Vous êtes sur la page 1sur 8

96

a Mt!' J. w Stirling: Op.55, No 1 (1844)

§to 15 Andante

4 r¡rir¡. l5

tf.¡. to. §ñ.


'§"¡.

'§ñ. * 'Xñ.

po-
Ce Nocturne, encore qu'il ne soit pas l'un des plus remarquables de Chopin, jouit cependant auprés des pianistes d'une
pularité particuliére dont il faudrait vraisemblablement chercher la raison déterminante dans le fait qu'une Coda volubile-
permet au virtuose de s,y manifester sous un jour éminemment favorable ása superficielle ambition.
on voudraittácher ici
sont assez nombreux, pour
de lui trouver de plus valables prétextes á la dilection du vrai musicien-et les arguments en
qu'elle s'y puisse voir pleinement ligiiimée.
On remarquera tout d,abord le caractére de nouveauté du plan musical qui ne consiste
plus comme dans la plupart des
dernier élément se voit ici
Nocturnes antérieursren une exposition,un interméde,et une réexposition du sujet principal. Ce
plus en plus accélérée' dans
remptacé par un épisode en forme de broderie mélodique,de "".""1é.. fugitif et de cadence de
g.é d'rru caressánte fantaisie improvisatricerjusqu'au souvenir des ac'
les linéaments duquel semble se diluer, et comme "o
cents de nostalgie ou de passion concentrde dont les pages irrécédentes ont porté témoignage'
On ne saurait d,autre part sous-estimer l'exceptionnelle qualité mélodique du sujet initial,dont
I'extrémesimolicité s'ap'
par l'expression des plus touchants sentiments et de la plus péné'
parente á celle de ces chants populaires polonais habités
trante mélancolie.
soudaine du menaqant
Non plus que méconnaitre la valeur dramatique du puissant contraste déterminé par l'explosion
piü mosso, de ses coléreuses rafales de basse, par le rythme d'accords impérieux' Puis, et s'enchainerit au m6me
"cana¿""tourmenté qui tend progressivement la phrase suivante jusquá l'exha-
épisode intermédiare, rr" p"" éprouver l'ardeur de l'élan
seule présence de la
laison d,un vrai cri de douleur angoissée. Et sircomme nous ltavons peut 6tre injustement supposé,la
pour quelques uns la fréqúence du choix dont nous venons
strette et de son séduisant prestige pianistique suffit á motiver
voir justifié par de plus significatives raison§. Et ce sont les seules
de faite état, on voit cepenáant qu,it peut également se
auxquelles on souhaite voir s'accorder l'intérét du véritable interpréte.
qu'expres-
({) Il n,est pas besoin dhttirer l,attention sur ie caractére entiérement naturel et sensible-sonorité aussi bien
sion-qui convient á l'énoncé du sujet mélodique.
de Chopinun lé8er portamenlo
Les points sur Ies notes de l,accompagnement sous-entendent certainement dans l'esprit
auquel la pédalisation suivante donnera sa réelle signification'

E.Iit.s. lt¿8
'iib. -:F '§ñ. ;F 'f.¡. -.t '§ñ. iii

.k
* 1ñ. ;* 'Xñ.

s..-";-....-.?

'¡'t

'§ñ.
'jh). ;*' Ta. .*

_
l-,,---
-,4
-\

'§ñ. * 'Ia. ;F '§ñ. * '§a¡. * 'f.¡. *e


Sñ. ;i3

Rit. in TemPo
u (r)

'§ñ. :ñ 'Jñ. :t§ '§ñ. ;ii 'l'e¡, *Á ii& S,). ,lt

présence latente du motif dont eile constitu¿ la


(z) nien infléchir la courbe mélodique de cette variante en supposant la
brode rie:

E. M. S. 5t4S
- L r--..----}-

'Iñ. '*'
I

o!..¡. ;ii. 'l',¡,


Sñ. '*
in TemPo
Rit.
mosso
------i---
trlliü 5

r.fffi

4-4 -----l-:'
ut---T-.-)

'rG-T->.t

+
t\-----:--C--',
lr-,
¡
t.[J' 'F
?-!--s 'li).
'I".¡.

.--\4 ,r-
^L
(4)
,,ffi

* '$-o. 'l'c¡,

"t 'xñ.

