Vous êtes sur la page 1sur 62

COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 1

Table des matières

PRESENTATION DU COURS ...................................................................................................................... 4


Méthodes d’enseignement et d’apprentissage .................................................................................. 4
Méthodes d’évaluation : ..................................................................................................................... 4
Pondération des évaluations : ............................................................................................................. 4
Objectif général : ................................................................................................................................. 5
Objectifs spécifiques : ......................................................................................................................... 5
Finalité ................................................................................................................................................. 5
Pré-requis ............................................................................................................................................ 5
Attitude à tenir : .................................................................................................................................. 5
Subdivision du cours............................................................................................................................ 5
AVANT-PROPOS ....................................................................................................................................... 6
CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LES METIERS DE L’INGENIEUR (INTRODUCTION GENERALE) .............. 7
1.1. Les matières premières et l’humanité ......................................................................................... 7
1.2. Génie et Ingénieur ........................................................................................................................ 9
1.3. Ingénierie.................................................................................................................................... 10
1.4. Autres définitions de l’ingénierie ............................................................................................... 10
1.5. Être ingénieur ? .......................................................................................................................... 11
1.6. Développement durable ? .......................................................................................................... 11
1.7. L’entreprise industrielle et l’ingénieur ....................................................................................... 12
1.8. L’ingénieur et sa formation ........................................................................................................ 14
1.9. Entreprises, ingénieur et futur ................................................................................................... 14
1.10. Le LMD et l’ingénieur ............................................................................................................... 14
1.11. Les sciences de l’ingénieur et le développement des nations ................................................... 15
CHAPITRE 2. COMPETENCES D’UN INGENIEUR SELON SON DOMAINE ............................................ 17
2.1. Définition .................................................................................................................................... 17
2.2. État de la formation avant le système LMD ............................................................................... 17
2.3. Compétences générales et mesures d’amélioration............................................................. 18
2.4. Compétences d’un ingénieur spécialisé en chimie ............................................................... 19
2.5. Compétences d’un ingénieur en génie électrique ................................................................ 19
2.6. Compétences d’un ingénieur en génie civil .......................................................................... 20
2.7. Compétences d’un ingénieur en électromécanique ............................................................. 20

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 2

2.8. Compétences d’un ingénieur en métallurgie et matériaux .................................................. 21


2.9. COMPETENCES D’UN INGENIEUR EN MINES......................................................................... 22
2.10. COMPETENCES D’UN GEOLOGUE...................................................................................... 22
2.11. COMPETENCES D’UN INGENIEUR EN GENIE MECANIQUE ................................................ 23
2.12. COMPETENCES D’UN INGENIEUR EN GENIE INFORMATIQUE .......................................... 25
Chapitre 3. ETAPES DE REALISATION D’UN PROJET .............................................................................. 27
III.1. DEFINITION DES CONCEPTS CLES .............................................................................................. 27
III.2. ETAPE DE REALISATION D’UN PROJET ....................................................................................... 27
III.3. Contraintes de réalisation de projet ......................................................................................... 28
III.4. Quelques types de projets......................................................................................................... 29
III.5. PHASES PRINCIPALES D'UN PROJET .......................................................................................... 30
III.5.1. La Conception .................................................................................................................... 31
III.5.2. La Planification .................................................................................................................. 31
III.5.3. La Réalisation..................................................................................................................... 31
III.5.4. La Terminaison ou Clôture du projet ................................................................................ 32
ANNEXES................................................................................................................................................ 34
QUELQUES SCHEMAS DE PRODUCTION INDUSTRIELLE ........................................................................ 35
INTRODUCTION ................................................................................................................................. 35
DESCRIPTION D’UN PROCEDE, D’UN EQUIPEMENT OU D’UNE INSTALLATION ................................ 35
PROCESSUS D’INDUSTRIALISATION ................................................................................................... 36
SCHEMA BLOC ................................................................................................................................... 39
SCHEMA DE PROCEDE ....................................................................................................................... 42
SCHEMAS D’IMPLANTATION ............................................................................................................. 43
AUTRES DEFINITIONS ET TYPES DE SCHEMA..................................................................................... 43
QUELQUES SCHEMAS, PROCEDES ET MACHINES .............................................................................. 46
DOMAINES CHIMIQUES ..................................................................................................................... 46
APPROCHE MINERALURGIQUE.......................................................................................................... 47
LES DISPOSITIFS DE FRAGMENTATION .............................................................................................. 47
METHODES DE TAMISAGE ................................................................................................................. 49
CLASSIFICATION................................................................................................................................. 50
FLOTTATION ...................................................................................................................................... 53
FABRICATION DE L’ALCOOL ETHYLIQUE (LUTUKU) ........................................................................... 54
TRAITEMENT DES EAUX RESIDUELLES INDUSTRIELLES ..................................................................... 56
PROCEDES MECANIQUES .................................................................................................................. 57

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 3

PROCEDES PHYSIQUES ...................................................................................................................... 57


PROCEDES BIOLOGIQUES .................................................................................................................. 58
DOMAINES DE LA METALLURGIE ...................................................................................................... 59
DOMAINES DE GENIE CIVIL................................................................................................................ 61
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 62

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 4

PRESENTATION DU COURS

➢ LES METIERS DE L’INGENIERIE


➢ Identifiant: PROF102
➢ 10 h (TH) + 30h (TD) + 10h (TPE) = 50 heures
➢ Nombre de crédits = 2 crédits

« Le crédit c’est le volume horaire vu du point de vue du travail de l’étudiant et non de


l’enseignant. Contrairement à la vision traditionnelle qui calculait les heures en se basant sur
le temps que l’enseignant passe avec l’étudiant dans l’auditoire ou au labo, le crédit considère
plutôt le temps que l’étudiant mobilise pour construire son savoir: en présence de
l’enseignant, en bibliothèque ou sur terrain »

1 crédit équivaut entre 15 et 25h selon les systèmes LMD auxquels ont appartient (européen,
africain, francophone, anglo-saxon)

Méthodes d’enseignement et d’apprentissage :

✓ Le cours théorique est exposé ex cathedra en utilisant un vidéo projecteur.


✓ Les notes (syllabus) et les diapositives sont mises à la disposition des étudiants.
✓ Le cours théorique est accompagné des visites, conférences, exposé etc.
✓ Les T.P.E comprennent : travaux en groupe, les visites et conférences, l’ensemble des
connaissances acquises seuls par l’étudiant pour constituer son savoir
(bibliothèque, centres de recherches)

Méthodes d’évaluation :
✓ Epreuve écrite
✓ Exposé d’un rapport sur thème choisi (en groupe)
✓ Epreuve sur terrain : visites
✓ Participation aux conférences

2 interrogations écrites, 2 TP et 4TD, 2 rapports de visite, 2 exposés,

Pondération des évaluations :


▪ Interrogations : 50%
▪ TD, exposé, rapport : 50%

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 5

Objectif général : Faire connaitre à l’étudiant les métiers de l’ingénierie afin de


s’imprégner des différents domaines qu’il choisira plus tard.

Objectifs spécifiques :
A l’issue de ce cours l’étudiant doit être capable de :

✓ Identifier les secteurs vitaux utilisant l’ingénieur


✓ Expliquer l’objet de différents domaines de l’ingénieur
✓ Énumérer les étapes essentielles dans la production
✓ Initier un petit projet et concevoir un schéma simple de production

Finalité : Maitriser les différents domaines de l’ingénieur ainsi que le rôle de l’ingénieur
dans chaque secteur, pour un développement durable.

Pré-requis : Ce cours nécessite une connaissance multi disciplinaire en général et


technologique en particulier sans oublier la connaissance générale.

Attitude à tenir : régularité et ponctualité, TD matinal sur matière vue la fois passée

Subdivision du cours

o PARTIE THEORIQUE
1) GENERALITES SUR LES METIERS DE L’INGENIEUR (INTRODUCTION
GENERALE)
2) COMPETENCES D’UN INGENIEUR SELON SON DOMAINE
3) REALISATION D’UN PROJET
✓ Initiation à la gestion d’un projet
✓ Etapes de réalisation d’un projet

o TRAVAUX DIRIGES ET TRAVAUX PRATIQUES ENCADRES


1. THEME A EXPOSER PAR GROUPE :
2. CONFERENCE PAR UN ACTEUR DU MILIEU
3. VISITE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

o ANNEXES : QUELQUES SCHEMAS DE PRODUCTION INDUSTRIELLE

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 6

AVANT-PROPOS

Les fondamentaux de la création, de la vie d’une entreprise et de son organisation montrent


l’importance du rôle que l’ingénieur doit y jouer. La valeur d’une activité commerciale et
industrielle inclus plusieurs paramètres entre clients et fournisseurs dont : compréhension des
besoins du marché ; la réponse aux clients au travers des idées novatrices sur tous les points
de vue, surtout sur les plans technique et économique.

L’accent doit être mis sur l’importance des compétences dans la formation de l’ingénieur.
Compétences qui se manifestent au travers de savoirs, savoir-faire et de savoir être.

La mondialisation, la prise en compte du développement durable, les défis des ressources


naturelles et de l’énergie, l’émergence de problèmes nouveaux, sont autant de problèmes
complexes à résoudre. Les ingénieurs ont un rôle fondamental à jouer dans la société
d’aujourd’hui et de demain.

Les formations d’ingénieur se définissent en réponse à plusieurs exigences liées aux progrès
scientifiques et techniques, à l’évolution des besoins des entreprises, à la diversification du
marché de l’emploi et à la demande sociétale. La définition du métier d’ingénieur doit
s’inscrire dans son contexte, elle est forcément évolutive.

Le métier de base de l’ingénieur consiste à poser et à résoudre de manière toujours plus


performante des problèmes aux dimensions multiples, liés à la conception, à la réalisation et à
la mise en œuvre, au sein d’une organisation compétitive, de produits, de systèmes ou de
services, éventuellement à leur financement et à leur commercialisation.

