Vous êtes sur la page 1sur 14

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES

ECONOMIQUES ET SOCIALES Rabat - Agdal

Filière : Sciences de gestion

Semestre : 6

Support de cours :

Fiscalité de l’entreprise
Partie2 :
L’impôt sur les sociétés

CHAPITRE 1 : CHAMP D’APPLICATION DE L’IS

Professeur : Mme. Moussaif Loubna

1
Partie 2 : L’IMPOT SUR LES SOCIETES (L’IS)
L’impôt sur les sociétés est un impôt direct et déclaratif, qui s’applique obligatoirement à
l’ensemble des produits, bénéfices et revenus des sociétés (sociétés anonymes, sociétés à
responsabilité limitée…) et autres personnes morales et par option aux sociétés de personnes
et sociétés en participation. Il est établi sur la base du résultat réalisé au cours d’un exercice
comptable.

Institué au Maroc en 1986 et mis en application en 1987, l’I.S est venu se substituer à l’ancien
impôt sur les bénéfices professionnels (IBP) qui imposait auparavant indistinctement les
bénéfices des personnes physiques et morales.

Cette partie s’articule autour de 3 chapitre :

Chapitre 1 : Champ d’application de l’IS

Chapitre 2 : Base imposable (assiette)

Chapitre 3 : Liquidation et paiement de l’IS

2
CHAPITRE 1 : CHAMP D’APPLICATION DE L’IS

L’IS vise essentiellement les bénéfices des entreprises constituées sous forme de sociétés de
capitaux qui exercent des activités lucratives sur le territoire marocain, quelle que soit leur
nationalité.

1-LES PERSONNES IMPOSABLES

On distingue les personnes obligatoirement imposables à l’IS, et celles imposables par option.

1-1 Les personnes obligatoirement imposables

Il s’agit des:

a- Sociétés :

Quels que soient leur statut juridique et leur objet (à l’exception de celles qui sont exclues par
disposition législatives). Rentrent dans cette catégorie :

-les sociétés de capitaux (sociétés anonymes SA et sociétés en commandites par actions


SCA) ;

-les sociétés à responsabilité limitée (SARL) ;

-les sociétés civiles ;

-Les sociétés de personne dont les associés ne sont pas tous des personnes physiques.

b- les établissements publics et autres personne morales : qui se livrent à une exploitation
ou à des opérations à caractère lucratif.

c- les associations et organismes légalement assimilés, exerçant une activité lucrative

d- les fonds créés par voie législative ou par convention, ne jouissant pas de personnalité
morale et dont la gestion est confiée à des organismes de droit public ou privé , lorsque ces
fonds ne sont pas expressément exonérés par une disposition d’ordre législative.

e- les centres de coordination d’une société non résidente ou d’un groupe international dont
le siège est situé à l’étranger.

1-2 Les personnes imposables par option :

Sont imposables à l’IS par option certaines formes de sociétés qui se trouvent normalement
dans le champ d’application de l’impôt sur le revenu (IR) telles que :

a- les sociétés de personne : Sté en nom collectif (SNC) et Sté en commandite simple
(SCS) constituées au Maroc et ne comprenant que des personnes physiques ;

b- les sociétés en participation (ou associations en participation)

3
2- Les personnes exclues du champ d’application de l’IS

Certaines personnes sont exclues du champ d’application de l’IS. L’article3 du Code Général
des Impôts (06/07/2017) en donne la liste, celle-ci comprend :

2-1. Les sociétés de personne : SNC et SCS (Sté en commandite simple) ne comprenant que
des personnes physiques) et les sociétés en participation, sauf dans le cas où lesdites sociétés
optent pour l’imposition à l’IS.

2-2. Les sociétés de fait ne comportant que les personnes physiques. Ces sociétés sont
constituées entre des personnes qui mettent en commun leurs apports et partagent les
bénéfices sans qu’elles aient à établir un écrit. Mais contrairement aux sociétés de personnes,
lesdites sociétés constituées uniquement par des personnes physiques sont exclues du champ
d’application de l’IS et n’ont pas le droit à l’assujettissement par option à cet impôt.

