Vous êtes sur la page 1sur 104

….

L’eau du sous-sol ou eau souterraine provient essentiellement de l’infiltration des eaux .


Une fois dans le sous-sol, elles peuvent former des nappes quasi immobiles qui alimentent
les sources et les puits, ou des nappes circulant, alimentant rivières et fleuves ou bien
encore circuler en creusant les roches

Il existe cinq types de nappes :

1. Les nappes phréatiques;


2. Les nappes artésiennes;
3. Les nappes alluviales;
4. Les nappes captives;
5. Les nappes suspendues;
1. Les nappes phréatiques:
La nappe phréatique est celle qui occupe les roches perméables superficielles, son
niveau varie en fonction des précipitations. Elle n'est pas parfaitement horizontale et
suit avec une certaine atténuation les irrégularités de la topographie. les nappes sont
surtout alimentées par les pluies d'hiver (octobre à avril) et le niveau est plus ou moins
haut en fonction des précipitations.

2. Les nappes artésiennes:


Une nappe captive devient artésienne lorsque sa surface piézométrique est
supérieur au niveau du sol .

3. Les nappes alluviales:


La nappe alluviale est celle qui s'étend dans les alluvions d'un cours d'eau. Elle est plus
ou moins en relation avec les eaux du cours d'eau, mais suivant le degrés de
perméabilité et le colmatage des alluvions, son niveau peut être plus élevé que celui
de l'eau libre.

4. Les nappes captives:


Une nappe est captive lorsque sa surface piézométrique est au-dessus de la limite
supérieure ou toit de la formation qui la contient. Ce toit doit être nécessairement
imperméable.

5. Les nappes suspendues:


Une nappe suspendue est retenue par une couche imperméable au-dessous du niveau
du fond des vallées.
Le forage d’eau

Le forage d’eau est un ouvrage de captage d’eau sous-terraine qui


nécessite d’une part une connaissance des caractéristiques du
sous-sol et d’autre part des moyens appropriés mis en œuvre.
Puits
Un barrage est un ouvrage d'art
construit en travers d'un cours
d'eau et destiné à en retenir.
Pour les besoins en eau potable, l'eau
doit être traitée et contrôlée,
de la source au robinet
La production d'eau potable consiste à
mobiliser les ressources, à les traiter le cas
échéant, puis à les transporter sur le lieu où
elles seront distribuées.

La distribution d'eau potable débute à l'aval


du château d'eau et dont le réseau s'étend
jusque chez l'abonné
Les différents usages de l’eau
A. Définition
B. Principe de la distribution
C. Branchement et comptage
On distingue plusieurs types de branchements selon le diamètre de la canalisation
et le calibre du compteur :
D. Matériaux / Matérielles
e. Hydro-cablé.

 Raccord à sertir avec bague INOX


 Raccord à glissement avec bague LAITON
 Raccord pour tube multi couche

 collecteur de 1 à 12 sorties
 coude de cloison
f. Outillages.

Les pinces La pince à cintrer : utilisée comme son nom l'indique pour cintrer des tubes
de différents diamètres.
La pince multiprise : utilisée pour serrer des objets de différents diamètres.
La pince-étau : utilisée pour bloquer des pièces.
La pince à bonde : utilisée pour manœuvrer les cuves, bondes et siphon sans
les abîmer

Les clés plates : utilisées pour serrer et desserrer les écrous.


Les clés Les clés pour lavabos : utilisées pour les écrous situés sous les lavabos.
Les clés de radiateur : utilisées pour évacuer l'air du circuit central du
radiateur.
Les clés à molette : utilisées pour de nombreux types d'ouvrages.

Le mastic d'étanchéité : utilisé pour de nombreuses jointures.


Le ruban téflon………… : utilisé pour étanchéifier les installations filetés.
Les joints d'étanchéité : utilisés pour les de nombreux raccords.
L'étanchéité

La ventouse : utilisée pour déboucher les évacuations (siphons, etc.).


Le déboucheur à pompe : utilisé quand la ventouse est inefficace.
Le furet………………………. : utilisé pour déloger les bouchons inaccessibles.

