS ET TAXES ADMINISTRES ET


GERES PAR L’ETAT

Rappels
Article 4 alinéa 3 du régime financier des CTD
« Les services fiscaux de l’Etat sont tenus de fournir aux CTD les informations
nécessaires à l’établissement de leurs budgets ».

Article 6, alinéa 1 de la loi sur fiscalité locale


« L’Etat s’assure que le rendement des impôts locaux correspond à un taux
proportionnel établi en rapport avec son niveau de ressources fiscales ».

Article 6, alinéa 2 de la loi sur fiscalité locale


« les services financiers de l’Etat impliqués dans la gestion fiscale des CTD
sont tenus d’assurer avec la même efficacité que pour les impôts de l’Etat,
le recouvrement des impôts locaux dont ils ont la charge ».

L’implication des services de l’Etat vise :


 l’amélioration du rendement des impôts locaux
 la sécurisation des recettes qui en découlent
 Mais surtout la mise à disposition des fonds.

Une procédure spécifique vise à individualiser le produit des impôts dus à


chaque bénéficiaire de la chaîne fiscale de l’Etat :

 Emission sur ordres de recettes (sur bulletins d’émission distincts ou


avis de mis en recouvrement)distincts à l’entête des CTD et des autres
organismes bénéficiaires (article 124).

 Tenue pour chaque bénéficiaire d’un livre journal et d’un état de


rapprochement journalier (article 125 al2) ;

 Interdiction de concession des opérations d’Emission et de


recouvrement des taxes communales (article 121)

 Obligation de déclaration des contribuables


Article 127 de la loi sur la fiscalité locale :
«  les produits recouvrés par le receveur des impôts sont reversés aux
bénéficiaires dans un délai de 72 heures contre quittance de reversement et au
vu du livre journal et d’un état de rapprochement journalier ».

La réforme du système financier de l’Etat a intègre la conservation des fonds


des CTD, en tant que démembrement de l’Etat, dans les caisses du Trésor
public.

Orientations de la Loi des Finances 2011 :


 Paiement à l’aide d’un bulletin ou d’un ordre de recette unique établi au
profit du receveur des impôts (article C24 al2, article125 al2, article
C26)
 Répartition assurée par les services compétents du Trésor public
(article 127 al3).

Orientations de la Loi des Finances 2011 :

Article 127, alinéa 2


« Les entreprises doivent préciser dans leurs déclarations et le cas échéant
dans leurs supports de paiement, les quotes-parts revenant aux CTD et aux
organismes bénéficiaires ».

Article 127, alinéa 2


« La répartition et le reversement du produit des impôts locaux émis et
recouvrés par l’administration fiscale sont assurés par les services
compétents du Trésor public »

Implications :
 Le Trésor public assure le service financier des CTD ;

 Les Recettes Municipales sont des correspondants du Trésor ;

 Les Recettes municipales ont des comptes de dépôt auprès du Trésor


public ;

 Le Trésor public dispose de guichets au même titre que les banques


commerciales ;

 Les ordres de retrait et de virement des Recettes municipales sont


exécutés par le Trésor public.
L’ouverture des comptes dans les banques commerciales n’est plus
indispensable.

Autres Orientations de la Loi des Finances 2011 :


 Reversement au FEICOM de 100% de la taxe de développement locale
payée par les salariés du secteur public et des entreprises relevant de
la structure chargée des grandes entreprises en vu de la péréquation
(article C116 al2).

