Vous êtes sur la page 1sur 8

Introduction

La zone portuaire peut être défini comme un espace littoral associant des
fonctions industrielles et portuaires. Dans le monde le trafic maritime est
une voie privilégiée et incontournable dans l’échange des marchandises. Le
renforcement des opérations de taille mondiale fait que les ports subissent
depuis quelques temps de profonds transformations. Tant dans leurs apports
au marché et de leur territoire. C'est dans ce contexte que nous nous posons
la question de connaître quel est l'impact des métiers portuaires dans
l’économie d’un pays ? Répondre à cette question nous impose un plan
bipartie. D’une part nous parlerons des métiers portuaires, et des enjeux
économiques des métiers portuaires d’autres parts.

I. Les métiers portuaires

Les ports jouent un rôle primordiale dans l’économie nationale et dans les échanges commerciaux
dans un pays. Dans la rédaction de notre exposé nous allons parler d'un première temps des métiers
classiques et d'un second temps des métiers innovants

A. Métiers classiques

Nous avons à cet effet

 L'Armateur

Rôle/Activités

L'armateur est le propriétaire, l'exploitant ou l'affréteur d'un navire. Son activité est le transport
maritime des marchandises ou des passagers. Relations avec les autres professions et les
administrations L'armateur est en relation avec :

 Les transitaires et commissionnaires de transport ou les chargeurs qui sont les clients

pour les marchandises,

 Les entrepreneurs de manutention qui effectuent sur le port, pour son compte, les opérations
d'embarquement et de débarquement, de réception et de livraison du fret,

 Les sociétés de remorquage, de lamanage et de pilotage,

 Les courtiers d'assurance ou assureurs,

 Les experts maritimes en cas d'avarie sur les marchandises ou sur le navire,

 Les courtiers maritimes, qui conduisent les navires en douane et proposent des navires à la vente
ou à l'affrètement,

 Les avitailleurs qui leur fournissent les produits nécessaires au navire (eau, nourriture, soutes,
pièces détachées…),
 Les sociétés de réparation navale en cas d'escale technique,

 La douane, à l'égard de laquelle ils sont comptables des entrées et sorties des marchandises du
territoire,

 Le Port de Marseille Fos qui loue ses emplacements à quai pour l'accostage du navire et qui fournit
des prestations,

 Les sociétés de réparation de conteneurs,

 Les agences de voyages ou les tours opérateurs quand il s'agit de passagers ou de croisières. Dans
les ports où il n'est pas installé directement, l'armateur est en liaison directe avec un agent maritime
consignataire, qui défend ses intérêts et agit en son nom.

 L'Agent Maritime et le Consignataire de Navire

Rôle/Activités

Le consignataire est le mandataire de l'armateur :

 Il délivre la marchandise,

 Il encaisse le fret,

 Il pourvoit à tous les besoins du navire et de l'équipage pendant l'escale, (effectue les avances
nécessaires et paie les frais auxquels est soumis le navire pendant l'escale :

pilotage, remorquage…)De nos jours, le consignataire est également agent maritime, c'est-à-dire
spécialisé dans l'organisation des transports comportant une partie maritime.A ce titre, il a d'autres
missions parmi lesquelles :

 Réception des marchandises à embarquer,

 Réception des marchandises des mains du capitaine au débarquement,

 Soins et livraison des marchandises réceptionnées.

Relations avec les autres professions et les administrations L'agent maritime est en relation avec de
nombreux autres opérateurs portuaires :

 L'armateur, qui est son mandant,

 Les transporteurs (route, fer, barge),

 L'acconier ,

 Les sociétés de lamanage, remorquage et pilotage,

 Les courtiers interprètes et conducteurs de navires,

 Les avitailleurs,

 Les courtiers d'assurances maritimes,

 Les assureurs,

 Les experts maritimes,

 La réparation navale,
 Les tribunaux de commerce,

 La douane, pour le contrôle des marchandises à quai placées sous leur responsabilité,

 Le Port de Marseille Fos,

 Les sociétés de réparation de conteneurs.