(g) A tt aquer résolúment et en p rononq ant éne rgi quem ent chaque not e, tous
ces des§ins de trioiets dont les sursauts impé-
d'un vigoureux appel de cuivres'
tueux se voient accompagnés par la fiére et concise énonciat-ion
cette disposition graphique:
Nous rappelons que toutes les formations sonores qui revétent

doivent étre exécutées

d'ardeur effervescente {e cepassage par l'appui


d'une
(4) Ici, sensibiliser subitement la sonorité, en second.ant le caractbre
demeurer constamrnent distincte'
basse impatiente ei mouvementée et dont l'articulation doit

E. I\1. S. á148
dim.7::'

l,'
t.
Rall. (eostenuto)

(8) Tempo I
Stretto (r)

lzr ,I
l)rll\,

3J
]P'§ñ' x '§4. *
6
§ñ §ñ,

-_-____--_-.--,- á l'explosion d'un cri de


d,expression paihétique que nous avons précédemment assimilé
(b) point
c,est ici
le curminant laforce d'attaque
á développer
aux doigts supérieurs dont on a'emploiera
désespoir. Donner re maximum d,intensité "o.,o."
5,t
r Á5
individuelleens'exergantainsi: *>>>>->>> 4 B1 9== >>> ---

Marteler chaque note des triolets'


avec une sonorité pleine et vlbrante'
(6) Déclamer largement ces deux mesures
Ilyali
retenue. comfne un,
entre la mesure accélérée et lamesure
(z)une respiration s,impose dans la ligne mélodique de l'amolliseement progressif de la seconde'an
du sentiment d,ardeur de lapremiére,et
ligno departag.e entre
''exf,ression
,tirrq"rt l".reto.,, éphémére du théme mélancolique' participe
de la réexposition doit encore
rythmique qui fait porter sur ra fin de cette mesure le début
(g) L'anticipation
dur*arda¡do on peut presque "'r:"::,i:: 1 il:1'"";:iff,il1*:1**:l"':'""I}.".;:ir:TlT::il':J#::":T'::
d'orgue qui l'assimiie á la noire anacrousrque
M' Ganche)
octJviées par Chopin (indication de

E. tI. s.51¿8
ii t¡.

)- --
:==---

prendre son envol vers les ré'


(9) * *', t"*-, L peu et d'une t'."1
{:o"i-n-Í:;f,1t:^"1:i":1:*'.Tf::i;J:
;;; r"'ii".i"t' l:;l:"-::,,:ls'errorcera
-maniér." tout d'abord á rendre sensible la délicate
cont ract ion
*'":? ,i'J"",:'.1ff":";J.'§: "i cett e ar ab s q"u jIi!:I:'
:;;;;; t;;'""-p"i" e dans
o/al ll
e
=""t
? lc.
rJ

retiendra,lés:1:I:1t-':: l','."f #"i:",1::'*::,::"":;,T:


par l'emploi d'un legato absolu,qui mii-pr," précise et pr" :;liJJ:5J,:T:"":11tt-X.'*"
"ffrá"'é"'dérestant
en querque
irT,l:ffi.,1i::,:",-"?l;"1;";:ffi::i;ixr,l;:,;::ff1'"'::;"':;r, qri ;i;;;;ent át "u volatirisent jusquh n'étre plus qu'unfuy-
matérier le jeu subtil et délié des sonorité"
sorte de tout poids
ci-aprés:
""t'.i.i:t:T:;lh:l;:';:ilL1trilli,nr¿,", mesures de ce passase seron res rormules

I JÍ wll_gl
(tO) fréparer ainsi te déplacement de la main droite
JtJ,usJ
mettre en valeur le sensible des
plus loin' Puis selon 1e principe rythrnique indiqué 1tt3 !e)tBien sentimentalc'
De méme, deux rhesures et' se g^'da'nt de toute exagération
forcer tu
ain mélodique de la maln gauche'mais sans ".'not¡ti "i
E. I{. S. 61¿8

.i.',
t: .,
(U) On veillera au cours de ces derniéres mesures áne pas prendre d'appuis intempestifs sur lepouce, non plus que lui
concéder un r6le mélodique plus apparent que celui des autres doigts. L'emploi des variantes suivantes développera la mo-
bilité et l,égalité des doigts,indispensables á l'exécution de cette aéiienne conclusion:
Asrl.¿l Et 52 azBzel"-Cts

L!, ry--c-.- J-
(fZ) ne pas laisser trainer paresseusement les doigts sur les touches pour l'exécution se.'pt fois répdtée de ce dernier
groupe. S,efforcer au contraire au jeu le plus détié poeeible,en allégeant lé róle du pouee au moyen dsa exereieee prépara-
toires suivants:

(fg) ¡- a sonorité de ces derniers accords,pleine et onctueuse, ál'imitation d'un bc'¿u timbre'd'orgue.