 Prélèvement d’une retenue de 10% au titre des frais d’assiette et de


recouvrement sur toutes les recettes fiscales collectées par
l’administration fiscale pour le compte des CTD (articleC4 al2) ;

Impôts concernés
 Taxe de développement local
 Contributions des patentes
 Contributions des licences
 Taxe sur les jeux de hasard et de divertissement
 Redevance forestière
 Taxe foncière sur la propriété immobilière
 Les droits de mutations immobilières
 Le timbre automobile
 Les CAC

 La taxe de développement local


Elle est perçue en contrepartie des services de base et des prestations que la
commune rend aux populations :
 Eclairage publique
 Assainissement
 Enlèvement des ordures ménagères
 Fonctionnement de l’ambulance
 Adduction d’eau
 Electrification

 La taxe de développement local


Elle remplace l’ensemble des anciennes taxes communales directes(Tcd ou Tc) :

 Taxe d’eau
 Taxe d’éclairage
 Taxe d’enlèvement des ordures ménagères
 Taxes de fonctionnement de l’ambulance
 Taxe d’électrification
 La taxe de développement local
Y sont assujetties :
 Les assujettis à l’impôt libératoire
 Les assujettis à la patente
 Les salariés

 La TDL est liquidée et collectée par les services fiscaux de l’Etat au profit des
CTD

 Deux situations sont observables après retenue de 10% des frais d’assiette et


de recouvrement :

Pour les salariés publics et ceux des entreprises du portefeuille DGE (PGT,
RI/DGE) Il est opéré un transfert total 90% au compte « taxe de
développement local FEICOM » au Trésor en vue de la centralisation et de la
péréquation.

 Pour les autres salariés du secteur privé, la part de la Commune ou de la


Communauté Urbaine (90%) est affectée dans son compte de dépôt (autres
comptables).

 Les contributions des patentes


Toute personne exerçant sur le territoire camerounais, de manière habituelle
une activité et dans un but lucratif est assujettie à la patente.

 La patente a des exemptions (Article 11) et des exonérations (Article 12)


 La patente est un impôt personnel et annuel

Les services de l’Etat procèdent à l’émission (CDI, CIME, CSIPLI, DGE) sur
bulletin unique et au recouvrement (RI) de la patente par application d’un taux
unique par tranche sur le chiffre d’affaire global de l’entreprise sans abattement.
Le tarif par tranche intègre :
 Le principal réparti entre les Communes et le FEICOM ;
 La redevance audio-visuelle pour la CRTV ;
 Les centimes additionnels des chambres consulaires : Chambre de
Commerce, d’Industrie des Mines et de l’Artisanat (CCIMA) ; la Chambre
d’Agriculture, de la Pêche, de l’Élevage et de la Pêche, de l’Elevage et de
la Forêt(CAPEF)
 La taxe de développement local
Trois tranches de patentes ont été instituées par la Loi N° 2016/018 du 14
décembre 2014 portant Loi de finances de la République du Cameroun pour
l’exercice 2017.
Les tranches remplacent les 7 classes de patentes consacrées par les
législations antérieures et correspondent au nouveau découpage de la population
fiscales au Cameroun qui consacre : les Grandes Entreprises, les Moyennes
Entreprises et les Petites entreprises.

Ces tranches sont :


 Pour les Grandes Entreprises relevant de la DGE
0,159% pour la tranche allant de 5000.000 à 2,5 Milliards F.CFA
 Pour les Moyennes Entreprises (CIME, CSI, CSIPLI)
0,283% pour la tranche allant de 141.500 à 4.500.000 F.CFA
 Pour les Petites Entreprises(CDI)
0,283% pour la tranche allant de 50.000 à 140.000 F.CFA

La somme recouvrée est reversée au Trésor pour affectation des les


comptes «dépôt des communes» des bénéficiaires:
 Commune 39,40%
 FEICOM 9,85%
 CRTV 49,27%
 CCIMA/CAPEF 1,48%

NB : L’Etat reçoit 10% de la part revenant à chaque bénéficiaire au titre des
frais d’assiette et de recouvrement

La contribution des licences est un impôt dû par toute personne autorisée à


fabriquer ou à vendre des boissons (alcoolisées ou non).

 Les contributions des Licences


Les mêmes règles applicables à la patente ou à l’impôt libératoire selon les
cas sont applicables à la licence.

 La licence est annuelle et personnelle;

 Les tarifs applicables sont proportionnels aux contributions de la patente et de


l’impôt libératoire.

