Vous êtes sur la page 1sur 7

République de Côte d’Ivoire

Union – Discipline - Travail


----------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT
ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
-----------------------

AUTORITE NATIONALE DU MECANISME POUR UN DEVELOPPEMENT PROPRE


CÔTE D’IVOIRE

RAPPORT D’ATELIER

ATELIER DE FORMATION DES CABINETS D’ETUDES


SUR L’INTEGRATION DU VOLET CHANGEMENT
CLIMATIQUE DANS LES RAPPORTS D’ETUDES
D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Abidjan, AGENCE NATIONALE DE L’ENVIRONNEMENT (ANDE)


Le 19 Novembre 2020
INTRODUCTION

Le 19 Novembre 2020, s’est tenu à la salle de conférence de l’Agence Nationale de


l’Environnement (ANDE) un atelier de formation des cabinets d’études sur l’intégration du volet
Changement Climatique dans les rapports d’études d’impact environnemental.
Cet atelier avait pour objectif de former les Cabinets d’Etudes agréés par l’ANDE sur les points
et méthodologies d’évaluation de l’impact des projets sur les Changements Climatiques tout
en tenant compte de leur avis sur les changements nécessaires à une bonne application de
cette mesure.
Cet atelier s’est déroulé en (3) trois phases, à savoir :

1. La cérémonie d’ouverture ;
2. Les présentations suivies des échanges ;
3. La cérémonie de clôture.

I. Cérémonie d’ouverture
Deux allocutions ont meublé cette cérémonie, celle de la Directrice de l’ANDE et celle de la
Coordonnatrice du MDP.

➢ Mot de bienvenue de la Coordonnatrice du MDP


La Coordonnatrice du MDP, Mme Rachel BOTI-DOUAYOUA, dans son mot de bienvenue a
remercié les cabinets pour leur présence massive au
vu de l’importance du sujet. Elle a souligné que ce sujet
était développé dans d’autre pays africains tel que le
Niger ou un guide méthodologique sur l’intégration du
volet Changement Climatique dans les rapports
d’Evaluation Environnemental a été initié.
C’est dans une approche de protection de
l’environnement que l’Agence Nationale de
l’Environnement (ANDE) guichet unique des

Rachel BOTI DOUAYOUA, Coordonnateur MDP évaluations environnementales a, depuis 2019,


travaillé avec l’Autorité Nationale du Mécanisme pour
un Développement Propre (AN-MDP) à la mise en œuvre de ce projet.
L’objectif est de s’assurer que certains projets contribuant au réchauffement climatique sont
pris en compte car la Côte d’Ivoire, il faut le souligner, s’est engagée à réduire ces Emissions
de Gaz à Effet de Serre de 9.7 millions de tonne de CO2 d’ici 2030. Ce projet qui couvre autant

2
les projets qui émettent que ceux qui réduisent les Gaz à Effet de Serre, doit permettre aux
Cabinets d’Etudes de conseiller les promoteurs pour une démarche sobre en carbone.
Elle a terminé son propos en rassurant les participants que l’ANDE reste ouverte à toute
proposition d’amélioration ou de simplification du contenu du chapitre Changement Climatique
à intégrer dans les rapports d’Evaluation Environnementale.
Cet atelier se veut l’occasion de présenter les résultats de ce travail.

➢ Mot d’ouverture de la Directrice de l’ANDE


Madame Madeleine Sopi ACKO Directrice de l’Agence Nationale de l’Environnement (ANDE) a
débuté son propos en rappelant que la Côte d’Ivoire
en s’engageant dans l’accord de Paris sur le climat a
décidé de réduire ces émissions de Gaz à Effet de
Serre.
L’atteinte de cet objectif passe par l’implication de tous
les acteurs de l’environnement en général mais surtout
par celui des Cabinets d’Etudes en particulier en tant
que maillon très important dans la chaîne
d’approbation des projets au niveau national.
Le but de cet atelier est de permettre aux Cabinets Mme Madeleine Sopi ACKO, Directrice ANDE
d’Etudes d’avoir une bonne compréhension de la
démarche et des résultats attendus de l’intégration du volet Changement Climatique dans les
évaluations environnementales.
En comptant sur l’implication des différents cabinets dans l’atteinte de cet objectif, elle a
terminé son propos en soulignant que les projets qui réduisent les émissions de gaz a effet de
serre pouvaient commercialiser ces réductions sur des marchés internationaux de sorte à
générer des revenus complémentaires.
Elle a déclaré ouvert « l’atelier de formation des cabinets d’études sur l’intégration
du volet Changement Climatique dans les rapports d’évaluation
environnementale ».