E. M.§. 6148
103

a Mtt-e J. tv stirlíng 0p..t.r, No 2 (1844)


sosterrut()
¡{o l(j y3

a) esenrprc legrtto
f
4 min.15

lF'l'.¡. '.& ')'t¡.


;F fc¡.
'l'o¡.

+l-
l.__
t\:-

{rr:'A 4T,\
;i:.1't.¡ '1',ñ. 'IcD. ;i:1'r¡.
'11ñ. ')'c¡.

dan,g un dlan ty-ri<¡ue d'une irrésistible éloquence, ne comporte


nul épisode
(t) cet admirable Nocturne, jailli du. ceur fréquemment se-
a¿r"iopp"*",t.-u,e -áiááiq"" eniait la'substance,
contrasté susceptible d,en altérer le pathéiique -"

co ¡rd ée par la pa.r ticipation d,un ardent co ntrep o int i,-,tté.i "
u. don t "",;áJá¿"
nu-t' Á o i
""."it
défini r justement l€mouvan te-sensibilit'j '
de chopin i;i á pleines_.voirur i.r" " "
l"= ,""r."" d'uné imprqvisation palpitante' igno'
on.irait que Ia pensée
","ugo§" ""i
aspiration humaine qui.ne saurait se contrai,dre aux tra-
rante cle tout ce qui r,"J"iol'1,;;;á;r" ii¿3otiui" áésir, d'une
1éconde le secrei d'un cri de l'á¡ne que nul musicien
dítionnelles disciplines de la forme "t qri pri"" á cette iniépena"nce
n'avait cncore fait entendre d'une ptrreille voix' de dorninante, sans basse' qtti' de premier
Le théme s,énonce r(ex abrupto,,i la ¡nain droite, par une vibrante attaque
choc, crée l'atmosphére géndrale du morcéau'
Toutes les notes cle cette fré¡nissante mélodie qui va s,dpandre.d'une
intention généreusement pass.ionné.e.sur l'ense¡nble
seront accusées d,un timbre uniformément soutenu et ceci méme au óours des épisoáes do.t l'i,terp-rétationcom'
du Nocturne,
contre. sujets qui l'enrichissent de leurs frdnlissantes
mande une nuance plus adoucie. Il en sera d" mém" pour les .ad¡nirables á püine páte, potrt rester da¡rs la rndiapllore)les
interve¡rtit¡ns. ce qui revient á dire que l" *"i;r'á;;it'"-arii pétrir_le clavier,(et
t"".trá", t". pér?trante" attaiues de toutes lls sonorités étant-obte.ues par ia pressio. conti-
doigi.s engagds á fond
nue et non par le "".i.=
choc.
(2) Ilexicution cle la fluctuante partie de main gauche' elle aussi ii'ibutaire -.u=i"ll. <1'unq sonorité pleine el soutcnue, et soulnise
legato' enira-i-
foít au* iinpérieuse's exigences du
aux alternatives de constants ddplatentents qui' rnatériellement lr
nera I'étude prépar;rtoire suiv¿rntc: I

lo -Travail séparé de tous les enchainements


sur le modéle ci-áprés, avec le doigté du texte:

2C TIESUR¡]

20 -Exercice de legato avec tenues pour les


fi-.igrnents ne comportant pas de passage de pouce:

Co¡rformer ces variantes á toutes les modalités analogues du texte.


La position des doigis ayant été ainsi assurée sous ses d.";;;;;;i" -dépiacements et stabilisation- on appliquera lt l'é-
--'7\
tudodutextelesformulesrythmiquessuiv'antes: f
J
f lfL-'Ül fif
-' lf úJ ""lesappropriarrt¿ruxconditionsd'urr
rrtlol¡TEux iegai.o.

(3) On s'effo¡cera dans tous c€s passage,s d'expiessivé polyphonie á


la prononciation distincte de deux voix' on trouve-
d.rr"- i;Eclition deiiavail des Etudes op' 1o, Nos iJ et 6, tóutes les
ra dans la série c des principes rationn"t", "in=-i qr"cette fin'
i..Áíf a'.xercices ou""eptiúI"" d'étre employées á
""

E: iU.S.614A

Vous aimerez peut-être aussi