Vous êtes sur la page 1sur 41

Mars 2009

Nouveaux dispositifs réglementaires


«Accessibilité et Sécurité Incendie»

Synthèse des interventions


Journée de sensibilisation du 23 mars 2009

Délégation Régionale au
Tourisme d’Alsace

Agence de Développement
Touristique du Bas-Rhin
Ce document synthétique a été élaboré suite à la « journée d’information et de sensibilisation aux
nouvelles normes Accessibilité et Sécurité Incendie », qui a eu lieu le 23 mars 2009 au Centre
d’Exposition Permanente d’Eckbolsheim.

Il est destiné aux hôteliers restaurateurs du Bas-Rhin qui souhaiteraient obtenir de plus amples
informations quant aux nouvelles réglementations en vigueur.

Il n’est cependant ni exhaustif, ni contractuel.


L’Agence de Développement Touristique du Bas-Rhin et les partenaires ayant participé à son
élaboration ne sauraient être tenus pour responsable d’éventuelles erreurs ou omissions.

DRT Alsace ADT Bas-Rhin

SDIS 67 DDE 67 CEP Eckbolsheim SOCOTEC


LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC p. 1 à 2

L’ACCESSIBILITE DU CADRE BATI p. 3 à 23

LA SECURITE INCENDIE p. 24 à 36

GLOSSAIRE p. 37
*

- LES ERP -
ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

Les nouvelles réglementations en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


IMPORTANT : s’appliquent à l’ensemble des Etablissements Recevant du Public.
Tout hôtel inscrit au
Registre du Commerce Les Etablissements Recevant du Public sont définis par la législation comme « tous
sous cette activité bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises soit
constitue un ERP, et librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque, ou dans
ce, quelle que soit sa lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitations, payantes
capacité d’accueil. ou non. Sont considérées comme faisant partie du public toutes les personnes
admises dans l´établissement à quelque titre que ce soit en plus du personnel. »
Source : Article R 123-2, définition d’un ERP :
Il est donc essentiel
d’identifier le Les Etablissements Recevant du Public sont classés par types en fonction de la
groupe et la nature de leur exploitation. Ils sont également classés par catégories en fonction du
catégorie d’ERP dans nombre de personnes accueillies à l’intérieur des locaux (l’effectif). La capacité, ou
lesquels se situe votre «catégorie», est désignée par un chiffre défini par l'article R123-19 du Code de la
établissement.
construction et de l'habitation. Deux groupes distincts sont déterminés.

Les catégories sont les suivantes :

Les établissements sont classés d'après l'effectif du public et du personnel présent. On


entend par effectif le nombre total de personnes ayant accès aux locaux à titre
A SAVOIR : professionnel (employés de service) ou non professionnel (public).
80% des ERP de type
« O » (hôtels) sont des
petits établissements Groupe 1 1ère catégorie Effectif supérieur de 1500 personnes
classés dans la 5ème 2ème catégorie Effectif compris entre 701 à 1500 personnes
catégorie 3ème catégorie Effectif compris entre 301 à 700 personnes
4ème catégorie effectif inférieur ou égal à 300 personnes, à l'exception
des établissements compris dans la 5ème catégorie
Groupe 2 5ème catégorie Etablissements accueillant un nombre de personnes
inférieur au seuil dépendant du type d'établissement
Seul l’effectif du public est pris en considération - soit
100 personnes pour les établissements hôteliers.
Source : Article R123-19 du Code de la construction et de l'habitation

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


1
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Les types d’ERP sont définis comme suit :

SEUILS DU 1er GROUPE


TYPES Ensemble
Sous-
Étages des
sol
niveaux

J I. – Structures d'accueil pour personnes âgées :

- effectif des résidents - - 25

- effectif total - - 100

II. – Structures d'accueil pour personnes handicapées :

- effectif des résidents - - 20

- effectif total - - 100

L Salle d'auditions, de conférences, de réunions « multimédia » 100 - 200

Salle de spectacles, de projections ou à usage multiple 20 - 50

M Magasins de vente 100 100 200

N Restaurants ou débits de boissons 100 200 200

A SAVOIR : O Hôtels ou pensions de famille - - 100


Les hôtels sont classés P Salles de danse ou salles de jeux 20 100 120
sous le type « O ».
Viennent ensuite R Écoles maternelles, crèches, haltes-garderies et jardins d'enfants (*) 1 (**) 100
s’ajouter les
Autres établissements 100 100 200
prestations annexes :
N pour les restaurants Établissements avec locaux réservés au sommeil 30
et bars, L pour les
salles de conférence, S Bibliothèques ou centres de documentation 100 100 200
etc.…
T Salles d'expositions 100 100 200

U Établissements de soins

- sans hébergement - - 100

- avec hébergement - - 20

V Établissements de culte 100 200 300

W Administrations, banques, bureaux 100 100 200

X Établissements sportifs couverts 100 100 200

Y Musées (arr. du 12 juin 1995, art. 4) 100 100 200

OA Hôtels-restaurants d'altitude - - 20

GA Gares aériennes (***) - - 200

PA Plein air (établissements de) - - 300

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


2
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
ACCESSIBILITE DU CADRE BÂTI

LA LOI DU 11 FEVRIER 2005 4

POURQUOI UNE LOI ? 4


CHAMP D’APPLICATION DE LA LOI 4

LES QUATRE GRANDES DEFICIENCES ET LEURS CARACTERISTIQUES 5

LES DEFICIENCES MOTRICES 5


LA DEFICIENCE AUDITIVE 5
LA DEFICIENCE VISUELLE 6
LA DEFICIENCE COGNITIVE, INTELLECTUELLE OU MENTALE 6

LES DISPOSITIONS TECHNIQUES POUR LES ERP NEUFS : ARRETE DU 1ER AOUT 2006 7

ART. 1 : GENERALITES 7
ART. 2 : CHEMINEMENTS EXTERIEURS 8
ART. 3 : STATIONNEMENT AUTOMOBILE 10
ART. 5 : ACCUEIL DU PUBLIC 11
ART. 6 : CIRCULATIONS INTERIEURES HORIZONTALES 11
ART. 7 : CIRCULATIONS INTERIEURES VERTICALES 12
ART. 10 : PORTES, PORTIQUES ET SAS 14
ART. 11 : LOCAUX OUVERTS AU PUBLIC, EQUIPEMENTS ET DISPOSITIFS DE COMMANDE 14
ART. 12 : SANITAIRES 15
ART. 14 : ECLAIRAGE 15
ART. 17 : ETABLISSEMENTS COMPORTANT DES LOCAUX D’HEBERGEMENT 16

LES DISPOSITIONS TECHNIQUES POUR LES ERP EXISTANTS : ARRETE DU 21 MARS 2007 17

CHEMINEMENTS EXTERIEURS 17
PORTES, PORTIQUES ET SAS 17
ESCALIERS 17
ASCENSEURS 18
CHAMBRES ACCESSIBLES 18

LES DEROGATIONS 19

LE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE 19

LES ECHEANCES 20

LA COMMISSION DEPARTEMENTALE CONSULTATIVE 21

SA COMPOSITION ET SON ROLE 21


QUAND INTERVIENT-ELLE ? 21
FORMULATION DES AVIS ET APPLICATION DES MESURES 21

VOS INTERLOCUTEURS DANS LE BAS-RHIN 22

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


3
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LA LOI DU 11 FEVRIER 2005
La loi 2005-102 du 11 février 2005 pour «l’égalité des droits et des chances, la
participation et la citoyenneté des personnes handicapées», fixe le principe
d’une accessibilité généralisée, intégrant tous les handicaps, qu’ils soient d’ordre
physique, visuel, auditif ou mental.

Pourquoi une loi ?

