Vous êtes sur la page 1sur 61

RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES

Filière

Ingénieurs en Télécommunications

Option
Réseaux Mobiles

Etude et comparaison des performances


des systèmes multiporteuse OFDM et
OFDM/OQAM dans un environnement
radio-mobile à grande mobilité

Elaboré par :

Amine BENSALEM

Encadré par :

M. Mohamed SIALA

M. Hatem BOUJEMAA

Année universitaire : 2004/2005


SUP’COM

DEDICACES

A mon père,

à ma mère,

à mes soeurs et mon frère,

à toute ma famille

et à tous ceux qui m’aiment et que j’aime,

je dédie ce mémoire.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur i


SUP’COM

REMERCIEMENT

Le présent travail a été effectué dans le cadre de la préparation du diplôme d’ingénieur en


télécommunication, option Réseaux Mobiles, à l’Ecole Supérieure des Communications de Tunis
(SUP’COM).
Au terme de ce travail, je tiens à remercier mes encadreurs : Monsieur Mohamed SIALA,
maître de conférence à SUP’COM, et Monsieur Hatem BOUJEMAA, maître-assistant à
SUP’COM, pour leur encadrement, leur disponibilité et les précieux conseils qu’ils m’ont
prodigués.
Mes remerciements s’adressent également à tous mes enseignants pour m’avoir tant donné,
ainsi qu’au personnel de SUP’COM pour les moyens qu’ils ont mis à ma disposition pour mener
à terme mon travail.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur ii


SUP’COM

TABLES DES MATIERES

ABREVIATIONS ...........................................................................................................................1
INTRODUCTION GENERALE ..................................................................................................2
CHAPITRE 1 : MODELISATION DU CANAL RADIOMOBILE..........................................4
I. Introduction...............................................................................................................................4
II. Caractéristiques du canal radiomobile.....................................................................................4
III. Statistiques du canal ...............................................................................................................8
III.1. Profil de puissance multitrajet.........................................................................................8
III.2. Densité spectrale de puissance Doppler ........................................................................10
IV. Effets des caractéristiques du signal sur le choix du modèle de canal.................................12
V. Méthode de Jakes ..................................................................................................................14
VI. Conclusion ...........................................................................................................................16
CHAPITRE 2 : LES TECHNIQUES OFDM CONVENTIONNELLE ET OFDM/OQAM 17
I. Introduction.............................................................................................................................17
II. Système OFDM avec préfixe cyclique ..................................................................................17
II.1. Principe ...........................................................................................................................17
II.2. Génération du signal OFDM ..........................................................................................18
II.3. Préfixe cyclique ..............................................................................................................20
III. Système OFDM/OQAM ......................................................................................................22
III.1. Principe..........................................................................................................................22
III.2. Signal OFDM/OQAM...................................................................................................23
III.3. Orthogonalité.................................................................................................................24
III.4. La fonction IOTA (Isotropic Orthogonal Transform Algorithm) ................................24
IV. Conclusion ...........................................................................................................................26
CHAPITRE 3 : ETUDE THEORIQUE ET RESULTATS DES SIMULATIONS................27
I. Introduction.............................................................................................................................27
II. Modélisation du canal radio-mobile ......................................................................................27
II.1. Introduction ....................................................................................................................27
II.2. Modèle de la simulation .................................................................................................27
III. Etude théorique et validation de la théorie par simulation...................................................28

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur iii


SUP’COM

III.1. Cas de l’OFDM conventionnelle...................................................................................28


III.1.1. Modélisation du système ........................................................................................28
III.1.2. Calcul théorique du rapport signal sur interférence (SIR) .....................................30
III.1.3. Validation de la théorie par simulation ..................................................................32
III.1.3.1 Génération du canal..........................................................................................32
III.1.3.2. Génération d’un symbole OFDM....................................................................34
III.1.3.3. Détermination du SIR......................................................................................34
III.2. Cas de l’OFDM/OQAM................................................................................................35
III.2.1. Modélisation du système ........................................................................................35
III.2.2. Calcul théorique du SIR .........................................................................................37
III.2.2.1. Approche dispersive (Réception optimale) .....................................................37
III.2.2.2. Approche multiplicative (Réception sous-optimale).......................................39
III.2.3. Validation de la théorie par simulation ..................................................................42
III.2.3.1. Génération du canal.........................................................................................42
III.2.3.2. Génération du signal OFDM/OQAM..............................................................42
III.2.3.3. Détermination du SIR selon l’approche dispersive (optimale) .......................43
III.2.3.4. Approche multiplicative (sous optimale) ........................................................44
IV. Discussion ............................................................................................................................46
CONCLUSION GENERALE .....................................................................................................51
ANNEXES.....................................................................................................................................52
BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................................................54

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur iv


SUP’COM

LISTE DES FIGURES


Figure 1-1 Exemple de réponse impulsionnelle d’un canal multitrajet variable dans le temps.......5
Figure 1-2 Schéma de la réception radiomobile de plusieurs trajets................................................6
Figure 1-3 Relation entre φH (∆f ) et φh (τ ) .....................................................................................9
Figure 1-4 Relation entre φH (∆t ) et S H (λ ) ..................................................................................11
Figure 1-5 Densité spectrale de puissance Doppler pour le modèle de Jakes................................12
Figure 1-6 Classification des canaux multitrajets ..........................................................................14
Figure 1-7 Schéma d’un trajet constitué de N=12 rayons ..............................................................16
Figure 2-1 Comparaison des systèmes multiporteuses (gauche) et monoporteuses (droite) .........18
Figure 2-2 Spectre OFDM (N=5)...................................................................................................20
Figure 2-3 ISI du symbole i-1 sur le symbole i..............................................................................21
Figure 2-4 Principe du préfixe cyclique .........................................................................................21
Figure 2-5 Implémentation d’un système OFDM par FFT ............................................................22
Figure 2-6 Treillis OFDM/OQAM en temps et en fréquence comparé avec l’OFDM
conventionnelle sans préfixe cyclique [4] ..............................................................................23
Figure 2-7 Système OFDM/OQAM...............................................................................................24
Figure 2-8 La fonction IOTA (représentation linéaire)..................................................................25
Figure 2-9 La fonction IOTA (représentation logarithmique) .......................................................26
Figure 3-1 SIR théorique en fonction de Bd Tm pour l’OFDM conventionnelle ............................31
Figure 3-2 Organigramme illustrant les grandes lignes de la simulation pour le cas de l’OFDM
conventionnelle ......................................................................................................................32
Figure 3-3 SIR théorique et simulé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM conventionnelle.............35
Figure 3-4 SIR théorique et approximé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon
l’approche dispersive..............................................................................................................38
Figure 3-5 SIR théorique et approximé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon
l’approche multiplicative........................................................................................................41
Figure 3-6 Organigramme illustrant les grandes lignes de la simulation pour le cas de
l’OFDM/OQAM.....................................................................................................................42
Figure 3-7 SIR théorique et simulé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon l’approche
dispersive................................................................................................................................44
Figure 3-8 SIR théorique et simulé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon l’approche
multiplicative..........................................................................................................................45
Figure 3-9 SIR selon l’approche dispersive et l’approche multiplicative du système
OFDM/OQAM .......................................................................................................................46
Figure 3-10 SIR du système OFDM conventionnel et du système OFDM/OQAM (approche
multiplicative) ........................................................................................................................48
Figure 3-11 SIR du système OFDM conventionnel pour Tg = Tm et du système OFDM/OQAM
(approche multiplicative) .......................................................................................................49
Figure 3-12 SIR du système OFDM conventionnel pour différentes valeurs de Tg , et du système
OFDM/OQAM (approche multiplicative) .............................................................................50

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur v


SUP’COM

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 3-1 Paramètres du système OFDM utilisés pour la simulation ........................................29


Tableau 3-2 Paramètres du canal ‘Pedestrian A’ ...........................................................................29
Tableau 3-3 Paramètres du système OFDM/OQAM utilisés pour la simulation...........................37

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur vi


SUP’COM Abréviations

ABREVIATIONS

CDMA: Code Division Multiple Access


DFT : Discrete Fourrier Transform
FDMA: Frequency Division Multiple Access
FFT : Fast Fourrier Transform
ICI : Inter Carrier Interference
IFFT : Inverse Fast Fourrier Transform
IOTA: Isotropic Orthogonal Transform Algorithm
ISI : Inter Symbol Interference
OFDM : Orthogonal Frequency Division Multiplexing
OFDM/OQAM : Orthogonal Frequency Division Multiplexing/Offset Quadrature Ampliude
Modulation
QPSK : Quadrature Phase Shift Keying
SIR : Signal to Interference Ratio
TDMA : Time Division Multiple Access
WLAN: Wireless Local Area Network

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 1


SUP’COM Introduction générale

INTRODUCTION GENERALE

Les communications numériques sont entrain d’envahir la quasi-totalité des domaines


d’activités et la demande pour des systèmes de transmissions assurant des très hauts débits avec
une qualité de service importante ne cesse de croître. Ceci a motivé la recherche de nombreux
schémas de transmissions capables de supporter des transmissions à large bande et tenant compte
des caractéristiques du canal de propagation radio mobile. En outre, le canal de propagation est
généralement partagé ce qui nécessite des techniques d’accès multiples pour permettre plusieurs
transmissions simultanées.
Plusieurs techniques d’accès existent et peuvent être grossièrement divisées en 3
catégories : multiplexage en temps (TDMA), par code (CDMA) et en fréquence (FDMA). La
technique TDMA (Time Division Multiple Access) est utilisée dans la plupart des systèmes
radio-mobiles de 2ème génération alors que la technique CDMA a été adoptée par les systèmes
cellulaires de 3ème génération. Le multiplexage en fréquence a été popularisé avec le succès des
systèmes dits OFDM. La technique OFDM consiste à transmettre des données numériques en les
modulant sur un grand nombre de porteuses orthogonales entre elles. Elle est bénéfique pour les
transmissions sur des canaux très sélectifs en fréquence qui comportent des trajets multiples.
C’est pourquoi on trouve cette technique dans les normes de diffusion numérique du son DAB
(Digital Audio Broadcasting), de télévision numérique terrestre DVB-T (Digital Video
Broadcasting Terrestrial) et de réseaux locaux sans fil WLAN. Cette technique, qualifiée ici
d’OFDM conventionnelle, utilise une forme d’onde rectangulaire parfaitement localisée en temps
mais mal localisée en fréquence. En conséquence de quoi, elle n’a pas été adoptée dans les
communications radiomobiles vu sa sensibilité à la sélectivité temporelle (variations très rapides
en temps) du canal de propagation, entraînée par le mouvement des stations mobiles. Le désir
actuel d’utiliser cette technique dans les systèmes radiomobiles de 4ème génération a motivé la
recherche de nouvelles formes d’onde bien localisées en temps et en fréquence. L’OFDM/OQAM
est une technique qui autorise ce type de forme d’onde. Pour percevoir son intérêt, on doit
évaluer les gains apportés par cette technique par rapport à l’OFDM conventionnelle dans le
cadre de canaux de propagation à la fois sélectifs en temps et en fréquence.
C’est dans ce cadre que se situe ce projet qui a pour but d’étudier et d’évaluer les
performances des deux systèmes OFDM conventionnel, avec préfixe cyclique, et OFDM/OQAM

