Vous êtes sur la page 1sur 110

Le Toucher : enseignement

du piano basé sur la


physiologie

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Jaëll, Marie (1846-1925). Le Toucher : enseignement du piano
basé sur la physiologie. 1899.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart


des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le
domaine public provenant des collections de la BnF. Leur
réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet
1978 :
- La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et
gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment
du maintien de la mention de source.
- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait
l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la
revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de
fourniture de service.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de


l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes
publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation


particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur


appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,
sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable
du titulaire des droits.
- des reproductions de documents conservés dans les
bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont
signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à
s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de
réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le


producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du
code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica


sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans
un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la
conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions


d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en
matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces
dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par
la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition,


contacter
utilisationcommerciale@bnf.fr.
LE

bi 4111ri~ 5
PAR

T
--,
*~D

VOL. I. — Exercices progressifs du Toucher


(avec 72 figures) Prix net 10 Fr.

VOL. II. — Le Toucher élémentaire appliqué aux morceaux


(avec 44 figures) Prix net 10 Fr.
VOL. III. — Le Toucher harmonisé appliqué aux morceaux
(avec 50 figures) Prix net 10 Fr.

SUPPLÉMENT auxExercicesprogressifs duToucher (avec 6 figures) Prix net 4 Fr.


SUPPLÉMENTà l'Enseignementdu Toucher, appliqué aux morceaux
(avec 6 figures)
.. Prix net 4 Fr.
V
Cet ouvrage est édité en Français et en Allemand.

COSTALLAT & Cie, 15, rue de la Chaussée-d'Antin.


PARIS, 1899
BREITKOPF & HAERTEL, à Leipzig.
Tous droits de reproduction et de traduction réservés.
LE

Basé sur la Physiologie

MAHIE fAS&L
PAR

VOL. I. — Exercices progressifs du Toucher


(avec 72 figures) Prix net 10 Fr.
VOL. II. — Le Toucher élémentaire appliqué aux morceaux
(avec 44 figures) Prix net 10 Fr.
VOL. III. — Le Toucher harmonisé appliqué aux morceaux
(avec 50 figures) Prix net 10 Fr.

SUPPLÉMENT aux Exercices progressifs duToucher (avec 6 figures) Prix net 4 Fr.
SUPPLÉMENTà l'Enseignementdu Toucher, appliqué aux morceaux
(avec 6 figures)
........... Prix net 4 Fr.

Cet ouvrage est édité en Français et en Allemand.

COSTALLAT & Cie, 15, rue de la Chaussée-d'Antin.


PARIS, 1899
BREITKOPF & HAERTEL. à Leipziq.

Tous droits de reproductionet de traduction réservés.


LES PRINCIPES DU TOUCHER
1

L'observation rigoureuse des prescriptions contenues dans les huit paragraphes suivants est insé-
parablement liée au bon résultat de l'étude et de l'exécution des morceaux.

D'ÉTUDE
LA TENSION MUSCULAIRE ET LA RÉDUCTION DES HEURES

Le travail à petites doses est de rigueur dans l'étude du toucher où il s'agit


d'acquérirla faculté de commander les mouvements,
inséparablement liées à la tension
c'est-à-dire de développer le mécanisme des doigts par le perfectionnementdes fonctions mentales
devient un
musculaire exigée de l'élève. L'étude du piano, au lieu de se résumer en des mouvements^ plus ou moins automatiques,
relativement courts et si,
travail intellectuel, une éducation de la volonté, dont le but n'est vraiment atteint que si les efforts sont
élasticité.
après chaque effort, on laisse à la musculature le temps de détente voulu pour qu'elle retrouve toute son
On se conformera donc, pour l'étude des morceaux, aux prescriptions données pour
l'étude des exercices, et on ne laissera
deux heures d'étude de piano par jour (voir les détails page 7, vol. I), mais on
en aucune façon les élèves dépasser le maximum de
leur recommandera de consacrer journellement certain temps, qui peut varier de cinq minutes à une demi-heure, aux exercices
un
des phalanges,_ définis page 20, vol. I.

II

DIFFÉRENCE DE POSITION DE L'EXÉCUTANT POUR L'ÉTUDE ET POUR L'EXÉCUTION

DES MORCEAUX

POUR L'ÉTUDE DES MORCEAUX, ON S'ASSEOIRÂ AUSSI BAS QUE POUR L'ÉTUDE DES EXERCICES (voir à ce sujet les indications page 25,
vol. I). Le clavier, au lieu d'être comme usuellement au même niveau que le coude, ne devra se trouver qu'à mi-hauteur
entre
l'épaule et le coude. Sans cet abaissement de la position de l'exécutant, qui lui permet de renforcer considérablement sa tension
musculaire, les recommandations faites pour l'étude des morceaux dans les paragraphes suivants ne trouveraient aucune applica-
tion efficace.
POUR L'EXÉCUTION, AU CONTRAIRE, ON S'ASSEOIRA DE FAÇON A que les muscles ne soient tendus, LES COUDES SENSJ-
TENIR, avant
BLEMENT PLUS HAUT QUE LE CLAVIER, de sorte que l'élève, en abaissant
les épaules, par la tension des muscles1 puisse abaisser les
coudes de façon à les maintenir au même niveau que le clavier. A. moins que la partie supérieure du bras ne soit très courte, cette
différence de niveau dans la position du coude peut varier de deux à trois centimètres entre le moment où 1 élève n 'a pas encore les
muscles en tension et celui où il les maintient tendus.

REMARQUE IMPORTANTE :
L'élève ne devra se servir de la chaise haute que pour constater les progrès acquis par l'étude. Par le fait d'être assis plus haut,
la tension musculaire se relâche à son insu et, fatalement, dès que la justesse des rapports disparaît dans la synergie des muscles
les qualités du jeu se désagrègent. Il faut donc, aussi longtemps que la tension musculaire de l'élève n'a pas acquis un perfection-
nement efficace, défendre rigoureusement l'utilisation fréquente ou prolongée de la chaise haute.
III

SUBDIVISIONS MINUTIEUSES DE CHAQUE TEMPS DE LA MESURE;

DÈS
SUPPRESSION DES FAUSSES NOTES ET DU BÉGAIEMENT DES NOTES
LA PREMIÈRE LECTURE DUN MORCEAU

Co n'est pas seulement à l'élude des exercices, mais à l'étude des morceaux, que la subdivision minutieuse de la mesure doit être
appliquée. Il faut, pendant le travail du toucher, dédoubler même la valeur des notes les plus brèves, car on doit compter au
moins deux pour chaque attaque réalisée.
Non seulement les moyens de contrôler l'exactitude des différentes valeurs de 1 écriture musicale manquent dans etuc e
usuelle, mais la façon de compter dont on se sert habituellement développe la nonchalancedu dilettantisme. Ainsi il arrive souvent
nue 1élevé, en comotant. Dar exemole. 4 temps, pendant qu'il réalise une vingtaine d'attaques,
constate, malgré cette vérification
sommaire de la valeur des notes, certaines irrégularités sans
avoir l'idée de les rectifier; surtout s'il est déjà d une certaine
force, il s'imaginera qu'il est plus artistique de jouer plus ou
moins incorrectement. C'est une grave erreur, dans ces condi-
tions on fait généralement des difformités musicales. Le
hasard ou l'inconsciencedes ignorants ne peuvent rien avoir
de commun avec l'instinct artistique qui est un mécanisme
Lei empreintes signalant (les faux départs des doigts. fonctionnant avec une perfection, une logique impertur-
bables, à travers des sens très affinés et clairvoyants. Ce
sont ces sens affinés qu'il s'agit avant tout de former, et c est
par l'exactitude et non par l'inexactitude qu'ils se forment.
Incontestablement celui qui peut jouer librement tout
en restant très musical, peut aussi jouer
strictement en
doit
mesure. Aussi, celui qui veut apprendre à jouer librement
possible.
commencer par jouer en mesure, le plus strictement
Après avoir corrigé, par l'effort de sa volonté, les moindres
irrégularités de la mesure, il discernera peu à peu les libertés
rythmiques qui résident dans l'équilibre d'oscillations infimes
qu'il aura appris à percevoir.
Par cette subdivision rigoureuse de tous les temps de la
mesure, l'élève sera aussi à même de
supprimer, dès la pre-
mière lecture d'un morceau, l'exécution des notes fausses et
le bégaiement des notes. C'est une erreur d admettre que
jouer des fausses notes et répéter la même note plusieurs fois
sont, au moment de commencer l 'étude d 1111 morceau, des
défauts sans conséquences. Précisément, c est dès la première
lecture qu'il importe de ne pas jouer de fausses notes et de ne
pas répéter, en bégayant, la même note.
Le bégaiement des mouvements d attaque peut laisser
des traces effectives dans l'examen du toucher, même si la
note n'a pas été jouée plusieurs fois; les empreintes Fig. 1 en
montrent l'exemple. Quoique l'exécutant n'ait joué qu'un Sol
dans la première phrase du Nocturne, en Si bémol, de Field,
seul sur la touche,
on trouve cinq attouchements au lieu d 'un
c'est-à-dire cinq traces visibles d'attaques pour un seul son
entendu. Les faux départs du doigt ont été enregistrés. Cet
exécutant a donc non seulement à combattre le bégaiement
effectif des notes, mais les erreurs muettes occasionnées par
les faux départs des doigts. Ces mouvements sans but jouent
dans l'exécution le rôle des fuites dans la chaudière d une
machine à vapeur; ils diminuent pour le doigt et pour la
pensée, la valeur de la pression transmise au clavier.
IV

LA MÉMOIRE MUSICALE PAR LA REPRÉSENTATION MENTALE DU MOUVEMENT DATTAQUE


ET L'AUDITION MENTALE DES SONS

C'est grâce à cette subdivision de la valeur des notes que l'étude du toucher laisse à l'élève le temps voulu pour lui permettre de
décommander le mouvement du doigt qui réalise l'attaque, et avant
se représenter mentalement chaque attaque et chaque son avant
d'entendre le son qui correspond à cette attaque. Ce sont ces représentations mentales introduites dans l'étude qui développent chez
tous, invariablement, la mémoire musicale.
Les représentations mentales sont en corrélation avec l'isolement et la rapidité des attaques, c'est-à-dire que, dans l'étude des
morceaux, la réalisation de chaque attaque devra être précédée d'une attention expectante
pendant laquelle tous les doigts restent dans
une fixité d'attitude absolue afin que chaque attaque puisse être réalisée avec une
rapidité maxima. On supprimera donc pendantl'étude
toutes les liaisons indiquées afin que chaque attaque puisse être précédée d'un silence qui correspond à la durée des représentations
mentales tactiles et auditives.
Quant à l'audition mentale des sons, elle est encore développée par la légèreté extrême des attaques; car plus les sons entendus
sont affaiblis par l'étude du toucher, plus l'audition mentale des sons pendant les silences prend de netteté.
La légèreté des attaques doit, dans le travail des morceaux, favoriser un autre but non moins important: la réalisation des
nunnces. (Voir paragraphe VI.)