2-3. Les sociétés immobilières transparentes : elles ont pour objet l’acquisition ou la
construction d’un immeuble collectif en vue d’accorder statutairement à chacun de leurs
membres, la libre disposition de la fraction d’immeuble correspondant à ses droits sociaux.

Chaque fraction est constituée d’une ou plusieurs unités à usage professionnel ou


d’habitation. Ses actifs sont occupés en tout ou en majeure partie par les membres de la
société.

En plus de l’objet, ces sociétés doivent avoir un capital divisé en parts sociales ou actions
nominatives.
-Si les sociétés immobilières qui ne remplissent pas l’une ou l’autre de ces conditions se voient
obligatoirement soumises à l’IS, abstraction faite du caractère civil de leur activité.

2-4-les groupements d’intérêt économiques (GIE)

Ils sont définis par la loi qui les a instituées comme « une entité constituée de deux ou
plusieurs personnes morales pour une durée déterminée ou non, en vue de mettre en œuvre
tous les moyens propres à faciliter, ou à développer l’activité économique de ses membres et
à améliorer ou accroître le résultat de cette activité ».

Le GIE ne réalise pas de bénéfices pour lui-même, le résultat dégagé est imposé au niveau de
ses membres.

3- TERRITORIALITE DE L’IS

Aux termes de l’article 5 du CGI, les sociétés, qu’elles aient ou non leur siège au Maroc, sont
passible de l’IS au titre des bénéfices ou revenus :

➢ Qui se rapportent aux biens possédés et aux activités réalisées au Maroc, même à titre
occasionnel ;
➢ Dont le droit d’imposition est attribué au Maroc en vertu des conventions fiscales.

4
L’imposition des bénéfices des sociétés diffère selon qu’elles sont résidentes ou non
résidentes au Maroc.

3-1 les sociétés résidentes

Il s’agit des sociétés ayant leur siège social au Maroc. Celles-ci sont imposables à l’IS sur la
totalité de leurs bénéfices ou revenus réalisés au Maroc.

Quand leurs revenus de source étrangère, ils sont imposables lorsqu’ils sont réalisés à partir
du Maroc, ainsi :

➢ Les sociétés résidentes ne possédant pas d’établissement stable à l’étranger sont


imposables sur les revenus provenant d’activités commerciales ou de prestation de
services réalisés en dehors du territoire national ;
➢ Les sociétés résidentes disposant d’un établissement stable à l’étranger ne sont pas
imposables sur les bénéfices réalisés par l’intermédiaire dudit établissement, ou lorsque
ceux-ci résultent d’un circuit commercial complet.
➢ Par contre, les rémunérations qu’elles perçoivent en contrepartie des prestations qu’elles
fournissent à leurs établissements, sont obligatoirement imposables.

3-2 les sociétés non résidentes

Les sociétés non résidentes sont imposables sur :

➢ Les revenus et les plus-values générés par les biens que ces sociétés possèdent au Maroc
(loyers, profits immobiliers, dividendes…)
➢ Les revenus provenant de l’exercice d’une activité au Maroc par l’intermédiaire d’un
établissement stable, (siège de direction succursale…) ou à travers la réalisation
d’opérations qui s’inscrivent dans un circuit commercial complet.
➢ Les produits bruts qu’elles perçoivent en contrepartie des travaux et des services qu’elles
rendent pour le compte de leurs établissements au Maroc, ou pour le compte de
personnes physiques ou morales domiciliées au Maroc.
- Ces produits bruts se présentent comme suit :
1- Redevances pour l’usage du droit d’auteur relatif au œuvre littéraires, artistiques
et scientifiques.
2- Redevances pour la concession de licence d’exploitation, de brevets, de dessins et
modèles.
3- Rémunérations pour fourniture d’informations scientifiques, techniques et pour
travaux d’études effectuées au Maroc ou l’étranger.
4- Rémunérations pour assistance technique.
5- Rémunérations pour l’’exploitation, l’organisation ou l’exercice d’activités
artistiques, sportives…
6- Droit de location et rémunérations analogues, versées pour l’usage d’équipements
de toute nature.