« La loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des
personnes handicapées vise à concrétiser l’égalité des droits et des chances des
personnes handicapées, notamment en permettant une participation effective des
Loi du 11 février 2005, personnes handicapées à la vie sociale grâce à l’organisation de la cité autour du
Art. 2. principe d’accessibilité généralisée. »
Source : Ministère de l’Energie, de l’Ecologie et du Développement Durable.
« Toute personne
handicapée a droit à la Le chantier est important car tous les domaines de la vie sont concernés, à
solidarité de savoir: vie citoyenne, déplacements, logement, scolarisation, emploi et formation,
l’ensemble de la culture, loisirs, santé, etc. Entrent dans ce cadre les Etablissement Recevant du
collectivité nationale Public.
qui lui garantit, en
vertu de cette La qualité d’usage se vit au quotidien et la réglementation s’applique à des personnes
obligation, l’accès aux handicapées mais qui sont tout de même autonomes.
droits fondamentaux En France, on compte environ 4 à 5 % de personnes handicapées et 30% de
reconnus à tout population vieillissante. Le principal signe avant-gardiste de changement est le
citoyen ainsi que le vieillissement de la population qui va tendre à rechercher de plus en plus des
plein exercice de sa structures adaptées.
citoyenneté. »

Champ d’application de la loi

Ce sont en totalité plus de 600 000 ERP qui sont concernés par la mise en
conformité aux normes d’accessibilité, et ce au plus tard pour le 1er janvier 2015.
A SAVOIR :
Loi de 1975 Loi de 2005
L’accessibilité fait ERP Neufs Si travaux NEUFS EXISTANTS
partie intégrante de la
sécurité, puisque, La loi est difficile car elle touche les quatre déficiences. Il est en effet essentiel de
quand on accède bien, prendre en compte plusieurs types de handicaps et de ne pas se cantonner à un seul
on évacue bien. d’entre eux. La loi semble totalement figée, mais on peut l’anticiper et la vivre au
quotidien si on l’aborde de façon intelligente.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


4
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES QUATRE GRANDES
DEFICIENCES ET LEURS
CARACTERISTIQUES

Le handicap

« Constitue un
handicap, au sens de
la présente loi, toute  Les indispensables : accessibles par tous, Brochure SIEHR, conception technique CEP ©
limitation d’activité
ou restriction de
participation à la vie Les déficiences motrices
en société subie
dans son Le handicap moteur représente l'image même du handicap dans
environnement par l'imaginaire collectif, puisqu’il est en général visible. Les troubles de
une personne en la motricité peuvent signifier une atteinte partielle ou totale de la
raison d’une mobilité et parfois des troubles de la communication, des difficultés
altération à contrôler ses gestes et à s’exprimer ; mais sans altérer pour
substantielle, autant les capacités intellectuelles.
durable ou définitive Les incidences sont principalement spatiales : une Personne à
d’une ou plusieurs Mobilité Réduite aura besoin de plus d’espace qu’un autre individu.
fonctions physiques, Attention particulière : • Accès physique (ex : escaliers)
sensorielles, • dimensions
mentales, cognitives
ou psychiques, d’un
polyhandicap ou
d’un trouble de
santé invalidant. » La déficience auditive
Loi du 11 février 2005, La principale difficulté est de percevoir, d’entendre et de
Art.2 déchiffrer les messages sonores, mais également de ne plus
pouvoir localiser l’origine du bruit. On distingue la personne
atteinte de surdité des personnes malentendantes. La personne
sourde, de naissance ou non, ne peut être aidée que par des
techniques visuelles (langue des signes par exemple). Au
contraire, la personne malentendante dispose d’un reste auditif
exploitable. Elle peut bénéficier d’aides sonores et utiliser la
lecture labiale.
Ce handicap est peut-être le moins compris car il ne se voit pas,
il demande des moyens spécifiques plus ou moins simples à
mettre en place. On retrouve par exemple les boucles
magnétiques ou encore une meilleure qualité d’éclairage sur la
zone d’accueil.
Attention particulière : • Equipements adaptés
• Amélioration de l’acoustique
• Accès aux informations

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


5
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
La déficience visuelle
Il convient de distinguer les aveugles, dont la cécité est totale et
qui appréhendent le monde principalement par leurs autres sens
(toucher, ouïe, odorat, goût). Elles se déplacent le plus souvent
avec une canne blanche qui leur permet de détecter les
obstacles ou avec un chien guide. Les secondes perçoivent
différemment les éléments de l’environnement en fonction de
leur type de vision (floue, champ visuel réduit,…). L’éclairage,
l’encombrement des lieux, le contraste des obstacles et des
reliefs influents sur leur capacité à percevoir l’espace.
Une personne aveugle aura besoin de relief tandis qu’un
malvoyant d’un guidage contrasté. Il est important dans les
deux cas, d’avoir une circulation facilitée, c’est-à-dire sans
obstacle et signalée.

Attention particulière : • Guidage


• Repérage
• Accès à l’information
• Eclairage de Sécurité

La déficience cognitive, intellectuelle ou mentale


Le handicap mental est un handicap de la compréhension, de
la communication et de la décision. Les personnes ayant un
handicap mental éprouvent des difficultés à se situer dans
l’espace et dans le temps. Cela nécessite une compensation
adaptée qui est essentiellement une aide humaine à laquelle
peut s’ajouter une aide technique.
Cette déficience peut être difficile à accepter, il ne faut
cependant pas refuser ou isoler ces personnes mais bien
apprendre à les gérer. La plupart des améliorations concernant
les déficiences sensorielles profitent à la déficience
intellectuelle.

Attention particulière : • Repérage


• Guidage
• Absence d’obstacle
• Signalétique adaptée

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


6
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES DISPOSITIONS TECHNIQUES
POUR LES ERP NEUFS : arrêté du 1er
août 2006
Les dispositifs de la loi à appliquer sur les ERP neufs sont fixées par l’arrêté
Ce texte reprend les grands points suivants :

Art. 1 : Généralités
Art. 2 : Cheminements extérieurs
Art. 3 : Stationnement automobile
Art. 4 : Accès à l’établissement ou à l’installation
Art. 5 : Accueil du public
Art. 6 : Circulations intérieures horizontales
Art. 7 : Circulations intérieures verticales
Art. 8 : Tapis roulants escaliers et plans inclinés mécaniques
Art. 9 : Revêtements des sols, murs et plafonds
Art. 10 : Portes, portiques et sas
Art. 11 : Locaux ouverts au public, équipements et dispositifs de
commande
Art. 12 : Sanitaires
Art. 13 : Sorties
Art. 14 : Eclairage
Art. 15 : Généralités : différents types d’établissements
Art. 16 : ER public assis
Art. 17: Etablissements comportant des locaux d’hébergement
Art. 18 : Douches et cabines d’essayage
Art. 19 : Caisse de payement disposées et batterie
Art. 20-21 : RAS

A SAVOIR :
La loi doit se vivre au
quotidien, pas se subir. Art. 1 : Généralités
Les améliorations
faites pour les Il est précisé dans le texte que les obligations fixées dans l’arrêté du 1er août 2006 ne
personnes handicapées
constituent qu’un minimum qui doit être amélioré chaque fois que possible en
bénéficieront et
faciliteront la vie à s’aidant, d’une part des recommandations relatives aux différents handicaps, et
l’ensemble des d’autre part des conseils de spécialistes ou de représentants de personnes
occupants. handicapées.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


7
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Art. 2 : Cheminements extérieurs

Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une déficience


visuelle ou auditive de se localiser, s’orienter et atteindre le bâtiment en sécurité et
permet à une personne ayant une déficience motrice d’accéder à tout équipement ou
aménagement donné à l’usage.

Il doit donc permettre d’accéder à l’entrée principale, ou à une des entrées


principales, des bâtiments depuis l’accès au terrain. Le choix et l’aménagement de ce
cheminement sont tels qu’ils facilitent la continuité de la chaîne du déplacement avec
l’extérieur du terrain.

 Les indispensables : accessibles par tous, Brochure SIEHR, conception technique CEP ©

Le revêtement du cheminement accessible doit présenter un contraste visuel et


tactile par rapport à son environnement. À défaut, le cheminement doit comporter
sur toute sa longueur un repère continu, tactile pour le guidage à l’aide d’une canne
d’aveugle, et visuellement contrasté par rapport à son environnement pour faciliter le
guidage des personnes malvoyantes.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


8
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
 Les indispensables : accessibles par tous, Brochure SIEHR, conception technique CEP ©

Lorsqu’une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou


égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs de pentes suivantes
sont tolérées exceptionnellement : jusqu’à 8 % sur une longueur inférieure ou égale à
2 m ; jusqu’à 10 % sur une longueur inférieure ou égale à 0,50 m.

