Vous êtes sur la page 1sur 18

roduit scalaire

Le pr~duit'scétlaire est une « opération» qui à deux vecteurs du


plan associe un nombre réel. Ses propriétés, simples et faciles à
utiliser, en font un instrument privilégié du calcul vectoriel, notam-
ment dans la détermination de distances et d'angles et la résolu-
tion de problèmes d'orthogonalité.

1. Définitions et premières propriétés 62

2. Propriétés du produit scalaire 66

3. Relations métriques dans un triangle ~....... 69

4. Forme enelytique du produit scalaire 72

Produit scalaire 61
lntroduction

---
••••• ..w....t•••

A
.-==_~';r~= - B

Fig.1 Fig.2
L'énergie dépensée pour déplacer le wagonnet du point A au point B dépend de la longueur de [AB], de
l'intensité de la force F exercée sur la corde; mais aussi de la direction dans laquelle F s'exerce. En phy-
sique, pour évaluer cette énergie, on introduit la notion de travail. A ~ B

On décompose la force F en F
---+---+---+ = F 1 + ~. rsJ·e :P ·
Par définition, le travail W de la force Fest dans le cas de figu- .. F; i
re ci-contre: W = Ir111 x AB = Irll x IIABIIx cos e. ----------- :1
Le travail est proportionnel à IIF:II(~ n'apporte aucune contribution au déplacement). C'est pourquoi
dans le cas de la figure 2, pour une force de même intensité, l'homme est plus efficace. Imaginez ce qui
se passerait si l'homme tirait dans une direction perpendiculaire à (AB), parallèle à (AB).
L'objet de ce chapitre est de mathématiser cette situation.
\

mliijPrjoduit scalaire d~
Soitt: et v deux vecteurs. On appelle produit alaire de u par vIe nombre réel noté u.v défini par :
• u.v = 0 si l'un des vecteurs u ou vest nul;
• 11.v = Illlllllvii cos (If.ih si les deux vecteurs 11et v sont non nuls.
u.v se lit « U scalaire ». v ~'-

.Remarqyes
---+ --+
• Dans l'introduction, on a donc: W = F.AB.
• Dans la définition, le plan est supposé orienté. Cependant, comme l'angle orienté (Û, n'intervient v)
que par son cosinus dont la valeur est indépendante de l'orientation du plan, on auraitpu définir le
produit scalaire dans un plan non orienté.
Exemples
Soit 11et v~deux vecteurs tels que: 111111 = 2 et Ilvll = 1.
~
• ~ ~ 1t ----+----+ • ---+ ---+ 1t ---+---+
• SI Mes (u, v) =3' alors u.v = 1. • SI Mes (u, v) = -3' alors u.v = 1.

~
---+' ---+ 51t ---+---+ ln •
~
---+ ---+ 1t l ---+---+
• SI Mes (u, v) =6' alors u.v =- >/3. • SI Mes (u, v) =2' a ors u.v =_0.

Pro riétés
(1) Pour tous vecteurs 11et v: u.v = lf.ll.
(2) Pour tous vecteurs 11et v:
Iu.vl ~ IllllIIIVII.
(3) Pour tous vecteurs 11et non nuls: v
• 11et v sont colinéaires et de même sens si et seulement si ll.v = Illlllllvll ;
L- _
• 11et v sont colinéaires et de sens contraires si et seulement si . v = -llllllllvll. t:
62 Produit scalaire

"'-''--------_._~-_._------ ~-~~-~
Démonstration
Les deux premières propriétés sont évidentes lorsque l'un des vecteurs û ou vest nul.
~----+ -).-+
Supposons: u "* 0 et v"* 0 .

û.v = !!û!!!!D'!! ciD» û.û !!v!!!!û!!


(1) cos
Or: cos(ï1, --v) = --
et =
cos(û, û).
cos ln).
r r: •

D'où: û.v = û.û.


(2) Pour tous vecteurs û et Û, on a : Icos(U) 1 ~ 1.
. D'où !!û!!!!v!! co~(~) ~ !!û!!!!v!!,
et Iû.vl ~ !!û!!!!v!!.
û et v sont colinéaires et de même sens si et seulement si Mes
(3) •

Mes (ï1, --v) = 0 <=> cos (ï1, --v) = 1


(U) = o.

<=> !!û !!!!v!! cos (U) = !!û !!!!v!!


<=> û.v = !!û!!!!v!r.
• û et v sont colinéaires et de sens contraires si et seulement si Mes (U) = n.
~ ~
Mes (u, v) = n <=> cos(u, v) =-1

<=> !!û !!!!v!! cos (U) = - !!û !!!!v!!


<=> û.v = -!!û!!!!v!!.

_~3b Carré scalaire


Définition
û.û est appelé carré scalaire de û. On le note t».
Pro riété .
Pour tout vecteur û: it» = !!û !!2.
--"""--
Démonstration
Si û = D, la propriété est évidente.
Si û"* D, alors û2 = û.û = !!û!!!!û!!cos(ff,it) = !!Û!!2.

_~!l.t.lnterprétation géométrique
ue
-+ -+
Pour tout point A et tous points B et
--------+
En effet: !!ABII= AB ; IIACII
--------+
=
C

AC et cos (AB,AC)
--
distincts de A: AB.AC = AB
---+ ----+
= cosBAG.
x AC cos BAC.

Pro riété
Pour tous points A, B, C tels que A "* B, on a :
----+ ----+ - -
AB.AC =AB x AH où H est le projeté orhogonal de C sur (AB).

AL( H
.B C
H
~--------_B
A

. 1

Produit scalaire 63
Démonstration
Si A = C, alors H = A = C. La propriété est vérifiée car
)
AC = 0 et AH = O.
Supposons: A =1=
C (A =1=
B par hypothèse).
Envisageons trois cas de figure.
-
• BAC est aigu ou nul.
(H E lAB))
. ~ C
--
AB.AC = AB x AC cosBAC
~ = AB x AC cos HAC car HE lAB)

A ~'--

-
H
__ ~~ B = AB x AH
=AB x AH --
car AB et AH sont de même sens.
• BAC est obtus ou plat.
(H fi. [AB)) --
AB.AC = AB x AC cos BAC
= AB x AC (- cosHAC)
-
- -
car BAC et HAC sont supplémentaires
= - AB x AC cosHAC
C~C--

-
H A
__ ~ B =-ABxAH
=AB x AH --
car AB et AH sont de sens contraires.
• BAC est droit. -
--
.
(H=A) . . AB.AC = AB x AC cos BAC
-
L
= AB x AC x 0 car BAC est droit, donc cos BAC = 0
C =AB x AH car AH = O.

H=A

Rgmargues
Soit A, B, C tels que: A =1=
C et A =1=
B.
~ ----+ ~ ---+ ---+ ---+ K .,....