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 2


SUP’COM Introduction générale

modulé par une fonction prototype dite IOTA dans un environnement radiomobile en présence
d’une très forte mobilité des terminaux. La comparaison est faite en terme d’interférence inter-
symbole et inter-porteuse causées par la transmission à travers un canal multitrajet variable dans
le temps.
A cette fin, on définit au premier chapitre les caractéristiques du canal de propagation. Le
chapitre 2 explicite le principe de l’OFDM conventionnelle et de l’OFDM/OQAM. Dans le
chapitre 3, on commence par choisir le modèle de canal à simuler. On propose ensuite une étude
théorique de l’interférence afin de déduire l’expression du rapport signal sur interférence pour
chaque système. Une simulation est effectuée dans chaque cas afin de valider les résultats
théoriques. On présente les différentes étapes ainsi que les paramètres de la simulation permettant
d’aboutir au rapport signal sur interférence. On compare enfin les performances du système
OFDM conventionnel à celles du système OFDM/OQAM en terme de rapport signal sur
interférence pour percevoir l’intérêt de chaque technique. On mettra l’accent sur les limites de
l’OFDM avec préfixe cyclique ainsi que les gains apportés par l’OFDM/OQAM pour les
systèmes à forte mobilité.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 3


SUP’COM Chapitre 1

CHAPITRE 1 : MODELISATION DU CANAL RADIOMOBILE

I. Introduction
Avant d’exposer le principe de l’OFDM, nous allons donner quelques caractéristiques du
canal pour lequel ce type de systèmes est intéressant.
Le signal émis à travers le canal radiomobile subit différentes sortes de fluctuations. On distingue
les fluctuations rapides du champ instantané dues aux multiples réflecteurs (immeubles,
véhicules,…) et les variations lentes du champ moyen dues aux masques (bâtiments, collines,…)
entre l’émetteur et le récepteur et l’atténuation de parcours. Les fluctuations lentes déterminent la
zone de couverture d’un émetteur. Elles sont prises en compte dans la définition des motifs
cellulaires, et le cas échéant peuvent être maîtrisées grâce au contrôle de puissance ou au
handover. Les fluctuations rapides, au contraire, sont difficiles à compenser au préalable. Elles
sont donc la principale cause des erreurs de transmission. Ce sont elles qui sont essentiellement
prises en compte lors de la conception des systèmes de transmission.
Dans ce chapitre, on introduit les différentes caractéristiques du canal radiomobile, on mettra
l’accent sur le rapport qu’il peut y avoir entre les caractéristiques du signal à émettre et celle du
canal. On présente ensuite le modèle de Jakes pour générer la composante à petite échelle
(multitrajets avec évanouissements rapides de Rayleigh) du canal de propagation.

II. Caractéristiques du canal radiomobile


Si on transmet un signal de support temporel extrêmement petit, une impulsion dans le cas
parfait, à travers un canal à trajets multiples, le signal reçu apparaîtra comme un train
d’impulsions. La première caractéristique de ce genre de canal est donc la dispersion temporelle.
La deuxième caractéristique est due à la variation temporelle du canal ; ceci est dû au
déplacement du mobile ou des obstacles (les véhicules par exemple) dans l’entourage de celui-ci.
Si on répète la transmission du même signal à des instants assez éloignés, non seulement les
signaux reçus seront différents mais la différence entre eux sera aléatoire. Cette différence se
résume en effet par la variation des amplitudes des impulsions reçues, des différents délais qui

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 4


SUP’COM Chapitre 1

leurs correspondent, et éventuellement, le changement du nombre d’impulsions reçues [1]. Une


description de la variation au cours du temps de la réponse impulsionnelle du canal à trajets
multiples est illustrée sur la figure 1-1. A partir du signal émis à l’instant t = t0 par exemple, on
reçoit trois trajets atténués et retardés. Ces atténuations et ces retards sont différents de ceux des
signaux émis aux instants t = t0 + α et t = t0 + β .

Signal émis Signal reçu

t = t0 t = t1 t = t1 +τ12
t = t1 + τ 11

t = t0 + α t = t2 t =t2 +τ22

t =t2 +τ21 t =t2 +τ23

t = t0 + β t = t3 t = t3 + τ 31

Figure 1-1 Exemple de réponse impulsionnelle d’un canal multitrajet variable dans le temps

Le signal reçu peut être représenté comme la superposition d’un grand nombre de
répliques atténuées et retardées du signal émis. Ces atténuations et ces retards sont variables dans
le temps puisque l’environnement du mobile change, entre autres, avec son déplacement. Ceci est
appelé l’effet Doppler. Supposons que le mobile se déplace à la vitesse v et qu’il reçoive les
ondes issues d’un même signal dans toutes les directions possibles θ n c’est-à-dire que le canal

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 5


SUP’COM Chapitre 1

v
est dispersif. L’onde reçue dans la direction θ n subit un décalage de fréquence égal à f c cos θ n
c
et le signal reçu par le mobile est la somme de toutes ces ondes. Ce phénomène est représenté
dans la figure 1-2.

θ2

θ1
θn Direction du mouvement

Trajet n Mobile se déplaçant à la vitesse v

Figure 1-2 Schéma de la réception radiomobile de plusieurs trajets

De façon générale, le signal émis s (t ) s’écrit :

s (t ) = Re [u (t ) exp(2 jπ f c t )] (1.1)

u (t ) étant sa représentation en bande de base, f c la fréquence porteuse d’émission et Re [ ] est


l’opérateur partie réelle.
Le signal reçu est la somme des signaux issus des différents chemins :

x(t ) = α n (t ) s (t − τ n (t ))e j k n OM (t )
(1.2)
n

où α n (t ) et τ n (t ) sont respectivement le facteur d’atténuation et le délai de propagation du signal


reçu sur le nème trajet,
vt
OM (t ) =
0
et

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 6


SUP’COM Chapitre 1


cos(θ n )
kn =
λ

sin(θ n )
λ
sont respectivement le vecteur déplacement et le vecteur d’onde et λ est la longueur d’onde.
Le signal x(t) peut aussi s’écrire :

x(t ) = Re α n (t )e j 2π ( f D cos(θ n ) t − f cτ n ( t ))
u (t − τ n (t )) e2 jπ fct (1.3)
n

L’expression entre crochets montre que le signal en bande de base subit des atténuations α n , des

retards τ n et des déphasages −2 jπ f cτ n qui dépendent tous du temps.

Il apparaît que l’expression en bande de base du signal reçu est


r (t ) = α n (t ) e j 2π ( f D cos(θ n ) t − f cτ n ( t ))
u (t − τ n (t )) (1.4)
n

A partir de cette formule on peut définir la réponse impulsionnelle en bande de base du canal :
h(τ , t ) = α n (t ) e j (2π f D cos(θ n ) t +ϕ n ( t ))
δ (τ − τ n (t )) (1.5)
n

où ϕ n (t ) = −2 jπ f cτ n (t ) .

Notons que ϕ n (t ) varie de 2π rad chaque fois que τ n (t ) varie de 1/ f c . Or 1/ f c a généralement

une valeur très faible et ϕ n (t ) peut donc varier de 2π rad même pour une variation infime des
délais. Le phénomène d’évanouissement résulte essentiellement de la variation temporelle de la
phase. Selon sa valeur, les trajets se compensent ou s’additionnent, et par conséquent augmentent
ou diminuent le niveau du signal. Les atténuations α n (t ) et les délais τ n (t ) varient, eux aussi,
aléatoirement. Ceci fait que le signal reçu donné par (1.4) est un processus aléatoire. Quand il y a
un nombre assez grand de trajets correspondant à un grand nombre de réflecteurs, ce qui est le
cas dans la pratique, on peut appliquer le théorème de la limite centrale et approximer r (t ) par un
processus aléatoire, complexe gaussien. Remarquons aussi qu’en réalité, α n (t ) constitue la
2
somme des amplitudes de sous trajets ayant le même retard : α n (t ) ≈ N (0, E ( α n )) . La réponse

impulsionnelle h(τ , t ) du canal est donc un processus aléatoire, complexe gaussien par rapport à
la variable t . Quand h(τ , t ) est de moyenne nulle, c'
est-à-dire quand il n’y a pas de trajet direct

(LOS : Line Of Sight), son enveloppe h(τ , t ) suit une loi de Rayleigh. Dans le cas où il y a un

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 7


SUP’COM Chapitre 1

trajet fixe, un trajet en vision directe qui relie directement l’antenne de la station de base et le
mobile par exemple, en plus des trajets réfléchis, diffusés ou diffractés, la moyenne de h(τ , t )
n’est plus nulle et l’enveloppe suit une loi de Rice.

III. Statistiques du canal


III.1. Profil de puissance multitrajet
La fonction d’autocorrélation du processus h(τ , t ) supposé stationnaire au sens large est
définie [1] par
φh (τ 1 ,τ 2 ; ∆t ) = E (h∗ (τ 1 , t )h(τ 2 ; t + ∆t ) (1.6)

Dans la majorité des médias de transmission radio, en particulier dans le cas du canal radiomobile,
l’atténuation et la dispersion de phase du trajet associé au délai τ 1 sont décorrélées de celles du

trajet associé au délai τ 2 . Ce phénomène, appelé dispersion décorrélée (en Anglais uncorrelated
scattering), conduit au résultat suivant
E h* (τ 1 ; t )h(τ 2 ; t + ∆t ) = φh (τ 1 ; ∆t )δ (τ 1 − τ 2 ) (1.7)

Remarquons que si on prend ∆t = 0 , la fonction d’autocorrélation résultante φh (τ , 0) ≡ φh (τ ) n’est


autre que le profil de puissance multitrajet du canal (en Anglais Multipath power profile). En
général φh (τ , ∆t ) exprime la puissance moyenne à la sortie du canal, quand le signal d’entrée est
une impulsion, en fonction du délai τ et de la différence ∆t dans le temps d’observation.
L’étendue des valeurs de τ pour lesquelles φh (τ ) est essentiellement non nulle est appelée

étalement du délai des multitrajets (en Anglais Multipath delay spread) du canal et est noté Tm .
Une autre méthode pour caractériser la variation dans le temps du canal multitrajets provient de
sa fonction de transfert qui est la transformé de fourrier de sa réponse impulsionnelle
+∞
H ( f ,t) = h(τ , t ) e−2 jπ f τ dτ (1.8)
−∞

Comme h(τ , t ) est un processus gaussien de moyenne nulle par rapport la variable t , il s’en suit
que H ( f , t ) a les mêmes statistiques. Donc, sous la même hypothèse, c'
est-à-dire que le canal est
stationnaire au sens large, la fonction d’autocorrélation dans l’espace fréquence-temps est donné
par [1]
φH ( f1 , f 2 ; ∆t ) = E ( H * ( f1 ; t ) H ( f 2 ; t + ∆t ) (1.9)

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 8


SUP’COM Chapitre 1

Dans le cas d’une dispersion décorrélée l’annexe 1.A montre que cette fonction s’exprime
comme suit
+∞
φH ( f1 , f 2 ; ∆t ) = φh (τ , ∆t ) e − j 2π∆f τ dτ ≡ φH (∆f , ∆t ) (1.10)
−∞

où ∆f = f1 − f 2 . En prenant ∆t = 0 et en notant φH (∆f ;0) = φH (∆f ) , on obtient la relation


+∞
φH (∆f ) = φh (τ ) e −2 jπ∆f τ dτ (1.11)
−∞

Puisque φH (∆f ) est une fonction d’autocorrélation de la variable fréquentielle et qui ne dépend

que de l’écart ∆f = f1 − f 2 , elle nous renseigne directement sur la bande de cohérence du canal.
La bande de cohérence du canal étant la bande minimale qui doit séparer deux signaux émis pour
que les distorsions subites par l’un soient décorrélées de celle subites par l’autre, est donc égale
au support ( ∆f )c de φH (∆f ) . Comme φH (∆f ) est la transformé de Fourrier de φh (τ ) , leurs

supports sont donc inversement proportionnels, ce qui permet d’écrire la relation


1
( ∆f )c ≈ (1.12)
Tm
Un exemple de cette relation est représenté dans la figure 1.3.