5
7- Intérêts des prêts et autres placement à revenus fixes.
8- Rémunérations pour le transport routier de personnel ou de marchandises,
effectué du Maroc à l’étranger, pour la partie du prix correspondant au trajet
parcouru au Maroc.
9- Commissions et honoraires.
10- Rémunérations des prestations de toute nature, réalisées au Maroc ou fournies
par des personnes non résidentes.

4- EXONERATIONS

Certaines personnes qui se trouvent dans le champ d’application de l’IS bénéficient


d’exonérations. Celles-ci peuvent être permanentes ou temporaires.

Plusieurs cas figurent, on distingue :

- Exonérations et impositions aux taux réduit permanent ;

- Exonérations et impositions aux taux réduit temporaires ;

- Réductions d’impôt en faveur des sociétés dont les titres sont introduits en bourse.

4-1 Exonérations et imposition au taux réduit permanentes

a -exonération permanente de l’IS

Sont totalement exonérés de l’IS :

1- Les associations et organes légalement assimilés à but non lucratif, pour les seules opérations
conformes à l’objet défini dans leurs statuts.

Toutefois, l’exonération ne concerne pas les établissements de vente et de services


appartenant à ces institutions.

2- La ligue nationale de la lutte contre les maladies cardiovasculaires


3- La fondation Hassan II pour la lutte contre le cancer.
4- Les associations d’usagers des eaux agricoles, pour les activités nécessaires à leur fonction et
à la réalisation de leurs objets.
5- La fondation cheikh Zaid ibn Sultan pour l'ensemble de ses activités ou opérations, et pour les
revenus éventuels y afférents ; 

6- La fondation Mohammed V pour la solidarité.
7- La fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales, de l’éducation et de la
formation.
8- L’office national des œuvres universitaires sociales et culturelles.
9- Les coopératives et leurs unions, légalement constituées (exonération sous conditions, Art.7)
➢ Si leur activité se limite à la collecte de matière premières auprès des adhérents et leur
commercialisation ;

6
➢ Lorsque leur CA annuel <10MDH HT, si elles exercent une activité de transformation de
matières premières collectées auprès de leurs adhérents, ou d’intrants, à l’aide d’équipement
matériels et d’autres moyens de production correspondant à ceux utilisés par les entreprises
industrielles (…) et de commercialisation des produits qu’elles ont transformés.
10- Les sociétés non résidentes, au titre de plus-values réalisées sur la cession de valeurs
mobilières cotées à la bourse des valeurs du Maroc, à l’exception de celle réalisées à partir de
cession de titres de sociétés à prépondérance immobilières (Art. 61II)
11- La banque islamique de développement (BID)
12- La banque africaine de développement (BAD) et le fonds créé par celle-ci intitulée « fonds
d’Afrique 50 »
13- La société Financière internationale (SFI)
14- L’agence Bait Mal Alquods Acharif
15- L’agence de logement et d’équipement militaire(ALEM)
16- Les OPCVM, pour les bénéfices réalisés dans le cadre de leur objet légal
17- Les FPCT (Fonds de placement collectifs en titrisation), pour les bénéfices réalisés dans le
cadre de leur objet légal.
18- Les OPCR (organisme de placement en capital risque ) réalisés dans le cadre de leur objet légal.
➢ Détenir dans leur portefeuille de titres au moins 50% d’action de sociétés marocaines non
cotées en bourse, dont le CA HT ≤ 50 MDH ;
➢ Tenir une comptabilité spécifique.
19- La société nationale d’aménagement collectif (SONDAC), au titre d’activités, opérations
et bénéfices résultant de la réalisation de logement sociaux afférents aux
projets :Anassim situés dans les communes de Dar Bouazza et Lissasfa et destinés au
recasement des habitants de l’ancienne médina de Casablanca .
20- La société Sala Al Jadida pour l’ensemble des activités et opérations et pour les revenus
éventuels y afférents.
21- L’agence pour la promotion et du développement économiques et sociales des provinces
et préfectures du nord du royaume
22- L’agence pour la promotion et le développement des provinces et préfectures du Sud.
23- L’agence pour la promotion et le développement des provinces et préfectures de la région
orientale.
24- L’agence spécial Tanger Méditerranée, pour les revenus liés aux activités qu’elle exerce au
nom et pour le compte de l’Etat.
25- L’université Al Akhawyne d’Ifrane, pour l’ensemble de ses activités ou opérations et pour
les revenus éventuels y afférents.
26- La fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaid pour l’ensemble de ses activités ou opérations et pour
revenus éventuels y afférents.
27- La fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement du cancer.
28- Les exploitations agricoles réalisant un chiffre d’affaires <5 M DH au titre de leurs revenus
agricoles. L’exonération précitée n’est accordée que lorsque ledit chiffre d’affaires est resté
inférieur à ce montant pendant trois (3) exercices consécutifs.