L'ETUDE DES MORCEAUX FAITE PAR CŒUR

Notons que les procédés d'étude du toucher développent la mémoire musicale même chez ceux qui après de longues études de
piano, par les procédés usuels, n'ont pu acquérir la faculté de jouer par cœur. Cette faculté se développe parles procédés du toucher
si rapidement que, dès le début des études, l'enfant retient par cœur tous les morceaux qu'il travaille. On ne saurait assez recom-
mander de ne pas contrarier cette aptitude si utile en obligeant l'enfant à regarder sa musique lorsqu'il sait les notes par cœur. Par
ces restrictions on entrave le développementde sa pensée musicale sans avantage aucun pour la lecture, car il ne regarde que super-
ficiellement les notes d'un morceau une fois qu'elles lui sont familières. Par le développementde la mémoire au contraire, on agira
efficacement sur la lecture musicale; car plus l'élève apprendra vite par cœur, plus on pourra, à court délai, lui apprendre des mor-
ceaux nouveaux, fait dont la lecture profitera infiniment plus que de la revision longtempsrenouvelée des notes d'un même morceau.
Dans l'intérêt général des progrès, on laissera donc les élèves non seulement jouer mais étudier par cœur, dès qu'ils sont à
même de le faire sans se tromper.
L'éducation de la mémoire, acquise par l'éducation du toucher, est une innovation trop importante pour qu'on ne favorise pas
son entier épanouissement.

VI

L'EXÉCUTION DES NUANCES SANS AUCUN TRAVAIL PRÉALABLE;

LES TEMPS FORTS ET LES TEMPS FAIBLES

On ignore assez généralement combien, par les procédés d'étude usuels, l'accentuation est rendue malaisée au piano. Sur aucun
instrument on ne pratique d'aussi fausses accentuations; le musicien même place très souvent, en jouant, l'accentuation comme il
peut et non comme il veut.
Cet écueil est évité si, dans l'étude des morceaux, comme dans l'étude des exercices, toutes les attaques faites avec une vitesse
maxima sont dégagées de tout poids pour produire une sonorité minima. En vue de ce perfectionnement, on supprimera toutes les
nuances indiquées et on égalisera le toucher de façon à supprimer toute accentuation des temps forts. Chaque note, même la
double ou la triple croche, doit être considérée comme divisible, afin d'affiner chez l'élève le sens élémentaire du rythme. A force de
l'habituer à établir une même sonorité pour toutes les notes, chaque note formera dans son esprit une unité susceptible d'être divisée,
et il se rapprochera ainsi de la base du rythme qui consiste à discerner les différences les plus infimes des valeurs, soit dans la durée,
soit dans le volume des sons.
Aussi, précisément après ce travail, l'élève arrivera-t-il à distinguer d'une façon nette les temps forts des temps faibles, car il
établira avec une justesse inattendue leurs rapports réciproques, dès qu'il jouera l'œuvre dans le mouvement et avec les nuances
indiquées par le compositeur.
La recommandationde faire abstraction de l'accentuation des temps forts en étudiant n'est donc pas faite dans le but d'atténuer
la valeur musicale des temps forts, mais en vue de préserver l'élève des grands dangers de l'étudemachinale des temps forts. Elle ne
l'initie que superficiellement à la structure de la mesure et lui fait contracter l'habitude d'exagérer les distinctions entre les temps
forts et les temps faibles qui consistent, sauf exception, dans des modifications si minimes qu'elles exigent plutôt une atténuation
des temps faibles qu'une accentuationdes temps forts. Du reste, un accent n'a véritablementde signification que lorsqu'il émane spon-
tanément de la volonté de l'exécutant ; dès qu'il est mécanisé par le travail, il n'a plus de vie. Il faut ajouter à cela que pour l'agilité
du mécanisme, comme pour la qualité de la sonorité, les ressources des doigts augmentent si rapidement par l'étude du toucher que
si le cerveau a corrigé l'indolence des doigts pendant l'étude, il faut pendant l'exécution que l'activité des doigts rende l'indolence
du cerveau impossible, et entraîne la volonté à une dépense d'efforts ignorée avant cette impulsion reçue. Ces influences respectives
sont le véritable levier du progrès, car elles réveillent des aptitudesartistiques inconscientes chez tous ceux qui appliquent correc-
tement les procédés d'étude du toucher.

VII

SUPPRESSION DU TRAVAIL PAR PASSAGES

La suppression du travail par passages est, dans l'étude du toucher, une réforme des plus essentielles, car c'est une erreur d'ad-
mettre que les passages n'offrant point de difficultés de mécanisme sont plus aisés à jouer que les autres. La difficulté est la même
partout. Une succession de quatre blanches peut exiger dans la combinaison des touchers les observationsles plus complexes. Il est
donc puéril de faire des distinctionsfictives et d'introduire dans l'étude un morcellementdes œuvres musicales pour le rapiècement
desquelles on crée des obstacles invincibles. La musique étant la vie même, il importe dès le commencement de l'étude d'un mor-
ceau d'avoir le respect des lignes et de se garder de les tailler en pièces à son gré; car, par ces procédés, on risque de ne jamaisarriver
à reconstituer l'unité de la pensée musicale.

VIII

TRAVAIL EXCLUSIF D'OEUVRES AYANT UNE RÉELLE VALEUR MUSICALE

L'enseignementdu toucher perdrait sa véritable portée s'il était appliqué à l'étude d'oeuvres sans valeur musicale. Dans les
morceaux choisis habituellement pour les enfants, les règles émises dans les nouveaux procédés ne trouveraient pas d'application,
car l'intérêt se concentre sur un thème quelconque dont l'accompagnementa une harmonisation trop insignifiante pour développer
la combinaison harmonieuse des touchers, lè sentiment musical de l'élève.
Il importe même de choisir non seulement des œuvres d'une réelle valeur musicale, mais des œuvres où les rapports du
toucher et des mouvements réalisés par les deux mains soient assez apparents pour permettre à l'élève de saisir leur corrélation
avec l'expression et l'harmonie musicales contenues dans l'œuvre interprétée.
C'est grâce à cette corrélation des mouvementset du toucher avec l'expression musicale, que la musique deviendra pour l'élève
un langage qu'il sentira et qu'il parlera. Sa pensée sera mise directement par l'harmonisation de son toucher en communication
avec celle de l'auteur qu'il interprète. Le compositeur sera, à travers son œuvre, le véritable maître enseignant. Là où la parole du
professeur devient impuissante, la sienne agira, et il faut laisser à cet aide invisible une large part dans l'éducation musicale de
l'élève.

NOTE. — L'étude des morceaux doit être précédée par le travail des 12 premiers exercices du toucher (voir volume I, de
page 28 à page 41). C'est donc à partir du 13me exercice qu'on fera, même pour les tout jeunes enfants, correspondre l'étude des
exercices du toucher avec l'étude de la première série de morceaux, en commençant par le premier Prélude de Bach, auquel on fera
succéder le Prélude suivant avant de faire un choix parmi les autres morceaux du recueil.
Pour la lre série de morceaux (du Ier au XVIIIe morceau), application exclusive des longs glissés (voir Ire partie des Exer-
cices, vol. I) et de la Ire position de la main. (Voir fig. 34, page 26, vol. I.)
Pour la lime série de morceaux (du XlXme au XXVI,ne morceau) application des longs glissés, des glissés diversifiés du
pouce et du ome doigt (voir la IIe partie des Exercices, vol. I) et de la deuxième position de la main adaptée aux arpèges, aux inter-
valles diatoniques et chromatiques. (Voir vol. I, la seconde position de la main adaptée à la localisation des arpèges, fig. 50
page 48. )
PRÉLUDE
J. S. BACH.