φH (∆f ) φh (τ )
Transformé
de Fourier
φH (∆f ) φh (τ )

∆f τ
0 0 Tm
1
( ∆f )c ≈
Tm

Figure 1-3 Relation entre φH (∆f ) et φh (τ )

Deux sinusoïdes séparées en fréquences par plus de ( ∆f )c seront donc affectées différemment

par le canal. Quand le signal transmis est porteur d’information, si sa bande est très petite par
rapport à ( ∆f )c , le canal est dit non sélectif en fréquence. Dans le cas contraire, c'
est-à-dire

quand ( ∆f )c est très faible par rapport à la bande du signal transmis, le canal est dit sélectif en

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 9


SUP’COM Chapitre 1

fréquence. Dans ce dernier cas, les distorsions causées par le canal seront sévères et non corrélées
d’un segment de la bande à l’autre, ce qui en dépit des inconvénients apparents offre
l’opportunité de bénéficier d’une diversité « naturelle » en quelque sorte puisque les atténuations
causées par le canal à trajets multiples sont décorrélées et varient assez rapidement.

III.2. Densité spectrale de puissance Doppler

Les variations temporelles du canal mesurées par le paramètre ∆t dans φH (∆f ; ∆t )

constituent l’effet Doppler. Notons S H (∆f ; λ ) la transformé de Fourrier de φH (∆f ; ∆t ) par

rapport à la variable ∆t . On a
+∞
S H (∆f ; λ ) = φH (∆f ; ∆t ) e− j 2πλ∆t d ∆t (1.13)
−∞

En prenant ∆f = 0 et en notant S H (0; λ ) ≡ S H (λ ) et φH (0; ∆t ) ≡ φH (∆t ) , on obtient


+∞
S H (λ ) = φH (∆t ) e − j 2πλ∆t d ∆t (1.14)
−∞

La fonction S H (λ ) est le spectre de puissance Doppler du canal. Elle renseigne sur l’intensité du

signal en fonction de la fréquence Doppler λ . La fonction φH (∆t ) est l’autocorrélation


temporelle du canal. Elle ne dépend que de l’écart ∆t et renseigne par conséquent sur le temps de
cohérence du canal. Le temps de cohérence du canal étant le plus petit intervalle de temps qui
doit séparer l’émission de deux signaux afin que les distorsions subites par l’un soient décorrélées
de celles subites par l’autre. Il est donc égal au support ( ∆t )c de φH (∆t ) . Observons que lorsque

le canal est invariant dans le temps, φH (∆t ) = 1 et S H (λ ) sera égale à la fonction δ (λ ) de Dirac.
C’est ce qui explique que lorsqu’il n’y a pas de variations temporelles dans le canal, on n’observe
pas d’élargissement de spectre sur le signal reçu.
La bande de fréquence BD sur laquelle S H (λ ) est essentiellement non nulle est l’étalement de

Doppler du canal. Du fait que S H (λ ) est la transformée de Fourrier de φH (∆t ) , on déduit la


relation suivante entre le temps de cohérence du canal et son étalement de Doppler :
1
( ∆t )c ≈ (1.15)
BD

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 10


SUP’COM Chapitre 1

La densité spectrale de puissance Doppler du canal radiomobile est donnée, dans le cas d’une
dispersion décorrélée, par la transformée de Fourrier de φh (τ ; ∆t ) par rapport à la variable ∆t .
Elle s’exprime comme suit
+∞
S (τ , λ ) = φh (τ , ∆t )e− j 2πλ∆t d ∆t (1.16)
−∞

Lorsqu’il y a découplage entre dispersion en temps et dispersion en fréquence, on peut écrire

h ( ; t) h ( ) ( t)
et
S( ; ) h ( ) ( ),

où (t ) est la fonction d’autocorrélation normalisée d’un trajet due à l’effet Doppler et ( ) est
la dispersion normalisée en fréquence due à l’étalement Doppler.
En prenant τ = 0 , on obtient la relation qui relie la fonction d’autocorrélation temporelle φH (∆t )
du canal à sa densité spectrale de puissance Doppler S (λ ) ≡ S (0, λ ) . La figure 1-4 illustre un
exemple de cette relation.

φH (∆t ) S H (λ )
Transformée
de Fourier
φH (∆t ) S H (λ )

∆t λ
0 0
1
( ∆t )c ≈ BD
BD

Figure 1-4 Relation entre φH (∆t ) et S H (λ )


Un modèle souvent utilisé pour la densité spectrale de puissance Doppler du canal radiomobile
est celui de Jakes. Dans ce modèle, la fonction d’autocorrélation classique de la fonction de
transfert H ( f , t ) est donnée par [1]
φH (∆t ) = J 0 (2π f D ∆t ) (1.17)

où J 0 (.) est la fonction de Bessel de première espèce d’ordre zéro et f D = BD / 2 est la fréquence
Doppler maximale. La densité spectrale de puissance Doppler est donc donnée par

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 11


SUP’COM Chapitre 1

1 1
si λ < f D
π fD λ
2

S (λ ) = 1− (1.18)
fD
0 sinon

Le spectre de Jakes est représenté à la figure 1-5.


4

3.5

2.5
S(λ / fD)

1.5

0.5

0
-1 -0.8 -0.6 -0.4 -0.2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
Fréquence normalisée : λ / f
D

Figure 1-5 Densité spectrale de puissance Doppler pour le modèle de Jakes

IV. Effets des caractéristiques du signal sur le choix du modèle de canal


L’expression du signal reçu est donnée par
+∞
r (t ) = h(τ ; t )u (t − τ )dτ (1.19)
−∞

ou encore
+∞
r (t ) = H ( f ; t )U ( f )e j 2π ft df (1.20)
−∞

où u (t ) est l’équivalent en bande de base du signal émis et U ( f ) son contenu fréquentiel.


Si on transmet de l’information numérique à travers le canal, en modulant u (t ) (que ce soit en
amplitude ou en phase) à la rapidité 1/ T , où T est la durée symbole, il apparaît à partir de (1.20)
que le canal variant dans le temps caractérisé par la fonction de transfert H ( f ; t ) cause des
distorsions sur le signal U ( f ) . Si la bande W de U ( f ) est supérieure à la bande de cohérence

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 12


SUP’COM Chapitre 1

( ∆f )c du canal, le signal sera sujet à des distorsions en amplitude et en phase. C’est dans ce cas

précis que le canal est dit sélectif en fréquence. D’autre distorsions sont causées par la variation
au cours du temps de H ( f ; t ) . Ce sont les distorsions causées par les évanouissements (en
Anglais fading). Si ces variations sont rapides (c'
est-à-dire que le temps de cohérence du canal est
très petit par rapport à la durée symbole), le canal est dit à évanouissements rapides. Dans le cas
contraire, il est à évanouissements lents. La sélectivité en fréquence et les évanouissements sont
donc deux types différents de distorsion. La sélectivité en fréquence dépend en effet de
l’étalement des trajets multiples ou d’une manière équivalente de la largeur de la bande de
cohérence ( ∆f )c du canal par rapport à la bande du signal reçu. Les évanouissements dépendent

de la variation temporelle du canal qui est caractérisée par le temps de cohérence ( ∆t )c du canal

et d’une manière équivalente par l’étalement Doppler BD .

L’effet du canal sur le signal transmis u (t ) dépend de la bande W du signal et de la durée

symbole T . Si par exemple ces deux grandeurs vérifient W ( ∆f )c et T ( ∆t )c , le canal sera


non sélectif en fréquence et à évanouissements lents. Comme W ≈ 1/ T , ces deux conditions
impliquent que ( ∆f )c ( ∆t )c > 1 , ou en d’autres termes, BDTm < 1 . La grandeur BDTm est le facteur

de dispersion du canal (en Anglais spread factor).


La figure 1-6 résume les notions rencontrées si dessus.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 13


SUP’COM Chapitre 1

Canal sélectif en Canal sélectif en


fréquence et à fréquence et à
évanouissements lents évanouissements rapides

Bc
Canal non sélectif en Canal non sélectif en
fréquence et à fréquence et à
évanouissements lents évanouissements rapides

T
Tc

Figure 1-6 Classification des canaux multitrajets

V. Méthode de Jakes
Si on suppose que le récepteur se déplace à une vitesse constante et que son antenne reçoit
un nombre infini d’ondes diffusées avec des angles d’arrivée uniformément distribués, alors le
spectre de la puissance reçue a la forme du spectre de Jakes.
En première approximation, le gain complexe d’un trajet est obtenu en sommant les gains des
différentes réflexions uniformément réparties sur un cercle :
N −1 N −1
a(t)= α k e j (2π f D sin (θ k ) t +ϕ k )
= α k e jϕ e j 2π f
k D sin (θ k )t
(1.21)
k =0 k =0

où α k est une variable aléatoire gaussienne complexe. On suppose que les angles d’arrivée des

2π k
trajets sont uniformément distribuées sur [ 0, 2π ] : θ k = , k = 0..N − 1 . Enfin les déphasages
N
ϕk sont des variables aléatoires uniformes sur [0, 2π [ .
Une valeur de N ≥ 6 permet d’obtenir une variable complexe de loi gaussienne dont l’enveloppe
suit une loi de Rayleigh. Plus précisément, la valeur de N est déterminée de façon que la
fonction d’autocorrélation de (1.21) approche la fonction d’autocorrélation donnée en (1.17),

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 14


SUP’COM Chapitre 1

donc de sorte que sa densité spectrale de puissance approche la fonction donnée par (1.18).
L‘algorithme de Jakes nous garanti une bonne approximation à partir de N = 34 .
Pour simplifier, on commence par tirer les phases θ k de façon à ce qu’on apparie les termes du
quadrant principal de la figure 1-7 avec ceux des trois quadrants secondaires. Il faut en effet noter
qu’un réflecteur du quadrant principal peut être apparié avec un autre réflecteur d’un autre
quadrant, possédant soit la même fréquence Doppler, soit une fréquence Doppler opposée. Pour
2π k π
ce faire, on prend N multiple de 4 et θ k = + . Ainsi, comme indiqué sur la figure 1-7, le
N N
2π k π
réflecteur du quadrant principal à la position θ k = + , 0 ≤ k ≤ N / 4 − 1 , peut être apparié
N N
avec les réflecteurs des autres quadrants aux positions angulaires π − θ k , π + θ k et 2π − θ k .
Comme les deux quadrants de droite contiennent des réflecteurs conduisant aux mêmes
fréquences Doppler que les deux quadrants de gauche, on ne retient, par souci de simplicité, que
2π k π
ceux de droite. Les réflecteurs correspondants sont aux positions angulaires θ k = + et
N N
2π − θ k , 0 ≤ k ≤ N / 4 − 1 . La sommation sur les N trajets de la formule (1.21) peut être donc
réduite à une sommation sur N / 2 trajets :
N / 4 −1 N −1
a (t ) = α k e jϕ e j 2π f
k D sin (θ k )t
+ α k e jϕ e j 2π f
k D sin (θ k )t
(1.22)
k =0 k =3 N / 4

Pour simplifier encore et sans perte de généralité, on prend α k = 1 . L’annexe 1.B montre que
a (t ) s’exprime alors comme suit

2β K −1
a(t ) = e jφk cos [ 2π f D sin(θ k )t + ψ k ] (1.23)
K k =0

N ϕ + ϕ N −1−k π /2 π /4
où β est la puissance moyenne du trajet, K = , φk = k , θk = k+ et
4 2 K K
ϕk − ϕ N −1− k
ψk = .
2
L’avantage de cette méthode c’est qu’elle permet une réduction de complexité. En effet, on ne va
générer que le 1/ 4 du nombre total de rayons. De plus, le terme en exponentiel est remplacé par
sa partie réelle (cosinus).