A ce titre, l’Ingénieur doit posséder un ensemble de savoirs techniques, économiques, sociaux


et humains, reposant sur une solide culture scientifique. Il apparait aujourd’hui de plus en plus
comme un organisateur, un coordonnateur, le manager de projets complexes.

L’activité de l’Ingénieur s’exerce notamment dans l’industrie, le bâtiment et les travaux


publics, l’agriculture et les services. Elle mobilise des hommes et des moyens techniques et
financiers, souvent dans un contexte international. Elle reçoit une sanction économique et
sociale, et prend en compte les préoccupations de protection de l’Homme, de la vie et de
l’environnement, et plus généralement du bien-être collectif.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 7

CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LES METIERS DE L’INGENIEUR


(INTRODUCTION GENERALE)

1.1. Les matières premières et l’humanité

Un grand nombre de secteurs de l'économie mondiale dépendent des matières premières


minérales ou minerais. Tous les domaines de l'industrie au sens large (génie civil, cimenteries,
verreries, papeteries, chimie, pétrochimie, mécanique, électricité et électronique,
aéronautique, constructions navales, agroalimentaire, etc.) utilisent des matières minérales et
métalliques pour fabriquer les biens qui nous entourent et nous servent quotidiennement.

Actuellement des exemples dans les nouvelles technologies sont légions. La fabrication des
voitures électriques a grandement besoin du cobalt pour ses batteries. L’électronique
aujourd’hui a besoin du colombo-tantalite (Coltan), minerai aussi précieux que l’or, de
couleur noire, dont on extrait le niobium (colombium autrefois) et le tantale. On peut dire sans
exagérer que sans les matières premières minérales, notre civilisation n'existerait pas. La
figure suivante illustre cela au travers du téléphone, qui montre que toutes ses composantes
sont fabriquées à partir des matières premières.

Figure 1 : Composantes d’un téléphone et ses matières de fabrication

La figure suivante montre l’importance de l’ingénieur dans les quatre révolutions industrielles
que l’humanité a déjà connues partant de la production mécanique (1765) à l’introduction des
nouvelles technologies aujourd’hui.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 8

Figure 2 : les quatre révolutions industrielles

La figure suivante montre l’évolution technologique et historique de la téléphonie, partant du


réseau 1G au réseau 5G. Historiquement cela part de 1980 pour 1G jusque 2020 avec
l’implantation de la 5G.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 9

Figure 3 : Evolution technologique et historique de la téléphonie

1.2. Génie et Ingénieur


D’après Genie-inc.com, le mot « génie » possède des racines indo-européennes, et signifie un
être aux pouvoirs magiques. L’expression se transforme pour désigner un conseiller qui
montre l’exemple par ses agissements. Au moyen-âge, l'expression « génie » est utilisée pour
désigner un porteur de pouvoirs militaires, et était souvent employé pour désigner la personne

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 10

responsable de la planification des fortifications, de l’agencement de terrain et des


communications durant les guerres.

Le mot « ingénieur » tire son origine du latin INGENIUM, qui signifie « engin ». Cette
expression créée au Moyen-âge pour définir les constructeurs d’engins militaires. C’est à ce
moment que l’expression se rapproche de « génie », puisque les deux termes désignaient des
personnes contribuant aux planifications militaires. C’est en 1832 que l’Académie française
définit officiellement le terme « ingénieur » dans son dictionnaire comme une personne dont
le métier consiste à « résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent
complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de système
ou de services.

1.3. Ingénierie

C’est en 1964 que le mot « ingénierie » est officiellement accepté dans la langue française. Le
terme provient de l’anglais « engineering », et est défini comme « l’ensemble des aspects
technologiques, économiques, financiers et humains, relatifs à l’étude et à la réalisation d’un
projet, qu’il soit industriel, scientifique ou de société ».

COULON définit le génie « comme l’ensemble de connaissances raisonnées et de moyens


appropriés propres à un domaine d’activités ». Ainsi pour distinguer les 2 termes « génie et
ingénierie », on associe le génie à tout ce qui est théorique, tandis que l’ingénierie désigne
plutôt le domaine pratique. L’ingénierie est donc, la mise en pratique concrète du génie

1.4. Autres définitions de l’ingénierie

C’est une étude globale d’un projet industriel sous tous ses aspects (techniques, économiques,
financiers, etc.). L’ingénierie est l’ensemble des fonctions qui mènent de la conception et des
études, de l’achat et du contrôle de fabrication des équipements, à la construction et à la mise
en service d’une installation technique et industrielle (Wikipédia). D’après Eric HUTTER
(Techniques-ingénieur.fr), l’ingénierie technique se définit comme l’ensemble des prestations
consistant à étudier, concevoir et faire réaliser un ouvrage.

Les ingénieurs spécialistes peuvent agir soit dans le cadre d’une seule spécialité, en général
comme « ingénieur conseils », soit dans le cadre d’une structure plus large, pluridisciplinaire,
le « bureau d’études techniques » ou la société d’ingénierie.

Les missions des ingénieurs peuvent intervenir depuis l’origine de l’idée même de
l’investissement jusqu’à l’exploitation.

Comme exemple des missions : conseiller le maitre d’ouvrage au stade de la décision,


concevoir l’ouvrage à réaliser, faire réaliser l’ouvrage

Comme types d’études : Identification, programmation et budgétisation, études de faisabilité


et de rentabilité, études des risques technique et financier, management du projet, études

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 11

préliminaires, études de conception, projet d’exécution, sélection des entreprises, supervision


des travaux, gestion administrative des marchés, planification, etc.

1.5. Être ingénieur ?


C'est savoir réaliser, concevoir et innover. C'est savoir analyser un problème concret en
prenant en compte sa complexité, sans s'y perdre. C'est aussi s'appuyer sur les avancées
scientifiques pour mettre en œuvre des solutions ; C'est savoir s'entourer de spécialistes et
travailler en équipe pour faire face à la globalité des enjeux et des projets.

Un ingénieur doit évoluer dans un modèle où la recherche et l'innovation sont ses chevaux de
bataille, pour s'inscrire dans le tissu industriel local et international.

L'ingénieur doit donc s'ouvrir au monde et traduire les besoins pour créer les produits de
demain par une technologie particulière, pour un développement durable.

1.6. Développement durable ?


Concept né à la fin des années 1960. Avec l’apparition des problèmes environnementaux.
Définition de 1987 par la commission mondiale sur l’environnement et le développement.
C’est un développement qui répond aux besoins des générations du présent, sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs

Il prend en compte 3 dimensions indissociables :

• l’économie,
• le social et
• l’environnement

A ces 3 dimensions, on peut ajouter la gouvernance (dimension démocratique)

Le développement économique doit être mis au service des besoins humains pour favoriser la
création des richesses pour tous. A travers de modes de production et de consommation
durable. Il doit assurer la satisfaction de besoins humains et l’équité sociale. Il doit enfin
assurer la préservation et la valorisation de l’environnement. Par l’utilisation raisonnée des
ressources naturelles et par la prévention des impacts environnementaux

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 12

ENVIRONNEMENT

VIABLE

VIVABLE
DURABLE ECONOMIE

SOCIAL EQUITABLE

Figure 4 : Développement durable

L'ingénieur réunit des réalités très diverses, selon le secteur dans lequel il évolue, mais il y a
un fondement de compétences communes.

Le métier de base de l'ingénieur revient à poser et résoudre de manière toujours plus efficace
des problèmes souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre,
dans une organisation compétitive, de produits, de systèmes ou de services, et dans certains
cas à leur financement et commercialisation.

C'est pour cela qu'un ingénieur doit acquérir un ensemble de savoirs techniques,
économiques, sociaux et humains, basé sur une culture scientifique solide. Les entreprises
affichent des besoins énormes en postes de cadre, dont les ingénieurs. Cette conjoncture
concerne tout type d'entreprise partant de grands groupes jusqu'aux petites et moyennes
entreprises (PME). S'il y a un métier qui donne un accès à l'emploi, c'est bien celui de
l'ingénieur.

1.7. L’entreprise industrielle et l’ingénieur

Dans le classement des entreprises par secteurs d’activités, l’entreprise industrielle fait partie
du secteur secondaire. Rappelons que le secteur primaire désigne l’activité de production qui
fournit les matières premières c'est-à-dire non transformées. Il couvre l’agriculture et les

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 13

industries extractives comme par exemple les mines, les carrières, la culture, l’élevage, les
pêcheries, les exploitations forestières, etc. Le secteur secondaire désigne l’activité de
transformation des matières premières en produits semi-finis ou finis. Il comprend toutes les
industries dites de transformation : Concentration-Pyrométallurgie ou Hydrométallurgie,
Lixiviation-Extraction par solvant-Electrolyse, Sidérurgie, usines de montage, industries
chimiques, industries mécaniques, industries électriques, industries textiles, etc. Le secteur
tertiaire est celui des activités non productrices de biens mais plutôt des services. Il comprend
la distribution (commerce de gros et de détail), les activités de loisirs, les activités de conseil,
les banques, etc. La figure 5 donne les composantes d’une entreprise industrielle.

Figure 5 : L’entreprise industrielle

Certains pays aux ambitions hégémoniques, détiennent des technologies qu’ils ne préfèrent
pas transférer à d’autres, moins puissants qu’eux de manière à les maintenir dans le secteur
primaire, afin de garder la suite du processus de transformation de ces matières premières,
dans les industries transformatrices de leurs pays. L’Afrique en a souffert pendant longtemps
et aujourd’hui les choses sont en pleine mutation, avec l’émergence de plusieurs pays
africains.