Un palier de repos est nécessaire en haut et en bas de chaque plan incliné quelle
qu’en soit la longueur, sauf en cas de portes automatiques coulissantes. En cas de
Conseil : en cas de plan incliné de pente supérieure ou égale à 4 %, un palier de repos est nécessaire
création d’une rampe tous les 10 m.
d’accès, il est
intéressant de
minorer les pentes
de 0,5%, ce qui
évitera les mauvaises
surprises à la fin des
travaux et facilitera
l’accès. Il est
également conseillé
d’ajouter des paliers
 Les indispensables : accessibles par tous, Brochure SIEHR, conception technique CEP ©
de repos pour faciliter
la montée, même en Toute paroi vitrée présente sur le cheminement se doit d’être repérable. Ceci peut se
cas de portes faire à l'aide d'éléments visuels contrastés collés, peints, gravés ou incrustés dans
coulissantes. les vitrages. Il est recommandé de disposer les motifs à l’intérieur de deux bandes
horizontales d’une largeur de 5 cm, situées respectivement à 1,10 m et 1,60 m de
hauteur.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


9
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Art. 3 : Stationnement automobile

 A. AUGST,

La place doit être d’une largeur minimale de 3,30m ; il n’existe pas de minimum
A SAVOIR de longueur obligatoire, même si la mesure communément utilisée est de 5m.
Le bleu est un
moyen visuel de
repérage mais pas une Une double signalisation, au sol et en hauteur, est obligatoire au droit des places
obligation. dans les ERP. Ceci permet aux usagers, qui ne connaissent pas nécessairement les
Il a été cependant lieux, de pouvoir repérer facilement les places adaptées afin de pouvoir les utiliser ou
montré que le choix de de veiller à les laisser libres.
cette couleur permet
un meilleur respect de Un devers est également imposé, afin d’éviter une accumulation d’eau et donc des
la part des autres
risques de chute.
usagers.

Leur nombre minimal doit être de 5% de l’ensemble des places disponibles aux
visiteurs, sachant que celui-ci se doit d’être toujours arrondi à l’unité supérieure.

Des règles précises sont à respecter en matière d’éclairage :


- 50 lux en tout point des circulations piétonnes des parcs de stationnement ;
- 20 lux en tout autre point des parcs de stationnement.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


10
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Art. 5 : Accueil du public

A SAVOIR
Cette règle s’applique
également aux bars,
uniquement dans le
cas où il y a une
possibilité de payer. Si
ceux-ci sont réservés
au service, il n’y a pas
d’obligation d’abaisser
une partie du
comptoir.

Source : Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007

Tout dispositif visant à permettre ou restreindre l’accès au bâtiment ou à se signaler


au personnel doit pouvoir être repéré, atteint et utilisé par une personne handicapée.
L’utilisation du dispositif doit être la plus simple possible.
Les systèmes de communication entre le public et le personnel ainsi que les dispositifs
Conseil : D’une façon de commande manuelle mis à la disposition du public doivent répondre aux exigences
générale, il est
suivantes : être situés à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout
important d’éviter les
systèmes autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant ; être situés à une hauteur
nécessitant des comprise entre 0,90 m et 1,30 m.
enchaînements de
manipulations Les banques d’accueil doivent être utilisables par une personne en position « debout »
complexes ou rapides comme en position « assis » et permettre la communication visuelle entre les
usagers et le personnel.
Lorsque des usages tels que lire, écrire, utiliser un clavier sont requis, une partie au
moins de l’équipement doit présenter les caractéristiques suivantes : une hauteur
maximale de 0,80 m, ainsi qu’un vide en partie inférieure d’au moins 0,30 m de
profondeur, 0,60 m de largeur et 0,70 m de hauteur permettant le passage des pieds
et des genoux d’une personne en fauteuil roulant
Lorsque l’accueil est sonorisé, il doit être équipé d’un système de transmission du
signal acoustique par induction magnétique, signalé par un pictogramme (T).

A SAVOIR Art. 6 : Circulations intérieures horizontales


Dans les bâtiments, le
guidage au sol n’est
pas obligatoire et peut Les circulations intérieures horizontales doivent être accessibles et sans danger pour
même altérer la qualité les personnes handicapées. Les principaux éléments structurants du cheminement
générale de repérage doivent être repérables par les personnes ayant une déficience visuelle. Les usagers
s’il est trop présent ou handicapés doivent pouvoir accéder à l’ensemble des locaux ouverts au
mal positionné. public et en ressortir de manière autonome.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


11
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Art. 7 : Circulations intérieures verticales

Les escaliers empruntés par le public

Source : Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007

Dans le cas d’un escalier, la largeur de 1,20 m est imposée entre mains courantes.
A SAVOIR
En cas d’escaliers Les marches doivent répondre aux exigences suivantes : hauteur inférieure ou égale à
recouverts de 16 cm ; largeur du giron supérieure ou égale à 28 cm.
tapis/moquette, il est
également nécessaire En haut de l’escalier, un revêtement de sol doit permettre l’éveil de la vigilance à une
d’y apposer une bande distance de 0,50 m de la première marche grâce à un contraste visuel et tactile.
de couleur différente.
Les nez de marches doivent répondre aux exigences suivantes : être de couleur
contrastée par rapport au reste de l’escalier, être non glissants et ne pas présenter
de débord par rapport à la contremarche.
Un bon contraste entre les nez de marche et les revêtements de sol des marches et
du palier est fondamental pour permettre une perception correcte de la géométrie et
IMPORTANT : des extrémités de l’escalier. Il est conseillé de jouer sur des oppositions de couleur ou
Une importance de ton, ou sur des effets d’éclairage appropriés. Une bonne visibilité de la première et
particulière doit être la dernière marche est particulièrement importante.
accordée à
l’éclairage.
150 Lux doivent être Toute main courante doit être située à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1,00
observés en tous m. Toutefois, lorsqu’un garde-corps tient lieu de main courante, celle-ci devra être
points des escaliers, et située pour des motifs de sécurité à la hauteur minimale requise pour le garde-corps
ce pour éviter au et se prolonger horizontalement de la longueur d’une marche au-delà de la première
maximum les risques et de la dernière marche de chaque volée sans pour autant créer d’obstacle au niveau
de chute. des circulations horizontales. Une main courante se doit d’être continue, rigide et
facilement préhensible. Elle sera différenciée de la paroi support grâce à un éclairage
particulier ou à un contraste visuel.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


12
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Les ascenseurs

Les ascenseurs ne sont pas imposés si toutes les prestations de services proposés par
l’établissement sont délivrables au rez-de-chaussée et l’ensemble de la capacité
d’accueil aux étages ne dépasse pas 50 personnes
Au contraire, il y a obligation d’ascenseur si :
- Une au moins des prestations n’est pas disponible au rez-de-chaussée.
- La capacité d’accueil dans les étages est supérieure à 50 personnes.
ATTENTION : Un
escalier mécanique
ou un plan incliné
mécanique ne peut
en aucun cas
remplacer un
ascenseur obligatoire.
La pose des élévateurs
est à chaque fois
soumise à dérogation.

Source : Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007

Tous les ascenseurs doivent pouvoir être utilisés par les personnes
handicapées. Les caractéristiques et la disposition des commandes extérieures et
intérieures à la cabine doivent, notamment, permettre leur repérage et leur utilisation
par ces personnes. Des dispositifs doivent permettre de prendre appui (main
courante) et de recevoir les informations adaptées liées aux mouvements de la
cabine, aux étages desservis et au système d’alarme.

Si plusieurs types d’ascenseurs existent, ils doivent cependant tous être conformes à
la norme NF EN 81-70 relative à l’ « accessibilité aux ascenseurs pour toutes les
personnes y compris les personnes avec handicap », ou à un système équivalent.

Conseil : La position
du miroir est
importante, il est
préférable de le placer
en face de la porte
d’entrée afin de
permettre une
meilleure manœuvre
des PMR. De plus,
pour rassurer, il ne
doit pas être de la
taille

Source : Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


13
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Art. 10 : Portes, portiques et sas

Toutes les portes permettent le passage des Personnes à Mobilité Réduite et


doivent pouvoir être manœuvrées par tous, y compris en cas de système d’ouverture
complexifiée. La largeur minimale est de 1,40m si le local desservi reçoit plus de 100
personnes, (avec un vantail mini de 0.90m). La largeur minimale est de 0,90m si le
local desservi reçoit moins de 100 personnes, et les portes des sanitaires et douches
non adaptés doivent avoir une largeur minimale de 0.80m.
Un espace de manœuvre de porte est prévu pour toutes les portes. Les poignées
doivent être situées à plus de 0,40m d'un angle rentrant de paroi, pour un effort
inférieur ou égale à 50N. Les poignées que l’on peut manœuvrer en laissant “tomber
la main” sont celles qui conviennent le mieux. Les poignées “bouton” sont à éviter car
difficilement manœuvrables par une personne ayant des difficultés de préhension.

Source : Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007

Toute porte ou paroi vitrée se doit d’être repérable à l'aide d'éléments visuels
contrastés collés, peints, gravés ou incrustés dans les vitrages. Il est recommandé
de disposer les motifs à l’intérieur de deux bandes horizontales d’une largeur de 5 cm,
situées respectivement à 1,10 m et 1,60 m de hauteur.