Les outils pour déboucher


Le coupe-tube à molette : utilisé pour sectionner sans les applatir les tuyaux
de cuivre.
Le mini-coupe tube……… : utilisé pour sectionner des tubes déjà installés dans
des endroits exigus.
Les coupe-tubes
1. Distribution d’eau froide

L'eau froide (ou chaude) est distribuée par des canalisations en métal insensible à son
action (plomb, fer ou cuivre) et également par des canalisations en matière plastique .

Mais la nature de l'eau potable actuellement distribuée fait que celle-ci attaque certains
matériaux.
La meilleure solution semble être donnée par le tube cuivre, facile à raccorder et à mettre
en place, insensible à la corrosion de l'eau et des éléments extérieurs.

Le tracé des canalisations de distribution fait l'objet d'un schéma ( ci après).


Chaque logement comporte une dérivation branchée sur la colonne
Schéma de distribution eau froide.

• Anti-bélier

• Robinet d’arrêt

• Clapet anti-retour
Etage
• Robinet d’essai
Colonne • Robinet d arrêt et
montante dispositif antipollution.
• Compteur divisionnaire
Etage
• Appareil sanitaire

• Robinet de puisage
Etage
• Robinet d’arrêt général

• Compteur
Robinet
de colonne • Entrée eau Froide
et purge

S. Sol / Rdc
•Vidange

Dispositif antipollution
2. Distribution d'eau chaude .
Est constitué par:
Robinet mélangeur conçu pour le
montage dans la conduite d’eau chaude
afi n de proteger contre d‘éventuelles
brûlures.

Utilisation:
Réglage et limitation de la température
de l’eau sanitaire indépendants (sans
énergie auxiliaire); robinet réglable sans
paliers entre 35 °C et 65 °C. PN 10 bar,
température maximale d’entrée 90 °C.

Anti bélier à ressort Anti bélier en ligne

Anti bélier à membrane

L'anti-bélier absorbe l'onde de choc crée dans une installation par


la fermeture rapide d'une vanne ou d'un robinet (robinet de salle
d'eau mono commande, électrovanne de machine à laver …)
Anti bélier de parcours
 Un adoucisseur d'eau pour éviter l'entartrage rapide de l'ensemble, - un by-pass
permettant de passer d'un réservoir sur l'autre en cas de panne ou d'entretien,

 Un système de dégazage au point haut de la boucle ;

 Deux pompes de circulation placées sur le retour (une en fonctionnement, l'autre en


réserve) avec dispositif de permutation pour réduire l'usure;

l'armoire électrique de commande et de régulation.

Ce système maintient une circulation permanente de l'eau; ainsi l'usager an


immédiatement de l'eau chaude à sa disposition
E. Les appareils sanitaires
Les appareils sanitaires utilisés couramment dans l'habitation
sont les suivants:
- le lavabo: appareil bien connu, il est placé sur un pied ou sur des consoles
sous réserve que le mur en supporte la fixation; de plus en plus on emploie
des vasques encastrées dans une tablette
la baignoire, modèle grand ou petit.. elle doit toujours se remplir par le haut;
une pomme, mobile ou fixe, permet l'emploi de la baignoire en réceptacle
de douche,

- le bidet.. il est posé sur le sol, quelquefois suspendu ou pivotant; le trop-


plein doit être suffisant pour évacuer le débit de deux robinets et être facile
à nettoyer,

- le siège de w.-c. .. il est posé sur le sol ou suspendu, la chasse attenante au


siège, les chasses hautes n'étant plus employées;
les robinets de chasse, gros consommateurs d'eau, se rencontrent
rarement dans le logement; les sièges à la turque ne sont pas utilisés dans
l'habitation
Les baignoires
1. Consommation d'eau pour un bain: 250-350 litres.
Les baignoires courtes nécessitent une plus grande hauteur d'eau.

Baignoire d'enfant. Baignoire d'encombrement réduit.


Baignoire à encastrer Habillage de baignoire Simple
(faïence ou fonte). ou double avec convecteur.

