Vous êtes sur la page 1sur 5

Table des matières 343

 Pages

Sommaire........................................................................................................................ 5

Liste des contributeurs................................................................................................ 9

Liste des abréviations................................................................................................... 13

Préface
Vassilios SKOURIS........................................................................................................ 17

Introduction
Le rôle du juge national dans le cadre du renvoi préjudiciel : une marge
d’appréciation ?
Eleftheria NEFRAMI..................................................................................................... 21
§I.  Le juge national et les conditions de saisine de la Cour de justice :
une marge d’appréciation encadrée.............................................................. 25
§II.  Le juge national et l’application uniforme du droit de l’Union :
une marge d’appréciation variable................................................................. 30
A.  Une marge d’appréciation limitée dans la mise en œuvre du droit
de l’Union ; la protection juridictionnelle corollaire du principe
d’effectivité et de l’exécution efficace...................................................... 30
B.  Une marge d’appréciation affirmée dans la protection du droit
à un recours effectif..................................................................................... 34

I.
Le juge national et les conditions de saisine
de la Cour de justice

Qualification des situations purement internes


Laurence POTVIN-SOLIS................................................................................................. 39
§I.  La relativité du concept de situations purement internes
et de sa fonction............................................................................................... 47
A.  Une fonction d’exclusion de la compétence préjudicielle de
la Cour de justice......................................................................................... 48
1 – Le défaut d’un lien de rattachement au droit de l’Union ................ 49
2 – Les situations « d’apparence purement internes »............................ 55
3 – La dissociation entre « situations » et « questions »
purement internes................................................................................ 60
B.  Une situation non exclusive de toute compétence préjudicielle........... 64
1 – L’application du droit de l’Union par la reprise matérielle
ou le renvoi formel du droit national................................................. 65
2 – L’interprétation du droit de l’Union en cas d’obligation
nationale d’alignement du traitement national sur celui
du droit de l’Union............................................................................... 69
3 – L’encadrement nécessaire de la marge d’appréciation du juge
national ................................................................................................. 72

LARCIER
Renvoi préjudiciel et marge d’appréciation du juge national /Preliminary
344 ruling procedure and margin of appreciation of the national judge

§II.  La portée fondamentale de l’opération de qualification............................. 75


A.  L’exigence de clarté face à l’imbrication des marges d’appréciation...... 76
1 – La qualification de la « situation purement interne » et la
définition du cadre juridique et factuel du litige au principal ....... 76
2 – Les contours des « situations purement internes » par la
qualification/requalification et la formulation/reformulation
de la question préjudicielle................................................................ 81
3 – Le contournement d’une « situation purement interne »
par référence à l’utilité de la réponse préjudicielle......................... 83
B.  L’imbrication des intérêts source d’approfondissement de
l’obligation de coopération juridictionnelle............................................. 85
1 – L’objectif d’unité d’interprétation et d’identité de traitement
projeté entre des situations nationales et européennes
comparables......................................................................................... 86
2 – L’extension des obligations de coopération et du champ de
l’obligation de renvoi .......................................................................... 90
3 – La rationalisation nécessaire de la qualification du concept
de « situation purement interne »...................................................... 94

La motivation des questions préjudicielles


Laurent COUTRON........................................................................................................... 101
§I.  L’émergence progressive de l’obligation de motiver les questions
préjudicielles..................................................................................................... 105
A.  Une sanction nationale polarisée sur le refus du renvoi préjudiciel...... 106
1 – L’assimilation du refus de saisir la Cour de justice à la violation
du droit au juge légal........................................................................... 106
2 – L’émergence marginale d’une obligation de motiver le renvoi
préjudiciel............................................................................................. 108
B.  La sanction, par le droit de l’Union européenne, des renvois
préjudiciels défaillants................................................................................ 109
1 – Une obligation de motivation tardivement sanctionnée................. 110
2 – Les stratégies d’évitement du radicalisme de l’irrecevabilité
préjudicielle.......................................................................................... 116
§II.  L’implication contrastée du juge de renvoi dans l’édification du droit
de l’Union européenne.................................................................................... 127
A.  Le juge national, simple courroie de transmission.................................. 128
B.  Le juge national, « force de questionnement »........................................ 132
C.  Le juge national, « force de proposition »................................................ 140
1 – La proposition d’un revirement de jurisprudence............................. 145
2 – Les renvois préjudiciels effectués à titre confortatif......................... 147
3 – La remise en cause des règles procédurales..................................... 149
4 – La défense de l’identité ou du droit constitutionnel national......... 152

LARCIER
Table des matières 345

II.
Le juge national et l’application uniforme et effective
du droit de l’Union : partage des compétences
et balance des intérêts
Que reste-t-il de l’autonomie procédurale du juge national ? Histoire de
l’attribution d’une compétence au nom de l’effectivité et de l’efficacité
du droit de l’Union
Olivier DUBOS................................................................................................................... 159
§I.  L’autonomie procédurale encadrée................................................................. 162
A.  Les principes constitutifs du cadre............................................................ 163
1 – Le principe d’équivalence.................................................................... 163
2 – Le principe d’effectivité........................................................................ 164
B.  La plasticité recherchée du cadre.............................................................. 166
1 – Le rôle du juge national ....................................................................... 166
2 – La Cour de justice maître du jeu......................................................... 168
§II.  L’autonomie procédurale écartée................................................................... 171
A.  Les standards jurisprudentiels................................................................... 171
1 – La pleine efficacité du droit de l’Union.............................................. 171
2 – L’harmonisation du droit applicable................................................... 172
B.  L’harmonisation par le droit dérivé............................................................ 174
1 – Approche historique du droit dérivé.................................................. 174
2 – Elaboration de règles procédurales précises.................................... 176
3 – Coopération judiciaire civile et pénale............................................... 177
C.  Les nouvelles potentialités du droit originaire......................................... 179
1 – L’article 47 de la Charte des droits fondamentaux............................ 179
2 – L’article 19, paragraphe 1, alinéa 2, TUE............................................. 181