--
• Puisque AB. AC = AC. AB, on peut aussi calculer
en projetant B orthogonalement
AB. AC= AB - xAH=- -
AKx -
AC,
sur (AC) :

où H est le projeté orthogonal de C sur (AB) et


AB. AC

~'
C ,,/
\'"

K est le projeté orthogonal de B sur (AC).


---+ ---+ --- -----
AH- B
• AB. AC a le même signe que GosBAC et ne s'annule que si cos BAC s'annule (puisque B =1=
A et C=I=
A).
On a donc:
~~ ~
lAC est aigu- ~" BAl: est droit
C

l --
C

'A~· ~B

Pro riété
--
AB.AC> 0
~B

--
A
AB.AC < 0
A
AB.AC = 0
~ B

--
Soit A, B, C, D quatre points tels que A
- x HH'
AB.CD = AB -

Cette propriété
où H et H' sont les projetés orthogonaux

généralise la propriété
=1=

précédente.
B.
respectifs de C et D sur (AB).

64 Produit scalaire
, monstration D
--+ --+
Soit E le point tel que : CE = AB.
Soit K le projeté orthogonal de D sur (CE).
~
On a : AB.CD
---+ ---+ ----+
= CE.CD
c/~ E

=CExCK
= AB x HH'.

_..-..-b Travaux dirigés


____ 1. On considère la figure ci-dessous c'est-à-dire celle de la première page de ce chapitre.
Calculer û.vet une valeur approchée de Mes(ifif) à 10-2 près.

Solution c
• u.v = AB x AH = 5 x 2 = 10. 11/
• u.v= Ilûllllvll cos(U). 1/
-- '-+-+
, , (--> --» u. V 10
D ou : cos u, v = --> -->
Ilullllv Il 511vll
/
IIvl12= AH2 + HC2 = 4 + 16"= 20. 1/
A
r
B
D'où: Ilvll= 215 et cos (V) = 1. H

À l'aide d'une calculatrice ou d'une table trigonométrique, on trouve mes BAC "" 1,11. Mais, il y a deux

angles o~ientés opposés ayant pour cosinus ~.


Compte tenu de la figure, on a: Mes(U) "" 1,11.

____ 2. Soit ABC un triangle tel que: BC = 2 et BA = 1. Le pied H de la hauteur issue de A est
--+ 1 --+ --+ --+ --+ --+ --+--+
tel que: BH = -TBC. Calculer: BA.BC ; CA.CB ; AB.AC. Calculer les arrondis d'ordre 2 des mesures
en degrés des angles A, B et ê.

Solution guidée
~~ -
• Justifier que: BA.BC =BH x Be.
: 1 ~ --+ --+ 4
, 2 • En déduire que: BA.BC = -3'
~
H~----- C
B
• Démontrer de la même manière que : ëA.Œ = 136.
---+ ---+ - --
• Soit K leprojeté orthogonal de B sur (AC). Démontrer que: AB.AC = (AC + tK) AC.
-+ ----+ ----+ ----+
• Démontrer que: AB.AC = AC2 - CA.CB .
• À l'aide du théo~rème de Pythagore, calculer: AH2. En déduire que: AC2 = 2}.
--+ --+ 7
• En déduire que: AB.AC = 3'
.-... ----+ -+ -.
• En exprimant cos A en fonction de AB.AC, AB et AC, vérifier que: mes A"" 32,57°.
"érifier de la même façon que: mes B"" 131,81° et mes ê""
15,62°.
Vérifier les résultats sachant que la somme des mesures en degrés des angles d'un triangle est 180".

Produit scalaire 65
.~Exercices~./~ ~..('./~~./~=
La Calculer û.ii sachant que: 1lit Il = 2 ; Iliill = 1 ; 1.d ABC est un triangle équilatéral de côté a.
-+ -+ a2
Mes (~
U,V J =
21t
3' Démontrer que: AB.AC = 2'
1.e Soit un cercle (~), A et B deux points diamé-
lob Soit ABCun triangle isocèle tel que:
tralement opposés de (~) et M un point exté-
AB = AC = 3 et mesA = 30°. 'Calculer AB.AC. rieur à (~): n'appartenant pas à la droite (AB).
Les droites (MA) et (MB) recoupent (~) respec-
Le Soit 11un vecteur donné de norme t. tivement en C et D. En calculant de deux
Déterminer tous les vecteurs ii de norme 1 tels manières le produit scalaire MA.ME,
démon-
que: û.ii = 1. trer que: MA x MC = MB x MD.

2.. Vecteurs orthogonaux


Pro riété
Pour tous vecteurs û et v: on a: Û.v = 0 <=> u: v.
Démonstration
Rappelons que û et v sont orthogonaux si et seulement si leurs directions sont perpendiculaires ou si
l'un d'eux est nul.
S·1 -->
U =
-->0
ou -->
v = -->0 est evi
, l a propneiété e est évid en t e.

Supposons:
-..u * ~0 et v
~
* ~o.
û.v = 0 <=> Ilûllllvll
~
cos (~) =0
<=> cos (u.v) = 0
~ ~
car Ilû Il * 0 et Ilvll * 0
<=> Mes(û, v) =~ ou Mes(u. v) = - ~
<=> û..l V.

Consé uences
(1) Soit (911)et (911')deux droites de vecteurs directeurs respectifs û et v:
(911)..1 (911')<=> û.v = o.
-+ -+
(2) Soit les points A, B, C, D, avec A * B et C * D : (AB) ..1 (CD) <=> AB.CD = O.
(3) Soit les points A, B, M, avec A *B : -+ -+
M appartient au cercle ('i6) de diamètre [AB] si et seulement si MA.MB = O.
Démonstration
Les propriétés (1) et (2) sont évidentes.
(3) Si M = A ou M = B, la propriété est évidente. Supposons: M * A et M * B.
On sait que M appartient à ('i6) si et seulement si (MA) et (MB) sont perpendiculaires, ce qui est équi-
-+ -+
valent à: MA.MB = O.

66 Produit scalaire
~~ Règles de calculs
••11- Propriétés fondamentales
Définir une nouvelle « opération » dans l'ensemble. des vecteurs du plan ne serait pas très utile si on ne
pouvait l'utiliser conjointement avec celles que l'on corinaît déjà: l'addition vectorielle et la multiplica-
tion d'un vecteur par un nombre réel. Les -deux premières questions auxquelles on se doit donc de
répondre sont les suivantes:
• Qu'advient-il du produit scalaire lorsqu'on multiplie l'un des vecteurs par un nombre réel?
• Qu'advient-il du produit scalaire lorsqu'on remplace l'un des vecteurs par une somme de vecteurs?
Dans les propriétés que nous allons énoncer ci-dessous, il est essentiel de faire la distinction entre:
• le produit de deux nombres réels a et b noté a x b ou ab ;
• le produit d'un vecteur û par un nombre réel a noté aû;
• 1e pro dui
mt sca l'aire d es vecteurs ->
u et ->
v no t'->->
e u.v.