2. Consommation d'eau pour une douche: 30 litres.

Tub encastré

Baignoire
décorative en Baignoire décorative Baignoire-douche Ensemble
grès émaillé, évite en grès émaillé, Bac à douche
encastrée. baignoire-bidet
rhabillage. évite rhabillage. encastré dans
douche Poliban.
le sol et sans
rebord.
Eloignement du
mur nécessaire Espace entre la Place désirable.
pour qu'on puisse baignoire et le mur.
se laver.
L’ espace nécessaire

w-c. fixé au mur avec Pour w.-C. avec vidange, à Pour w.-C. avec vidange
Réservoir de chasse d'eau w.-c. fixé au mur avec réservoir pression ou chasse d'eau haute par chasse basse
posé sur la cuvette. de chasse d'eau Encastré.

Double lavabo
Lavabo posé sur des placards. Ensemble de 2 lavabos
Ensemble de 2 lavabos
avec tablette centrale et
avec porte-serviettes central.
porte-serviettes latéraux.

Pour lavabo double. Pour lavabo


encastré . Pour lavabo
placé dans une niche
Choisir un emplacement judicieux près de la cuisine, de la buanderie et des W.-C. qui permettra un
raccordement facile aux canalisations. Autres avantages, les revêtements étanches seront ainsi bien groupés
et le bruit transmis par les tuyaux sera plus facile à isoler.
Un emplacement très voisin des chambres à coucher est aussi à recommander pour la commodité de
l'utilisation

Gaine d'aération

Les conduites transversales se raccordent


facilement sur les colonnes montantes.
E. Surpression
E. Les bruits de plomberie
1. Les vidanges:
2. Les chutes:
3. Règles générales de mise en œuvre:
4. Prescriptions particulières selon la position des canalisations:
a. Réseau d'évacuations intérieures

Ce réseau évacue les eaux domestiques depuis les divers


appareils sanitaires jusqu'aux regards de façade. Il est composé
successivement:

-de siphons : c'est un dispositif obturateur hydraulique, placé à la


sortie de tout appareil, qui empêche la communication de l'air
vicié des égouts et des canalisations avec l'air des locaux habités
sans gêner pour cela l'évacuation des liquides et des matières. Il
doit présenter une garde d'eau (hauteur d'eau tenue en réserve
dans le siphon d'au moins 5cm);

-de collecteurs d'appareils : ce sont des canalisations d'allure


horizontale recueillant les EU ou les EV et raccordant les
différents appareils sanitaires aux tuyaux de chute;

- de ventilations primaires: des tubes prolongent les tuyaux de


chute en les mettant en communication avec l'extérieur ou un
comble ventilé. fis sont équipés d'un chapeau de ventilation ou
d'un aérateur à membrane si la ventilation débouche dans un
comble;

Constitution d'un réseau d'évacuation intérieur.


b. Raccords

Les raccords en PVC les. lus couramment employés


Exemple d’une opération de jonction

Coupez les tubes avec une Ebavurez les sections


scie à denture fine. Utilisez découpées avec une toile
une boîte à coupes pour des abrasive. Les raccordements
découpes nettes et droites. doivent être lisses.

Pour chaque section de tube, Les courbes sont réalisées


vous trouverez des raccords avec des raccords. Les tubes
adaptés, avec des angles de PVC ne doivent pas être
20 à 90 °. Des raccords de cintrés.
réduction permettent de
raccorder les tubes de
diamètres différents.

Prévoyez un collier de Repérez la Pour que la colle


fixation à proximité de longueur adhère,
chaque coude. Veillez d'emboîtement dépolissez les
à ce qu'il n'entrave du tube et du surfaces à coller
pas la dilatation des raccord avec un avec de la toile
tubes feutre abrasive

Dégraissez les surfaces en les Appliquez la colle au Emboîtez le tube et le raccord


frottant avec un chiffon pinceau sur la partie jusqu'au repère et maintenez Retirez la colle en excès.
imbibé de trichloréthylène. mâle et sur l'intérieur l'assemblage, sans tourner, Attendez quelques heures
de la partie femelle. pendant 30 secondes. avant utilisation.
c. Dispositions constructives
Trois modes de pose faisant l'objet de dispositions
constructives particulières sont à distinguer.

