Vous êtes sur la page 1sur 4

 Quel est la différence entre supply Chain management et logistique 

?
La logistique et supplychain management sont des termes courant qui définissent des metiers
distincts permettant la mise à disposition du produit au client final.
Par exelmple la logistique selon l’ASLOG se définit  par « l’art et la manière de mettre à
disposition un produit donné au bon moment, au bon endroit, au moindre coût et
avec la meilleure qualité« 
Le supply chain management (gestion de la chaîne d’approvisionnement) est une évolution de
la gestion de logistique. Il s’agit d’un concept plus généraliste qui regroupe différents
processus afin d’optimiser la rentabilité de chaque action. Cette vision a pour objectif de
permettre un avantage concurrentiel. Ce service regroupe les missions de planification de
toute l’activité de l’entreprise, de la collecte des matières premières jusqu’à la livraison des
produits finis. Sont donc concernés par le supply chain management l’achat, la production et
la distribution des produits. La différence entre la logistique et la gestion de la chaîne
d’approvisionnement se situe au niveau du concept. Alors que la logistique est un service de
l’entreprise, la gestion de la supply chain est une démarche visant la synchronisation des
processus. Les besoins et la satisfaction des clients sont au cœur des processus et régissent
même l’ensemble des démarches entreprises. L’avantage compétitif est l’aboutissement du
supply chain management.
 Comment on peut être un supply Chain manager ?
 Est-ce qu’il constitue à l’entreprise un cout ?page 7
Effectivement lorsqu’on parle de supply Chain c’est-à-dire l’entreprise cherche à améliorer
ses performances mais à cote de ca il représente une grand part de cout on peut dire 60
jusqu’au 90 % des couts pour une entreprise industrielle mais on peut le justifie car elle reste
un responsable de l’impact des entreprises su l’entreprise par exemple si il consomme à lui
15 barils de pétrole par jour sois environ de 20% de production mondiale.
 Pourtant le supply Chain management reste souvent difficile à comprendre ?page7
On peut trouver des difficultés au niveau de quoi ?page
Oui le supplychain reste une chose difficile à comprendre grâce à la neccisté de comprendre
plusieurs logiciels et méthodes : gestion partagée des approvisionnements, méthode des 5S,
méthode Kanban, méthode SMED, value Stream mapping, démarche Kaizen, cycle PDCA,
théorie des 1 Source : Supply chain Council. 2 Source : McKinsey Quarterly, août 2009. 4
SUPPLY CHAIN MANAGEMENT contraintes, méthode Six Sigma, démarche DMAIC,
maintenance basée sur la fiabilité, analyse ABC, analyse volume variabilité…
Ainsi la difficulté se situe u niveau de sa couverture des plusieurs fonction on trouve achat,
approvisionnement, production, maintenance, vente, pilotage des stocks et des flux de
produits, gestion des entrepôts, transport.
Difficile à comprendre parce que le supply chain management fait recourt à de nombreux
outils : système de modélisation et d’optimisation des réseaux logistiques, advanced
planning and scheduling system, gestion de la maintenance assistée par ordinateur, système
d’optimisation des stocks multiéchelons, warehouse management system, transportation
management system, e-procurement…
Ainsi le grand nombre des abréviations constitue des confusion chez les diregents et donc il
y a une difficultés on peut trouver par exemple : 3PL, 5S, AMDEC, ATP, CIF, CMI, CPFR, CTM,
DRP, ECR, GPA, JIT, MRP, RCM, SMED, TPM, TRS, VMI…
 Est-ce que notre pays a une orientation vers le domaine de logistique au niveau de
formations
Le revenu moyen dans le secteur de la logistique et du transport de marchandises a
enregistré également une légère progression durant la période 2010-2014. Au Maroc,
plusieurs entreprises chargeurs ont réussi à créer une réelle culture logistique et à valoriser
la fonction supply chain comme étant une fonction stratégique.
Une réelle prise de conscience de l’importance de la fonction logistique / supply chain est
observée aujourd’hui au Maroc, les entreprises se dotent de plus en plus d’un responsable
logistique, quel que soit le secteur d’activité concerné (industrie, commerce, transport …), et
les directeurs logistiques / supply chain des entreprises sont de plus en plus présents dans les
conseils de direction
Donc supply chain reste un élément indispensable dans l’entreprise car elle permet de
réaliser la compétitivité
 La logistique augmente t-elle la productivité de votre entreprise ?
La conception d’une chaîne logistique peut impacter la réussite ou l’échec d’une
entreprise. Particulièrement en période de crise, une bonne stratégie permet de générer
un chiffre d’affaires plus élevé malgré les défis de production et de logistique. Grâce à
une gestion efficace de la chaîne logistique, les grandes entreprises internationales
peuvent accéder à des interfaces de livraison alternatives, à des analyses de big data et
à des informations détaillées sur la disponibilité des marchandises et la demande des
fournisseurs mondiaux.

 Est-ce qu’on peut dire que le faible de développement dans certain domaine a une relation
avec supply chain ?
Les faiblesses sont d’une double nature. La première tient aux capacités technologiques des
chaines de valeur locales. L’intégration aux chaines de valeur globales ne peut se réaliser
que dans le cadre d’une mise à niveau technologique interne. La seconde tient au retard
logistique et plus particulièrement au manque d’intégration des supply chain locales.
Troisièmement, l’économie marocaine est dépourvue d’un métier qui constitue le vecteur
essentiel à l’intégration des supply chain. Ce métier est celui des prestataires logistiques

 Dans supply chain il y a des principes qui ont émerger, est ce que vous pouvez z nous
raconter ces thèmes émergés ?

