Vous êtes sur la page 1sur 6

Construction du sens de la liberté chez les hommes de la Renaissance à travers d’un

poème de Pierre de Ronsard

Juan Alejandro Salazar Lizcano

Littérature francophone

Introduction

Le monde, le destin des âges, les espoirs que ses habitants nourrissent, la volonté héritée
des hommes. Alors que les rêves guident leur esprit et ils continuent à chasser le sens de la
liberté, ces choses ne cesseront jamais d'exister! À travers les âges les désirs, idéaux,
valeurs et pensées des gens ont divergé. Tout de même, le concept de liberté a été tenté de
se démêler par les moines bouddhistes, les sages juifs ont cherché la relation de cela avec
dieu et les philosophes grecs ont aspiré à trouver son essence, alors il semble que la liberté
transcende les barrières spatio-temporelles et est une préoccupation essentiellement
humaine. Dans le monde occidental d’aujourd’hui, de nombreux idéaux et façons d'exister
ont été fondés sur le mouvement de la Renaissance française. Comprendre l'histoire de la
pensée humaine et comment les idées d'aujourd'hui sont nées c'est toujours une bonne idée
pour nous nous comprenons, c'est la raison qui nous rassemble maintenant.

Trois concepts sont importants de définir avant de continuer : la Renaissance, c’était un


mouvement culturel européen de transition entre le moyen âge et l'ère moderne, certains
éléments de la culture grecque latine ont été revendiqués au détriment de la mentalité rigide
de l’Europe médiévale et une nouvelle façon de voir l'homme et le monde qui l'entoure est
née, l’anthropocentrisme. La liberté, dans la philosophie kantienne est la possibilité des
êtres rationnels d'agir selon des lois données pour leur propre raison . Finalement, la
construction du sens, en termes sémiotiques c'est une dynamique sociale dans lequel l'être
humain cherche constamment à transmettre aux autres ses processus de sens pour créer
avec eux un système commun de signes qui fait naître des idées, des valeurs et des
coutumes.

En tenant compte ces définitions, on dissertera au sujet du problème : Comment est-ce que
l’homme de la Renaissance a-t-il construit son sens de la liberté ? Pour répondre, il faudra
analyser un produit artistique qui contient le cœur de la renaissance; nous proposons au
poète Pierre de Ronsard et le poème Contre les bûcherons de la forêt de Gastine de ses
élégies du livre œuvres choisis.

Mais avant de r’entrer au poème, il sera nécessaire d’expliquer pourquoi on a choisi un


produit littéraire et pas d’autre manifestation artistique, c’est très important comprendre la
motivation de ce choix, parce que nous défendrons l'idée que la littérature est la plus
engagée des manifestations, et à cause de ça, c’est l'indiqué pour comprendre l'esprit d'une
époque
Pourquoi l’écriture (La matière)

La musique, la peinture et la sculpture sont des expressions artistiques données à travers


des éléments déjà existants dans la nature. Les couleurs, les sons ou l'argile ne font
référence à rien en dehors d'eux-mêmes, la matière avec lesquelles elles travaillent peut
créer des choses fixes, mais pas des signes. Un dessin de roses blanches peut signifier la
fidélité pour certains, mais pour le fleuriste qui travaille à côté du cimetière, ils peuvent
évoquer la mort, la vérité est que les deux significations transcendent la fleur elle-même et
évoquent des expériences culturelles subjectives qui perturbent l'objet pour vouloir lui
attribuer des vertus abstraites. Mais la littérature est l’art qui ne travaille pas avec seul
choses matériels de la nature, mais avec des significations crées par l’homme; c'est ainsi
que l'écrivain peut diriger le lecteur où il veut, sans tant de problèmes d'interprétation, de
manière à ce que l'écrivain puisse exercer une force de prise de conscience, faisant ainsi de
la littérature la manifestation artistique plus engagée, idéal pour construire et communiquer
le changement de paradigme dans la Renaissance.