7
Cette exonération ne s’applique pas aux revenus non agricoles de ces sociétés
29- Les organismes de placement collectif immobilier (O.P.C.I), pour les bénéfices
correspondant aux produits provenant de la location d’immeubles construits à usage
professionnel.

Cette exonération est accordée dans les conditions prévues à l’article 7-XI (11ème paragr.) :

- évaluer les éléments apportés à ces organismes par un commissaire aux apports choisi parmi
les personnes habilitées à exercer les fonctions de commissaire aux comptes ; 


- conserver les éléments apportés auxdits organismes pendant une durée d’au moins dix (10)
ans à compter de la date dudit apport ; 


- distribuer :

* au moins 85% du résultat de l’exercice afférent à la location des immeubles construits à


usage professionnel ; 


* 100% des dividendes et parts sociales perçus ; 


* 100% des produits de placements à revenu fixe perçus 


* au moins 60%de la plus-value réalisée au titre de la cession des valeurs mobilières.


 b-Exonération totale suivie d’une imposition permanente au taux réduit :

Elles concernent :

B1-Les entreprises exportatrices de produits ou de services, à l’exception des


entreprises exportatrices de métaux de récupération, qui réalisent un CA annuel à
l’exportation, bénéficient pour l’ensemble dudit CA :

* de l’exonération totale de l’IS pendant 5 années consécutives qui courent à compter de


l’exercice au cour duquel la première opération d’exportation a été réalisée ;

* et de l’imposition au taux réduit de 17,5% (art. 19 II-C) au-delà de cette période, cette
exonération et ce taux réduit sont accordés dans les conditions prévues dans l’art. 7-IV (4) du
CGI.

L’exonération et l’imposition au taux réduit précitées s’appliquent également dans les


conditions prévues à l’article 7-X ci-après, au chiffre d’affaires réalisé par les entreprises au
titre de leurs ventes de produits aux entreprises installées dans les zones franches
d’exportation. 