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 15


SUP’COM Chapitre 1

Direction du mobile

θk
π /N

Figure 1-7 Schéma d’un trajet constitué de N=12 rayons

VI. Conclusion
On a détaillé au cours de ce chapitre les différentes caractéristiques du canal radiomobile.
Notamment, on a mis l’accent sur les notions de temps de cohérence, de bande de cohérence, et
de phénomène de sélectivité en temps et en fréquence.
Comme on se propose dans ce projet d’étudier les performances des systèmes OFDM et
OFDM/OQAM dans le cadre d’un canal multitrajet à grande mobilité, le deuxième chapitre sera
alors consacré à la présentation des principes des techniques OFDM et OFDM/OQAM.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 16


SUP’COM Chapitre 2

CHAPITRE 2 : LES TECHNIQUES OFDM CONVENTIONNELLE


ET OFDM/OQAM

I. Introduction
L’OFDM est une technique de transmission multiporteuses où le spectre est divisé en
plusieurs sous porteuses, chacune modulée avec un flux de données bas débit. Le principe est
donc similaire à FDMA mais OFDM utilise le spectre plus efficacement car les canaux sont
moins séparés les uns des autres. Ceci est possible car les porteuses sont orthogonales entre
elles et donc les interférences entre canaux proches sont réduites. Chaque porteuse a de plus,
une bande passante faible par rapport à la bande totale utilisée, ce qui provoque une grande
tolérance aux problèmes de multitrajets.
Dans ce chapitre, on introduit le système OFDM conventionnel en insistant sur les
caractéristiques du signal ainsi que le préfixe cyclique ajouté. On définit ensuite la technique
OFDM/OQAM en caractérisant le signal généré dans le cas de la fonction prototype IOTA.

II. Système OFDM avec préfixe cyclique


II.1. Principe
Le principe de l’OFDM conventionnelle est illustré à la figure 2-1. Il consiste à diviser un
flux de symboles à la cadence 1/ T en N flux de symboles à la cadence 1/ NT chacun. On
transmet ainsi N symboles en parallèle sur une durée NT . La bande passante est donc divisée
en N sous-bandes inférieures chacune à la bande de cohérence du canal (pourvu que N soit
suffisamment grand), ce qui explique la robustesse de cette modulation en présence de canaux
sélectifs en fréquence.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 17


SUP’COM Chapitre 2

Symbole 1

Symbole N
Symbole 1
Fréquence

Symbole N

Temps

Figure 2-1 Comparaison des systèmes multiporteuses (gauche) et monoporteuses (droite)

II.2. Génération du signal OFDM


Un symbole (ou bloc) OFDM consiste en une somme de N sous-porteuses modulées
QPSK ou QAM. C’est pourquoi l’OFDM conventionnelle est appelée aussi OFDM/QAM. Soient
xm ,k , avec k ∈ [ 0, N − 1] , le mième symbole complexe envoyé à travers la kième sous porteuse et Ts

la durée du symbole OFDM. Les sous-porteuses sont distantes de ∆f et sont centrées autour
de f c , la fréquence porteuse du système. Les sous-porteuses se trouvent alors aux fréquences

N N
fc − ∆f ,..., f c ,..., f c + ( − 1)∆f (on suppose N pair). Le signal OFDM en bande de base
2 2
s’écrit alors :
+∞ N / 2 −1
x(t ) = xm , p + N / 2 rect[mTs ,( m +1)Ts ] exp( j 2π p∆ f t ) (2.1)
m =−∞ p =− N / 2

En utilisant la base orthogonale


ϕ m, p (t ) = rect[mT ,( m +1)T ] exp( j 2π p∆f t )
s
(2.2)

le signal OFDM s’écrit


+∞ N / 2 −1
x(t ) = xm, p + N / 2ϕm, p (t ) (2.3)
m =−∞ p =− N / 2

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 18


SUP’COM Chapitre 2

On s’intéresse maintenant à la réception d’un symbole OFDM défini par


N / 2 −1
x(t ) = x p + N / 2 exp( j 2π p∆ f t ) , 0 ≤ t ≤ Ts (2.4)
p =− N / 2

Supposons à présent une synchronisation parfaite et une réception cohérente. Le récepteur


récupère le symbole xq + N / 2 en calculant

Ts N / 2 −1 Ts
x(t ) exp(− j 2π q∆f t )dt = xp+ N / 2 exp( j 2π ( p − q)∆f t )dt (2.5)
0 0
p =− N / 2

Cette valeur doit être égale (à un facteur multiplicatif près) à xq + N / 2 , imposant ainsi la condition :
Ts
exp( j 2π ( p − q)∆f t )dt = Aδ K ( p − q) (2.6)
0

où δ K ( ) est le symbole de Kronecker.

Si p = q , l’égalité est satisfaite et le facteur multiplicatif A vaut Ts . Si p ≠ q , il faut imposer la


condition suivante :
Ts
exp( j 2π ( p − q)∆f t )dt = 0 (2.7)
0

qui se traduit par


exp( j 2π ( p − q)∆f Τs ) = 1 (2.8)
et donc par
2π ( p − q)∆f Τs = 2π n (n ∈ Ν) (2.9)
En cherchant l’espacement minimal entre sous porteuses et donc l’efficacité spectrale maximale,
on prend ( p − q ) = n . On trouve alors la condition d’orthogonalité :
1
∆f = (2.10)
Ts
En introduisant cette condition dans (2.1), et en prenant la transformée de Fourier, on trouve le
spectre du signal OFDM, illustré à la figure 2-2 pour N = 5 . On y observe que les sous-porteuses
satisfont dans le domaine fréquentiel le critère de Nyquist pour l’interférence entre symboles :
aux multiples de 1/ Ts , un seul parmi les N spectres est non nul. Le critère étant respecté ici en
fréquentiel, au lieu de l’interférence entre symboles, c’est l’interférence entre porteuses (ICI) qui
est annihilée.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 19


SUP’COM Chapitre 2

Figure 2-2 Spectre OFDM (N=5)

En échantillonnant dans le domaine temporel à la cadence 1/ T = N / Ts , nous obtenons :


N −1
x ( n) = xk exp( j 2π kn / N ) 0 ≤ n ≤ N − 1 (2.11)
k =0

Cette dernière expression n’est autre que la transformée de Fourier discrète inverse (IDFT)
d’ordre N de la séquence des symboles xk (à un facteur N près) :

x(n) = N .IDFT { xk } (2.12)

De façon similaire, la réception est réalisée en effectuant une transformée de Fourier discrète
(DFT) d’ordre N :
y (n) = DFT { x(n)} (2.13)

II.3. Préfixe cyclique


Un des grands avantages de l’OFDM est sa robustesse vis-à-vis des canaux sélectifs en
fréquence. En divisant le flux de données en N sous-porteuses, la durée symbole est N fois plus
grande, réduisant ainsi le rapport (délai canal/durée symbole) par le même facteur. L’impact de
l’interférence entre symboles (ISI) est donc considérablement réduit.
Néanmoins, pour éliminer complètement l’ISI, il est possible d’ajouter un espace entre les
symboles OFDM, d’une durée supérieure à l’étalement des délais. Ainsi les derniers échos du
symbole OFDM auront lieu durant cet intervalle dit « de garde », et le symbole OFDM suivant ne
sera plus perturbé par le précédent. En pratique on choisit pour la taille de cet intervalle de garde
une durée de l’ordre du quart de celle d’un symbole OFDM, ce qui représente un bon compromis
entre diminution d’ISI et perte de débit utile.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 20


SUP’COM Chapitre 2

Réponse
impulsionnelle

G G

Symbole i-1 Symbole i

Figure 2-3 ISI du symbole i-1 sur le symbole i

Le symbole OFDM est étendu de façon cyclique comme le montre le schéma de la figure 2-4. Le
préfixe est constitué des k derniers échantillons [ x( N − k ),..., x( N − 1) ] du symbole OFDM.

Préfixe cyclique

x(n-k) x(n-1) x(0) x(1) x(n-k) x(n-1)

Figure 2-4 Principe du préfixe cyclique

En conclusion, nous avons vu comme il est aisé d’éviter l’interférence entre symboles.
L’inconvénient étant un gaspillage de la bande passante caractérisé par un facteur N /( N + k ) .
Ainsi, on limite généralement le préfixe cyclique à une longueur k telle que k / N < 0.25 .
Finalement, nous résumons par le schéma bloc de la figure 2-5 les différentes étapes d’une
transmission OFDM.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 21


SUP’COM Chapitre 2

Entrelacement

Modulation
Ajout Filtrage de
Codage IFFT

QAM
préfixe mise en
cyclique forme

Canal
Désentrelacement

Démodulation

Suppression Filtrage de
Décodage

FFT préfixe réception et


QAM

cyclique échantillonnage

Figure 2-5 Implémentation d’un système OFDM par FFT

III. Système OFDM/OQAM


III.1. Principe
L’OFDM classique utilise un intervalle de garde pour combattre l’effet des multitrajets ce
qui implique une perte d’efficacité spectrale. Pour éliminer cet intervalle de garde, la fonction
prototype modulant chaque sous porteuse doit être bien localisée en temps et en fréquence afin de
limiter l’interférence entre symboles et l’interférence entre porteuses. Cette fonction doit aussi
garantir l’orthogonalité entre sous porteuses. Les fonctions ayant ces caractéristiques existent,
mais les mieux localisées garantissent l’orthogonalité seulement pour les valeurs réelles. Par
conséquent, on doit séparer les parties réelles et imaginaires des symboles complexes QAM.
Parmi ces fonctions, la fonction IOTA permet une très bonne localisation. L’OFDM/OQAM est
une modulation multiporteuse orthogonale basée sur ce type de fonctions prototype.
est-à-dire ν 0τ 0 = 1/ 2 , ν 0 étant
L’OFDM-OQAM utilise un réseau temps-fréquence de densité 2, c'

l’espacement entre porteuses et τ 0 est l’espacement entre symboles. Elle offre par conséquent la

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 22


SUP’COM Chapitre 2

même efficacité spectrale que l’OFDM conventionnelle sans son préfixe cyclique. En effet, pour
un espacement entre porteuses ν 0 donné, l’OFDM/OQAM porte une valeur réelle chaque τ 0
dans chaque sous porteuse, alors que l’OFDM/QAM sans intervalle de garde porte une valeur
complexe chaque 2τ 0 [2]. Ceci est illustré dans la figure 2-6.
Ces caractéristiques montrent l’intérêt de la modulation OFDM/OQAM dans l’optimisation de
l’efficacité spectrale de la transmission à travers un canal sélectif en fréquence et variable dans le
temps.

f
Symbole OFDM/QAM
complexe

Symbole OFDM/OQAM

Partie réelle

Partie imaginaire

ν0

τ0 t
T

Figure 2-6 Treillis OFDM/OQAM en temps et en fréquence comparé avec l’OFDM


conventionnelle sans préfixe cyclique [4]

III.2. Signal OFDM/OQAM


D’une manière générale, le signal OFDM/OQAM équivalent en bande de base peut être
formé par M modulations OQAM. Le signal transmis s’écrit sous la forme
M −1 +∞
e(t ) = im i n am, nℑ (t − nτ 0 )e j 2π mtν 0 (2.14)
m=0 n =−∞

où am ,n est le nième symbole de la mième sous porteuse, τ 0 est la durée d’un symbole

OFDM/OQAM, M est le nombre total des sous porteuses et ℑ (t ) est la forme d’onde de la base
qui doit être une fonction en racine de Nyquist réelle et symétrique. On obtient une efficacité
spectrale maximale de 2 dimensions/s/Hz.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 23


SUP’COM Chapitre 2

En utilisant la base orthogonale


ℑ m, n (t ) = i m + nℑ (t − nτ 0 )e j 2π mtν 0
(2.15)

le signal modulé s’écrit


M −1 +∞
e(t ) = am ,n ℑ m ,n (t ) (2.16)
m = 0 n =−∞

Ce signal peut être implémenté en utilisant la chaîne de la figure 2-7.

i 2 n am ,2 n i m ei 2π mν 0 h(t ) a m ,2 n
ℑ (t ) i − m e −i 2π mν 0 ℑ (t ) i −2n Re{}

i 2 n +1am,2 n +1 a m ,2 n +1
ℑ (t + τ 0 ) ℑ (t + τ 0 ) i −2 n +1 Re{}

Figure 2-7 Système OFDM/OQAM

III.3. Orthogonalité
Pour garantir l’orthogonalité entre les différentes sous porteuses à la réception, les
fonctions ℑ m,n (t ) choisies doivent satisfaire la condition d’orthogonalité suivante

Re ( +∞

−∞ )
ℑ m ,n (t )ℑ m* ',n '(t )dt = δ m ,m 'δ n,n ' (2.17)

Une bonne localisation en temps et en fréquence est nécessaire pour minimiser l’ISI et l’ICI.