Le concept de « nouvelles technologies » peut aussi varier comme celui du minerai, dans le
temps et dans l’espace. Une technologie apparue il y a bien des années dans un continent ou
un pays bien déterminé, peut être considérée ailleurs comme nouvelle, dans le cadre du
transfert de technologie. C’est le cas dans le secteur minier de la RD Congo, où plusieurs
technologies utilisées ailleurs depuis très longtemps, peuvent paraitre comme nouvelles en
RD Congo. Le secteur minier en RD Congo a demeuré pendant longtemps un secteur des
industries extractives classé dans le secteur primaire. Des efforts fournis par l’Etat Congolais
en interdisant l’exportation des minerais bruts, ont amené plusieurs entreprises minières à se
tourner vers le secteur secondaire, en recourant à des technologies adéquates, pour créer des
usines minéralurgiques (concentration : flottation, gravimétrie classique, milieu dense HMS)
et métallurgiques (Hydrométallurgie : Lixiviation-Extraction par solvant-Electrolyse et
Pyrométallurgie).

Toute technologie à un coût, qu’il s’agisse de celles dites traditionnelles ou celles dites
nouvelles. L’ingénieur avisé ou l’investisseur attitré ne cherchera jamais la technologie la plus
performante pour résoudre ses problèmes, si celle-ci ne lui rassure pas une certaine rentabilité.
Dans le monde, les compagnies qui sont passées du bon au meilleur (Good to Great) pensent
différemment du rôle de la technologie. Elles n’utilisent jamais la technologie comme des
moyens fondamentaux pour allumer une transformation, cependant elles sont des pionniers

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 14

dans l’application et l’utilisation des technologies sélectionnées. Dans la microcaractérisation


des matières solides : près de 400 techniques utilisées en géologie, géochimie, mines,
minéralurgie, métallurgie, etc. Ce nombre rend aléatoire leur classement, vu leur multiplicité
et diversité. Un problème de caractérisation nécessite le plus souvent le recours à différentes
techniques d’analyse, mise en œuvre conjointement.

Pour résoudre un problème donné de caractérisation, il faudra donc choisir non pas la
meilleure méthode, mais la combinaison de techniques complémentaires la plus performante
et la mieux adaptée à l’étude qu’on effectue. L’industrie minière est une industrie lourde,
exposée au système inflatoire et aux risques de tout genre. Avant de mettre des millions de
dollars en jeu, il faudra se rassurer de la technologie capable de s’adapter aux minerais à
exploiter, en vue de générer un gain appréciable. L’acquisition de la technologie amène à la
création des emplois (création des entreprises transformatrices), par contre l’automatisation de
plusieurs processus industriels diminue le recours à l’homme comme main d’œuvre (un juste
milieu doit être trouvé).

1.8. L’ingénieur et sa formation


Après identification de besoins de compétences attendues, la formation des ingénieurs doit
être conséquente. Un ingénieur doit faire preuve d'autonomie, Être capable de prendre des
responsabilités managériales et non pas exclusivement dans un domaine technique, Être
capable de comprendre la société et le monde qui l'entoure pour concevoir des produits en
phase avec celui-ci.

1.9. Entreprises, ingénieur et futur


Les entreprises développaient il y a quelques décennies, une technologie et concevaient le
produit qui en découlait sans tenir compte des besoins du marché. Aujourd'hui l'ingénieur doit
s'attacher davantage à comprendre les besoins en aval, à déterminer ceux qui ne sont pas
satisfaits et à concevoir les produits, services ou objets. Pour y répondre Il doit donc
s'imprégner des tendances et faire une projection du futur.

1.10. Le LMD et l’ingénieur


Dans le système LMD, actuellement appliqué à l'Université de Lubumbashi, les ingénieurs
bénéficient d'une formation de 5 ans. Cette formation permet de développer une solide culture
scientifique multidisciplinaire et une spécialisation plus ou moins élevée.

L'enseignant passe moins de temps dans l'auditoire et l'étudiant se forme par les travaux
pratiques en classe, au laboratoire ou sur terrain ; Il poursuit également sa formation par les
travaux pratiques encadrés seul en bibliothèque ou sur internet. Contrairement à l'ancien
système de formation, plus de pratiques sont encouragées que de théories, afin de rendre la
formation plus professionnalisante. Cette formation lui procure de compétences

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 15

professionnelles nécessaires aux entreprises comme : la conduite des projets, apprentissage


des aspects techniques, économiques, financiers et environnementaux du métier
d'ingénieur. Des visites et des stages en entreprise sont également accordés à l'étudiant pour
qu'il s'habitue déjà au monde du travail. Le titre d'ingénieur diplômé confère automatiquement
à son titulaire le grade de Master, Grade répondant aux standards internationaux.

1.11. Les sciences de l’ingénieur et le développement des nations


La maitrise de notre environnement externe et interne passe par l’utilisation optimale des
technologies modernes. Toutefois, ce savoir scientifique est constamment en évolution et,
plus c’est récent, plus grande est sa performance. Sa progression exige des investissements
énormes en « Recherche et Développement ». Donc le devoir de toute Nation qui aspire au
développement très rapide est de mettre un accent fort sur la Formation Scientifique de ses
jeunes étudiants.

Cas du Président De Gaule (de 1965 à1968).

Aux yeux du Général, la recherche relève d'une politique à part entière, comme instrument au
service du progrès économique et social ainsi que de l'indépendance et du rayonnement
national. Lorsqu’il est arrivé à la présidence de la France, De Gaule avait l’ambition de faire
de son pays un leader dans tous les domaines des technologies. Il a injecté beaucoup d’argent
dans la recherche et le développement dans les universités et les centres de recherche.
Toutefois ses efforts se sont soldés par des échecs.

L’exemple le plus frappant de cet échec a été le cas de la compagnie BULL, la compagnie
française d’ordinateurs. En effet, chaque modèle produit par BULL avait des puissances et des
capacités comparables à celui d’IBM sorti 10 ans plus tôt. De plus la fiabilité de ces
ordinateurs n’était pas au rendez-vous, au point qu’aucune société française n’acceptait de les
acheter. Le Président Français a vite compris que le système éducatif français et le niveau de
la recherche en France ne pouvaient pas le sauver dans l’immédiat. Il a donc pris la décision
d’envoyer pour 2 ans aux USA, tous les jeunes diplômés des écoles d’ingénieurs et des
Facultés des sciences. L’idée était que ces jeunes, qui ne cherchaient aucun diplôme
américain, devaient acquérir tout le savoir technologique de pointe qui existait en Amérique.
Chacun de ces jeunes était libre de suivre les cours de haut niveau qui l’intéressait et dans leur
mission, ils devaient se familiariser avec les travaux des laboratoires des universités.

Un des nos professeurs (Maguiraga Madiassa) a connu ces jeunes français, à l’Université de
New Mexico où il faisait son Master’s Degree. Ensuite quand il a été à Purdue University
pour son Doctorat en 1967, il a retrouvé encore une vague de ces français. Ce programme
massif continuera jusqu’en 1968. C’est suite à ce vaste programme de formation que la
France a décollé dans tous les domaines de haute technologie, avec des exploits tels que
Ariane, Airbus, etc.

Cas du SHAH d’Iran (1965)

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 16

Les ambitions du Shah étaient surtout dans le domaine nucléaire. Il a commencé par faire des
dons financiers importants à plusieurs des grandes universités américaines. Ensuite il a
envoyé en formation dans le domaine nucléaire, plusieurs dizaines de ses jeunes étudiants.
Pour le Shah, tout était ainsi bien en place pour l’acquisition éventuelle de la bombe
atomique, surtout que les USA étaient coopératifs comme l’indiquent des documents
déclassifiés du Musée du Président Gerald Ford, Deux documents en particulier, datés du 22
avril 1975 et du 20 avril 1976, montrent que les États-Unis et l'Iran ont tenu des négociations
pour une coopération sur l'utilisation de l'énergie nucléaire. Selon ces documents, les États-
Unis étaient prêts à aider l'Iran en mettant en place l'enrichissement de l'uranium et des
installations de traitement du combustible.Toute fois en Janvier 1979, le Shah est renversé par
une révolution des islamistes dirigés par l’Ayatollah Khomeiny. Plusieurs des ingénieurs
nucléaires quitteront l’Iran pour s’exiler à l’occident. Ce qui retardera à ce jour la possession
de la bombe atomique par ce pays.

Cas de la Chine sous Deng Xiaoping (1980-1990)

Deng Xiaoping est arrivé effectivement au pouvoir en Chine en 1978. Il était avant tout un
homme pratique et sa phrase fétiche est : « Qu’importe la couleur d’un chat, s’il attrape les
souris, c’est un bon chat ». Son plan de modernisation de la Chine devait se faire dans les
quatre domaines suivants : Agriculture, Industrie, Défense Nationale, Sciences et
Technologie. L’éducation étant le pilier principal qui permettra la réalisation de ce plan, et il
commença par une réforme interne de l’éducation nationale.

C’est ainsi que pour aller encore plus vite dans la modernisation, les USA ont connu dans les
années 1980, une invasion des étudiants chinois dans tous les cycles de formations
universitaires. L’idée était que même si la moitié de ces étudiants ne revenaient pas en Chine
après leurs études, ceux qui rentreront au pays vont permettre le décollage technologique du
pays sans tarder.

Sur la base des trois exemples développés ci-haut, la conclusion est qu’une formation massive
dans les sciences et les technologies modernes (sciences de l’ingénieur) est la garantie du
développement moderne.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 17

CHAPITRE 2. COMPETENCES D’UN INGENIEUR SELON SON DOMAINE


2.1. Définition

D’après le site https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/competence, le mot


« Compétence » peut avoir plusieurs sens. Nous avons donc retenu le premier sens qui
signifie « Capacité reconnue dans un domaine ».

Exemple : Avoir la compétence requise pour un emploi.

Comme synonymes, nous pouvons citer les mots suivants : capacité, savoir-faire, aptitude,
art, qualification, qualité, capacité, savoir-faire, aptitude, art, qualification, qualité.