Pro riétés ----'"

. Pour tous vecteurs û; ~ û', l!' et tout nombre réel À, on a :


-)- -)- -+-+ :?\ -+
(1) u.v = v.u (2) (ÀuJ.v= -+u.(Àv-+ ) = À(u.v
-+-+
) ;
-> -> ->') -+-+ ( ) (-> ->') -+ ~-+
(3) u.(v + v = -+----+-
u.v + u.v' 4 u + u .v = u.v + u.v.
-+,----Jo

Notation
On notera simplement Àu.l! la valeur commune des trois expressions: (Àû).l!; u.(Àl!) À(u.l!).
".

Démonstration guidée
• Vérifier ces propriétés lorsque l'un des vecteurs est nul ou lorsque À = O.
-Supposons 1es vecteurs ->->->-> 1 b 'l~ 1
u, v, u', v' et e nom re ree r; non nu s.

(1) Cette propriété a déjà été démontrée au paragraphe 1.2.


/
(2) Soit (A,B) un représentant de û, (A,C) un représentant de l! et (A,D) un représentant de Àu. •
• Démontrer que:
a) (Àû).l! = (ÀAB) AH ; c
->
b) À(u.l!) = À(AB x AH). v

• Conclure. ->
u
• Pourquoi a-t-on : u.(Àit) = (Àl!).û? A H B Â,û D
. (~-» -> ~(->-»
• Pourquoi a-t-on: /\,v .u = /\, v.u ?
D
• Conclure que: u.(Àl!) = À(u.l!).
(3) Soit (A,B) un représentant de Û, (A,C) un représentant de l!
et (C,D) un représentant Ge l!'.
• Démontrer que: u.(l! + l!') =AB (AH + HK). A~-...;....J.----=;:---'--l--B
->-> -> -+-+ -+-+ H 11 K
• En déduire que: u.(v + v') = AB.AC + AB.CD.
• Conclure:
(4) • Démontrer la propriété en utilisant les propriétés (1) et (3).

1111._ Conséquences
À partir des propriétés précédentes, il est possible de développer un grand nombre d'expressions. Voici
celles que l'on rencontre le plus fréquemment.

Produit scalaire 61
Pro riétés
Pour tous vecteurs V, û' et v', on a :
Û,
(1) (û + v).(û'+ v') = û.û'+ û.v'+ eit-; -v.v' ;
(2) (û + v)Z = ûZ+ 2û.v + VZ ;
k (3) (û _v)Z = ûZ_ 2û.v + VZ ;
(4) (û - v).(û + v) = ûZ_ VZ •

Démonstrations
(1) (û + v).(û' + vl= û,(û' + vl + -v.(û'+ vl d'après (4) du paragraphe précédent
----+---+, ---+--+, --+--+, --+---+7 d ( )d he nré éd
= u. U + u. v + v. U + v. v 'après 3 u paragrap e prece ent.
On démontre les autres à partir de celle-ci et des propriétés du paragraphe précédent.

Remarque
Les « règles de calcul» du produit scalaire ressemblent à celles de la multiplication dans IR.
Cependant cette ressemblance a ses limites.
On sait que pour tous nombres réels a et b : ab = 0 ~ a = 0 ou b = o.
t:
Or, on~a d~à vu que si et v sont des vecteurs: û.v = 0 n'implique pas que û = Ô ou Û= Ô mais seule-
ment u L v.

Autre ex ression u ro uit sea aire


Pour tous vecteurs û et V, on a: û.v = ~ (ilû + vllz -llûllz -llvI12).

Démonstration
'.
C'est une conséquence immédiate de la propriété (Z) ci-dessus:
(û + vJ2 = u» + Zû,û + s» ~ Ilû + ûl12 = IIûl12+ IIûl12+ Zû'-v.
D'où: û,v = ~ (IIû + ïfl12 -llûl12 -llvI12).

Remarque
L'intérêt de cette formule est de fournir une expression du produit scalaire ne faisant intervenir que des
normes.

\
_~~ Travaux dirigés
••• _ 1. Soit ABe un triangle rectangle en A,
.
h
.
H le projeté orthogonal de A sur (Be).
Démontrer que: BA2 = Be xBH.

-1 Solution B·.~.(
----+ ----+ - -
-BC,BA = BC xBH car H est le projeté orthogonal de A sur (BC).
--+ --+ -
-BA. BC =BA2 car A est le projeté orthogonal de C sur (BA).
----+ ----+ ----+----+
Or : BC, BA = BA. BC,
On a donc: BA2 = Be xBH.

68 Produit scalaire
.Mi. 2. Dans la figure ci-contre: A ----'1-'-7---,--, B
• AB = 17 ; BC = 12 ; CD = 16 ;
• I est le milieu de [DC]..
(AB) et (DC) sont perpendiculaires à (BC).
Démontrer que les droites (AI) et.(BD) sont perpendiculaires.

Solution--+ --+ --+


L'égalité BD = BC + CD fait apparaître deux vecteurs orthogonaux dont on connaît la norme:
~~ ~-----.. ----+
AI. BD = AI.(BC + CD)
----+ ----+ ----+ -+
= ALBC +--+AI.CD
--+
= BCz + AI.CD car les projetés orthogonaux
o --+--+
de A et 1 sur (BC) sont respectivement B et C.
Utilisons le même procédé pour calculer AI.CD : 1
----+ -+ -+ -+ -+---+
AI. BD = BCz + (AB + BC + CI).CD
-+ -+ ----+ -+ ----+ -+
= BCz + AB.CD + BC.CD + CI.CD
= 12z - 17 x 16 + 0 + 1 6 x 16
2
= O.
--+ --+
Donc: AI 1. BD. Les droites (AI) et (BD) sont bien perpendiculaires.

,-+--+ -+
Pour.calculer des produits scalaires de la forme AB.CD, on a souvent intérêt à décomposer AB
-+ e
ou CD à l'aide de la relation de Chasles en somme de vecteurs connus et de développer en uti-
lisant les règles de calculs sur le produit scalaire.

~Exercices~/~~/~~~= -'> \ .

2.0 On donne: liûll = [2, IIViI= Z et Mes (u?)= 1t4. Retrouver la propriété suivante: le parallélo-
1
gramme ABCD est un losange si et seulement si
Calculer : û.~ (AC) ~ (BD).
En déduire les valeurs de :
(it+ v:J2; (it_V)2; (zit - 3V)2 ; (it+Zv').(zit - V). 2.e ABC est un triangle tel que AB = 3, AC =6 et
~~
AB.AC ."= 10. .
2.b Trouver une condition nécessaire et suffisante ~---+
1. Développer (AC - AB)2.
pour que: liû + Vil = liûll + IIViI· 2. Calculer Be.

