Vous êtes sur la page 1sur 65

Ministère de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement

Direction des Aménagements Hydraulique


Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat (ENSMR, Ex ENIM)

Stage de formation :
Dimensionnement d’une éolienne pour l’alimentation des équipements du
barrage « SIDI ABDELLAH »

Fatima Zohra EL ARGOUBI && Fatima Zahra EZZAHRAOUI


1
2

Ministère de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement

Direction des Aménagements Hydraulique

Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat (ENSMR, Ex ENIM)

Stage de formation :
Dimensionnement d’une éolienne pour l’alimentation des
équipements du barrage « SIDI ABDELLAH »

Fatima Zohra EL ARGOUBI && Fatima Zahra EZZAHRAOUI

Année 2013/2014
3

I. Remerciements :

Nous tenons à remercier Madame NAIMI, chef du département


électromécanique, pour sa considération et pour la confiance qu’elle nous a
octroyée afin de mener notre stage au sein de la Direction des
Aménagements Hydrauliques.
Nous tenons à remercier vivement Monsieur EL AZHARI,
professeur à l’ENSMR, pour l’encouragement, la motivation et l’aide dont il
a su faire preuve.
Nous remercions pareillement Monsieur EL HASNAOUI,
professeur à l’ENSMR, pour ses conseils précieux et sa sympathie
considérable.
Nous adressons également nos sincères remerciements et notre
profonde gratitude à Monsieur AOURCHANE, Madame NIAR, Madame
AKKOUCHI nos encadrants techniques, pour leur disponibilité sans faille,
leur empathie, et surtout pour la grande patience qu’ils ont manifestée le
long de notre période de stage.
Nous n’oublions pas de remercier TOUTE PERSONNE qui a
contribué, de près ou de loin, à l’accomplissement de ce travail.
4

Résumé :

L’objectif du présent projet, effectué au sein du département


électromécanique de la Direction des Aménagements Hydrauliques
(DAH), est l’étude de faisabilité de l’installation d’une éolienne afin
d’alimenter les équipements du barrage « SIDI ABDELLAH » situé à
Taroudant. Ce projet est inscrit dans le cadre de la politique visée par la
DAH pour réduire sa dépendance envers l’ONE.

Après la présentation de la DAH, des différents barrages qui


existent au Maroc ainsi que leurs équipements constituants, notre travail
s’est articulé sur trois principaux axes: le premier correspond aux
généralités sur l’éolien (l’énergie éolienne au Maroc, avantages et
inconvénients, production de l’énergie électrique, composants et types
d’éoliennes ), le second correspond au dimensionnement et choix des
équipements de l’installation (éolienne, transformateur et appareillage de
protection et de raccordement) et le troisième est consacré à l’étude
technico-économique du projet.
5

I. Table de matières :
II. Table de matières :
Remerciement ....................................................................................................................... 3
Résumé..................................................................................................................................... 4
Table de matières ................................................................................................................... 5

Introduction général ............................................................................................................... 8

Chapitre 1 : contexte général


Introduction................................................................................................................. 9
I. Présentation de l’organisme d’accueil ........................................................ 10
1.1. La Direction des Aménagements Hydrauliques ............................................. 10
1.2. Organigramme de la DAH .............................................................................. 10
1.3. Le service électromécanique ........................................................................... 11
1.3.1. Organigramme du service électromécanique .................................................. 11
1.3.2. Les activités du service ................................................................................... 11

II. Généralités sur les barrages ........................................................................ 13


2.1. Définitions et rôles .......................................................................................... 13
2.2. Classification................................................................................................... 13
2.2.1. Les barrages en béton...................................................................................... 13
2.2.2. Les barrages en remblais ................................................................................. 15
2.3. Les ouvrages annexes d’un barrage ................................................................ 16
2.3.1. L’évacuateur de crues ..................................................................................... 16
2.3.2. Le vidange de fond.......................................................................................... 16
2.3.3. Les prises d’eau............................................................................................... 17
2.4. Les équipements hydromécaniques de la vidange de fond ............................. 17
2.4.1. Batardeau ....................................................................................................... 17
2.4.2. Vannes............................................................................................................. 17
2.4.3. Blindages......................................................................................................... 18
2.4.4. By-pass ............................................................................................................ 18
2.4.5. Grille .............................................................................................................. 18

Conclusion ................................................................................................................. 18
6
Chapitre 2: l’énergie éolienne

Introduction ........................................................................................................... 19
I. L’énergie éolienne au Maroc........................................................................ 20
1.1. Le parc éolienne marocain .............................................................................. 20
1.2. Perspective de développement ........................................................................ 21
II. Avantages et inconvénients de l’énergie éolienne ...................................... 22
III. Production de l’énergie éolienne.................................................................. 23
3.1. La rotation des pales ........................................................................................ 23
3.2. La production de l’électricité .......................................................................... 23
3.3. L’adaptation de la tension .............................................................................. 24
IV. Description technique des composants d’une éolienne .............................. 25
4.1. Les fondations ................................................................................................ 26
4.2. Le mât ............................................................................................................. 26
4.3. La nacelle ....................................................................................................... 26
V. Types des éoliennes ....................................................................................... 30
5.1. Classification selon le type de mât ................................................................. 30
5.2. Classification selon le type d’emploi .............................................................. 30
5.3. Classification selon la position de l’axe.......................................................... 31
5.3.1. Eolienne horizontale............................................................................ 31
5.3.2. Eolienne verticale ................................................................................ 31
Conclusion.............................................................................................................. 32

Chapitre 3 :

I. Introduction ............................................................................................................. 34
II. Calcul de la puissance demandée ...................................................................... 35
III. Sectionnement du site ........................................................................................... 36
IV. Etude du gisement de vent ..................................................................................... 38
V. Dimensionnement de l’installation éolienne ..................................................... 42
5.1. Dimensionnement et choix de l’éolienne ............................................................ 42
5.2. Dimensionnement et choix de l’appareillage de protection ............................... 43
5.3. Dimensionnement et choix du transformateur .................................................... 45

Conclusion ............................................................................................................... 47
7
Chapitre 4

Introduction ............................................................................................................ 48

I. Généralités sur l’analyse technico-économique............................................ 49


1.1. Evaluation du programme d’investissement......................................... 51
1.2. Charges d’exploitation ........................................................................... 53
1.3. Analyse de rentabilité............................................................................. 53
II. Etude de rentabilité de notre projet ................................................................. 55
1.1. Prix des équipements énergétiques ....................................................... 55
1.2. Calcul de temps de retour sur investissement....................................... 55

Conclusion ............................................................................................................... 55

Conclusion générale ............................................................................................... 56

Bibliographie et webographie................................................................................ 57

Liste des figures ..................................................................................................... 58

Annexe .................................................................................................................... 60
8

Introduction générale :

« On n’avait pas jusqu’à ce jour reconnu que l’essence de toute énergie,


latente ou active, dans la nature, était identique à la volonté.»
Arthur Schopenhauer.