Art. 11 : Locaux ouverts au public, équipements et dispositifs


de commande

 Les indispensables : accessibles par tous, Brochure En partenariat avec le

Pour être utilisable en position « assis », un équipement ou élément de mobilier doit


être à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m, à la fois pour une
commande manuelle et lorsque l’utilisation de l’équipement nécessite de voir, lire,
entendre, parler. Les équipements et le mobilier doivent être également repérables,
grâce notamment à un éclairage particulier et/ou à un contraste visuel. Les dispositifs
de commande doivent être repérables par un contraste visuel ou tactile.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


14
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Art. 12 : Sanitaires

 Les indispensables : accessibles par tous, Brochure En partenariat avec le

Conseil: Un cabinet d’aisances aménagé pour les personnes handicapées doit présenter les
Ce local peut tout à caractéristiques suivantes :
fait être adapté pour - comporter, en dehors du débattement de porte, un espace d’usage de 1,50 m,
devenir un espace de situé latéralement par rapport à la cuvette ;
service à la - comporter un espace de manoeuvre avec possibilité de demi-tour dont les
personne. Par caractéristiques dimensionnelles sont définies à l’annexe 2, situé à l’intérieur du
exemple, avec la cabinet ou, à défaut, en extérieur devant la porte.
disposition de tables à
langer ou autres Un dispositif permettant de refermer la porte derrière soi doit être présent, ainsi
équipements qui qu’un lave-mains dont le plan supérieur est situé à une hauteur maximale de 0,85m.
bénéficient à une plus La surface de la cuvette doit être située à une hauteur comprise entre 0,45 m et 0,50
large population. m du sol, abattant inclus,
Une barre d’appui latérale doit être prévue à côté de la cuvette, permettant le
transfert d’une personne en fauteuil roulant et apportant une aide au relevage. La
barre doit être située à une hauteur comprise entre 0,70 m et 0,80 m. Sa fixation ainsi
que le support doivent permettre à un adulte de prendre appui de tout son poids.

Art. 14 : Eclairage
La qualité de l’éclairage, artificiel ou naturel, des circulations intérieures et extérieures
A SAVOIR:
doit être telle que l’ensemble du cheminement est traité sans créer de gêne
L’extinction
visuelle. Les parties du cheminement qui peuvent être source de perte d’équilibre
progressive des
pour les personnes handicapées, les dispositifs d’accès et les informations fournies par
lumières est très
la signalétique font l’objet d’une qualité d’éclairage renforcée.
importante pour
rassurer. Au contraire,
A cette fin, le dispositif d’éclairage artificiel doit répondre aux dispositions suivantes
une coupure brusque
(valeurs minimales d’éclairement mesurées au sol) :
pourra provoquer un
- 20 lux en tout point du cheminement extérieur accessible ;
sentiment de panique
- 200 lux au droit des postes d’accueil ;
chez des personnes
- 100 lux en tout point des circulations intérieures horizontales;
ayant une déficience
mentale. - 150 lux en tout point de chaque escalier.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


15
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
- Art. 17 : Etablissements comportant des locaux
d’hébergement
Nombre de chambres aménagées et accessibles
- 1 chambre jusqu'à 20
- 2 chambres jusqu'à 50
- 1 chambre supplémentaire par tranche ou fraction de 50

Disposition des chambres


ATTENTION : Les
terrasses et balcons
des chambres
adaptées doivent être
accessibles aux
personnes en fauteuils
roulants. Dans le cas
contraire, on pourrait
estimer qu’une partie
de la “prestation
hôtelière” ne satisfait
pas aux exigences Source : Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007
d’accessibilité.
Une chambre adaptée doit comporter, en-dehors du débattement de porte éventuel et
de l’emprise d’un lit de 1,40 m x 1,90 m :
- un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre, qui peut se chevaucher en partie
avec un ou plusieurs des passages situés sur les côtés du lit.
- un passage d’au moins 0,90 m sur les deux grands côtés du lit et un passage d’au
moins 1,20 m sur le petit côté libre du lit, ou un passage d’au moins 1,20 m sur
les deux grands côtés du lit et un passage d’au moins 0,90 m sur le petit côté
libre du lit.
En plus de cet aménagement de l’espace, au moins une prise de courant doit se
trouver à proximité d’un lit et l’ensemble des équipements présents dans la
chambre se situer à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1,30m.
Le numéro de chambre doit également figurer en relief sur chaque porte

Le cabinet de toilette ou le cabinet d’aisances intégré à la chambre se doit d’être


accessible. Le cabinet de toilette doit comporter une douche accessible, sans bac et
avec siphon, équipée de barres d’appui. En-dehors du débattement de porte et des
A SAVOIR : Si la équipements fixes, un espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour doit être
chambre adaptée ne présent. L’ensemble des équipements doit être accessible en position assise,
c’est-à-dire à une hauteur comprise entre 0,80 et 1,30m.
comporte pas de cabinet
de toilette, il est
nécessaire qu’une salle
d’eau collective soit
accessible à l’étage.

 Les indispensables : accessibles par tous, Brochure SIEHR, conception technique CEP ©

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


16
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES DISPOSITIONS TECHNIQUES
POUR LES ERP EXISTANTS : Arrêté du
21 MARS 2007
Les ERP existants sont soumis à l’ensemble des règles du « neuf », avec cependant
des atténuations lorsqu'il existe des contraintes liées à la présence d'éléments
participant à la solidité du bâtiment. Les tableaux suivants font la synthèse des
dispositions possibles pour les ERP existants.

NEUF EXISTANT

Cheminements extérieurs

Portes, portiques et sas

Escaliers

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


17
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Ascenseurs

Chambres accessibles

Au-delà de 10 chambres, tout établissement hôtelier se doit de créer au moins


une chambre accessible.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


18
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES DEROGATIONS

Malgré les adaptations prévues pour l’existant, des dérogations sont également
prévues par la Loi en fonction de diverses raisons qui rendraient la mise aux normes
d’accessibilité techniquement impossible ou financièrement incohérente.

Deux cas de figure peuvent exister :

ERP neufs ou créés par changement de destination - R.111-19-6 du code de la


construction et de l'habitation :
• Impossibilité technique résultant de l'environnement du bâtiment.
• Caractéristiques du terrain, par exemple inondabilité ou encore terrain de montagne.
• Presence de constructions existantes.
• Dans une construction existante, des difficultés liées à ses caractéristiques ou à la
nature des travaux à réaliser.

ERP ou IOP existants - R.111-19-10 outre motifs R.111-19-6 :


• Si les travaux d'accessibilités sont susceptibles d'avoir des conséquences excessives
sur l'activité de l'établissement.
• S'il existe des contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural.

Ces dérogations sont accordées après avis conforme de la Commission


Départementale consultative. Elles s’accompagnent alors de mesures de
substitution.

LE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE
Les diagnostics accessibilité sont étalbis à partir de la législation en vigueur. Ils sont
RAPPEL : réalisés par des sociétés ou des bureaux de contrôle.
Ce diagnostic n’est
obligatoire que pour les Chaque diagnostic requiert une réflexion préalable pour savoir quelles sont les
ERP du groupe 1 attentes de ce diagnostic : faire un état de lieux brut de la situation ? Connaître les
(catégories 1 à 4). éléments à améliorer en priorité ? En effet, chaque diagnostiqueur propose une
prestation différente et plus ou moins poussée.

A la suite d’un diagnostic brut, il est possible de déterminer les 3 étapes et types de
A SAVOIR : travaux induits :
Le prix peut varier du - travaux légers d’entretien réalisables en interne par le personnel.
simple au triple selon les - travaux moyens réalisables par les corps d’état.
prestations incluses - interventions lourdes nécessitant un bon de commande et une maîtrise d’œuvre
dans le diagnostic. spécifique.
Celui-ci peut être limité Il est également intéressant de hierarchiser les interventions prioritaires et organiser
à la simple observation l’ensemble des démarches dans un programme d’intervention pluri-annuel.
des éléments existants
ou au contraire, Le diagnostiqueur peut donner une fourchette de prix, il est important dans ce cas de
préconiser des mesures savoir quels coûts sont inclus dans cette estimation. Les travaux n’auront pas le
à mettre en œuvre. même impact si les coûts compris sont uniquement les coûts simples du matériel et
des équipements ou si les coûts collatéraux sont englobés (main d’œuvre, réfection
générale, …).