2.c Soit ABCD un carré, I le milieu de [BCl et


-)- 1 ~
J le 2.f Soit deux vecteurs û et v tels que Ilû Il = rz,
pointtel que CI ="4 CD. ft D Ilvll = 5 et l1.v = 7.
/-; .>
Démontrer que (lA) ~ (IJ). +-t =
On pose: f 4û - v et 1= - sa
+ it
'c Démontrer que (f, 1l e;t une base orthonormée
2.d Soit ABCD un parallélogramme.
~ -+ du plan.
Démontrer que: AC.BD = AD2 - AB2.

_~i:ob Relations métriques caractérisant un triangle rectangle


On sait que la relation BC2 = AB2 + AC2 est caractéristique! d'un triangle rectangle en A.
La propriété suivante donne deux autres relations caractéristiques d'un triangle rectangle en A.

1. La relation BC2 = AB2 + AC2 est dite caractéristique d'un triangle rectangle en A car c'est une condition nécessaire et suffisante pour que
le triangle ABC soit rectangle en A. (Les triangles rectangles en A sont les seuls triangles vérifiant cette relation.)

Produit scalaire 69
Pro riété
Soit ABC un triangle, H le projeté orthogonal de A sur (BC).
A
Les énoncés suivants sont équivalents :
(1) ABC est rectangle en A ;
(2) BC2 = AB2 + AC2 ;
(3) BA2:= BH x BC;
B~----~--------------~C
(4) ~ = -HB x He.
. ,
Démonstration guid~e
On a démontré dans le premier cycle que: (1) <=> (2).
Dans le premier exercice du paragraphe 2.3, on a démontré que: (1) => (3).
• Justifier que: (3) => HA2 + HB2 =BH x Be.
"
• En remarquant que BH x BC = BH2 + BH x HC, démontrer que: (3) => (4).
Démontrons que: (4) => (1).
... --+ --+ --+
• A l'aide d'un développement, justifier que: HA.(AB + AC) = - 2 HA2.
--+ --+ ----+ --+ --+ ----+ - - --+----+
• En remarquant que HB.HC = (HA + AB).(HA + AC), démontrer que: HB xHC = AB. AC - AH2.-
• En déduire que: (4) => (1).
On a démontré successivement que: (1) => (3) ; (3) => (4) ; (4) => (1).
Ces trois implications entraînent les trois équivalences suivantes:
(1) <=> (3) (4) <=> (1).

Pour démontrer que trois propriétés (Pl. (q), (r) sont équivalentes, il suffit de démontrer les
trois implications suivantes:
(p) => (q)
~ ~
[r]

_""" .• ~ Théorème dlAI Kashi


",,",-
Pro riété

Soit ABC un triangle quelconque.


On pose: a = BC ;b = AC ;c = AB.
On a : a2 = b2 + el - 2bc cos A.
a
Démonstration
a2 = ocz
-+ -+
= (AC - AB)2
--+ ---::-+ --+ --+
= AC2 +AB4 - 2AB.AC-
~
= b2 + c2 - 2bc cos A .

. 70 Produit scalaire
• Ce résultat, connu sous le nom de théorème d'Al Koshi, généralise le théorème de PJ1l!agore à un tri-
angle quelconque. En effet, dans le cas d'un triangle rectangle en A, le terme 2bc cos A s1mnule et on
retrouve: a2 = b2 + c2.
---+ ---+ ~ ---+ ---+ 1
• AB.AC = be cos A. On p donc: AB.AC = 2(b2 + c2 - a2).
• De même, on a les relatYons: b2 = a2 + c2 - 2ac cos Ê ;,
c2 = a2 + b2 - 2ab cos ê.
• Ces relations permettent, entre autres, de déterminer les mesures des angles d'un triangle dont on
connaît les longueurs des côtés.

_*'- ....
Théorème de la médiane
Pro riété
Soit ABC un triangle quelconqueef[AA'] la médiane
relative à [BC]. On a :
(1) AB2 + AC2 = 2AA~!!:~-,
---+ ---+ - BC2~
(2) AR1\C = AA'2 - 4'., '

Démonstration guidée
----+ ----+ ----+ ----+ ----+.----+
(1) • En utilisant l'égalité AB2 +AC2 ::::(AA' +A'B)2 + (AN +A'C)2 , démontrer que:
-+ ----+ ----*~ -+ -
----+ -+ ----+
AB2 +AC2 = 2AA'2 + A'B2 + ~Ç2 + 2AA'.(A'B + A'C).!
---+ ---+
• Que peut-on dire de : A'B + A'C ?
• Exprimer A'Bz et A'C2 en fonction de BCz.
• Conclure.
(2) • Déduire de (1) que:
1
z(A.!32 +_AC2 -13C2)
.= .
AA'2 -
BC2
4 .
• Conclure en utilisant la deuxième remarque du paragraphe 3.2.

emarques
• Le triangle étant quelconque, les médianes [AA 'J, [BB'] et [CC] jouent des rôles symétriques. On a
donc aussi:
2BB'2 + Af2 = BA2 + BC2 ; 2CC2 + AJ2 = CA2 + CB2.
• Ces relations permettent de calculer les longueurs des médianes d'un triangle dont on connaît les lon-
gueurs des côtés.

_~a. Travaux dirigés


•• Soit ABCD un quadrilatère convexe tel que: AB = 1 ; BC = 2 ; mes A = 80° ;
ml sB = 120° ; mes
'
ê = 60°. Calculer les arrondis d'ordre 2 de DA et DC.

Produit scalaire 71
Solution guidée·
La figure est constituée de « deux triangles accolés» : ABC et ADC.
Dans ABC, on connaît l'angle B et ses deux côtés adjacents, on peut donc calculer AC en utilisant le
théorème d'Al Kashi.
• Démontrer que: AC = .[7.
D
Dans ADC, on connaît AC. On peut aussi déterminer
l'angle D opposé à [AC] car la somme des mesures des

A
angles d'un quadrilatère convexe est 360°.
• Démontrer que : mes D= 100°.
Pour déterminer les autres côtés du tria~, il faudrait
connaître un autre angle, par e~ple ACD. Pour cela,
B 2 C il suffit de déterminer l'angle ACB.
On pourrait utiliser le théorème d'Al Kashi dans le triangle ABC puisqu'on connaît la longueur des
trois côtés. Comme on connaît aussi l'angle B, il est plus simple d'utiliser le théorème des sinus.
• Démontrer que~mes~
---- "" 19,11°.

• En déduire que: mesACD ""40,89°.