Au cours de la dernière décennie, le monde s’intéresse de plus en plus aux énergies


propres, et ceci était sous plusieurs contraintes, entre autres, la demande du monde en
énergie électrique ne cesse de croitre, le combustible devient de plus en plus rarissime et
l'orientation vers les énergies propres devient de plus en plus inébranlable , ce qui a poussé
le ministère de l'énergie, des mines ,de l'eau et de l'environnement, étant un parmi les
organismes les plus concernés, et spécialement la Direction des Aménagements
Hydrauliques(DAH) , à s'intéresser à l'exploitation plausible et avantageuse des richesses du
pays et spécialement le potentiel éolien .

En termes de production d’électricité, l’énergie éolienne s’avère un moyen de production


performant, efficace et durable. , elle est l’une des filières les plus propres, les plus sures et
les plus rapides à mettre en place tout en étant renouvelable. Pourtant, parfois, cette
technologie a suscité la polémique. Peu d’infrastructures de production d’énergie ont suscité
des avis contradictoires au sein même de groupes de pensée, et aussi peu d’objectivité
scientifique et technique… En d’autres termes, l’instauration d’une installation éolienne ne
peut pas se faire avant une étude préalable. Ainsi, notre travail portera-t-il sur les étapes
nécessaires à la réalisation d’une installation éolienne pour garantir l’alimentation de notre
entité cible : le barrage SIDI ABDELLAH, à Taroudant.
9

Chapitre 1 : contexte général

« Ce chapitre présentera une vision générale sur le cadre du projet, il sera


divisé en deux parties, la première partie parlera de l’organisme d’accueil et
la deuxième exposera les barrages et les équipements qui font l’objet des
études du département électromécanique de la DAH ».
10

I. Présentation de l’organisme d’accueil :


1.1. La Direction des Aménagements Hydrauliques :
La Direction des Aménagements Hydrauliques direction centrale du département de l’eau du
ministère de l’énergie, des mines, de l’eau et l’environnement, a pour rôle l’étude, la réalisation, la
maintenance et l’exploitation des grands ouvrages hydrauliques sous réserve des attributions
reconnus à d’autres organismes (externalisation).

Les principales missions de la DAH sont :

 Planifier et programmer les études de conception des ouvrages hydrauliques.


 Participer à l’élaboration et veiller à l’affectation du matériel de chantier nécessaire à
la réalisation des ouvrages.
 Assurer la vérification de la conformité des plans d’exécution et le suivi des études et
travaux réalisés pour les aménagements.
1.2. Organigramme de la DAH :

DAH

dévision des division des petits et


réalisation et de la division des études des grands
maintenance barrages

service conception service des études


service travaux
des ouvrages techniques

service auscultation
service mécanique services gestions des
et topographie des
des sols chantiers
barrages

service entretien et service géologie des


grosses réparations barrages

service
électromécanique

Figure 1 : Organigramme de la DAH


11
1.3. Le service électromécanique :
C’est l’un des services de la « division des études », il comporte quatre ingénieurs, un
administrateur et un technicien. Le service est chargé de définir tout le matériel électromécanique
et hydromécanique des barrages, de suivre sa fabrication dans l’atelier, d’accompagner son
montage sur chantier et d’assurer sa mise en service.

1.3.1. Organigramme du service électromécanique :

chef de
service

1 administrateur 4 ingénieurs d'études 1 technicien

Figure 2 : organigramme service ELM

1.3.2. Les activités de service :


L’étude des propositions de l’ingénieur conseil :

L’ingénieur conseil ou bien le bureau d’étude amené à la réalisation du choix du matériel


électromécanique, propose au service le matériel appropié pour le barrage à réaliser, le service à
son tour avant de lancer le marché l’éxcution des travaux de fabrication et de montage est obligé
de faire un contrôle profond du choix de l’ingénieur conseil.

La définition du matériel électromécanique et hydromécanique :

Le service est amené à réaliser des appels d’offres pour la définition des équipements
équipants les ouvrages annexes : vannes, batardeaux …., ainsi que tout le matériel en amont
assurant le fonctionnement de ces derniers tels que les centrales hydrauliques, les postes de
transformation et les groupes électrogènes.

Gestion technique et administrative des marchés :

En plus du choix et définition des équipements électromécaniques, le service assure aussi la


réalisation des marchés, le lancement des appels d’offres et le choix des entreprises et bureaux de
contrôle, selon les procédures prédéfinies par la loi gérant les marchés publiques, pour la
réalisation des travaux de fabrication, le montage et de contrôle des équipements
électromécaniques et hydromécaniques.

Suivi des travaux de montage et d’installation :

Le service fait le suivi successif et permanent des travaux de fabrication et de montage des
équipements électromécaniques, assuré par un ingénieur du service.
12
Assurer la mise en service des équipements électromécaniques et
hydromécaniques :

Après achèvement des travaux de montage des équipements électromécaniques, le service


assure la mise en service de ses équipements en réalisant, en présence de l’entreprise et de
l’ingénieur conseil, des essais pour assurer le bon fonctionnement des équipements
électromécaniques et hydromécaniques.
13

II. Généralités sur les barrages :


2.1. Définitions et rôles :
Les barrages sont parmi les constructions humaines les plus importantes, à la fois par leurs
dimensions parfois exceptionnelles et par leur utilité sociale. Ils sont notemment indispensables à
l’alimentation en eau et à l’irrigation et ils encourent de façon importante à la production de
l’energie propre. Leur maintenance et leur surveillence constituent en outre des enjeux majeurs
pour la sécurité des populations.

Le dictionnaire définit le mot barrage de la manière suivante : « Ouvrage artificiel coupant le


lit d’un cours d’eau et servant soit à assurer la régulation , soit à alimenter des villes en eau ou à
l’irrigation des cultures, ou bien à produire de l’energie.

Un barrage comprend un corps limité à sa partie supérieure par une surface horizontale
appelée ‘couronnement’ ( sur laquelle est établie une voie de circulation ). La surface d’appui de
l’ouvrage sur le lit et les berges du cours d’eau s’appellent l’assise, et les surfaces limitant
l’ouvrage en amont et en avale sont les parements.

Un barrage peut etre équipé de plusieurs ouvrages annexes : évacuateur de crues, vidange de
fond, prise d’eau potable et prise agricole et usinière.

2.2. Classification :
Le type d’architecture d’un barrage désigne sa structure générale. Chaque structure offre un
mode de résistance différent à la poussée de l’eau. Le choix du type d’architecture est determiné
selon différents paramètres technico-économiques.

Quels que soient leurs matériaux constitutifs,leurs dimensions, leurs fonctions et leurs sites
d’implantation, les barrages se réduisent à deux grandes familles : les barrages en béton et les
barrages en remblai.

2.2.1. Les barrages en béton :


14

Figure 3 : Les différents barrage en béton


15
a. Les barrages poids

Ce type de barrages est très répandu car ils sont souvent implantés dans les moyennes et
larges vallées ayant une fondations rocheuse dure ; la particularité de ce type de barrage est,
comme son nom l’indique, son poids qui s’oppose à la force de l’eau qui s’applique sur tout son
parement amont, leur construction demande des millions de mètres cubes de béton et plusieurs
années de travail.

b. Les barrages voûtes :


Les barrages-voûtes sont des barrages de haute montagne,ils sont caratérisés par leur forme
voûte qui dirige la force de l’eau vers les extrémités du barrage sur les rives rocheuses de la vallée.
A la base du barrage, l’épaisseur de béton est assez conséquente. Au fur et à mesure de la montée
vers la crête, la voûte s’affine pour ne former que quelques mètres.

c. Les barrages à contreforts :

Ils sont constitués s’une série de murs parallèles, généralement de forme triangulaire, plus ou
moins épais et plus ou moins espacés (les contreforts) et une bouchure entre les contreforts
transmettant à ceux-ci la poussée de l’eau.