Le contrôle de proportionnalitédes mesures nationales restrictives


des échanges. La marge d’appréciation du juge national varie-t-elle
selon la qualification de la mesure ?
Ségolène BARBOU DES PLACES.................................................................................... 183
§I.  Qualification de la mesure nationale, intensité du contrôle
de proportionnalité et marge d’appréciation du juge national :
une liaison invérifiable...................................................................................... 188
A.  L’incidence de la qualification de la mesure sur l’intensité
du contrôle de proportionnalité, une réalité observable....................... 189
B.  La corrélation entre la qualification de la mesure et la marge
judiciaire d’appréciation, une hypothèse indémontrable....................... 192
1 – Les obstacles méthodologiques......................................................... 192
2 – L’absence de relation directe entre la gravité de la mesure et
l’intensité du contrôle de proportionnalité...................................... 195
3 – La distinction nécessaire de la marge nationale d’appréciation
et de la marge d’appréciation du juge national............................... 198

LARCIER
Renvoi préjudiciel et marge d’appréciation du juge national /Preliminary
346 ruling procedure and margin of appreciation of the national judge

§II.  Qualification de la mesure nationale, choix du test de proportionnalité


et marge d’appréciation du juge national : des points de contact............ 201
A.  Le rapport entre la qualification de la mesure nationale
et le test privilégié ...................................................................................... 201
1 – La prédilection pour le test d’aptitude dans le contrôle
des mesures discriminatoires............................................................. 201
2 – La prédilection pour le test de nécessité dans le contrôle
des atteintes graves à la libre circulation.......................................... 203
B.  L’importance de la marge d’appréciation du juge national
dans le cadre du test de nécessité............................................................ 204

Contrôle de proportionnalité et balance des intérêts :


variation du contrôle selon les intérêts invoqués par l’État
Valérie MICHEL.................................................................................................................. 209
§I.  Considérations théoriques : esquisse d’éléments explicatifs stables......... 214
§II.  Considérations factuelles : existence d’éléments d’instabilité................... 218

Fundamental Rights and the Effectiveness of European Law


Enzo CANNIZZARO ......................................................................................................... 227
§I.  The model of asymmetrical conflict................................................................. 230
§II.  The model of symmetrical conflict.................................................................. 233
§III.  The model of cooperation............................................................................. 237
§IV.  Concluding remarks......................................................................................... 240

III.
La marge d’appréciation du juge national
dans le cadre du renvoi préjudiciel :
études de cas
La marge d’appréciation du juge national en matière de libre circulation
des travailleurs, une figure à géométrie variable
Jean-Yves CARLIER........................................................................................................... 245
§I.  La qualification : une marge qui compense.................................................... 251
§II.  La classification : une marge qui accompagne.............................................. 253
§III.  L’attribution de droits : une marge qui brouille............................................ 255

Réponse utile dans le contentieux des aides d’État


Silvère LEFÈVRE................................................................................................................ 259
§I.  Réponse utile et recevabilité de la question préjudicielle............................ 264
A.  Irrecevabilité pour cause d’exception de recours parallèle.................... 264
B.  Irrecevabilité pour insuffisance de motivation.......................................... 268
§II.  La recherche d’une réponse utile après examen au fond
d’une question préjudicielle............................................................................ 270

LARCIER
Table des matières 347

A.  Réponse utile et « interprétation abstraite » du droit............................. 273


B.  Réponse utile et interprétation du droit en lien
avec les circonstances de l’espèce............................................................ 275

The Margin of Appreciation of National Courts in Labour Law, Some Notes


Orsola RAZZOLINI............................................................................................................ 279
§I.  The conflict between collective rights and economic freedoms.
The landmark decisions of Viking and Laval.................................................. 282
§II.  Is the Court of justice’s scrutiny of the goals of collective actions
consistent with the need to pay due respect to cultural, traditional
and constitutional diversities ?........................................................................ 287
§III.  The conflict between national mechanisms used to fight irregular
work and fundamental freedoms.................................................................... 293
§IV.  Conclusion........................................................................................................ 299

Réponse utile : Réponses en droit de la consommation


Elise POILLOT.................................................................................................................... 303
§I.  La perception de son pouvoir d’appréciation par le juge national ............. 3 06
A.  La marge d’appréciation comme source de difficultés .......................... 3 06
1 – L’activité dirigée : les arrêts Peter Pammer et Hotel Alpenhof
GmbH et Emrek.................................................................................... 3 07
2 – La clause abusive : les arrêts Freiburger Kommunalbauten
et Aziz.................................................................................................... 3 09
B.  La marge d’appréciation comme stratégie de politique
jurisprudentielle........................................................................................... 312
§II.  La perception du pouvoir d’appréciation du juge national par la CJUE.... 314
A.  Quant aux questions destinées à surmonter une difficulté
d’interprétation............................................................................................ 314
B.  Quant aux questions mettant en œuvre une stratégie de politique
jurisprudentielle........................................................................................... 315
§III.  La perception du pouvoir d’appréciation du juge national
par le législateur national ................................................................................ 318
A.  Un instrument de contrainte du pouvoir législatif .................................. 318
B.  Un instrument de rétroaction du pouvoir législatif ................................. 321

Table ronde de clôture/ Closing Round Table.......................................................... 325

LARCIER