III.4. La fonction IOTA (Isotropic Orthogonal Transform Algorithm)


πt2
21/ 4 −
τ 02
La fonction Gaussienne normalisée f (t ) = e garanti une localisation temps-
τ0
fréquence minimale, mais ne conduit pas à une base orthogonale. Une fonction prototype IOTA a

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 24


SUP’COM Chapitre 2

été proposée dans [2] dans le but de synthétiser une base orthogonale bien localisée en temps et
en fréquence.
Pour générer la fonction IOTA, on utilise un opérateur d’orthogonalité O basé sur la relation due
à Poincaré : pour toute fonction G ( f ) réelle et symétrique, la fonction G '
( f ) est donnée par
G( f )
(f)=
G' (2.18)
+∞
2
G ( f − nν 0 )
n =−∞

( f ) est une fonction en racine de Nyquist réelle et symétrique. A partir d’une fonction
G'
Gaussienne G ( f ) , on applique l’opérateur O dans le domaine fréquentiel, puis dans le domaine
temporel, on obtient la fonction nommée IOTA et qu’on a noté ℑ( t ) .
Ainsi, la fonction IOTA a les propriétés suivantes :
- elle est identique à sa transformée de Fourier, donc le signal OFDM/IOTA est affecté de
la même manière par le canal de propagation dans le domaine temporel et fréquentiel.
- La localisation temps-fréquence est quasi optimale puisque la fonction IOTA ne diffère
pas trop de la fonction Gaussienne [4].
Les figures 2-8 et 2-9 montrent différentes représentations de la fonction IOTA.

1.2

0.8

0.6
Amplitude

0.4

0.2

-0.2
-3 -2 -1 0 1 2 3
t

Figure 2-8 La fonction IOTA (représentation linéaire)

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 25


SUP’COM Chapitre 2

10

-10

-20

-30
Amplitde (dB)
-40

-50

-60

-70

-80

-90
-6 -4 -2 0 2 4 6
t

Figure 2-9 La fonction IOTA (représentation logarithmique)

IV. Conclusion
Dans ce chapitre, on a présenté les notions de base sur les techniques OFDM
conventionnelle et OFDM/OQAM. On a mis l’accent sur l’intérêt de l’OFDM/OQAM dans
l’optimisation de l’efficacité spectrale et la bonne localisation de sa forme d’onde IOTA en temps
et en fréquence. Dans le chapitre suivant, on montre cet intérêt par une évaluation théorique et
par simulation des performances sur un canal multitrajet variable dans le temps.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 26


SUP’COM Chapitre 3

CHAPITRE 3 : ETUDE THEORIQUE ET RESULTATS DES


SIMULATIONS

I. Introduction
Après avoir présenté les caractéristiques de la propagation en environnement radio-mobile,
nous avons défini les principes des techniques OFDM conventionnelle et OFDM/OQAM.
Dans ce chapitre, nous allons présenter l’étude théorique et les résultats de simulations qui
constituent la base de ce projet. Nous commençons par définir le modèle du canal de propagation
choisi. Dans une deuxième partie, nous étudions théoriquement l’interférence inter-symboles et
inter-porteuses pour les deux systèmes OFDM/QAM et OFDM/OQAM en essayant dans chaque
cas de valider les résultats théoriques par simulation à travers un canal réel multitrajet et variable
dans le temps. Nous avons choisi MATLAB pour effectuer toutes les simulations de ce projet.
On termine par une discussion dans laquelle on présente l’intérêt de chaque système en insistant
sur l’apport de la technique OFDM/OQAM par rapport à celle de l’OFDM/QAM avec préfixe
cyclique.

II. Modélisation du canal radio-mobile


II.1. Introduction
La méthode la plus précise pour simuler un canal multitrajet est d’utiliser des séries de
mesures des caractéristiques du canal. Mais il est quasiment impossible de contrôler toutes les
caractéristiques du canal sauf si on utilise plusieurs enregistrements pour des conditions
différentes, ce qui demande un travail fastidieux. Comme on désire contrôler les performances du
système sous toutes les conditions du canal, le contrôle des caractéristiques de ce dernier est
essentiel. C’est pour cela que les simulateurs des canaux radio sont d’un grand intérêt.

II.2. Modèle de la simulation


Dans ce projet, le modèle adopté pour la simulation est celui de Jakes. Ce modèle a été
détaillé au premier chapitre. On va donc considérer un canal multitrajet variable dans le temps
avec une densité spectrale de puissance Doppler de forme classique. La fonction

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 27


SUP’COM Chapitre 3

d’autocorrélation correspondante est donnée par


φC (∆t ) = J 0 (2π f D ∆t ) (3.1)

où J 0 (.) est la fonction de Bessel de première espèce d’ordre zéro et f D est la fréquence
Doppler maximale. La densité spectrale de puissance est
1 1
si λ < f D
π fD λ
2

S (λ ) = 1− (3.2)
fD
0 sinon
L’avantage de ce modèle est qu’on peut générer la fonction d’autocorrélation du canal avec une
complexité raisonnable.

III. Etude théorique et validation de la théorie par simulation


III.1. Cas de l’OFDM conventionnelle

III.1.1. Modélisation du système


On suppose que la durée du préfixe cyclique est supérieure à l’étalement des délais.
L’interférence entre symboles (ISI : Inter Symbol Interference) est donc complètement éliminée
et on ne tient compte au niveau du signal reçu que de l’interférence entre porteuses (ICI : Inter
Carrier Interference).
On se focalise donc sur la transmission d’un symbole OFDM, représenté par
x(t ) = ak rect −T ,Ts
exp( j 2π f k t ) 0 ≤ t ≤ Ts
g
k
(3.3)
= ak ϕk (t )
k

où f k = f 0 + k ∆f est la fréquence du kième sous canal , ∆f = 1/ Ts , Tg est la durée du préfixe

cyclique et ϕ k (t ) = rect −T ,Ts


exp( j 2π f k t ) . Le signal reçu à travers un canal multitrajet variable
g

dans le temps de réponse impulsionnelle h(τ , t ) s’écrit sous la forme

r (t ) = x(t − τ )h(τ , t )du


= ak hn (t )ϕk (t − τ n (t ))
k n
(3.4)
= ak sk (t )
k

= a0 s0 (t ) + ak sk (t )
k ≠0

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 28


SUP’COM Chapitre 3

Où sk (t ) = hn (t )ϕ k (t − τ n (t ))
n

a0 s0 (t ) représente le signal utile et ak sk (t ) est le terme d’interférence.


k ≠0

Le tableau 3-1 illustre les différents paramètres du système OFDM conventionnel. Ces
paramètres sont utilisés dans la norme WLAN IEEE 802.11a.
Paramètre valeur
Modulation QPSK
T (Temps d’échantillonnage) 0.05 µ s

Ts (durée symbole) 3.2 µ s

Tg (durée du préfixe cyclique) 0.8 µ s

Taille FFT/IFFT 64
Nombre de porteuses utiles 52
Taille du préfixe cyclique 16 échantillons (25%)

Tableau 3-1 Paramètres du système OFDM utilisés pour la simulation

Enfin, il faut noter que le canal choisi pour la simulation est le canal ‘Pedestrian A’. Le tableau
3-2 donne les paramètres de ce canal qui sont les délais et les puissances relatives de chaque trajet.

Délai (ns) 0 110 190 410


Puissance 0.0 -9.7 -19.2 -22.8
relative (dB)

Tableau 3-2 Paramètres du canal ‘Pedestrian A’

π kτ k2 − π kτ k
L’étalement des délais Tm défini par Tm = k k
, où π k est la puissance moyenne
πk
k

du kième trajet et τ k est le délai correspondant, vaut pour ce canal 45 ns.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 29


SUP’COM Chapitre 3

III.1.2. Calcul théorique du rapport signal sur interférence (SIR)


Comme on l’a déjà mentionné, on ne va prendre en considération que de l’interférence
entre porteuses puisque l’interférence entre symboles est totalement éliminée grâce au préfixe
cyclique.
L’annexe de [3] montre que pour un nombre infini de sous porteuses, la puissance de l’ICI ( PICI )

peut être donnée soit en terme de corrélation φh (τ ) par


1
PICI = (1 − x )(1 − φh (Ts x))dx (3.5)
−1

soit en terme de la densité spectrale de puissance Doppler par


fd
PICI = 1 − S ( f ) sin c 2 ( fTs )df (3.6)
− fd

Les expressions (3.5) et (3.6) sont établies pour un nombre infini de sous porteuses, mais elles
peuvent être utilisées comme bonne approximation du PICI pour un nombre fini de sous porteuses.

Donc, pour le modèle classique de Jakes, l’expression du PICI à l’aide de la fonction d’auto-
corrélation devient
1
PICI = 1 − (1 − x ) J 0 (2π f d Ts x)dx (3.7)
−1

En utilisant la densité spectrale de puissance classique, PICI s’écrit également sous la forme
fd 1 1
PICI = 1 − sin c 2 ( fTs )df (3.8)
− fd π f 2
d f
1−
fd

Par ailleurs, selon [3], la puissance du signal utile en fonction de la fonction d’autocorrélation est
donnée par
1
PU = (1 − x ) J 0 (2π f d Ts x)dx (3.9)
−1

On en déduit alors le rapport signal sur interférence


1
P (1 − x ) J 0 (2π f d Ts x)dx
SIR = U = −1 1 (3.10)
PICI 1 − (1 − x ) J (2π f T x)dx
0 d s
−1

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 30


SUP’COM Chapitre 3

En utilisant l’expression (3.10) et les paramètres du tableau 3-1, on peut tracer la courbe du SIR
en fonction du facteur de dispersion Bd Tm . Bd et Tm étant respectivement la bande Doppler et
l’étalement des délais.
Cette courbe est représentée à la figure 3-1.