 Le Commissionnaire de Transport et le Transitaire

Rôle/Activités

Le Commissionnaire de transport est un organisateur de transports. Il procède, en son nom au


transport des marchandises qui lui sont confiées par le chargeur en choisissant lui-même les
différents transporteurs dont il a besoin. Il a une obligation de résultat envers son client ce quile
différencie du transitaire qui lui n'a qu'une responsabilité de moyen. Ce dernier utilise les voies et
moyens que lui indique son client. La profession de commissionnaire de transport est réglementée :
elle travaille sous autorisation délivrée par la D.R.E (Direction Régionale de l'Equipement).

Relations avec les autres professions et les administrations Les fournisseurs du commissionnaire ou
du transitaire sont les transporteurs de tous modes. Le client du commissionnaire est le chargeur et
le client du transitaire peut-être soit le chargeur soit le commissionnaire.Le commissionnaire de
transport ou le transitaire a des relations avec :

 Les agents maritimes et armateurs pour la réservation des frets et la délivrance des marchandises,

 Les transporteurs aériens et terrestres dans le cadre de l'organisation du transport international,

 Les douanes : établissement des déclarations de douane import et export, paiement desdroits et
taxes,

 Les assureurs,

 Les experts en cas d'avarie sur la marchandise,

 Les services vétérinaires et phytosanitaires pour le contrôle de certaines marchandises,

 Les banques dans le cas de crédits documentaires,

 Les sociétés de services divers (emballage, stockage, fumigation, pesage…),

 Les entreprises de manutention (mouvements sur parc, marchandises en mode

conventionnel.

 L'entrepreneur de Manutention (Acconier)

Rôle/Activités

A l'export, l'entreprise de manutention est chargée de réceptionner les marchandises arrivant par
camion, remorque, wagon…et de procéder à toutes les opérations nécessaires pour la mise à bord de
ces marchandises.

A l'import, le processus est inversé. Dans les ports méditerranéens, l'acconier effectue également la
réception, la reconnaissance et le gardiennage à quai des marchandises à embarquer ou débarquer.
La définition des opérations dont les entreprises de manutention ont la charge figure au titre IV de la
loi du 18 juin 1966. Relations avec les autres professions et les administrations Les entreprises de
manutention sont en relation avec :Les armateurs ou leurs représentants les agents maritimes qui
sont leurs donneurs d'ordre,

 Le Port de Marseille Fos qui leur loue les terre-pleins, les hangars et une partie de l'outillage,

 Les experts maritimes,

 Les courtiers d'assurances et assureurs.

Le conducteur en Douane (ex Courtier Maritime). Le statut de courtier maritime a subi de profondes
modifications par la disparition de son privilège. La fonction de conducteur en douane reste
cependant la même malgré cette disparition. Evolution prospective du métier Cette fonction se
réalise dans le cadre d'une prestation de service auprès de l'armateur ou de

l'agent maritime. Relations avec les autres professions et les administrations

Le conducteur en douane est en relation avec :

 l'armateur , qui est le « client de ses clients »,

 l'agent maritime , qui est son client direct,

 l'autorité portuaire gestionnaire du port où il exerce sa fonction,

 les douanes, puisque le conducteur en douane perçoit les droits de port et est

responsable de leur recouvrement, après mise en place d'une caution.

 Le Pilote

Rôle/Activités

Le pilote assiste obligatoirement, à bord du navire, le capitaine à l’entrée et à la sortie d’un port en
lui apportant les conseils opportuns pendant le passage du navire. Le pilotage a été rendu obligatoire
par les nations maritimes pour protéger les chenaux et les installations portuaires ainsi que pour
participer à la sécurité et à la police de la navigation maritime. En effet, les pilotes d’un port sont au
courant des opérations de dragage de pontonsgrues, des mouvements locaux et de tous les autres
facteurs qui peuvent occasionner des risques pour la navigation. En vertu des directives
européennes, les pilotes sont tenus de signaler à l’Autorité portuaire ainsi qu’à l’Autorité maritime
toutes les défaillances qu’ils constatent, en matière de sécurité, sur les navires pilotés.

