Vous êtes sur la page 1sur 74

201 : Espaces de fonctions ; exemples et applications.

1 Espaces des fonctions continues sur un compact.


Cadre : (X, d) espace métrique compact, K = R ou C.

1. Définitions et régularité des fonctions.


‰ [HL] notation : C(X, K), rq : c’est une algèbre unitaire commutative.
‰ [GOU] prop : l’image d’un compact par une application continue est compacte, coro : les compacts de R
étant les fermés bornés on a que les fonctions continues de X dans R sont bornées et atteignent leur borne,
appli : distance entre 2 parties, appli : thm de Rolle, appli : équivalence des normes en dimension finie, thm de
Heine, appli : point fixe dans un compact, c-ex : la continuité n’implique pas l’uniforme continuité a priori.
‰ [HL] def : norme uniforme, prop : (C(X, K), || · ||1 ) est un Banach.
‰ [GOU] prop : continuité de la limite uniforme d’une suite de fonctions continues, exemple.

2. Résultats de densité dans C([a, b], R).


‰ [X ENS ana2] prop : densité des fonctions en escalier, appli : critère de Weyl, ex : somme de Riemann.
‰ [ZQ] . thm : Weierstrass par les polynômes de Bernstein, coro : toute fonction continue sur un segment
peut être approchée uniformément par des polynômes.
‰ [GOU] c-ex : faux si on n’est pas sur un segment : sur R une limite uniforme de polynômes est un polynôme,
R1
appli : si f continue alors 0 f (t)dt = 0 ) f = 0, appli : thm de Littlewood.

3. Un résultat de compacité : le théorème d’Ascoli.


‰ [HL] def : équicontinuité, ex : ensemble des fonctions k lipschitzienne, def : relative compacité, thm d’Ascoli
(version "simple"), rq : si F = R ou Rn il suffit de montrer que A est équicontinue et Ax bornée pour tout x
pour avoir que A ⇢ C(E, F ) est relativement compact, ex : opérateurs à noyaux.
‰ [ZQ] appli : thm de Cauchy-Arzela-Peano, c-ex : unicité de la solution.

2 Espace des applications linéaires continues.


‰ [GOU] thm : caractérisation des applications linéaires continues, notation : Lc (E, F ).
‰ [POM] ex et c-ex : appli linéaires continues.
‰ [GOU] prop : en dimension finie toute application linéaire est continue, def : norme subordonée - (Lc (E, F ), |||·
|||), rq : c’est le plus petit module de continuité.
‰ [POM] ex : calcul de normes subordonnées.
‰ [GOU] prop : sous-multiplicatitivité de la norme triple, coro : Lc (E) est une algèbre normée, prop : si F
est un Banach alors Lc (E, F ) aussi, def : forme linéaire, ex : une forme linéaire est continue ssi son noyau
est fermé, ex : dual topologique, appli : si E est un Banach alors l’absolue convergence d’une série implique
sa convergence, lemme de Baire, rq : il s’applique pour C(X, R), thm : Banach Steinhauss, ex : si une suite
d’applications linéaires continues cvs vers f alors f est une application linéaire continue, appli : existence de
fonctions différentes de leur série de Fourier.

3 Espaces Lp .
1. Structure des espaces Lp .
‰ [BP] Cadre : 1  p < 1, def : Lp et de || · ||p , rq : interprétation "presque partout" - abus de notation, ex :
lp (N), prop : inégalité de Hölder et de Minkowski, appli : les Lp sont des ev, prop : inclusion des espaces Lp
dans le cas d’une mesure finie, c-ex : cas d’une mesure infinie, def - prop : espace L1 et de la norme associée,

1
rq : c’est un evn, thm : Riesz-Fisher, ex : L2 muni d’un produit scalaire est un espace de Hilbert.

2. Convergence dans les espaces Lp [SI POSSIBLE].


‰ [BP] thm : la convergence dans Lp implique la convergence p.p. d’une sous-suite, c-ex : la convergence Lp
n’implique pas la convergence p.p, prop : thm de convergence Lp dominée, c-ex : sans hypothèse de domina-
tion la cv p.p. n’implique pas la convergence Lp , appli : intégration d’une dérivée.

3. Densité dans les espaces Lp .


‰ [BP] thm : pour 1  p  1 l’ensemble des fonctions étagées (intégrables) est dense dans Lp , appli (FAR) :
lemme de Riemann Lebesgue, thm : pour 1  p < 1 les fonctions Cc (R, K) sont denses dans Lp .
‰ [OA] appli : produit de convolution et régularisation, exemple : cas où g est Cc1 - cas de la gaussienne.

4. L’espace de Hilbert L2 .
‰ [BP] prop (structure hilbertienne) : L2 (K) muni du produit scalaire est un Hilbert - norme hilbertienne,
thm : projection orthogonal, appli : definition de l’espérance conditionnelle, coro : thm de représentation d’une
forme linéaire.
‰ [ ? ? ?] thm de Banach-Alaoglu, appli : minimisation d’une fonctionelle convexe.
‰ [OA] : def : fonction poids - L2 (I, ⇢) et son produit scalaire associé, rq :existence et unicité des polynômes
orthogonaux, . appli : densité des polynômes orthogonaux., appli [FIL] : méthode de Gauss pour le calcul
d’intégrales.
‰ [FAR] prop : densité de L1 \ L2 dans L2 , appli : prolongement de la transformée de Fourier à L2 .
‰ [CAN] ex : calcul d’une transformée de Fourier dans L2 .

4 Espace des fonctions holomorphes. [SI POSSIBLE]


‰ [TAU] def : fonctions analytiques - fonctions holomorphes, ex : séries entières - exponentielle complexe -
logarithme complexe, thm de Cauchy sur un cercle, thm : analycité des fonctions holomorphes, coro : régularité des
fonctions holomorphes, coro : principe du prolongement analytique, exemple : avec les zéros isolés, appli : calcul
de la transformée de Fourier d’une gaussienne, appli : densité des polynômes orthogonaux, prop-def : cvu sur tout
compact et norme associée - thm : suites de fonctions - dérivée et convergence uniforme sur tout compact, ex [OA] :
convergence de la suite des dérivées, prop : principe du maximum, exemple : existence de zéros dans un disque pour
une fonction.

Références :
Briane - Pagès, Théorie de l’intégration.
Objectif Agrégation.
Zuily - Quellélec, Analyse pour l’agrégation.
Gourdon, Analyse.
Hirsch - Lacombe, Elements d’analyse fonctionelle.
Pommellet, Cours d’analyse.
Canderpergher, Calcul intégral.
Oraux X - ENS, analyse 2.
Tauvel, Analyse complexe pour la L3.

2
202 : Exemples de parties denses et applications.

1 Exemples de parties dense dans des espaces de dimension finie.


1. Dans R ou C.
‰ [GOU] prop : une partie A est dense dans R ssi ]a, b[\A 6= ;, exemples : Q R Q sont denses dans R,
prop : un sous-groupe propre de R est soit dense dans R soit de la forme aZ avec a 2 R, exemple : aZ + bZ
est dense dans R ssi a/b 2/ Q, appli : valeurs d’adhérence de la suite (sin n)n , prop : densité des nombres
dyadiques dans R, appli : caractérisation de la convexité d’une fonction continue.

2. Dans Mn (K) avec K = R ou C.


‰ [OA] prop : GLn (K) est dense dans Mn (K), appli : AB = BA .
‰ [ROU] appli : différentiel du déterminant.
‰ [OA] prop : l’ensemble des matrices diagonalisables de K est dense dans l’ensembles des matrices trigona-
lisables de K, appli : la fonction qui a M 2 Mn (C) associe D la partie diagonalisable de la décomposition de
Dunford n’est pas continue.

2 Densité dans les espaces de fonctions.


1. Dans l’ensemble des fonctions continues.
R1
‰ [GOU] . thm de Weierstrass par les polynômes de Bernstein, ex : 0 f (t)tn dt = 0 ) f = 0, coro : toute
fonction continue sur un segment peut être approchée uniformément par des polynômes, c-ex : faux si ce n’est
pas sur un segment - une limite uniforme de polynôme est un polynôme, appli : Littlewood, thm de Fejer,
coro : thm de Weierstrass trigonométrique.
‰ [X ENS ana2] prop : les fonctions en escaliers sont denses dans l’ensemble des fonctions continues par
morceaux, appli : construction de l’intégrale de Riemann, appli : critère de Weyl.
‰ [GOU] ex : somme de Riemann.

2. Dans les espaces Lp .


‰ [FAR] prop : les fonctions étagées sont denses dans Lp pour 1  p  1, thm : l’ensemble des fonctions
continues à support compact sont denses dans Lp pour 1  p < 1 - idem pour les fonctions Cc1 , appli : lemme
de Riemann Lebesgue pour la transformée de Fourier, prop : densité de L1 \ L2 dans L2 , appli : transformée
de Fourier-Plancherel, appli : calcul d’une transformée de Fourier dans L2 .
‰ [ ? ? ?] appli : définition de l’espérance conditionelle sur L1 .

3 Densité et complétude.
1. Théorème de Baire et applications.
‰ [GOU] thm de Baire, exemple : "lemme utile", appli : les fonctions continues nulle part dérivables sont
denses, appli : Banach Steinhauss, appli : existence de fonctions continues différentes de leur série de Fourier.

2. Prolongement de fonctions.
‰ [GOU] thm : si f : (A, d) ! (F, d0 ) avec (F, d0 ) est complet est uniformément continu alors il existe une
unique fonction g : E ! F uniformément continu telle que gA = f où A est une partie dense de E.
‰ [POM] appli : construction de l’intégrale de Riemann pour les fonctions réglées.

3. Dans les espaces de Hilbert.

1
‰ [OA] prop : critère de densité dans les Hilbert, appli : thm de représentation de Riesz, def : base hilber-
tienne, appli : caractérisation des bases hilbertiennes, exemple : en = eint , rq : la totalité de cette famille
est équivalente à la densité de l’espace des polynômes trigonométriques dans L2 ([0, 2⇡]) via le thm de Fejer,
appli : série de Fourier - égalité de Pareseval, def - prop : fonction poids - L2 (I, ⇢) - produit scalaire associé,
prop : famille orthogonale de L2 (I, ⇢), exemple : polynômes de Hermite, . prop : densité des polynômes
orthogonaux, appli : intégration numérique (méthode de Gauss cf [FIL]).

Références :
Faraut, Calcul intégral.
Objectif Agrégation.
Gourdon, Analyse.
Oraux X-ENS analyse 1.

2
203 : Utilisation de la notion de compacité.
1 Notion de compacité.
1. Caractérisations de la compacité et conséquences.
‰ [GOU] def : compacité par Borel-Lebesgue, exemples : espace métrique finie - R n’est pas compact, appli :
une suite décroissante de fermés non vides dans un compact E est d’intersection non vide, appli : l’ensemble
des éléments d’une suite et sa limite est un ensemble compact, thm : Bolzano-Weierstrass, corollaires : toute
suite admet au moins une valeur d’adhérence - toute partie infinie admet au moins un point d’accumulation,
appli : une suite converge ssi elle possède une unique valeur d’adhérence, appli [ZQ] : nombre de zéros d’une
équation différentielle, prop : compact implique complet, prop : les parties compact de Rn sont exactement
les fermés bornés, appli : premier thm de Dini.
‰ [ROU] ex : tout intervalle de R peut s’écrire comme une union dénombrable croissante d’intervalle compacts,
prop : si X est compact alors C(X, Rd ) est complet, appli : . thm de Cauchy-Lipschitz global, exemple : cas
des systèmes linéaires.

2. Partie relativement compacte.


‰ [HL] def : partie relativement compact, rq : interprétation en terme de suites, lemme : extraction diagonale,
appli : thm de Tychonoff (cas dénombrable), ex : ensemble triadique de Cantor, . thm de Banach-Alaoglu,
appli : minimisation d’une fonctionelle convexe, thm d’Ascoli, rq : cas où F = R ou Rn , exemple : opérateur
à noyau.
‰ [ZQ] appli : thm d’Arzela-Péano, c-ex : perte d’unicité.

2 Fonctions continues sur un compact.


1. Problèmes d’extremas.
‰ [GOU] prop : l’image d’un compact est compact, c-ex : sin 1 ([ 1, 1]) = R, prop : condition pour être un
homéomorphisme, prop : une application continue sur un compact atteint ses bornes, appli : équivalence des
normes en dimension finie, appli : les compacts en dimension finie sont les fermés bornés, appli : la distance
d’un point à un compact est atteinte, appli : thm de Rolle, appli : thm des valeurs intermédiaires, appli :
formule de Taylor-Lagrange, c-ex : faux dans un R evn, thm de Riesz.
‰ [OA] appli : optimisation et coercivité.

2. Théorème de Heine : un résultat de régularité.


‰ [GOU] thm de Heine, ex : fonctions périodiques, appli : second théorème de Dini.
‰ [OA] appli : module de continuité et thm de Féjèr.

3. Théorèmes de point fixe.


‰ [ROU et GOU] théorèmes de point fixe et compacité (fonction contractante - convexe compact), c-ex avec
la complétude, c-ex : sans compacité - convexité, appli : convergence d’une suite définie par récurrence.

4. Théorème de Weierstrass : un résultat de densité.


‰ [GOU] thm : Weierstrass, c-ex : faux si on n’est pas sur un segmentR - une limite uniforme de polynôme est
un polynôme, thm : cas des fonctions continues 2⇡ périodique, ex : f (t)tn dt = 0 , f = 0, appli : thm de
Littlewood.
‰ [X-ENS] appli : critère de Weyl sur les suites équidistribués.
‰ [FIL] appli : interpolation polynômiale.