2.2.2. Les barrages en remblai :

Figure 4 : barrages en remblai


Il est composé soit d’un noyau intérieur étanche retenu des deux côtés par des massifs d’appui
entre terre ou en encochement, soit d’un masque amont étanche reposant sur un massif en
encochement. Cette conception conduit à une section transversale beaucoup plus large que celle
des barrages en béton. En raison de la déformabilité de ses matériaux, elle peut être aussi bien
fondée sur des sols rocheux, sableux ou graveleux.
16
2.3. Les ouvrages annexes d’un barrage :
Les ouvrages annexes d’un barrage qui concernent l’évacuation des crues, la vidange et la
prise d’eau. Ces dispositifs peuvent être soit complétement séparés du corps du barrage, grâce à
des tranchées ou des galeries souterrains de contournant, soit y être incorporés.

Figure 5 : ouvrages annexes d’un barrage

2.3.1. L’évacuateur de crues :

La majorité des ouvrages hydrauliques sont équipés de seuils évacuateurs de crues ou


déversoirs qui permettent d’évacuer des débits en cas de crue afin de préserver l’ouvrage. Le
dimensionnement de ces évacuateurs de crues est fondamental pour la sécurité des ouvrages, car il
permet d’éviter que le niveau d’eau dans la retenue n’atteigne pas des cotes critiques.

2.3.2. La vidange de fond :

La vidange de fond sert à relâcher l’ensemble du volume stocké pour des raisons de sécurité,
pour inspecter l’ouvrage à vide ou encore pour réaliser des travaux de maintenance et d’entretien.
Elle permet d’abaisser le plan d’eau en cas de besoin ou de vider complétement la retenue, elle
peut également être utilisée pour évacuer les sédiments qui se déposent dans la retenue.

Les pertuis de la vidange de fond sont généralement équipés d’une vanne de garde et d’une
autre de réglage. Cette dernière peut occuper des positions intermédiaires pour soit contrôler le
niveau de la retenue soit vidanger partiellement ou totalement la retenue.
17

2.3.3. Les prises d’eau :

Elles permettent de capter l’eau de la retenue et de la conduire à travers une conduite, une
galerie ou un canal vers une centrale hydroélectrique ou tout autre ouvrage permettant l’irrigation
ou l’alimentation en eau potable.

2.4. Les équipements hydromécaniques de la vidange de fond :


Chaque pertuis de la vidange de fond est composé d’un ensemble d’équipements
hydromécaniques qui différent selon son type, dans cette partie nous allons présenter les
équipements les plus fréquents dans un pertuis de la vidange de fond.

2.4.1. Batardeau :

Il s’agit d’un matériel de type installé en surface, caractérisé par sa


manœuvre en eau morte.

Il est utilisé pour isoler le pertuis lorsque des travaux doivent être effectués
sur la vanne de garde.

En général, on utilise un seul batardeau pour plusieurs prises ; dans ce cas il


est dimensionné pour la charge de la prise la plus basse.

2.4.2. Vannes Figure 6 : batardeau


On classifie généralement les vannes de la vidange de fond d’un barrage en deux types : les
vannes de garde et les vannes de réglage, parmi leurs applications principales on peut citer :

 La protection contre les inondations.


 Maintenir un réservoir à un niveau constant.
 Régulation du débit dans des barrages.
 Maintenance des équipements en avale.

Même s’il existe plusieurs critères pour classer les vannes des barrages, on retient
généralement le critère de la forme de la vanne et la forme du pertuis à obturer.

On peut trouver dans des pertuis rectangulaires des vannes plates comme des vannes wagon
ou des vannes à glissières, on peut également trouver des vannes pivotantes comme des vannes
segment. Un pertuis circulaire peut être équipé d’une vanne à opercule, vanne papillon, vanne à jet
creux ou vanne guillotine.

2.4.3. Blindage :
18
Le blindage est le « recouvrement » du pertuis par une tôle en acier pour éviter l’arrachement
du béton sous l’effet de la pression d’injection ou la pression indiquée par le maître d’œuvre. Cette
tôle est renforcée par des raidisseurs.

Suivant la position le long du pertuis on distingue :

a. Blindage amont et aval :

Ce blindage est calculé pour supporter la pression d’injection ou la pression indiquée par le
maître d’œuvre.

b. Blindage intermédiaire :

Ce blindage est calculé pour être auto résistant, c’est-à-dire que le béton ne participe pas à la
tenue du blindage.

2.4.4. By-pass :

Le by-pass est une conduite qui relie l’amont et l’aval d’une vanne. Il permet le réglage des
faibles débits, ainsi on peut l’utiliser dans certains cas pour l’équilibrage de la pression des deux
côtés de la vanne de garde lorsqu’on veut la manœuvrer.

2.4.5. Grille :

Elles sont placées à l’amont du pertuis et installées sous charge d’eau. Les grilles jouent un
rôle de protection pour les prises d’eau.

Conclusion :

Le présent chapitre permet d’avoir une idée sur le fonctionnement de la DAH et


ses différents départements, et sur les barrages qui existent de par le Maroc, ainsi
que les composants essentiels d’un barrage. Or la majorité de ces derniers nécessite
une alimentation en énergie électrique, d’où le fait de penser à l’éolienne.
19

Chapitre 2 : l’énergie éolienne

Puisque le Maroc possède un gisement naturel riche en matière de vent,


et témoigne d’une augmentation remarquable du KWh, l’exploitation du
potentiel éolien devient de plus en plus plausible. Dans ce chapitre nous
allons traiter des généralités sur les éoliennes.
20

I. L’énergie éolienne au Maroc :


Dans le cadre de sa
stratégie énergétique, le Maroc
accorde une priorité au
développement des énergies
renouvelables. Avec des
ressources éoliennes
abondantes, une position
stratégique au cœur d’un
carrefour énergétique
(Connexion au réseau
électrique espagnole par deux
lignes, de 400kV/700 MW), le
Maroc offre ainsi plusieurs
opportunités d'investissements
dans le secteur des énergies
renouvelables et plus
particulièrement l’énergie éolienne. Figure 7 : parc éoliens réalisés et en cours de développement

1.1. Le parc éolien Marocain :


Le Maroc dispose d’un important potentiel éolien, en particulier au Nord et au Sud.
La base du parc éolien marocain comporte les 15 parcs suivants. Parmi eux ceux qui sont
en cours de construction :
 Akhfennir(101 870 kW , 61 éoliennes)
 Al Koudia Al baida(53 900 KW , 91 éoliennes)
 Ciments du Maroc(5 000 KW , 5 éoliennes)
 Foud El Wad(50 600 kW , 22 éoliennes)
 Foum El Oued (200 000 kW)
 Haouma (50 600 kW , 22 éoliennes)
 Laâyoune (51 100 kW , 39 éoliennes)
 Sendouk (65 000 kW)
 Tan Tan (10 000 kW)
 Tanger (140 250 kW , 165 éoliennes)
 Tarfaya (300 000 kW)
 Tarfayer (65 000 kW)
 Tetouan (32 000 kW)
 Tetouan II (10 200 kW , 12 éoliennes)
 YNNA Bio Power (20 000 kW)
21
Il est nécessaire aussi de mentionner que, durant les dernières années, le Maroc a enregistré
une hausse importante de sa capacité de production de l’électricité via l’énergie éolienne. Cela
est prouvé par le graphique suivant :