Pour la compréhension des indications suivantes, la lecture des huit paragraphes sur l'application
des principes du toucher à l'étude des morceaux est indispensable. (Voir page 1.)
Les modèles des touchers représentantle niveau d'attaque et les dimensions des glissés pour l'étude
et pour l'exécution des principaux passages des morceaux (Voir figure 2 à figure 44) sont destinés à
permettre à l'élève d'exécuter les attaques glissées sur le papier avant de les exécuter sur le clavier.
Cette exécution sur le papier doit aider à fixer dans l'esprit la représentation de la localisation et de
l'étendue des mouvements glissés.-
REMARQUES PRÉLIMINAIRES
L'utilisation d'un tabouret,bas est de rigueur pour l'étude, et, en principe, on ne doit jamais suspendre complètement l'étude
lente sur le tabouret bas, même lorsque les morceaux sont sus et joués déjà dans un mouvement rapide sur la chaise haute.
Au début de l'étude de tous les morceaux, les deux mains sont travaillées séparément. Pour les enfants très jeunes, il sera même
utile que pendant qu'ils étudient les notes de la main droite, le professeur joue lui-même les notes de la main gauche; et inversement
le professeur jouera les notes de la main droite pendant qu'ils étudient celles de la main gauche. Ainsi familiarisé avec l'ensemble
des notes, l'enfant pourra travailler ensuite plus aisément les deux mains réunies.
Quant à la suppression du travail par passages, on apprendra nécessairement aux tout jeunes débutants (6, 7 ans) les mor-
faire répéter, sans interruption aucune, l'ensemble des lignes qu'ils
ceaux ligne par ligné, mais en consacrant plus de temps à leur
auront apprises. Par contre aux élèves un peu plus avancés, la lenteur exigée pour l'étude du toucher permettra de déchiffrer par
exemple la première moitié de ce Prélude de Bach sans fausses notes et sans bégaiement de notes. Quand ils la sauront à peu près
par cœur, ils procéderont de même pour l'étude de la deuxième moitié,
c'est-à-dire qu'ils la travailleront d'abord isolément, puis en
reconstituant l'ensemble du morceau.
Dès que la mémoire fonctionnera tout à fait sûrement, l'élève étudiera toujours par cœur.
Quant aux mouvements glissés de la main, ils sont supprimés dans l'étude des groupes de notes; car, dans l'étude de tous les
morceaux, les attaques glissées successives d'un même groupe de notes doivent se faire uniquement par le mouvement des doigts.
L'ÉTUDE
Subdivision des temps et isolement des attaques
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude.
Dans ce Prélude, les doubles croches sont étudiées aussi lentement que les blanches dans les premiers exercices. Vol. I,
page 28.
L'élève comptera à voix assez faible huit fois quatre triples croches par mesure (on permettra néanmoins aux commençanls
de compter, comme pour les blanches des premiers exercices, UN, DEUX, pour chaque double croche). Dans l'étude des doubles
croches, les glissés, ainsi que l'attention expectante exigée pendant les silences imposés pour l'isolement des attaques, auront la
durée d'une triple croche.
' La fixité d'attitude pendant les silences imposés et sa corrélation avec la représentation mentale du mouvement d'attaque
et l'audition mentale du son
Donc, après avoir exécuté l'attaque glissée pendant la durée d'une triple croche, l'élève, grâce à la fixité d'attitude acquise par
l'isolement des attaques, se représentera mentalement, pendant la durée de la triple croche suivante :
1° La vitesse maxima et le poids minimum à communiquer à l'attaque glissée suivante (il évitera ainsi l'avance, la lenteur et la
pesanteur de l'attaque, c'est-à-dire les trois principaux défauts de l'attaque).
II0 La' note correspondant au mouvement d'attaque à réaliser (il évitera ainsi non seulement le bégaiement des notes et les
fausses notes, mais aussi le manque de développement de sa mémoire musicale).

Les Glissés
(Voir ce qui est dit page 14, vol. I, sur les mouvements qui restent sous le contrôle continu de la volonté.)
Les glissés sont commencés en mettant la phalangette dans toute sa longueur en contact avec la touche.
Dans la main droite, on fera parcourir deux fois aux trois doigts les trois trajets pointillés, fig. 3, indiqués pour l'étude des
glissés du premier groupe de six notes.
Dans la main gauche, on fera parcourir aux deux doigts les trajets pointillés, fig. 2, indiqués pour l'étude des glissés du premier
groupe de deux notes.
Sur la longueur des glissés. 4

Quoique, dans l'étude des morceaux, la main soit en principe maintenue durant chaque groupe de notes au même niveau
du clavier, il est parfois nécessaire de faire simultanément avec le glissé des doigts un glissé de la main, et cela afin de commu-
niquer au glissé la longueur voulue; car, dès que le rôle du mouvement est amoindri, les dangers de la forte tension musculaire
apparaissent.
PRELUDE (UT MAJEUR). —
Modèles des Touchers

(L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l 'étude.
Les trajets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l exé-
cution, lorsque, pendant la durée de chaque groupe de notes, la main est déplacée du fond vers le bord des touches, en
vue de réunir les glissés successifs des doigts en un seul mouvement glissé de la main.
Sur la souplesse des glissés.
Du fait que le doigt ne doit transmettre qu'un minimum de poids à la touche, on peut conclure combien son glissé doit rester
souple. En effet, si, pendant la réalisation du glissé, le professeur, en touchant légèrement le doigt de l'élève, voulait diriger son
mouvement, le doigt, loin d'offrir une résistance, devrait, sous cette impulsion légère, rester absolument conductible. Cette condur-
tibilité du doigt est le critérium de la souplesse du mouvement. Néanmoins, il ne faudrait pas supposer que cette souplesse corres-
ponde à une détente des muscles ; il s'agit plutôt d'une tension pendant laquelle les mouvements glissés des doigts conservent une
grande élasticité.
Les Courbes
(Voir ce qui est dit page 13, vol. I, sur les mouvements qui restent sous le contrôle continu de la volonté.)
Les courbes tracées au-dessus du clavier, pendant les silences, sont le complémentinséparable des attaques glissées.
Dans la main droite, on jouera les silences par un mouvement ininterrompu et bien équilibré, afin de relier la dernière attaque
glissée de chaque groupe de notes à la première attaque du groupe suivant.
Dans la main gauche, quoiqu'il n'y ait pas de silences indiqués, on appliquera les mêmes procédés entre les groupes de deux
doubles croches, afin d'éviter la raideur que produirait la tenue des notes. C'est-à-dire que, pendant la durée de la première note
de la main droite, on relèvera la main gauche pour la maintenir fixe à une certaine hauteur au-dessus du clavier, pendant la durée
des quatre notes suivantes; puis on l'abaissera lentement sur la touche pendant la durée de la 6me et dernière note, afin de réaliser
au moment précis l'attaque de la première note du groupe suivant de la main gauche.
L'EXÉCUTION
Il est préférable de ne pas compter pendant l'exécution, mais si l'on juge indispensable de le faire, on ne comptera que quatre
temps par mesure, au lieu de subdiviser les temps.
Pour l'exécution, l'utilisation d'une chaise haute est de rigueur. (Voir les détails, page 1.)
Dès qu'il sera complètement sûr des notes, l'élève exécuteratoujours le morceaupar cœur. Au lieu d'isoler les attaques, comme
pendantl'étude, il les jouera strictement legato; au lieu de jouer lentement et pianissimo, il jouera'vite et donnera un beau son, bien
chantant; au lieu dô maintenirpendant V exécution des groupes denotes la main à un même niveau, il la déplacera, de façon à éche-
lonner les glissés successifs conformément aux trajets avec flèches (fig. 2 et 3) indiqués pour l'exécution de la main droite et de la
main gauche. A la fin de chaque groupe de notes, il réalisera non seulement des courbes dans la main droite, mais aussi dans la main
gauche, quoique aucun silence ne soit indiqué. En effet, chez les commençants, la tenue des notes, telle qu'elle est indiquée, pro-
voquerait de la raideur dans les doigts. Pour les tout jeunes élèves, le professeur fera même bien, au début de l'exécution, de guider
les deux mains pendant la réalisation des courbes alternatives, conformément aux procédés indiqués page 35, vol. I. (fer, IIe, IIIe
Exercices joués alternativementpar les deux mains.)
REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
C'est la vitesse acquise dans l'exécution d'un glissé isolé qui entraîne la vitesse dans la succession des glissés, et par consé-
quent dans la succession des notes. Il suffit donc de demander à l'élève, même lorsqu'il n'a jamais encore joué vite, de faire, dans
les groupes dé notes, chaque glissé le plus vite possible pour qu'aussitôt il soit à même de jouer les notes successives avec une
rapidité surprenante.
Il importe que le commençantmette à profit cette propriété des glissés de développer la vélocité des doigts ; du reste, quel que
soitle degré d'éducation acquise par l'élève, la vitesse exigée pour l'exécution n'aura dépassé la juste limite que si le jeu devenait
moins précis, moins correct.
Il importe aussi de veiller à ce qu'aucun arrêt ne se produise dans les mouvements tracés par l'élève. Soit qu'il s'agisse de
. glissés ou de courbes, le moindre arrêt des mouvements se répercuterait sur la mémoire musicale; car la continuité des mouve-
ments sert de fil conducteur, grâce auquel l'élève se représente bien plus aisément les différents intervalles dont se compose un
groupe de notes et les différents groupes de notes dont se compose le morceau.
Pour l'exécution, on prendra la pédale au commencementde chaque harmonie et on la conservera jusqu'à l'avant-dernière note
inclusivement.
NOTE. — Pour les tout jeunes commençants, on pourrait après l'exécution dela 11e mesure passer à l'exécution
de la 25e mesure si cette coupure est jugée nécessaire en raison de l'extrême jeunesse de l'élève.
On
chaque morceau; du
exigera que le travail soit fait séparément des deux mains au début desuivantes.
les
reste, les principes d'étude fixés pour l'œuvre précédente, subsistent pour

PRÉLUDE
J. S. BACH.

L'Étude

Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de


l'étude. On comptera très lentement 4 fois 8 triples
d'isoler toutes les attaques et d acquérir les repré-
croches (ou 16 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet
sentations mentales tactiles et auditives.
Pour les glissés, se conformer aux trajets pointillés, fig. 4, et 5, indiqués pour
l'étude et aux recommandations. faites
. pour l'étude
du Prélude précédent.
1 attention expectante exigée pendantles
Dans les 7 premières doubles croches du groupe de la main droite, le glissé ainsi que
silences imposés pour l'isolement des attaques, auront la durée d'une
triple croche; dans les S'ne et 9me doubles croches, l'attaque
glissée suivie d'une courbe aura la durée d une double croche.
glissé de la Ire note de chaque mesure sera suivi d un
Dans la main gauche, si les deux mains sont étudiées ensemble, le
touche, sur laquelle l'attaque suivante doit se
mouvement ascendant du bras et d'un arrêt a une certaine hauteur au-dessus de la
faire. Le glissé suivi du mouvement ascendant aura la durée d'une double
croche; l'arrêt, la durée de 6 doubles croches; le
étudiées ensemble ou non, les deux croches
mouvement descendant, la durée d'une double croche. Que les deux mains soient
de chaque groupe seront étudiées avec des glissés suivis de courbes;
l'évolution complète du glissé et de la courbe durera une
glissées, faites alternativement par les deux mains,
croche. Ces deux courbes supplémentaires permettront de relier les attaques
des courbes tracées alternativement au-dessus du clavier par les deux mains, forme de mouvement particulièrement stimu-
par
lante pour les commençants.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)

Il est préférable de ne pas compter pendant l'exécution; mais si on le juge nécessaire on ne comptera que temps par mesure.
4