Relations avec les autres professions et les administrations La station de pilotage est en relation
avec :

 La capitainerie du port (chargée de la police du domaine portuaire) pour la transmission des


commandes des navires,

 Les remorqueurs et les lamaneurs, qui sont les deux autres professions de services aux navires et
qui interviennent aussi lors de l’accostage et du départ du navire,

 Les agents maritimes, qui sont chargés de régler les prestations de pilotage pour le compte du
navire et devant qui les pilotes sont responsables de l’exécution de la

prestation.

 Le Remorqueur
Rôle/Activités

Le remorquage consiste à assister le navire en le tractant, le poussant ou le freinant, à l’aide d’une ou


plusieurs remorques, lorsque celui-ci ne peut accoster ou partir seul d’un port. Le capitaine du navire
commande la prestation de remorquage à la capitainerie du port qui la transmet à la station de
remorquage. Le remorquage n’est pas obligatoire. Il est également fait appel aux remorqueurs :

 Pour des sauvetages de navires en difficulté au large,

 Pour lutter contre les incendies dans les ports,

 Pour lutter contre les pollutions maritimes. Relations avec les autres professions et les
administrations

Les sociétés de remorquage portuaire sont en relation avec :

 La Capitainerie, pour les transmissions des commandes des navires,

 Les pilotes et les lamaneurs, qui sont les deux autres professions de services aux

navires et qui interviennent aussi lors de l’accostage et du départ du navire,

 Les agents maritimes, qui sont chargés de régler les prestations de remorquage pour le

compte du navire.

 Le courtier d'assurances maritimes

Rôle/Activités

Le courtier d’assurances maritimes est le représentant des assurés auprès des compagnies

d’assurance. Son client (armateur et/ou commissionnaire de transport, société de négoce, etc.) lui
confie la gestion du risque maritime et transport : négociation des contrats jusqu’aux litiges et
contentieux, y compris les recours éventuels contre les tiers.Ces assurances peuvent couvrir la
responsabilité civile du transporteur, les moyens mis en œuvre ou corps (navires-coques, machine,
équipement…, camions, barge, etc.), les facultés, c’est-à-dire les marchandises transportées, etc. Ses
fournisseurs sont les compagnies d’assurances, très souvent par l’entremise d’agents d’assurances
maritimes qui les représentent. L’activité du courtier est réglementée : le courtier doit être membre
du Groupement Professionnel et Technique du Courtage d’Assurance Maritime en France, ce qui
implique que son activité principale soit l’assurance maritime et transport et qu’il soit lui-même
couvert par une assurance de responsabilité civile. Il doit également justifier d’une garantie
financière conforme aux articles L 530.1 et L 530.2 du Code des Assurances. Relations avec les autres
professions et les administrations

Les clients du courtier sont :

 Les chargeurs (importateurs et exportateurs),

 Les armateurs, les agents maritimes,

 Les transitaires et les commissionnaires de transport.

La diversité des activités des ports conduisent à un large éventail de métiers dans des domaines tels
que l’administration, la gestion, les finances, l’action commerciale, l’accueil du navire, la restauration
collective, les études et les travaux, l’ingénierie, la maintenance, l’exploitation, l’environnement
industriel, la sûreté et la sécurité…

B. Métiers innovants

 Acconier (stevedore) Entrepreneur de manutention qui assure le chargement ou le


déchargement des navires. Terme utilisé surtout en Méditerranée, dans les ports d’Europe
du Nord, on utilise le terme stevedore.

Affréteur Personne qui loue un navire ou qui exploite un navire en location, selon

les termes du contrat de location ou charte-partie d’affrètement.