Figure 8 : développement de la capacité de production en


énergie éolienne

1.2. Perspective de développement :


Le 28 juin 2010, SM le Roi préside à Tanger la cérémonie de présentation du Programme
marocain intégré de l'énergie éolienne d'un investissement total de 31,5 MMDH. Le programme
marocain intégré de l'énergie éolienne s'articule autour de l'édification de nouveaux parcs éoliens qui
porteront la puissance électrique installée d'origine éolienne de 280 MW actuellement à 2.000 MW en
2020.
22

II. Avantages et inconvénients de l’énergie éolienne :

Avantages Inconvénients
Energie renouvelable et non polluante. C’est une énergie intermittente,
Elle n'a aucun impact néfaste sur l'énergie éolienne ne suffit pas en elle-
l'environnement comme les sources même à définir une politique
d'énergie qui émettent le CO2. énergétique et
environnementale.

Elle ne présente presque aucun risque Provoque des effets visuels négatifs sur
et ne produit évidemment pas de le paysage. Ainsi que des problèmes
déchets radioactifs. de bruit et d'interférences
électromagnétiques.
Provoque des effets visuels négatifs sur L'énergie éolienne est dépendante de la
le paysage. Ainsi que des problèmes topographie, de la météo et de
de bruit et d'interférences l'environnement.
électromagnétiques.
Energie gratuite qui participe à long
terme au maintien de la biodiversité
des milieux naturels.
Un parc éolien prend peu de temps à
construire par rapport aux centrales
classiques, et son démantèlement
garantit
la remise en état du site original.
Elle offre la possibilité de réduire les
factures d'électricité

Tableau
1.1. 1Production
: avantages etdeinconvénients de l’énergie
l’énergie éolienne : éolienne
23

III. Production de l’énergie électrique :

Energie cinétique Energie mécanique Energie électrique Réseau


(vent) (rotor) (génératrice) de distribution

Figure 9 : production de l’énergie éolienne


Cette énergie permet de fabriquer de l'électricité dans des éoliennes, appelées aussi
aérogénérateurs, grâce à la force du vent.
- Principe de production:

3.1. La rotation des pales:


- Sous l'effet du vent, l'hélice, appelée aussi rotor, se
met en marche. Ses pales tournent.
- Le rotor est situé au bout d'un mât car les vents
soufflent plus fort en hauteur. Suivant le type d'éoliennes, le
mât varie entre 10 et 100 m de haut.
- Le rotor comporte généralement 3 pales, mesurant
entre 5 et 90 m de diamètre.
Figure 10 : la rotation des pales
3.2. la production d’électricité:
- L'hélice entraîne un axe dans la nacelle, appelé
arbre, relié à un alternateur.
- Grâce à l'énergie fournie par la rotation de l'axe,
l'alternateur produit un courant électrique alternatif.

Figure 11 : la production d’électricité


24
3.3. l’adaptation de la tension:
- Un transformateur situé à l'intérieur du mât élève
la tension du courant électrique produit par l'alternateur
pour qu'il puisse être plus facilement transporté dans les
lignes à moyenne tension du réseau.
- Pour pouvoir démarrer, une éolienne nécessite
une vitesse de vent minimale d'environ 10 à 15 km/h.
Pour des raisons de sécurité, l'éolienne s'arrête
automatiquement de fonctionner lorsque le vent
dépasse 90 km/h. La vitesse optimale est de 50 km/h.

Figure 12 : l’adaptation de la tension


25

IV. Description technique des composants d’une éolienne:

Une éolienne ordinaire comporte les fondations, le mât, la nacelle et les pales.

Figure 13 : les différents composants d’une éolienne


26

4.1. Les fondations :


Les fondations permettent d'assurer le bon
ancrage du mât et donc de l'éolienne dans le sol.
Ainsi, votre éolienne pour particulier ne risque
pas d'être déracinée par le vent.
La fondation d’une éolienne s’étend sur une
surface comprise entre 100 et 300 m² selon les
modèles et les puissances, et jusqu'à 3,20 m de
profondeur pour une éolienne de 2 MW si le sol est
stable. Cette emprise au sol est ramenée à moins de
100 m² lorsque le chantier est terminé et les Figure 14 : fondation d’une éolienne en Belgique
fondations recouvertes de terre et d’un empierrement.

4.2. Le mât :
Un mât permet de placer le rotor à une hauteur suffisante pour permettre son mouvement
(nécessaire pour les éoliennes à axe horizontal) ou placer ce rotor à une hauteur lui permettant
d'être entraîné par un vent plus fort et régulier qu'au niveau du sol.
Il existe 2 types de matériaux d'un mât d'éolienne : aluminium ou métal résistant à la rouille.

Figure 15 : illustration de mâts

Bon à savoir : Pour avoir toujours plus de sécurité, le mât peut être fixé par des haubans. Ce
terme désigne des câbles métalliques qui partent du mât et vont jusqu'au sol. La solidité du mât est
donc renforcée.

4.3. La nacelle :
Véritable salle des machines perchée en haut du mât, la nacelle de l’éolienne renferme tous
les instruments qui permettent à l'éolienne de fonctionner automatiquement.
Une nacelle comprend les éléments qui suivent:
27
a. Les pales :
Ce sont des capteurs de l’énergie cinétique qui
transmettent l’énergie au rotor. Elles sont en fibre de
verre et en fibre de carbone. Du fait de leur longueur
(30 à 40 mètres) il faut des convois exceptionnels pour
les transporter sur le site.
Les pales sont caractérisées par :

 leur longueur.
 leur largeur.
 leur profil.
 leurs matériaux de construction.
Figure 16 : illustration d’une pale
 leur nombre.

b. Le moyeu:
Le moyeu, encore appelé “nez”, est en général une pièce
d'acier moulée. Il reçoit les pales et se monte sur l'arbre lent
d'entrée du multiplicateur.
Il est pourvu d'un système de régulation.

Figure 17 : illustration d’un moyeu

c. Multiplicateur de vitesse:
Le multiplicateur permet de transformer la puissance à
vitesse lente et à un couple élevé produite par le rotor de
l'éolienne, en une puissance à grande vitesse et à un couple
faible utilisée par la génératrice.

Figure 18 : illustration d’un multiplicateur de vitesse

d. Génératrice électrique:
- C’est un dispositif permettant de produire de
l’électricité à partir d'une autre forme d'énergie, dans le cas
d'une éolienne ce sera l'énergie mécanique du vent.

- Il s’agit d’une machine constituée d'un rotor et d'un


stator générant un courant alternatif.

- Il peut être une machine synchrone ou asynchrone.