Références :
Gourdon, Analyse.

1
Hauchecorne, Les contre-exemples en mathématiques.
Objectif Agrégation.
Zuily - Queffelec, Analyse pour l’agrégation.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Hirsch - Lacombe, Eléments d’analyse fonctionnelle.
Oraux X - ENS, analyse 2.

2
204 : Connexité. Exemples et applications.

1 Connexité.
1. Définitions et premières propriétés.
‰ [QUE] prop-def : formulations équivalentes de la connexité, rq : dans la caractérisation par ' : X ! Z
constante ssi X est connexe on peut remplacer Z par tout espace discret, exemples : utilisation ce critère,
def-prop : parties connexes et caractérisation, exemple : lemme de passage des douanes, c-ex [GOU] : Q n’est
pas un connexe de R, ex : [0, 1] est un connexe de R.

2. Stabilité de la notion de connexité.


‰ [QUE] thm : une union de de connexe est connexe, c-ex : une intersection de connexe n’est pas connexe a
priori, thm : image continue et fermeture d’un connexe, c-ex [HAU] : faux pour l’image inverse, ex : description
des connexes de R, appli : TVI, appli : thm de Brouwer en dimension 1, appli [GOU] : il existe deux points
diamétralement opposés du cercle unité qui ont la même image par f , appli : espaces non homéomorphes,
exemples : [0, 1[ et ]0, 1[ - [0, 1] et [0, 1]2 , appli [GOU] : thm de Darboux, coro : produit de connexes.

3. Composantes connexes.
But : peut-on toujours se ramener au cas où l’espace est connexe ?
‰ [QUE et GOU] def : relation d’équivalence - composantes connexes de X - composantes connexes d’un
point, rq : les composantes connexes forment une partition de l’espace - un espace métrique est connexe ssi il
n’a qu’une seule composante connexe, prop : caractérisation des composantes connexes, prop : identification
des composantes connexes, ex : composantes connexes de l’ensemble des projections linéaires sur Rn , appli :
GLn (R) a deux composantes connexes - On (R) a deux composantes connexes.
‰ [ZAV] . appli : composantes connexes et formes quadratiques réelles.

2 Connexité par arcs.


‰ [QUE] def : chemin - relation d’équivalence entre 2 points reliés par un chemin - connexité par arcs, thm : connexe
par arcs implique connexe - réciproque vraie si X est un ouvert, c-ex : réciproque fausse, exemples : épigraphe -
convexe d’un evn - la sphère unité d’un evn partie étoilée, appli : l’ensemble des opérateurs normaux d’un Hilbert
est connexe par arcs.
‰ [ZAV] . appli : C[A]⇥ est connexe par arcs - surjectivité de l’exponentielle.
‰ [MT] exemples (espace des matrices) : Sn++ (R) est connexe, Un (C) est connexe par arcs, GLn (C) est connexe,
SLn (K) sont connexes, On+ (R) est un ouvert connexe homéomorphe à On (R).

3 Des propriétés locales aux propriétés globales.


1. Analyse complexe.
‰ [TAU] thm : principe du prolongement analytique, coro : si deux fonctions coïncident au voisinage d’un
point de U alors f = g, ex : avec les zéros isolés, appli : définition de cos(z) et sin(z) comme unique pro-
longement des fonctions circulaires réelles, appli [OA] : transformée de Fourier d’une gaussienne, principe du
maximum, exemples : annulation de fonctions.
‰ [QUE] prop : l’indice est constant sur chaque composante connexe.

2. Calcul différentiel.
‰ [ROU] prop : si Df (u) = 0 sur U connexe alors f est constante sur U , prop : inéquation différentielle,
appli : existence d’une solution d’équation différentielle, thm : inversion globale.

1
‰ [QUE] thm : Cauchy-Lipschitz, appli : existence et unicité d’une solution d’équation différentielle, appli
[ZQ] nombre de zéros d’une équation différentielle.

Références :
Queffelec, Topologie.
Gourdon, Analyse.
Tauvel, Analyse complexe pour la L3.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Hauchecorne, Les contre-exemples en mathématiques.
Zavidovique, Un max de maths.

2
205 : Espaces complets. Exemples et applications.

1 Espaces complets.
‰ [GOU] def : suites de Cauchy, prop : une suite convergente est de Cauchy - une suite de Cauchy est bornée, prop :
deux distances équivalentes décrivent les mêmes suites de Cauchy - la notion de suites de Cauchy n’est pas topolo-
gique, def : espace complet - espace de Banach, exemples et c-ex d’espaces complet - un espace compact est complet
- tout evn de dimension finie est complet, . appli [ ? ? ?] : thm de Banach-Alaoglu, prop : toute partie complète est
fermée - toute partie fermée d’un espace complet est complète, prop : espace produit complet, exemples : B(X, R) -
Lc (E, F ) avec F complet - lp (N, R) pour tout 1  p  1 sont complets, c-ex : avec la distance d(x, y) = |1/x 1/y|
(]0, +1[ n’est pas complet mais ]0, 1] si, prop : dans un Banach Id u est inversible, appli : Glc (E) est un ouvert
de Lc (E), prop : un evn est complet ssi toute série absolument convergente est convergente.
‰ [FAR] def-prop : espace Lp - norme - structure d’espace vectoriel, thm : Riesz-Fisher (complétude des Lp ).
‰ [ ? ? ?] c-ex : (Cc0 , || · ||p ) n’est pas complet.
‰ [GOU] thm (ADMIS) : tout espace métrique peut se plonger dans un espace complet.

2 Théorèmes d’existence et complétude.


1. Prolongements de fonctions.
‰ [GOU] thm : prolongement de fonction d’une partie dense à l’ensemble entier, appli : intégrale de Riemann
pour les fonctions réglées.
‰ [FAR] thm - appli : Fourier-Plancherel.
‰ [CAN] appli : calcul d’une transformée de Fourier dans L2 .

2. Points fixes.
‰ [ROU] thm de point fixe, c-exemple, exemple, . appli : thm de Cauchy-Lipschitz global, exemple, thm
d’inversion locale, thm des fonctions implicites, exemples, appli [ZAV] : image de l’exponentielle.

3. Théorème de Baire et applications.


‰ [GOU] thm de Baire, ex : "lemme utile", appli : un evn à base dénombrable n’est pas complet, appli : les
fonctions continues nulle part dérivables sont denses, coro : thm de Banach-Steinhauss, ex : suite d’applica-
tions qui cvs, appli : existence de fonctions continues différentes de leur série de Fourier.

3 Espace de Hilbert.
1. Théorème de projection sur un convexe fermé.
‰ [HL] def : espace de Hilbert, rq : on cherche à généraliser la géométrie de la dimension finie à la dimen-
sion infinie, exemples, thm de projection sur un convexe fermé, rq : caractérisation du projeté dans le cas de
R, prop : projection sur un sev fermé, c-ex [OA] : absence de complétude, appli : définition de l’espérance
conditionnelle, appli [OA] : polynôme de meilleur approximation, coro : critère de densité dans les Hilbert,
appli : densité des polynômes orthogonaux, thm de représentation de Riesz, appli : definition de l’adjoint d’un
opérateur, appli : thm de Lax-Milgram.
‰ [ ? ? ?] . appli : minimisation d’une fonctionnelle convexe (avec Banach-Alaoglu).

2. Base hilbertienne.
‰ [OA] def : base hilbertienne, exemples : les eint et les polynômes orthogonaux (polynômes de Hermite...),
procédé d’othogonalisation par Gram-Schmidt, thm : existence de base hilbertienne (ADMIS dans le cas gé-
néral), thm : caractérisation des bases hilbertiennes, appli : série de Fourier.

1
Références :
Faraut, Calcul intégral.
Objectif Agrégation.
Gourdon, Analyse.
Oraux X-ENS analyse 1.
Candelpergher, Calcul intégral.

2
207 : Prolongement de fonctions. Exemples et applications.
1 Aspects topologiques.
1. Prolongement ponctuel.
‰ [GOU] def : prolongement par continuité, exemples.

2. Prolongement par densité.


‰ [POM] thm : prolongement des identités, thm : prolongement des applications uniformément continues sur
une partie dense, appli : construction de l’intégrale de Riemann pour les fonctions réglées.
‰ [FAR] appli : densité de L1 \ L2 dans L2 - transformée de Fourier-Plancherel.
‰ [CAN] . appli : calcul d’une transformation de Fourier dans L2 .

3. Prolongement global.
‰ [ZQ] thm : prolongement de Tietze, appli : critère de compacité.

4. Prolongement des formes linéaires.


‰ [ROU] thm : Hahn-Banach en dimension finie, application.
‰ [BRE] corollaires.

2 Aspects différentiels.
1. Régularité.
2
‰ [POM] thm : prolongement C 1 , c-ex : hypothèse continuité, ex : e 1/x prolongeable en une fonction de
classe C 1 sur R, appli : existence de fonctions plateaux.
‰ [OA] appli : convolution et régularisation de fonctions.
‰ [ROU] lemme de Borel, coro : prolongement des fonctions C 1 sur un segment.

2. Prolongement des solutions d’équations différentielles.


‰ [ZQ] def : solutions - solutions globales - solutions maximales, thm : sortie de tout compact, prop : critère
de prolongement, exemples.

3 Aspects analytiques.
1. Séries entières.
‰ [ZQ] def : points réguliers - singuliers au bord du disque de convergence, exemple, thm : existence d’un
point singulier.
‰ [HAU] exemples : on ne peut rien dire de la somme d’une série entière au bord de son disque de conver-
gence.
‰ [GOU] thm d’Abel, thm (réciproque partielle) : théorème de Littlewood.

2. Fonctions analytiques.
‰ [TAU] thm : prolongement analytique, coro : principe des zéros isolés, exemples : série entière - existence
de fonctions, appli : définition des fonctions circulaires.
‰ [OA] appli : calcul de la transformée de Fourier d’une gaussienne, appli : . densité des polynômes ortho-
gonaux, appli [FIL] : méthode de Gauss pour le calcul d’intégrales.
‰ [ZQ] ex : prolongement analytique de la fonction .

1
Références :
Gourdon, Analyse.
Hauchecorne, Les contre-exemples en mathématiques.
Objectif Agrégation.
Tauvel, Analyse complexe pour la L3.
Zuily - Queffelec, Analyse pour l’agrégation.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Pommelet, Cours d’analyse.
Faraut, Calcul intégral.
Candelpergher, Calcul intégral.
Brezis.

2
208 : Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues.
Exemples.
A rajouter : exemple de calcul de normes subordonnées.

1 Espaces vectoriels normés.


1. Norme.
‰ [GOU et HAU] def : norme - evn, rq : tout evn est métrisable, def : normes équivalentes, rq : deux normes
équivalentes définissent la même topologie, exemples de normes, appli : norme strictement plus fine qu’une
autre, prop : la norme est une application continue, prop : l’adhérence d’un sev d’un evn est un sev, appli :
un hyperplan est soit fermé soit dense, exemple d’evn : (lp (N, R), || · ||p ) - (Lp , || · ||p ).
‰ [OA] def (attention ! erreur dans le OA) : stricte convexité d’une norme (si ||x + y|| = ||x|| + ||y|| alors x et
y sont positivement liés), appli : existence d’un polynôme de meilleur approximation.

2. Applications linéaires continues.


‰ [GOU et HAU] thm : formulations équivalentes de la continuité des application linéaires, rq : extension aux
applications multilinéaires, def : norme subordonée - Lc (E, F ), rq : la norme subordonnée est le plus petit
module de continuité, prop : norme subordonnée d’une composée de fonction, def : forme linéaire - dualité, ex :
différentielle en un point, prop : une forme linéaire est continue ssi son noyau est fermé, ex : (C([0, 1], R), || · ||1 )
n’est pas continue car son noyau n’est pas fermé, prop : Lc (E) est une algèbre normée.

3. Cas de la dimension finie.


‰ [GOU] thm : toutes les normes sont équivalentes, coro : toute application linéaire est continue - tout sev
de dimension finie d’un evn est fermé, appli : les parties compactes d’un evn sont les parties fermées bornées,
c-ex en dimension finie (dérivée de polynômes), thm de Riesz.

2 Espaces de Banach.
1. Complétude
‰ [GOU et HL] def : espace de Banach, exemples : tout evn de dimension finie est complet - complétude de
Lc (E, F ) si F complet - B(X, K) - lp , exemple (Riesz-Fisher) : complétude des Lp , appli : E est un Banach
ssi toute série absolument convergente est convergente, appli : Id u est inversible dans Lc (E), appli : expo-
nentielle de matrices, thm : prolongement de fonction sur une partie dense.
‰ [FAR] appli : L1 \ L2 est dense dans L2 - transformée de Fourier sur L2 .
‰ [CAN] ex : calcul d’une transformée de Fourier dans L2 .
‰ [ROU] thm de point fixe de Picard, c-ex, . appli : thm de Cauchy-Lipschitz global, exemple : cas linéaire.

2. Théorème de Baire et conséquences.


‰ [GOU] thm de Baire, exemple : "lemme utile", appli : un evn à base dénombrable n’est pas complet, appli :
les fonctions continues nulle part dérivables sont denses, appli : thm de l’application ouverte, coro : thm de
Banach, coro : thm de Banach-Steinhauss, appli : la limite d’une suite d’applications linéaires continues qui cvs
est une application linéaire continue, appli : existence de fonctions continues différentes de leur série de Fourier.

