Vous êtes sur la page 1sur 5

Un réfractomètre

Un réfractomètre est un appareil qui mesure l’indice de réfraction d'une


substance, ce qui permet d’analyser un échantillon liquide ou solide afin de
déterminer son identité, sa pureté ou sa concentration.
Cette technique appelée la réfractométrie s'appuie sur un phénomène physique,
la lumière ne se déplace pas à la même vitesse suivant la substance qu'elle
traverse. En effet chaque échantillon pur ou mélange de substance possède un
indice spécifique de réfraction de la lumière, ce qui permet d'identifier, de
quantifier cette substance.
La volatilité
En chimie, la volatilité exprime la capacité d'une substance à se vaporiser. Le terme
s'applique surtout à des liquides mais il peut aussi concerner des solides capables
de passer directement à l'état de vapeur, sans passer par une phase liquide.
Certains solvants, comme l'acétone ou l'éther, sont particulièrement volatils.
Les composés organiques volatils (COV) sont des substances qui contiennent
du carbone et qui sont volatils à température ambiante. Ils peuvent avoir des effets
sur la santé.
Les origines de la volatilité en chimie
À l'échelle macroscopique, la volatilité d'une substance dépend de la pression et de
la température auxquelles elle est soumise.
À l'échelle microscopique, la volatilité d'une substance traduit la force des liens qui
existent entre ses molécules. Ainsi, dans un liquide volatil, les molécules n'éprouvent
aucune difficulté à s'échapper. C'est le cas, par exemple, des
molécules aromatiques pures. En solution, leur volatilité devient dépendante du
solvant. Pour limiter cette volatilité, il est possible de les mettre en présence de
molécules plus lourdes. Rendre volatile une molécule dont la masse est importante
demande en effet bien plus d'énergie que lorsque la molécule est légère.
La distillation fractionnée

La distillation est un procédé permettant de séparer deux substances formant un


mélange homogène. Chaque liquide suivant une courbe de température
d'évaporation à une pression donnée (par exemple 82 °C pour un mélange 50 % eau
et 50 % éthanol), il suffit de chauffer le mélange et de recueillir la vapeur de celui qui
est le plus volatil en haut (l'éthanol dans notre exemple) au fur et à mesure. Celle-ci
est alors refroidie en passant dans un serpentin pour donner le distillat.
1. La distillation fractionnée
Lorsque les liquides ont des températures d'ébullition suffisamment éloignées, une
distillation simple suffit. Dans le cas contraire, il faudra procéder à une distillation
fractionnée. Cette dernière s'effectue à l'aide d'une colonne à distiller (par exemple
une colonne de Vigreux) comportant différents niveaux de pointes creuses qui
condensent les vapeurs au fur et à mesure de leur ascension. Avec un nombre
suffisant de paliers, on obtient un distillat quasiment pur du liquide le plus volatil.
Une séparation complète n'est toutefois pas toujours possible à obtenir. Dans le cas
du mélange eau-éthanol par exemple, on obtient une proportion de 95 % d'éthanol
pour 5 % d'eau.
2. Histoire de la distillation
Les premiers alambics servant à la distillation ont été retrouvés en Mésopotamie,
datant de 3.500 ans environ. D'abord utilisés pour fabriquer des parfums et des
décoctions, ils ont ensuite servi à produire des eaux-de-vie par distillation de fruits
fermentés. La distillation était aussi couramment employée par les alchimistes au
Moyen Âge. Les alambics et cornues ont aujourd'hui largement été remplacés mais
sont toujours appréciés pour certains alcools fins et liqueurs comme le cognac ou le
scotch whisky, ainsi que pour des huiles essentielles en parfumerie.
3. Utilisations de la distillation
La distillation est un procédé largement employé dans l'industrie, pour séparer ou
purifier des produits.

 Raffinage du pétrole : le pétrole brut est injecté dans une grande tour de


distillation haute d'environ 60 mètres où il est chauffé à 400 °C.
Les hydrocarbures les plus légers (gaz et essence) sont ainsi collectés en haut de la
tour, les plus lourds (huiles, bitumes, fioul...) restant au fond. Les hydrocarbures
moyens subissent une deuxième phase de distillation dite sous vide, permettant de
récupérer plus facilement les résidus lourds dont la température d'ébullition est
abaissée.
 Chimie : les tours de fractionnement sont utilisées pour séparer ou purifier des
gaz (oxygène, azote liquide, argon, hélium...). La distillation du chlorosilane permet
également d'obtenir du silicium de haute qualité pour l'industrie des semi-
conducteurs.
 Désalinisation de l'eau de mer.
 Parfumerie et pharmacie : la distillation est utilisée pour extraire les
composés aromatiques des plantes, ou pour obtenir une eau d'une grande pureté
chimique et microbienne pour la fabrication des médicaments.
 Agroalimentaire : la distillation est principalement utilisée pour la production de
spiritueux, mais sert aussi à l'inverse à éliminer l'alcool pour obtenir de la bière sans
alcool par exemple.