Figure 19 : illustration d’une génératrice électrique
28

e. Système d’orientation des pâles:


Sur les grandes éoliennes, la nacelle est trop lourde pour être orientée dans le vent par une dérive.
C'est donc l'automate qui ordonne à un servomoteur de modifier la direction de la nacelle en fonction
de l'indication du vent reçue de la girouette située sur le toit de l'éolienne.

f. L’arbre lent:
L'arbre lent ou arbre primaire relie le Moyeu du Rotor au
multiplicateur qui tourne lentement (30 à 40 tours/min).

Il est relié à l'arbre secondaire par l'intermédiaire du


multiplicateur.

Figure 20 : illustration d’un arbre lent


g. L’arbre rapide:
L'arbre rapide ou arbre secondaire relie le multiplicateur à la génératrice électrique, sa vitesse de
rotation est élevée (de 1 000 à 2 000 tours/min).

h. Le frein mécanique:
C’est un frein à disque monté sur l’arbre rapide et constitue
un dispositif de sécurité permettant de limiter la fréquence de
rotation en cas de vent violent.

i. Refroidisseur: Figure 21 : illustration d’un frein


- Des refroidisseurs sont placés sur le multiplicateur qui encaisse les efforts mécaniques de l'arbre
lent à l'arbre rapide.

- Ils peuvent se présenter sous différentes formes :

Ventilateurs, Radiateurs d'eau et Radiateurs d'huile (utilisés sur les multiplicateurs).


29
j. Les outils de mesure: (girouette et anémomètre).
- La girouette et l’anémomètre permettent de connaitre la
direction et la vitesse du vent.

- Ils sont souvent associés au dispositif d’orientation de


l’éolienne.

Figure 22 : illustration d’une girouette

k. Système de contrôle-commande de l’éolienne:


- Ce système est contrôlé par des ordinateurs puissants.

- Son rôle est de surveiller 24 heures sur 24 les conditions de l’éolienne ainsi qu’à recueillir des
statistiques relatifs sur le fonctionnement de celle-ci.

- Il veille à ce que le fonctionnement de l’éolienne soit fiable à tout moment.

- Le système contrôle-commande est en général situé à l’intérieur de la nacelle.

- Le système vérifie, entre autres, la vitesse de rotation du rotor, la génératrice, la tension ainsi que
l’intensité du courant de cette dernière. Mais il est possible d’enregistrer les foudres et leurs charges,
d’obtenir des informations sur la température de l’air en dehors de l’éolienne, celle de l’huile du
multiplicateur.

Figure 23 : système de supervision à distance


30

V. Types des éoliennes :


5.1. Classification selon le type des mâts:
Mât en béton Mât en métal Mât haubané Mât en treillis

Les types des mâts souvent rencontrés sont:

Figure 24 : les différents types de mâts

5.2. Classification selon l’environnement d’emploi:


On distingue entre:

- L’éolien On-Shore: ou éolien terrestre désigne toutes les éoliennes installées sur la terre ferme.

-L’éolien Off-Shore: ou éolien marin désigne l'installation de fermes éoliennes en mer (à des
profondeurs allant jusqu'à 25 ou 30 m et dans des zones situées en moyenne à 10 km des côtes)

Figure 25 : parc éolien On-shore er Off-shore

Il est à noter que l’avantage majeur de l’éolien Off -Shore par rapport a l’On-shore c’est que le
vent est beaucoup plus fort et régulier dans la mer. Or, l’installation d’une éolienne Off -shore est
beaucoup plus coûteuse.
31
5.3. Classification selon la position de l’axe:
On distingue entre une éolienne horizontale et une éolienne verticale:

5.3.1. Eolienne horizontale :

L'éolienne horizontale fonctionne globalement selon le même


principe que les éoliennes de grandes capacités que l'on peut voir dans
les parcs éoliens :

- Le plus souvent, l'éolienne pour particulier à axe horizontal capte


le vent grâce à des pales assemblées en hélice.

- Celles-ci tournent autour du mât placé horizontalement par


rapport au sol.

- Le générateur, actionné par la rotation de l'hélice, et situé en haut


de l'éolienne.

Il existe deux catégories :

Eolienne amont ou hélice au vent : le vent souffle Figure 26 : éolienne horizontale


sur le devant des pales en direction de la nacelle. Les pales sont rigides et le rotor est
orienté selon la direction du vent.

Eolienne avale ou hélice sous le vent : le vent souffle sur l’arrière des pales en
partant de la nacelle. Le rotor flexible, auto orientable.

Figure 27 : éolienne aval Figure 28 : éolienne amont


5.3.2. Eolienne verticale :

Les pales de l'éolienne verticale tournent autour d'une tige positionnée verticalement, comme son
nom l'indique. Cette solution est moins répandue que l'éolienne horizontale.

Son principal atout est sa capacité à capter des vents faibles.

Il existe 2 types d’éolienne à axe vertical: Darrieus et Savonius.


32

Figure 29 : éolienne verticale : « Darrieus » Figure 30 : éolienne verticale : « Savonius »

Conclusion :

Ce chapitre permet d’avoir une idée globale sur la production de l’énergie électrique
à partir de la force du vent, l’énergie éolienne au Maroc, les avantages et les
inconvénients de l’énergie éolienne, les différents composants d’une installation
éolienne ainsi que les différents types de l’éolienne.
33

Chapitre 3 : Etude de cas

Le but de ce chapitre est de dimensionner une installation éolienne


convenable, qui assurerait l’alimentation des équipements électromécaniques du
barrage « SIDI ABDELLAH ».
34

I. Calcul de la puissance demandée :


Pour dimensionner une installation éolienne il faut impérativement passer par le dimensionnement
des éléments suivants :

 Dimensionnement et choix de l’éolienne.


 Dimensionnement et choix du transformateur élévateur.
 Dimensionnement et choix l’appareillage de protection.
 Dimensionnement et choix de PLL.

Pour ce faire, nous devons passer par le calcul de l’énergie nécessaire au fonctionnement des
équipements électromécaniques et leurs puissances active et réactive.

Figure 31 : la puissance active demandée

La puissance active totale 77.51 KW, et avec un facteur de simultanéité de 0.6 la puissance
active devient 46.51 KW , (voir l’annexe fig ).

La puissance apparente est de 75.58 KVA (voir l’annexe fig ).


35
Afin de mettre en œuvre un parc éolien, il faut passer par ces sept étapes :

1/ Sélectionner un site.
2/ Etudier la faisabilité du projet.
3/ Etablir le plan d’implantation du projet.
4/ S’accorder l’approbation du projet.
5/ Construire le projet.
6/ Exploiter l’installation.
7/ Démonter l’installation.
36

II. Sélectionner le site :


Le site est déjà défini par la Direction des Aménagements Hydrauliques : le barrage « SIDI
ABDELLAH » situé à Taroudant.

Le barrage SIDI ABDELLAH est situé sur l’Oued Ouaâr qui est un affluent –rive droite de
l’Oued Souss. L’accès au site se fait à partir de la ville de Taroudant en empruntant une piste en
direction de Tamaloukt, puis vers Souk Ahad Lmoulass, sur une distance d’environ 23 Km.

La cuvette du barrage s’étend principalement suivant la direction Nord-Sud.