• En utilisant le théorème des sinus dans le triangle ADC, vérifier que: DA '" 1,76 et DC "" 1,69.

Pour déterminer des angles et des longueurs dans un polygone donné, il est souvent utile de le
décomposer en triangles et d'utiliser dans chacun d'eux les relations métriques qui conviennent.

3.a Soit ABC un triangle tel que : ~ 3.c ABC est un triangle tel que : AB = AC = 2BC.
AB = AC = 4 et BC = 3. Déterminer les mesures des angles de ce triangle.
Calculer la longueur de chacune des médianes.
~ 3.d Soit ABC un triangle, A' le milieu de [BC], B'
3.b Soit ABC un triangle tel que: celui de [CA]·et C' celui de [AB].
AB", 4 ; AC = 7 ; mes A = 120°. Calculer BC. On pose a = BC, b = CA, c = AB.
Déterminer les angles Ê et ê. Calculer la lon- Exprimer AN2 + BB'2 + cç'2 en fonction de a,
gueur de chacune des médianes. b, c.

_iiiIl;:.t.!lâ Expression dans une base orthonormée


Pro riété
Soit û (;) et û' (;: ) dans une base orthonormée (t1). On a : û.û' = x;x'+- YY'.
--------~--------~
Démonstration
-----+ 7' -;+ ---+, ,7 ,7
U = Xl + Yl et U = Xl + Y 1.
---+---+, 7 --;+: ,7 17)
U.U = (Xl + Yl ).(x l + Yl .

72 Produit scalaire
Développons à l'aide des propriétés du produit scalaire: û.û' = x.x-'72 + xy'7.j + yx'j.7 + yy,!2.
-+-4; -+ ~ -+ ~ -+-+-+-+
Puisque (i, j ) est une base orthonormée: i 2 = Il i 112 = 1;j 2 = lü 112 = 1 et i.j = j .i = o.
Il reste: û.û' = xx'+ yy'.

Cansé uence .

Soit u
~(x). dans une base orthonormée --,+--,+
(i, j). On a :
{x=û.r ~7
y Y = U.J.

Démonstration
On sait que: 7(6) et 1(~)- ~7
D'après la propriété précédente, on a : û.r= x xl + Y x 0 =x et, u.j =xx 0 +y x 1 = y.

ues
• La formule û.û' = xx'+ yy' permet de retrouver facilement l'expression de la norme d'un vecteur dans
une base orthonormée et l'expression de la distance dans un repère orthonormé:
soit û (~) dans une base orthonormée, Ilû Il = Jx2 + y2 ;

soit A(:1). B(;:) dans un repère orthonormé, AB= Jr.'-X-B---x-A-J-2-+-r-y-Ii---y-A-j-2.


• Soit û ( ~) dans une base orthonormée. Le vecteur -r :)est orthogonal à û.
En effet: û.v = a{- bj + ba = O.

_il&.tIIlû. Travaux dirigés


••
••• 1. Dans un repère orthonormé on considère les points A(~).B(~).C(~)-
Déterminer la mesure de chacun des angles du triangle ABC.

Solution
AB = J (1 - 3)2 + (1 - 2 )2 = !5
AC=J(5-3)2 +(0-2)2='2[2
BC = J (5 -1)2 + (0 - 1 )2 = f0
---+ ---+
---+ ---+ .-...-.. AB. AC
AB.AC = AB x AC cos A Ç:::> cos A = AB x AC

• Ai3(=n ; AC(_~)-
---+ ---+ .-.. ho é
AB.AC = - 2 => cos A = - 10 .
Il suffit d'utiliser une calculatrice ou une table trigonométrique pour déterminer mes A : mes A"" 108,4°.

~O~eut détermin~ de la même façon mes Ê: EAU) ; i3C(_i)-


BA. BC = 7 => cos B = 7iji . .
mes Ê"" 40,6°.
• On pourrait encore déterminer de la même façon mes ê mais il estplus rapide d'utiliser que la somme
des mesures en degré des angles d'un triangle est égale à 180 : mes C "" 180° - 108,4° - 40,6° "" 31°.

Produit scalaire 73
___ 2. Dans une base orthonormée (7: I), on considère le vecteur û(!}
1°) Trouver les coordonnées d'un vecteur non nul l! orthogonal à û.. .
2°) Trouver les coordonnées du vecteur r de norme 1, colinéaire et de même sens que àû û. Trouver
les coordonnées du vecteur l de norme 1, colinéaire à l! et de même sens que V.
3°) al SOitW(-S2) dans (rI). Trouver les coordonnées dew dans la base (r',I').
bl SOitw(;) dans (rI). Trouver, en fonction dex et y, les coordonnées de w dans la base (r',I1.

Solution
1°) On remarque que le vecteur l!(-;4) est orthogonal à û(!}
~ ~
20) 7, U t 7, V
l = Ilûll e J = Ilof
Ilftll = 11011
= 5 => i' (!~netI' (if~)
3°) a) (i', Il est une base orthonormée, donc:
, --+7,
w(;)dans (i',I') et y = W.) Ç::} x' = 154 et y' = 253 .

b)w(Z)dans (i', 11 Ç::} x' = iD.i' et y' = iD.}' Ç::}


, 3x+4y
x =--=5----"'-
et
Y
'
=
-4x+3y
5

On aurait pu choisir pour l! tout vecteur colinéaire à celui choisi dans la solution; toutefois, quel que
SOl't ce choi
01X, 1e vec t eur j7, ne pOUVQ1
't' aV01r comme coor d'onnees que 3/5 ou -3/5 . (-4/5) ( 4/5 )
-.
\'
,~Exercices~/~§~/~~/~
-0
4.a v
Calculer it. dans chacun des deux cas de figu- A(~), B(-12),c(:J
re ci-dessous. Démontrer que ABC est un triangle rectangle
1
- en A. Déterminer les longueurs des trois côtés
l' 1 et les mesures en degrés des trois angles de ce
....
lJl}f 1 1\ V 1 1
triangle.
\ 1 !
;f"]
~ ül 4.c Soit x un nombre réel. On considère dans un
A 1 repère orthonormé (0, t Tl
les deux points:

4.b Dans le plan muni d'un repère orthonormé AG) et B(~).


(0, t Tl on considère les points: Déterminer x pour que: mes WB = ~ .

/
------ ~---- -


'frouver xercrces \

APPRENTISSAGE 8 Mt [OX) et [OY) deux demi-droites telles que


l'angle XOY soit aigu et A un point de [OX) distinct de
O. On considère:
• A' le projeté orthogonal de A sur (OY) ;
tilisation des définitions • B le projeté orthogonal de A' sur (OX) ;
• B' le projeté orthogonal de B sur (OY) ;
CS
-'~=-t~~J
• C le projeté ortho~nal ~ B'~r (OX).
1 Calculer: 1. Démontrer que: OB2 = OA'. OB'. . •
->->
u.a;
- t ~
2. Démontrer que: OA. oe =OA'. OB'.
-+ -+ ~

3. En déduire que OB est la moyenne géométrique de


es. b OA et de oe.
1 i On appelle moyenne géométrique de deux nombres
->->
u.c ,
Y±d1 réels positifs a et b le nombre {ab.