70

60

50

40
SIR (dB)

30

20

10

0
0 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01
BdTm

Figure 3-1 SIR théorique en fonction de Bd Tm pour l’OFDM conventionnelle

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 31


SUP’COM Chapitre 3

III.1.3. Validation de la théorie par simulation

Signal OFDM

Canal UIT A0 émis Signal émis


seul sans A0
{π i } {τ i }
U
Génération du canal global
Statistiques f = Ue
D Génération dë la e
représentation
décorrélée du canal

Signal utile Interférences

SIR

Figure 3-2 Organigramme illustrant les grandes lignes de la simulation pour le cas de
l’OFDM conventionnelle

III.1.3.1 Génération du canal


L 1
La réponse impulsionnelle du canal est h( ; t ) hl (t ) ( l ) , où les trajets hl (t ) sont
l 0

mutuellement indépendants et dont la fonction d’autocorrélation de chacun est


φh (∆t ) = φh (0) J 0 (2π f D ∆t ) . La fonction d’autocorrélation du canal global est
l

L −1
φ f (τ 1 ,τ 2 , ∆t ) = E f * (τ 1; t ) f (τ 2 ; t + ∆t ) = φh (ul ) g (τ 1 − ul ) g (τ 2 − ul )
l
(3.11)
l =0

où f (τ , t ) = h(τ , t ) ⊗ g (τ ) est la réponse du canal global et g est le filtre de mise en forme de la


réponse impulsionnelle défini par g (t ) = (2 N / Ts )sinc(2 Nt / Ts ) .

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 32


SUP’COM Chapitre 3

⊗ étant l’opérateur de convolution, Ts la durée d’un symbole OFDM et 2N le nombre


d’échantillons par symbole.
On note par f (τ ) au lieu de f (τ ; t ) la version filtrée de mise en forme de h(τ , t ) .

Comme le signal modulé est de bande quasi limitée, le signal reçu est donc à bande limitée. On
peut donc utiliser le théorème de Shannon et modéliser le canal réel par un canal à temps discret.

Soit (.) l’opérateur transposée et f = ( f − L− ,..., f 0 ,... f L+ )T la version tronquée de f (τ ) tel que
T

f m = f (mTs / 2 N ) .

où L− et L+ sont les bornes entre lesquelles se concentre le pourcentage voulu de l’énergie de la


réponse du canal global.
De plus, f est un vecteur Gaussien de moyenne nulle, il est donc caractérisé par sa matrice de
covariance F = E ff † .

( .)

étant l’opérateur de transposition Hermitien.

Les éléments Fmn , m, n = − L− ,...., 0,...., L+ , de la matrice de covariance peuvent être exprimés
comme suit :

Fmn = E f m f n† = E f (mTs / 2 N ) f * (nTs / 2 N )


L −1
= φh (τ l ) g (mTs / 2 N − τ l ) g * (nTs / 2 N − τ l ), m, n = − L− ,..., 0,..., L+
l
l =0

La matrice F étant hermitienne, il existe une matrice unitaire U et une matrice diagonale D telles
que U †FU=D . Notons e=U†f . Remarquons que les composantes du vecteur e sont décorrélées.
En effet,
E ee† = E (U †f )(U †f )† = E U†ff † U = U† E ff † U = U †FU = D (3.12)

{ l }l =1
L
On détermine donc les valeurs propres qui sont les éléments diagonaux de D et les

vecteurs propres {u l }l =1 de F.
L

De plus, pour éliminer l’ISI, L = L+ − L− doit être inférieur à la taille du préfixe cyclique.

Par ailleurs, comme il est indiqué dans l’annexe F de [6], le canal global f = ( f − L− ,..., f 0 ,... f L+ )T

est simulé à travers la représentation discrète du canal global décorrélé e = (e0 , e1 ,........, eL )T . Les

processus el sont générés selon la méthode de Jakes avec des puissances moyennes Γl .

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 33


SUP’COM Chapitre 3

III.1.3.2. Génération d’un symbole OFDM


Comme indiqué au 2ème chapitre, un symbole OFDM est généré par une simple IFFT, un
intervalle de garde est ensuite ajouté au début du symbole. Cet intervalle est constitué dans notre
simulation du dernier quart des échantillons du symbole OFDM.
Les différents paramètres utilisés pour la génération d’un symbole OFDM sont indiqués dans le
tableau 3-1. Le nombre de porteuses utiles est réduit afin d’éviter le problème de repliement de
spectre à l’émission et à la réception.

III.1.3.3. Détermination du SIR


Sans perte de généralité, on s’intéresse à l’interférence causée par les différentes porteuses
sur la porteuse centrale à la fréquence zéro.
On considère un symbole OFDM représenté par
x(t ) = Ak exp( j 2π f k t ) 0 ≤ t ≤ Ts (3.13)
k

où f k = f 0 + k ∆f est la fréquence du kième sous canal et ∆f = 1/ Ts . Les symboles Ak émis à


travers les différentes sous porteuses, sont supposés indépendants.
A la réception, le signal obtenu est la somme du signal utile et de l’interférence. Or, pour pouvoir
déterminer le rapport signal sur interférence (SIR), on doit différencier ces deux signaux. Donc la
méthode algorithmique consiste à envoyer le symbole utile A0 sur la fréquence nulle et mettre les
autres symboles à zéro, on récupère ainsi à la réception la partie utile. On envoie ensuite les
autres symboles Ak et on met le symbole A0 à zéro pour récupérer l’interférence.
On moyenne ensuite la puissance utile et celle de l’interférence pour une réalisation du canal sur
plusieurs réalisations de symboles, puis on détermine la moyenne par rapport aux réalisations du
canal. On obtient ainsi le rapport signal sur interférence.
Notre objectif est de déterminer le SIR en fonction du facteur de dispersion η = Bd Tm du canal,

π kτ k2 − π kτ k
Tm étant l’étalement de délais moyen donné par Tm = k k
, où π k est la puissance
πk
k

moyenne du kième trajet et τ k est le délai correspondant.

Bd est l’étalement Doppler tel que Bd = η / Tm .

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 34


SUP’COM Chapitre 3

Le résultat de la simulation est représenté dans la figure 3-3. La courbe obtenue coïncide bien
avec celle trouvée théoriquement.

70
OFDM conventionnelle théorique
OFDM conventionnelle simulée
60

50

40
SIR (dB)

30

20

10

0
0 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01
BdTm

Figure 3-3 SIR théorique et simulé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM conventionnelle

III.2. Cas de l’OFDM/OQAM

III.2.1. Modélisation du système


On considère un système OFDM/OQAM avec la fonction prototype IOTA ℑ (t ) et la

base ℑ mn (t ) jm n
exp( j 2 mt 0 )ℑ t n 0 orthonormée pour le produit scalaire

x(t ), y (t ) e x* (t ) y (t )dt . On normalise les quantités τ 0 et ν 0 en prenant

τ 0 = ν 0 = 1/ 2 .
Le signal émis en bande de base peut se mettre sous la forme
e(t ) amnℑ mn (t ) (3.14)
mn

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 35


SUP’COM Chapitre 3

où amn est le symbole réel transmis à l’instant n / 2 avec la fréquence porteuse m / 2 . Les

fonctions {ℑ mn (t )} forment une base de l’espace hilbertien des fonctions de carré sommable pour

le produit scalaire < . , . > R .


On considère le cas d’un canal de densité spectrale de puissance classique et de profil d’intensité
multitrajet avec décroissance exponentielle, on a alors un découplage entre dispersion en temps et
dispersion en fréquence. Les fonctions d’autocorrélation et de dispersions en temps et en
fréquence sont données dans ce cas par [5]
(0;0)
H
exp( / Tm ) J 0 ( Bd t ) 0
h ( ; t) Tm (3.15)
0 ailleurs

et
2 (0; 0) exp( / Tm )
H
0, Bd / 2 Bd / 2
S( ; ) Bd Tm 1 (2 / Bd ) 2 (3.16)
0 ailleurs

où H (0; 0) h ( )d S ( ; )d d est la puissance moyenne du canal, J 0 ( x) est la


0

fonction de Bessel de première espèce d’ordre 0, Bd est l’étalement Doppler et Tm est l’étalement
des délais.
Comme on s’intéresse à l’interférence, on fait abstraction dans toute la suite de l’effet du bruit
thermique. Le signal reçu s’écrit donc

r (t ) h(u; t )e(t u )du amn h(u; t )ℑ mn (t u )du amn ℑ mn (t ) ,


mn mn

où ℑ mn (t ) h(u; t )ℑ mn (t u )du .

Dans ce cas on va tenir compte de l’interférence entre symboles en plus de l’interférence entre
porteuses.
Le tableau 3-3 illustre les différents paramètres du système OFDM/OQAM.
Paramètre valeur
Modulation QPSK
Durée de la fonction IOTA (normalisée) 48 / 2

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 36


SUP’COM Chapitre 3

Nombre de symboles (réels) 97


Nombre de porteuses 97
Nombre de symboles ajoutés 48
Durée symbole (normalisée) 1/ 2
Espacement entre porteuses (normalisé) 1/ 2
Temps d’échantillonnage (normalisé) 2 /100

Tableau 3-3 Paramètres du système OFDM/OQAM utilisés pour la simulation

III.2.2. Calcul théorique du SIR


Au niveau du récepteur, on peut distinguer deux types d’approche en réception [5].

III.2.2.1. Approche dispersive (Réception optimale)

Sans perte de généralité, on s’intéresse à la récupération du symbole a00 et on considère

l’ISI et l’ICI résultantes au niveau de a00 . La variable de décision correspondante, obtenue par
filtrage adapté à la succession de la mise en forme et du canal de propagation, est donnée par
* *
00 ℑ 00 (t ), r (t ) e ℑ 00 (t )r (t )dt amn e ℑ 00 (t )ℑ mn (t )dt (3.17)
mn

Cette approche est l’approche optimale vis-à-vis du bruit thermique blanc gaussien grâce au
filtrage adapté.
Comme démontré dans [5], la puissance du signal utile peut être approximée par
2 2
PU E U 00 ( ; )1 Aℑ ( , ) d d (3.18)

et la puissance de l’interférence par


2
PICI var( I 00 ) ( ; )1 Aℑ ( , ) d d (3.19)

où ( ; ) S( ; ) 2 S( ; ) , 2 étant le symbole de convolution bidimensionnelle dans le

plan temps-fréquence, et Aℑ ( , ) la fonction d’ambiguïté de ℑ (t ) définie par

Aℑ ( , ) ℑ * (t / 2)ℑ (t / 2) exp( j 2 t )dt (3.20)

Le rapport signal sur interférence vu à la sortie du démodulateur est donc donné par

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 37


SUP’COM Chapitre 3

2
( ; )1 Aℑ ( , ) d d
SIR 2
(3.21)
( ; )1 Aℑ ( , ) d d

Le SIR est représenté dans la figure 3-4 en fonction du facteur de dispersion η = Bd Tm pour la
fonction IOTA. Les paramètres utilisés sont ceux du tableau 3-3.
Notons que nous devons tenir compte que l’espacement temporel est égal à l’espacement
fréquentiel donc on doit répartir équitablement l’étalement des délais Tm et l’étalement Doppler

Bd entre temps et fréquence. L’annexe 3.A montre que les Bd et Tm réalisant une répartition

η
optimale en temps et en fréquence sont donnés par Bd = ρ η et Tm = avec ρ = 2 2 .
ρ

50
Approche dispersive
45 Développement limité

40

35

30
SIR (dB)

25

20

15

10

5
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
BdTm

Figure 3-4 SIR théorique et approximé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon


l’approche dispersive
Pour des facteurs de dispersion Bd Tm très faibles, l’expression du SIR peut être approximée (à
l’aide d’un développement limité) par [5]

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 38


SUP’COM Chapitre 3

2ω 1 2ω
SIR = −1 = −1 (3.22)
π B
2
π Bd Tm
2T + d
m
2

2
où ω = 0.977 .
Cette relation simple nous permet de s’assurer de l’exactitude de la courbe théorique pour les
valeurs de Bd Tm très petits. Ceci est illustré à la figure 3-4, pour les faibles valeurs de Bd Tm les

courbes théorique et approximée coïncident. A partir de Bd Tm = 0.01 , les deux courbes


commencent à diverger.