L’axe du barrage est repéré sur la restitution topographique au 1/1500 par les points A et B aux
coordonnées Lambert suivantes :

A : X= 171 500,00 et Y= 408 856,00

B : X= 172 000,00 et Y= 408 852,00

Figure 32 : Plan du barrage SIDI ABDELLAH


37
Taroudant est une ville du Sud-Ouest du Maroc se trouve à 80km à l’est d’Agadir et exactement à
30° 28’ Nord 8° 52’ Ouest avec une altitude de 238m.

Figure 33 : L’emplacement de Taroudant.


38

III. Etude du gisement du vent

Figure 34 : Distribution des vitesses de vent au Maroc.

La carte représente une distribution grossière des vitesses du vent ce qui ne vas pas nous permettre
de trancher dans la vitesse moyenne du vent dans la région de Taroudant, d’où la nécessité de
l’utilisation d’un logiciel approprié.

Dans notre étude nous nous baserons sur les vitesses de vent données par le logiciel RETcreen :
39

Les vitesses
mensuelles (m/s)
La moyenne (m/s)

Figure 36 : les vitesses deFigure


vent mensuelles à Taroudant
35 : Vitesse et leur moyenne
de vent à Taroudant

Figure 36 : Vitesse moyenne du vent à la région du barrage SIDI ABDELLAH

4,4 4,4
4,3
4,2 4,2 4,2
4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1
4
3,9 3,9
3,8
3,7 3,7

La vitesse moyenne est de 4.1m/s pour une altitude de 10m


Pour calculer la vitesse moyenne de vent pour les différentes altitudes, on utilise cette
relation :

Vmoy/Vmoy0 = (H/H0)α

Tel que :
40
Vmoy : la vitesse moyenne de vent à la hauteur moyenne H.

Vmoy0 : la vitesse moyenne à la hauteur de l’anémomètre (10m) .

Et α : le coefficient de rugosité.

Nous avons consulté le site http://wind-data.ch et nous avons obtenu les valeurs
suivantes pour une vitesse moyenne de 4.1m/s mesurée à une hauteur de 10m et pour un
coefficient de rugosité α=0.28 (voir l’annexe).

Figure 37 : Vitesses de vent pour les différentes hauteurs


41

Figure 38 : la hauteur en fonction de la vitesse


42

IV. Dimensionnement de l’installation éolienne:


4.1. Choix et dimensionnement de l’éolienne :
Puisque Taroudant n’est pas une ville côtière et puisque le barrage n’est pas proche de
la côte, nous allons choisir les éoliennes terrestres (de type ONSHORE).

Le choix de la taille de l’éolienne dépend de la puissance demandée :

 le grand éolien : puissance > 350 kW


 le moyen éolien : puissance entre 36 kW et 350 kW
 le petit éolien : puissance entre 1 kW et 36 kW
 le très petit éolien : puissance < 1 kW

Après avoir effectué des recherches, nous avons abouti à la solution suivante :

2 HUMMER-50KW

Figure 39 : HUMMER-50kw
43
4.2. dimensionnement Choix de l’appareillage de protection :
Un disjoncteur, un appareil électromécanique de connexion qui permet de couper le
courant d'un ou plusieurs circuits en cas de surintensité ou surcharge, a pour but de
protéger :
Les installations électriques, des courants d'intensités trop élevées susceptibles de les
endommager ;
Et les hommes, de l'électrocution.
Les différents types de disjoncteur
Il existe plusieurs types de disjoncteur:
- Les disjoncteurs magnétiques, qui assurent la protection contre le court-circuit.
- Les disjoncteurs thermiques, qui assurent la protection contre les surcharges.
- Les disjoncteurs magnétothermiques, qui assure la protection contre le court-circuit ainsi
que les surcharges.
- Les disjoncteurs électroniques, qui réalisent les fonctions des déclencheurs thermiques et
/ ou magnétiques, tout en disposant d’une large plage de réglage (du niveau de
déclenchement, du délai de déclenchement),
- Les interrupteurs et les disjoncteurs magnétothermiques différentiels, qui assure la
protection contre le court-circuit, les surcharges et la protection des personnes contre les
contacts indirects.

Les caractéristiques principales d'un disjoncteur :


Courant d'emploi IB : il s'agit du courant nominal ou maximal de la charge.
Courant nominal du dispositif de protection In : est le calibre en Ampères de la cartouche
fusible.
Courant admissible dans la canalisation Iz : il s'agit de l'intensité maximale autorisée dans
la ligne.
Courant assigné In: est la valeur maximale du courant permanent que peut supporter un
disjoncteur équipé d’un déclencheur à une température ambiante précisé par le constructeur,
en respectant les limites d’échauffement
prescrites.
Courant de réglage Ir ou (Irth): est le courant maximal que peut supporter le disjoncteur,
sans déclenchement. Cette valeur doit être supérieure au courant d’emploi Ib et inférieure au
courant admissible dans la canalisation Iz.
Les déclencheurs thermiques sont en général réglables de 0,7 à 1 fois In alors qu’en
technologie électronique les plages sont généralement plus larges (couramment de 0,4 à 1
fois In).
Courant de fonctionnement Im: courant qui provoque le déclenchement pour les fortes
surintensités. Il peut être fixe ou réglable et peut varier entre 1,5 In et 20 In.
Pouvoir de coupure Icu ou Icn: est la plus grande intensité de courant de court–circuit
(courant présumé) qu’un disjoncteur peut interrompre sous une tension donnée. Il s’exprime
en général en kA efficace symétrique et
est désigné par Icu (pouvoir de coupure ultime pour les disjoncteurs industriels et par Icn
(pouvoir de coupure assigné) pour les disjoncteurs à usage domestique ou assimilé.
44
Pouvoir de limitation: c'est la capacité d'un disjoncteur à ne laisser passer qu'un courant
inférieur au courant de court-circuit présumé.
Tension assignée d’emploi Ue : est la ou les tensions auxquelles l’appareil peut être utilisé.
Polarité d’un disjoncteur: est le nombre de pôles étant coupés lors d’un déclenchement et le
nombre de pôles étant surveillés par un relais thermique.
Choix du disjoncteur :
Selon la norme NF C 15-100, un disjoncteur ne peut assurer la protection d’une
canalisation pour toute valeur du courant que si les conditions ci-dessous sont vérifiées :

Ib ≤ Ir

PdC ≥Icc tri

Avec :

Ib : intensité de service.
Ir : intensité de réglage.
Icc tri : intensité de court-circuit triphasé au point d’installation de disjoncteur.
PdC : pouvoir de coupure de disjoncteur.

Pour une température ambiante de 40 °C, la valeur de l’intensité traversant une phase
est de :

Ib=75 580/( 600 * √3)=72.73A

Donc Ib=72.73A

Nous choisissons une valeur normalisée du calibre de la protection Ir juste supérieur à


72.73A, soit In=80 A.

Pour un disjoncteur industriel Ir=In=80A .

Icc=

D’où le choix du disjoncteur : HGL36080 (voir l’annexe).


45

Figure 40 : Le disjoncteur HGL36080

4.3. Choix et dimensionnement de transformateur :


La production de l’énergie électrique et son transport se fait généralement en triphasé Par
ailleurs on démontre facilement que le transport de l’énergie en haute tension est plus
économique d’où la nécessité d’employer des transformateurs élévateurs à la sortie de centrale
de production et abaisseur tout proche des centres de consommation.

