Vous êtes sur la page 1sur 4

GLOSSAIRE ET EXEMPLES DE TERMES MATHÉMATIQUES

Triangle aigu. Un triangle avec tous les angles aigus (aigu signifie mesurant moins de
90°). Voir http://www.mathsisfun.com/definitions/acute triangle.html

Angles. Forme formée de deux lignes ou rayons qui s’écartent d’un point
commun ou d’un sommet.

Zone. La taille d’une région entourée par la figure. La superficie est mesurée en unités
carrées (p. ex., la superficie de ce rectangle est de six unités carrées).

Propriété associative à ajouter. La somme de trois nombres ou plus qui sont toujours
les mêmes une fois additionnés, peu importe l’ordre dans lequel ils sont. Ceci est
illustré par a + (b + c) = (a + b) + c; 2 + (3 + 4) = (2 + 3) + 4.

Propriété associative pour la multiplication. Le produit de trois nombres ou plus qui


sont toujours les mêmes lorsqu’ils sont multipliés ensemble, quel que soit leur
regroupement. Ceci est illustré par a(bc) = (ab)c; 2(3 4) = (2 3)4.

Attributs. À des fins mathématiques, les « attributs » désignent les


caractéristiques d’un objet ou d’une forme géométrique. Celles-ci incluent des
qualités de forme, couleur, taille, côté, longueur, etc.

Base dix blocs. Blocs utilisés pour apprendre la valeur de lieu, l’addition, la
soustraction, la multiplication et la division. Base dix blocs se composent de cubes
(une place), tiges (dix place), appartements (centaines de place), et des blocs (milliers
de place).

Données catégoriques. Types de données, qui peuvent être divisés en groupes tels que
la race, le sexe, le groupe d’âge et le niveau de scolarité lorsqu’ils sont classés en un
petit nombre de groupes.

Propriété commutative de l’addition. La somme des nombres est toujours la même


lorsqu’elle est additionnée, peu importe si l’ordre des addendas est modifié. Ceci est
illustré par a + b = b + a (2 + 1 = 1 + 2).

Propriété commutative de la multiplication. Le produit des nombres est toujours le


même lorsqu’il est multiplié ensemble, même si l’ordre des facteurs est modifié (c.-à-
d., si a et b sont deux nombres réels, alors a b = b a.)
Chiffres congruents. Des figures de même taille et de même forme.

Congruent/congruence. Le même.

Décomposer les nombres. Le processus de séparation des nombres en leurs


composantes (pour diviser un nombre en parties plus petites). Exemple : 456 peut
être décomposé comme 456 = 400 + 50+6.

Dénominateur. le nombre « inférieur » d’une fraction; le nombre qui représente le


nombre total de parties dans lesquelles un ensemble est divisé (par exemple, dans 3/4,
le 4 est le dénominateur et indique qu’un ensemble est divisé en 4 parties).

Dividende. Le nombre qui est divisé (p. ex., dans le problème, il y a 550 crayons;
chaque paquet comporte 10 crayons; combien de paquets y a-t-il? 550 10 = 55, 550 est
le dividende parce qu’il indique combien de crayons il y a en tout à diviser. ).

Diviseur. Un nombre par lequel un autre nombre est divisé (p. ex., dans le problème,
il y a 550 crayons; chaque paquet comporte 10 crayons; combien de paquets y a-t-il?
550 10 = 55, 10 est le diviseur parce qu’il dit combien de fois 550 doit être divisé.

Edge. Le segment de ligne où deux faces d’une figure solide se rencontrent (c.-à-
d., un cube a 12 bords).

ELA. English Language Arts

Équation. Une phrase mathématique d’égalité entre deux expressions; les


équations ont un signe égal (par exemple, n + 50 = 75 ou 75 = n + 50 signifie que n +
50 doit avoir la même valeur que 75).

Triangle équilatéral. Un triangle avec les trois côtés de longueur égale, correspondant
à ce qu’on pourrait aussi appeler un triangle « régulier » – un triangle équilatéral est
donc un cas particulier d’un triangle isocèle ayant non seulement deux, mais les trois
côtés égaux. Un triangle équilatéral a également trois angles égaux. Voir
http://www.mathsisfun.com/definitions/equilateral triangle.html

Expression. Une opération entre des nombres qui représente une seule quantité
numérique; les expressions n’ont pas de signe égal (p. ex., 4r, x+2, y 1).

Visage. Une surface plane d’une figure tridimensionnelle.

Familles de faits. Ensembles de faits mathématiques connexes. Par exemple :

Famille de faits d’addition : 3 + 5 = 8; 8 3 = 5; 5 + 3 = 8; et 8 5 = 3


Famille de faits de multiplication : 5 x 4 = 20; 20 5 = 4; 4 x 5=20; et 20 4 = 5

Juste part. Dans la division, c’est-à-dire la division en parties égales ou en groupes sans rien
laisser.
Tableau des fréquences. Un tableau qui répertorie les éléments et utilise des points
de pointage pour enregistrer et montrer le nombre de fois qu’ils se produisent.

Fonctions. Un type spécial de relation où chaque valeur x a une et une seule valeur y.

Tableau de fonctions. Un tableau qui répertorie les paires de nombres qui montrent une
fonction.

Inégalité. Une phrase mathématique dans laquelle la valeur des expressions de


chaque côté du symbole de la relation est inégale; les symboles de relation utilisés
dans les inégalités comprennent les symboles > (supérieur à) et < (inférieur à) (p.
ex., 7 > 3, x < y).

Tableau entrées/sorties. Un tableau qui répertorie les paires de nombres qui montrent une
fonction.

Entiers. Nombres entiers positifs et négatifs.

Cubes imbriqués. Les manipulations qui aident les élèves à apprendre les cubes de
concepts numériques et mathématiques représentent des « unités » et se relient dans
une direction. Les cubes imbriqués sont utilisés pour le modelage, le regroupement, le
tri, le comptage, les nombres, l’addition, la soustraction, la multiplication, la division et
la mesure.

Lignes qui se recoupent. Lignes qui traversent.

Opérations inverses. Opérations opposées/inversées (p. ex., la soustraction est


l’inversion de l’addition, ce qui explique pourquoi 4 + 5 = 9 et 9 – 5 = 4; la
division est l’opération inverse de la multiplication, c’est pourquoi 4 x 5 = 20 et
20 5 = 4).

Linear equation. An equation that is made up of two expressions set equal to each
other (e.g., y = 2x + 5) ‐ A linear equation has only one or two variables and graph as a
straight line. Voir http://www.eduplace.com/math/mathsteps/7/d/index.html

Line graph. A graphical representation using points connected by line segments to


show how something changes over time.

Lines of symmetry. Any imaginary line along which a figure could be folded so that both
halves match exactly.

Manipulatives. Objects that are used to explore mathematical ideas and solve
mathematical problems (e.g., tools, models, blocks, tiles cubes, geoboards, colored rods,
M&M’s).

Mathematical structures.
Addition – compare‐total unknown
Ex. If Anita has 10 sheets of paper and you have 10 more sheets than Anita. How
many sheets do you have?