3 Espaces de Hilbert.
1. Espace muni d’un produit scalaire.
‰ [OA] def : espace préhilbertien - Hilbert, ex : espace euclidien et hermitien, exemple : l2 (N) - L2 , appli :
forme bilinéaire continue coercive, prop : Cauchy-Schwarz, appli : forme linéaire, appli : inégalité triangulaire

1
pour les normes Lp , prop : identité du parallélogramme, def : orthogonal, appli [HL] : thm de Pythagore.

2. Théorème de projection sur un convexe fermé.


‰ [OA] thm : projection sur un convexe fermé, c-ex : absence de complétude, rq : en dimension finie, thm :
projection sur un sous-espace fermé, remarques sur l’orthogonal, appli : critère de densité, appli : définition
de l’espérance conditionnelle.
‰ [HL] thm de représentation de Riesz, applications.
‰ [ ? ? ?] . appli : théorème de Banach-Alaoglu et minimisation d’une fonctionnelle convexe.

3. Bases hilbertiennes.
‰ [OA] def : bases hilbertiennes, ex : les eint - les polynômes orthogonaux (Hermite,...), thm (ADMIS) :
existence de base hilbertienne, rq : procédé d’orthogonalisation avec Gram-Schmidt, thm : caractérisation des
bases hilbertiennes, appli : série de Fourier - l’égalité de f avec sa série de Fourier est vraie dans L2 - égalité
de Parseval - ex : calcul de série.

Références :
Gourdon, Analyse.
Hauchecorne, Les contre-exemples en mathématiques.
Objectif Agrégation.
Hirsch-Lacombe, Elements d’analyse réelle.

2
209 : Approximation d’une fonction par des polynômes et des
polynômes trigonométriques. Exemples et applications.

1 Approximation d’une fonction point par point.


1. Formules de Taylor.
‰ [ROM] thm : formule de Taylor-Lagrange, ex : pour n = 0 on retrouve le thm des acroissements finis,
coro : inégalité de Taylor-Lagrange, appli, thm : formule de Taylor avec reste intégral, rq : Taylor avec reste
intégral donne plus d’information que Taylor-Lagrange, applis, appli [APP] : TCL - intervalles de confiance,
rq : formules de Taylor en dimension supérieure, thm : Taylor-Young, appli.
‰ [ROU] appli (calcul différentiel) : lemme de Morse, appli : étude locale de surfaces.

2. Interpolation polynômiale.
‰ [FIL et DEM] : objectif : trouver un polynôme tel que Pn (xi ) = f (xi ), thm : existence et unicité du poly-
nôme interpolateur de Lagrange, thm : construction du polynôme de Lagrange, lemme : différences divisées et
différentiabilité, thm : erreur d’interpolation, rq : la taille de l’erreur d’interpolation dépend des dérivées de f
(qui peuvent être grande si f oscille) et de la répartition des points choisis, def : polynômes de Tchebychev,
prop : interpolation avec les polynômes de Tchebychev, rq : phénomène de Runge, ex : approximation de
1
f (x) = dans le cas de points équidistants et de Tchebychev (plus fiable).
25x2 + 1
3. Approximation par un polynôme trigonométrique.
‰ [FAR] def : polynôme trigonométrique - coefficients de Fourier complexes - série de Fourier - sommes par-
tielles et série de Fourier cv, lemme de Riemann Lebesgue, lemme : somme partielle en fonction du noyau de
Dirichlet, thm : Jordan-Dirichlet, corollaire : cas Cm
1
, c-ex : la continuité ne suffit pas, ex : f (x) = 1 sur [0, ⇡/2[
et f (x) = 1 sur ]⇡/2, ⇡], ex : f (x) = x ⇡ sur ]0, ⇡[.

2 Approximation polynômiale uniforme.


1. Polynôme de meilleur approximation uniforme.
‰ [DEM] : def : fonction équioscille, thm-def : existence et unicité du polynôme de meilleur approximation,
corollaire : caractérisation du polynôme de meilleur approximation, exemple : polynôme de Tchebytchev.

2. Densité des polynômes C([a, b], R).


‰ [ZQ] . thm de Weierstrass par les polynômes de Bernstein, corollaire : toute fonction continue sur un
segment peut être approchée uniformément par des polynômes. R
‰ [GOU] : c-ex : sur R une limite uniforme de polynôme est un polynôme, appli : f (t)tn = 0 ) f = 0,
appli : thm de Littlewood.

3. Convergence normale et polynôme trigonométrique.


‰ [GOU] lemme : coefficient de Fourier de f 0 en fonction de ceux de f si f 2 C 0 \ Cm
1
, thm de cvn pour une
fonction continue et Cm , exemples.
1

‰ [XENS] appli : équation de la chaleur par les séries de Fourier.

3 Approximation polynômiale dans l’espace Lp , 1  p < 1.


1. Polynôme de meilleur approximation.
‰ [OA] def (attention ! erreur dans le OA) : stricte convexité d’une norme (si ||x + y|| = ||x|| + ||y|| alors x et y
sont positivement liés), prop : dans un sev de dimension finie il existe un élément qui minimise la distance, ex :

1
en particulier Rn [X] ⇢ C 0 [a, b], prop : on a unicité de cet élément lorsque la norme est strictement convexe,
prop : pour 1 < p < 1 || · ||p est strictement convexe, thm : pour || · ||1 on a aussi unicité (même si la norme
n’est pas strictement convexe).

2. Cadre hilbertien.
‰ [FIL et OA] : def : fonction poids - produit scalaire - norme quadratique (et distance associée), rq : l’es-
pace des fonctions continues de ]a, b[ contient les polynômes, thm-def : existence et unicité des polynômes
orthogonaux, ex : polynôme de Hermite, ex : polynôme de Legendre, thm : expression effective du polynôme
de meilleur approximation (par projection orthogonale), . thm : densité des polynômes orthogonaux et base
hilbertienne de polynômes orthogonaux, c-ex : la décroissance exponentielle est nécessaire, appli : méthode de
Gauss pour le calcul d’intégrales.

3. Cas des polynômes trigonométriques.


‰ [FAR] structure préhilbertienne sur L2T , thm : cv en moyenne quadratique et formule de Parseval, exemple :
f (x) = |x|, def : somme de Cesaro, lemme : somme de Cesaro en fonction du noyau de Fejer, rq : la cvs des
sommes partielles implique la cv au sens de Cesaro mais la réciproque est fausse : ( 1)n , . thm de Fejer,
appli : (en ) est une base hilbertienne, corollaire : densité des polynômes trigonométriques dans l’ensemble des
fonctions continues périodiques.

Références :
Demailly, Analyse numérique et équations différentielles.
Objectif agrégation.
Farault, Calcul intégral.
Gourdon, Analyse.
Zuily Quefelec.
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Rouvière, Petit guide du calcul différentielle.
Filbet, Analyse numérique.

2
213 : Espaces de Hilbert. Bases hilbertiennes. Exemples et
applications.

1 Espaces munis d’un produit scalaire.


1. Espaces préhilbertiens.
‰ [HL] def : produit scalaire, def : espace préhilbertien, ex : produit scalaire hermitien canonique sur Kd - le
ps sur l’espace des fonctions continues de [0, 1] dans K - le ps sur l2 (N), prop : inégalité de Cauchy-Schwarz
et son cas d’égalité, corollaire : < ·, · >1/2 est une norme, rq : les espaces préhilbertiens sont des evn, prop :
identité du parallélogramme, rq : un evn qui vérifie cette identité est préhilbertien.

2. Orthogonalité.
‰ [HL] : def : éléments orthogonaux - parties orthogonal - orthogonal d’une partie.
‰ [OA] prop : A? est toujours un sev fermé de H - A? = (vect(A))? - A? = (Ā)? - Ā ⇢ A?? .
‰ [ ? ? ?] appli : orthogonal des suites presque nulle de l2 (N).
‰ [HL] prop : Pythagore, rq : la réciproque est vraie dans R mais pas dans C.

2 Espaces de Hilbert.
1. Espaces de Hilbert.
‰ [HL] def : espace de Hilbert, ex : tout espace préhilbertien de dim finie est un Hilbert - L2 (K) et l2 (N),
c-ex : (C 0 ([0, 1]), < ·, · >L2 ([0,1]) est préhilbertien mais pas hilbertien.
‰ [OA] rq : muni de la restriction du produit scalaire un sous-espace fermé d’un Hilbert est un Hilbert.
‰ [HL] ex : H1 (I) et H01 (I).

A partir de maintenant, tous les espaces de Hilbert que l’on va considérer seront supposer
séparables.

2. Projection sur un convexe fermé et théorème de Riesz.


‰ [HL] thm : projection sur un convexe fermé - sa caractérisation en terme de produit scalaire - caractère
1-lipschitzien de la projection.
‰ [OA] rq (ANNEXE) : caractérisation angulaire de la projection.
‰ [ ? ? ?] . appli : thm de Banach-Alaoglu et minimisation d’une fonctionnelle convexe.
‰ [HL] prop : projection sur un sev fermé de dimension finie, corollaire : E = F F ? pour tout sev F fermé
- E = F̄ F ? pour tout sev F - F̄ = F ?? , appli : - critère de densité, appli [OA] : def de l’espérance condi-
tionnelle, thm de représentation de Riesz, appli : existence de l’adjoint d’une application linéaire continue.
‰ [HL] appli : thm de Lax-Milgram et résolution d’une edo.

3. Convergence faible dans un espace de Hilbert [SI POSSIBLE].


‰ [HL] def : convergence faible d’une suite, prop : unicité de la limite faible - cv forte implique cv faible, c-ex :
réciproque fausse, prop : rapport entre convergence faible et forte, appli : si (xn ) cv faiblement vers x alors
(T xn ) cv faiblement vers T x, thm : Banach-Alaoglu pour les Hilbert.

3 Bases hilbertiennes.
1. Bases hilbertiennes.
‰ [HL] def : famille orthogonale - famille orthonormale, ex : (en (x))n est une famille orthonormale, prop :
famille orthonormale et projection orthogonale, coro : inégalité de Bessel, def : base hilbertienne, ex : sur l2 (N),
thm : Bessel-Parseval, thm : tout élément se décompose sur une base hilbertienne, prop : procédé d’orthonor-
malisation de Schmidt, thm : tout espace de Hilbert séparable admet une base hilbertienne dénombrable.

1
2. Polynômes orthognonaux.
‰ [OA] : def : fonction poids, notation : L2 (I, ⇢) - c’est un Hilbert, def : polynômes orthogonaux, ex : po-
lynômes de Hermites - polynômes de Legendre, . thm : densité des polynômes orthogonaux, coro : bases
hilbertiennes de L2 (I, ⇢).
‰ [FIL] appli : intégration numérique par les polynômes orthogonaux (méthodes de Gauss).

3. Série de Fourier.
‰ [OA] cadre : on considère des fonctions 2⇡-périodique, def : coefficient de Fourier pour f intégrable sur
tout intervalle borné, prop : coefficient de Fourier en terme de produit scalaire sur L2 , notation : la famille
(en )n , prop : c’est une famille orthonormale, coro : SN (f ) est la projection orthogonale de f sur l’espace des
polynômes trigonométriques, thm de Fejer, coro : les (en )n forment une base hilbertiennes de L2 , conséquence :
P P1 1 ⇡4
f = n2Z cn (f )en - isométrie bijective entre L2 et l2 - égalité de Parseval, appli : n=1 4 = .
n 90

Références :
Hirsch-Lacombe, Eléments d’analyse fonctionnelle.
Objectif agrégation.
Filbet, Analyse numérique.

2
214 : Théorème d’inversion locale, théorème des fonctions implicites.
Exemples et applications en analyse et en géométrie.

1 Théorème d’inversion locale.


1. Enoncés et applications.
‰ [ROU] thm d’inversion locale, ANNEXE : illustration du thm, rq : quelques conséquences,exemple :
f (x, y) = (x2 y 2 , 2xy) est un difféo local sur R2 0, c-exemple : f (x) = x = x2 sin(⇡/x), appli : chan-
gement de coordonées, ex : passage en coordonées polaires, ex : changement de variable dans une intégrale,
. appli : réduction des formes quadratiques version diffférentiable.
‰ [OA] appli : racine k ième d’une matrice.
‰ [ZAV] appli : surjectivité de l’exponentielle.
‰ [ROU] thm d’inversion globale, exemple : retour sur le premier exemple, rq : version classe C k des théorèmes,
appli : inversion globale (cas particulier de Hadamard-Lévy), appli : logarithme d’une matrice - l’exponentielle
de matrice est un difféo local qui n’est pas global.

2. Interprétation géométrique.
‰ [ROU] def : submersion - immersion, diagrammes commutatifs, ANNEXE : dessins, . lemme de Morse,
appli : point double à l’origine d’une courbe de niveau, exemple : f (x, y) = x2 y 2 + (y 4 /4), appli : étude
locale affine d’une surface.

2 Théorème des fonctions implicites.


‰ [ROU] thm des fonctions implicites, ANNEXE : illustration du thm, rq : quelques conséquences, exemple : avec
le cercle, prop : différentielle de la fonction implicite, ex : avec le cercle, rq : thm version C k , ex : le Folium de
Descartes, thm : le TIL et TFI sont équivalents, appli : l’équation du troisième degré, appli : perturbation d’un
extremum.
‰ [OA] appli : régularité d’une racine simple d’un polynôme, appli : l’ensemble des polynômes scindés à racines
simples est un ouvert de Rn [X].