 Agent maritime (ou consignataire)Mandataire représentant l’exploitant du navire (armateur


ou affréteur) dans toutes les fonctions de l’armement, par exemple : assistance au capitaine,
recherche de fret, délivrance de la marchandise.
 Armateur (shipping owner) Personne/Société qui arme un navire en lui fournissant matériel,
vivres, combustible, équipage et tout ce qui est nécessaire à la navigation. Il exploite le
navire en son nom, qu'il soit ou non propriétaire.
 Avitailleur (shipchandler) Fournisseur de combustibles et de vivres nécessaires à bord d’un
navire pour l’exécution d’un transport.
 Chargeur (shipper) Personne (propriétaire ou non de la marchandise) qui conclut le contrat
de transport et le plus souvent, remet la marchandise au transporteur.
 Commissionnaire de transport (forwarding agent)

Intermédiaire traitant, sous sa responsabilité, la totalité d’un transport de

marchandise, voir transitaire.

 Consignataire / Agent maritime Le consignataire de navires est la personne physique ou


morale qui est chargée, soit à titre permanent, soit à titre occasionnel, d’effectuer, au nom et
pour le compte de l’Armateur et/ou du transporteur maritime, tant au port d’embarquement
qu’au port de débarquement du navire qui lui est consigné, c’est-à-dire adressé, les
opérations que le capitaine n’effectue pas lui-même.

o Il accomplit auprès des Autorités portuaires, administratives ou autres, les formalités qui
incombent au capitaine.

o Il reçoit au port d’embarquement les marchandises à transporter;Il les livre au port de


débarquement à la personne à qui elles sont adressées. Il peut donc être en même temps
entrepreneurs de manutention. Ces deux fonctions peuvent être confiées soit à la même personne
physique ou morale, soit à deux personnes distinctes. Courtier Intermédiaire mettant en rapport
deux personnes qui désirent passer un contrat. Spécialiste achetant ou vendant des marchandises,
ou négociant des assurances, des taux de fret, des titres et valeurs ou d’autres affaires pour le
compte d’un commettant, moyennant une commission convenue ;les ventes ou transactions ne sont
pas négociées en son nom propre mais au nom du commettant.Il y a plusieurs catégories de
courtiers, les principaux sont les suivants :

o courtier maritime, courtier interprète et conducteur de navires (assermenté).


o courtier d’affrètement (agissant pour le compte de la marchandise : exportateur, il recherche le
navire),

o courtier d’affrètement (agissant pour le compte de l’armateur, il recherche la cargaison),

o courtier d’achats et ventes de navires,

o courtier assermenté,

o courtier juré d’assurances.

 Docker L’ouvrier docker est un ouvrier professionnel spécialisé dans le chargement et le


déchargement des marchandises à bord des navires.
 Grutier (crane operator) Conducteur des engins de manutention : grues, portiques.
 Lamaneur (boatman) Professionnel qui prend les amarres du navire pour les amener à quai.
 Pilote (pilot) Professionnel qui conseille le capitaine dans les mouvements d’entrée et de
sortie du port.
 Remorqueur Société fournissant au navire des remorqueurs pour lui permettre d’assurer des
manœuvres dans les accès au Port.
 Shipchandler Approvisionneur de navire. Voir Avitailleur.Stevedore Entrepreneur de
manutention portuaire. Le stevedore dispose d’un personnel permanent (docker), d’engins
de manutention et il loue au port les grues ou rassemble d’autre moyens pour assurer la
manutention depuis bord navire jusqu’à et y compris à terre.
 Transitaire (forwarding agent) Le transitaire est un auxiliaire très important du commerce
extérieur. Il intervient dans la chaîne du transport, soit comme mandataire, soit comme
commissionnaire de transport.