Le legato est de rigueur; tous les glissés se feront par le mouvement des doigts et par
le mouvement des mains. Au début, le pro fes-
guidera les mains de l'élève, afin de leur faire faire un mouvement continu allant du fond vers le bord des touches, de façon a
seur
échelonnées dans les groupes de notes conformément aux trajets avec flèches
ce que les attaques des différents doigts soient supprimées dans la main gauche; mais dans
(fig. 4 et 5). Toutes les notes étant jouées legato, les courbes supplémentaires sont
accentuée à l'aide d'un soulèvement très
chaque groupe de trois notes, la dernière note, celle jouée par le lime doigt, sera fortement
rapide et très élevé de la main.
En ce qui concerne l'équilibre du toucher des 3 doigts de la main droite, il est à remarquer que tandis que le pouce se sou lève
généralement trop
généralement trop lentement et trop tard des touches à la fin des glissés, les attaques glissées du 5me doigt sont
Quant au doigt
faibles, parce que ce doigt n'est pas maintenu assez surélevé au-dessus de la touche au moment de les commencer.
intermédiaire, au contraire, il ne devra être surélevé que faiblement au-dessus de la touche entre ses attaques successives, et on
phalangette en contact avec la touche.
aura soin de commencer les trois glissés successifs de ce doigt en mettant toute la 'avant-dernière
Pour l'exécution, on prendra la pédale à la première note de chaque harmonie et on la conservera jusqu a l
note.
PRELUDE (UT MINEUR). — Modèles des Touchers

(L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l 'étude.
Les trajets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l 'exécu-
tion, lorsque pendant la durée des groupes de notes la main est déplacée du fond vers le bord des touches, en vue
de réunir les glissés successifs des doigts en un seul mouvement glissé de la main.
NOTE. ^ On pourrait après l'exécution de la 14e mesure
est jugée nécessaire
passer à l'exécution de la 30c mesure si cette coupure
en raison de l'extrême jeunesse de l'élève.
MARCHE MILITAIRE

R. SCHUMANN.
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 2 fois 4 doubles croches par mesure.
Toutes les attaques se feront selon le principe des émissions isolées (voir vol. I, page 28), c'est-à-dire que tous les glissés, même
lorsque les notes ne sont pas suivies de soupirs, se feront, dans les deux mains, exclusivement par le mouvement de la main avec
courbe tracée au-dessus du clavier. Pour l'étude des doubles croches, le glissé et la courbe auront la durée d'une triple croche ;
pour l'étude des croches, des croches pointées, des noires, le glissé aura la durée d'une double croche ; la courbe aura, soit la même
durée, soit la durée de deux ou de trois doubles croches. Voir pour les dimensions des glissés les trajets pointillés fig. 6 et 7.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pour l'exécution)
Il est préférable de ne pas compter pour l'exécution, mais si on le juge nécessaire on comptera deux temps par mesure.
Conformément aux procédés des émissions successives (voir vol. I, page 38), on modifiera les glissés du Ier groupe de notes de
la "main droite en réalisant les trois attaques successives du pouce sans laisser entièrement remonter les touches entre les attaques
qu'on échelonneradu fond vers le bord des touches selon l'indication des trajets avec flèches, fig. 6. Quant à l'accentuation du
chant, elle exigera que la main soit maintenue fortement surélevée du côté du 5me doigt; dès que le ime et le 5mo doigt sont
maintenus surélevés au-dessus des autres doigts, leurs attaques deviennentparticulièrement rapides et vibrantes.
1

MARCHE MILITAIRE. Modèles des Touchers


(L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur
les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l 'étude.
Les trajets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l'exécution,
des
lorsque, pendant la durée du premier groupe de glissés successifs, la main est déplacée du fond vers le bord
touches, en vue de réunir les glissés successifs des doigts en un seul mouvement glissé de la main.
i
PETITE ÉTUDE

R. SCHUMANN.

L'Étude
Une forte tension musculaireest de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On
comptera lentement deux fois six doubles
croches (ou 6 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir
les représentations
mentales tactiles et auditives.
Pour l'étude des groupes de trois notes, les attaques, à l'exception de la première, feront exclusivement
courbe du doigt et les glissés auront, ainsi que l'attention expectante exigée pendant se par un abaissement
les silences imposés pour l'isolement des
attaques, la durée d'une double croche.
Les courbes réalisées alternativement par les deux mains seront, pendant la durée des soupirs, divisées
en deux mouvements
avec arrêt, c'est-à-dire que, arrivée à son maximum d'élévation, entre la montée et la descente, la main est maintenue fixe au-dessus
des touches sur lesquelles on exécutera le groupe de notes suivant. Les mouvements et l'arrêt répartissent
se de la façon suivante -
le mouvement ascendant aura la durée d'une double croche ; l'arrêt, la durée de cinq doubles croches '
; le mouvement descendant
la durée d'une double croche.
Dans le travail de ce morceau l'élève aura généralement,
en ce qui concerne les 5— doigts, trois tendances fâcheuses - 1° pendant
les attaques de ce doigt, au lieu de maintenir la main surélevée du côté du 5e doigt, il la surélèvera du
côté de l'index ; iio les attaques
du r)e doigt en particulier ne seront pas faites assez rapidement parce qu'elles
ne se font pas d'assez haut ; IIlO les glissés du 5° doigt
ne seront pas assez longs. Se conformer pour l'étude des glissés aux trajets pointillés, fig. 8.

L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Pendant chacun de ces groupes de notes, jouées legato, la main déplacera du fond
se vers le bord des touches, de façon à ce
que les glissés soient échelonnés conformémentaux trajets avec flèches indiquées fig. 8. Le glissé final de chaque
préparation aux courbes alternatives réalisées sans arrêt pendant la durée des soupirs. groupe sert de
Tout en faisant jouer toute l'œuvre très piano, on exigera
que jusqu'au pp, page 16, les attaques du ie doigt de la main droite
soient accentuées à l'exception du LA dièse de la 16nw mesure qui ne fait pas partie du dessin mélodique. Au point
de vue du bon
fonctionnementde la mémoire, la différence de coloris provoquée par cette accentuation du chant
a une importance moindre
que la correction du mouvement glissé continu réalisé par la main pendant chaque groupe de notes et la correctionnon des courbes
alternatives exécutées pendant les soupirs.

A jouer doucement et très également.


PETITE ETUDE.
— Modèle des Touchers

(L'élève doit exécuter ces -glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets vointillés représentent le niveau d'attaque et les dimension s des glissés à réaliser pour l'étude.
Les tràjets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l'exécu-
tion lorsque, pendant les groupes de trois notes, la main est déplacée du fond vers le bord des touches en vue de
réunir les glissés successifs des doigts en un seul mouvement glissé de la main.

NOTE. — Le glissé du 5e doigt de la main droite a de plus grandes dimensions parce qu'il doit se faire avec une
plus grande rapidité afin d'augmenter l'intensité de la sonorité dans l'exécution de la note du dessin mélodique.
GIGUE
J. S. BAÇH
L'Etude
la durée de l'étude. On comptera très lentement 4 fois 6 doubles
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute

notes....
(ou 12 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d acquérir les repré-
croches,
sentations mentales tactiles et auditives.
l'étude des deux croches successives de la main droite (voir les trajets pointillés, fig. 10), les glissés ainsi que l attention
Dans
exigée pendant les silences imposés pour l'isolement des attaques, auront la durée d une double croche. Si les deux
expectante
mains sont travaillées réunies, la courbe est
supprimée pendant le soupir suivant et la main, sans s écarter sensiblementdu clavier,
de deux
est maintenue fixe entre les différents groupes
Dans la main gauche, les glissés seront étudiés
très au fond des touches. Se conformer aux trajets pointillés (fig. 9, 10 et 11).
double croche; la courbe tracée au-dessus du clavier, aura la durée de trois
Pour l'étude des noires, le glissé aura la durée d'une la régularité de leur rythme et la correction de leur
doubles croches. On veillera en particulier à ce que les courbes conservent
forme, lors même que la main franchit une grande partie du
clavier pendant leur réalisation.

L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)

Les groupes de deux noires de la main gauche seront joués avec une
sonorité très chantante ; les glissés, réalisés en mettant la
du doigt et un mouvement de la main,
phalangette dans toute sa longueur en contact avec la touche, se feront par un mouvement
et serontéchelonnés pourles 7 premières notes cQnformément aux trajets avec flèches (no i à n° vu), fig. 9, 10 et 11.
La main droite (à l'exception des notes formant un dessin
mélodique et dont l'accentuation est indiquée page 19, ligne 3e) devra
être jouée très piano; et ce n'est que .dans le cas où il se
produirait une certaine raideur dans les glissés des doigts que, durant
glissé réalisé par la main, afin d'augmenter l'élas-
chaque groupe de notes, on joindraitaux glissés réalisés par les doigts un petit
ticité des mouvements; nécessairement, dans ce cas, la longueur des glissés dépasserait les
trajets avec flèches indiqués fig. 10.
glissés du 5me doigt qui doivent se faire
Pour les 4 premières mesures de la main droite on remarquera les petites dimensions des
la différence de coloris obtenue dans la sonorité des deux mains est un
par un mouvement particulièrement rapide. Ici encore
puissant aide-mémoire pour les débutants.
GIGUE.
— Modèles des Touchers