2.2. État de la formation avant le système LMD

Les programmes développés avant le LMD, ont permis aux ingénieurs d’avoir de bonnes
connaissances scientifiques et d’ingénierie dans leurs domaines respectifs (Compétences
générales)

2.2.1. Faiblesses de ces programmes

− Tendance d’être trop axés sur les connaissances théoriques (savoir)


− Sont peu axés sur les aspects pratiques (savoir-faire)
− Et les compétences transversales (savoir être)

2.2.2. Constats après analyse par des experts canadiens

La composante conception semble trop peu présente dans les programmes. Le faible nombre
de cours/projets réalisés en équipe ne favorise guère le développement des compétences
transversales telles l’autonomie dans le travail et l’esprit critique, le travail en équipe et la
communication. Des faiblesses ont été observées quant à la présence de cours ou d’initiatives
permettant de développer les compétences des étudiants en matière de communications.
Renforcement de concepts de gestion de projets et surtout de l’évaluation économique des
projets. Renforcement des programmes quant à l’impact du rôle de l’ingénieur sur
l’environnement et la société. Le nombre important d’heures-contacts favorise peu le
développement de l’autonomie chez les étudiants.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 18

Le nombre important de petits modules (2 ou 3 crédits) génère une charge de travail


importante pour l’étudiant ce qui a aussi pour effet de restreindre le développement de
l’autonomie chez les étudiants.

2.3. Compétences générales et mesures d’amélioration

• Analyse de problèmes (Augmenter le volume horaire consacré aux TD et aux TP)


• Conception (Augmenter le nombre de crédits consacrés aux projets en équipe)
• Utilisation d'outils d'ingénierie (Augmenter les heures de TP faites en laboratoire)
• Travail individuel et en équipe (s’assurer que le projet final est réalisé en équipe et
qu’un des projets annuels est individuel).
• Communication (Offrir un cours portant sur les communications, des cours
additionnels permettant aux étudiants d’améliorer leur maîtrise de l’anglais)
• Compétences générales et mesures d’amélioration
• Compétences générales et mesures d’amélioration
• Professionnalisme (Ajouter un cours portant autant sur le professionnalisme que la
déontologie et l’éthique)
• Impact du génie sur la société et l’environnement (S’assurer que les enseignements sur
ce sujet soient suffisants en augmentant leurs crédits même à 6)
• Déontologie et équité (Ajouter un cours portant autant sur le professionnalisme que la
déontologie et l’éthique)
• Économie et gestion de projet (S'assurer qu'un cours de bon niveau soit présent dans
tous les programmes, tant pour l'analyse économique des projets d'ingénierie que pour
la gestion de projet).
• Apprentissage continu (Bien que cet élément soit difficile à évaluer, la diminution
du nombre d'heures d'encadrement obligera les étudiants à plus investir dans leur
apprentissage, les habituant ainsi à chercher les informations dont ils ont besoin et à
utiliser les nouvelles technologies).
• Compétences générales et mesures d’amélioration

Les nouveaux programmes LMD développe des compétences spécifiques que doit
avoir un ingénieur, sachant qu’une compétence est ce qu’on peut donner à la société.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 19

Désormais avant de créer un programme il faut d’abord développer les compétences à


conférer à l’étudiant.

2.4. Compétences d’un ingénieur spécialisé en chimie


Il doit acquérir, tout au long de sa formation, les compétences spécifiques suivantes.

1. L’ingénieur chimiste doit posséder des concepts de base en science du génie chimique, qui
incluent :

✓ Les domaines de la chimie


✓ Les sciences des matériaux
✓ Les bilans de matières et d'énergie
✓ La thermodynamique
✓ Les phénomènes d'échanges.

2. L'ingénieur chimiste doit être en mesure de calculer et de dimensionner les équipements de


génie chimique, en se basant sur des concepts qui incluent :

✓ La dynamique des systèmes


✓ Les opérations unitaires
✓ Le calcul des réacteurs.

3. L'ingénieur chimiste doit être en mesure de concevoir et de contrôler des procédés, en se


basant sur des concepts qui incluent :

✓ La synthèse des procédés


✓ La modélisation des procédés
✓ La conception des procédés.

2.5. Compétences d’un ingénieur en génie électrique


L’ingénieur électrique doit développer les compétences spécifiques suivantes :

1. Acquérir et appliquer des connaissances essentielles en électrotechnique, en


électronique analogique et en électronique numérique nécessaires à une formation
polyvalente dans ces domaines.
2. Acquérir et appliquer des connaissances approfondies dans une des deux spécialités du
génie électrique proposées dans le programme existant :

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 20

Électricité industrielle, Électronique et Informatique

3. Maîtriser les méthodes de l'ingénieur en insistant sur la conception de systèmes


industriels.
4. Concevoir, réaliser, analyser et gérer des éléments et des systèmes du milieu
industriel.

Sont ainsi présentées les trois orientations majeures suivantes :

❖ En Électricité industrielle (Installations électriques, Machines électriques,


Convertisseurs statiques, Réseaux de distribution, Commande, Automatismes)
❖ En Électronique et informatique, l'accent étant mis sur l'informatique
❖ En Télécommunications (Télécommunications classiques et Réseaux numériques).

2.6. Compétences d’un ingénieur en génie civil


Les compétences développées par le programme de génie civil permettent d'atteindre les
standards internationaux dans les domaines classiques du génie civil qui sont :

• La géotechnique
• L’environnement et l'hydraulique
• La topographie et les transports
• Les structures

Les quatre orientations proposées :

✓ Structures (bâtiments, ouvrages d’art, barrages, …),


✓ Géotechnique (terrassement, fondations, routes, …),
✓ Hydraulique et génie de l’environnement (ouvrages hydrauliques, contrôle des
inondations, assainissement…)
✓ Transport (mobilité urbaine, planification, tracé et sécurité routière, voie ferrées).

2.7. Compétences d’un ingénieur en électromécanique


L’ingénieur en électromécanique doit développer les compétences spécifiques suivantes :

1. Acquérir et appliquer des connaissances essentielles en informatique, en électronique


et en mécanique nécessaires à une formation polyvalente et interdisciplinaire ;

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 21

2. Acquérir et appliquer des connaissances approfondies en génie électrique et en génie


mécanique ;
3. Maîtriser les méthodes de l'ingénieur en insistant sur la dynamique des systèmes et sur
la conception d'équipements et de procédés industriels ;
4. Concevoir, réaliser et analyser des éléments et des systèmes du milieu industriel.

Le programme d’électromécanique combine deux spécialités. Il est donc normal que les deux
spécialités soient approfondies de façon équivalente :

✓ en Génie électrique
✓ en Génie mécanique

2.8. Compétences d’un ingénieur en métallurgie et matériaux


L'université de Lubumbashi propose actuellement deux programmes distincts : ingénieur civil
en Métallurgie, ingénieur industriel en Génie des matériaux (proches).

L'ingénieur métallurgiste doit :

1. savoir identifier les différentes étapes de la préparation des sites et maîtriser la


minéralogie, le prétraitement du minerai et la transformation primaire du minerai ;
2. assurer la viabilité à court et long termes des sites de traitements des minerais
3. posséder des connaissances de base en sciences et génie des matériaux
4. être en mesure de calculer, concevoir et planifier un procédé de transformation
primaire des minerais en métaux,
5. être en mesure de calculer et concevoir des procédés de transformations secondaires
ou de mise en œuvre des matériaux,
6. être en mesure de caractériser la morphologie, la composition chimique, les propriétés
physico-chimiques, la microstructure des différents types de matériaux ;
7. posséder de fortes connaissances en économie des procédés métallurgiques,
8. posséder de bonnes connaissances en optimisation, recherche opérationnelle et
planification ;
9. posséder de bonnes connaissances en environnement, développement durable et
gestion des déchets métallurgiques,
10. connaître et comprendre les impacts sociaux causés par les projets industriels,
11. posséder une maitrise suffisante de la langue anglaise.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 22

2.9. COMPETENCES D’UN INGENIEUR EN MINES


L’ingénieur minier doit développer, au cours de sa formation, les compétences spécifiques
suivantes.

L'ingénieur minier doit :

1. Savoir établir le réseau de ventilation d’une mine souterraine, déterminer les débits
nécessaires, calculer les pertes de charge et choisir les équipements requis,
2. Assurer la stabilité à court et long terme des excavations dans le roc,
3. Posséder des connaissances de base en topographie ;
4. Être en mesure de calculer, concevoir et planifier le forage et dynamitage des
excavations dans le roc ;
5. Être en mesure de calculer et concevoir des ouvrages géotechniques dans le sol et le
roc ;
6. Connaître les différentes méthodes d’exploitation en surface et en souterrain ;
7. Posséder des connaissances de base en géologie et traitement de minerais ;
8. Posséder de fortes connaissances en économie minière et analyses économiques ;
9. Posséder de bonnes connaissances en planification, optimisation et recherche
opérationnelle ;
10. Posséder des bonnes connaissances en environnement, développement durable et
gestion des rejets miniers ;
11. Connaître et comprendre les impacts sociaux causés par les projets industriels ;
12. Savoir établir un réseau d’exhaure d’une mine visant à assécher le champ minier,
prendre des mesures préventives et passives de protection contre les noyades ;
13. Posséder une maitrise suffisante de la langue an.

2.10. COMPETENCES D’UN GEOLOGUE

La profession de géologue fait appel aux compétences spécifiques suivantes :

1. Exécuter des relevés d’études et des cartes géologiques effectuées sur le terrain ou à
partir de documents, tels les interprétations photogéologiques et les données fournies
par la télédetection, la géochimie, etc.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 23

2. Exécuter des relevés d’études effectuées par interprétation des données fournies par
les sondages et forages, et leur exploitation

3. Exécuter des relevés d’études géologiques aux fins de travaux concernant des
ouvrages et des aménagements

4. Faire des recherches relatives à l’étude et à la prévention des risques naturels à


caractère géologique, tels que les glissements de terrain, séismes, éruptions
volcaniques, érosions des sols et des côtes, etc.

5. Effectuer des études géologiques concernant les eaux superficielles et souterraines;


soit la recherche, l’évaluation, l’exploitation et la protection des ressources en eau

6. Effectuer des études géologiques relatives à la recherche et à l’exploitation des


gisements de minerais, d’hydrocarbures, de charbon et de toutes les autres substances
utiles extraites en mines ou carrières.