• Pose
. Pose en apparent
en enterré (dans ouou en dissimulé accessible
en dehors de l'emprise du bâtiment)
SeulsNota: Les dispositions
les assemblages colléssont
ou àles mêmes
bagues depour
jointlasont
pose en
gaine inaccessible mais, seuls, les assemblages collés et
autorisés.
On metles en
manchons
œuvre les decanalisations
dilatation sont autorisés.
enterrées sur un lit de
-Les supports sont des colliers non bloquants
pose de 10cm minimum en terre fine damée; on Compactera (muni de
bague
sur les côtésélastomère si des vibrations
de la canalisation pour biensont à craindre).
la caler, on Ils
sont placés
remblayera sur les parties
uniformément droites
à l'aide des canalisations
de sable ou de grave à au
(- demoins
12% de 20fines
cm des
et Dtés ou des coudes
≤ 30mm) sur 15cm . de haut;
- Vis-à-vispar
on recouvrira de l'adaptabilité
une bande deaux dilatations
grillage signalantet retraits ,les
points fixesetsont
la canalisation constitués
on réalisera la par un encastrement,
couverture à l'aide desun
scellement
déblais expurgésou uncouches
par collier serré sur lemaximum
de 30cm tube. Un
branchement
compactées placé à plus de 2 m d'un point fixe, doit
séparément
constituer lui-même un point fixe. Un manchon de
dilatationde
.Traversée estplancher
obligatoireou à chaque
de murniveau pour les
chutes bloquées par les planchers ou par un piquage.
En fonction des dispositifs retenus vis-à-vis des mouvements
Encastré signifie que la canalisation est placée dans une
des canalisations, une traversée peut être un point fixe ou
réservation (donc après réalisation du GO) alors qu'une
un passage avec fourreau en PVC ou plus rarement, un
canalisation enrobée est placée avant coulage. Seuls les
passage avec jeu sans fourreau.
assemblages collés sont admis. Cette pose à dilatation
bloquée nécessite des points d'ancrage (emboîtures ou
coquilles collées) placés à plus de 10 cm des sorties du
tube et tous les 2 m sur ces parties noyées.
Un blocage en mortier de ciment débordera les ancrages
de 10 cm de part et d'autre de leurs extrémités en ayant
une épaisseur minimale de 2,5 cm autour du tube.
4. Branchement:

e. Relevage des eaux

D'une manière générale, les eaux usées et pluviales sont conduites


directement à l'égout par gravité. Mais il est des cas où ce dernier est à une
profondeur insuffisante. Les eaux sont alors relevées par une pompe, toujours
doublée par sécurité placée dans une bâche qui sert de volant régulateur.
d. Branchement au réseaux
Réseau pseudo-séparatif
ou système pseudo-séparatif____ :
système mixte
Extrait d’un plan de masse
Réseau d’assainissement
Système séparatif
Le traitement par lagunage
Il reconstitue une épuration naturelle des
matières organiques par une circulation très
lente de l'eau dans une succession de lagunes
sur plusieurs mois (chaîne alimentaire : micro-
organismes, phytoplancton, zooplancton).
Le choix s'opère selon les conditions de l'effluent et les moyens mis en oeuvre. Il
existe différents types de lagunes :
•le lagunage aérobie
on maintient l'oxygénation nécessaire à la dégradation de la pollution de l'effluent par
des organes d'aération qui assurent aussi le mélange du milieu.
•le lagunage anaérobie
la lagune est plus profonde et cela entraîne une plus grande prolifération des
algues. Le temps de séjour est plus important.
•le lagunage calme
il associe les deux types de lagunes précédents : l'alimentation en oxygène se fait par
une culture d'algues et de bactéries. La biomasse formée décante et s'accumule in situ.