(L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l'étude.
Les trajets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l'exé-
cution des deux mains. La main gauche seule est, pendant la durée des glissés successifs, déplacée du fond vers le bord
des touches en vue de réunir les glissés successifs des doigts en un seul mouvement glissé de la main.
FANTAISIE DANSE
R. SCHUMANN.
L'Etude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 4 fois 6 triples croches (ou 12 fois
UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations mentales
tactiles et auditives.
Dans l'étude des séries de trois doubles croches, les glissés et l'attention expectante, exigée pendant les silences imposés pour
l'isolement des attaques, auront la durée d'une triple croche. Dans l'étude des croches, les glissés auront la durée d'une double
croche, l'attention expectante la durée de trois doubles croches. Les glissés se feront exclusivement par le mouvement des doigts ;
leurs trajets seront conformes aux pointillés indiqués pour le premier groupe de trois notes (main droite et main gauche) fig. 12, et
le premier groupe de la 5me mesure (main droite) fig. 13.
Entre les différents groupes de trois doubles croches, les courbes seront divisées en deux mouvements avec arrêt. Le
mouvement ascendant aura la durée d'une triple croche; l'arrêt, lorsque la main, maintenue fixe au-dessus des touches sur lesquelles
on jouera le groupe suivant, a atteint le maximum d'élévation, aura la durée de cinq triples croches; le mouvement descendant, la
durée d'une triple croche.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
On pourra faire jouer ce morceau dans un mouvement assez rapide même à de tout jeunes commençants : 1° si dans les deux
mains, les différentes attaques glissées de chaque groupe de notes sont reliées par un glissé continu de la main, allant du fond au
bord du clavier (voir les trajets avec flèches fig. 12 et 13); 2° si ce glissé est terminé par une courbe qui, pendant la durée du soupir
ramène la main au fond du clavier au moment précis de l'attaque suivante.
Quant au chant de la main gauche, on le fera ressortir en attaquant les notes jouées ensemble à des niveaux différents c'est-à-
dire qu'on abaissera très peu les doigts pour les notes inférieures qui sont jouées piano ; pour les notes supérieures qui sont accentuées,
on abltissera les doigts de très haut, et les attaques seront suivies de glissés particulièrement longs. La note attaquée de près
sera entendue forcément un peu plus tôt que l'autre, mais cette différence minime n'occasionnera pas l'effet choquant des notes
arpégées là où elles ne sont pas indiquées.
Pendant l'exécution de la partie chantante, les groupes de notes de la main droite seront joués particulièrementpiano. Comme
nous l'avons dit, la différence de coloris que l'élève est capable de communiquer aux sons augmente la musicalité du jeu, de
manière à diminuerconsidérablementla difficulté de l'exécution et du fonctionnement de la mémoire.
FANTAISIE DANSE. — Modèles des Touchers
LES CHASSEURS
à Madoul Kiener MARIE JAELL
L'Étude
r

Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera très lentement 6 noires (ou 3 fois
UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations mentales
tactiles et auditives.
Pour l'étude des blanches, le glissé ainsi que l'attention expectante, exigée pendant la durée des silences imposés pour l'isole-
ment des attaques, auront la durée d'une noire.
Pour les glissés, on se conformera aux trajets pointillés (fig. 14, pàge 21); on lesfera par le mouvement des doigts uniquement.
Quant aux courbes, elles sont, pour la main droite, supprimées entre les groupes de deux notes, lorsque l'étude est faite des deux
mains; car, en raison du croisement des mains, les courbes de la main droite entraveraient l'évolution régulière des courbes de la
main gauche qui sont particulièrement importantes.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Les glissés se feront à la fois par les doigts et par la main. On se conformera strictement pour l'échelonnement des attaques
aux trajets avec flèches (fig. 14). Dans l'exécution de ce morceau, l'élève mettra facilement toute la longueur de la phalangette en
contact avec les touches, de là la possibilité d'obtenir un timbre particulièrement coloré et imitatif. Dans ce coloris, la pédale
joue un rôle important, on aura donc soin. de la tenir enfoncée du commencement jusqu'à la fin des phrases, comme c'est
indiqué. Quant aux effets d'écho et de lointain, un simple amoindrissement des pressions permettra de les établir, sans qu'il soit
nécessaire de diminuer la quantité de surface de la phalangette mise en contact avec la touche, ce qui modifierait le timbre de la
sonorité.
CHANSON BERÇANTE
à Suzanne Villemin MARIE JAELL

L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 3 fois 4 doubles croches (ou 6 fois
UIV, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations mentales
tactiles et auditives.
Pour les glissés se conformer aux trajets pointillés fig. 15 (main droite et main gauche) ; on s'appliquera particulièrement à
ce
que, dans la main droite, les glissés du 5e doigt ne soient pas écourtés, et que la main ne soit pas abaissée du côté du 5e pendant leur
réalisation. Tous les glissés se feront par les doigts exclusivement. Pour l'étude des croches, le glissé ainsi que l'attention expec-
tante exigée pendant les silences imposés pour l'isolement des attaques, auront la durée d'une double croche. Les courbes dureront
dans la main droite un peu plus de deux croches, dans la main gauche un peu plus de quatre croches.

L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Les touchers de la main gauche se feront avec une sonorité très vibrante, en mettant toute la longueur de la phalangette en
contact avec les touches. La main droite sera jouée pianissimo à l'exception des notes écrites en blanches et des nuances indiquées.
Pour l'échelonnement des glissés, on se conformera aux trajets avec flèches (fig. 15). On remarquera les petites dimensions du
toucher de la croche main gauche (2me Sol). La pédale sera maintenue enfoncée strictement pendant la durée des cinq premières
croches de chaque mesure, à l'exception des mesures finales où la note fondamentale doit être prolongée et où le silence qui
précède l'accord final doit être perçu pendant toute la durée du 3e temps de l'avant-dernière mesure.
CHANSON BERÇANTE. — Modèles des Touchers

(L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l 'étude.
Les trajets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l exécution
lorsque pendant la durée des groupes de notes, la main est déplacée du fond vers le bord des touches en vue de
réunir les glissés successifs des doigts en un seul glissé de la main.
PETITS LUTINS

à Marthe Fauconnier MARIE JAELL


L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 4 fois 4 doubles croches (ou 8 fois
UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps- permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations mentales
tactiles et auditives.
Les deux mains doivent être surélevées du côté des 5mes pendant la réalisation des glissés et des courbes. Les glissés se feront
par les doigts exclusivement;on se conformera aux trajets pointillés fig. 16 et 17 indiqués pour l'étude.
L'Exécution
(La tension est exigée aussi pendant l'exécution)
C'est dans une intention spéciale d'éducation qu'on a indiqué le détaché pour la dernière note de chaque groupe; car, par un
défaut général, on n'enlève jamais assez rapidement les mains du clavier pour la réalisation des courbes jouées alternativement par
les deux mains. On tâchera donc d'acquérir la vitesse voulue dans le glissé final de chaque groupe de ce morceau, afin de pouvoir
ensuite, dans la terminaison des groupes de notes, généraliser cette qualité acquise.
Il est à remarquer que les mouvements d'attaque du 4C et du 5e doigt de la main droite exigent une attention soutenue, car ils
doivent toujours se faire de BIEN PLUS HAUT en raison de la surélévation exigée dans la position de la main. Si cette hauteur
d'attaque n'était pas obtenue, l'élève ne tirerait pas tout le bénéfice voulu de l'étude et de l'exécution de ce morceau. On remarquera
aussi les petites dimensions des glissés des temps faibles de la main gauche, en comparaison de ceux des temps forts (voir les
trajets avec flèches, fig. 16). Quant à la pédale, on ne la prendra que là où elle est indiquée, et de la façon dont elle est indiquée.
PETITS LUTINS. — Modèles des'touchers

CONTE DE FÉE. — Modèles des touchers


CONTE DE FEE
à Marie-Anne Pottecher MARIE JAELL
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera deux fois six doubles croches
(ou 6 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations
mentales tactiles et auditives.
Dans la main droite, on fera les glissés très au fond des touches (voir les trajets pointillés, fig. 19), et, entre les
notes, les courbes seront supprimées dès que l'on étudiera les deux mains ensemble. Dans la main gauche, il importe
groupes de deux
glissés réalisés pendant le croisement des mains, toute la longueur de la phalangette de l'index soit mise que,l'a pour les
en contact avec touche,
au début des glissés (voir fig. 18 et 20). Quant aux courbes de la main gauche, elles doivent être particulièrementhautes.
L'Exécution
(La tension est exigée aussi pendant l'exécution)
Il est préférable de ne pas compter pendant l'exécution, mais si l'on juge nécessaire de le faire,
on ne comptera que 2 temps par
mesure.
Les deux mains sont maintenues surélevées du côté du 5e doigt; dans la main droite, notamment l'attaque
du 5° doigt doit
être faite de très haut, et elle doit être relativement écourtée comme la note finale des précédent
groupes dans le morceau dans
la main gauche, la surélévation de la main du côté du 5e doigt doit permettre de jouer l'index
sur la région la plus voisine du
pouce. Quant au caractère de la sonorité, il doit être très différent dans les deux mains; toutes les attaques glissées doivent être
très vibrantes dans la main gauche; dans la main droite, au contraire, elles sont pianissimo, à l'exception de celles
du petit dessin
mélodique indiqué en noires de la 7e à la 12e mesure. La pédale joue un rôle important dans le coloris de la sonorité
; on l'enfoncera
donc strictement selon les indications données, et l'on s'astreindra à faire toujours correspondre
son relèvementà l'exécution de la
dernière croche de la mesure.
PETITE VALSE CHANTANTE

à Madeleine Villemin MARIE JAELL

L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant la durée de l'étude.
On comptera très lentement six croches (ou 3 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les
attaques et d'acquérir les représentations mentales tactiles et auditives.
On fera faire au 5e doigt des deux mains les attaques glissées de très haut.

L'Exécution
(La tension est exigée aussi pendant l'execution)

Au commencement de ce morceau, chaque mesure constitue généralement un enchaînement de deux notes ; afin de
très chantante, on tracera donc, avec les deux mains, des
conserver toujours une grande élasticité de mouvements et une sonorité
courbes qui relient chaque mesure à la mesure suivante.
PAPILLONS GRIS
à lisbetllEscllericll MARIE JAELL
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. L'on comptera quatre fois huit triples croches
(ou 16 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations
mentales tactiles et auditives.
Les défauts des attaques des pouces, c 'est-à-dire la lourdeur et la lenteur, étant
une véritable entrave dans la réalisation de ces
groupes successifs de deux notes, on ne saurait assez recommander de perfectionner d'abord les mouvements du
pouce droit, afin
de reconnaître ensuite mieux les défauts du pouce gauche, dont les attaques sont toujours très inférieures à celles du
La surélévation des mains du côté des 5mes doigts est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. pouce droit.

