Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre 1.

Introduction à la
dynamique des rotors

Dr. Rassim BELAKROUM

1
Vibrations dans un système de rotor

Vibrations Vibrations de
de torsion flexion rotative
(tournoiement)

2
1.1. Mouvement de tournoiement des rotor
(Rotor whirling)
1.1.1. Origine du tournoiement
Quand un arbre tourne, il tend à fléchir et vibrer avec des
oscillations transversales qui le font tourbillonner autour de
son axe d’équilibre statique. Ce phénomène est appelé "
whirling", un mot anglais introduit par Rankine en 1869
dans la dynamique des rotors et qui veut dire
tournoiement . L’arbre aura donc un mouvement de
rotation autour de lui même qui est le mouvement de spin
et un autre mouvement de rotation autour de sa position
d’équilibre qui sera le mouvement orbital.
Le whirling résulte de plusieurs causes telles que les
balourds, les forces gyroscopiques, l’amortissement
d’hystérésis, les frottements dans les paliers, les raideurs
non-symétriques, etc. Il devient très dangereux quand Figure 1. Mouvement de tournoiement
l’amplitude des oscillations devient grande.
3
1.2. Les éléments d’un rotor
Les éléments de base des rotors sont l’arbre, les disques et les paliers.

 Le disque  Paliers
Le disque est supposé rigide. Seule
Les paliers qui supportent le système rotor agissent
son énergie cinétique est considérée.
sur l’arbre par des forces de réactions qui doivent être
 L’arbre prisent en considération.
L’arbre est assimilé à une poutre de
section circulaire et caractérisé par
ses énergies cinétique et potentielle.
 Le balourd
Le balourd peut être assimilé à une
masse mb située à la distance d du
centre géométrique de l’arbre. Son
énergie cinétique doit être prise en
compte.

4
Figure 2. Modélisation d’un système rotor

Figure 3. Modélisation d’une turbocompresseur 5


1.3. Modélisation des modèles simples
Le modèle de rotor le plus simple consiste en un arbre sans masse, au centre duquel se trouve un disque circulaire
rigide fixe et qui est supporté par des roulements rigides. Le modèle est appelé arbre Laval ou rotor Jeffcott. L'arbre
a une section circulaire, soit de diamètre constant sur toute sa longueur, soit de répartition symétrique des portions
étagées.
k : La rigidité à flexion

48 EI
k=
L3
où E est le module
d'Young, I est le deuxième
moment de l'aire de la
section transversale de
l'arbre et L est la portée
de l'arbre.
Figure 3. Modèle de Jeffcot-laval

6
 Trois coordonnées géométriques (x, y, θ) sont nécessaires pour définir la position du rotor de Jeffcott.

Par l’application de la deuxième loi de Newton, on obtient:

Pour le cas θ = ωt, c'est-à-dire lorsque le disque tourne à une vitesse de rotation constante, le modèle de Jeffcott se
réduit à un modèle de rotor à deux degrés de liberté. Physiquement, cela signifie que seule la vibration transversale
est prise en compte et que la vibration de torsion est ignorée. En considérant l'équilibre statique comme référence
pour le système d'axes, l'effet de la gravité pourrait être ignoré avec l'hypothèse d'une petite déflexion statique.

7
Pour le cas linéaire, on trouve:

(*)

Il convient de noter que les équations du mouvement ne sont pas couplées et que les mouvements peuvent être
analysés indépendamment dans deux plans transversaux (c'est-à-dire les plans z-x et y-z).

A partir des analyses de vibrations libres non amorties, on peut voir que, parce que le système est symétrique, le
système de rotor aura deux fréquences naturelles transversales égales, non amorties dans deux directions
orthogonales, qui sont:

Dans ce cas, une seule fréquence naturelle est observée lors du tournoiement du rotor dans deux plans orthogonaux.

8
 Rigidité équivalente de systèmes dynamiques simples

9
10
11
 Réponse permanente du rotor
Les réponses forcées en régime permanent peuvent être supposées comme suit:

En substituant dans le système d’équation *, on obtient:

On trouve:

12
De manière similaire, on trouve:

Ces amplitudes X et Y pourraient être tracées en fonction de la vitesse de rotation de l'arbre pour une compréhension
globale de la réponse. On peut voir aussi qu'en raison de la symétrie du rotor, nous avons X=Y=R et l'orbite est de
nature circulaire.

13
• Rapport d’amortissement: ξ =
C ω
• Rapport de fréquence:
2m ω n ωn
• Amplitude adimensionnelle: X = Y
e e

Figure. Amplitude adimensionnelle la réponse Figure. Angle de phase φ de la réponse permanente en


permanente en fonction du rapport de fréquences. fonction du rapport de fréquences.
14
15

Vous aimerez peut-être aussi