3 Sous-variétés.
1. Définition et caractérisations.
‰ [ROU] def : sous-variété, exemple : cône épointé, c-exemples : des sous-ensembles qui ne sont pas des sous-
variété, thm des sous-variétés, remarques : importance du TFI et du TIL dans ces caractérisations - notion
de submersion et immersion, exemple : surface de R3 , exemple : courbes de R3 , exemple : SLn (R) est une
2
sous-variété de Rn .

2. Espaces tangents.
‰ [ROU] def : vecteur tangent - espace tangent, thm : caractérisation de l’espace tangent selon la définie
de sous-variété, exemple : le cercle et la définition implicite, ex : rencontre d’un cylindre et d’une sphère,
exemple : plan vectoriel tangent pour les surfaces de R3 , exemple : droite vectorielle tangente aux courbes de
R3 , exemple : espace tangent en un point de SLn .

3. Application : multiplicateurs de Lagrange.


‰ [OA] lemme : équivalence de la condition des extrema liés avec l’intersection des noyaux, . thm : extrema
liés, rq : interprétation géométrique avec le plan tangent, c-ex : sans l’hypothèse de régularité géométrique,
exemples [GOU] : étude du maximum global de f sur - inégalité arithmético-géométrique.

1
‰ [ROU] appli : inégalité d’Hadamard.

Références :
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Objectif agrégation.
Gourdon, Analyse.
Zavidovique, Un max de maths.

2
215 : Applications différentiables sur un ouvert de Rn. Exemples et
applications.
Remarque : Parler de Lyapounov comme approximation linéaire ?

L’idée du calcul différentiel est d’approcher au voisinage d’un point une fonction f par une fonction plus simple qui
est linéaire.

Soient n, p 2 N⇤ , U ⇢ Rn ouvert, f : U ! Rp .

Les applications différentiables en un point sont celles qui peuvent être approchées au voisinage de a par une ap-
plication affine. Intuitivement, le graphe de f "ressemble" localement à un espace affine. On constate aussi que la
différentielle prolonge la notion de dérivabilité en dimension supérieure.

1 Applications différentiables.
1. Différentiabilité.
‰ [ROU] def : fonction différentiable, rq : linéaire implique continue, ex : cas n = p = 1 (la différentielle est la
multiplication par f 0 (a) - cas f constante - cas f linéaire, def : application de classe C 1 - C 1 -difféomorphisme,
ex : f : (r, ✓) 7! (r cos(✓), r sin(✓)) est un C 1 -difféomorphisme, ex : différentielle de l’inverse - du déterminant.

Si on connait explicitement une fonction, il est plus simple de calculer ses dérivées partielles qui peuvent
avoir un lien avec sa différentielle.

2. Dérivées directionnelles.
‰ [OA] def : dérivée directionnelle ou dérivée partielle, prop : si f est différentiable en a alors les dérivées
directionnelles en a existent, c-ex : l’existence des dérivées partielles dans toutes les directions n’implique pas
la différentiablité, rq [ROU] : écriture de la différentielle en fonction des dérivées partielles dans Rn , appli :
définition du gradient.
‰ [ROU] appli : interprétation physique du gradient, remarque importante : on verra que si les dérivées
partielles existent et sont continues alors on a la différentiabilité, ex : f (x, y) = ln(x2 + y 2 ) est différentiable
sur R⇤ , c-ex [GOU] : réciproque fausse, exemple : fonction vectorielle de la variable vectorielle - matrice jaco-
bienne, exemple [GOU] : jacobien f : (r, ✓) 7! (r cos(✓), r sin(✓)), ex : laplacien en polaire.

3. Différentiation des fonctions composées.


‰ [ROU] prop : différentiation des fonctions composées.
‰ [OA] ex : différentielle de x 7! ||x||2 , appli : différentielle de la réciproque.
‰ [GOU] appli : différentiabilité du produit.
‰ [ROU et X-ENS alg2] appli : problème d’optimisation avec contrainte - . thm des extremas liés et appli-
cation, exemples.

On cherche à présent à remonter l’information de la différentielle sur la fonction de départ. Par définition,
la différentielle nous permet cela localement. En une dimension, l’outil global correspondant est l’égalité des
accroissements finis...

4. Inégalité des accroissements finis.


‰ [OA et ROU] thm : inégalité des accroissements finis, c-ex : l’égalité des accroissements finis est faux si
p 2, appli : différentielle nulle, appli : caractérisation de la lipschitziannité, appli-thm : caractérisation des
fonctions C 1 , appli : différentielle d’une limite, ex : différentielle de l’exponentielle.

1
2 Inversion locale et fonctions implicites.
‰ [OA et ROU] thm : inversion locale, annexe : dessin en dimension 2, rq : équivalence (x 2 V et y = f (x)) , (y 2
W et x = f 1 (y)), c-ex : la conclusion du thm est locale et pas globale, . appli : réduction des formes quaratiques
version différentiable, appli : racine k-ième d’une matrice.
‰ [ZAV] appli : surjectivité de l’exponentielle.
‰ [OA et ROU] thm : inversion globale, ex [GOU] : si f Id est contractante alors f est un difféo global, thm :
fonction implicite, annexe : dessin en dimension 2, exemples : équation x2 + y 2 1 = 0, appli : régularité d’une
racine simple d’un polynôme.

Comme pour les développements limités, on cherche à affiner notre étude locale en étudiant les termes quadra-
tiques. Comme les termes linéaires fournissent un espace tangent, les termes d’ordre 2 fourniront des positions
relatives à ce plan (étude d’extrêmum, optimisation...). Les 2 notions importantes de cette section est la symétrie
des dérivées partielles secondes et les formules de Taylor.

3 Différentielles d’ordre supérieur.


1. Différentielles secondes.
‰ [ROU] def : application deux fois différentiables en a, rq : lien avec l’application bilinéaire sur Rn ⇥ Rn à
valeurs dans Rp , def : matrice hessienne, rq [OA] : lien avec les formes quadratiques, thm de Schwarz, c-ex :
l’existence des dérivées secondes ne suffisent pas, appli : problème d’extrêmum libre (théorème + exemple).
‰ [GOU] ex : "équivalent du thm de Rolle en dimension n".

2. Formules de Taylor.
‰ [ROU] def : application de classe C k - C 1 , notation "abrégée" de la différentielle d’ordre k, thm : formule
de Taylor-Young, ex : TLY a l’ordre 3 pour une fonction à 2 variables, thm : Taylor avec reste intégral.
‰ [ROU] . appli : lemme de Morse, ex : étude de la position relative d’une surface par rapport à son plan
tangent en un point.

Références :
Gourdon, Analyse.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Objectif Agrégation.
Zavidovique, Un max de math.
Oraux X - ENS, Algèbre 2.

2
218 : Applications des formules de Taylor.

1 Formules de Taylor.
‰ [ROM] lemme : thm de Rolle, thm : formule de Taylor-Lagrange, ex : pour n = 0 on retrouve le thm des acrois-
sements finis, coro : inégalité de Taylor-Lagrange, thm : formule de Taylor avec reste intégral, rq : Taylor avec reste
intégral donne plus d’information que Taylor-Lagrange, rq : formules de Taylor en dimension supérieure.
‰ [APP - STAT] . appli : TCL, appli : détermination d’un intervalle de confiances, appli : approximation de
variables aléatoires.

2 Etude locale de fonctions.


1. Développements limités et étude locale.
‰ [ROM] thm : Taylor-Young, exemples : dl en 0 de quelques fonctions, thm : caractérisation de la continuité
et de la dérivabilité de f avec les dl, c-ex : une fonction peut admettre un dl d’ordre n 0 sans être dérivable
à l’ordre 2 en ce point, appli : équivalence des restes et des sommes partielles des séries de fonctions, appli :
étude locale de la position d’une courbe par rapport aux tangentes.
‰ [ROU] appli : étude affine locale d’une courbe plane, ANNEXE : dessins (points ordinaire - d’inflexion -
première espèce - deuxième espèce).

2. Recherche d’extrema.
‰ [ROM] rq : si f : I ! R admet un extremum local en a alors f 0 (a) = 0, c-ex : réciproque fausse, thm :
condition nécessaire et suffisante d’extremum, thm : généralisation à des fonctions de plusieurs variables, rq :
cas ou la forme quadratique est dégénérée.
‰ [ROU] exemples : étude d’extremum, exemple : ANNEXE (dessin en dimension 3), lemme de Morse,
exemples.

3. Etude asymptotique.
‰ [ROM] appli : développement asymptotique de suites, exemple : la série harmonique, appli : étude locale
de la position d’une courbe par rapport aux asymptotes, thm : développement asymptotique de suites définies
par récurrence, exemples.

3 Etude globale de fonctions.


1. Du local au global : analycité.
‰ [TAU] def : fonction développable en série entière, thm : le dse de f est égale à son développement de
Taylor ssi il existe un voisinage de 0 sur lequel f est indéfiniment dérivable, thm (cas réel), rq : csq de Taylor
avec reste intégral, appli : thm du prolongement analytique.
‰ [GOU] c-ex : le développement de Taylor d’une fonction C 1 peut ne pas converger vers f , exemples : pleins
de dse, thm de réalisation de Borel : pour toute suite (an ) il existe une fonction f de classe C 1 sur R telle
que f n (0)/n! = an , appli : définition de fonctions circulaires sur C.
‰ [OUV2] appli : une CNS d’analycité de la fonction caractéristique autours de 0.

2. Propriétés globales.
00
‰ [ROM] exemples : inégalités classiques, thm : majorations de dérivées, lemme : cas f C 2 tel que f et f
soient bornées.
‰ [GOU] lemme d’Hadamard (factorisation de fonction).
‰ [ROU] thm : fonction convexe et différentielle seconde, appli : recherche d’extremum de fonctions convexes.

1
3. Méthode numérique : la recherche de points fixes.
‰ [ROM et ROU] présentation de la méthode de Newton, . thm : Méthode de Newton et superattraction,
exemple : calcul approché de la racine p-ième, exemple : relation de récurrence avec f (x) = x2 y.

Références :
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Gourdon, Analyse.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Ouvrard, Probailités 2.
Appel, Probabilités pour les non-probabilistes.

2
219 : Extremums : existence, caractérisation, recherche. Exemples et
applications.

1 Existence d’extremum dans des cas particuliers.


1. Compacité.
‰ [GOU] prop : une fonction continue sur un compact atteint ses bornes et est bornée, ex : distance entre 2
parties, appli : thm de point fixe, appli : équivalence des normes en dimension finie, appli : théorème de Rolle,
appli : thm des valeurs intermédiaires.

2. Fonctions convexes.
‰ [ANUM] def : fonction convexe dans un ev, prop : caractérisation de la convexité, appli : inégalité de Holder,
thm : extrema de fonctions convexes, exemple [ROU].

3. Espaces hilbertiens.
‰ [OA] thm : projection sur un convexe fermé et sa caractérisation, prop : projection sur un sev, appli : thm
de Lax-Milgram.

4. Fonctions holomorphes.
‰ [OA] thm : principe du maximum local, thm : principe du maximum global, appli : si une fonction holo
atteint un minimum local alors ce minimum est zéro, ex : annulation et principe du maximum.

2 Optimisation sans contrainte.


Enoncé du problème d’optimisation sans contrainte [ANUM].

1. Existence, unicité et caractérisation d’un extremum.


‰ [FIL] : prop : condition nécessaire d’optimalité, c-ex : si le gradient s’annule en x alors x n’est pas néces-
sairement un extremum, prop : existence d’un minimum en dimension finie, prop : existence d’un minimum
en dimension infinie, prop : condition suffisante d’unicité, c-ex : l’hypothèse de convexité est suffisante, c-ex :
elle n’est pas nécessaire, ex : cas d’une fonctionelle quadratique.
‰ [ ? ? ?] . appli : thm de Banach-Alaoglu et minimisation d’une fonctionnelle convexe.
‰ [ROU] : prop : conditions du deuxième ordre sur un ouvert (minimum local), c-ex : si on ne travaille pas sur
un ouvert, rq : pour passer de local à global on fait l’étude directe de f ou on utilise un résultat de compacité,
ex : f (x, y) = x2 y 2 + y 4 /4 a 3 points critiques : un point col et deux minimums global.

2. Recherche par des méthodes numériques sans contraintes.


‰ [ROU] : thm : méthode de Newton, exemple.
‰ [FIL] : def : direction de descente, méthode de descente, prop : caractérisation d’une direction de descente,
méthode du gradient à pas fixe, thm : convergence du gradient à pas fixe.

3 Optimisation avec contraintes.


Enoncé du problème d’optimisation avec contraintes d’égalités [ANUM].
1. Existence, unicité et caractérisation d’un extremum.
‰ [FIL] : thm : existence d’un minimum en dimension finie, thm : existence d’un minimum en dimension
infinie, thm : unicité de la solution, prop : condition simple d’optimalité.

1
‰ [ROU] : . thm des extrema liés et application, exemples, applications.
‰ [FIL] ex : fonctionelle quadratique.

2. Recherche par une méthode numérique avec contraintes.


‰ [FIL] méthode du gradient à pas fixe avec projection, thm : cv du gradient à pas fixe avec projection.