Dans notre cas, pour des raisons de facilité de mise en œuvre et de maintenance, nous
nous limiterons à l'étude du lagunage calme.
Traitement par le procédé du lagunage naturel

Phénomène naturel, l'épuration par lagunage est réalisée grâce à un équilibre biologique, auquel participent des bactéries,
du zooplancton, des algues et éventuellement des roseaux.
Les matières en suspension de l'eau brute décantent dans le bassin de tête. Les bactéries assimilent la pollution dissoute,
et l'oxygène nécessaire à cette dépollution est fourni par les algues (photosynthèse). Le zooplancton consomme les algues.
Eventuellement, les roseaux peuvent filtrer l'eau en sortie avant rejet.
L'ensemble de ces phénomènes apparaît dans deux ou trois bassins en série, ce qui autorise l'étagement des phénomènes
épuratoires.
Le lagunage naturel peut être utilisé en traitement complet des effluents ou en traitement tertiaire pour affiner la qualité
de l'eau traitée par une boue activée (par exemple pour la désinfection ).
Définition traitement par boue activée
Dans le traitement des eaux usées, c'est une Le procédé dit « à boues activées » utilise
boue contenant une forte proportion de l'épuration biologique dans le traitement des
bactéries actives mélangées avec des effluents eaux usées. C'est un mode d’épuration par
primaires ou des eaux usées brutes et tenues cultures libres. Dans une filière de traitement
en suspension par insufflation d'air par ration des eaux (i.e. les différentes phases
ou agitation de manière à éliminer les matières d'épuration pour une station donnée), le
organiques des eaux usées. Après décantation, procédé à boues activées fait partie des
ces boues sont recyclées dans le bac traitement secondaires.
d'aération.
Conclusion
Annexe
à titre indicatif
L'eau étant par nature incompressible, toute
quantité arrivée dans la maison doit en être
évacuée après usage, à moins de la stocker.
Ces eaux utilisées sont regroupées sous le
terme "eaux usées" (usages domestiques et
sanitaires), le terme "eaux vannes" désignant
spécifiquement les rejets des toilettes ou WC.
Ces eaux sont donc évacuées par des réseaux
sans pression mais efficaces par les déclivités
appropriées aux diamètres des
canalisations. Elles sont réalisées dans un
PVC (Polychlorure de Vinyl) ordinaire gris (il
en existe maintenant en blanc) qui, non
soumis à pression, supporte sans altération
d'être
1. Ce système d'évacuation (Chut'unic) complet des eaux usées et des eaux vannes d'une maison, présente
l'avantage de ne mobiliser qu'une seule colonne (donc une seule aération sur le toit) au lieu des deux
habituellement séparées et de diamètre différent. Il est à noter que le PVC constituant cette colonne est
garni intérieurement de nervures hélicoîdales pour créer un tourbillon provoquant un phénomème
d'aspiration et donc de ventilation complémentaire. Ce système ne fonctionne que si ce sont les canalisations
d'eaux usées (de diamètre inférieur), qui se déversent dans la colonne des eaux vannes et non le contraire.

2. Les canalisations d'évacuation en PVC se présentent en tubes (de 1 à 6 mètres) aux différents diamètres,
ceux recommandés en sortie des divers appareils et ceux justifiés par les jonctions de plusieurs circuits. Une
gamme complète de raccords droits, d'angles et de siphons est utilisable pour réaliser toutes formes de
circuit car le PVC d'évacuation ne se courbe pas ou très mal, même à la chaleur.

3. Le montage du PVC s'effectue par collage des embouts apprêtés par un ponçage léger pour les rendre
mats et mieux accrocher ainsi la colle spéciale afin de ne pas créer de fuites. Un coupe-tube pour le cuivre
permet de le couper au moins dans les diamètres inférieurs, une scie à métaux résolvant l'opération pour les
diamètres plus importants. La fixation au mur s'effectue par collier lyre tous les mètres pour laisser au
matériau son coefficient de dilatation (pas de collier atlas).