 Boissons alcoolisées
2 fois, montant de l’impôt libératoire
4 fois, contribution des patentes

 Boissons non alcoolisées


1 fois, montant de l’impôt libératoire
2 fois, contribution des patentes

L’émission et le recouvrement sont effectués par les services de l’Etat


conformément aux dispositions règlementaires.

L’Etat prélève 10% des frais d’assiettes et de recouvrement affecte 18% (20%
de 90%) au compte du FEICOM et 72% (80% de 90%) au compte « dépôt des
communes »
La taxe sur les jeux de hasard et de divertissement
C’est un impôt de l’Etat transféré aux CTD par la loi portant fiscalité locale.

Elle est due par toute personne qui exploite les jeux qui :

 Sont fondés sur l’espérance d’un gain ;


 Sont destinés à procurer un simple divertissement

 La taxe sur les jeux de hasard et de divertissement


Elle est entièrement perçue par l’Etat pour le compte de la Communauté
Urbaine ou de la Commune du lieu de situation du contribuable.

 La taxe sur les jeux de hasard et de divertissement


L’Etat prélève 10% et reverse 90% au compte « dépôt des communes » au
profit de cette commune.

La redevance forestière annuelle
Elle est due par tout titulaire d’un titre d’exploitation forestière au profit de
l’Etat, des Communes et des communautés villageoises.

L’Etat 50%
Commune 40%
Communauté villageoise 10%

L’Etat prélève 10% sur la quote-part (40%) due aux CTD et au FEICOM
(péréquation).

NB :
La retenue pour frais d’assiette et de recouvrement ne s’applique pas sur la
quote-part (10%) due aux communautés riveraines

Le Trésor retient 10% de 40% soit 4% frais d’assiette et de recouvrement et


reverse le reste aux communes :
 FEICOM 45% de 40% en vue de la péréquation, soit 18%
 Commune du lieu d’exploitation 45% de 40%, soit 18%

 La taxe foncière sur la propriété immobilière


 La taxe foncière est due annuellement par tout propriétaire d’un
immeuble dans les chefs lieu d’unité administratives ou dans les
agglomérations bénéficiant d’infrastructures et des services urbains
(routes carrossables, adduction d’eau, d’électricité et de téléphone).

Les droits de mutations immobilières


 Des droits d’enregistrement des actes de mutation d’immeubles sont
perçus conformément aux dispositions du code général des Impôts et
reversés en totalité à la Commune du lieu de situation de l’immeuble.
Par la loi portant fiscalité locale (Art 49).
La taxe foncière sur la propriété immobilière et les droits de mutations
immobilières

 Impôts d’intercommunalité (article 116).


 Les services compétents de l’Etat procèdent à l’émission sur bulletin unique et
au recouvrement.

La taxe foncière sur la propriété immobilière et les droits de mutations


immobilières
 Le montant collecté est réparti et affecté aux comptes des bénéficiaires par le
Trésor Public.
 Deux situations sont observables

 Cas d’une communauté urbaine.


L’Etat prélève 10% au titre de la retenue pour frais d’assiette et de
recouvrement et reverse le reliquat de 90% restant ainsi qu’il suit :
 FEICOM 18% (20% des 90%) ;
 commune d’arrondissement 18% (20% des 90%) ;
 et communauté urbaine 54% (60% des 90%).

 Cas d’une commune.


Le reversement s’opère ainsi :
 ETAT (Retenue) 10%
 FEICOM (20% des 90%) 18%  ;
 Commune (80% des 90%) 72%

 Le timbre automobile
 Il est dû annuellement pour tous engins à moteur en circulation sur le
territoire Camerounais (véhicules automobiles et engins à deux roues).

 C’est un impôt d’Etat transféré aux CTD

La Commune d’arrondissement n’en bénéficie pas

Les services de l’Etat procèdent à la vente des vignettes.


Le produit est reversé entièrement aux CTD conformément à l’article 51 de la
loi sur la fiscalité locale.