9 Soit ('<6) un cercle de centre 0 et de rayon r. On


considère sur ('<6) deux points A et B et leurs symé-
1 Calculer 11i711 et IIViI sachant que: triques respectifs A' et B' par rapport à O.
QI - ~ 1t ->->
= II" 1 ; Mes (u, v J = :3 et u.o = 2,
1. Démontrer que:
-+ -+ ---+ ---+ --+ ---+ --+--+
AA'. AB' = BB'. BA' et AA'. AB = BB'. BA.
--+ --+ ->---+
3 Calculer: 2. Démontrer que les sommes AA'. AB' + BB'. BA et
-+ -+ A...- ---" D --+ --+ --+--+
AB.AC ; '/ AA'. AB + BB'. BA' sont constantes lorsque A et B par-
-+ -+
courent ('<6).
AD.CB ; ~--
-+ -+
ACBD
---+ -+
que AB. DB. IW------"'c Utilisation des propriétés ;..
--+ -+ "' .,. , /,,', n
-'oit A, B, C ~is~oints tels que: ('0
x.. '10,CalCUl"AB.A~ .
_Π= 2 ; AC = .f3 et AB. AC = 3. ~' /

Calculer mes BAC


B 5, . C
Construire C connaiss. ant A et B. ~
..1.1 Soit A(~) et B(i) dans le repère-~rthonormé
v
5 Soit 11 et deux vecteurs. ,. (0, l,]).
pose r œ e Mes (~. '
Démontrer que le triangle OAB est isocèle. Évaluer les
Dans le cas où : 11i711 ,: 2/3 ; IIViI = 3 ; a =1t6 ' angles de ce triangle. 1

:C2:f."~~
->->
eru.v. (:l :--
. Dans le cas ou : u.v =
, -> -> 1
2" ;a = "9; 11.lU711=
41t
2, 11ABCD
-+
est un rectangle.
->
calculer IIVII. Donner, à l'aide de la calculatrice, une Calculer AC. DB.
ur approchée de IIViI à 10-2 près.
Dans le cas où : l1.v= 3; 111111 = 2 ; IIViI = '4}, B C
:Jéœrniiner lai.
13,Que peut-on dire des points A, B, e lorsque:
6 Soit ('<6) un cercle de diamètre [AB], H un point ABz +AC2 +2 AB. AC = O? ~\'-
cAB], (2/)) la perpendiculaire à (AB) en H .
. M un point de ('<6).
ua droite (BM) coupe (2/)) en N.
-+ ~ --*-~
Démontrer que: BM.BN = BN.BA.
En déduire que le produit scalaire
-+_>
BM. BN reste
14 Les droites (2/)) et
(2/)') sont-elles perpendicu-
constant lorsque M décrit ('<6).
laires ?
7 Soit ABC un triangle isocèle de sommet A tel o ""--+-L_-'l-_-'-------'
: AB = 3 et BC = 4. Soit H le projeté orthogonal de
.-" SUl' la droite (BC), K le projeté orhogonal de H sur
_ e).
15 Que peut-on dire des trois vecteurs Û, vet iD
-+ -+ lorsqu~iD = iWJ ?
~ - euler AH. Calculer AK. AC de deux manières diffé- Représ~e trois vecteurs Û, vet iD vérifiant cette rela-
es et en déduire la valeur de AK. tion. ',-.•..•
•..
'; -, ~t-f.:'
t \ - •• ~ t; .;\C_ ,
., • '".J. ~
~\
. Produit scalaire 75
-: ' 1
~ .
16 Soit û et v deux vecteurs tels que: 6)<726 Soit A et B deux points donnés du plan tels ",:,
= [z
1!i711 ; IIViI= Z et Mes ftfJ) = ~. que AB = 3. On appelle a le milieu de [AB].'
,
"
-+ -+
1. Pour tout point M du plan, calculerMA. MB en fonc:r"/
Calculer: i7.(Zû- V),; (1(- ZV).(3û + V) ; (3û + V)2. tion de la distance aM. • ' :<. ; dl
17 Soit û et vdeux vecteurs tels que:
2."En.déduire le lieu des points M du plan tels que:
-+ -+
=
. '0

Ilûll = 1 et IIViI= Z et Mes. rift) = ~: MA.MB 4.


~
Calculer: (û + V)2 ; (û - V).(û + Dl; (Zû + D).(Û - 3V). . 27 On considère, dans le plan rapporté à un repè-
re orthonormé (0, tTl, les points: L
A. 18 Soitû et v deux vecteurs tels que :llûll = Z ; El
(Zu -
-> "" -> "" ~ 1t
v J.(U + v J = Z ; Mes (u, v ) = "3'
' A(=i), Bez), C(6)' D(~) , n
Calcu~r IIVlI. , 1. Démontrer que ABCD est un parallélogramme,
, \ i :\ .' 2. Déterminer les longueurs des ses côtés et évaluer ses ' C
,~9 Soit û et v deux vecteurs tels que: angles, B.
~ -1 --+--+
ïlv Il = zlu Il- 6 et u 2 - V 2 = 9. 3. Vérifier que la somme des carrés des diagonales est
Calculer: 1!i711 et IIVlI· égale à ~a somme des carrés des côtés.

20 1. Soit û et deux vecteurs v non nuls, >s . 28 Dans une base orthonormée (t J'), on considè- 1
Démontrer que: Ilûll = IIVlI <=> (û- V) .1 (û + v),
re les vecteurs: -->(-Z) -->(-Z) ~,( 1 )
2. Déduire' de la question précédente qu'un parallélo-
u 1 ' v 2 ' v _~.
gramme est un losange si et seùlement si ses diagonales 1. 'Calculer: Z
sont perpendiculaires.
311ûll+ zlIVIl;.!13Û+ zViI ; 113û- zViI. r
2. Calculer:
•••311ûll+pllv'll ; 113û+ Zv11 ; 113û- Zv'll·
3. D'une manière générale, quelles conditions doivent (
Démonstration de propriétés vérifier deux vecteurs û et vpour
que, quels que soient
les nombres réels positifs a et b :
21Soit ABCD un carré, I le milieu de [AB] et J' liait + bViI = aj~11 + bllViI?
celui de [BC]. Démontrer que (AJ) et (DI) sont perpen-
diculaires.