Figure 41 : Transformateur triphasé


46
On convient de repérer les bornes comme suit :
 Enroulements primaires par des lettres majuscules(A.B.C)
 Enroulements secondaires par des lettres minuscules (a.b.c)
 Les bornes désignées par le mémé lettre sont dites »Homologues »
On obtient ainsi 6 couplages possibles entre primaire et secondaire :
Y-y : étoile –étoile
Y-d : étoile-triangle
Y-z : étoile-zigzag
D-y : triangle- étoile
D-d : triangle –triangle
D-z: triangle-zigzag.

Choix du transformateur :

Afin de ne pas perturber le réseau, nous devons raccorder notre installation directement au réseau
moyenne tension 22KV, d’où la nécessité d’un transformateur élévateur qui a les caractéristiques
suivantes :

La tension du primaire : 600V

La tension secondaire : 22KV

La puissance apparente : S=100KVA (valeur normalisée juste supérieure à 75.58KVA).

Le transformateur élévateur à créer est : S9-M (voir l annexe).

Le transformateur abaisseur est déjà existé.

Schéma de raccordement au réseau :


La puissance délivrée par notre installation est prévue d’alimenter les équipements
électromécaniques du barrage « SIDI ABDLLAH », le schéma de raccordement est illustré par la
figure ci-dessous :

Figure 42 : les constituants de notre installation.


47

Le couplage de l’installation au réseau doit respecter des contraintes sur la fréquence,


l’amplitude et la phase de la tension et ne doit pas affecter la stabilité du réseau. Les
perturbations produites par l’installation au point de raccordement doivent être limitées en ce
qui concerne les à-coups de tension et la fréquence.

Donc pour raccorder correctement notre installation au réseau moyenne tension, nous
devons ajouter un dispositif de synchronisation des phases qui permet de lier chaque phase à
son homologue, et un dispositif de coupure en cas de non compatibilité des deux tensions et
des deux fréquences.

Conclusion :

Le chapitre décris les étapes de la mise en place de l’éolienne. Après la


détermination de la puissance nécessaire, vient le choix des aérogénérateurs et
de l’appareillage de raccordement et de protection ; nous nous sommes
décidées sur deux éoliennes, un transformateur élévateur et un disjoncteur.
48

Chapitre 4 : Etude technico-économique du


projet :

L’objectif de ce chapitre est de s’assurer de la viabilité du projet ; notre étude


technico-économique va nous conduire à déterminer le cout du kWh produit et une
durée de retour sur investissement qui aidera à trancher sur la faisabilité
économique du projet.
49

I. Généralités sur l’analyse technico-économique :


L’analyse technico-économique est l’une des plus importantes étapes d’un projet. Elle
permet de déterminer la rentabilité du projet ainsi le temps de retour d’investissement c’est-
à-dire la période de récupération du coût d’investissement.

Le coût d’investissement :
Le coût d’investissement désigne le montant total nécessaire pour mettre en œuvre un projet.
C’est investissement peut être réalisé avec des capitaux propres, des crédits d’institutions
financières nationales ou internationales et de fournisseurs.

Les étapes pour réaliser une étude économique :


La démarche à suivre se résume dans les étapes suivantes :

1/ L’évaluation du programme d’investissement


2/ L’étude de l’exploitation
3/ Analyse de la rentabilité
1.1. Evaluation du programme d’investissement
Le programme d’investissement de notre projet comporte :

1/ Partie Civil.
2/ Partie Electrique.
1.1.1. Partie Civil :
 Infrastructure :
 Fondation de l’éolienne :
 Transport des composants de l’éolienne vers le site.
1.1.2. Partie électrique :

Le raccordement électrique est un critère primordial pour la rentabilité d’un projet


éolien, la distance entre le parc éolien et le poste de raccordement détermine la faisabilité du
projet. On distingue :

 Le réseau interne au parc qui relie les éoliennes entre elles et au poste de livraison.
 Le réseau externe du raccordement au réseau ONE.
1.1.3. Business Plan :

Le but de ce paragraphe est d’évaluer la viabilité économique du projet.

a) Estimations des pertes :

Les pertes du projet sont les suivantes :


50
 Pertes électriques : Pertes dues à la conception du réseau électrique du parc
(facteurs limitant le courant …etc).
 Pertes dues à la disponibilité des machines : Les arrêts d’une éolienne pour une
maintenance régulière, une réparation ou autres arrêts planifiées.
 Pertes hystérésis : En général, le terme hystérésis désigne un processus qui
ne procède pas de la même manière quand il est lancé dans des directions différentes.
 Pour une éolienne une vitesse supérieure à 25m/s causera l’arrêt de celle-ci, elle ne
reprendra pas tant que la vitesse du vent ne tombe pas au-dessous de 25m/s.
 Pertes environnantes : Ce facteur reflète les pertes associées à la dégradation des
pâles de l’éolienne (chute de neige, accumulations de saletés à long terme …etc.).
 Pertes pleine charge : Aptitude du réseau électrique pour le transport de l’énergie
produite.

Figure 43 : Estimation des pertes.

b) Coûts des investissements :

Les coûts des immobilisations pour les projets d'énergie éolienne, sont dominés par le coût
des éoliennes elles-mêmes, de 75% (source : Eoliennes & Aspects Economiques). En
second lieu viennent : le raccordement au réseau de livraison/transport, les
installations électriques du parc et les fondations.

A ces coûts doivent s’ajouter les frais de la partie ingénierie & planification ainsi que les
frais variés. La structure des coûts d’un projet de parc éolien se répartit de la façon suivante
:
51

Figure 44 : Répartition des coûts d’investissement d’un projet éolien.

1.2. Charges d’exploitation :


Les couts d’exploitation constituent une part importante du résultat annuel d'un parc
éolien. Ils sont liés à un nombre de charges :

 Les assurances.
 La location des terrains.
 Les maintenances régulières.
 Les réparations.
 Les pièces de rechange.
 L’administration du parc.

Pour l'assurance et l'entretien régulier, il est possible d'obtenir des contrats types, portant sur
une partie considérable de la durée de vie totale du parc.

Cependant, les couts de réparation et les pièces de rechange sont beaucoup plus
difficiles à prévoir. Bien que tous les éléments du cout d’exploitation aient tendance à
augmenter, les frais des réparations et des pièces de rechange sont particulièrement
influencées par l'âge des turbines.

1.3. Analyse de la rentabilité :


L'analyse de la rentabilité a pour but de juger la rentabilité économique du projet afin de
faire le choix de l’investissement le plus rentable. Pour se faire, on procédera au calcul du
taux de rentabilité interne (TRI).
52
1.3.1. Hypothèses de calcul :

Pour effectuer ce calcul, on suppose :

 Un taux d’actualisation pour les parcs éoliens de 11%


 Un taux d’inflation de 2%.
 Un amortissement comptable linaire sur 20 ans.
1.3.2. Evaluation du Coût du KWh :

Le calcul du coût du kWh est une étape essentielle pour tout projet de production de
l’énergie électrique. Les résultats des scénarios préétablis vont être donc validés par
cette étude économique.