7. Effectuer des études d’évaluation des ressources et réserves minérales et de mise en


valeur des gisements.

8. Effectuer des études géologiques relatives au stockage souterrain et de surface

9. Effectuer des études géologiques relatives à la recherche et à l’exploitation des


gisements géothermiques

Deux orientations majeures peuvent être faites en géologie, en dehors des orientations en
géologie du pétrole et des gaz. Il s’agit de : « exploration et géologie minière » et
« Environnement et Hydrogéologie ».

2.11. COMPETENCES D’UN INGENIEUR EN GENIE MECANIQUE

❖ Missions principales

Les missions principales d’un ingénieur en génie mécanique sont les suivantes :

✓ Conception de l’architecture d’un produit mécanique ;

✓ Assurer les simulations techniques sur ordinateur ;

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 24

✓ Effectuer tous les calculs théoriques précédant la détermination des caractéristiques


d’un produit ;

Déterminer le choix des machines de fabrication ;

✓ Gérer les ateliers de fabrication et assister techniquement toutes les équipes qui y
travaillent ;

✓ Assurer la maintenance du produit et souvent sa commercialisation.

Cela passe aussi par la maîtrise des coûts et des délais. Il peut être amené à traiter des projets
transversaux, dans les domaines ciblés, autour de trois thèmes :

✓ Systèmes manufacturiers : matériaux, ingénierie des surfaces, procédés et processus de


production ;

✓ Environnement : énergies renouvelables, ouvrages hydrauliques, technologies


alternatives ;

✓ Santé : biomécanique ostéoarticulaire, robotique médicale.

❖ Compétences techniques

✓ avoir de solides connaissances en résistance des matériaux, en thermodynamique ;

✓ maîtriser des techniques d’automatisme ;

✓ maîtriser des logiciels de calculs théoriques et de la conception assistée par ordinateur


(CAO) ;

✓ avoir des aptitudes managériales et communicationnelles ;

✓ avoir des connaissances dans les outils et les techniques de commercialisation ;

✓ avoir une maîtrise parfaite de l’anglais.

❖ Débouchées

✓ L’ingénieur en génie mécanique intervient dans de nombreux domaines d’activités, en


PME comme au sein de grands groupes :

✓ Automobile ;

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 25

✓ Sidérurgie ;

✓ Aéronautique ;

✓ Machines-outils ;

✓ Biens de consommation ;

✓ Agroalimentaire ;

✓ Métallurgie ;

✓ Informatique ;

✓ Production d’énergie ;

✓ Télécommunications, etc.

2.12. COMPETENCES D’UN INGENIEUR EN GENIE INFORMATIQUE

❖ Missions

L’ingénieur en génie informatique conçoit, réalise et gère des logiciels, systèmes, dispositifs
et infrastructures afin de transmettre et d’élaborer des données et informations. Il développe
des composants matériels et programme des logiciels, en appliquant les principes de la
technologie de l’information (Information Technology, IT).

La diffusion des systèmes électroniques et des ordinateurs a donné naissance à l’ingénierie


informatique (également appelée Computer science ou IT Engineering), une branche de
l’ingénierie électronique spécialisée dans la conception informatique.

Deux branches peuvent être identifiées dans l’ingénierie informatique :

✓ Ingénierie logicielle (software engineer) ;

✓ Ingénierie matérielle (hardware engineer).

Le software engineer conçoit et développe des programmes informatiques de différents types


tandis que le hardware engineer travaille à la conception et au développement d’ordinateurs et
composant tels que les circuits, cartes électroniques et microprocesseurs.

❖ Compétences techniques

✓ Connaissance des principes de conception logicielle et matérielle ;

✓ Connaissance de l’électronique, des systèmes de télécommunication ;

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 26

✓ Compétences techniques quant aux langages de programmation ;

✓ Connaissance de SQL et database administration ;

✓ Connaissance des protocoles et systèmes des réseaux ;

✓ Connaissance des applications web ;

✓ Capacités analytiques et mathématiques ;

✓ Maitrise de la langue anglaise, etc.

❖ Débouchées

Les ingénieurs en génie informatique travaillent principalement :

✓ pour les entreprises du secteur IT (Information Technology) : entreprises de


conception et production de matériels ( par ex les smartphones, ordinateurs, etc.) ;

✓ dans la robotique et l’automatisation industrielle ;

✓ pour les sociétés de développement matériel, sites internet et applications ;

✓ pour les compagnies de télécommunications ;

✓ pour les agences de service web et de conseil informatique ;

✓ pour les grandes entreprises mondiales de l’informatique ( Google, Apple, Microsoft,


Facebook,...), etc.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 27

Chapitre 3. ETAPES DE REALISATION D’UN PROJET


III.1. DEFINITION DES CONCEPTS CLES
1. Projet
L’Organisation Mondiale de Normalisation définit un projet comme suit :« un projet est
un processus unique qui consiste en un ensemble d'activités coordonnées et maîtrisées,
comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d'atteindre un objectif conforme
à des exigences spécifiques, incluant des contraintes de délais, de coûts et de ressources. ».
Le mot projet vient du latin PROJECTUM de PROJICERE qui signifie jeter quelque
chose vers l’avant. Le préfixe PRO signifie qui précède dans le temps et le radical
JACERE signifie jeter. Initialement le mot projet voulait dire quelque chose qui vient
avant que le reste ne soit fait. Au 15ème siècle, projet prendra le sens de concevoir et de
mettre en avant une idée à exécuter. Le projet désigne ainsi un « DESS(E)IN » de ce qu’on
pense réaliser. C’est une conception des moyens qu’on croit utiles pour exécuter ce qu’on
médite.

Un projet est donc un ensemble d’actions mis en place pour la réalisation d’objectifs
définis et précis. Le projet est réalisé dans un temps donné (il a un début et une fin) et pour
une population donnée (un projet a toujours des bénéficiaires). Faire un projet c’est donc « se
projeter » : ceci désigne une idée, une image, une représentation que l’on se fait du futur et de
soi-même dans ce futur. C’est une représentation du réel dans le futur : avoir un projet, c’est
envisager que quelque chose de meilleur est possible.

Dans un projet, la conception du temps est articulée entre aujourd’hui et demain, mais
elle s’inscrit nécessairement dans une rupture : demain ne sera pas comme hier, ce sera mieux,
car on s’en sera donné les moyens. Le projet s’élabore dans le présent, mais son contenu est
une représentation de ce que sera le futur. Concevoir un projet c’est affirmer que le futur a
une chance d’exister, Le projet devient le support réalisateur, organisateur d’un enchaînement
d’actions qui mène vers sa propre concrétisation. Formuler un projet, c’est se mettre dans une
position forte de maîtrise de son action, la pédagogie du projet porte sur la personne elle-
même : c’est une communication, une rencontre avec l’autre qui possède toujours sa liberté
d’action, de pensée, de questionnement, de choix…

III.2. ETAPE DE REALISATION D’UN PROJET


➢ Analyse du besoin : Rechercher le besoin des personnes mais aussi leurs satisfactions et
insatisfactions sur le produit

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 28

➢ Etude de faisabilité: Définitions des qualités techniques, commerciales du produit en


élaborant le cahier des charges fonctionnelles

➢ Conception : Imaginer et concevoir les dessins du produit ou le rhéogramme ou flow


sheet

➢ Définition: Définir les plans exacts (constituer le dossier technique) puis réaliser le
premier produit réel pour faire des tests

➢ Industrialisation: Prévoir une chaîne de fabrication pour ce produit (les outils, les
machines, et le personnel)

➢ Homologation: Certifier que le produit respecte les normes de sécurité en vigueur

➢ Production: Fabriquer le produit en grande quantité

➢ Commercialisation: Mettre en vente le produit tout en prévoyant la publicité

➢ Utilisation: Le produit est consommé ou utilisé par le consommateur après l’achat

➢ Recyclage: Le produit en fin de vie est recyclé et valorisé

Un projet part d’une situation A : LE BESOIN et va à la situation B: L’OBJECTIF,


c'est-à-dire le point que vous voulez atteindre avec votre projet. Pour arriver à cette situation
B, vous (mettez en place des activités qui vont répondre au besoin et c’est cet ensemble qui
constitue le Projet. Comme décrit dans la figure I.1

Figure I.1 : conduite d’un projet

III.3. Contraintes de réalisation de projet


➢ Contraintes de délais :
Fenêtre temporelle à l’intérieur de laquelle le projet doit être réalisé.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 29

➢ Contrainte externe absolue : contraintes externes au projet qui s'imposent à tous. Si


elle n'est pas respectée, le projet n'a plus de sens
Exemple : un salon ou une manifestation sportive à une date donnée, une clôture de compte,
le passage à l'an 2000.
➢ Contraintes dues aux clients
Contrainte externe « fixe »: Elle est souvent contractuelle, généralement moins forte
que la contrainte externe absolue, elle est souvent assortie d'une pénalité de retard.
Contrainte externe « variable »
Elle concerne la réalisation d'une partie du projet qui est liée à un événement dont la
date n'est pas absolument fixe.
Exemple : les projets de sous-traitance

➢ Contraintes de coûts :
Budget pour réaliser le projet
Contrainte de rentabilité:
Marge entre les rapports du projet et les coûts engagés pour sa réalisation
Contrainte pour l'équilibre financier de l'entreprise
➢ Contraintes de qualité :
Contraintes fortes, leur non-respect est susceptible de remettre en cause le projet lui-
même. Par exemple, des impératifs légaux, de santé ou de sécurité publique.
Des impératifs de nature commerciale, des engagements contractuels existent: le
projet doit s'y conformer.
La certification de l'entreprise dans un système d'assurance qualité faite qu'elle se
doit de respecter certaines règles.