o En tant que mandataire, il agit soit pour le compte du chargeur à l’embarquement, soit
pour le compte du réceptionnaire au . Il a pour rôle de suppléer le chargeur ou le réceptionnaire,
desquels il a reçu une mission bien précise. En tant que mandataire, il est assujetti au régime
juridique du mandat, et à ce titre, sa responsabilité ne peut être recherchée que s’il a commis une
faute dans l’exercice de sa mission. Il a une obligation de moyens.En tant que commissionnaire de
transport, la mission du transitaire est d’organiser le transport de bout en bout. Il a la maîtrise totale
des opérations et peut prendre dès lors les initiatives les plus larges. En tant que commissionnaire de
transport, une obligation de résultat pèse sur lui. Il en résulte que sa responsabilité pourra être
recherchée, même en cas d’absence de faute de sa part.

I. Enjeux économique des métiers portuaires

A. L’AMÉLIORATION DE LA DÉMARCHE QUALITÉ

L’innovation dans le domaine de l’emploi au sein d’un port revêt un impact positif sur le
management portuaire. La mondialisation des échanges de développement des transports
multimodaux soutenue par la massification sont des conséquences d’une démarche système bien
élaboré.

L’anticipation sur les risques par une organisation bien structurée, la confiance des clients et
partenaires, la réduction des charges générées parles accidents, la confiances des clients partenaires
sont des enjeux économiques mis en place dans l’amélioration de la démarche qualité d’un port.
Afin de créer une image positive auprès des partis intéressé : ( clients, les institutions, assureurs,
fournisseurs, partenaires,) la rentabilité, l’efficience et la compétitivité de ce dernier est primordial.
Cette amélioration ne se limite pas seulement sur le plan économique. En effet, il est aussi question
de réduire les risques d’accident à travers une sensibilisation permanente axée sur l’intégrité des
personnes et des biens. Assurer la prévention des risques de pollution, maîtriser et optimiser la
consommation énergique, procéder à l’évaluation initiale des menaces qui pèsent sur notre activité.

Au vue de toutes ces compétences dans le management portuaire, plusieurs investisseurs de gros
calibre seront attirés dans un pays qui offre tous ces avantages. Cependant qu’en est il de L’impulsion
de la compétitivité ?

B. L’impulsion par rapport à la compétitivité

La compétitivité se définit comme la capacité à faire face à la concurrence. Cette notion change avec
le niveau d’agrégation de l’analyse qu’on veut faire ( niveau international, national, régional,
sectoriel). Ainsi les ports qui connaissent un important nombre de métiers constituent donc un
principale outil industriel, commercial, pour le développement économique et social d’un pays.

En effet, l’avenur des métiers innovants impact de manière positive sur le développement des
échanges formels avec les pays. Ces atouts peuvent se voir sur :

 L’AMÉLIORATION de la fiabilité de l’image des ports qui poussent les investisseurs à investir
pour la qualité d’activité générale de commerce
 La qualité de service comme outil de positionnement
 Le régresse ment ou la construction d’une nouvelle image de marque favorable à
l’organisation

Conclusion

Les évolutions récentes du transport maritime sous tendues par la conteneurisation ont accentué la
multiplicité des nouveaux métiers émergent le développement entre les rives et les nations. Tous les
pays ont pris conscience de cette potentialité qui ouvre les opportunités pour moderniser leurs
installations portuaires et le pays également. La visibilité pour les opérateurs étrangers et leurs
capacités d’investissement est des lors très ouvert. Plus fondement ale un véritable processus de
développement n’est possible que dans le cadre des projets portuaires portés par les autorités
publics. L’impact des métiers portuaires innovants se laisse donc voir à travers tout un processus :
qu’est la modernisation des terminaux et dépassement des logiques singulières et particulières des
opérateurs privés pour apporter une véritable valeur ajoutée collective, au plus long terme le
développement des pays qui passe par une intégration régionale qui s’appuie entre autres sur les
échanges commerciaux.

Vous aimerez peut-être aussi