II. Déroulement des travaux


Les travaux de l’atelier se sont déroulés en deux (02) principales phases après la cérémonie
d’ouverture :
- Les présentations ;
- Les échanges.

3
1. Présentation et échanges
Au total, trois (03) présentations ont été faites, à savoir :
1.1 Présentation du volet Changement Climatique à intégrer dans les rapports
d’Evaluation Environnementale (Mr ANDOBLE-YAO).

Au cours de cette présentation, Mr ANDOBLE-YAO


chargé de la promotion de l’AN-MDP a présenté
l’ANDE, structure créée par décret et dont l’objectif est
la prise en compte des considérations
environnementales dans les Plans Programmes et
Projets. Il a souligné que l’ANDE abrite l’AN-MDP qui
a pour mission de suivre et d’approuver les projets
MDP en Côte d’Ivoire et les projets d’atténuation en
général.
L’AN-MDP en se voyant confier le volet Changement
Christian ANDOBLE-YAO, Chargé de la
promotion du MDP Climatique des rapports d’évaluation
environnementale a mis l’accent sur 4 points à intégrer dans le rapport au titre du volet
Changement Climatique.
Ces points sont :
-Les secteurs d’activités : Une liste de secteurs dit d’atténuation des Gaz à Effet de Serre
a été présenté. Ces secteurs sont des secteurs disposant de moyens de calcul des réductions
générées par les projets appartenant à ces secteurs.
-Les Gaz à Effet de Serre : Sept (7) gaz ont été identifiés comme étant des gaz à effet de
serre et dont la réduction est l’objectif à atteindre. Leurs sources d’émissions se situent à
différent niveaux que sont :
− l’implantation ;
− le fonctionnement ;
− la fermeture du projet.
-La ligne de base : Elle a été définie comme le niveau à partir duquel on peut considérer
qu’un projet réduit ou émet des Gaz à Effet de Serre. Elle a été assimilée au niveau de
technologie couramment utilisée par les entreprises d’un même secteur dans le pays. Si votre
projet utilise une technologie moins polluante, il réalise des réductions d’émissions parce que
se situant en dessous de la ligne de base dans le cas contraire, il augmente le niveau des
émissions.

4
-Le bilan carbone : C’est la dernière étape qui consiste à comparer les émissions d’un projet
à ses réductions de sorte à avoir un bilan positif ou négatif des émissions du projet.

ECHANGES
Les questions ont porté essentiellement sur la ligne de base, les participants voulaient savoir :
− Pourquoi comparer la technologie du projet à la technologie la moins polluante ?
− Existe-t-il un canevas pour définir les lignes de bases ?
A ces questions le présentateur a répondu que l’objectif de comparer la technologie du projet
à la technologie la moins polluante permettait de faire ressortir le potentiel de réduction
inexploité par le projet, cette comparaison attirerait l’attention du promoteur sur d’éventuels
efforts à fournir pour atteindre un niveau maximal de réduction d’émissions.
Concernant le canevas pour les lignes de base, il a répondu qu’il existe des lignes standardisées
pour certains secteurs mais pour les autres c’est au cabinet de soumettre sur la base de ces
recherches une nouvelle ligne de base.