III.4. Quelques types de projets


▪ projets d'organisation, par lesquels une nouvelle structure de fonctionnement est
implantée dans une entreprise
▪ projets de recherche et de développement de produits nouveaux
▪ projets d'urbanisme et de développements sociaux
▪ projets d'édification de bâtiment et d'ouvrages de travaux publics
▪ projets informatiques et de développement logiciel
▪ projets artistiques, tels que le montage d'un spectacle ou d'une exposition
▪ projets industriels destiné à produire un bien de consommation (Production de masse
ou en série).

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 30

▪ projets miniers: C’est un travail d’équipe comprenant des ingénieurs, des économistes
et des financiers.

III.5. PHASES PRINCIPALES D'UN PROJET


Le Project Management Institute définit la gestion de projet comme étant une série de
processus qui sont exécutés afin d’appliquer la connaissance, les compétences, les outils et
techniques aux activités d’un projet pour aboutir aux résultats escomptés.

A. Phases de réalisation d’un projet


Tous ces processus ont été répartis en quatre groupes qui constituent les quatre phases d’un
projet. Il s’agit de :

➢ Conception
➢ Planification
➢ Réalisation
➢ Terminaison
Toutes ces phases sont fortement liées. Les résultats d’une phase deviennent, dans la plupart
des cas des entrées pour la phase suivante, comme le montre la figure II.1

Figure III.1. Phase de gestion de projet

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 31

III.5.1. La Conception
Afin de clarifier la demande de projet, il est important de développer une description
du produit (ou service) que le projet est supposé fournir.

Les grandes lignes du projet expliquent quelles sont les caractéristiques principales du produit
ou service du projet, et décrivent la façon dans ces produits seront nécessaire au business.

Avant d’entamer les grandes lignes d’un projet, il est important de bien cerner le problème, la
raison, ou la justification qui conduit à la création du projet.

Dans la première phase du projet, il s’agit de donner de réponse à la question


suivante : Quel objectif ? Projet avant-projet. Il s’agit entre autre de :

➢ déterminer le but du projet


➢ estimer les ressources, coûts et délais
➢ définir le type d'organisation
➢ choisir le chef de projet
➢ estimation des risques
➢ estimation de la rentabilité

III.5.2. La Planification
Après la phase de conception, c’est la place à la planification. Il est de la
responsabilité du chef de projet de concevoir et rédiger le plan du projet. Il est aussi de son
devoir que toutes les parties prenantes, ainsi que les différents groupes de travail comprennent
au mieux le plan de travail. Les différents composants du plan de travail sont les suivants :

Il s’agit dans cette phase de planifier la réalisation du projet. . Les différents composants
du plan de travail sont les suivants :

➢ Le calendrier du projet
➢ la planification globale
➢ le détail des coûts et délais
➢ l’engagement des hommes-clés
➢ la définition des responsabilités

III.5.3. La Réalisation
Les deux premières phases terminées, à savoir la conception et la planification, cette étape
est là où le réel travail commence. Les exécutions réussies des projets impliquent les étapes
telles que :

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 32

- la création des équipes de travail


- la tenue du meeting des débuts des travaux
Il s’agit dans cette phase de réaliser la planification. C’est une phase qui génère le plus
de coûts. Les activités de réalisation de cette phase est décrite de la manière suivante :

➢ mise en place de l'organisation


➢ exécution du travail
➢ pilotage coûts-délais-spécifications
➢ résolution de problèmes
La plupart des ressources est définie dans la phase de planification, phases ou les
ressources humaines sont définies en détail. Ici, il est grand temps de rassembler toutes ces
ressources et leurs assigner officiellement des taches.

Gérer une équipe de projet est différent de gérer une équipe fonctionnelle. Les équipes
de projets sont temporaires, et il faudrait tous les réunir pour travailler pour un objectif
commun. Le but est de motiver et rassembler tous ces gens pour délivrer le projet à temps,
dans le budget and dans la portée du projet, et en même temps fournir les résultats escomptes.

Selon le Dr Bruce Tuckman, toutes les équipes passent par 5 grandes étapes pendant leur
développement :

- La formation : est l’étape initiale. C’est ici que les membres de l’équipe apprennent
pourquoi ils travaillent ensemble sur le projet.
- L’assaut : est l’étape ou les actions commencent. Les membres de l’équipe se
confrontent. Ils cherchent des positions de contrôle et de responsable au sein du projet
- La normalisation : est l’étape ou les choses se calment. Les membres commencent à
s’occuper des problèmes du projet, plutôt que des problèmes entre eux.
- La performance : est l’étape ou l’équipe est productive et effective. Le niveau de
confiance entre les membres est élevé, et des grandes choses sont réalisées.
- La décomposition : c’est la dernière étape, ou l’équipe est démontée après que le
travail soit terminé.

III.5.4. La Terminaison ou Clôture du projet


Dans cette phase il s’agit de préparer les futures planifications, d’archivage les
expériences, d’améliorer le déroulement des projets futurs. Les activités découlant de cette
phase sont décrite :

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 33

➢ l’analyse des écarts entre planifié et réalisé


➢ mémoire des opérations passées
➢ l’évaluation du projet
➢ la réaffectation du personnel
Le projet tend vers sa fin, et la date de clôture est en vue. Cependant le projet ne finit
pas lorsque le dernier résultat est réalisé. Le plan du projet devra normalement inclure tous les
processus à exécuter en vue de transférer les résultats du projet aux opérations.

Dans la plupart des cas, lorsqu’un projet est finit, c’est que tous les résultats ont été
délivrées. Cependant, il y a plusieurs raisons de terminer un projet, et tous ne font toujours
pas référence à une réussite absolue du projet. Nous pouvons citer :

- Le projet est une réussite totale


- Le projet a été annulé
- Le budget a été réduit
- Les ressources du projet ont été assignées ailleurs
- Etc.
Voici les différentes étapes conduisant à la fermeture d’un projet :

- Obtention de l’autorisation appropriée de la part du sponsor


- Transférer les résultats du projet aux opérations
- Libérer les ressources du projet
- Passer à la clôture administrative
- Documenter les documents nécessaires aux futurs projets du domaine
- Identifier les leçons apprises, et les documenter
- Préparer le rapport final de clôture du projet.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 34

ANNEXES

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 35

QUELQUES SCHEMAS DE PRODUCTION INDUSTRIELLE

INTRODUCTION

Un Schéma de production donne les différentes étapes liées à la réalisation d’un produit,
d’une opération, d’une étude ou d’une recherche. Il peut être présenté sous la forme d’un
diagramme appelé « diagramme d’écoulement » ou « Rhéogramme » ou « flow sheet » en
anglais. Un rhéogramme est un diagramme constitué de blocs ou de schémas symboliques,
qui représentent les étapes, les équipements ou les processus, et des flèches qui montrent le
sens d’écoulement des produits. Pour les cas d’écoulements des matières solides ou liquides,
deux lois simples des rhéogrammes sont :
➢ Tout ce qui arrive à un bloc (quantitativement) est égal à tout ce qui sort du même
bloc (quantitativement)
➢ La flèche qui arrive à un bloc est antérieure à celle qui en sort.

DESCRIPTION D’UN PROCEDE, D’UN EQUIPEMENT OU D’UNE INSTALLATION

La description d’un procédé, d’un équipement ou d’une installation à l’aide de schémas utilise
un langage graphique symbolique, qui doit être commun et universel pour être compris de
tous. Le langage des schémas doit être commun aux différents métiers scientifiques qui
contribuent à la conception et au développement du procédé : chimie, biochimie, physico-
chimie, génie chimique, instrumentation, mécanique… mais aussi à tous les acteurs de
l’entreprise, quels que soient leurs activités ou leur niveau d’exécution et de décision.

Le langage des schémas doit être universel. Les symboles graphiques, même s’il n’existe pas
de norme internationale unique, doivent être suffisamment clairs et proches les uns des autres
pour être utilisés et compris par tous les métiers, recherche, ingénierie, production, fabrication
d’équipements… quelle que soit la langue parlée d’origine. Les schémas sont en effet au cœur
des méthodes de conception, de dimensionnement et de réalisation. Ils font partie intégrante
du processus d’industrialisation, du laboratoire à l’usine, de la conception à l’exploitation et
doivent être les outils employés par tous les intervenants. La qualité de cette activité est un
des facteurs clés de succès à l’industrialisation. L’objet de ce chapitre est d’essayer d’initier
chacun au langage des schémas et de proposer une méthode d’élaboration.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 36

Après une brève présentation du processus d’industrialisation d’un produit et du procédé pour
l’obtenir, afin de se placer dans le contexte industriel, quatre ensembles de schémas sont
analysés :
✓ le schéma bloc ou schéma fonctionnel (en anglais « block diagram »). Il permet de
décrire les étapes chimiques et physiques du procédé et les flux matières et
thermiques depuis les matières premières jusqu’au produit fini ;
✓ le schéma procédé ou schéma de circulation ou schéma des conditions opératoires («
process flowsheet ») ;
✓ les schémas d’implantation ;
✓ le schéma tuyauterie et instrumentation ou schéma de construction (« piping and
instrumentation diagram » ou « mechanical flowsheet ») avec les fiches de
spécification des matériels.

PROCESSUS D’INDUSTRIALISATION

Le processus d’industrialisation d’un procédé s’inscrit dans une démarche plus générale de
mise sur le marché d’un produit nouveau, qui part de la recherche et se poursuit jusqu’au
niveau de la production à échelle industrielle. Cette démarche est de plus en plus réalisée
d’une manière systématique et formelle par les entreprises les plus innovantes et les plus
compétitives. Elle consiste en une série de phases d’activités et de jalons de décision
autorisant le passage d’une phase à l’autre ou, au contraire, « tuant » la voie suivie, c’est-à-
dire le procédé et même le produit. La démarche comprend en général 5 à 6 phases. La durée
de chaque phase est variable en fonction du type d’entreprise (pharmacie, agrochimie,
cosmétique, agroalimentaire…) et des produits (produit de base, produit intermédiaire,
matière active, produit formulé…). La phase d’initiation, par exemple, peut être très courte (2
à 3 mois) sans activité réelle de laboratoire pour un produit intermédiaire ou, au contraire,
relativement importante (1 an) dans le cas d’une matière active type agrochimie (activité de
screening) ou encore plus dans le cas d’une matière active type pharmacie (identification de
l’activité potentielle).