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


19
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES ECHEANCES

Synthèse des obligations portant sur les Etablissements recevant du public

OBJET OBLIGATION ECHEANCES INITIATIVE


ERP neufs ou créés Accessibilité tous Demande de permis de Propriétaire ou
par changement de handicaps des locaux construire ou gestionnaire de
destination ouverts au public d’autorisation déposée l’ERP
à partir du 01.01.2007
ERP existants des Diagnostic 01.01.2011 Propriétaire ou
4èmes premières d’accessibilité gestionnaire de
catégories Mise aux normes 01.01.2015 l’ERP
accessibilité

Pas d’exigence de Pas d’exigence de Propriétaire ou


ERP existants de diagnostic diagnostic gestionnaire de
5ème catégorie Mise en accessibilité 01.01.2015 l’ERP
d’une partie du
bâtiment où peut être
fourni l’ensemble des
prestations

 ERP existants du groupe 1 (catégories 1 à 4):

Avant le 1er janvier 2011, ils doivent avoir fait l'objet, à l'initiative de
l'administration intéressée ou de l'exploitant, d'un diagnostic de leurs conditions
d'accessibilité. Ce diagnostic analyse la situation de l'établissement ou de
l'installation, décrit les travaux nécessaires pour respecter les obligations et établit une
Attention au choix du évaluation du coût de ces travaux.
diagnostiqueur : pour Ce diagnostic analyse la situation de l’établissement ou de l’installation au regard des
effectuer ces obligations et décrit les travaux nécessaires pour respecter celles qui doivent être
démarches, il est satisfaites avant le 1er janvier 2015 et établit une évaluation du coût de ces travaux.
important de s’entourer « Le diagnostic est tenu à la disposition de tout usager de l’établissement ou de
de professionnels l’installation ».
compétents.
Avant le 1er janvier 2015, ils doivent être rendus accessibles aux personnes
handicapées et cela quelle que soit leur année de construction. Il peut y avoir des
conditions particulières d'application des règles, lorsque les contraintes liées à la
structure du bâtiment l'imposent (monuments classés, centre urbains anciens etc.).

En cas de travaux avant 2015, l’ensemble des parties créées se doit d’être accessibles.

Si la loi ne prévoit pas


de diagnostic  ERP existants du groupe 2 (catégorie 5):
obligatoire pour les plus
petits établissements, il Pour les établissements recevant du public existants classés en 5ème catégorie,
est tout de même l'ensemble des prestations doit pouvoir être fourni dans une partie du
important de pouvoir bâtiment accessible aux personnes handicapées avant le 1er janvier 2015.
avoir une projection
d’ici à 2015.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


20
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LA COMMISSION
DEPARTEMENTALE CONSULTATIVE

Sa composition et son rôle


Cette commission est l’organe compétent, à l’échelon du département, pour donner
des avis concernant, entre autres, les dispositions relatives à l’accessibilité aux
personnes handicapées,des ERP et les dérogations à ces dispositions dans ces mêmes
ERP existants. Elle transmet un rapport annuel d’activité au conseil départemental
consultatif des personnes handicapées.
Elle est composée comme suit : un membre du corps préfectoral, un représentant de
la DDE, un représentant de la DDASS, un représentant de la commune et 4
représentants des personnes handicapées, trois représentants des propriétaires et
exploitants d’ERP.

Quand intervient-elle ?
La commission d'accessibilité intervient au stade du projet et à la fin des travaux :
- s'il s'agit d'un permis de construire, il y aura une attestation délivrée par un
bureau de contrôle technique ou un architecte (différent de celui de l'opération), pas
d'intervention de la commission.
- s'il s'agit d'une autorisation de travaux, il y aura passage de la commission
d'accessibilité en même temps que la commission de sécurité. (Art R 111-19-29 du
CCH)
Enfin, il n'y a pas de visite périodique en accessibilité.

Formulation des avis et application des mesures


Il appartient au Maire de faire appliquer les mesures qui s’imposent (prescriptions) à
l’exploitant. Le Maire n’est pas obligé de suivre l’avis de la commission qui ne donne
qu’un avis technique, mais il engage alors sa responsabilité personnelle. C’est
également le Maire qui est chargé de notifier les résultats et sa décision à
l’exploitant (par envoi d’une copie du PV ou du rapport).
Un avis défavorable doit toujours être motivé et sa levée ne s’effectue qu’après
exécution des prescriptions qui ont motivé l’avis défavorable.
L’objectif est de permettre à l’exploitant de proposer les mesures permettant la mise
en accessibilité de l’établissement. En cas d’impossibilité techniques, des
dérogations peuvent être accordées après avis de la Commission Départementale
consultative. Elles s’accompagnent alors de mesures de substitution.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


21
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
VOS INTERLOCUTEURS DANS LE BAS-RHIN

Cette liste dresse les contacts des spécialistes présents lors de la journée
du 23 mars 2009 consacrée aux nouvelles réglementations en matière d’
« Accessibilité et de Sécurité Incendie ».

AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DU BAS-RHIN


4 rue Bartisch – 67100 Strasbourg

Contact : Mme Marie-Christine ALZINGRE


Service Hébergement, Label Tourisme et Handicap
Tel : 03 88 15 45 98
@ christine.alzingre@tourisme67.com

Contact : M. Franck KORMANN


Service Hébergement, Aides financières
Tel : 03 88 15 45 63
@ franck.kormann@tourisme67.com

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L’EQUIPEMENT DU BAS-RHIN


2 route d’Oberhausbergen
BP 81005/F - 67070 Strasbourg Cedex

Contact : Mme Gisèle RINIE


Chef de l’Unité Accessibilité Sécurité Construction
Tel : 03 88 13 07 06
@ gisele.rinie@developpement-durable.gouv.fr

CENTRE D’EXPOSITION PERMANENTE D’ECKBOLSHEIM

2, rue Evariste Galois - 67201 ECKBOLSHEIM


Tel : 03 88 76 16 50 - Fax : 03 88 77 83 75

Contact : M. André AUGST


Responsable technique accessibilité
Port : 06 84 61 55 37
@ a.augst@cep-cicat.fr

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


22
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
SYNAAMOB

Contact: M. Jacky WOLF


170 Route du Polygone - 67100 STRASBOURG
Tel : 03 88 84 43 73 - Fax : 03 88 84 55 20
Port : 06 09 56 61 50
@ jackywolf@synamob.com
Site : http://www.synaamob.com/

UNION DES ARCHITECTES DU BAS-RHIN


CONSEIL REGIONAL DE L’ORDRE DES ARCHITECTES

Cabinet Natura Concept - Contact : Monsieur Bertrand FRITSCH


118 rue Lieland- 67310 TRAENHEIM
Tél. : 03 88 50 56 46 - fax : 03 88 50 56 80
Port. : 06 84 49 12 02
@ bfritsch@naturaconcept.fr
Site : http://www.naturaconcept.fr/

UNION DES ARCHITECTES DU BAS-RHIN

Cabinet WS - Contact: Mme Catherine WALTER


20 bd Président Poincaré - 67000 STRASBOURG
Port : 06 24 98 36 87 - Fax : 03 11 73 72 95 27
@ c.walter@architectes-ws.fr
Site : http://www.architectes-ws.fr/

UNION DES ARCHITECTES DU BAS-RHIN

Cabinet H2A Enjeux- Contact: M. Stéphane HELBURG


32 Rue de l'Industrie - 67400 ILLKIRCH GRAFFENSTADEN

@ h2a.helburg@wanadoo.fr

UNION DES ARCHITECTES DU BAS-RHIN

Cabinet NKS Architecture - Contact: Mme Justine KNOCHEL


19 avenue de l’Europe 67300 Schiltigheim
Tel. 03 88 60 40 40 - Fax. 03 88 60 58 95

@ j.knochel@nks-architecture.fr

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


23
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LA MISE EN SECURITE-INCENDIE

LE CADRE REGLEMENTAIRE 25

L’ARRETE DU 24 JUILLET 2006 ET LES ECHEANCES 25


L’ANALYSE DES RISQUES DANS LES HOTELS-RESTAURANTS 26

LES DISPOSITIONS TECHNIQUES : TRAVAUX ET MESURES OBLIGATOIRES 27

DETECTION ET ALARME 27
LES DEGAGEMENTS 28
LA CHAMBRE, UNE PARTIE PRIVATIVE 28
AFFICHAGE 29
EXTINCTEURS 29
NOUVELLES MESURES : LA PROTECTION DES CAGES D’ESCALIERS PAR ENCLOISONNEMENT 30
NOUVELLES MESURES : ISOLEMENTS DE TOUS LES LOCAUX 32
NOUVELLES MESURES : RENFORCEMENT DES CONTROLES TECHNIQUES 32
NOUVELLES MESURES : FORMATION A LA SECURITE INCENDIE 32