22 Soit ABCD un carré. GéOmétrie analytique


On considère le point B' de [CP] A C' D
et le point C' de [AD] tels que : r---''--~-'----'

CB' = ~ CD et AC' =~ AD, B' 2',On considère un carré ABCD, Soit I un point .'
de [AB], J un point de [BC], K un point de [CD], L un
1. Les droites (BB') et (CC) sont-
point de [DA] tels que: BI = CI = DK = AL.
elles perpendiculaires ? Le but de J'exercice est de chercher Ja nature du qua-
2. Calculer une valeuf3EPro- B I.L- --->I C drilatère lJKL.
chée à 10-2 près de mes B'Bï)'. On, pose AB = a et BI = x., .,
1. Calculer IJ en fonction de a etx. Calculer de même"
~ 23 Soit ABC un triangle équilatéral de côté 1. Les JK, KL et LI. Qu'en conclure en cé qui concerne la natu-
points 11', B' et C' appartiennent respectivement aux re de lJKL ?-+-+
segments [AB], [BC] et [CA] et sont tels que: 2. Calculer II. IL. '
AA' = BB' = CC' = ~ . En déduire que lJKL est un carré.
-+ -+
1. Calculer le produit scalaire: AB. A'C', 30 On considère, dans le plan rapporté à un repè-
, --+ --+--+
----+
re orthonormé (0, tJ'), les points:
Que peut-on dire de Be. B'A' et CA. GB' ?
2. Quelle est la nature du triangle A'B'C' ? A(~l), Be~Z), C(3Z), D(-l~/Z).

24 Soit- un rectangle ABCD, On considère: Démontrer que ABCD est un losange.


• sur la demi-droite [AD), le point B' tel que AB' = AB ; Évaluer mes.ABC et mes:BAD .
• sur la demi-droite opposée à [AB), le point D' tel que
AD' = AD. 31 On considère, dans le plan rapporté à un repè-
1. Démontrer que (BD) .1 (B'D'). re orthonormé (0, t Tl, le point A tel que: OA = 3 et
2. Que représente D pour le triangle BB'D' ? ~ 1t
Mes (L, OA) ="3'
En déduire que (DD') .1 (BB').
1. Calculer les coordonnées de A,
.? 25 On donne un carré Aj3CD et un point M de la 2. Calculer les coordonnées du point H, projeté ortho-
diagonale [BD]. On désigne par H et K les projetés gonal de A sur la première bissectrice (droite d'équa-
'orthogonaux respectifs de M sur (AB) et (AD). tion y = x),
Démontrer que: (HK) .1 (CM). 3~ En déduire la valeur exacte d~ cos11tZ'

'16 Produit scalaire


\

40 On considère un triangle ABC et M un pc:û:D1 •


,"ReJations métriques quelconque. ~ ~ _,. ---+ ~ ---+'
r. Démontrer que: MA. BC +MB. CA + MC. AB =- 9.
, 3' Soit ABC un triangle, H le projeté orthogonal 2. Soit H le point d'intersection de deux hauteurs.
de A sur (BC).. Démontrer en utilisant la première question que- H
Démontrer que si ABC est rectangle en A, alors : appartient aussi à la troisième hauteur .
....L +....L= _1_.
3. Par une méthode analogue, redémontrer que les trois
AB2 AC2 AH2 médiatrices d'un triangle sont concourantes.
~
33 Soit
,

ABCD un parallélogramme.
t. Démontrer que: 2(AB2 + AD2) = AC2 + BD2. 41 Soit (~) un cercle de diamètre [AB], C un
Énonéer ce résultat som; forme d'un théorème concer- .point de N) (listinct de A et B. À tout point M distinct
nant les parallélogrammes" de A, on associe le poînt d'intersection N de (AM) et de
2. On "donne: AB = 4, AD = 2, BD = 5:- la perpendiculaire à (AB) passant par C. •
t. Pour tout point M distinct de A appartenant à (~),
~uler~, puis les mesures en degrés des angles
démontrer en utilisant plusieurs fois l'interprétation
BAD et DAC.
géométrique du produit scalaire que:
AMAN = AC2.
34 Soit ABC un triangle, l le milieu de [BC], H le
2. Réciproquement, soit M un point du plan distinct de
projeté orthogonal de A sur (BC). ~ ~
A tel que: AM AN = AC2. M appartient-il à (~) ?
t. Démontrer que : AC2 - AB2 = 2 BC~AI."_
2: En déduire que: AC2 - AB2 = - 2 BC x IH.
4' Soit (~) u~ cercle de centre 0 et de rayon r, M
35,Soit ABC un triangle isocèle en A et M un un point quelconque du plan.
point !:Iii côté [BC]. _ _ t. Soit [IJ] un diamètre de (;e). Démontrer que le produit
~~
Démontrer que AM2 - AB2 = MB x MC. scalaire Ml. MJ ne dépend pas du diamètre [IJ] choisi.
2. Une droite passant par M coupe (~) en deux points P
36 Soit ABC un triangle tel que : mes A == 60° ; et Q. Soit P' le symétrique de P par rapport à O.
AC = 3; AB = 5. --+ --+ ----iI----+
Démontrer que: MP. MQ = MP. MP'. ,
On appelle R"le rayon de son cercle circonscrit et S l'ai-
're de ABC. ~. En déduire que MF.Mo. reste :constant lorsque P "
Déterminer BC, 13, ê. R et S. décrit (~).