8
B2- les entreprises, autres que celles exerçant dans le secteur minier, qui vendent à
d’autres entreprises installées dans les plateformes d’exportation de produits finis destinés à
l’exportation bénéficient au titre de leur CA Réalisé avec lesdites plateformes :
➢ De l’exonération totale de l’IS pendant une période de 5 ans consécutifs, qui court à
compter de l’exercice au cours duquel la première opération de vente de produits finis a
été réalisée :
➢ et d’une imposition au taux réduit de 17,5% au-delà de cette période. Cette exonération
et le taux réduit sont accordés sous conditions prévues au l’art. 7-V (5) du CGI.
B3- Les entreprises hôtelières bénéficient au titre de leurs établissements hôteliers,
pour la partie de la base imposable correspondant à leur CA réalisé en devises dûment
rapatriées directement par elles, ou pour leur compte, par l’intermédiaire des agences de
voyage :

* de l’exonération totale de l’IS pendant la période de 5 ans consécutifs qui court à


compte de l’exercice au cour duquel la première opération d’hébergement a été réalisée
en devises :

* et de l’imposition à taux réduit 17,5% au-delà de cette période, cette exonération et


ce taux réduit sont accordés sous conditions prévues au IV de l’art.7 du CGI.

B4 - bénéficient également de l’exonération pendant 5 ans et de l’imposition


touristique à taux réduit :

- Les sociétés de services ayant le statut de « Casa Finance City » bénéficient au


titre de leur chiffre d’affaire à l’exportation et des plus-values mobilières nettes de
source étrangère réalisées au cours d’un exercice :
➢ De l’exonération totale de l’IS pendant les 5 ans consécutives à l’obtention du statut en
question :
➢ Et de l’imposition à taux réduit 8,75% au-delà de cette période.

c- Exonération permanente en matière d’impôts retenus à la source


Sont exonérées de l’IS retenu à la source :

C1- Les produits des actions parts sociétales et revenus assimilés suivants :

➢ Les dividendes et autres produits de participation similaire versés, mis à la société ayant
leur siège social au Maroc et soumises ou exonérées de l’IS, à des sociétés ayant leur siège
social au Maroc et soumises audit impôt, à condition qu’elles fournissent à la société
distributrice ou à l’établissement bancaire délégué une attestation de propriété de titre
comportant le numéro de leur identification à l’IS.

Ces produit sont compris dans les produits financiers de la société bénéficiaire, avec un
abattement de 100%, sous réserve de l’application de la condition précitée.

9
Il en est de même pour ces mêmes produits lorsqu’ils sont de source étrangère.

➢ Les sommes distribuées provenant des prélèvements sur les bénéfices pour
l’amortissement du capital des sociétés concessionnaires de services publics.
➢ Les sommes distribuées provenant des prélèvements sur les bénéfices pour le rachat
d’actions ou de part sociétaires des OPCVM et des organismes de placement collectif
immobilier (OPCI). 

➢ des dividendes perçus par les OPCVM.
➢ des dividendes perçus par les OPCR (organisme de placement en capital risque).
➢ des dividendes distribués par les banques offshores à leurs actionnaires.
➢ Les dividendes distribués par les société holding offshore à leurs actionnaires au prorata
du CA offshore correspondant aux prestations de service exonérées.
➢ Les dividendes et autres produits de participation similaires versés, mis à la disposition
ou inscrits en compte des non-résidents, par les sociétés installées dans les zones franche
d’exportation et provenant d’activités exercées dans lesdites zones.
➢ Les bénéfices distribués et les dividendes des titulaires d’une concession d’exportation
de gisements hydrocarbures et ceux des actionnaires dans les entreprises
concessionnaires d’exploitation desdites gisements.
➢ Les produits des actions appartenant à la banque Européenne d’investissement (BEI) suit
aux financements accordés par celles-ci au bénéfice d’investissements marocains et
européens, dans le cadre de programmes approuvés par le gouvernement.

C2 : les intérêts et autres produits similaires servis aux :

➢ Etablissements de crédits et organismes assimilés (Régis par la loi du 6 juillet 1993)


➢ Les OPCVM (les organismes de placement collectifs des valeurs mobilières)
➢ Les OPCR (organisme de placement en capital risque)
➢ OPCI organismes de placement collectif immobilier
➢ Les FPCT (les fonds de placement collectifs en titrisation)
➢ Les titulaires de dépôts et tous autres placements effectués en monnaies étrangères
convertibles auprès des banques offshores.