1.2 Bilan Carbone (Rachel BOTI DOUAYOUA)


Présenté par la coordonnatrice du MDP, le bilan carbone permet d’évaluer les émissions de
Gaz à Effet de Serre engendrées par l’ensemble des processus physiques nécessaires à
l’existence d’une activité humaine. C’est un outil de Management Environnemental qui
s’articule sur le Système de Management des Gaz à Effet de Serre (GES).
Il se met en place suivant 5 grandes étapes que sont :
− Identification des activités dans le cadre du projet ;
− Identification des sources de production des GES ;
− Quantification des émissions de GES ;
− Constatation des postes d’émissions significatifs ;
− Synthèse de la démarche.
Une des étapes les plus importantes, est la quantification des émissions de GES qui s’appuie
sur le calcul suivant :
Emissions de CO2=Donnée d’Activité*Facteur d’Emission
Il faut préciser que le facteur d’émission est un coefficient qui permet de convertir les données
d’activités en émission de GES. Le facteur d’émission est disponible sur plusieurs plateformes
telles que la communication nationale, le rapport des BURs 1.
Les cabinets, pour la quantification, doivent tenir compte des incertitudes associées aux
données d’activités et au facteur d’émission pour corriger les résultats obtenus.

5
Enfin, les postes clés sont ceux qui une fois additionnés représente 95% des émissions du
projet. L’ensemble de ces points réalisés, permettra d’établir un plan d’action de réduction des
émissions qui s’appuie sur la réduction au niveau de chaque poste clé.
En conclusion, on peut retenir que pour un projet qui émet des Gaz à Effet de Serre un bilan
carbone répondant à l’ensemble des étapes présentées est nécessaire dans le cas des
réductions d’émissions une évaluation des réductions selon les méthodologies MDP est
nécessaire.

ECHANGES
Au cours des échanges avec les participants il a été question de savoir si tous les projets
devraient intégrer systématiquement un volet Changement Climatique dans les études. A cette
question, la Coordonnatrice a répondu qu’il était préférable d’en tenir compte vu que les
activités connexes liés au projet pouvaient être source d’émission.
Ensuite, sur les quantités d’émission il a été question de savoir si c’était une valeur fixe en
réponse à cette question il a été précisé que les quantités d’émission étaient des valeurs
relatives et pouvaient prendre un signe moins en cas d’absorption des GES ou un signe positif
en cas d’émissions de ces gaz.

1.3 éthodologies de calcul des réductions d’émissions de GES (Rachel BOTI


DOUAYOUA)
Cette présentation a pour objectif d’aider les cabinets à identifier les projets dits d’atténuation
par rapport aux secteurs d’activités. Les intitulés des projets fournis à titre indicati,f aident les
cabinets déterminer si un projet est potentiel projet climat.
Les projets d’atténuation, sont regroupés en 15 sous-secteurs selon le protocole de Kyoto. Ce
sont des secteurs qui couvrent les projets d’énergie, de transport, de foresterie, d’industrie,
de construction etc.
Pour chaque projet potentiel par secteur il existe une méthodologie de calcul des réductions
d’émission issu du MDP (à consulter dans le Powerpoint sur les méthodologies de calcul des
réductions d’émissions).

RECOMMANDATIONS GENERALES
Les Cabinets d’Etudes au cours des différents échanges ont demandé à l’ANDE de mettre en
place des TDRs plus précis ce qui leur permettraient de mieux exécuter les travaux liés au
volet Changement Climatique. Ils ont aussi demandé qu’une formation même payante leur soit

6
proposée pour leur donner les outils dont ils ont besoin pour faire face au défi d’intégration du
volet Climat dans les rapports d’EIES.
Enfin, ils ont demandé à l’ANDE de leur laisser du temps pour pouvoir s’adapter, se former
avant d’intégrer entièrement le volet Climat dans les rapports.

3- Cérémonie de clôture

La Coordonnatrice MDP a clos les travaux aux environs de 12h30, en remerciant l’ensemble
des participants pour leur présence, elle leur a rappelé qu’au vu de l’engagement que la Côte
d’Ivoire a pris, il devenait urgent et nécessaire que les Cabinets d’Etudes nationaux se forment
et se préparent à faire face à cet enjeu.

Toutefois, elle a promis faire un retour auprès de la direction de l’ANDE pour voir dans
quelle mesure une formation complémentaire pourrait être envisagée.

Elle a dit pouvoir espérer les revoir pour les futures activités du MDP.

Fait à Abidjan, le 19 Novembre 2020

Le Rapporteur
Christian ANDOBLE-YAO