Références :
Gourdon, Analyse.
Filbert, Analyse numérique.
Objectif agregation.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.

2
220 : Equations différentielles X 0 = f (t, X). Exemples d’études des
solutions en dimension 1 et 2.

Remarque . Rajouter des exemples "plus classiques" : équation homogène - méthode de variation de la constante.

1 Existence et unicité locale de solution.


‰ [GOU] def : solution d’une équation différentielle, rq : on peut se ramener a x0 = f (t, x).
‰ [ZUI] def : problème de Cauchy - solution globale - prolongement p de solution - solution maximale.
‰ [GOU] ex (non linéaire) : solutions maximales de xy 0 y = x2 + y 2 .
‰ [GOU] lemme de Gronwall, ex : les solutions de y 00 + q(t)y = 0 sont bornées.
‰ [ZUI] thm : Cauchy-Lipschitz, thm : existence d’une solution maximale, thm : unicité globale de la solution maxi-
male, rq [DEM] : intrerprétation géométrique (deux courbes intégrales ne se coupent pas), exemple : (à rajouter)
les solutions de x0 = x(1 x) sont bornées par 0 et 1, ex (non linéaire) : équation de Ricatti y 0 + y + y 2 + 1 = 0.
‰ [GOU] appli : résolution des équations de Bernoulli.
‰ [ZUI] thm d’Arzela-Péano, exemple : x0 (t) = 3x2/3 avec x(0) = x0 (on perd l’unicité).
‰ [ ? ? ?] c-ex : le champs de vecteurs doit être au moins L1loc en temps : x0 (t) = 1/t et x(t) = ln(t) n’est pas p
continue
en t = 0 - les solutions ne sont pas forcément globales : x0 (t) = t/x avec x(0) > 0 a pour solutions x(t) = 2 t2
pour tout t 2 ( , ).
‰ [GOU] appli (csq de l’unicité dans CL) : s’il existe t0 tel que x(t0 ) < y(t0 ) alors x(t) < y(t) 8t - solution pério-
dique - zéros isolés.

Le théorème de Cauchy-Lipschitz nous assure l’existence et l’unicité d’une solution locale et même maximale. A
quelles conditions a-t-on existence et/ou unicité d’une solution sur tout l’ensemble, c’est-à-dire une solution glo-
bale ? Nous allons tout d’abord étudier ce qui se passe aux bords de l’intervalle d’existence : peut-on prolonger notre
solution maximale ?

2 De solutions locales à solutions globales.


1. Prolongement des solutions.
‰ [ZUI] thm : critère d’explosion en temps fini (cas ]a, b[⇥Rn ), coro : critère de prolongement, cas des fonctions
x2 (t)
bornées - x0 (t) = avec x(0) = x0 a une unique solution globale, ex : cas où |f (t, x)|  C1 |x| + C2
1 + x2 (t)
8(t, x) 2 K ⇥ Rn , appli : les solutions maximales des systèmes linéaires à coefficients continus sont globales,
thm (cas ]a, b[⇥⌦) : critère de sortie de tout compact, ex : x0 (t) = (x(t))2 avec x(0) = x0 > 0 a une solution
maximale qui n’est pas globale.
‰ [ROU] . thm : Cauchy-Lipschitz global, ex : équation d’un pendule (mouvement perpétuel de l’horloge).
‰ [FGN] appli : système proie-prédateur de Lotka-Volterra - thm : ce système admet une unique solution
maximale qui est en fait globale-les solutions sont périodiques-annexe : dessin des solutions.

2. Cas des équations différentielles linéaires.


‰ [GOU] thm : les solutions de l’équation linéaire homogène est un sev de dimension n - isomorphisme avec
Rn , exemple : (1 t2 )y 0 + ty = 0.
‰ [POM] appli : groupe à un paramètre.
‰ [GOU] def : wronskien d’une équation différentielle linéaire homogène, ex : wronskien de 2 solutions d’une
equa diff d’ordre 2, prop : formule intégrale du wronskien d’une équa diff en fonction de la trace, prop : des
solutions forment une base des solutions ssi le wronskien est inversible, ex : y 00 + q(t)y = 0 admet des solutions
R +1
non bornées si 0 |q| < 1.
‰ [FGN et ZQ] lemme de relèvement, . thm d’entrelacement de Sturm (nombre de zéros des solutions d’une

1
équation diférentielle), appli : utilisation des séries entières - équation de Bessel.
‰ [GOU] prop : l’ensemble des solutions de l’edl est un espace affine de dimension n dirigé par l’espace des
solutions du système homogène associé, exemples.
‰ [POM] appli : si f + f 0 tend vers 0 alors f tend vers 0.

3 Etude qualitative des systèmes différentiels autonomes.


‰ [ZUI] def : système différentiel autonome, def : point d’équilibre stable - instable - asymptotiquement stable.
‰ [DEM] Annexe : représentation géométrique des notions de stabilité, thm : stabilités de l’origine dans le cas d’un
système linéaire, ex : cas de la dimension 2, annexe : tracé de solutions dans le cas de la dimension 2.
‰ [DEM] c-ex : dans le cas non-linéaire on ne peut pas donner la nature d’un point critique si la partie réelle d’une
valeur propre est nulle.
‰ [ROU] appli : équation du pendule simple + portrait de phase, def : linéarisé, thm de Liapounov (cas d’un
système non linéaire).
‰ [ROU] ex : le pendule a un point d’équilibre asymptotiquement stable à l’origine.
‰ [FGN] appli : l’équation de Van der Pol pour ✏ < 1.

Références :
Gourdon, Analyse.
Zuily Queffélec, Analyse pour l’agrégation.
Francinou Gianella Nicolas, Oraux X-ENS analyse 4.
Demailly, Analyse Numérique et équations différentielles.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Pommellet, Cours d’analyse.

2
221 : Equations différentielles linéaires. Systèmes d’équations
différentielles linéaires. Exemples et applications.

Remarque . Rajouter des exemples "plus classiques" : équation homogène - méthode de variation de la constante.

1 Solutions d’équations différentielles linéaires : existence, unicité et


structure.
1. Le théorème de Cauchy-Lipschitz linéaire.
‰ [GOU] def : équations différentiels linéaires, rq : on peut ramener une edl d’ordre p à une edl d’ordre 1,
exemple, . thm : Cauchy-Lipschitz linéaire, appli (csq de l’unicité dans CL) : s’il existe t0 tel que x(t0 ) < y(t0 )
alors x(t) < y(t) 8t - solution périodique - zéros isolés.
‰ [ROU] c-ex : dans le cas non linéaire on a une solution maximale mais pas globale (x0 (t) = x(t)2 ).

2. Equations homogènes.
‰ [GOU] thm : les solutions de l’équation linéaire homogène est un sev de dimension n - isomorphisme avec
Rn , rq : dimension de l’espace des solutions d’une edl homogène d’ordre p, def : wronskien, rq : wronskien
d’une edlh d’ordre 2, prop : formule du wronskien en fonction de la trace, prop : équivalence base
R +1des solutions
et wronskien inversible en un point, ex : y 00 + q(t)y = 0 admet des solutions non bornées si 0 |q| < 1.
‰ [ZQ] lemme de relèvement, . appli : nombre de zéros des solutions d’une équation différentielle.
‰ [GOU] cas des edlh à coefficients constants (X 0 (t) = AX(t)) : prop : solution avec l’exponentielle de matrice,
exemple (système différentiels), méthode : cas des edpl homogènes d’ordre p, exemple, cas des edlh scalaire
(x0 (t) = a(t)x(t)), exemple : (1 t2 )y 0 + ty = 0.
‰ [POM] appli : groupe à un paramètre.

3. Equations inhomogènes.
‰ [GOU] prop : si x1 et x2 sont deux solutions d’une edl alors x1 x2 est solution de l’edlh associée, prop :
l’ensemble des solutions de l’edl est un espace affine de dimension n dirigé par l’espace des solutions du système
homogène associé.
‰ [POM] prop (principe de superposition).
‰ [DEM] méthode (cas X 0 (t) = AX(t) + B(t)) : variation de la constante.
‰ [GOU] exemples, appli [POM] : si f + f 0 tend vers 0 alors f tend vers 0, méthode (cas X 0 (t) = A(t)X(t) +
B(t)) : variation de la constante à partir de n solutions indépendantes, exemples.
‰ [POM] méthode de Liouville (pour une edl d’ordre 2 - la connaissance d’une solution de l’edlh permet de
trouver toutes les solutions de l’edl), exemple, rq : on peut chercher une solution particulière sous la forme
d’une fonction dse.
‰ [FGN et ZQ] appli : utilisation des séries entières - équation de Bessel.

2 Etude qualitative des systèmes différentiels linéaires.


‰ [ZUI] def : point d’équilibre stable - instable - asymptotiquement stable.
‰ [DEM] Annexe : représentation géométrique des notions de stabilité, thm : stabilités d’un système linéaire à
coefficients constants, ex : cas de la dimension 2, annexe : tracé de solutions dans le cas de la dimension 2.
‰ [ROU] def : problème linéarisé, thm : Liapounov (lien système non linéaire et linéarisé), ex : le pendule a un
point d’équilibre asymptotiquement stable à l’origine.
‰ [FGN] appli : l’équation de Van der Pol pour ✏ < 1.

Références :

1
Gourdon, Analyse.
Zuily Queffélec, Analyse pour l’agrégation.
Francinou Gianella Nicolas, Oraux X-ENS analyse 4.
Demailly, Analyse Numérique et équations différentielles.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Pommellet, Cours d’analyse.

2
222 : Exemples d’équations aux dérivées partielles linéaires.

1 Introduction aux équations aux dérivées partielles linéaires.


‰ [DG] : cadre : u : Rd ! R suffisament régulière pour que les expressions qui suivent aient un sens, def : edpl
d’ordre 2 - équation homogène, ex : equation de la chaleur (edpl homogène d’ordre 2), def : ordre d’une edp -
solution d’une edp, def : problème aux frontières.
‰ [DiM] exemple : équation de Laplace avec u = f sur @⌦.
@u
‰ [DG] problème de Cauchy, exemple de l’équation des ondes où u(x, 0) et (x, 0) sont connues, def : problème
@t
bien posé au sens de Hadamard.
‰ [DG] : def : equation hyperbolique - parabolique - elliptique, exemples : l’équation de la chaleur est parabolique
- l”équation de Laplace est elliptique - l’équation des ondes est hyperbolique, prop : le caractère hyperbolique-
parabolique-elliptique d’une edp du second ordre ne dépend pas du système de coordonées choisi.

2 Modélisation de phénomènes physique : exemple de deux EDPL hy-


perbolique.
1. Equation des ondes.
‰ [DiM] : description du modèle, def : équation des ondes unidimensionnelles, thm : formule de D’Alembert,
idée de preuve : par changement de variables, rq : les deux classes de solutions (propagation à la vitesse c et
à la vitesse c - domaine de dépendance - domaine d’influcence).

2. Equation de transport.
‰ [DG] : Modélisation (contaminant de concentration u(x, t) dans un fluide en mouvement de vitesse c sup-
posée constante et f (x, t) la source du polluant - conservation de la matière - fluide incompressible - toutes
nos fonctions sont régulières - cas unidimensionnel - problème de Cauchy étudié).
‰ [DiM] Résolution dans le cas c constant - f = 0, def : caractéristique, prop : si u est solution alors u est
constante le long de la caractéristique, thm : pour toute donnée initiale C 1 le problème possède une unique
solution C 1 définie par u(x, t) = u0 (x ct), rq : le graphe de u à l’instant t est celui de u0 translaté de ct,
x2
résolution dans le cas c(x, t) = 2 - f = 0, résolution dans le cas où f est une fonction continue : thm :
t +1
formule de Duhamel, rq : dans le cas où f n’est pas constante.

3. Nécessité d’une formulation faible.


‰ [DiM] rq : l’équation de transport unidimensionnel à coefficients constants traduit un phénomène de pro-
pagation à vitesse constante physiquement raisonnable même pour des données initiales qui peuvent être
discontinue, def : solution faible, prop : solution faible d’une équation de transport.

3 Solutions faibles et solutions fortes, une approche variationelle.


‰ [AL] : def : H 1 (R), prop : muni de son ps c’est un espace de Hilbert, prop : toute fonction de H 1 (0, 1) est continu
sur H 1 (0, 1), def : H01 , prop : H01 est un espace de Hilbert pour le produit scalaire de H 1 , thm : inégalité de Poincaré,
coro : la norme sur H01 est équivalente à la norme || · ||1 sur H01 , . thm de Lax Milgram et résolution du problème
de Sturm-Liouville .

1
4 Méthodes de résolution d’EDPL.
1. Une EDPL parabolique : l’équation de la chaleur en une dimension.
‰ [FGN] : . thm : solution périodique de l’équation de la chaleur (par les séries de Fourier).
‰ [DiM] thm : solution de l’équation de la chaleur en supposant l’intégrabilité de toutes les fonctions et leur
dérivée (par la transformée de Fourier), thm : solutions sur un domaine borné (par séparation des variables),
prop : propriété de l’équation de la chaleur (effet régularisant de l’équation de la chaleur - irréversibilité de
l’évolution de la solution - propagation à vitesse finie).

2. Méthode numérique pour une équation elliptique : l’équation de Laplace.


‰ [ANUM] prop : équation de Laplace en 1D avec f 2 L2 et formulation variationelle, description de la
méthode de Galerkin, thm : existence pour le cas discret, lemme de Cea, introduire Vh , prop : Vh est un sev de
H0 (]a, b[) de dimension n, rq : la méthode numérique converge (ADMIS mais la preuve utilise le lemme de Cea).