LE REGISTRE DE SECURITE 33

LA COMMISSION DE SECURITE 34

SA COMPOSITION ET SON ROLE 34


QUAND INTERVIENT-ELLE ? 34
FORMULATION DES AVIS ET APPLICATIONS DES MESURES 34

LES PROCEDURES RECOMMANDEES EN CAS DE TRAVAUX 35

LE DIAGNOSTIC SECURITE INCENDIE 35

VOS INTERLOCUTEURS DANS LE BAS-RHIN 36

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


24
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LE CADRE REGLEMENTAIRE

Les hôtels-restaurants sont des Etablissements Recevant du Public soumis à


différentes réglementations en matière de sécurité incendie:

 Code de la Construction et de l’Habitation


 Arrêté du 25 juin 1980 (dispositions générales)
 Arrêtés du 21 juin 1982 (restaurants et hôtels – types O et N établissements du
1er groupe)
 Arrêté du 22 juin 1990 petits établissements (5ème catégorie, établissements 2ème
groupe)
 Arrêté du 8 novembre 2004 qui impose désormais une visite périodique tous les 5
ans des petits établissements à sommeil et l’obligation pour l’exploitant de demander
au maire l’autorisation d’ouverture (comme pour les établissements du 1er groupe)
 Code du Travail pour les locaux réservés au personnel (cuisine, vestiaires,
sanitaires…).

Ce cadre réglementaire vise, avant tout, à protéger le public : les personnes


adultes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées sans oublier
le personnel). Toute personne se trouvant dans l’établissement doit pouvoir, en
toutes circonstances, évacuer rapidement et en bon ordre. Cette disposition
constitue le principe fondamental de la réglementation. La protection des biens
(l’outil d’exploitation, le patrimoine), qui sont en général couverts par les
assurances, est également prévue ainsi que celle de l’environnement.

L’arrêté du 24 juillet 2006 et les échéances

A la suite d’une succession d’incendies et particulièrement de celui de l’hôtel Paris-


Opéra, le 15 avril 2005, il est apparu nécessaire de faire évoluer le règlement de
IMPORTANT
sécurité incendie portant sur les petits hôtels.
Les établissements
hôteliers devront être
en conformité avec la loi L’arrêté du 24 juillet 2006 est donc venu renforcer les règles applicables aux
dès le 4 août 2011. Etablissements Recevant du Public. Cette réglementation est applicable depuis le 4
novembre 2006 et devra être appliquée avant le 4 août 2011.

Cependant, la circulaire précise qu'au regard de l'analyse des risques, l'autorité de


police (le Maire) peut, après avis de la commission de sécurité compétente, fixer, le
cas échéant, la nature des aménagements et travaux à réaliser, ainsi que des délais
d'exécution inférieurs à la durée prévue dans l'arrêté.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


25
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
L’analyse des risques dans les hôtels-restaurants

Dans les hôtels, comme dans tout autre local à sommeil, il ne faut pas oublier le fait
que la fonction sommeil amoindrie la vigilance d’une personne, voire la
supprime totalement. De plus le nombre limité d’employés présents la nuit démultiplie
A SAVOIR les risques. Des dramatiques retours d’expériences ont à plusieurs reprises mis
Un hôtel est un ERP
en évidence ce principe.
d’autant plus difficile à
évacuer que c’est un L’hôtel étant souvent associés à d’autres fonctions (restaurants, soirées dansantes,
local à sommeil où séminaires, locaux détentes, piscines, sauna…), les risques sont cumulés. En outre,
les occupants n’ont les logements de l’exploitant et/ou du personnel sont parfois directement aménagés
pas leurs repères. dans le bâtiment.
Tout doit être organisé
de manière à fournir Le non encloisonnement des cages d’escaliers, l’absence de désenfumage, les locaux à
des repères aux clients
risques (lingeries, chaufferies…), la présence de matériaux facilement inflammables,
et éviter au possible
les situations de facilitent la propagation d’un sinistre. De plus, Les installations électriques et
prise de panique. techniques sont le plus souvent à l’origine des sinistres accidentels… (7 origines de feu
sur 10). La seule parade techniquement efficace est la présence d’un système de
détection incendie (SDI).

La partie dédiée à la restauration dans un établissement est également sujette à


risques ; ces derniers dépendent fortement de l’importance de la surface de
l’établissement, du nombre d’étages, de la structure du bâtiment, des difficultés
d’accès aux secours. Le cheminement vers les issues ainsi que la configuration et
l’implantation des salles sont primordiales, notamment la bonne organisation et
protection des locaux à risques particuliers d’incendie

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


26
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES DISPOSITIONS TECHNIQUES :
TRAVAUX ET MESURES
OBLIGATOIRES

Détection et alarme

A SAVOIR Le Système de Sécurité Incendie (SSI), dans sa version la plus complexe et


Dans les établissements obligatoire dans tout ERP comportant des locaux de sommeil (catégorie A) un SSI est
de 5ème catégorie, la composé de deux sous-systèmes principaux : un système de détection incendie
temporisation entre (SDI) et un système de mise en sécurité incendie (SMSI).
la détection et
l’alarme est Il est chargé de collecter toutes les informations ou ordres liés à la seule sécurité
interdite. incendie, les traiter puis effectuer les fonctions nécessaires à la mise en sécurité d’un
De plus, une bâtiment ou d’un établissement - notamment le recoupement des volumes,
personne doit être
l’évacuation des personnes, le fonctionnement du désenfumage, l’extinction
en permanence dans
l’établissement, il peut automatique, l’arrêt de certaines installations techniques.
s’agir du gérant lui- L’alarme doit pouvoir être donnée à partir de différents moyens :
même. - détecteurs sensibles aux fumées et gaz de combustion disposés dans les
circulations et les locaux à risques particuliers d’incendie
- commandes manuelles du type bris de glace, installées près des sorties et dans
les circulations près des escaliers

Le tableau de signalisation doit être surveillé en permanence par un employé


et une source d’alimentation de sécurité (batteries d’accumulateurs, piles…) doit
pouvoir pallier à tout défaut de l’alimentation normale. Les diffuseurs d’alarme
(norme NF 61-936) doivent être facilement audibles en tout point de l’établissement.

Système de Détection Incendie, de la détection à la mise en sécurité du site

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


27
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Les dégagements

Les dégagements sont probablement l’élément fondamental de la réglementation


française en matière de prévention contre les risques d’incendie et de panique. Pour
les ERP, il s’agit de raisonner en unité de passage pour calculer la largeur des sorties.

Source : http://pc-securite.dpn.ch

Pour les petits établissements de 5ème catégorie, le nombre de sorties obligatoire


dans un local ou enceinte est calculé selon le principe suivant :

Capacité d’accueil du Nombre et largeur des sorties Sens


local d’ouverture
< 20 personnes 1 sortie minimum de 0,90m /
20 à 50 personnes 1 sortie de 1,40 (si distance sur l’extérieur<25m) /
ou 0,90+0.60m
51 à 100 personnes 2 sorties de 0,90m ou 1 sortie de 1,40m + 1 sortie Dans le sens
accessoire (0,60m) de
101 à 200personnes 2 sorties : 1.40 +0.90m l’évacuation
201 à 300 personnes 2 sorties : 1.40 + 1.40m

Ces dégagements doivent être praticables en permanence en toutes circonstances et


balisés par un éclairage de sécurité (blocs autonomes).
A SAVOIR
S’agissant de la
sécurité des
occupants, aucune La chambre, une partie privative
dérogation n’est
possible pour la pose
Le choix de la décoration et des matériaux utilisés est libre pour la partie des
de ferme-portes des
chambres accessibles. chambres. La pose des détecteurs sensibles aux de fumées et gaz reste facultative et
La force de fermeture laissée au libre choix du propriétaire.
du groom est Les uniques obligations imposées par la loi sont la pose systématique de ferme-
cependant modifiable portes sur l’ensemble des portes d’accès à la chambre. De plus il est important
et peut être adaptée d’afficher les consignes de sécurité, au moins en français. La nouvelle
de façon à faciliter
réglementation impose le fait que ces consignes soient accompagnées d’une
l’ouverture et la
illustration en Bande Dessinée pour les publics étrangers ou illettrés.
fermeture (environ
20N).