Effectivement ,On a baser sur le passer dont laquelle on a reposé sur des questions pour savoir qu’il
fallait faire pour avoir une excellente supply chaine en doit se projeter sur 5 ans pour bâtir une
excellente supply Chain

 Bon est ce que vous pouvez nous clarifier cette idée ?


 L’idée c’est de comprendre les grandes tendances que l’entreprise devrait travailler, ils sorti
5 tendances majeurs,

la première c’est on doit s’ouvrit sur l’omni canal en terme de vente qui signifie aussi l’omni canal
en terme de supply Chain grâce au changement de mode de consommation

La deuxième tendance c’est l’incorporation des technologie digitales dans le commerce et donc
également dans supply Chain pour objectif de travailler dans le domaine de prévision ainsi pour le
pilotage des système avec l’industrie 4.0 pour la 3 éme tendance cette tendance s’articule sur la
nécessité des entreprises d’évoluer leur compétences à l’intérieur de son organisation donc comme
vous voyez on en face d’un problématique de formation ,des convention c’est-à-dire les entreprises
doivent formes ses salarié mais il y a aussi une problématique d’incorporation des nouvelles
fonctions et des nouvelle métiers pour pouvoir faire face à ces évolutions pour la 4 éme tendance
elle montre la nécessité des entreprise de s’orienter à la fois leur chaine vers des supply Chain
propre et également elle est obligé d’avoir des conditions d travail optimale et sur pour les salariés
et enfin la formation des humain ou c qu’on appelle aussi les cobotique (collaboration homme-robot
un salarié entre un homme et robot pour atteindre un objectif commun= comportement, décision,
robustesse et contrôle de l'erreur) et dernière tendance qui est la plus important c’est l’agilité et la
résilience surtout que le monde va très vite donc on doit s’adapter avec tous types de situation pour
mieux rebondir et ainsi survivre en toutes circonstances. Par exemple il a fallu et il faut encore
s’organiser, évoluer et transformer sa manière de travailler afin de respecter les directives
gouvernementales, s’adapter aux nouveaux comportements des consommateurs et répondre à leurs
nouveaux besoins tout en protégeant les salariés.

 Est-ce que les sepecifités culturelles a un role favorale dans l’integration de supply chain

la culture Nationale Marocaine est caractérisée par une faible contrôle de l’incertitude. Dans les
cultures à faible contrôle de l’incertitude, le comportement des individus est marqué par une grande
flexibilité et une adaptation aux nouvelles situations. Les individus croient à la liberté et sont
beaucoup plus tolérant face à la différence d’opinions et ne respectent que les règles formelles les
plus essentielles. Contrairement aux cultures à fort contrôle de l’incertitude les individus appartenant
à une telle culture apparaissent plus flegmatiques, relâchés et contemplatifs. Leurs relations avec
l’autre sont marquées par la recherche de bienveillance et d’attachement. Ils ne sont pas préoccupés
par l’avenir et leurs choix se basent sur l’intuition et l’affectivité.

Le degré d’Objectivité/ Subjectivité serait intéressant à étudier dans ce sens. En effet, la culture
Nationale Marocaine présente des caractéristiques d’une société très subjective.. Dans les cultures
Affectives (Subjectives), les relations d’affaires sont marquées par « toute une gamme d’émotions »
(Il surenchérit en affirmant que les affectifs admettent les attitudes subjectives, guidées par les
sentiments. Dans ce type culturel, l’étalage des émotions est un gage de confiance et d’implication.
Le développement de la confiance se développe alors sur des bases affectives

in. L’importance de cette dimension culturelle a été inspirée des travaux dans le contexte Marocain
et des travaux sur la religiosité comme facteur influençant la confiance interpersonnelle .En effet, la
Culture Marocaine est caractérisée par un fort attachement à la religion .Dans les cultures à forte
religiosité, la relation au futur est marquée par un grand déterminisme et une tendance au fatalisme,
croyant à satiété en la providence.

Comme nous l’avons présenté, les caractéristiques de la culture nationale Marocaine poussent au
développement d’une confiance de nature affective

La confiance affective permet de réduire le risque relationnel perçu, en augmentant la confiance en


la bonne intention du partenaire .Elle est fondée sur un raisonnement selon lequel la confiance
croissante facilitera un engagement plus profond entre les partenaires .
Cependant, la confiance affective est soumise à des risques élevés s'il n'y a que quelques interactions
auparavant avec le partenaire de la supply chain. Le développement d’une confiance affective
permet donc de développer un engagement affectif de la part du partenaire

Bien que la confiance et l’engagement soient largement acceptés dans la littérature comme des
éléments importants dans les relations inter-organisationnelles, très peu d’études qui lient la
confiance et l’engagement comme variables relationnelles à l’intégration des supply chain. Par
exemple, Handfield et Bechtel (2002) étudient le rôle de la confiance et la structure des relations
dans l'amélioration de la réactivité de la supply chain à partir des données d'un échantillon
d'entreprises manufacturières nord-américaines. Les résultats ont démontré que le développement
de la confiance dans la relation facilite la réactivité fournisseur, même si les acheteurs ne possèdent
pas un grand contrôle sur leurs fournisseurs. Entre-temps, l’engagement affectif permet aux
partenaires de s'intégrer dans les processus commerciaux de leurs clients principaux et permet de les
lier aux objectifs fixés. Le développement d’une confiance puis un engagement affectif permet de
favoriser l

Vous aimerez peut-être aussi