Références :
Di Menza, Analyse numérique des équations aux dérivées partielles.
David - Gosselet, Equations aux dérivées partielles.
Allaire, Analyse numérique et optimisation.
Filbet, Analyse numérique.

2
223 : Suites numériques, Convergence, Valeurs d’adhérence. Exemples
et applications.
Intro : Importance des suites en analyse (les espaces métriques avec les caractérisations séquentielles pour la conti-
nuité) et en analyse numériques (les ordinateurs ne traitent pas de fonctions continues d’où la necessité des suites
en approximation). Notion sous-jacente à ces problématiques : la convergence des suites.

1 Convergence de suites.
1. Limite de suites.
‰ [AMR] déf : convergence, prop : unicité de la limite.
‰ [GOU] exemple : suite arithmétique - géométrique.
‰ [AMR] appli : carac. seq. de la continuité, ex : sin(1/x) pas prolongeable en 0, rq : opérations sur les
limites, c-ex pour les formes indeterminées, def : suites bornées, prop : suite convergente implique bornée,
c-ex : réciproque fausse, prop : thm de cv monotone, exemple, def : suite de Cauchy, prop : suite cv implique
suite de Cauchy, thm : dans R ou C toute suite de Cauchy cv, ex : la série harmonique dv car pas de Cauchy.

Généraliser la notion de convergence avec les sous-suites et les valeurs d’adhŕences.

2. Valeurs d’adhérences
‰[AMR] def : suites extraites, ex : suite des termes pairs-imaires, prop : suite cv implique toute sous-suite
cv, def : valeurs d’adhérence, ex : ( 1)n , prop : suite convergente implique unique valeur d’adhérence, c-ex :
réciproque fausse avec n(1 + ( 1)n ), rq : suite qui a plusieurs v.a. dv, exemple, thm : Bolzano-Weierstrass,
appli : thm de Heine, def : liminf et limsup, prop : liminf  limsup, exemple, prop : lien entre liminf-limsup
et adhérence.
‰ [FAR] appli : lemme de Fatou.

3. Convergence au sens de Cesaro.


‰ [AMR] prop : moyenne de Cesàro, appli : soit (un ) tq (u2n )n cv vers a et (u2n+1 )n cv vers b alors la moyenne
de (un )n cv vers (a + b)/2.

2 Comparaisons de suites.
1. Comparaison terme à terme.
‰ [AMR] Thm des gendarmes, ex cos(n)/n, prop : lien avec les sommes des séries à termes positifs, appli :
critère de d’Alembert, def : suites adjacentes, ex : 1 1/n et 1 + 1/n2 , thm : cv des suites adjacentes.
‰ [GOU] appli : CSA.

2. Comportement asymptotique.
‰ [AMR] def : negligeable, ex : (un )n tend vers 0 alors un = o(1), def : equivalence.
‰ [GOU] thm de sommation des equivalents, appli : developpement asymptotique de 1 + ... + 1/n.
‰ [AMR] prop : lien série téléscopique et suite.
‰ [GOU] appli : Formule de Stirlling.

3. Comparaison des vitesses de convergence.


1 n
‰ [ROM] def : cv lente - géométrique - rapide, ex : la cv de (1 + ) vers e, prop : vitesse de cv et déve-
n
loppement asymptotique, c-ex : réciproque fausse, def : ordre de cv d’une suite, rq : cas r = 1 (cv lente ou
géométrique) - cas r > 1 (cv rapide), c-ex : une cv rapide n’est pas obligatoirement d’ordre r 1, def : cv
plus rapide, ex : somme de Riemann.

1
3 Suites récurrentes.
1. Itération d’une fonction.
‰ [GOU] def : suite récurrente.
‰ [ROM] lemme : si f est continue et que (xn ) cv alors la suite cv vers un point fixe de f , c-ex : la seule
hypothèse de continuité n’assure pas la cv de la suite, ex : fonction caractéristique de Q.
‰ [GOU] ex : récurrence homographique.
‰ [ ? ? ?] . appli : Processus de Galton-Watson.
‰ [ROM] : thm : toute fonction croissante de I = [a, b] admet au moins un point fixe dans I, c-ex : faux
pour une fonction décroissante, c-ex : faux pour un intervalle fermé non borné, thm : comportement de la
suite si f est croissante et décroissante, c-ex : faux si f of admet plusieurs points fixes, ex : suites arithmético-
géométriques.
‰ [AMR] ex : un+1 = sin(un ).

2. Récurrences linéaires à coefficients constants.


‰ [GOU] def : suite qui vérifie une récurrence linéaire d’ordre h à coefficients constants, ex : suites géomé-
trique, prop : équation caractéristique et forme de un , ex : une récurrence linéaire d’ordre 2.

3. Résolution d’équation numérique.


‰ [ROU] . thm : méthode de Newton, exemple.
‰ [ROM] appli : calcul approché de la racine p-ième.

Références :
El Amrani, Suites et séries numériques. Suites et séries de fonctions.
Gourdon, Analyse.
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Rouvière, Petit guide de calcul diff.
Farault, Calcul intégral.

2
224 : Exemples de développements asymptotiques de suites et de
fonctions.
Cadre : f est une fonction à valeurs réelles ou complexes définies sur un intervalle réel I non réduit à un point.

1 Développements asymptotiques de fonctions.


1. Développement limité.
1
‰ [ROM] def : développement limité, thm : unicité du dl, ex : fonctions polynomiales - dl de , thm :
1 x
caractérisation de la continuité et de la dérivabilité avec les dl, c-ex : dl a l’ordre 2 n’implique pas existence
de la dérivée seconde, thm : Taylor-Young, rq : cela permet p d’obtenir des dl, ex : dl de ex , rq : cela permet
d’obtenir des dérivées succesives, ex : dérivée k-ième de cos( (x)), rq : en utilisant les changements de var
x = t + a ou x = 1/t, appli : règle de l’Hopital.
‰ [ZQ] appli : thm central limite.

2. Opérations sur les développement limités.


‰ [ROM] : thm : opération sur les dl (somme-produit), ex : dl de ch(x), prop : composée de dl, appli : dl de 1/f -
(f (x))↵ - ln(f (x)), ex : 1/ cos(x) et ln(cos(x)), appli : dl de fonctions réciproque, ex : f (x) = x+ln(1+x) 8x > 1,
tan(x) x
appli : formes indeterminées, exemple : la limite en 0 de , thm : intégration de dl, ex : ln(1 + x) et
sin(x) x
R +1 g 0 (x) µ 1
arctan(x), thm : dérivation de dl, prop : comportement de a en fonction de ⇠ , ex : dl de .
g(x) x (1 x)p

3. Développements asymptotiques.
‰ [GOU] def : echelle de comparaison, ex d’echelle, def : dev asymptotique, prop : unicité du da, rq : un dl
est un da pour l’échelle de comparaison constituée des fonctions (xn )n .
‰ [ROM] ex : x1/x , appli : étude locale de la position d’une courbe par rapport aux asymptotes.
‰ [GOU] : thm : intégration des relations de comparaison, ex : 1/x = o(1/x1 ↵ ) donc ln(x) = o(x↵ ), appli :
da du logarithme intégral.
‰ [ZQ] : . appli : lemme de relèvement - nombre de zéros des solutions d’une équation différentielle linéaire.
‰ [ROU] : thm (méthode de Laplace), appli : formule de Stirling.

2 Comportement asymptotique des suites numériques.


1. Suites et séries numériques.
‰ [GOU] prop : comparaison série-intégrale, appli : critère des séries de Riemann.
‰ [ROM] thm : équivalents des sommes partielles et des restes, c-ex : faux si les séries ne sont pas à termes
( 1)n
positifs : un = p , appli : da de la série harmonique, thm de d’Alembert, thm de Raabde-Duhamel.
n + ( 1)n

2. Développement asymptotique de suites implicites.


‰ [ROM] : ex : da de la suite xn = tan(xn ), ex : limite et équivalent de la suite xnn nxn + 1 = 0, ex : da de
cos(x)
l’extremum xn de f (x) = .
x

3. Vitesse de convergence et méthode numérique.


‰ [ROM] def : vitesse de convergence, ex : cv lente et géométrique d’une suite vers e, prop : vitesse de cv
et da, c-ex : cas de la suite (n n )n , ex : somme de Riemann, def : ordre d’une convergence, prop : si la cv
Pn 1
est d’ordre r > 1 alors la cv est rapide, c-ex : la réciproque est fausse : xn = k=0 , . thm : méthode de
p k!
Newton, appli : estimer a = y.

1
Références :
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Gourdon, Analyse.
Rouvière, Petit guide du calcul différentielle.
Zuily - Queffelec, Analyse pour l’agrégation.

2
226 : Suites vectorielles et réelles définies par une relation de
récurrence un+1 = f (un). Exemples. Applications à la résolution
approchée d’équations.

‰ [GOU] def : suite récurrente d’ordre h, ex : suite arithmétique.

1 Itérations d’une fonction continue ou monotone.


Cadre : I désigne un intervalle fermé de R et f une fonction définie sur I et à valeurs dans I. On considère des
suites récurrentes d’ordre 1.
1. Itération d’une fonction continue.
‰ [ROM] lemme : si f est continue et que (xn ) cv alors la suite cv vers un point fixe de f , c-ex : la seule
hypothèse de continuité n’assure pas la cv de la suite, ex : fonction caractéristique de Q.
‰ [GOU] ex : récurrence homographique.
‰ [AMR ou ROM] ex : équivalent d’une suite en +1.
‰ [ ? ? ?] . appli : Processus de Galton-Watson.

2. Itération d’une fonction monotone.


‰ [ROM] : thm : toute fonction croissante de I = [a, b] admet au moins un point fixe dans I, c-ex : faux
pour une fonction décroissante, c-ex : faux pour un intervalle fermé non borné, thm : comportement de la
suite si f est croissante et décroissante, c-ex : faux si f of admet plusieurs points fixes, ex : suites arithmético-
géométriques. p
‰ [HI] ex : an = 2 + an 1 avec a0 = 7.

3. Résolution numérique de systèmes non linéaires par méthode de dichotomie.


‰ [ANUM] thm des valeurs intermédiaires, méthode de dichotomie, convergence de la méthode par dichoto-
mie, rq : c’est une méthode lente qui permet d’approcher de la racine puis utiliser une méthode plus rapide
pour obtenir une approximation précise.

2 Récurrences linéaires.
1. Récurrences linéaires à coefficients constants.
‰ [GOU] def : suite qui vérifie une récurrence linéaire d’ordre h à coefficients constants, ex : suites géomé-
trique, prop : équation caractéristique et forme de un , coro : cas des récurrences linéaires d’ordre 2.
‰ [HI] ex : an = an 1 an 2 /2, rq : écriture matricielle du problème.

2. Résolution de systèmes linéaires par des méthodes itératives.


‰ [ANUM] principe d’une méthode itérative, méthode de Jacobi et de Gauss-Seidel, ex de résolution.

3 Théorèmes de point fixe.


1. Théorèmes de points fixes.
‰ [ROU] thm de point fixe de Banach, contres-exemples.
‰ [ROM] thm : cas particulier des espaces métriques compacts.
‰ [DEM] prop : estimation de la vitesse de convergence, rq : généralisation du thm, appli : résolution d’une
équation f (x) = 0 en se ramenant à l’étude d’un point fixe, appli : thm de Cauchy Lipschitz global.

1
2. Classification des points fixes et vitesse de convergence.
1
‰ [ROM] def : convergence lente - géométrique - rapide, ex : xn = (1 + )n converge géométriquement vers
n
e, def : ordre d’une convergence, prop : lien avec lent - rapide - géométrique, c-ex : cv rapide n’implique pas
Pn 1
un ordre r 1 avec xn = k=0 .
k!
‰ [DEM et ROM] def : point fixe attractif - superattractif - répulsif, prop : comportement de la suite et vitesse
de convergence en fonction du type de point fixe, ex : on ne peut rien dire si 0 (a) = 1, lemme : caractère
lipschitzien dans le cas vectoriel, thm : généralisation pour les fonctions de Rm dans Rm avec la différentielle
et le rayon spectral, rq : le phénomène de convergence quadratique reste vrai dans ce contexte.

3. La méthode de Newton pour la résolution de système d’équations (non linéaires).


‰ [ROU] but : transformer l’équation f (x) = 0 en un problème de point fixe, . thm : méthode de Newton.
‰ [DEM] méthode de Newton-Raphson, thm : si df (a) est inversible alors a est un point fixe superattractif
de , exemple de résolution.

Références :
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Demailly, Analyse numérique et équations différentielles.
Gourdon, Analyse.
Filbet, Analyse numérique.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Hirsch.

2
228 : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles d’une variable
réelle. Exemples et applications.
Cadre : f : I ! R avec I un intervalle réel.

1 Fonctions continues.
1. Continuité.
‰ [ROM] def : fonctions continues, thm : une fonction continue est bornée au voisinage de ce point, exemples,
thm : caractérisation séquentielle, exemples : la fonction x 7! cos(1/x) sur R et indicatrice de Q sont disconti-
nues, appli : thm de point fixe et suite définie par récurrence, appli : prolongement des identités, ex : équation
fonctionnelle de Cauchy, thm : prolongement par continuité, exemples, rq : opérations sur les fonctions conti-
nues, exemple : cas des fonctions monotones (l’ensemble des points de discontinuité est au plus dénombrable),
def : uniforme continuité, exemples : fonctions non uniformément continue, c-ex : la continuité n’implique pas
l’uniforme continuité, exemples : la racine carrée sur R+ - les fonctions lipschitziennes, c-ex : unif. continuité
sur tout intervalle de I mais pas sur I.

