Vous êtes sur la page 1sur 6

MESSAGE DE PAQUES DE SON EXCELLENCE MONSEIGNEUR SAMUEL T.L.

YEMEY, EVEQUE
PRESIDENT(ARCHEVEQUE) ET REPRESENTANT LEGAL DE L’ECC/21eme COMMUNAUTE NATION
DU CHRIST EN AFRIQUE A l’EGLISE .

Révérends,
Chers frères et sœurs dans le Seigneur
Que la Paix du Seigneur soit avec vous.
Tout évêque a sa devise épiscopale. La mienne la suivante : « Amor Dei et Amor
proximi tui » qui signifie :« Aimer Dieu et aimer ton prochain. » tirée de la parabole du bon
samaritain que l’on trouve dans l’Evangile de Jésus-Christ selon Saint Luc 10 :25-37. De ce fait,
je suis un bon samaritain par appel, conviction et action, car on ne peut pas être chrétien,
ministre de la Parole ou membre du clergé, sans l’être, autant il est vrai que le Seigneur Jésus-
Christ Lui-même fait de l’amour entre ses disciples le macaron, le témoignage et l’identification
sociale de ces derniers dans le monde (Jean 13 :34-35). L’apôtre Jean précise que celui qui
n’aime pas son frère n’est pas de Dieu (1Jean 3 :10), demeure dans la mort (verset 13), ne
connait pas Dieu (1 Jean 4 :7) et est un menteur (verset 20). Cette impérativité de l’amour exige
d’aimer son prochain non seulement en paroles mais en actes et dans la vérité (1 Jean 3 :18) au
point de sacrifier sa vie pour lui. (Verset 16) Ce faisant, notre épiscopat du bon samaritain ne
nous permet pas de rester insensible à la nécessité et la crise dans lesquelles se trouvent
l’Eglise et l’humanité tout entière pendant cette période. Il faut tout suspendre pour s’occuper
de l’homme créé à l’image de Dieu mais tombe entre les mains des brigands.
Des Etats-Unis d’Amérique je vous écris pendant ce cette période précédant la
fête commémorative de la Résurrection du Christ, fondement de notre foi, pour réagir à la
tragédie humaine causée par ce virus mortel dont le nom scientifique donne par l’OMS est le
COVID-19. Il s’agit de présenter brièvement le danger que représente ce microorganisme, la
position officielle de l’Eglise sur ce phénomène, les instructions de prévention à observer et les
recommandations pour le programme de la Pâques 2020.
Ce virus a été détecté pour la première fois en 1960 chez les animaux en Chine,
notamment : les chauves-souris et les pangolins avant repérés encore en Arabie Saoudite en
2002, toujours chez les animaux. Il réussit à se délocaliser de l’animal a l’humain et à muter son
génome pour s’adapter à l’organisme humain en 2012. Lorsqu’il se transmet d’humain à
humain en un lieu déterminé on parle d’une épidémie. Quand celle-ci se globalise comme c’est
le cas du COVID-19 on parle d’une pandémie. Plus de 500.000 personnes ont été infectées à
travers le monde par le Coronavirus dont plus de 22.000 victimes surtout en Chine, Italie,
France, Etats-Unis et 18 en RDC. La panique est générale car il n’y a ni vaccin ni cure. Il y a état
d’urgence un peu partout et l’économie mondiale s’effondre. Le monde est dans une situation
sans précédent. Les interprétations vont dans tous les sens. Tout le monde cherche une
explication et les questions fusent de partout. Quelle est, alors, la position de l’Eglise devant
cette situation critique et mortelle ?
Bien-aimés,
Mes recherches scientifiques sur la perception de la réalité me révèlent que
toute perception dépend du sujet percevant. La perception est, par conséquent, subjective et
elle ne se fait pas en dehors de la culture, des convictions et croyances. Ce faisant, en tant que
chrétiens l’on est surement tentés de chercher des explications bibliques, religieuses et
spirituelles à la situation que le monde traverse pour le moment et d’aucuns cherchent à
comprendre ce qui se passe et se demandent ce qu’il faut faire. Il est, donc, de ma
responsabilité apostolique et patriarcale de donner les orientations qu’il faut.
En effet, nous croyons que tout ce que Dieu créa était bon (Genèse 1  :31).
Cette bonne création fut éclaboussée par l’entrée du péché dans le monde par la chute d’Adam
et Eve, lequel rendit l’humanité mortelle et la création elle-même sujette à la futilité. (Romains
5 :12 ; 8 :20) La terre maudite à cause du péché devait produire pour l’homme des ronces et
des épines, comme un huissier de justice qui exécuterait le verdict du jugement selon lequel
« tu es poussière, tu retourneras à la poussière ».