En effet, il s’agit d’évaluer le flux des dépenses depuis l’origine du projet jusqu’à son
arrêt définitif. Ces dépenses comprennent :

 Le coût d’investissement
 Le cout d’exploitation

Le coût moyen du kWh représente le rapport entre la somme des dépenses actualisées et
la somme des productions actualisées de l’électricité. Il est exprimé par la formule qui suit:

Pour calculer le coût du kWh actualisé, on procède comme suit :

CTA = a * CIT + CAM

CAM = 2,5 % du CIT

Où :

- a : facteur d’actualisation défini par :

- r : étant le taux d’actualisation.


- n : c’est la durée de vie économique du projet.
53

II. Etude de la rentabilité de notre éolienne :


Le but de cette partie est d’exploiter les données de la partie précédente afin de calculer le
temps de retour d’investissement de notre projet.

2.1. prix des équipements énergétiques :


Notre installation comporte une éolienne pour produire de l’énergie électrique,
l’appareillage électrique pour la protéger, et puisque la tension fournie par la génératrice est
toujours classée dans la BT c’est-à-dire 690V, La sortie en basse tension doit être connectée à un
transformateur au pied de la machine qui va élever la tension au niveau utilisé dans le réseau de
l’ONE c’est-à-dire 22KV.

Les prix des équipements énergétiques :

Equipement Prix en MAD

Eolienne 400 000

Transformateur 130 000

Appareillage de protection 10 000

Total 540 000

Figure 45 : Prix des équipements


énergétiques.

2.2. Calcul du temps de retour d’investissement :


En se référant au diagramme de répartition des coûts de chaque partie (Figure 44) , on
pourra estimer les coûts suivants :
54

Figure 46: Coût d’investissement en MAD.

Calcul du coût moyen de kwh Ckwh:


On a :

Ckwh=CTA/Eout
CTA=a*CIT+CAM

Et d’après notre hypothèse :

 r = 11%
 n=20 ans

Alors

CTA= 108 414.4586 MAD

Ckwh=0.99 MAD

Le gain en production est :

G= Eout*(Pachat-Ckwh)
D’après le site de l’ONE le prix d’achat est de 1.3675 MAD + 14%

D’où le prix d’achat d’un kwh est : Pachat=1.56 MAD


55
Le gain est G=62 300 MAD
Le temps de retour sur investissement :

TRI=CIT/G

TRI = 12 ans

Conclusion :

Le présent chapitre nous a permis d’obtenir la durée de retour sur investissement de notre
projet pour enfin déposer le dossier à la DAH.
56

Conclusion :

L’objectif du projet a été d’effectuer le dimensionnement d’une


installation éolienne qui pourra alimenter les équipements du barrage
SIDI ABDELLAH à Taroudant et notre étude a été étalée sur trois volets.

Dans le premier volet, des généralités sur l’énergie éolienne ont été
avancées, entre autres, l’environnement et la composition d’une
instruction éolienne.

Le deuxième volet a été consacré à la conception de l’installation


éolienne (aérogénérateurs et appareillage de raccordement et de
protection) qui procurera 840880.75kwh/an, soit une puissance de 46.51
kW.

La configuration des deux éoliennes choisies a permis une optimisation


de la future installation avec un productible annuel de 109500kwh/an.

Le troisième volet a été consacré à l’analyse financière du projet et ceci


a conduit à un prix du kWh produit de 0.99 MAD.

Les résultats techniques et financiers de ce projet vont permettre au


gestionnaire (la DAH) une prise de décision rationnelle en ce qui
concerne la mise sur l’éolien.
57

Bibliographie & webographie :

Cours généralités sur l’appareillage électrique, Mr EL MERNISSI.

Cours réseaux électriques, Mr EL MERNISSI.

Etude de faisabilité et dimensionnement d’un parc éolien de 10MW à


PHOSBOURA.

http://www.one.org.ma

http://www.alibaba.com

www.ecoloenergie.com

http://tpe-de-eolienne.e-monsite.com

http://tpe.eole.free.fr/fonctionnement.html

http://eolienne.f4jr.org
58

Liste des figures et tableaux :

Figure 1 .................................................................................................................................. 10
Figure 2 .................................................................................................................................. 11
Figure 3 .................................................................................................................................. 14
Figure 4 .................................................................................................................................. 15
Figure 5 .................................................................................................................................. 16
Figure 6 .................................................................................................................................. 17
Figure 7 .................................................................................................................................. 20
Figure 8 .................................................................................................................................. 21
Figure 9 .................................................................................................................................. 23
Figure 10 ................................................................................................................................ 23
Figure 11 ................................................................................................................................ 23
Figure 12 ................................................................................................................................ 24
Figure 13 ................................................................................................................................ 25
Figure 14 ................................................................................................................................ 26
Figure 15 ................................................................................................................................ 26
Figure 16 ................................................................................................................................ 27
Figure 17 ................................................................................................................................ 27
Figure 18 ................................................................................................................................ 27
Figure 19 ................................................................................................................................ 28
Figure 20 ................................................................................................................................ 28
Figure 21 ................................................................................................................................ 28
Figure 22 ................................................................................................................................ 29
Figure 23 ................................................................................................................................ 29
Figure 24 ................................................................................................................................ 30
Figure 25 ................................................................................................................................ 30
Figure 26 ................................................................................................................................ 31
Figure 27 ................................................................................................................................ 31
Figure 28 ................................................................................................................................ 31
Figure 29 ................................................................................................................................ 32
Figure 30 ................................................................................................................................ 32
Figure 31 ................................................................................................................................ 34
Figure 32 ................................................................................................................................ 36
Figure 33 ................................................................................................................................ 37
Figure 34 ................................................................................................................................ 38
Figure 35 ................................................................................................................................ 39
Figure 36 ................................................................................................................................ 39
59
Figure 37 ................................................................................................................................ 40
Figure 38 ................................................................................................................................ 41
Figure 39 ................................................................................................................................ 42
Figure 40 ................................................................................................................................ 45
Figure 41 ................................................................................................................................ 45
Figure 42 ................................................................................................................................ 46
Figure 43 ................................................................................................................................ 50
Figure 44 ................................................................................................................................ 51
Figure 45 ................................................................................................................................ 53
Figure 46 ................................................................................................................................ 54
Figure 47 ................................................................................................................................ 61
Figure 48 ................................................................................................................................ 62

Tableau 1 : ............................................................................................................................ 22
60

Annexe :
61
Spécificités technique de HAMMER-50kw

Figure 47 : caractéristiques de HAMMER-50kw


62
Les caractéristiques de disjoncteur :

Figure 48 : liste des disjoncteurs


63

Spécificités techniques du transformateur S9-M :


- Type: S9-M
- Rated capacity: 100 KVA
- Voltage combination:
- High voltage:20KV 22KV 30KV 33KV 35KV 38.5KV
- Low voltage:0.4KV 0.44KV 0.6KV 0.66KV 6KV 6.6KV 10KV 10.5KV 11KV
- Tapping ±5% OR ±2*2.5%
- Load loss: 2.12KW
- No-load loss: 0.29KW
- Non-load current: 1.80%
- Short-circuit impedance: 6.5%
- Oil weight: 310KG
- The total weight:1150KG
- Size long:1180 mm
- Size wide: 950mm
- Size high: 1950mm
- Installation size: 550 * 550 mm
- Normal packing standard:1PCS/CTN 10PCS/20’ 20PCS/40’
64

direction des aménagements Hydrauliques

2013/2014

Vous aimerez peut-être aussi