2. Compacité, connexité et fonctions continues.


‰ [ROM] thm : continuité et compacité (f continue sur un compact atteint ses bornes), appli : sur un compact
la continuité implique l’uniforme continuité.
‰ [GOU] . thm de Weierstrass par les polynômes de Bernstein, coro : toute fonction continue sur un segment
peut être approchée
R 1 uniformément par des polynômes, c-ex : sur R une limite uniforme de polynômes est un
polynôme, ex : si 0 f (t)t dt = 0 alors f = 0, appli : lemme de Riemann Lebesgue.
n

‰ [ROM] thm : continuité et connexité, c-ex : la continuité en tout point est nécessaire, coro : TVI, c-ex :
la réciproque est fausse, appli : formule de la moyenne, thm : continuité et fonction réciproque, c-ex : sans
stricte monotonie, appli : définitions de quelques fonctions réciproques.

2 Fonctions dérivables.
1. Dérivabilité.
‰ [ROM] def : fonction dérivable, rq : lien avec les DL, thm : dérivable implique continue, c-ex : réciproque
fausse, exemple : la fonction de Van der Waerden est continue sur R mais nulle part dérivable, thm : l’ensemble
des fonctions nulle part dérivable sur [0, 1] est dense dans C 0 ([0, 1], R) (csq du thm de Baire), c-ex : la dérivée
d’une fonction dérivable n’est pas necessairement continue avec x2 sin(1/x), def : fonctions de classe C k , c-ex :
être C k n’implique pas d’avoir un DL à l’ordre k, rq : opérations sur les fonctions dérivables, thm : Leibniz,
thm : dérivée et fonction réciproque, exemples, exemple (cas des fonctions convexes) : dérivabilité - continuité
des fonctions convexes - caractérisations avec les dérivées, appli : extrema et fonctions convexes.

2. Théorème des accroissements finis.


‰ [ROM] thm : Rolle, c-exemples, appli : thm de Darboux, appli : racines de polynômes, thm des accroisse-
ments finis, thm : inégalité des accroissements finis, appli : sens de variations d’une fonction, appli : intégration
et dérivation, c-ex : faux pour f Lebesgue intégrable, appli : IPP, appli : points attractifs et répulsifs.

3. Formules de Taylor.
‰ [ROM] thm : Taylor-Lagrange, rq : pour n = 0 on retrouve les accroissements finis, ex : inégalités classiques,
coro : inégalité de Taylor-Lagrange, thm : Taylor avec reste intégral, rq : c’est un résultat plus fin que Taylor
Lagrange, thm : Taylor-Young, ex : DL des fonctions usuelles, appli : problèmes d’extrêma, appli : analycité
et développement en séries entières, . appli : méthode de Newton.

1
3 Régularité d’une suite de fonctions.
‰ [ROM] thm : suite de fonctions dérivables (continuité de la limite et dérivabilité des suites de fonctions).
‰ [HAU] c-exemples.
‰ [GOU] exemples, appli : thm de Dini.

4 Equicontinuité d’un espace de fonctions.


‰ [HL] def : equicontinuité - uniforme équicontinuité, prop : une partie est équicontinue ssi elle est uniformément
équicontinue, exemple : l’ensemble des fonctions lipschitzienne, thm : Ascoli, rq : cas ou F = R ou Rn , exemple :
opérateur à noyau.
‰ [ZQ] appli : thm d’Arzela-Peano, c-ex : unicité.

Références :
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Gourdon, Analyse.
Hirsch - Lacombe, Eléments d’analyse fonctionnelle.
Zuily - Quefelec, Analyse pour l’agrégation.
Hauchecorne, Les contre-exemples en mathématiques.

2
229 : Fonctions monotones. Fonctions convexes. Exemples et
applications.

1 Fonctions monotones.
1. Définitions et premières propriétés.
‰ [RDO3] def : application croissante - décroissante - monotone, ex : 1/x est décroissante sur R+ et pas sur R
- une fonction de répartition d’une va est croissante - une limite simple de fonctions monotones est monotone,
prop : f injective ssi elle est strictement monotone - somme - produit - composée de fonctions monotones, rq :
l’ensemble des fonctions monotones n’est pas un ev.
‰ [ROM] appli : comportement d’une suite récurrente en fonction de f (x0 ) si f croissante - existence d’un
point fixe avec f continue, c-ex : l’hypothèse de continuité est importante.

2. Régularité des fonctions monotones.


‰ [RDO3] : thm de la limite monotone, corollaire (limite finie à gauche et à droite), thm : ens des points de
discontinuité d’une fonction monotone.
‰ [HAU] ex : fonction strictement croissante dont l’ensemble des points de discontinuité est dense.
‰ [RDO3] thm : continuité d’une fonction monotone, coro : thm des fonctions réciproques, thm : homéomor-
phismes d’un intervalle sur un autre, ex : sinus et arcsin, thm : lien entre monotonie et dérivée à droite, thm :
caractérisation des applications strictement monotones, c-ex : t 7! t3 strictement croissante et X 6= ;.
‰ [POM] : thm : une fonction monotone est dérivable presque partout - ADMIS.
‰ [BP] ex : escalier de Cantor (fonction monotone continue dérivable pp de dérivée nulle pp qui n’est pas
constante).
‰ [BL] appli : la fonction de répartition d’une va est croissante, ses points de discontinuité sont les atomes
de la loi et sa dérivée est la densité de la va.

3. Application aux suites et séries de fonctions.


‰ [GOU] thm : comparaison série-intégrale, appli : cv des séries de Riemann, thm de Dini, rq : la cvs n’implique
pas la cvu a priori : xn sur [0, 1].

2 Fonctions convexes.
1. Définitions et régularité des fonctions convexes.
‰ [ROM] def : fonction convexe - concave - stricte convexité, ex : ln(x) est concave - une limite simple de
fonctions convexes est convexe - la norme est convexe mais pas strictement convexe - les fonctions affines sont
les fonctions concaves et convexes, def : épigraphe, thm : f est convexe ssi son épigraphe est convexe, thm :
la courbe de f est au-dessous du segment, prop : une combinaison linéaire à coefficients positifs de fonctions
convexes est convexe, c-ex : le produit de 2 fonctions convexes n’est pas nec convexe x 7! x3 , c-ex : la composée
de 2 fonctions convexes n’est pas nec convexe (il faut un résultat de monotonie en plus), thm : existence de
dérivée à droite et à gauche (qui sont croissantes) dans l’intérieur de I, coro : une fonction convexe est continue
dans l’intérieur de I, c-ex : une fonction convexe n’est pas forcément continue sur I, thm : f convexe ssi elle
est continue dérivable à droite et de dérivée droite croissante.

2. Caractérisation des fonctions convexes.


En dimension 1 :
x+y f (x) + f (y)
‰ [ROM] : thm : f est convexe ssi f ( )= .
2 2
‰ [HAU] : c-ex : une fonction pas continue qui vérifie l’inégalité mais qui n’est pas convexe.
‰ [ROM] : thm : le thm des 3 pentes - croissance de la dérivée, dessin en annexe, thm : une fonction de R
1
dans R est constante ssi elle est convexe et majorée, c-ex : f (x) = est convexe et majorée par 1 sur
1+x

1
R+ mais n’est pas constante, appli : y 00 qy = 0 a une seule solution réelle bornée qui est la fonction nulle,
thm : caractérisation de la convexité par rapport à f 0 - f 00 - courbe et tangente, ex : ln est concave - (x) est
convexe sur R+⇤ .
‰ [ ? ? ?] . appli : processus de Galton-Watson.

En dimension supérieure :
‰ [FIL et OA] : thm : caractérisation de la convexité, appli : fonctions quadratiques.

3. Inégalités de convexité.
‰ [ROM] thm : inégalité arithmético géométrique, thm : inégalité de Holder, appli : || · ||p est une norme,
thm : inégalité de Jensen.
‰ [BL] : coro : inégalité de Jensen en proba f (E(X))  E(f (X)), appli : positivité de la variance.

3 Optimisation.
1. Existence et unicité d’un extremum.
‰ [FIL] problème d’optimisation, thm : extrema de fonctions convexes, prop : condition nécessaire d’optima-
lité, prop : condition suffisante d’unicité.
‰ [ ? ? ?] . thm : Banach-Alaoglu et existence d’un minimum d’une fonctionnelle convexe définie sur un
Hilbert.

2. Algorithme d’optimisation.
‰ [ROU] : . thm : méthode de Newton.
‰ [FIL] : def : direction de descente, méthode de descente, prop : caractérisation d’une direction de descente,
méthode du gradient à pas fixe, thm : convergence du gradient à pas fixe.

Références :
Rombaldi, Eléments d’analyse réelle.
Ramis - Deschamps - Odoux, Cours de mathématiques (Tome 3).
Hauchecorne, Contres-exemples en mathématiques.
Filbet, Analyse numérique.
Gourdon, Analyse.
Objectif agrégation.
Pommelet, Cours d’analyse.
Briane - Pages, Théorie de l’intégration.
Rouvière, Petit guide du calcul différentielle.
Barbe - Ledoux, Probabilité.

2
230 : Séries de nombres réels ou complexes. Comportement des restes
ou des sommes partielles des séries numériques. Exemples.

1 Sommes partielles, restes et convergence des séries numériques.


‰ [AMR] : def : série (par les sommes partielles) - série cv - reste, exemple : séries géométriques, rq : structure d’ev
des séries
P numériques - les séries convergentes forment un sev, rq : somme d’une série cv et dv est dv - dv + dv = ?,
prop : un cv ) un ! 0, c-ex : réciproque fausse avec un = ln(1 + 1/n).
‰ [APP] appli : lemme de Borel Cantelli, exemple.
‰ [AMR] def : divergence grossière, exemple, def : série téléscopique, rq : lien série téléscopique et suites, ex :
un = ln(1 + 1/n).
‰ [XENS] appli : e 2/ Q.
‰ [AMR] prop : critère de Cauchy, appli : la série harmonique dv, def : absolue cv, prop : cva ) cv, c-ex : réciproque
fausse avec u2p = 1/p, u2p+1 = 1/p, def : série semi-cv.

2 Etude de séries numériques.


1. Théorème de comparaison pour les séries à termes positifs et séries de références.
P 1
‰ [AMR] prop : serie cv , sommes partielles majorées, prop : règles de comparaison, ex : dv pour
n↵
↵  1, prop : règle d’équivalence et de domination, prop : comparaison série-intégrale, appli (calcul d’equiva-
Pn 1
lent) : k=3 ⇠ ln(ln(n)), ex (séries de référence) : séries de Riemann - séries de Bertrand, exemples.
k ln(k)
‰ [GOU] appli : développement asymptotique de la série harmonique, appli : formule de Stirling.
‰ [HAU] contre-exemple pour des séries qui ne sont pas à termes positifs.

2. Nature des séries à termes générals quelconques.


1 n2 an
‰ [AMR] Règle de Cauchy, ex : un = (1 ) , règle de D’Alembert, ex : un = où a > 0, def : série
n n
alternée, thm : CSA, exemples, c-ex. P
‰ [GOU] transformation d’Abel, règle d’Abel, ex : ↵n ein✓ , rq : analogie avec l’intégration par parties.

3 Opération sur les sommes.


1. Produit de Cauchy de deux séries.
‰ [AMR] def-prop : produit de Cauchy, thm convergence d’une série produit, ex : le produit de Cauchy de 2
series cv peut dv, appli : exp(z + z 0 ) = exp(z) exp(z 0 ).

2. Ordre des termes.


‰ [AMR] prop : on ne change pas la nature d’une série en modifiant un ens fini Pdes termes de la suite, def :
groupement de termes, remarque : nature des séries avec ou sans groupement, ex : ( 1)n , thm de sommation
par paquets.
‰ [HAU] exemple : modification de l’ordre des termes qui change la somme (p.121).
‰ [GOU] def : série commutativement cv, équivalence avec l’absolue cv, exemple.

3. Utilisation de fonctions : l’exemple des séries de Fourier.


‰ [GOU]Pdef : série dePFourier, prop : égalité de Parseval, thm de Dirichlet et corollaire, appli : calcul de
+1 +1
sommes n=1 1/n2 et n=1 1/n4 .

1
4 Autres modes de convergence et applications.
1. Sommation au sens d’Abel.
P [HAU]
‰ def : cv au sens d’Abel, prop : série convergente ) cv au sens d’Abel, c-ex : réciproque fausse avec
( 1)n .
‰ [GOU] . thm de Hardy-Littlewood (réciproque partielle).
‰ [HAU] appli : lien avec les séries entières et leur comportement au bord du disque de convergence.

2. Convergence au sens de Cesàro.


‰ [HAU] def : convergence
P au sens de Cesàro, prop : cv au sens de Cesaro ) cv au sens d’Abel, c-ex :
réciproque
P fausse avec (n + 1)xn , prop : série cv implique cv au sens de Cesàro, c-ex : réciproque fausse
avec ( 1)n .
‰ [OA] appli : . thm de Fejèr , appli : thm de Weierstrass trigonométrique, appli : les eint forment une base
hilbertienne.