L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Afin de communiquerl'allure voulue au rythme des séries de groupes de deux notes,
on ne fera, avec chaque main, que deux
courbes par mesure, après le deuxième et après le dernier groupe de notes de chaque main ;
car, le premier et le troisième temps
devant être plus accentués que le deuxième et le quatrième, c'est en préparant le premier et le troisième temps
l accentuation est acquise tout naturellement. Il y a de plus, dans la main droite, à réaliser l'accentuation
par des courbes que
graduée du dessin
mélodique. Pour mettre en lumière cette accentuation, les attaques du pouce droit doivent toujours être particulièrement
atténuées. On prendra, pendant toute l'exécution, la pédale avec la même précision
avec laquelle elle est indiquée au début du
morceau. (Voir les pointillés indiquant son relèvement après la 7c et la 15e note.)
ROMANCE SANS PAROLES
MENDELSSOHN

L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera deux fois six doubles croches (ou
six fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations men-
tales tactiles et auditives.
Dans les deux mains, les tierces doivent être jouées strictement ensemble et avec de très grands glissés commencés au fond des
touches (voir les trajets pointillés fig. 22). Quant à l'accompagnement de la main gauche, la note qui précède la note fondamentale
doit être jouée presque toujours avec le 4e doigt, afin de réserver l'attaque de la note fondamentale exclusivement au 5e doigt,
auquel on fera faire un glissé au bord de la touche (voir le trajet pointillé fig. 21) ; mais on aura soin de tracer une courbe après
l'attaque du 4me comme après l'attaque du 5me doigt.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution).
On établira en principe trois sonorités différentes : celle du chant doit être très vibrante; les attaques de la note fondamentale
de la main gauche doivent ressortir et prendre une sonorité moyenne; les notes intermédiaires d'accompagnement formant des
groupes de deux croches doivent être très piano, indifféremment par quelle main elles se jouent. (Ne pas confondre dans la main
droite ces notes intermédiaires avec la seconde voix jointe à diverses reprises au chant, car cette seconde voix, tout en étant moins
accentuée que la note supérieure, doit être chantante.) C'est par l'utilisation intelligente des glissés que le débutant développera la
musicalité de son jeu, en même temps que la conscience du toucher, sans laquelle il n'y a pas de perfectionnement possible. On
devra donc considérer chacun de ces morceaux comme un moyen de progresser dans l'éducation des sensations tactiles et auditives.
ROMANCE (SOL MINEUR). Modèles des Touchers

(L'élève doit exécuter les glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l 'étude.
Les trajets avec flèches représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés lorsque pendant la durée
des groupes de notes la main est déplacée du fond vers le bord des touches en vue de réunir les glissés successifs des
doigts en un seul glissé de la main. Après le premier groupe de deux tierces (main droite) la main, par une petite
courbe, est ramenée -au fond du clavier pour l'exécution du deuxième groupe. Voir dans la main gauche, la différence
de trajet des glissés du 4e doigt (Ré) et celui du 5c doigt (Sol).
PRELUDE |

J. S. BACH

L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera très lentement 4 fois 8 triples
croches (ou 16 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les repré-
sentations mentales tactiles et auditives.
La durée des glissés sera d'une triple croche dans la main droite, d'une double croche dans la main gauche. La durée de
l'attention expectante sera, avant chaque attaque, d'une triple croche pour la main droite, de trois doubles croches pour la main
gauche. Dans la main droite, on veillera à ce que dans le groupement des touchers, le pouce soit toujours placé au même niveau du
clavier que le 5me doigt (voir les trajets, fig. 23). Dans la main gauche, le glissé sera fait à la fois par les doigts et par la main, qui
tracera au-dessus du clavier des courbes dont la durée est équivalente à l'interruption exigée entre les attaques glissées, c'est-à-dire
de trois doubles croches.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Les glissés conserveront la même longueur qu'à l'étude, mais on les fera d'autant plus rapidement qu'on veut jouer plus vite,
vu que c'est la vitesse acquise dans l'exécution d'un glissé isolé qui entraîne la vitesse dans la succession des glissés. Au point de
vue du développement du mécanisme des doigts, c'est là un fait important qu'il faut utiliser dans l'éducation. Ce Prélude et les
quatre Préludes suivants sont choisis précisémentavec l'intention de fournir des dispositions d'intervalles particulièrement favora-
bles à ce genre d'entraînement.
Le professeur devra toujours veiller à ce que, dans le groupement des touchers de la main droite, le toucher du pouce reste
localisé au même niveau que celui du 5me doigt.
PRELUDE
J. S. BACH
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera très lentement 8 fois six triples
croches (ou 24 fois UN, DEUX) par mesure.Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représen-
tations mentales tactiles et auditives.-
Dans l'étude des doubles croches, les glissés et l'attention expectante exigée pendant les silences imposés pour l'isolement des
attaques, auront la durée d'une triple croche. Dans l'étude des croches, les glissés dureront une double croche et l'attention
expectante deux doubles croches. Les glissés des croches pourront être étudiés, comme dans le Prélude précédent, par un
mouvement du doigt et par un mouvement de la main, avec courbe à la suite. Les doigtés sont combinés en vue d'établir le plus
fréquemment possible les attaques du. pouce et du 5e doigt. On veillera donc spécialement à ce que, même dans les tout petits
(Voir les trajets pointillés, fig. 24, page 35.)
groupes, ces deux doigts extrêmes soient placés vis-à-vis l'un de l'autre.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Comme pour l'exécution du Prélude précédent, les glissés conserveront la même longueur qu'à l'étude, mais on les fera
d'autant plus vite qu'on veut jouer le morceau plus vite. Comme on l'a dit, les glissés servent de moyen d'entraînement, et il
importe de ne s'en servir que dans la mesure où la vélocité du mécanisme des doigts n'entrave pas la correction irréprochable du
jeu. Quant aux glissés des doubles émissions (12e, 13e et 14e mesures) on les fera avec un léger déplacement de la main, du fond vers
le bord des touches. Du reste, si l'exécution est très rapide, les doigts déjà bien assouplis obtiendront seuls un bon résultat avec ce
doigté qu'on conservera néanmoins pour tous les élèves comme un exercice utile. Nous recommandons à tous de maintenir toujours
les mains surélevées du côté du 5e doigt, et de faire les attaques de ce doigt de très haut et de façon à produire un son très vibrant.
PRÉLUDE

J. S. BACH
L'Étude
Une forte tension des muscles est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera très lentement 8 fois 6 triples
croches (ou 24 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représen-
tations mentales tactiles et auditives.
Le groupement des doigtés étant assez compliquédans ce Prélude, on veillera spécialement à ce que la main soit toujours tenue
de manière à ce que, dans chaque groupe de touchers, les attaques du 5me doigt et du pouce soient faites à un même niveau trans-
versal des touches.
Dans les doubles croches (main droite), les glissés ainsi que l'attention expectante exigée pendant les silences imposés pour
l'isolement des attaques, auront la .durée d'une triple croche.
Dans la main gauche, les attaques seront faites à la fois par le doigt et par la main et, au lieu de tracer des courbes entre les
attaques successives, comme dans le Prélude précédent, on procédera de la façon suivante : avant la première attaque, on main-
tiendra la main à une hauteur déterminée au-dessus de la touche sur laquelle l'attaque doit se faire : l abaissement de la main pour
l'attaque doit durer une triple croche; le glissé et le relèvement du doigt et de la main dureront deux triples croches; l attention
expectante pendant le silence imposé pour l'isolement des attaques durera trois triples croches; la sixième et dernière triple croche
est toujours consacrée de nouveau à l'abaissement de la main pour la réalisation de l'attaque suivante.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Se servir des glissés comme moyen d'acquérir rapidement une grande vélocité des doigts. Maintenir les mains surélevées du
côté du doigt. Faire les attaques du 5me doigt de très haut et le plus rapidement possible. Grouper les glissés des notes répétées
de la main gauche conformément aux trajets avec flèches fig. 25 (page 42), en accentuant le temps fort qui est joué plus au fond
de la touche que le temps faible.
PRÉLUDE (RÉ MINEUR)
PRELUDE
Modèle des Touchers EN FA MAJEUR.
— Modèles des Touchers

(L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches)

Les trajets pointillés représentent le niveau d'attaque et les dimensions des glissés à réaliser pour l'étude.
Les trajets avec flèches représentent :
1. Pour la figure 2o, la fusion des glissés dans l'exécution des deux premières croches de la main gauche.
(Prélude en Ré mineur) ;
II. Pour figures 26, 27 et 28, la différence de dimension des glissés dans l'exécution des trilles (Prélude
en
Fa) ; le long glissé se rapporte au temps fort des trilles ; le glissé court, au temps faible.
PRELUDE