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


28
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Affichage

Un plan schématique de l’établissement à l’attention des secours doit être


apposé dans le hall d’entrée avec l’emplacement des locaux techniques, locaux à
risques particuliers d’incendie, les dispositifs et commandes de sécurité, les organes
de coupures de fluides et sources d’énergie, les moyens d’extinction fixe et d’alarme

Source : www.edgb2b.com

Un plan d’orientation simplifié doit être apposé à chaque étage près des accès
aux escaliers. Un plan sommaire de repérage de chaque chambre par rapport aux
dégagements à utiliser en cas d’incendie doit être fixé dans chaque chambre.

Extincteurs

Il est important d’être équipé d’un nombre suffisamment important d’extincteurs


afin de pouvoir maîtriser un début d’incendie.

Pour ce faire, la législation prévoit un extincteur à eau pulvérisée de 6L pour


chaque 200m² de surface au sol, avec l’obligation d’au moins un par niveau. Un
extincteur CO2 de 2Kg doit être situé à proximité immédiate des tableaux
électriques.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


29
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Nouvelles mesures : la protection des cages d’escaliers par
encloisonnement

En cas de sinistre, ce sont les fumées qui généralement provoquent les décès. En
quelques minutes un bâtiment, s’il n’est pas correctement cloisonné, peut être envahi
par les fumées.
Un escalier se doit donc d’être protégé dès qu’il y a deux étages dans un ERP. Il
est également nécessaire d’avoir un second escalier protégé si plus de 50
personnes peuvent être accueillies aux étages, afin de faciliter l’évacuation.

A SAVOIR
Un escalier de
secours extérieur est
considéré comme un
second escalier et
apparait comme la
meilleure solution dans
la mesure où il est « à
l’air libre ».

Attention : Un
ascenseur ne sera
jamais considéré
comme un moyen
La cage d’escalier sera ainsi à l’abri des fumées, permettra l’évacuation du public et
d’évacuation. Les
Personnes à Mobilité l’intervention des sapeurs-pompiers.
Réduite doivent pouvoir
se mettre à l’abri dans L’encloisonnement doit être couplé d’un système de désenfumage, constitué d’un
un espace prévu pour. exutoire ou d’un ouvrant en partie haute, avec une commande manuelle ramenée au
La civilité des autres rez-de-chaussée et activable par les secours.
occupants est
également importante
dans ce genre de
situation.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


30
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
La distance entre la porte d’une chambre et un escalier protégé doit être de
10m maximum. Si ce n’est pas le cas, un second escalier encloisonné et désenfumé
est obligatoire afin d’annuler le cul-de-sac. A défaut, un système de désenfumage des
circulations horizontales (couloirs) devrait être installé. Cette dernière procédure est
cependant lourde et coûteuse.
Si les cheminements ne sont pas protégés et le nombre de sorties insuffisant, les
occupants risquent d’être piégés dans leur chambre.

Comment encloisonner la cage d’escalier (solutions adaptables dans


l’existant) ?
• Deux portes par niveau sur chaque palier traversant.
• Réalisation d’un écran de cantonnement au rez-de-chaussée au droit de
l’accès à l’escalier.
• Isolement des locaux adjacents par des parois pleines.
• Accès aux locaux adjacents par des portes munies de ferme-portes.
• Large emploi d’une détection automatique d’incendie généralisée.
• Toutes les chambres sont accessibles aux échelles des sapeurs-pompiers.
• Un ouvrant en partie haute de 0,6 m² minimum actionnable depuis le niveau
d’accès des secours.

Aucun local ouvert au public, ni chambre, ne doit donner sur une cage d’escalier. Si
c’est le cas, il est possible de mettre en place un sas protégé avec détecteur.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


31
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Nouvelles mesures : isolements de tous les locaux

Conseil : Lors de la Cet isolement passe par la mise en place de blocs-portes coupe feu.
pose de détecteurs
sensibles aux fumées et Les pièces d’un hôtel considérées comme comportant des risques particuliers
gaz à combustion, il est d’incendie doivent obligatoirement être isolées pour éviter toute propagation
préférable de ne pas d’incendie Sont retenus notamment les chaufferies, cuisines, pièces de stockage,
limiter leur nombre. lingeries, buanderies, archives, etc.
Les chambres ne sont pas considérées comme des locaux dangereux, mais doivent
tout de même être systématiquement munies de ferme-portes.

Nouvelles mesures : renforcement des contrôles techniques

Vérifications techniques Périodicité Vérificateur


moyens de secours (extincteurs 1 fois par an Technicien compétent
et désenfumage)
système de détection incendie 1 fois par an Technicien compétent
(contrat annuel souscrit par
l’exploitant) et l’alarme
installations électriques dont 1 fois par an Technicien compétent
l’éclairage de sécurité
installations de gaz 1 fois par an Technicien compétent
équipements techniques 1 fois par an Technicien compétent
(chauffage, appareils de cuisson)
SSI 1 fois tous les 3 ans Organisme de vérification agréé
(système de sécurité incendie)
ascenseurs 1 fois par an Organisme agréé et technicien
compétent
vérifications techniques avant Si construction ou Technicien compétent
ouverture au public travaux

A l’issue de chaque vérification technique, il est nécessaire d’obtenir un rapport


(trace écrite) de la part du vérificateur. L’entreprise ou le technicien compétent qui
répare la panne ou remet en état le dispositif doit le préciser par écrit.

Nouvelles mesures : formation à la sécurité incendie

A raison de deux fois par an, tous les employés de l’hôtel doivent être formés. Ces
séances portent sur l’instruction et entraînement sur les conduites à tenir en cas
d’incendie, elles ne sont pas obligatoirement dispensées par un organisme extérieur à
l’hôtel (elles peuvent être réalisées par l’exploitant lui-même par exemple) mais doivent
être signalisées sur le registre de sécurité de l’hôtel.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


32
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LE REGISTRE DE SECURITE
L’exploitant doit tenir à jour un registre de sécurité : c’est le document qui regroupe
A SAVOIR les renseignements relatifs à la sécurité incendie de l’établissement. Ce document fera
Le registre de sécurité preuve de la bonne foi de l’hôtelier en cas de sinistre ou de litige ; sa non ou
est en quelque sorte le mauvaise tenue est passible d’amendes.
carnet de santé de Le registre consigne l’ensemble des documents ayant un rapport avec le risque
l’établissement. incendie, dont notamment :
Il sera à présenter à - Les diverses consignes de sécurité établies en cas d’incendie (mesures générales
chaque passage de la et particulières)
Commission de Sécurité - L’état des personnes chargées du service incendie
et sera consulté en cas - Les dates des divers contrôles et vérifications ainsi que les observations
de litige ou de sinistre. auxquelles ceux-ci ont donné lieu (extincteurs, vérifications installations
électriques…). Les rapports de vérifications doivent également être annexés au
registre de sécurité.
- Les dates des travaux d’aménagement et de transformation, leur nature,
les noms du ou des entrepreneurs et, s’il y a lieu, de l’architecte ou du
technicien chargé de surveiller les travaux.

Outre ce registre, il existe également d’autres documents obligatoires : le livret


d’entretien, le dossier de maintenance, les rapports de l’inspection hygiène et
sécurité, médecin de prévention, commission de sécurité, et enfin le dossier
d’identité (en cas de présence d’un SSI).

CONSEIL :
Pour plus de clarté et
d’organisation, il est
possible d’organiser
ce registre sous forme
de classeur avec
différents intercalaires
pour chaque thème.
Ainsi chaque partie
sera constituée de
fiches d’observation et
de contrôle reprenant
les éléments
suivants : la date,
l’observation et la
signature du
vérificateur.

Source : http://hygienesecurite.univ-paris1.fr

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


33
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LA COMMISSION DE SECURITE

Sa composition et son rôle


A SAVOIR:
Dans le Bas-Rhin, la La commission de sécurité se doit d’être composée comme suit : le chef de la
Commission commune
circonscription locale de police ou de la brigade de gendarmerie territorialement
d’Accessibilité et de
Sécurité Incendie a été compétent ; un sapeur-pompier titulaire du brevet de prévention ; un agent de la
scindée depuis le 02 direction départementale de l’équipement ; le maire de la commune concernée ou
février 2009. l’adjoint désigné par lui ; le président de la commission ou son représentant (lorsqu’il
Contrairement à ce qui ne s’agit pas du maire déjà prévu). Si un des membres n’est pas présent, la visite est
se faisait auparavant, ajournée et reportée.
deux Procès Verbaux
La commission a pour mission de vérifier que l’établissement est conforme à
distincts sont dressés
à l’issue des visites. l’ensemble des règles en vigueur définies par la loi.