L’Ancien Testament est parsemé des récits dans lesquels Dieu afflige des
peuples avec des maladies mortelles comme sanctions disciplinaires lorsqu’ils ne se soumettent
pas à son autorité .A titre exemplatif, nous pouvons citer les différentes maladies affligées aux
Egyptiens (Exode 15 :26 ; Deutéronome 7 :15), les tumeurs sur les philistins (1 Samuel 5 :6-12),
la peste, la guerre, la famine et les bêtes sauvages contre Israël (Ezéchiel 14  :21 ; cf.
Deutéronome 32.24-26 ; Apocalypse 6 :8) …etc. A plusieurs reprises l’Eternel Dieu afflige son
peuple à cause de son infidélité et son idolâtrie. Il est bien entendu que le monde actuel n’est
pas sous la théocratie mais il a quand même mondialisé la mondanité. La question que bien des
chrétiens se posent est de savoir s’il y a compatibilité entre le sacrifice surogatoire et définitif
sur la croix pour effacer les péchés du monde une fois pour toutes de Jésus-Christ, Fils du Dieu
qui jura de ne plus décimer la terre par l’eau, avec la décimation du monde par une pandémie
par le même Dieu.
Pour envisager la possibilité d’un tel acte de la part de Dieu nous percevons
anthropo-morphiquement comme une personne capable d’agir, il est important de nous
référer à son caractère, c’est-à-dire, a ses attributs intrinsèques. En effet, son omniscience
suggère qu’il connait pleinement toutes choses : passées, présentes et futures. (Ez .42 :8-9). Il
n’est pas ignorant de la situation actuelle. Par conséquent, s’il ne l’a pas initiée il l’a au moins
tolérée. De plus, sa souveraineté signifie qu’il a le contrôle ultime de tout, qu’il est libre d’agir
en première et dernière instance et qu’il a le dernier mot en toutes choses. (Nombres 23 :19).
Donc, rien ne peut l’empêcher de créer cette situation s’il le veut bien. Un coup d’œil sur son
omnipotence nous renseigne que Dieu est Tout-Puissant, c’est qu’il a pouvoir sur tout ; qu’il
possède une autorité universelle ; qu’il est libre de faire tout ce qu’il veut, partout, à tout
moment et de n’importe quelle manière, sans aucune interférence. Rien ne change en lui parce
qu’il est immuable. (Jacques 1 :17) Sa Sainteté ne tolère pas le mal et sa justice donne à chacun
ce qu’il mérite sans sentiment ni discrimination.
Selon toute vraisemblance, le fait que le monde moderne ne soit pas une
théocratie ne limite pas pour autant l’omnipotence de Dieu. Néanmoins, il serait hasardeux
d’affirmer une quelconque complicité de Dieu dans la férocité de la pandémie du COVID-19
pour la simple raison que bien d’indices sérieux attestent l’implication de la méchanceté de
l’homme dans cette crise. Certaines forces occultes ont mijote ce plan depuis plusieurs
décennies dans le but de réduire la population mondiale, ce qui fait de cette pandémie une
guerre biologique mondiale dans le but d’imposer un nouvel ordre mondial, d’une part, et, de
l’autre, pour établir un rapport de forces pour établir une domination économique et
géostratégique du monde, surtout entre la Chine et les Etats-Unis d’Amérique, chacun avec ses
allies. Des films, des bandes dessines, des documentaires et d’autres éléments audio-visuels le
révèlent. D’ailleurs un Professeur Américain vient d’être arrêté par la CIA pour avoir collabore
avec des chercheurs chinois du laboratoire des recherches scientifique de la Wuhan d’où est
parti le virus. Il va sans dire que cette mondialisation de la mort est un phénomène sans
précédent qui est loin d’être naturel ou divin. Donc, nous ne sommes pas, non plus, à la fin des
temps ou à l’abri d’autres surprise du même genre.
Que faut-il faire donc pour se protéger contre cette pandémie ?
1. Il faut se laver les mains fréquemment chaque jour à l’eau courante avec du savon.
2. Pour parler avec quelqu’un gardes une distance sociale d’au moins un mètre surtout s’il
tousse ou éternue ;
3. Restez chez vous a la maison et ne sortez que pour acheter à manger, le travail ou pour
des soins médicaux ;
4. S’il faut tousser ou éternuer faites-le dans le coude ou avec un mouchoir à usage unique
que vous jetez tout de suite ;
5. Eviter de saluer les gens avec la main, les accolades ou un baiser ;
6. Evitez de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche avec vos mains ;
7. Portez toujours un masque qui couvre votre nez et votre bouche lorsque vous êtes en
public ;
8. N’achetez pas et n’acceptez pas des dons des habits usages ou des nourritures venant
des pays infectes par le COVID-19 pendant ce temps, de peur que vous puissiez recevoir
des choses déjà infectées ;
9. N’acceptez pas des dons des médicaments ou vaccins qui peuvent être proposes à notre
pays gratuitement ou même contre une somme d’argent pour ceux qui acceptent d’être
vaccinés volontairement. Chacun doit se demander pourquoi peut-on lui proposer de
l’argent pour lui administrer un bon vaccin et pourquoi on ne vaccine pas des gens-là ou
le COVOD-19 a fait beaucoup de victimes.