La phase d’évaluation, de même, peut varier de 2 à 3 mois à plus d’un an. La durée totale du
processus peut être, en conséquence, de 2 à 5 ans pour un produit intermédiaire (1 an, si l’on
dispose d’une installation, 4 à 5 ans si l’on doit construire l’installation) à plus de 10 ans en
agrochimie ou en pharmacie, où les aspects réglementaires peuvent demander 3 ans d’étude et
d’investigation. Mais la tendance générale est d’essayer de réduire ces temps dans des

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 37

processus de plus en plus performants. De même, en fonction du type d’entreprise, les phases
peuvent porter des noms différents.

Le schéma suivant donne les 4 phases de l’industrialisation d’un procédé intégrées au


développement d’un produit :

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 38

Il est difficile de faire figurer sur cette figure les schémas d’une manière simple, car il y a des
chevauchements entre les phases, les schémas étant des documents validés (ou à valider) à
chaque jalon, comme des « produits » exécutés pendant chaque phase. Les schémas tuyauterie
et instrumentation « figés » ou « définitifs » n’apparaissent pas ici, car, en fait, ils doivent être
disponibles très tôt dans la phase de réalisation (sorte de jalons intermédiaires entre les études
de détails et les achats). Il n’y a pas de véritable jalon unique de validation de ces schémas.
Cela se passe au fur et à mesure de l’avancement de la réalisation et le plus tôt possible.

L’industrialisation d’un procédé démarre dès la deuxième phase du processus, c’est-à-dire à la


phase d’évaluation où il est important d’identifier les voies d’accès au produit et leur
faisabilité industrielle. C’est, en fait, un sous-ensemble (sous-processus) de l’industrialisation
d’un produit. Elle comprend en général quatre phases menées en parallèle et de manière
intégrée à l’industrialisation du produit. La voie d’accès définit les enchaînements (réactions-
séparations-mise en forme) les plus compétitifs, techniquement réalisables à l’échelle
industrielle, économiquement acceptables (coûts de développement, coûts d’investissement,
coûts d’exploitation). Le schéma bloc est l’outil graphique de cette phase.
Le développement du procédé, mené en parallèle avec le développement du produit,
comporte :
— la détermination des données de base nécessaires à l’extrapolation des opérations unitaires,
le choix et la conception des équipements de génie chimique, intégrant sécurité et impact sur
l’environnement d’une part, principes de fonctionnement d’autre part, et garantissant les
propriétés d’usage du produit ;
— le prédimensionnement des équipements.
L’élaboration du schéma procédé est au cœur de cette phase. Ses éléments permettent de
confirmer la faisabilité industrielle et les coûts.
▪ Le schéma bloc est figé.

➢ La conception de l’unité de fabrication: les équipements sont choisis et dimensionnés.


Cette phase comporte successivement une étude préliminaire ou avant-projet de
l’investissement et une étude de base. Dans certains cas (ingénierie intégrée…), étude
préliminaire et étude de base sont enchaînées. A la fin de cette phase les schémas
procédé sont figés. Les schémas tuyauterie et instrumentation et les schémas
d’implantation sont très avancés.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 39

➢ La réalisation: au cours de cette phase, les schémas tuyauterie et instrumentation et les


plans d’implantation sont complétés au fur et à mesure de l’avancement des études de
détails et des plans des fournisseurs. Cette phase inclut l’ingénierie de détails, les
achats, les approvisionnements et la réception des matériels, ainsi que le chantier (c’est-
à-dire le montage de l’unité de production). Elle inclut aussi la formation du personnel
d’exploitation et d’entretien (manuel opératoire, procédures d’exploitation, consignes).
La fin de cette phase correspond à l’acceptation mécanique de l’unité, c’est-à-dire à la
remise à l’exploitant d’une installation prête à démarrer pour les essais à l’eau…

SCHEMA BLOC

Le schéma bloc, ou schéma fonctionnel, est un document fondamental de la voie d’accès


décrivant l’ensemble des enchaînements ou étapes (réaction, séparation, mise en forme…) qui
conduisent des matières premières au produit fini. Il est construit d’après un graphisme très
simple constitué de blocs rectangulaires et de traits. Chaque bloc représente une fonction à
assurer, d’où souvent le nom de bloc fonctionnel donné à ce schéma. Les traits, munis de
flèches pour indiquer le sens de l’écoulement, représentent les flux de matières d’entrée, de
sortie et de liaisons. C’est un document qui permet de donner une vision claire des étapes et
des paramètres essentiels du procédé, en partant des grandes lignes pour, progressivement,
identifier et définir toutes les étapes. Dans le cas d’un procédé continu, on précise à chaque
bloc les paramètres de marche, les débits des flux, leur nature, les charges thermiques
On peut noter et souligner également les paramètres sensibles ou critiques et, en particulier,
les éléments qui caractérisent les « verrous » ou « points durs » à résoudre pour développer le
procédé. Dans le cas d’un procédé discontinu (ou section de procédé), chaque étape est décrite
à l’aide d’un diagramme séquentiel précisant le déroulement des opérations qui sont
effectuées à cette étape, en fonction du temps et en précisant les quantités mises en jeu. Le
contenu des diagrammes séquentiels varie en fonction de l’avancement des études.
Nécessairement très simplifié au début et ne tenant compte que des durées globales par
phase, le schéma s’enrichit, incluant temps de chargement et de déchargement, profils
réactionnels, profils thermiques, profils rhéologiques…Au début de l’industrialisation d’un
procédé, le schéma bloc est l’outil le plus pratique pour analyser et concevoir une voie
d’accès. Tout choix d’équipement est en général prématuré ; il nécessite des données dont
l’acquisition demande du temps de développement et un travail d’optimisation technico-
économique. Il n’est pas réaliste d’engager la phase de développement avec plusieurs voies

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 40

d’accès. La phase de la voie d’accès doit être une phase de créativité et de sélection. Dans ce
but, le schéma bloc sert de base pour évaluer les procédés, leur prix de revient et
l’investissement approximatif des unités de production en utilisant des méthodes globales à
partir des éléments définissant chaque bloc. C’est aussi à la phase de la voie d’accès que
doivent être localisés les points sensibles et critiques du procédé. Le schéma bloc servira de
support à :
— l’élaboration de schémas procédés et des bilans ;
— la recherche des voies concernant le traitement des divers rejets ou effluents.
Quelles que soient les phases, il reste :
— un document descriptif simple de présentation du procédé ;
— un outil d’investigation pour comprendre le fonctionnement d’une étape de procédé
et d’un équipement.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 41

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 42

SCHEMA DE PROCEDE

Le schéma procédé fait suite au schéma bloc. Il représente de manière symbolique l’ensemble
des équipements de procédé, y compris les stockages, avec toutes les lignes de liaisons
principales et les alimentations en utilités. Il est élaboré par un homme de procédé au fur et à
mesure de la phase développement de procédé et finalisé à la phase de conception de
l’installation. Sa réalisation nécessite la participation des chimistes, biochimistes, physico-
chimistes, concepteurs du produit, ainsi que celle de spécialistes de génie chimique et
d’ingénierie… afin d’intégrer tous les éléments de faisabilité industrielle tels que sécurité,
environnement, corrosion, instrumentation, mécanique…C’est un outil de dialogue entre R et
D, ingénierie, usine, « business », « marketing ». C’est un support pour réaliser
l’implantation, le dimensionnement des appareils, les schémas tuyauterie et instrumentation.
Il sert de base aux estimations des investissements à partir de la liste du matériel principal,
estimations plus fiables que celles utilisant les méthodes basées sur le schéma bloc.

Un schéma procédé comporte sous forme graphique, à l’aide de symboles ou de formes


simplifiées : — tous les appareils du procédé avec leur repère d’identification. Une liste de
ces appareils est annexée au schéma, avec pour chacun d’eux les données du
prédimensionnement : dimensions principales, matériau, type… ; — les lignes reliant les
appareils et leur repère en liaison avec :• dans le cas d’un procédé continu, un tableau de
données con-cernant la nature du flux (état physique, densité, viscosité, débit), les conditions
(pression, température…), • dans le cas d’un fonctionnement discontinu, un diagramme
séquentiel d’utilisation ou d’occupation indiquant les données : quantités de produit mises en

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 43

jeu, état physique, charges thermi-ques, conditions opératoires ; — les lignes utilités aux
entrées et sorties des appareils, en préci-sant le type d’utilité. Les quantités d’énergie
thermique figurent sou-vent sur le schéma ; — les boucles de contrôle ;
— les analyseurs. La robinetterie ne figure pas sur le schéma, sauf si elle est utile à la
compréhension du procédé. L’instrumentation, de même, n’est pas définie à ce stade des
études, à l’exception des boucles de régulation et des analyseurs et,sauf exception, liée à la
spécificité du procédé. Il n’existe pas de symbolisation universelle. Chaque entreprise, chaque
bureau d’études a ses standards, mais les figures sont, en général, très proches les unes des
autres et vite assimilées. Plusieurs normes cependant existent : NF E 04-202, DIN 30 600
BSI, ANSI (ASA) (cf. [Doc. AG 3 200] et [3])

SCHEMAS D’IMPLANTATION

Les études d’implantation démarrent effectivement en phase de conception. Mais il est


recommandé de schématiser les contraintes de procédé au fur et à mesure du développement,
au plus tard à la fin de la phase de développement, sur : — un plan de masse succinct
permettant d’avoir une vue d’ensemble du projet, intégrant plus ou moins d’hypothèses en
fonction de la connaissance du site ; — un schéma altimétrique des équipements de procédé
permettant de définir la position relative des appareils imposée par le procédé (nature des
produits, écoulements gravitaires, gardes hydrauliques, respirations, évents…). En phase de
conception, les études d’implantation permettent d’établir des schémas préliminaires. Elles
sont réalisées à partir des schémas procédés de la liste des équipements renseignée, des
contraintes de procédé et de sécurité en général.