Quand intervient-elle ?
CONSEIL :
La présence d’un
technicien Au stade de projet : Lors des demandes de permis de construire ou d’autorisation
compétent lors de ces de travaux
visites peut s’avéré Avant l’ouverture au public à la fin des travaux (visite de réception) : Avant toute
judicieux. Dans certains ouverture des établissements au public ainsi qu'avant la réouverture des
cas il peut établissements fermés pendant plus de dix mois. Celle-ci propose les modifications de
immédiatement détail qu'elle tient pour nécessaires.
remédier à une Au cours de la construction ou des travaux d'aménagement, d'agencement
anomalie constatée. Il des visites peuvent être faites sur place par la Commission de Sécurité compétente.
peut aussi organiser les Périodiquement: tous les 5 ans dans la 5ème catégorie (locaux à sommeil - type O)
– tous les 3 ans pour les 4ème et 3ème – tous les 2 ans pour les 1ère et 2ème catégories.
essais qui seront
Ou de manière inopinée à la demande des autorités (maire ou préfet).
demandés (détection, Toutes les visites s’effectuent obligatoirement en présence de l’exploitant ou du
désenfumage…). propriétaire, il n’assiste cependant pas aux délibérations.

Formulation des avis et applications des mesures

Il appartient au Maire de faire appliquer les mesures qui s’imposent (prescriptions) à


l’exploitant. Le Maire n’est pas obligé de suivre l’avis de la commission qui ne donne
qu’un avis technique, mais il engage alors sa responsabilité personnelle. C’est
également le Maire qui est chargé de notifier les résultats et sa décision à
l’exploitant (par envoi d’une copie du PV ou du rapport).
Un avis défavorable doit toujours être motivé et sa levée ne s’effectue qu’après
exécution des prescriptions qui ont motivé l’avis défavorable. Si les travaux à réaliser
s’avèrent trop lourds, la commission de sécurité propose parfois qu’un diagnostic
soit réalisé. Un plan pluriannuel d’investissement accompagné d’un échéancier de
travaux peut alors être proposé à la commission.
L’objectif est de permettre à l’exploitant de proposer les mesures permettant la
remise en sécurité de l’établissement. En cas d’impossibilité techniques, des
dérogations peuvent être accordées après avis de la Commission Départementale
consultative. Elles s’accompagnent alors de mesures de substitution.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


34
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
LES PROCEDURES RECOMMANDEES
EN CAS DE TRAVAUX
Avant chaque période de travaux et afin de s’assurer du bon déroulement des
démarches, il est conseillé de suivre le processus chronologique suivant (toutes les
étapes ne seront pas à suivre, tout dépend de la complexité et de la nature des
projets) :

- Audit par un organisme agréé par le Ministère de l’Intérieur


- Chiffrage des solutions par un architecte compétent
- Choix de l’exploitant en concertation avec la commission de sécurité
A NOTER : - Montage financier
Le choix du - Dépose d’une autorisation de travaux auprès du maire
diagnostiqueur est - Réalisation progressive des travaux
important. Pour - Vérification de conformité et établissement d’un rapport de fin de travaux par un
effectuer ces organisme agréé
démarches, il est
- Réception des travaux par la commission de sécurité
important de s’entourer
de professionnels
compétents.
Les prix varient du
simple au double selon LE DIAGNOSTIC SECURITE
la réalité de
l’établissement, sa taille INCENDIE
et le détail des
préconisations
proposées.
Si la Commission de Sécurité relève les grands points de la sécurité laissant à désirer,
c’est le diagnostic donnera des précisions sur les mesures concrètes à mettre en
œuvre.

Lors de chaque diagnostic interviennent des techniciens compétents selon la réalité de


chaque établissement ; par exemple un responsable thermique, gaz, électrique, … Il
peut se faire dans un premier temps à partir de l’analyse des plans et des documents
techniques du site, puis par une ou plusieurs visites in situ.

Le rapport rendu à la suite du diagnostic est composé de plusieurs ou de l’ensemble


des points suivants :
- De principes d’actions.
- une étude des solutions techniques les plus adaptées à l’ouvrage en question
- Une suggestion de phasage à court, moyen et long termes.
- Une analyse des risques et des scénarii d’incendie
- Une évaluation du niveau de sécurité global pour les occupants du bâtiment.

Certaines sociétés sont de réelles forces de proposition et présentent les dossiers


devant les commissions de sécurité.

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


35
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
VOS INTERLOCUTEURS DANS LE
BAS-RHIN

Cette liste dresse les contacts des spécialistes présents lors de la journée
du 23 mars 2009 consacrée aux nouvelles réglementations en matière d’
« Accessibilité et de Sécurité Incendie ».

AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DU BAS-RHIN


4 rue Bartisch – 67100 Strasbourg

Contact : Mme Marie-Christine ALZINGRE


Service Hébergement, Label Tourisme et Handicap
Tel : 03 88 15 45 98
@ christine.alzingre@tourisme67.com

Contact : M. Franck KORMANN


Service Hébergement, Aides financières
Tel : 03 88 15 45 63
@ franck.kormann@tourisme67.com

SERVICE DEPARTEMENTAL D’INCENDIE ET DE SECOURS DU BAS-


RHIN
Bâtiment Le Prisme – 2 rte de Paris – 67087 Strasbourg cedex 2

Contact : Préventionniste du secteur concerné


Tel secrétariat : 03 90 20 70 65
@: sdis67@sdis67.com

SOCIETE SOCOTEC
Agence de Strasbourg
30, Rue de faubourg de Saverne - 67000 Strasbourg
Tel : 03 88 37 55 55

Contact : M. Jean-Pierre BRAUN


@ jean-pierre.braun@socotec.fr

SOCIETE SECURITE INCENDIE SERVICES


8 rue Ampère - 67118 GELPOLSHEIM
Tél. : 03 88 55 52 59 - Fax : 03 88 55 52 89
Site : www.securiteincendieservices.com

Contacts : Messieurs Paul et Eric REVERRET


@ : eric.reverret.sis@wanadoo.fr

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


36
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
GLOSSAIRE

ADT 67 : Agence de Développement Touristique du Bas-Rhin

BTP : Bâtiment et Travaux Publics

CCDSA : Commission Consultative Départementale de Sécurité et Accessibilité.

DDASS : Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales

DDE : Direction Départementale de l’Equipement

DRT Alsace : Direction Régionale au Tourisme d’Alsace

ERP : Etablissement Recevant du Public

IOP : Installation Ouverte au Public

SDIS : Service Départemental d’Incendies et de Secours

Les nouveaux dispositifs réglementaires en matière d’Accessibilité et de Sécurité Incendie


37
DRT Alsace et ADT Bas-Rhin - Mars 2009
Sources et références :
AUGST A. (CEP-CICAT) et RINIE G. (DDE 67), Nouveau dispositif réglementaire en matière d’accessibilité du cadre bâti, 23 mars 2009
BRAUN J.P. (SOCOTEC Strasbourg), Chef d’établissement recevant du public : obligations et responsabilités, 23 mars 2009
CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT,
DIEFFENBACHER P. (SDIS 67), Hôtellerie-restauration : Sécurité contre les risques d’incendie et de panique, 23 mars 2009
FNCDT, rendre son logement accessible
PASTOR E. (Handigo Consultant), du diagnostic à l’exploitation, CSTB 8 et 9 avril 2009
SIEHR, Brochure Les indispensables, accessibles par tous, en partenariat avec le CEP-CICAT, 2009 conception technique André Augst
Documentation législative :
Loi du 11 février 2005 : égalité des droits et des chances des personnes handicapées
Arrêté du 1er Août 2006 : Accessibilité des ERP neufs
Arrêté du 21 Mars 2007 : Accessibilité des ERP existants
Circulaire Interministérielle du 30 Novembre 2007, conseils illustrés
Arrêté du 24 Juillet 2006, relatif à la sécurité incendie
Sites Internet :
Association Tourisme & Handicaps : www.tourisme-handicaps.org
Centre d’Exposition Permanente : www.cep-cicat.fr
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment : www.cstb.fr
Legifrance, service public de l’accès au droit : www.legifrance.gouv.fr
Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du territoire : www.ecologie.gouv.fr
Ministère du logement : www.logement.gouv.fr
SYNAMOB : www.synamob.fr

REDACTION : ADT67 - Annabelle ALLARD et Franck KORMANN


RELECTURES : CEP Eckbolsheim - André AUGST, DDE 67 - Gisèle RINIE, SDIS 67 (groupement Sud) - Patrice DIEFFENBACHER.

Vous aimerez peut-être aussi