A propos de l’expression avec mots, Sartre a dit: « En parlant, je dévoile la situation par
mon projet même de la charger; je la dévoile a moi-même et aux autre pour la changer; je
l'atteins en plein cœur, je la transperce et je la fixe sous les regards; à présent j'en dispose, à
chaque mot que je dis, je m'engage un peu plus dans le monde, et du même coup, j'en
émerge un peu davantage puisque de le dépasse vers l'avenir. »[ CITATION Sar48 \p 28 \l 9226
] Bien que Sartre attribue ces caractéristiques uniquement aux auteurs de prose, on peut
trouver cet esprit d’engagement avec son monde et le désir profond de le changer dans le
poème Contre les bûcherons de la forêt de Gastine :

Quiconque aura premier la main embesongnée


À te coupper, forest, d’une dure congnée,
Qu’il puisse s’enferrer de son propre baston,
Et sente en l’estomac la faim d’Erisichthon

Ronsard transperce la situation et la fixe sous les regards de tous, son poème a un esprit de
change, ou au moins il n’est capable d’être silencieux en face d’une injustice, il s’engage à
son monde avec la critique en forme littéraire, l’explicitation de son message aurait été
diluée sous la forme de toute autre manifestation artistique. Ce niveau d'engagement n'est
possible plus qu’avec les mots, et c’est pour ça qu’on affirme que l’écriture est le mieux
matière pour imprimer l’esprit de la Renaissance.

Avec ce qui précède, nous avons donné une explication de pourquoi la littérature a eu la
plus exacte matière entre les autres arts pour construire quelque sens. Maintenant nous
essaierons de comprendre à travers du poème de Ronsard pourquoi la liberté est la
principale valeur de la renaissance et comment a-t-elle été représenté.
La liberté dans l'épicurisme : Beatus Ille et Locus Amoenus (L’esprit)

Un des plus importants éléments de la culture grecque latine que la Renaissance a promu
était la pensée et les pratiques épicuriennes. L'école de philosophie qu’Epicure a fondé dans
l'Athènes antique s'appelait Le jardin, et a été un lieu loin de la ville dans un espace rural,
pratiquement un verger; là il a développé ses idées d'amour vers la campagne. Cette forme
d’exister est arrivée à la Renaissance sous la forme des sujets littéraires latins Beatus Ille
(Qu’il est heureux) et Locus Amoenus (Le lieux idyllique) de Horace et Ovide
respectivement. Sujets qui parient sur un style de vie bucolique, une existence simple dans
leur paradis, la campagne. Cet amour pour la ruralité est le thème qui traverse tout le poème
Contre les bûcherons de la forêt de Gastine :

Adieu, chesnes, couronne aux vaillans citoyens,


Arbres de Jupiter, germes Dodonéens,
Qui premiers aux humains donnastes à repaistre ;
Peuples vrayment ingrats, qui n’ont sçeu recognoistre
Les biens receus de vous, peuples vrayment grossiers,
De massacrer ainsi leurs pères nourriciers !

Ronsard vante les vertus de sa forêt, et fait des reproches à ceux qui n'ont pas su les
apprécier, la forêt est son adoré jardin. Pour les épicuriens, la liberté se trouvait dans la
disparition de la peur et du souci des jugements divins et de la mort. Après avoir surmonté
ceux-ci, ils pouvaient se concentrer sur la poursuite du plaisir, pas du plaisir purement
corporel comme les hédonistes, mais aussi le plaisir d’esprit; Bien qu'ils n'aient pas nié
l'importance de plaire au corps, pour eux les plus importants étaient les plaisirs spirituels,
parmi ceux qui se contiennent profiter de la bonne musique ou d'une lecture passionnante.
Encore une fois, on trouve ces idées dans le poème de Ronsard :

Adieu, vieille forest, le jouet de Zephyre,


Où premier j’accorday les langues de ma lyre,
Où premier j’entendi les flèches résonner
D’Apollon, qui me vint tout le cœur estonner ;
Où premier admirant la belle Calliope,
Je devins amoureux de sa neuvaine trope,
Quand sa main sur le front cent roses me jetta,
Et de son propre laict Euterpe m’allaita.