auditives..
J. S. BACH
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de
l'étude. On comptera 12 fois 8 quadruples croches (ou 48
les attaques et d'acquérir les représentations mentales
fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isolertoutes
tactiles et
mains, l'attaque glissée et l'attention expectante exigée pendant les silences imposés pour 1 isolement des
Dans les deux moitié'de
attaques, auront la la valeur de la note jouée, c'est-à-dire : la durée d'une double croche pour l'étude des croches, d'une
triple croche pour l'étude des doubles croches, d'une quadruple croche pour l'étude^ des
trilles dont chaque note prend la valeur
d'une triple croche. Les croches seront, comme les doubles et les triples croches,
jouées par le mouvement du doigt seul.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
C'est à l'aide de la rapidité avec laquelle on fera chaque glissé isolé qu'il importe d'acquérir la vélocité du mécanisme,
mais en
s'astreindra a
ouant ce Prélude on ne donnera néanmoins, comme pour l'étude, aux trilles, que la valeur de triples croches et on
ouer toujours la première des deux notes avec un glissé plus
long que la seconde afin de renforcer un peu la première et d'atténuer
seconde qui doit être presque comme une note détachée. (Voir la différence des trajets avec flèches, fig. 26 et 27, indiquant le
a
le premier trille de la main gauche.)
parcours des glissés pour le premier et le second trille de la main droite et
IMPROMPTU
SCHUBERT
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 3 fois 8 triples croches (ou 12 fois
3 fois 4 doubles croches (ou 6 fois UN, DEUX).
UN, DEUX) pour les mesures avec des doubles croches; pour les autres on comptera
Toutefois, pour les quelques mesures ayant des triolets (voir 72me mesure), on comptera 3 fois 6 doubles croches (ou 9 fois UN,
DEUX). Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d acquérir les représentations
mentales tactiles et auditives.
du
Dans la main droite les doigtés sont disposés de façon à développer particulièrement la coordination du toucher du pouce,
2me et du 5me doigt et à créer un, excellent exercice pour l'indépendance
du 2me doigt. Pour les glissés, se conformer aux trajets
pointillés (fig. 29, page 54) indiquant les touchers du pouce, du 2me et du 5-e. doigt.
Dans la main gauche, les attaques du 5-e doigt (note fondamentale) et les accords se feront par de longs mouvements glissés
de la main, suivis de courbes.
Si les mains sont étudiées ensemble, on divisera les courbes en deux mouvements avec arrét entre le mouvement ascendant
et le mouvement descendant. Ces arrêts se répartissent comme suit : après la note fondamentale, c'est pendant la
durée de cinq
triples croches que la main restera fixe à une certaine hauteur au-dessus des touches sur lesquelles on fera l'attaque de l'accord
suivant. Après l'accord c'est pendant treize triples croches qu'elle restera fixe au-dessus de la touche sur laquelle on fera l attaque
de la note fondamentale suivante.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Il importe pour l'exécution des groupes de doubles croches : 1° d'établir une parfaite éga lité dans les deux attaques de l 'index,
en communiquant aux glissés de l'index, tous deux commencés en posant la
phalangette dans toute sa longueur sur la touche, les
mêmes dimensions et, par suite, la même intensité de sonorité aux deux notes (voir les trajets fig. 29, page 54); 2° de surélever très
fortement la main du côté du 5m6 doigt, afin de faire les attaques de l'index sur la région la plus sensible (la plus voisine du pouce)
et de faire l'attaque du 5me doigt de très haut. Quant à l'attaque du pouce, on la fera le plus rapidement possible en prenant
partièulièrement soin de redresser, après le glissé, le doigt aussi rapidement qu'on l'a abaissé, afin que l attaque du pouce soit plus
courte et plus légère que les autres.
En ce qui concerne les groupes de triolets (72me mesure), on fera les attaques du dessin mélodique de très haut, et on se
conformera à la différence des glissés indiqués par les trajets avec flèches (fig. 30, page 54), ou en raison de la sonorité plus
vibrante à donner au thème, le glissé de la note chantée est plus long que celui des notes d'accompagnement.
Les attaques du thème en ut dièse mineur (4me page) devront se faire également de très haut et avec de très longs glissés,
tandis qu'on jouera les accords avec des glissés relativement courts et sans laisser remonter complètement les touches entre les
attaques successives. Pour la clarté de la trame harmonique, on indiquera, dans les émissions successives des accords, chaque
changement d'harmonie en renforçant la sonorité de la première émission de chaque accord.
IMPROMPTU DE SCHUBERT. — Modèles des Touchers
PRÉLUDE
r CHOPIN
L'étude
forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera très lentement 4 fois 4 doubles
Une
permet d'isoler toutes les attaques et d acquérir les représen-
croches (ou 8 fois UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps
tations mentales tactiles et auditives. Application de la 21 position de la main
position de main exige l'abaissement relatif des ires phalanges, l'extension de l index (voir fig. 50, page 48, vol. I er), la
La 2e fig. 31 l'échelonnement
flexion graduée des trois derniers doigts, le pouce et le 5me doigt étant posés vis-à-vis au inême niveau voir
des
glissées dans le 1er accord de ce Prélude, réalisé par une main de
grandeur moyenne). Une grande attention doit être
attaques fait de la phalangette du pouce, du 2me et, si possible, du
portée sur le de poser au commencement de l'attaque toute la longueur toucher
5me doigt sur les touches et de fléchir en
même temps au degré voulu le 3me et le 4me doigt. Chez les enfants, a surface du
du pouce et du 5me doigt est forcément très écourtée dans
les accords, mais la localisation du toucher des autres doigts peut avoir
des L'attaqueglisséejustes.de lent de la main ; le glissé aura la durée de deux
tous les accords sera faite uniquement par un abaissement
doubles croches - à la 3-11 double croche on soulèvera l'avant-bras afin de
préparer par une haute courbe 1 attaque de l'accord suivant.
plus difficile de jouer les quatre notes
Toutes les attaques devant se faire avec une pression minima, il devient d'autant
évité. Tout ce qui est dit des attaques du
ensemble; nous attirons l'attention sur ce fait afin que le défaut de simultanéité soit
pouce et du 5c doigt de la main droite s'applique aux
attaques des octaves de la main gauche.
L'Exécution
PRÉLU.DE
L'Étude J. S BACH
Application des glissés diversifiés du pouce et du 5e doigt et de la deuxième position de
iïfef™ la main.
musculaire
tensionUX) est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera très lentement4 fois 8 triples
(ou
~ 16 fois UN, DEUX) par mesure, de sorte que, dans les deux mains, l'évolution complète du doigt (abaissement,
croches
glissé, relèvement)
et 1 attention expectante exigée pendant les silences imposés pour l'isolement des attaques, auront la durée
d'une triple croche. Ces
subdivisions des temps permettent d isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations mentales
tactiles et auditives.
Ce Prélude offre dans le groupementdes doigts disposition particulièrement appropriée au perfectionnement de l'équilibre
une
dela main; car indépendammentde l'attitude complexe des doigts dans la deuxième
position de la main, la main doit rester sur-
élevée non seulement du côté du 5me doigt mais aussi du côté du
pouce, et de plus abaissée à l'articulation métacarpo-phalangienne
de 1 index (qui relie 1 index a la main). Donc dans les groupes de notes, pendant les
attaques des doigts intermédiaires (2mc ou :3me),
le niveau de la main doit rester surélevé du côté des doigts extrêmes (pouce et 5-), tandis
que, pendant les attaques des dôi-ts
extrêmes (pouce et 5me), la main droite doit rester abaissée à l'articulation métacarpo-phalangiennede l'index
Si l'étude est bien
faite, l'élève doit arriver à avoir la sensation que les attaques du pouce et du 5- doigt font
se tout à fait facilement- il pourrait,
croire que les doigts deviennent les deux ailes de la main, tandis que tout l'appui reste fixé au centre de la main, c'e'st-à-dire
côté de l'index. Ce n'est que lorsqu'on arrive à équilibrer ainsi la position de la main des'attaques du
1 indépendance des doigts peut être très rapidementacquise. Pour les
que, grâce aux procédés glissées
glissés diversifiés du pouce et du 5- doigt, se conformer
trajets pointillés (figures 32 et 33) reproduisant les parcours des glissés pour le premier aux
groupe de la main gauche et le premier
groupe de la main droite. Nécessairement les glissés diversifiés du pouce et du 5mc doigt sont surtout appliqués
blanches. sur les touches
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Dès qu'on veut jouer ce Prélude très vite ons'aperçoit: 10 que les pouces et les 5-
doigts non seulement s'abaissent et se relèvent
trop lentement des touches, mais que leurs glissés sont trop lents; IIO que les doigts intermédiaires (2e, 3e)
ne maintiennent pas
assez longtemps les touches enfoncées, leurs glissés étant trop écourtés, c'est-à-dire que, tandis que les doigts extrêmes n'agissent
pas assez librement, n'ont pas assez de facilité à se surélever au-dessus des touches, l'index surtout
ne reste pas assez facilement
adhérent a la touche En vue de cet équilibre à acquérir dans les attaques des doigts extrêmes et des doigts
intermédiaires, l'étude
prolongée de ce Prélude est très recommandée. Se conformer à l'échelonnementdes attaques glissées
indiqué par des trajets avec
Application de la IIe position de la main et des glissés diversifiés

— Modèles des Touchers


PRÉLUDE (UT MINEUR).

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés représentent les glissés à réaliser pour l'étude.


Les trajets avec flèches représentent les rapports des glissés à réaliser dans l'exécution du premier groupe
de huit doubles croches, lorsque les glissés successifs des doigts sont échelonnés
par un léger déplacement de la main
vers le bord des touches.
ROMANCE
SCHUMANN
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 4 fois 6 triples croches (ou 12 fois
UN, DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations
mentales
tactiles et auditives.
Pour les glissés, se conformer aux trajets pointillés indiqués pour le premier groupe de notes réalisés par les deux mains.
(Voir fig. 33, 34 et 35.)
On étudiera d'abord en faisant toutes les attaques glissées par un mouvement des doigts et dela main, et en traçant de grandes
courbes au-dessus du clavier. On étudiera ensuite en faisant tous les glissés par les doigts seulement, en exceptant toutefois les notes
du thème dans la main droite et.les notes fondamentales dans la main gauchè dont les glissés seront suivis d une courbe chaque
fois que ces notes sont placées en tête d'un groupe de doubles croches.
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Quant aux dimensions des glissés, il est difficile de donner des prescriptions précises pour l'exécution. En principe, leurs
dimensions peuvent être amoindries d'autant plus que l'éducation du toucher est plus avancée. C'est l'oreille qui en dernier lieu est
juge dans la mise à point des mouvements. Il importe dans ce morceau d'équilibrer la sonorité des deux mains de manière à mettre
la mélodie et l'harmonie également en relief. La surélévation des mains du côté du 5me doigt sera toujours nécessairepour atteindre
ce résultat.
5

Application de la IIe Position de la main et des glissés diversifiés

— Modèles des Touchers


ROMANCE (RÉ MINEUR). !

Touchers du Ier groupe de notes

Trajets des glissés à réaliser pour l'étude et l'exécution du premier groupe de notes des deux mains.