Bien-aimés dans le Seigneur,
Le Présidente la République, Son Excellence Felix Antoine Tshisekedi, a pris des
mesures préventives, parmi lesquelles l’Etat d’Urgence pour la ville de Kinshasa, pour parer à
toute éventualité et empêcher une contamination à grande échelle de nos populations par le
COVID-19. Par ailleurs, la mesure de confinement de tout le monde dans leurs maisons
implique que les services cultuels soient suspendus jusqu’à nouvel ordre. Pour ce faire, je
donne les instructions suivantes :
1. Tous les cultes du matin, du soir, des jours de la semaine ou du dimanche sont
suspendus jusqu’à la levée de l’Etat d’Urgence et des mesures de confinement ;
2. Les pasteurs doivent toujours garder contact, dans la mesure du possible, avec leurs
paroissiens au téléphone pour des prières, des encouragements, des conseils…etc. étant
donné que la pastorale, la psychothérapie et le counseling n’ont jamais été aussi
nécessaires que maintenant.
3. Les réunions des responsables paroissiaux, diocésains ou provinciaux peuvent se tenir
en téléconférence pour suivre l’évolution de la situation et prendre les mesures
pastorales et pratiques qui s’imposent pendant la période de la riposte contre la
pandémie.
4. Chaque province ecclésiastique et chaque diocèse doivent organiser une chaine de
prière en priant trois fois par jour pendant dix minutes chacun dans sa maison a 6h00,
12h00 et 18h00(pour la région autour de Kinshasa) et 7h00, 13h00 et 19h00(pour le
reste du pays). On prie en famille ou chacun prie là où il se trouve.
5. Un rapport circonstancie doit me parvenir sur les conséquences de cette pandémie dans
nos paroisses respectives et les dispositions prises pour protéger ou aider les membres
et/ou la population pendant cette crise.
6. Les Représentants provinciaux et diocésains sont tenus d’instruire tous les responsables
des paroisses de respecter scrupuleusement les mesures de l’Etat jusqu’à ce qu’elles
soient levées
Bien-aimés,
Suspendre des cultes surtout aux approches de la Pâques est la plus difficile des
décisions que j’ai pu prendre pendant épiscopat. Cependant, l’amour que nous avons de nos
frères et sœurs dans le Seigneur ne peut pas nous permettre de les exposer à un danger
évident. Rassurez-vous, aucun pasteur n’est content de cette situation qui l’empêche de
prêcher, baptiser, bénir des mariages, prier pas pour ceux qui ont besoin de prière, conseiller,
enseigner et de préparer la fête de Pâques. La réalité est qu’aller à l’église nous met en contact
avec les autres et cela peut répandre le virus. La vertu chrétienne de la prudence doit nous
amener à faire confiance aux experts dans le domaine de la sante publique et l’épidémiologie.
Donc, nous devons suivre les recommandations de l’OMS et le Ministère National de la Sante.
Nous ne doutons pas que Dieu puisse faire un miracle pour nous protéger, mais même Jésus-
Christ ne compta pas sur le miracle lorsque le diable lui proposa de se jeter du haut du temple.
Je vous encourage tous à braver la peur. Ceux qui ont conçu ce virus veulent
créer la terreur pour préparer les africains à accepter aveuglement leur vaccin criminel. Les
populations africaines sont décimées par la malaria depuis des décennies et personne n’a
jamais pensé à un vaccin. Les chercheurs locaux qui en ont inventé ont été menace de mort. Il
en est de même pour le VIHSIDA dont le traitement avait été trouvé par le feu Professeur
Loruma qui est mort mystérieusement. Rappelez-vous que notre pays a brave différents
génocides : de la traite des noirs, de la colonisation, de l’aliénation culturelle des missions
chrétiennes et islamiques, des dictatures et de l’occupation néocoloniale récente. Nous avons
survécu d’autres épidémies comme la peste, la trypanosomiase, la poliomyélite, la rougeole, la
dysenterie, et autres. Donc, nous sommes suffisamment outilles et expérimentes pour riposter
à cette pandémie et la survivre si nous nous nous résolvons à le faire avec résilience et
détermination dans l’unité d’action. Protégeons-nous, observons les instructions d’hygiène ci-
dessus, la distanciation sociale et la prière.
