Vous êtes sur la page 1sur 2

« 

Ce dont nous avons besoin, c’est de travailler »

Lettre ouverte écrite par l’association Lab Pareto, co-signée par 270 dirigeants de TPE / PME à
l’attention des acheteurs privés et publics

Nous sommes dirigeant.es de TPE et PME. Nous représentons 99,9% des entreprises françaises,
plus d’un emploi sur deux dans notre pays.

L’État Providence joue pleinement son rôle, les aides publiques en faveur des entreprises sont
aujourd’hui absolument indispensables au regard de la crise économique sans précédent que nous
traversons. Elles ne sont néanmoins pas une solution à moyen terme. Le meilleur moyen de soutenir
une entreprise, voire même le seul, ce n’est pas de la mettre sous respirateur artificiel  : pour soutenir
nos TPE et PME, il faut nous faire travailler. Ce n’est pas de prêts garantis dont nous avons cruellement
besoin, mais de chiffre d’affaires. D’un carnet de commande rempli. De visibilité.

L’État français - à travers ses achats de 89 milliards d’euros par an - est en capacité de nous faire
travailler, tout comme les acheteurs des grands groupes. 

Nous appelons donc à la responsabilité de chaque acteur public et privé et leur demandons
d’émettre leur commande en France, auprès des TPE et PME françaises. Les très gros volumes
d’achats gérés par ces entités peuvent et doivent plus que jamais se transformer en actes citoyens. Leur
impact considérable est évidemment économique, puisqu’il en va ici de la survie de notre tissu national,
mais également écologique, puisqu’assurer de la visibilité à une entreprise est le meilleur moyen
d’accompagner sa transition environnementale.

C’est prouvé, un achat passé en PME est créateur d’emplois, de façon très directe. A l’aube d’un rebond
du chômage sans précédent, imaginons notre capacité de création d’emplois grâce aux milliards d’euros
de commandes que les secteurs public et privé sont en capacité de passer chez nous. Si ces acheteurs
travaillent avec nous, de façon bien plus conséquente qu’ils ne le font aujourd’hui, alors nous serons en
mesure de maintenir nos emplois et d’en créer de nouveaux.

Nous serons peut-être plus chers, c’est possible. Mais nous serons agiles, créatifs, réactifs et à
proximité. Nous sommes prêts à nous challenger pour répondre à vos besoins. L’entrepreneuriat
français a largement prouvé sa valeur, il est reconnu dans le monde entier : nous sommes prêts à
imaginer et co-construire les produits, industries et services qui permettront de relever les défis
sociétaux qui sont les nôtres.

Nous serons peut-être (un peu) plus cher, c’est possible...mais pas si sûr...
Nous vous invitons à considérer la différence de coût entre une PME française et un achat à l’étranger
selon le modèle sociétal, économique et écologique que nous devons soutenir ensemble. Ainsi, vous
verrez que nous sommes moins chers. Moins chers en carbone, en destruction d’emploi, en indemnité
chômage, en santé publique… Pensez également que lorsque nous sommes en capacité de créer un
emploi dans notre entreprise, nous en créons également de façon indirecte, en remplissant les
restaurants, les hôtels et les petits commerces...  

Nous ne serons donc pas vraiment plus chers, convenons-en. Notre première façon d’agir pour le
monde de demain, c’est le pouvoir de notre carte bleue. C’est vrai pour les particuliers, auxquels on
suggère d’acheter des slips français plutôt que des caleçons en Chine ou des fruits et légumes au
maraîcher du coin plutôt que provenant de milliers de kilomètres. C’est encore plus vrai pour les
acheteurs publics et privés que vous êtes. Vos commandes pèsent très lourd dans la balance et dans
notre avenir.
Nous, dirigeants de TPE et de PME françaises, nous engageons à transformer le bénéfice généré
par vos achats en emplois. Parce que plus que des entreprises, nous sommes des citoyens.