C3 : Les intérêts perçus par les sociétés non résidentes au titre :

➢ De prêts consentis à l’Etat ou garantis par lui ;


➢ De dépôts en devises ou en DH convertibles ;
➢ Des prêts octroyés en devises pour un délai supérieur à 10 ans ;
➢ Des prêts octroyés en devises par le BEI dans le cadre de projets approuvés par le
gouvernement.

C4 : Les droits de location et rémunérations similaires relatives à l’affrètement, la location


et la maintenance d’aéronefs affectés au transport international

d- Imposition permanent au taux réduit :

10
Elle concerne :

d1 :Les entreprises minières exportatrices bénéficient du taux réduit de 17,5% de l’IS


à compter de l’exercice au cours duquel la première opération d’exportation a été réalisée.

Bénéficient également de ce taux réduit les entreprises minières qui vendent leurs produits
à des entreprises qui lui exportent après leur valorisation.

4-2 Exonération et imposition au taux réduit temporaires

Trois cas sont à distinguer :

a- Exonération suivie de l’imposition temporaire au taux réduit :

a1 :Les entreprises qui exercent leurs activités dans la zone franches d’exportation
bénéficient :

* de l’exonération totale durant les 5 premiers exercices consécutifs à compter de la date du


début de leur exploitation.

* de l’imposition au taux de 8,75% pour les 20 exercices consécutifs suivants.

NB : les sociétés qui exercent leur activité au sein des zones franches dans le cadre d’un
chantier de construction ou de montage sont soumises à l’IS dans les conditions de droit
commun.

a2 :L’agence spécial Tanger- méditerranée ainsi que les sociétés intervenant dans la
réalisation, l’aménagement, l’exploitation et l’entretien du projet de la zone spéciale de
développement Tanger Med et qui s’installent dans les zones franches d’exportation,
bénéficient des mêmes avantages accordés aux entreprises installées dans les zones franches
d’exportation.

b-Exonération temporaire :

Ce type d’exonération est prévu dans les cas suivants :

b1 :Les titulaires, où les échéant les Co-titulaire de toute concession d’exploitation des
gisement d’hydrocarbures bénéficient d’une exonération de l’IS pendant une période de 10
ans consécutifs, courant à compter de la date de mise en production régulière de toute
concession d’exploitation.

b2 :Les sociétés exploitant des centres de gestion de comptabilité agrées sont


exonérées de l’IS au titre de leurs opérations pendant une période de 4 ans suivant la date de
leur agrément.

c-imposition temporaire au taux réduit :

11
C1 -Bénéficient du taux réduit de 17,5% de l’IS pendant les 5 premiers exercices
consécutifs suivant la date du début de leur exploitation :

*Les entreprises artisanales dont la production est le résultat d’un travail essentiellement
manuel.

*Les établissements privés d’enseignement ou de formation professionnelle.

Les sociétés sportives régulièrement constituées.

C2 -Bénéficient pour une période de 5ans , à compter de date d’obtention de permis


d’habiter du taux réduit 17,5% au titre des revenus provenant de la location des cités,
résidences et campus universitaires réalisés en conformités avec leur destination ,les
promoteurs immobiliers, personnes morales qui réalisent pendant une périodes maximum de
3 ans courant à compter de la date d’autorisation de construire, des opérations de
construction de cité résidences et campus universitaire constitué d’au moins 50 chambres
dont la capacité d’hébergement est au maximum de 2 lits par chambre dans le cadre d’une
convention conclue avec l’Etat, assortie d’un cahier de charge (conditions précisées au II de
l’Art.7)

C3 : Les banques offshores sont soumises en ce qui concerne leurs activités pour les
15 premières années consécutives suivant la date d’obtention de l’agrément :

- Soit à l’impôt au taux spécifique de 10% (Art. 19II B) ;


- Soit à l’impôt forfaitaire de l’équivalent de 25000$/an, libératoire de tous les
autres impôts et taxes sur les bénéfices ou revenus.