NOTE. — Il est à remarquer que la disposition symétrique des touchers, fig. 34, 35 et 36, est un stimulant pour
les représentations mentales des glissés et un moyen particulièrement favorable au développement de la conscience
du toucher.
PRÉLUDE (fantaisie)

Extrait de la collection de la Bccch-Gt'sellschuJt


J. S. BACH
L'Etude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera pour le (;/S, fi fois 4 triples croches;
croches; pour les 24/iG, 8 fois 12 quadruples croches. Cette
on comptera ensuite pour le 4/8 et le4/4 soit 2 fois, soit 1 fois 8 triples
subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentations mentales tactiles et auditives.
Pour les glissés, se conformer aux trajets pointillés indiqués fig. 37, 38 et 39; pour les premières doubles notes de la main
droite (voir fig. 38), pour les premières octaves de la main gauche (voir fig. 37).
L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Les tierces et les accords se joueront dans le 6/8 en réunissant leurs émissions successives en un seul mouvement glissé de la
main (voir les trajets avec flèches fig. 38), et l'émission faite au bord des touches, c'est-à- dire la seconde, sera forlement accentuée
Dans la main gauche l'accent du 5me doigt doit servir de contrepoids aux accords de la main droite ; c'est assez dire combien dans la
main gauche les attaques du 5mo doigt doivent être plus fortes que les attaques diversifiées du pouce (voir les trajets avec flèches, fig. 37).
Dans le Prestissimo, on s'appliquera à faire dans la main droite les glissés des doubles croches bien plus longs que ceux des triples
croches (voir les trajets avec flèches, fig. 39, indiquant les touchers des 4 premières notes pour l'exécution). Du reste, il est difficile
de donner des prescriptions précises pour les dimensions des glissés. Comme on l'a dit, leurs dimensions peuvent être amoindries
d'autant plus que l'éducation du toucher est plus avancée.
Application de la IIe Position de la main et des glissés diversifiés

PRELUDE (FANTAISIE). Modèles des Touchers


touches
L'élève doit exécuter les glissés de la main droite sur le papier avant de les exécuter sur les

Groupement des Touchers

réaliser pour l'étude.


Les trajets pointillés représentent les glissés à
de notes
les rapports des glissés dans les groupes

';t Fig. 37 et :18


Lestrajets avec flèches représentent pour
successifs
les
des les
'°"V« de des glissés pour I 'exécutioii deF,
trajets avec flèches représentent pour Fig..TJ la différence
quadruplescroches et des triples croches.
ETUDE |
LISZT
(Études en 12 exercices, oeuvre i)
L'Étude ~
-

Une forte tension est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera lentement 8 fois 4 triples croches (ou 16 fois UN,
DEUX) par mesure. Cette subdivision des temps permet d'isoler toutes les attaques et d'acquérir les représentationsmentales tactiles
et auditives.
Dans l'étude de ce morceau, le perfectionnement des glissés diversifiés des pouces et du 5me doigt forme l'intérêt principal ; on
s'appliquera donc à reproduire exactement les trajets pointillés indiqués pour l'étude du premier groupe de notes des deux mains
(voir fig. 40 et 41). On réalisera une courbe entre chacun des groupes de trois doubles croches de la main droite, et après 1
chacune des attaques réalisées par la main gauche. Les deux mains seront maintenues surélevées du côté du 5me doigt pendant toute I
la durée de l'étude. * '
1
L'Exécution ' f
'i
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution) t
" i
En jouant rapidement, on s'appliquera
"
à conserver toute leur correction aux glissés diversifiés des pouces et des 5mcs doigts qui i
1
doivent se faire pour l'exécution comme pour l'étude. Ces diversifications sont nécessairement considérées avant tout comme un
exercice de toucher très utile; mais elles peuvent, si elles sont bien faites, donner dans les différents groupes de notes un résultat 1
excellent au point de vue de l'équilibre de la sonorité, et de l'équilibre du rythme. I
Application de la II0 position de la main et des glissés diversifiés

ETUDE DE LISZT. Modèles des Touchers


touches
L'éleve doit exécuter les glissés de la main droite sur le papier avant de les exécuter sur les

Groupement des Touchers

Les glissés à réaliser pour l'étude et pour l'exécution.

NOTE. — Dans l'exécution des groupes de trois doubles croches de la main droite, on pourrait remplacer le glissé
du doigt intermédiaire par un roulé allant de la région moyenne à la région plus sensible, tel qu'il est appliqué à l'étude
des gammes. (Voir pages 55 et 56, vol. I).
ARABESQUE
SCHUMANN
L 'Éttide
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. Pour étudier
les séries de doubles croches (les 7
premières lignes et leur deux répétitions) on comptera 4 fois 4 triples croches par mesure. Cette subdivision des temps
toutes les attaques et d acquérir les représentations mentales tactiles et auditives. On permet d'isoler
comptera que 2 fois 4 doubles croches cour
les autres parties du morceau. Toutes les petites notes de la main droite prendront la ne valeur d'une triple croche, elles seront jouées
en même temps que la main gauche et non avant; les notes devant lesquelles elles se trouvent placées perdent
triple croche de leur valeur. Il en sera de même pour les petites notes jouées ensuite dans la main par conséquent une
Pour les glissés, se conformer aux trajets pointillés indiqués pour les deux premières gauche
attaques du pouce gauche et pour le
premier groupe de doubles croches de la main droite (voir fig. 42.) On réalisera, pour l'étude, des courbes après les
doubles croches dans la main droite, après les groupes de deux doubles croches dans la main gauche. groupes de trois

L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pour l'exécution)
Afin de communiquerune sonoritéharmonieuse au thème initial de
ce morceau, il est indispensable de faire les attaques réalisées <
au bord des touches par le pouce droit et le pouce gauche, très courtes et très faibles par rapport à celles réalisées plus fond. On
fortement les mains du côté des 5mcs doigts afin de renforcer la sonorité des notes extrêmes, c'est-à-dire au soulèvera
des notes les plus basses et
des notes les plus hautes.Néanmoins les notes du chant devront toujours être plus accusées la note fondamentalede l'harmonie
Dans la partie en Mi mineur, il importe d'atténuer beaucoup les deux premières crochesque dans les lros, 3nus et 5nies mesures Sans
cette atténuation le crescendo qui suit ne peut produire l'effet voulu. Cette atténuation est applicable à
travers toute cette partie du
morceau.
Dans la partie en La mineur, on fera dans la main droite
une courbe après la lro note de la mesure- (Sol dièse, La dièse),
dans la main gauche une courbe après la 2me note, c'est-à-dire après la1 double croche. A
partir de la 10- mesure'on reliera
chaque groupe de deux notes par un glissé continu de la main
avec courbe à la suite. Nécessairement,
glissés il est difficile de donner des prescriptions précises, car leurs dimensions peuvent être amoindries quant aux dimensions des
d'autant plus que l'éducation
du toucher est plus avancée. C'est l'oreille qui en dernier lieu est juge de la mise à point des
mouvements
Application de la IIe position de la main et des glissés diversifiés.

ARABESQUE. Modèles des Touchers


L'élève doit exécuter ces glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches

Groupement des Touchers

Les trajets pointillés, représentent les glissés à réaliser pour l'étude.


Les trajets avec flèches, représentent les rapports des glissés du pouce gauche et des cinq doigts de la main
droite dans les deux premiers groupes de notes lorsque les glissés successifs des doigts sont échelonnés par un léger
déplacement de la main vers le bord des touches.
ROMANCE
SCHUMANN
L'Etude
Une forte tension musculaire est de rigueur pendant toute la durée de l'étude. On comptera 6 fois 4 triples croches (ou
12 fois
UN, DEUX) par mesure.
C'est cette subdivision des temps qui permet d'isoler toutes les attaques de manière à
provoquer, pendant les silences imposés,
les représentationsmentales tactiles et auditives.
L'Exécution
(La] tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
On introduira une importante modification de toucher dans l'exécution de ce morceau, c'est-à-dire
que les notes mises particu-
lièrementen relief qui constituent les dessins mélodiques, ainsi que les notes plus adoucies qui constituent l'harmonie, devront être
jouées en tenant les doigts au contact des touches avant de les enfoncer. Pour montrer qu'il désire, le professeur n'a qu'à
ce poser
légèrement la main sur celle de l'élève au moment où il réalise les attaques, car dès celui-ci trouvera dans l'impossibilité
que se de
lever les doigts, il sentira qu'il peut produire les pressions les plus variées, les plus vibrantes les plus adoucies,
ou
nullement les doigts soulevés au-dessus des touches avant les attaques. Ces procédés de toucher sont souvent applicables sans maintenir
dans les
œuvres du même caractère que cette Romance.
PRÉLUDE
J. S. BACH
L'Étude
Une forte tension musculaire est de rigueur pour toute la durée de l'étude. On comptera 8 fois 8 quadruples croches (ou 32 fois
(JN, DEUX) par mesure. Chaque triple croche est donc divisée en deux parts consacrées, l'une à l'exécution du
mouvement, l'autre à
la représentation mentale du mouvement d'attaque à réaliser et de la note à jouer.
Voir : 1° les trajets pointillés (fig. 44) pour les glissés diversifiés du pouce et du 5me doigt dans le 1er
groupe de notes de la
main droite ; 2° les trajets pointillés (fig. 43) pour les glissés des quatre premières notes de la main gauche. Dans la main gauche,
les croches se joueront avec des attaques glissées suivies de courbes faites avec
un arrêt au moment précis où la main posée au-
dessus de la touche sur laquelle se fait l'attaque suivante, atteint son maximum d'élévation. Pour donner de bonnes proportions
aux mouvements, on pourrait admettre que le glissé et le mouvement ascendant doivent durer une triple croche; l'arrêt, deux
triples croches ; l'abaissementlent de la main, une triple croche.

L'Exécution
(La tension musculaire est exigée aussi pendant l'exécution)
Afin d équilibrer la sonorité des deux mains au début du morceau on devra,
pour ainsi dire, jouer également fort la croche de
la main gauche et les deux 1res triples croches de la main droite, tandis qu'on jouera
au contraire la dernière triple croche très
piano; car les trois premières notes forment un accord arpégé, la t.JIIl' note n'est que la répétition de la note intermédiaire de cet
accord. Du reste pour que l'enchaînement des notes successives jouées alternativement par les deux mains soit équilibré, il
faut admettre que dans les courbes les mouvements ascendants doivent se faire beaucoup plus rapidement
que les mouvements
descendants.
\

Application de la IIe position de la main et des glissés diversifiés


1.
1
PRÉLUDE des Touchers
(SI BÉMOL).
— Modèles

| L'élève doit exécuter les glissés sur le papier avant de les exécuter sur les touches

I Groupement des Touchers

'; Les trajets pointillés représentent les glissés à réaliser pour l'étude.
i
*
Les trajets avec flèches représentent :
ï I. L'échelonnement des deux glissés de l'index à réaliser pour 1 exécution du premier groupe de quatre notes de la
main gauche.
II. L'échelonnement des deux glissés du pouce à réaliser pour l'exécution de chaque groupe de trois notes de la main
droite.
i- ,J

Vous aimerez peut-être aussi