R "37s!'>it A~C un triangle. On appelle S son aire. -43 Une droite (~) coupe un cercle (~) en deux
On pose: a= BC ; b = CA ; c = AB. , points A et B. Une autre droite perpendiculaire- à (~)
,,~n sa~t.·que: mes A = 45°; b = 3 et S = 3. Déterminer la coupe (~) en I et (~) en deux points C et D.
Iobgu'èliT de chacun des côtés et les angles de ce triangle. Démontrer que la médiane issue de I du triangle AIC est
la hauteur issue de I du triangle Bill et réciproquement.
38 Pour déterminer la distance entre deux (On pourra utiliser la 3° question de l'exercice nO 42)
poteaux M et N, on s'est placé en deux points A et B
distants de 20 m tels que M et N soient situés dans un 44 ABC est un triangle rectangle en A. Soit [AH]
même demi-plan de frontière (AB). À l'aide d'un ins- la hauteur relative au côté [BC], M et P, les projetés
trument de visée, on a déterminé les mesures en degrés orthogonaux de H sur (AB) et (AC) respectivement.
des angles suivants: Démontrer que: BM2 + Cp2 + 3AH2 = BC2.
mes MAN = 50° ; mes NAB = 45° ;
-
nies MEN = 40° et mes MBA = 30°. - 45 Dans un triangle ABC, on considère
milieux respectifs I et J de [BC] et [AC]. On pose:
les
L Construire la figure (on s'aidera d'un rapporteur).
BC = a, AC = b et AB = c.
2. Pour calculer MN, on peut procéder comme suit: ,--+ ~
a} calculer AM dans le triangle AMB ; Démontrer que: AI .1 BJ ~ a2 + b2 = 5c2•
b} calculer AN dans le triangle ANB ;
c} calculer la distance MN dans le triangle AMN. 46 On considère un cercle (~) de centre 0 et de
rayon R. Soit M un point intérieur à (~), (ô) une droite
-. passant par M. (ô) coupe le cercle (~) en deux points A
et B. La droite [L\') perpendiculaire en M à (ô) coupe (~)
APPROFONDISSEMENT en deux points C et D. On désigne par H et K les
milieuxrespectifs de [AB] et [CD] et on pose: d = OMo
L Calculer en fonction de d:le nombre réel:
39 Soit û et V"deux vecteurs non colinéaires. OH2 + OK2. ~
L Démontrer que si ur est colinéaire à 11et à V,
alors ur
= ô. . : ' 2. En utilisant le théorème de la médiane dans l~s tri-
.angles AOB et COD, calculer en fonction de d et R le
2. Démontrer que si ur est orthogonal
à 11et à v: nombre réel: AB2 +'CD2.
alors ur
= ô. (On pourra remarquer que lu, V") est une 3. Calculer, en fonction de d, le nombre réel:
base de "If et calculerur2.} ,
MA2 + MB2 + MC2 -t:MD2.
3. Application
Soit ABC un triangle. Déterminer les points M tels que:
• ----+ --+ --+ --+ •
0;<' 47 Droite d'Euler
AM. BM = 0 et AM. CM = O. Soit ABC un triangle. On' considère A', B', C' "les
Lorsque M '* A, que représente M pour le triangle ABC? milieux respectifs de [BC], [CA], [AB]. ..t'

Produit scalaire 77
o

Soit H l'orthocentre, G le centre de gravité et a le centre En déduire que:


du cercle circonscrit au triangle ABe. AC2 + BD2 = AB2 + BC2 + CD2 + AD2 - AB.AD - EC. BA
1. Démontrer que: ---+ ---+ ---+---+
----+ -----"'" ----+- ----+- - CB.CD -DC. DA.
OA + OB + OC = J QG
3. Déduire des questions précédentes que:
- - -+
='OH+ HA+20A'. BD2 + AC2 ,,;;AB2 + BC2 + CD2 + AD2. Conclure.
En déduirp que le vecteur 3 est orthogonal auQG- oH 4. Peut-on avoir:
vecteur Be. BD2 + AC2 = AB2 + BC2 + CD2 + AD2 ?
. --+
2. Démontrer, que le vecteur 3 OG - OH est orthogonal Énoncer le résultat sous forme de théorème.
au vecteur CA. -+ -+
3. Démontrer que: OH = 3 OG. En déduire que 0, G et 51 On considère un triangle ABC et (.<1) une droi-
H sont alignés (la droite passant par 0, G et H est appe- te passant par le· sommet A.
lée droite d'EulerL-+ • .8' est le projeté orthogonal de B sur (.<1).
Démontrer que: AH = 2 OA'. • C'est le projeté orthogonal de C sur (.<1).
• B" est le projeté orthogonal de B' sur (AC).
48 On donne un triangle ABC et le point A' • C" est le projeté orthogonal de C' sur (AB).
milieu du côté [BC]. • (B'B") et (C'C") sont sécantes en I.
.' 1. Démontrer que :
Le but du problème est de démontrer que (AI).est per-
AB2 - AC2 = 2
---+
AN. Ci
---+ ---+---+
pendiculaire à (BC).
---+- ---+ ---+ ---+ -).---+
= Be. BA - CB. CA. 1. Démontrer que: AB.AI =AB.AC' =AB'.AC'.
---+ -)- -). ---+ ---+---+
2. En déduire l'équivalence des trois énoncés suivants:
2. Démontrer que: AC.AI = Ae.AB' = AC'.AB'.
a) le triangle ABC est isocèle en A ; . Conclure.
b) A' est le projeté orthogonal de A sur (BC) ;
---+ ---+ ---+---+
c) Be. BA = CB. CA.
SIOn considère un triangle ABC tel que BC = a,
AB = e et AC = b.
49On considère un triangle ABe. On construit le
1. Démontrer qu'un point M est sur la bissectrice de A
carré ABFE situé dans le demi-plan de frontière (AB) ne
si et seulement si : .
contenant pas C et le carré ACGD situé dans le demi- -+ 1- 1-
plan de frontière (AC) n~nten~ pas B. AM,('CAB - bAC) = o.
1. Comparer les angles CAE et BAD. 2. [AA'] est la médiane relative à [BE].
2. Comparer les produits scalaires
-+ -
et Aè. AE AD. AB. . Démontrer que A' est sur la bissectrice de A si et seule-
3. Soit M le milieu de [BC]. Calculer AM. ED. En dédui- ment si b = e.
re que la médiane [AM] du triangle ABC est hauteur du
triangle AED. O'fi53 Formule de Héron d'Alexandrie.
4. Démontrer que les angles DAE et BAC sont supplé- Soit ABC un triangle,
\ mentaires. On pose: a = BC ; b = CA ; e = AB.
---+ ---+ ---+---+
5. Comparer les produits scalaires AD. AE et AB. AC. On appelle p son demi-périmètre et S son aire.
6. Démontrer que les droites (CE) et (BD) sont perpen- On se _propose de calculer S en fonction de a, b et e.
diculaires. ~ b2 + e2 ~2
1. Démontrer que cos A = 2 bc-
50 On se propose de démontrer que la somme des En déduirè sin2 A en fonction de a, b, e.
carrés des longueurs des quatre côtés d'un quadrilatère 2. Démontrer la formule de Héron d'Alexandrie:
est supérieure ou égale à la somme des carrés des lon-
gueurs des deux diagonales. S = J p(p - a)(p - b)(p - e) .
1. Soit ABCD un quadrilatère. On considère le point E 3. On appelle r le rayon du cercle inscrit dans ABe.
tel que BCDE soit un parallélogramme. - a) Démontrer que S = pro
. ---+ ---+ ---+ ->
,----------------
Démontrer que: (AB + CD).(AD + CB) = AE2. ,. .
2. Démontrer que: _ -+ _ _ b) En déduire que r = V1 (p -
a)(p - b)(p - c)
p .
AC2 + BD2 = 2AB2 + AD2 + BC2 - 2 AB.AD - 2 Be. BA.
---+- ---+ ---+---+ e) On appelle R le rayon du cercle circonscrit à ABC.
AC2 + BD2 = 2CD2 + CB2 + AD2 - 2 CB.CD - 2 De. DA. Calculer R en fonction de a, b, C.

78 Produit scalaire