4. Comme pour les autres composants des canalisations, il est possible de relier une canalisation
d'évacuation en cuivre à un conduit en PVC. On peut utiliser un manchon en caoutchouc genre durite, fixé
par des colliers de serrage sur les deux tubes de matières différentes mais de diamètres approchants. Pour
des diamètres sensiblement différents, des tampons souples de type bouchon, permettent ces
raccordements puisque les canalisations ne sont pas soumise à pression.
5. Le raccordement des canalisations de descente avec la conduite principale d'évacuation, oblige à
l'emploi de raccords de réduction. On voit ici le raccordement d'une évacuation d'eaux sanitaires
usées à la canalisation d'évacuation (beaucoup plus grosse) des eaux vannes. Dans certaines
installations les deux circuits ne se rejoignent qu'au niveau de la descente vers le tout-à-l'égout.

6. La suite logique d'un système d'évacuation des eaux usées et des eaux
vannes est le raccordement au tout-à-l'égout. Il requiert parfois la
continuation de la ligne enterrée assez loin sur (en fait sous) le terrain. Il faut
alors respecter une pente de plusieurs centimètre par mètre.

7. À défaut de tout-à-l'égout, le système de la fosse septique à flore


bactérienne permet de réaliser une évacuation des eaux vannes et de les
traiter. Les eaux usées ne pourront les y rejoindre qu'après un passage dans
un ou plusieurs bac de décantation dits bacs à graisse.

8. La mise en place d'une fosse septique classique (ici en ciment mais il en existe en plastique
et de différentes contenances) nécessite un chantier de terrassement plus ou moins important.
Il est donc prudent de faire établir des devis si vous le faites faire par une entreprise. On voit
sur la photo le chantier de pose mais à l'inverse du circuit : au premier plan, les drains
d'épandage des eaux traitées qui sortent du filtre bactérien en ciment. Un peu plus loin se
trouve le bac décolloïdeur qui retient les matières en suspension pour éviter le colmatage. Puis
vient la fosse septique (ouverte sur la photo) qui reçoit les eaux vannes directement et les eaux
usées mais sortant elles d'un bac décanteur préalable, dit bac à graisse.
9. Le matériau filtrant qui constitue le filtre bactérien ou épurateur, le pouzzolane, est
réparti à l'intérieur sur plusieurs étages. Sortant de la fosse, l'effluent doit y séjourner
une trentaine de minutes. Il est donc soumis à un passage lent au travers du matériau
filtrant réparti dans le véritable labyrinthe que constitue le filtre équipés de plateaux
garnis superposés.

10. Débarrassés des bactéries et agents polluants, les effluents sont évacués par des drains sur une
surface souterraine où le sol va achever l'oeuvre d'épuration. Ces drains en plastique sont percés
de nombreux orifices permettant ainsi aux effluent de se répandre dans le sol, ce que faisaient les
drains anciens en terre cuite par porosité. Certains systèmes remplacent le bac décolloïdeur par un
plateau absorbant compris entre deux regards, consistant en une surface souterraine aménagée en
filtre naturel par graviers et cailloux sur laquelle sont posés les drains. Mais il faut disposer d'un
terrain d'au mioins 1000 m2 et situé à plus de 35 m d'un puits.

11. Le regard qui termine la chaîne d'épuration reçoit les effluents épurés sortant du filtre bactérien.
Ils se déversent dans ce regard et sont ensuite envoyés dans le sol par les drains disposés en
éventail dont les départs vont être maçonnés dans la paroi opposée du regard pour les maintenir en
place.

12. Les microstations d'épuration constituent l'évolution moderne des fosses toutes eaux ou des
anciennes fosses septiques. Plus performantes et répondant mieux aux normes drastiques mises
en place depuis 2005 en matière d'évacuation des eaux domestiques, ces stations tendent à
remplacer les autres systèmes. Lorsqu'elles sont dites "à boues activées" (brassage + broyage +
oxygénation), le taux d'épuration est porté à 90% à leur sortie. Elles présentent également le
remarquable avantage de réduire les frais d'implantation (chantier concentré) et les
M. AMEZGUIOU

Vous aimerez peut-être aussi