AUTRES DEFINITIONS ET TYPES DE SCHEMA

Schéma de principe (de procédé) (Process Flow Sheet)

Est un schéma où figurent toutes les opérations mises en œuvre dans l’installation, avec les
principaux appareils et les conditions opératoires permettant ces opérations. Ces schémas sont
généralement élaborés pour la définition ou l’étude d’un procédé ou d’une unité de
production. Pour une unité de production, ils comprennent généralement :les éléments
principaux avec repères, les lignes essentielles de procédé, les boucles de contrôle, les
conditions opératoires accompagnées de bilans matières aux points essentiels du schéma, et
les puissances calorifiques des équipements d’échange thermique.

Schéma d’utilités, Schéma de tuyauteries (Utility Engineering Flow Sheet)


Est un schéma où figurent les mêmes informations que celles données pour le plan de
circulation des fluides et la distribution géographique des utilités vers les consommateurs.

Schéma de distribution d’utilités (Utility Flow Sheet)

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 44

Est un schéma de distribution géographique des utilités vers les installations et équipements
qui en ont besoin précisant les cheminements et fournissant la même nature d’informations
que celles données dans les schémas de principe.

Schéma des matériaux (Material Selection Scheme)


Est un Schéma de procédé annoté des températures et pressions de fonctionnement, des
matériaux de construction et des surépaisseurs de corrosion de tous les équipements, lignes et
vannes de contrôle principaux d’une installation.

Schéma logique (Logic Diagram)


Est un schéma synoptique faisant partie de l’analyse d’un système de contrôle fonctionnel
définissant symboliquement les automatismes et séquences auxquels doit satisfaire une
installation. Il est destiné à faciliter l’étude et la compréhension du fonctionnement d’une
partie de l’ouvrage.

Schéma de dépannage
Est un schéma représentant symboliquement l’ensemble des instruments composant une
boucle de contrôle (régulation ou logique), l’ensemble des matériels électriques composant
un circuit et leur interconnexion. Y sont indiqués l’ensemble des détails de câblage : repère,
N° de câble, N° de bornes, N° de fil etc. Il sert au test et au dépannage sur le site.

Schéma de boucle (Loop Diagram)


Est un schéma représentant symboliquement l’ensemble des appareils, équipements et
matériels composant une boucle de régulation. Ce schéma comporte les caractéristiques
fonctionnelles avec les repères de localisation nécessaires. Généralement complété par
l’entreprise de montage, avec la représentation des fileries et borniers de raccordements
repérés, le schéma de boucle sert alors également de schéma de dépannage.

Schéma général de procédé (Block Flow Diagram)

Est un schéma élaboré généralement pour montrer les bilans matières globaux d’une
installation, ainsi que ceux des charges et produits passant d’une unité de production à une
autre. Ce document peut aussi inclure les besoins en stockage et en moyens de
réception/expédition des différents fluides, aussi bien de procédé que d’utilités.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 45

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 46

QUELQUES SCHEMAS, PROCEDES ET MACHINES

DOMAINES CHIMIQUES
Séparation des constituants d’un mélange homogène
OBTENIR DE L’EAU PURE

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 47

APPROCHE MINERALURGIQUE

LES DISPOSITIFS DE FRAGMENTATION

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 48

1. CONCASSEUR A MACHOIRES

2. CONCASSEUR A CONE

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 49

METHODES DE TAMISAGE

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 50

CLASSIFICATION


Cet équipement de forme conique utilise la force centrifuge afin de séparer les particules. Les
effets combinés de la forme spécifique de l’appareil ainsi que de la pression à laquelle est

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 51

injectée la pulpe, sont à l’origine de la force centrifuge. Cette force étant plus puissante que la
force due à l’attraction gravitationnelle, le temps requis pour accomplir la séparation est
considérablement réduit.


Les classificateurs hydrauliques sont généralement constitués d’une partie inférieure de forme
conique coiffée d’une partie supérieure de forme cylindrique. Ils sont caractérisés par un ajout
d’eau introduit à mi-hauteur qui produit un courant ascendant combattant la sédimentation des
particules. Leur principe de séparation peut reposer sur la sédimentation libre ou sur la
sédimentation entravée.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 52

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 53

FLOTTATION

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 54

FABRICATION DE L’ALCOOL ETHYLIQUE (LUTUKU)


D’une manière indigène l’alcool éthylique appelé lutuku est produit de la manière suivante :

Maïs

Germination

Séchage au soleil
Broyage

H2O

Chauffage

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 55

Fermentation

Distillation

Condensation

Alcool éthylique

La figure montrant la production d’éthanol à partir de grains de maïs

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 56

TRAITEMENT DES EAUX RESIDUELLES INDUSTRIELLES

La dépollution des eaux usées nécessite une succession d’étapes faisant appel à des
traitements physiques, physico-chimiques et biologiques. Il existe un grand nombre de
procédés de traitement des eaux usées dont l'application dépend à la fois des caractéristiques
des eaux à traiter et du degré d'épuration désiré. Nous donnons ici un bref aperçu des
techniques d’épuration des eaux usées suivant leurs principes de base.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 57

PROCEDES MECANIQUES
Opérations essentielles relevant des procédés mécaniques : le dégrillage, le dessablage, le
tamisage, la filtration, la centrifugation et le déshuilage.

PROCEDES PHYSIQUES
Les procédés physiques permettent de séparer des molécules ou des espèces ioniques
indésirables, ou économiquement récupérables de leur environnement liquide ou gazeux et
mettent en œuvre diverses techniques telles que la décantation, la flottation, le dégazage, et le
stripping, l’adsorption, l’extraction liquide-liquide, la filtration sur membranes.

Ces techniques séparatives constituant des opérations unitaires du génie des procédés et
n’impliquent généralement pas de réactions chimiques.

❖ Décantation classique

❖ Décantation lamellaire

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 58

❖ Décanteur-épaississeur à recirculation de boues :

PROCEDES BIOLOGIQUES

L’épuration biologique s’applique aux composés oxydables qui, en solution ou en suspension,


constituent souvent l’une des fractions majeures de la pollution des eaux. Les matières
oxydables biodégradables sont celles qui peuvent être éliminées par des micro-organismes
(bactéries) à qui elles servent de nourriture. Elles sont transformées finalement en constituants
cellulaires et en déchets gazeux dissous ou solides.

Procédé de traitement par boues activées.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 59

DOMAINES DE LA METALLURGIE
EXTRACTION DU CUIVRE PAR VOIE HYDRO METALLURGIQUE

Minerais pauvres
Minerai

LIXIVIATION EN PLACE
OU EN TAS

Solution

CEMENTATION
EXTRACTION PAR SOLVANT

ELECTROLYSE D’EXTRACTION

FUSION DES CATHODES


L’Hydrométallurgie du cuivre concerne principalement les minerais « oxydés » facilement
solubles. On l’emploie aussi pour les minerais sulfurés ou mixtes oxydés -sulfurés après un
grillage qui peut être oxydant ou sulfatant et qui a pour but de mettre le cuivre sous une forme
aisée à dissoudre.

Elle comprend les étapes suivantes :

a)- Pour les minerais riches :

- grillage éventuel ;
- lixiviation dans une solution aqueuse appropriée ;
- purification de la solution ;
- électrolyse d’extraction.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 60

b)- Pour les minerais pauvres :

- lixiviation dans une solution aqueuse appropriée ;


- extraction par solvant pour concentrer le cuivre
dans une solution pratiquement pure ;
- électrolyse d’extraction.

ANCIEN FLOW SHEET DES USINES DE LUBUMBASHI

Concentrés sulfurés ou minerais

Grillage partiel agglomérant


sur Dwight Lloyd

Fondant Four water jacket Scorie

(SiO2 – FeO – CaO)

Matte (Cu2S. FeS)

Gaz riche en SO2


Convertisseur horizontal Scorie riche en
Pierce Smith ( SiO2 – FeO – Cu2O )

Cuivre blister

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 61

DOMAINES DE GENIE CIVIL


EXTRACTION DE BITUME

Le minerai est alors concassé, mélangé à de l’eau chaude et transporté par pipeline vers
l’usine de séparation. Le mélange est introduit dans une unité de séparation gravitaire (PSC)
afin de faire surnager un mélange de bitume et d’air sous forme de mousse. Le bitume est
alors récupéré par un lavage au solvant.

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME


COURS DE METIERS DE L’INGENIEUR 62

BIBLIOGRAPHIE

▪ Auroy M. (2012) Processus d’industrialisation, schémas en industrie de Process, Société


française du Génie des procédés, 19p.
▪ Bouchard S. (2001) Traitement du minerai, Edition Griffon d’argile, 364p.
▪ Faculté Polytechnique UNILU (Juillet 2015) Réforme de l’enseignement supérieur et
universitaire, secteur minier, Programmes des cours reformes 2015, 77p.
▪ Kalenga J. (2019). Problématique de la Rentabilité de l’exploitation minière en RDC,
face aux nouvelles technologies. Analyse critique de la chaine d’extraction des gisements
cuprocobaltifères, conférence sur la haute technologie, Université Mapon, Kindu,
Maniema.
▪ Maguiraga M. (2019). Impacts de l’éducation dans le développement technologique des
nations, conférence sur la haute technologie, Université Mapon, Kindu, Maniema.
▪ Matalatala M. (2019). L’innovation technologique et les enjeux de la 5G, opportunités
pour un Congo innovant., conférence sur la haute technologie, Université Mapon, Kindu,
Maniema.
▪ www.enclair.net consulté en mars 2016
▪ www.polytech-reseau.org consulté en avril 2016
▪ www.recherche.gouv.fr/cid20256/liste-des-ecoles-d-ingénieurs.html consulté en avril
2016

PROF DR IR JIMMY KALENGA, MASTER IR HERVE LOSALODJOME