Après expiration du délai prévu 15 ans les banques offshores sont soumises à l’IS dans les
conditions du droit commun.

C4 : Les sociétés holding offshores sont soumises en ce qui concerne leurs activités
pendant les 15 premières années consécutives suivant la date de leur installation, à un impôt
forfaitaire de l’équivalent de 500$/an libératoire de tous les autres impôts et taxes.

Conditions :

➢ Avoir pour objet exclusif la gestion de portefeuille de titres et la prise de participation dans
des entreprises.
➢ Avoir un capital libellé en monnaie étrangères.
➢ Effectuer des opérations au profit des banques offshores ou des personnes physiques non
résidentes en monnaies étrangères convertibles.
➢ Remarque : après expiration du délai de 15 ans les sociétés holding offshores sont
soumises à l’IS dans les conditions de droit commun.

12
C5 : Les exploitations agricoles bénéficient du taux réduit de 17,5% pendant les 5ans
premières années consécutives à compter de la première année d’imposition.

4-3 : Réduction d’impôt en faveur des sociétés dont les titres sont introduits en bourse

a- Les sociétés qui introduisent leurs titres à la bourse des valeurs : par ouverture ou
augmentation du capital, bénéficient d'une réduction au titre de l'I.S pendant trois (3)
ans consécutifs à compter de l'exercice qui suit celui de leur inscription à la cote.

Le taux de ladite réduction est fixé comme suit :

- 25% pour les sociétés qui introduisent leurs titres en bourse par ouverture de leur capital

au public et ce, par la cession d'actions existantes ; 


- 50% pour les sociétés qui introduisent leurs titres en bourse par augmentation de capital

d'au moins 20% avec abandon du droit préférentiel de souscription, destinée à être diffusée

dans le public concomitamment à l'introduction en bourse desdites sociétés.

*Toutefois, sont exclus du bénéfice de la réduction citée, ci-dessus :

- les établissements de crédit ; 


- les entreprises d'assurance et de réassurances ; 


- les sociétés concessionnaires de services publics ; 


- les sociétés dont le capital est détenu totalement ou partiellement par l'Etat
ou une collectivité publique ou par une société dont le capital est détenu à au moins
50% par une collectivité publique. 


* Pour bénéficier de la réduction visée ci-dessus, les sociétés doivent fournir au service local
des impôts du lieu de leur siège social ou de leur principal établissement, en même temps que
la déclaration du résultat fiscal et du chiffre d'affaires, une attestation d'inscription à la cote
de la bourse des valeurs délivrée par la société gestionnaire prévue à l'article 4 de la loi n° 19-
14 relative à la bourse des valeurs, aux sociétés de bourse et aux conseillers en investissement
financier promulguée par le dahir n°1-16-151 du 21 kaada 1437( 25 août 2016).

* Par dérogation aux dispositions de l'article 232, la radiation des actions des sociétés visées
ci-dessus de la cote de la bourse avant l'expiration d'un délai de dix (10) ans qui court à
compter de la date de leur inscription à la cote entraîne la déchéance de la réduction d'impôt
prévue ci-dessus et le paiement du complément d'impôt sans préjudice de l'application de la
pénalité et des majorations de retard prévues à l'article 208 .

Toutefois, et au cas où la société produit une attestation délivrée par la société gestionnaire

13
prévue ci-dessus justifiant que la radiation des actions de la société a eu lieu pour des motifs
non imputables à la société, la déchéance de la réduction prend effet à partir de l'année de la
radiation.

*En effet, La société gestionnaire de la bourse est tenue de communiquer annuellement à


l'administration fiscale la liste des sociétés dont les actions sont radiées de la bourse et ce,
dans les quarante-cinq (45) jours qui suivent la date de la radiation, sous peine de l'application
des sanctions prévues à l'article 185 du CGI.

14