Vous êtes sur la page 1sur 3

II.1.

5 Eco-bloc and co
Remplir la grille de segmentation stratégique pour
Consignes
l’entreprise eco-bloc and co
--------------------------------------------------------------------

Nous sommes en 2020, la société anonyme à structure classique eco-bloc


and co fabrique différents produits de papeterie à partir de papier
récupéré. Ceux-ci sont fabriqués en sous-traitance dans des ateliers
qui emploient des handicapés mentaux. L’entreprise emploie 35 salariés
dans différents services. La majorité des personnes est employée à la
collecte et au transport du papier et des éco-blocs. La production est
entièrement localisée en Europe avec 3 sous-traitants en France et un
en Allemagne et ce en raison de la forte consommation de papier en
Europe et donc la présence d’une matière première abondante.
L’entreprise exporte dans tous les pays européens, en Turquie, Syrie,
Liban ainsi qu’au Moyen Orient dans les pays anciennement pétroliers
mais dont la ressource naturelle s’est tarie du fait de la
consommation exagérée des années 1970 à 2010. Cependant les coûts de
transport pour le Moyen-Orient annihilent une grande part des
économies faites à l’achat par rapport à un bloc-note fabriqué avec du
papier recyclé. Les exportations vont donc être arrêtées pour cette
zone.

Cette production est simple mais nécessite l’emploi d’une main d’œuvre
importante peu qualifiée du fait de la nature des tâches à exécuter :
tri du papier, compactage, collage et découpage. La phase d’usinage en
machine est effectuée par les responsables non handicapés. La machine
nécessite des règlages délicats et des cadences très importantes du
fait du débit feuille à feuille. Son coût est élevé en conséquence.
Son essor est dû essentiellement aux préoccupations environnementales
en particulier en matière de déforestation. La forêt amazonienne a
quasiment disparu. La forêt canadienne diminue à grande allure.
Paradoxalement en Europe, la forêt se développe grâce justement à ce
type d’initiative et grâce à une gestion raisonnée.

Issue au départ du monde de l’enseignement, cette entreprise est


fortement impliquée en matière pédagogique où elle propose un kit
complet de vente de ses produits qui permet aux établissements et aux
classes de financer différentes actions. En même temps, elle propose
différents supports papier toujours fabriqués avec du papier récupéré.
Ces différents supports : calendriers, cartes de vœux, cartes
postales, prospectus, tracts…nécessitent un travail en imprimerie plus
complexe que pour l’éco-bloc. Actuellement ces travaux sont aussi
réalisés en CAT cependant une automatisation pourrait intervenir dans
le cadre d’un atelier de production appartenant en propre à
l’entreprise.

L’entreprise réfléchit aussi à un déploiement de son activité à


l’international. Les unités de production doivent être implantées pour
des raisons évidentes d’économie et d’écologie près des lieux de
consommation, même si l’automobile solaire est maintenant au point et
permet de transporter des tonnages de plus en plus importants.
– eco-bloc and co - 1
En même temps, il apparaît que l’éco-bloc est une solution formidable
comme support papier pour les pays en développement dont la
bureaucratie grandit mais qui ont des ressources faibles. Aussi peut-
on imaginer des exportations de papier brut donc à bas coûts vers ces
pays. On pourrait imaginer une production locale employant une main
d’oeuvre locale avec un prix de vente très bas sans le concours de
machines d’aucune sorte. La mise en place serait très facile du fait
de la faiblesse de l’investissement. Il serait nécessaire de préciser
les liens avec l’entreprise dans la mesure où le risque de contrefaçon
est très important.

A partir de ces considérations géographiques, l’entreprise a défini


différents pays entrant dans la catégorie des pays développés où il
serait possible de s’implanter :
Amérique : USA, Canada, Brésil, Argentine
Océanie : Australie
Asie : Inde, Chine, Japon.

En Amérique et en Océanie, il est possible d’envisager une production


en propre. La concurrence concerne des bloc-notes en papier recyclé
plus chers que l’éco-bloc vendu un euro. Il règne dans ces pays un
grand gaspillage de papier. Il existe toutefois une grande sensibilité
aux questions environnementales.
En Asie, il est nécessaire de s’allier avec une entreprise locale via
une prise de participation du fait de la méfiance des autorités
locales. La concurrence n’existe quasiment pas. Cependant elle risque
de devenir très importante et de dépasser le modèle économique proposé
en sorte que l’on pourrait voir arriver des éco-blocs asiatiques en
Europe. La sensibilité aux questions environnementales est faible.

La clientèle est partout la même à savoir les personnes travaillant


dans le tertiaire marchand et non marchand avec dans ce secteur un
développement particulier dans le monde de l’enseignement.
En Europe, les ventes se font en milieu éducatif mais aussi en grandes
surfaces ayant le label développement durable créé en 2012. On peut
imaginer le même mode de distribution en Amérique et en Océanie. Par
contre en Asie, la distribution se ferait en papeterie, librairie. Il
serait aussi intéressant de contacter les grandes surfaces françaises
implantées dans ces pays en particulier Carrefour.

La stratégie globale est décidée au siège de l’entreprise sur


l’emplacement de l’ancien Lycée ayant vu naître l’éco-bloc racheté
entre temps à Montpellier, France. Une seule banque locale finance
l’activité : la Société de Crédit du Développement Durable qui est en
plein essor.
Le transport du papier et des éco-blocs est assuré actuellement par
une flotte de dix camionnettes. Celles-ci coûtent cher à l’entreprise.
Ainsi le coût de transport constitue 20 % du prix d’un éco-bloc. On ne
peut en tous cas pour l’Europe amoindrir ce coût en effet le transport
en camionnette est un excellent compromis pour récupérer le papier en
milieu urbain. Par contre, en Amérique du Nord et en Océanie, du fait
de la configuration rectiligne des villes, on pourrait imaginer
– eco-bloc and co - 2
l’emploi de flottes de transport de camion afin de faire passer le
coût de transport à 10 % du prix d’un éco-bloc. En Amérique du Sud et
en Asie, l’emploi des camionnettes est requis. L’exemple à partir de
la ville de Denver aux USA ci-dessous devrait permettre de prendre une
décision.

Structure actuelle des coûts d’un écobloc pour une production et une
consommation locale

Matière
5 centimes
première
Fabrication 55 centimes
Transport 20 centimes
Distribution 10 centimes
Communication 3 centimes
Marge 7 centimes
Prix de vente 1 euro

Comparaison flotte transport camion / camionnette, exemple de la ville


de Denver, USA

Camionnette Camion
Projet d’achat de 5 camionnettes Projet d’achat de 2 camions
Amortissement linéaire sur 5 ans Amortissement linéaire sur 8 ans
Coût unitaire 15000 € Coût unitaire 50000€
Salaire chauffeur 25000 € Salaire chauffeur 35000 €
annuel annuel
Frais divers annuels 3000 € Frais divers annuels 7000 €

– eco-bloc and co - 3