Dans ce fragment, nous trouvons des références à la mythologie grecque. Apollon


fait référence au dieu de la musique, Calliope est la muse de la poésie épique et Euterpe la
muse de l'art de jouer de la flûte. Comme on voit, les topiques sont les plaisirs spirituels
proposé par les épicuriens avant. Egal que les anciens épicuriens, pour Pierre de Ronsard,
une vie dévoué a la recherche des plaisirs, dans la tranquillité offrit par la campagne
signifie la liberté. Cela correspond à la définition kantienne qui dicte que: « la liberté
équivaut à l'autonomie de la volonté. »[ CITATION Jav96 \l 9226 ] Car c'est le sens moral de
Ronsard, conduit par sa réflexion sur la pensée épicurienne et non par un héritage culturel
ou une tradition, qui le conduit à trouver la paix spirituelle dans les forêts. Partant de ce
sentiment de liberté, il fait sa construction du sens, qu’on définit comme une dynamique
sociale pour « établir les conventions nécessaires à la mise en place d'un système de
signalisation commun qui donnera lieu à la prolifération d'idées, de valeurs, d'usages et de
coutumes qui donnent du sens à l'ordre construit. » (Almada & Meza, 2015). C’est système
de signalisation est illustré dans le Poème.

Nous avons vu dans cette section comment l'esprit épicurien a contribué à forger l'homme
de la renaissance. Après avoir analysé à la fois l'essence imprégnée du mouvement de la
Renaissance et la matière dans laquelle elle s'est incarnée, nous tenterons de répondre à la
question à l'origine de cette thèse.

Conclusion

Donc, Comment est-ce que l’homme de la Renaissance a-t-il construit son sens de la
liberté ? D’abord, nous avons analysé la pertinence de la matière avec lequel chaque
manifestation artistique travaille, et considérant que l'émergence d'un nouveau mouvement
culturel nécessite ce que Sartre a appelé l'engagement, nous concluons que l'écriture était le
moyen le plus approprié pour matérialiser les idées de la Renaissance. Ensuite, nous
trouvons dans le poème Contre les bûcherons de la forêt de Gastine de Pierre de Ronsard
que le sens de la liberté adopté pour quelques artistes de la Renaissance s’a été inspiré par
la pensée épicurienne antique.

Pour répondre la question, on dira que les hommes de la Renaissance ont utilisé la
littérature comme moyen pour établir les conventions nécessaire à la mise en place du
système de signalisation commun pour la prolifération d'idées, de valeurs, d'usages et de
coutumes lesquels construiront un sens du nouvelle ordre. La plus grande convention établi
dans la Renaissance a été la valeur de la liberté, que suivant la philosophie d'Épicure,
consiste à rechercher les plus grands plaisirs de l'âme à travers d’un style de vie bucolique
et simple, ces manifestations artistiques étaient d'un caractère rebelle à la pensée médiévale
et féodale dominante.

Mais, on a essayé de comprendre le sens de la liberté et sa représentation seul dans un


poème d’un seul auteur. Est-ce que le concept et la forme de cette sujet a été égal dans tous
les poètes de la Renaissance ? Est-ce que le sens a changé dans notre âge, ou il reste
similaire ? Certainement, le problème humain de la liberté existera jusqu'à le humaine
cesser d'être humaine, peut être qu’elle est seul un rêve, mais un qu’on va rêver toujours.

Bibliographie
Almada, A. T., & Meza, J. A. (2015). La production de sens: la sémiose sociale.Raison et
mot

Olleta, J. E. (1996). Histoire de la philosophie. Volume 2: Philosophie mediévale et


moderne. Madrid: Editorial Edinumen

Ronsard, P. (2015). Œuvres choisis. Ligaran

Sarte, J. P. (1948). Qu'est ce que la littérature. Gallimard.