Nombre des récits bibliques nous relatent divers plans concoctes pour la
décimation des innocents dans l’Ancien Testament comme dans le Nouveau. Pour l’Ancien
Testament prenons à titre exemplatif la conspiration d’Haman contre le peuple d’Israël dans le
livre d’Esther 3 :1-15 et l’homicide volontaire de tous les garçons juifs à leur naissance édicté
par Pharaon en Egypte selon Exode 1 :16-22. Dans le Nouveau Testament retenons le massacre
des enfants de zéro a deux ans dans la région de Bethlehem ordonne par Hérode en Mathieu
2 :16-18. Tous ces trois forfaits n’ont pas été sans raison. En effet, Haman voulut détruire
Mardochée et son peuple juste puisque Mardochée ne voulait pas compromettre son identité
culturelle et sa dignité juives, bien que déporté, pour se prosterner devant Haman qui fut élevé
en dignité par le roi Assuérus. Le Pharaon de la Bible fut intimidé par la croissance numérique
des juifs en Egypte, leur productivité et la force politique qu’ils représentaient. De même
Hérode ordonna le massacre des enfants dans la région de Bethlehem par peur, complexe et
inquiétude. Tout ceci nous enseigne que tout dictateur, colonisateur ou prédateur a peur du
renversement de pouvoir dans un scenario ou le domine devient dominant.
Bien Aimes,
Je ne peux pas terminer cette lettre sans faire allusion à la perturbation de
notre calendrier liturgique, notamment la célébration de la Pâques le Dimanche 12 Avril 2020
prochain. La Résurrection du Christ est l’élément fondateur de notre foi, l’expression et le
symbole de notre libération du péché. Nous la célébrons cette année sous une forme
particulière en observant la distanciation sociale qui est salutaire pour éviter la contamination
des enfants de Dieu à travers les contacts dans un culte. Ce faisant, il est recommandé aux
Représentants Provinciaux et Diocésains d’organiser un télé culte pascal en direct (live) sur le
téléphone ou Facebook, WhatsApp, Zoom ou d’autres applications, selon les cas. Il est temps
que les pasteurs et les paroisses se mettent aussi à jour avec la technologie du moment. Là où
ce n’est pas possible, ce n’est pas possible. Précisez bien l’heure à vos paroissiens qui ont accès
au téléphone et célébrez la Pâques avec eux au telephone.la ou c’est possible. Si l’Eternel Dieu
a permis que ça se passe comme ça c’est pour une raison que nous découvrirons peut-être plus
tard.
Le contexte créé par cette pandémie va changer a jamais le monde et son
ordre. La perception de la toute-puissance de Dieu sera évidente pour tous. Les relations
humaines vont changer par la conscience de l’impuissance et la solidarité planétaires devant la
menace d’un micro-organisme invisible. Le mythe de la mondialisation selon lequel le monde
est devenu un village planétaire s’est estompe avec le repli de chaque pays sur lui-même et le
rapatriement de plusieurs personnes vers leurs pays d’origine. COVID-19 va pousser les athées
à repenser leur position par rapport à Dieu. Coronavirus va changer désormais la conception de
l’hôpital, de la médecine, de la sante publique, de la gestion des catastrophes, de l’Eglise, du
budget de l’Etat, etc. Tout va changer. Nous risquons de vivre un boom dans les églises, des
conversions massives, volontaires des gens que personne n’a evangelisees.et une révolution
théologique dans les églises africaines.
Soyez sans crainte. Ayez plus de foi que de peur. Cette situation va changer
bientôt. Je prie pour vous tous. Je déclare et décrète que rien de mauvais ne vous arrivera.
D’ailleurs les Etats-Unis viennent de publier que sur plus de 500.000 personnes infectées dans
le monde 270.000 sont guéries. A Wuhan et en Italie on vient de passer les premières 24 heures
sans décès. Observez seulement les instructions d’hygiène, de distanciation sociale et respectez
les heures des prières pour consolider cette armée des intercesseurs de l’église dans l’unité de
prière. Il y a une puissance dans l’accord dans la prière comme le dit Mathieu 18 :19 que si deux
personnes s’accordent sur la terre et demandent quelque chose à Dieu, elle leur sera accordée.
Restez confines et raffines. Ayez confiance en Dieu. Jésus-Christ est vivant.
Avec ma bénédiction apostolique.
Rédigé à Raleigh, Caroline du Nord, pendant la Semaine Sainte, le huitième jour du mois d’Avril
de l’année de Grace deux mille vingt.

++ Mgr Samuel Tumba Lupua YEMEY


Évêque Président (Archevêque)
ECC/ 21e COMMUNAUTE NATION DU CHRIST EN AFRIQUE
Eglise Episcopale