III.2.2.2. Approche multiplicative (Réception sous-optimale)

Pour se fixer les idées, on s’intéresse toujours à la réception du symbole a00 . On a vu


précédemment que la réception optimale repose sur une connaissance parfaite de filtrage global
correspondant à la succession du filtre de mise en forme à l’émission et du filtre de canal. Or,
cette connaissance est difficile à obtenir au niveau du récepteur en pratique. En conséquence de
quoi, on a recours à la variable de décision sous-optimale reposant sur une projection préliminaire
du signal reçu sur une version convenablement décalée de la fonction prototype suivie par une
compensation du déphasage du canal équivalent observé.
La nouvelle variable de décision sous-optimale est donnée par
* * *
00 e ℑ (t )ℑ 00 (t )dt
00 ℑ 00 (t )r (t )dt
(3.23)
e ℑ 00 (t ), ℑ 00 (t ) *
ℑ 00 (t ), r (t )

ℑ 00 (t ), ℑ 00 (t ) étant une estimation du canal multiplicatif vu par la fonction ℑ 00 (t ) et

ℑ 00 (t ) ℑ 00 (t ˆ ) exp( j 2 ˆt ) est une version convenablement décalée en temps et en

fréquence de la fonction ℑ 00 (t ) , permettant de tenir compte de la dissymétrie en temps et en


fréquence de la fonction de dispersion du canal de propagation (causalité de la réponse
impulsionnelle du canal en particulier).
Dans [5], on montre que la puissance du signal utile peut être approximée par
2
2 2
PU E U 00 2 S ( ; ) Aℑ ( ˆ, ˆ) d d (3.24)

et la puissance de l’interférence par

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 39


SUP’COM Chapitre 3

PICI var( I 00 )
2 2 (3.25)
2 S ( ; ) Aℑ ( ˆ, ˆ) d d S( ; ) 1 Aℑ ( ˆ, ˆ) d d

Le rapport signal sur interférence vaut donc dans le cas du récepteur sous-optimal
2
S ( ; ) Aℑ ( ˆ, ˆ) d d
SIR 2
(3.26)
S( ; ) 1 Aℑ ( ˆ, ˆ) d d

L 1

l l
où ˆ l 0
L 1
et ˆ 0 ( vu la symétrie du spectre Doppler autour de 0).
l
l 0

Le décalage optimal en temps doit donc être égal à ˆo Tm pour le profil exponentiel.
En utilisant les paramètres du tableau 3-3, on trace la courbe du SIR en fonction du facteur de
η
dispersion Bd Tm avec Bd = ρ η et Tm = comme démontré dans l’annexe 3.A. Cette courbe
ρ
est représentée à la figure 3-5.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 40


SUP’COM Chapitre 3

50
Approche multiplicative
45 Développement limité

40

35

30
SIR (dB)

25

20

15

10

5
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
BdTm

Figure 3-5 SIR théorique et approximé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon


l’approche multiplicative

Comme pour l’approche dispersive, on peut approximer l’expression du SIR pour des Bd Tm très
faibles par [5]

ω 1 2ω
SIR = −1 = −1 (3.27)
π B 2
π Bd Tm
T +
m
2 d
8
où ω = 0.977 .
On obtient la même expression asymptotique que l’approche dispersive. En traçant la courbe du
SIR à l’aide de (3.27), on remarque qu’elle coïncide avec les courbes théoriques des deux
approches multiplicative et dispersive pour des Bd Tm très petits.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 41


SUP’COM Chapitre 3

III.2.3. Validation de la théorie par simulation

Signal
OFDM/OQAM

Canal Signal émis


a00 émis
seul sans a00
{π i } {τ i }
U
Génération du canal global
Statistiques f=Ue
du canal D Génération de la e
version décorrélée
du canal

Signal utile Interférences

SIR

Figure 3-6 Organigramme illustrant les grandes lignes de la simulation pour le cas de
l’OFDM/OQAM

III.2.3.1. Génération du canal


Le canal est généré de la même manière que dans le cas de l’OFDM classique, sauf qu’on
va prendre un canal réel diffus en temps et en fréquence avec une décroissance exponentielle en
temps.

III.2.3.2. Génération du signal OFDM/OQAM


Le signal émis en bande de base peut se mettre sous la forme
n !
"" ,
e(t ) amn j m n
exp( j 2 mt )ℑ ##t
mn
#$ 2"
%

où amn est le symbole réel transmis à l’instant n / 2 avec la fréquence porteuse m / 2 . ℑ (t )


étant la fonction prototype IOTA.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 42


SUP’COM Chapitre 3

Dans ce cas, on doit tenir compte de l’interférence entre symboles en plus de l’interférence entre
porteuses. Puisqu’on s’intéresse à l’ISI et l’ICI au niveau du symbole a00 , le nombre de symbole
à générer doit être donc supérieur ou égal à la taille de la fonction prototype modulant le symbole
a00 afin de tenir compte de toute l’interférence. Pour garantir l’orthogonalité entre les différents
symboles, on doit ajouter un certain nombre de symboles avant le premier et après le dernier
symbole. Les différents paramètres utilisés pour la génération du signal OFDM/OQAM sont
indiqués dans le tableau 3-3.
Concernant le nombre des porteuses générées, on doit respecter le théorème d’échantillonnage de
Shannon. C’est-à-dire que la bande de fréquence des porteuses générées doit être inférieure à
l’inverse du temps d’échantillonnage afin d’éviter le problème de repliement de spectre.
Enfin, la fonction IOTA est générée selon la méthode décrite au chapitre II. Il faut noter que la
fonction IOTA ne doit pas être tronquée rapidement en temps pour ne pas perdre l’orthogonalité.

III.2.3.3. Détermination du SIR selon l’approche dispersive (optimale)


La variable de décision optimale comme déjà vu dans la partie théorique est donnée par

00 ℑ 00 (t ), r (t )
2 *
a00 ℑ 00 (t ) dt amn e ℑ 00 (t )ℑ mn (t )dt (3.28)
mn
( m , n )&(0,0)

U 00 I 00

U 00 a00
2
ℑ 00 (t ) dt étant le terme utile et I 00 =
mn
amn ℜe {ℑ *
00 }
(t )ℑ mn (t )dt le terme
( m , n ) ≠ (0,0)

d’interférence inter-symboles et inter-porteuses.


Donc pour pouvoir séparer le signal utile de celui de l’interférence, on procède en deux étapes :
- Emission de a00 seul pour récupérer le signal utile U 00 .

- Emission des autres symboles, sauf a00 , pour récupérer ainsi le terme d’interférence I 00 .
Comme vu précédemment, on moyenne les puissances utiles et d’interférences sur les valeurs
prises par les symboles émis et ensuite sur les réalisations du canal. On obtient ainsi le rapport
signal sur interférence.
Puisqu’on désire déterminer l’effet du facteur de dispersion η = Bd Tm sur le SIR, on varie η et on
calcule le SIR correspondant.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 43


SUP’COM Chapitre 3

η
Comme déjà démontré théoriquement dans l’annexe 3.A, Bd = ρ η et Tm = , avec
ρ

ρ = 2 2 , sont les répartitions optimales en temps et en fréquence des étalements Doppler et


des délais.
Après simulation, on obtient la courbe de la figure 3-7. Cette courbe permet de valider le résultat
théorique puisqu’elle coïncide avec la courbe théorique.

50
Approche dispersive théorique
45 Approche dispersive simulée

40

35

30
SIR (dB)

25

20

15

10

5
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
BdTm

Figure 3-7 SIR théorique et simulé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon


l’approche dispersive

III.2.3.4. Approche multiplicative (sous optimale)


La méthode utilisée pour l’approche optimale sera appliquée ici, sauf que la variable de
décision sous-optimale devient

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 44


SUP’COM Chapitre 3

00 e ℑ 00 (t ), ℑ 00 (t ) *
ℑ 00 (t ), r (t )

amn e ℑ 00 (t ), ℑ 00 (t ) *
ℑ 00 (t ), ℑ mn (t ) (3.29)
mn

U 00 I 00
2
où U 00 a00 ℑ 00 (t ), ℑ 00 (t ) est le terme utile et

I 00 amn e ℑ 00 (t ), ℑ 00 (t ) *
ℑ 00 (t ), ℑ mn (t ) est le terme d’interférence inter-
mn
( m , n )&(0,0)

symboles et inter-porteuses.

ℑ 00 (t ) est la fonction IOTA décalée de Tm [5]. Une méthode simple pour obtenir ℑ 00 (t )
consiste à générer cette fonction à partir de la fonction gaussienne décalée de Tm .
La simulation donne la courbe de la figure 3-8 qui est exactement la même que la courbe
théorique.

50
Approche multiplicative théorique
45 Approche multiplicative simulée

40

35

30
SIR (dB)

25

20

15

10

5
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
BdTm

Figure 3-8 SIR théorique et simulé en fonction de Bd Tm pour l’OFDM/OQAM selon


l’approche multiplicative

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 45


SUP’COM Chapitre 3

IV. Discussion
Si on compare l’approche multiplicative à celle dispersive (figure 3-9), on remarque que
ces deux approches ont les mêmes performances pour les faibles valeurs de Bd Tm (inférieures à

0.01). Quand Bd Tm devient grand (à partir de 0.01), l’approche dispersive devient plus

performante que celle multiplicative (différence de l’ordre de 1 dB pour Bd Tm = 0.1 ). Cette

différence augmente quand Bd Tm croit. Ceci est expliqué par le fait que dans la réception

optimale on projette sur ℑ (t ) qui a un support plus large que ℑ (t ) sur laquelle on projette pour
la réception sous optimale.