Le reversement s’opère ainsi :


 ETAT (Retenue) 10%
 Centralisation 90%

 Les CAC
Les centimes additionnels sont prélevés sur certains impôts et taxes de l’Etat
au profit des Communes.
Le taux des centimes est fixé à 10%, Il s’applique sur :
 Impôt sur le revenu des personnes physiques
 Impôt sur les Sociétés
 Taxe sur la valeur ajoutée

Les procédures d’assiette, d’émission et de recouvrement sont les mêmes que


celles appliquées aux impôts et taxes de base.

Pour les CAC sur versement directs auprès des comptables spécialisés
RI/RDD
 Appui au recouvrement 10%
 FEICOM 20%
 Retenue de base 28%
 CAC à répartir 42%

Pour les CAC sur retenue à la source par les comptables du Trésor
 Appui au recouvrement 10%
 FEICOM 20%
 CAC à répartir 70%

THEME VI - IMPÔTS ET TAXES ADMINISTRÉS ET


RECOUVRÉS PAR LES CTD

Les mêmes procédures sont appliquées aux impôts et taxes recouvrés par les
CTD. Deux situations envisageables :
 Paiement spontané
 Emission préalable

Paiement spontané
 Emission par les services de l’ordonnateur d’un titre intermédiaire de recette
(Titre de recette)

 Recouvrement par la recette municipale contre quittance

 Emission d’un Ordre de recette de Régularisation par les services de


l’ordonnateur

Emission préalable
 Evaluation de la contribution due par le contribuable par les service d’assiette
de la CTD

 Emission par les services de l’ordonnateur d’un Ordre de recette avec avis
d’émission

 Recouvrement par la recette municipale contre quittance


Contenu de quelques impôts locaux
Fait générateur
Critères d’assujettissement
Modalités d’imposition

Taxe communale sur le bétail


Fait générateur
Détention de bovins

Critères d’assujettissement
Toutes détentions hormis les exemptions

Modalités d’imposition
Déclaration du nombre de têtes auprès des services de la
commune du lieu d’hébergement des bêtes au 15 mars de
l’année.

Droit de fourrière
Fait générateur
Entrer des biens à la fourrière

Critères d’assujettissement
Infraction à la réglementation de voirie
Abandon de bien sur la voie publique
Mise en fourrière par la CTD

Modalités d’imposition
Présentation du propriétaire avec les titres de propriété
Paiement des droits votés par le conseil dans les fourchettes
légales

Droit sur les permis de bâtir

Fait générateur
Construction ou aménagement de bâtiments au Chef lieu
de la commune ou dans les agglomérations

Critères d’assujettissement
Construction ou aménagement au chef lieu de la commune
ou dans les agglomérations.

Modalités d’imposition
Déclaration par un devis approuvé par les services de la
CTD
Paiement de 1% de la valeur approuvée de la construction

Droit d’occupation temporaire de la voie publique


Fait générateur
Autorisation de l’autorité municipale compétente
Occupation de la voie ou ses emprises

Critères d’assujettissement
Dépôt de matériaux (sable, pierres, bois), exposition des
meubles ou des marchandises ou autres objets

Modalités d’imposition
Evaluation de la superficie occupée en m²
Paiement de 2000 F.CFA /m²

Taxe de stationnement
Fait générateur
Exploitation d’une aire de stationnement ou un plan de
circulation aménagé par la CTD

Critères d’assujettissement
Perception dans les villes ou agglomérations
Aire de stationnement aménagée
Plan de circulation aménagé

Modalités d’imposition
Exigibilité au 15ème jour de chaque mois
Exigible au lieu du domicile du transporteur
Payable contre délivrance d’une vignette affichable

Taxe sur la publicité (supprimé par la Loi des finances 2012)


Fait générateur
Annonces publicitaires sur le territoire de la CTD

Critères d’assujettissement
Disposer d’un dispositif publicitaire sur le territoire de la CTD
Occuper les espaces vendus par la régie publicitaire

Modalités d’imposition
La régie publicitaire est le redevable légale : il opère pour le
compte de la CTD en vertu d’une convention de partenariat.

Vous aimerez peut-être aussi