50
Approche multiplicative
45 Approche dispersive

40

35

30
SIR (dB)

25

20

15

10

0
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
BdTm

Figure 3-9 SIR selon l’approche dispersive et l’approche multiplicative du système


OFDM/OQAM

D’autre part, si on compare l’OFDM avec intervalle de garde avec l’OFDM/OQAM selon
l’approche multiplicative (figure 3-10), on remarque que pour Bd Tm très petit, l’OFDM

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 46


SUP’COM Chapitre 3

conventionnelle est meilleure que l’OFDM/OQAM. En effet, l’utilisation d’un intervalle de garde
permet d’éliminer complètement l’ISI. De plus, l’effet Doppler est négligeable et donc
l’orthogonalité entre les sous porteuses est presque conservée.
A partir de Bd Tm = 0.001 , les performances de l’OFDM/OQAM dépassent celle de l’OFDM avec

préfixe cyclique. Lorsque Bd Tm augmente, le SIR de l’OFDM conventionnelle se dégrade


rapidement par rapport à celui de l’OFDM/OQAM. Ceci est expliqué par la mauvaise localisation
en fréquence de l’OFDM conventionnelle ce qui entraîne un très fort ICI contre la bonne
localisation aussi bien en temps qu’en fréquence pour l’OFDM/OQAM. Ceci se voit bien au
niveau des courbes de la figure 3-10. Pour Bd Tm = 0.004 , l’OFDM/OQAM apporte un gain de

l’ordre de 5 dB. Ce gain augmente à 10 dB pour Bd Tm = 0.01 . D’où l’intérêt de la technique


OFDM/OQAM dans des environnements radiomobile à très forte mobilité.
En OFDM avec préfxe cyclique, on n’a pas tenu compte de l’ISI car on a supposé que la durée du
préfixe cyclique est supérieure à l’étalement des délais. Mais en réalité ceci n’est pas vrai. Si on
tient compte de l’ISI, les performances vont être de plus en plus mauvaises. On aura donc des
gains plus élevés pour l’OFDM/OQAM.
Pour les systèmes ayant besoin d’un SIR de 20 dB par exemple, on ne doit pas dépasser un Bd Tm
de 0.0025 si on utilise l’OFDM conventionnelle. On peut par contre aller jusqu’à 0.0045 si on
utilise l’OFDM/OQAM. L’OFDM/OQAM est clairement mieux adaptée aux systèmes à forte
mobilité.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 47


SUP’COM Chapitre 3

70
OFDM/OQAM (multiplicative)
OFDM conventionnelle
60

50

40
SIR (dB)

30

20

10

0
0 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01
BdTm

Figure 3-10 SIR du système OFDM conventionnel et du système OFDM/OQAM (approche


multiplicative)

Jusqu’à présent, on a étudié l’OFDM conventionnelle avec des paramètres relatifs à la norme
IEEE 802.11a. Toutefois, ces paramètres ne sont pas optimaux vis-à-vis de la répartition en temps
et en fréquence des quantités Bd et Tm . Il est clair que la répartition optimale est obtenue en

prenant pour Tm la plus grande valeur inférieure au préfixe cyclique qui est alors Tg . En effet

cette répartition permet d’avoir un Bd le plus faible possible puisque Bd = η / Tm . La durée

symbole est donc Ts = 4Tm . Sous ces hypothèses, et en traçant la courbe du SIR en fonction de

Bd Tm , on obtient la courbe de la figure 3-11. Notons que la répartition de Bd et Tm reste la même

pour l’OFDM/OQAM. Si on compare la courbe de l’OFDM conventionnelle pour Tg = Tm avec

celle de l’OFDM/OQAM selon l’approche multiplicative, on remarque que les performances de


l’OFDM conventionnelle sont meilleures que l’OFDM/OQAM. Ceci est expliqué par le fait que
l’OFDM conventionnelle utilise un réseau de densité inférieure à 1 (0.8) alors que
l’OFDM/OQAM utilise un réseau de densité maximale égale à 1 (si on considère des symboles

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 48


SUP’COM Chapitre 3

complexes). De plus, l’effet de Bd devient négligeable pour la répartition optimale de l’OFDM


conventionnelle.

50
OFDM conventionnelle pour Tg=Tm
45 Approche multiplicative

40

35

30
SIR (dB)

25

20

15

10

5
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
BdTm

Figure 3-11 SIR du système OFDM conventionnel pour Tg = Tm et du système

OFDM/OQAM (approche multiplicative)

En réalité, la répartition optimale qu’on a présentée pour l’OFDM conventionnelle ne peut pas
être appliquée dans le cas des communications radiomobile car l’étalement des délais varie d’un
canal de propagation à un autre et on risque alors d’avoir un ISI important en plus de l’ICI si Tm

devient supérieure à Tg . En pratique, pour un canal avec un étalement Tm , le préfixe cyclique doit

être suffisamment supérieur à Tm . La figure 3-12 présente différentes courbes du SIR pour

différentes valeurs de Tg . On remarque que lorsque Tg augmente les performances se dégradent.

En effet, l’augmentation de Tg va entraîner l’augmentation de la durée symbole Ts et donc la

diminution de l’espacement entre sous porteuses (1/ Ts ). Ceci a pour conséquene l’augmentation

de l’ICI et alors la dégradation des performances. Par exemple, pour Bd Tm = 0.02 , le SIR est égal

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 49


SUP’COM Chapitre 3

à 25 dB pour la courbe relative à Tg = Tm . Il diminue de 11 dB pour Tg = 4Tm . Le SIR passe à 10

dB pour Tg = 6Tm et devient égal à 5 dB pour Tg = 10Tm .

En outre, on voit bien que l’OFDM/OQAM est plus performante pour les grandes valeurs de
Bd Tm .

80
OFDM conventionnelle pour Tg=4Tm
70 OFDM conventionnelle pour Tg=6Tm
OFDM conventionnelle pour Tg=10Tm
60 Approche multiplicative

50

40
SIR (dB)

30

20

10

-10
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
BdTm

Figure 3-12 SIR du système OFDM conventionnel pour différentes valeurs de Tg , et du


système OFDM/OQAM (approche multiplicative)

V. Conclusion
Dans ce chapitre, on a comparé les performances de l’OFDM conventionnelle à celle de
l’OFDM/OQAM dans un environnement radiomobile réel caractérisé par une forte mobilité. On a
montré théoriquement et vérifié par simulation la robustesse de l’OFDM/OQAM au multitrajet et
à l’effet Doppler grâce à sa forme d’onde qui est bien localisée en temps et en fréquence. Par
contre, l’OFDM avec préfixe cyclique avec sa fonction d’onde rectangulaire en temps et en sinus
cardinal en fréquence est moins tolérante à la sélectivité temporelle du canal de propagation.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 50


SUP’COM Chapitre 3

CONCLUSION GENERALE

Le but de ce projet était d’étudier théoriquement et de valider par simulation les


performances de l’OFDM conventionnelle et celles de l’OFDM/OQAM dans un environnement
radiomobile en présence d’une très forte mobilité des terminaux. Les performances sont données
en terme de rapport signal sur interférence (SIR).
On a commencé par détailler les caractéristiques du canal radiomobile et du signal émis.
On a rappelé ensuite les principes de l’OFDM avec préfixe cyclique et de l’OFDM/OQAM avec
la fonction prototype IOTA.
On a enchaîné avec une présentation et une étude théorique des performances de ces deux
techniques qu’on a validées par simulation dans le cadre d’un canal multitrajet variable dans le
temps selon le modèle de Jakes.
Enfin, on a comparé les deux systèmes en insistant sur l’intérêt de chacun d’eux. On a remarqué
que l’OFDM conventionnelle est meilleure que l’OFDM/OQAM pour les faibles valeurs de Bd Tm .

L’OFDM/OQAM est bénéfique si Bd Tm devient grand. Les gains énormes qu’elle apporte par
rapport à l’OFDM avec préfixe cyclique (de 5 à 15 dB) pour les systèmes à forte mobilité des
terminaux compensent la complexité de son implémentation.
Donc si on considère les deux critères performance et complexité, l’OFDM conventionnelle est
plus intéressante pour les systèmes à faible mobilité puisqu’elle est plus simple à implémenter
avec des bonnes performances et c’est la raison pour laquelle cette technique a été adoptée dans
les WLAN au niveau des standards Hiperlan 2 et IEEE 802.11a et la TV numérique avec la
norme DVB-T.
L’OFDM/OQAM est très utile dans le cas des systèmes à grande mobilité vu ses bonnes
performances en terme de rapport signal sur interférence.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 51


SUP’COM Chapitre 3

ANNEXES

Annexe 1.A
La fonction d’autocorrélation dans l’espace temps fréquence est donnée par
φH ( f1 , f 2 , ∆t ) = E H * ( f1 ; t ) H ( f 2 ; t + ∆t )
1 +∞ +∞
= E h* (τ 1; t )h(τ 2 ; t + ∆t ) e j 2π ( f1τ1 − f2τ 2 ) dτ 1dτ 2
2 −∞ −∞

Donc, dans le cas d’une dispersion décorrélée on a


+∞ +∞
φH ( f1 , f 2 , ∆t ) = φh (τ 1 ; ∆t )δ (τ 1 − τ 2 )e j 2π ( f τ − f τ ) dτ 1dτ 2 1 1 2 2

−∞ −∞
+∞
= φh (τ 1 ; ∆t )e j 2π ( f − f 1 2 )τ 1
dτ 1
−∞
+∞
= φh (τ 1 ; ∆t )e − j 2π∆f τ dτ 1 ≡ φH ( ∆f ; ∆t )
1

−∞

Annexe 1.B
Le gain complexe d’un trajet est
N / 4 −1 N −1
a (t ) = α k e jϕ e j 2π f
k D sin (θ k )t
+ α k e jϕ e j 2π f
k D sin (θ k )t

k =0 k =3 N / 4

En prenant α k = 1 , l’expression de a (t ) devient


N / 4 −1
a(t ) = e jϕk e j 2π f D sin (θk )t + e jϕ N −1−k e− j 2π f D sin (θk ) t
k =0
N / 4 −1 (ϕ k +ϕ N −1−k ) (ϕ k −ϕ N −1−k ) (ϕ k −ϕ N −1−k )
j j −j
j 2π f D sin (θk ) t − j 2π f D sin (θ k ) t
= e 2
e 2
e +e 2
e
k =0
N / 4 −1
=2 e jφk cos [ 2π f D sin(θ k )t +ψ k ]
k =0

ϕk + ϕ N −1−k ϕk − ϕ N −1− k
où φk = et ψ k =
2 2
L’expression générale de a (t ) à une constante réelle près est
N / 4 −1
a (t ) = A e jφk cos [ 2π f D sin(θ k )t + ψ k ]
k =0

La constante A peut être déterminée à l’aide de la puissance moyenne de a (t ) , en effet :

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 52


SUP’COM Chapitre 3

Soit β sa puissance moyenne.


N / 4 −1
2
E a (t ) = β = A2 E cos 2 (2π f D sin(θ k )t + ψ k )
k =0

N 2
= A
8

Donc A =
N
N
En prenant K = , a (t ) s’écrit sous la forme
4

2β K −1
a(t ) = e jφk cos [ 2π f D sin(θ k )t + ψ k ]
K k =0

Annexe 3.A
2
!
On considère l’approche dispersive pour laquelle 2
2T 2
et 2 ## Bd "" [5]. Donc
m #$2 "%

Bd
l’étalement temporel a un effet de 2Tm et l’étalement fréquentiel a un effet de . Puisqu’on a
2
le même espacement en temps et en fréquence de 1/ 2 , on doit avoir un étalement du même

2Tm B /2
ordre en temps et en fréquence à un facteur ε près tel que = d ce qui implique que
1/ ε 2 ε / 2

Bd 1
ε= .
Tm 2 2

Les nouvelles quantités Tm et Bd réalisant une répartition optimale en temps et en fréquence sont
données par

Bd Tm
Tm = et Bd = ρ Bd Tm avec ρ = 2 2 .
ρ
Ces résultats sont applicables aussi pour l’approche multiplicative avec l’unique différence que
2
2 2 2 Bd2 1 # Bd "!
T et # " .
2 #$2 "%
m
8

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 53


SUP’COM Chapitre 3

BIBLIOGRAPHIE

[1] PROAKIS (J. G.). Digital Communications. New York, McGraw-Hill. 4ème édition (2001).
[2] LE FLOC (B.), ALARD (M.), BERROU (C.). Coded Orthogonal Frequency Division
Multiplex. Proceedings of the IEEE, vol. 83, n° 6, Juin 1995.
[3] YE (G.L.), LEONARD (G.C.) Bounds on the Interchannel Interference of OFDM in Time-
Varying Impairments. Proceedings of the IEEE, vol. 49, n° 3, Mars 2001.
[4] 3GPP Technical Report TR 25.892. Feasibility Study for OFDM for UTRAN enhancement.
http://www.3gpp.org. (Mars 2003).
[5] SIALA (M.) Caractérisation de l’interférence en OFDM/OQAM. Sup’com (Confidentiel).
[6] SIALA (M.) Maximum a posteriori decorrelating discrete-time rake receiver. Annales des
télécommunications, vol.59, Mars-Avril 2004.

Projet de fin d’Etudes d’Ingénieur 54