Références :
El Amrani, Suites et séries numériques - suites et séries de fonctions.
Gourdon, Analyse.
Oraux X-ENS, Analyse 1
Hauchecorne, Contres-exemples en mathématiques.
Objectif Agrégation.
Appel, Probabilité pour les non-probabiliste.

2
234 : Espaces Lp, 1  p  +1.

1 Espaces Lp pour 1  p  1.
1. Espaces Lp .
‰ [BP et FAR] def : Lp (X, A, µ), exemple : mesure de comptage et lp (N), prop : Lp est un K ev, prop : si
la mesure est finie on a l’inclusion des Lp - cas de la mesure de comptage, c-ex : si la mesure n’est pas finie
l’inclusion n’est plus vraie a priori, def : norme Lp , rq : propriété de croissance de la norme, thm : inégalité de
Hölder et de Minkowski, coro : Lp est un espace vectoriel et l’application norme est une semi-norme, appli :
on retrouve Cauchy-Schwarz.
‰ [FAR] def : fonction essentiellement bornée - borne supérieure essentielle - L1 , prop : structure d’espace
vectoriel - semi-norme - inclusion de L1 ⇢ Lp . S
‰ [BP] rq : l’inégalité de Hölder est vraie pour p, q 2 [1, +1], prop : ||f ||1  lim inf ||f ||p - f 2 p>0 Lp lim ||f ||p =
||1 , ex : cas de la mesure de comptage.

2. Espaces Lp .
‰ [BP] Cadre : 1  p < 1, def : Lp , rq : interprétation "presque partout" - abus de notation, thm : Riesz-
Fisher, ex : L2 muni d’un produit scalaire est un espace de Hilbert, def : espace L1 , prop : complétude de L1 .

3. Convergence dans les espaces Lp .


‰ [BP] thm : la convergence dans Lp implique la convergence p.p. d’une sous-suite, c-ex : la convergence Lp
n’implique pas la convergence p.p, prop : thm de convergence Lp dominée, c-ex : sans hypothèse de domina-
tion la cv p.p. n’implique pas la convergence Lp , appli : intégration d’une dérivée.
‰ [BL] rq : traduction de la convergence Lp en probabilité, appli : la convergence Lp implique la convergence
en probabilité, c-ex : la réciproque est fausse, appli : loi faible des grands nombres.

4. Densité dans les espaces Lp .


‰ [BP] thm : pour 1  p  1 l’ensemble des fonctions étagées (intégrables) est dense dans Lp , thm : pour
1  p < 1 les fonctions Cc (R, K) sont denses dans Lp .
‰ [GOU] . thm de Féjèr, appli : thm de Weierstrass trigonométrique, appli : les eint forme une base hilber-
tienne de L2 (R/2⇡Z).

2 Convolution et régularisation de fonctions.


‰ [OA] prop : convolution dans L1 (R), ex : convolution et série de Fourier, appli : transformée de Fourier et convo-
lution de fonctions intégrables, prop : convolution dans Lp , Lq avec p, q conjuguées, thm : convolution et dérivation,
appli : régularisation, exemple : cas où g est Cc1 - cas de la gaussienne, appli : effet régularisant des sommes de
Cesàro.

3 L’espace de Hilbert L2 .
1. Structure hilbertienne.
‰ [BP] Rappel : L2 (K) muni du produit scalaire est un Hilbert - norme hilbertienne, thm : projection ortho-
gonal, appli : definition de l’espérance conditionnelle.
‰ [OA] def : fonction poids - espace L2 (I, ⇢), prop : existence de polynômes orthogonaux, exemple : polynômes
de Hermite - Legendre, . thm : densité des polynômes orthogonaux, appli : existence d’une base hilbertienne
pour L2 (R), appli : méthode de Gauss pour le calcul d’intégrales.

1
2. Séries de Fourier.
‰ [OA] coefficients de Fourier - somme partielle, ex : interprétation des sommes partielles comme une projec-
tion orthogonale de f sur l’espace des polynômes trigonométriques, prop : (en )n est une famille totale, rq :
cette propriété est équivalente à la densité de l’espace des polynômes trigonométriques P dans L2 ([0, 2⇡]),
coro : égalité L2 de f et de sa série de Fourier, ex : évaluation ponctuelle et cv p.p. d’une sous-suite, coro :
égalité de Parseval, exemple : calcul de série.

3. Transformation de Fourier. [A REDUIRE SELON LA PLACE]


‰ [FAR] def : transformée de Fourier des fonctions intégrables, prop : F : L1 (R) ! C0 est une application
linéaire continue, exemple : transformée de Fourier d’une gaussienne, appli : TCL, thm : transformée de Fou-
rier et convolution, prop : transformée de Fourier et dérivation, thm : formule d’inversion, coro : injectivité de
F, ex : approximation de Poisson.
‰ [BL] appli : la fonction caractéristique d’une variable aléatoire caractérise la loi.
‰ [FAR] lemme : densité de L1 \ L2 dans L2 , appli : def de la transformée de Fourier-Plancherle et thm
Plancherel.
‰ [CAN] exemple : calcul de transformée de Fourier dans L2 .

Références :
Faraut, Calcul intégral.
Briane - Pagès, Théorie de l’intégration.
Barbe - Ledoux, Probabilité.
Objectif Agrégation.
Candelpergher, Calcul intégral.

2
235 : Problèmes d’interversion de limites et d’intégrales.

1 Limite de suites et séries de fonctions.


1. Suite de fonctions continues.
n(x + x3 )e x
‰ [AMR] : def : cvu, prop : thm de la double limite, coro : continuité et cvu, ex : fn (x) = .
nx + 1
‰ [HAU] c-ex : la cvs ne suffit pas. p
‰ [AMR] thm : dérivabilité et cvu, c-ex : la cvu de la suite de fonction ne suffit pas - x2 + 1/n2 , def :
2 2
sin(x + n )
cvu d’une série de fonctions, ex : fn (x) = , prop : passage à la limite pour une série de fonction,
x 2 + n2
exemples.
P ( 1)n zn
‰ [TAU] def : cvu sur tout compact, ex : n(1 z n ) , thm : cvu sur tout compact et régularité holomorphe
sur les suites de fonctions, thm : régularité et série de fonctions holo, exemple.

2. Séries entières.
‰ [GOU] def : série entière, lemme d’Abel, def : rayon de cv, exemple : calcul de rayon, thm : régularité de
la somme (continuité et dérivabilité), rq : on ne peut rien dire sur le bord du disque de cv.
‰ [HAU] ex : les 3 cas de figure.
‰ [GOU] thm d’Abel, c-ex : la réciproque est fausse, . thm de Littlewood.

2 L’intégrale de Lebesgue.
1. Intégrale d’une suite de fonctions.
‰ [BP] : thm de cv monotone (Beppo Levi), lemme de Fatou, appli : la limite simple d’une suite de fonctions
Rn x
L1 est L1 , thm de convergence dominé, appli : cv de 0 (1 + )n e ↵x dx selon les valeurs de ↵, thm : permu-
n
tation série-intégrale, appli : Borel-Cantelli.

2. Intégrales multiples.
R F (ax)
F (x) R
‰ [BP et FAR] : thm de Fubini-Tonelli, ex : R+
dx = ln(a) R+ f (x)dx, thm : Fubini-Lebesgue,
x R 2
c-ex, appli : formule d’intégration par parties dans le cas L1loc , ex : l’intégrale de Gauss R e x dx, appli : série
double.

3 Intégrales à paramètres.
1. Régularité.
‰ [BP] : thm : continuité sous le signe intégrale, ex : fonction d’une variable réelle définie par une intégrale
de la borne sup.
‰ [HAU] c-ex : hypothèse de domination. R p
‰ [BP] thm : dérivation sous le signe intégrale, ex : étude de F (t) = 01 (x)x + tdx où 2 L1 .
‰ [GOU] ex : la fonction est C 1 .
R 1 g(t)
‰ [TAU] thm : holomorphie et intégration, ex : f (z) = 1 dt est une fonction holo.
z t

2. Analyse de Fourier pour des fonctions intégrables.


‰ [FAR et BP] : def : transformée de Fourier des fonctions intégrables, prop : fˆ est bien définie et continue,
prop : fˆ est uniformément continue, exemples, thm : dérivée de la transformée de Fourier, thm : formule
d’inversion de la transformée de Fourier.

1
‰ [CAN] . appli : la fonction caractéristique caractérise la loi d’une variable aléatoire.
‰ [FAR et BP] prop : densité de L1 \ L2 dans L2 - thm de Fourier Plancherel, ex [CAN] : calcul d’une
transformation de Fourier dans L2 , def : coefficients de Fourier - série de Fourier - somme partielle, thm : cvn
de la série de Fourier.
‰ [FG] appli : équation de la chaleur (recherche de solutions périodiques par les séries de Fourier).
‰ [FAR] appli : équation de la chaleur (par la transformée de Fourier).

Références :
Briane - Pages, Théorie de l’intégration.
Faraut, Calcul intégral.
El Amrani, Suites et séries de fonctions.
Tauvel, Analyse complexe pour la L3.
Hauchecorne, Contre-exemple mathématiques.
Gourdon, Analyse.
Canderpergher, Théorie des probabilités et Calcul intégrale.

2
236 : Illustrer par des exemples quelques méthodes de calcul
d’intégrales de fonctions d’une ou plusieurs variables.

1 Calcul direct d’intégrales.


1. Primitives.
‰ [GOU] : def-thm : primitive, coro : existence de primitive, ex : quelques primitives de fonctions usuelles,
ex : polynôme en sin - cos avec puissances pairs.

2. Intégration par parties.


‰ [GOU] thm : intégration par partie, ex : primitive de fraction rationnelle, ex : intégrale de Wallis, ex :
fonction Gamma (x + 1) = x (x).

3. Changements de variable.
‰ [GOU] thm : changement de variable, ex : polynôme en sin - cos avec une des puissances pairs, appli :
fraction rationnelles en sin et cos : règle de Bioche, exemple, appli : intégrales abéliennes, exemple, thm :
changement de variable multidimensionnel, appli : passage en coordonnée polaire dans le plan.
‰ [BP] ex : volume de la boule euclidienne de Rd .

4. Intégrales multiples.
‰ [FAR] def : intégrabilité, thm de Fubini (fonctions intégrables et positives).
R 2
‰ [GOU] ex : intégrale de Gauss R e x dx.
‰ [CAN] . appli : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion .

2 Utilisation de convergences.
1. Convergence dominée.
‰ [BP et FAR] : thm : cv monotone (Beppo Lévy), thm de convergence dominée, appli : intégration terme à
R pn x2 n R1 2
terme d’une série, ex : lim 0 (1 ) dx = 0 e x dx.
n!+1 n
‰ [HAU] c-ex : sur l’hypothèse de domination.
‰ [BP] thm : version série du thm de cvd, exemple.

2. Régularité des intégrales à paramètres.


‰ [BP] : thm : continuité de l’intégrale à paramètre, appli : continuité de la transformée de Fourier, thm :
dérivation d’une intégrale à paramètre, appli : la transformée de FourierR est continument dérivable.
+1 sin(xt)
‰ [GOU] ex : dérivation de la fonction , ex : calcul de I(x) = 0 t e t dt, rajouter exemple :
R x sin(t)
lim dt.
x!+1 0 t
‰ [OA] ex : transformée de Fourier d’une gaussienne.
‰ [FAR] prop : L1 \ L2 est dense dans L2 , appli : thm de Fourier-Plancherel - prolongement de la transformée
de Fourier à L2 , ex : calcul d’une transformée de Fourier dans L2 sans résidu.

3 Intégrales et analyse complexe.


‰ [TAU] prop : prolongement analytique, appli : thm des zéros isolés, ex : calcul de la transformée de Fourier d’une
gaussienne, appli : TCL.
‰ [OA] def : indice d’un chemin, rq : l’indice est un entier, figure : indice sur un chemin fermé (ANNEXE), thm

1
des résidus, appli : thm de Rouché.
R 1 cos(at)
‰ [AM] ex : (résidu) calcul de 0 dt.
1 + t2
‰ [CAN] . appli : calcul d’une transformation de Fourier dans L2 (avec résidu).

4 Calcul approché d’intégrales.


1. Méthode de quadrature élémentaire - somme de Riemann.
‰ [GOU] : def : somme de Riemann, thm : cv de la somme de Riemann, conséquence : les formules en pratique,
1
exemple : f (t) = .
1+t
‰ [DEM] rq : l’utilisation de la formule de Chasles, méthode de quadrature élémentaire : méthode des rec-
tangles à gauche - à droite - du point milieu, thm : cv de ces méthodes élémentaires.

2. Méthode de quadrature de Gauss.


‰ [ANUM et OA] : def - prop : fonction poids - produit scalaire associé - L2 (!, ]a, b[), def : polynômes ortho-
gonaux, thm : construction des polynômes orthogonaux, ex : polynôme de Legendre - polynôme de Hermite,
thm : formule de quadrature pour l’approximation d’intégrale, ex : formule du point milieu.

3. Méthode de Monte-Carlo.
‰ [APP] : présentation de la méthode de Monte-Carlo, appli : intervalle de confiance pour la valeur à estimer
quand la variance est connue - quand elle n’est pas connue (avec Slutsky).

Références :
Briane - Pages, Théorie de l’intégration.
Faraut, Calcul intégral.
Hauchecorne, Contre-exemple mathématiques.
Gourdon, Analyse.
Objectif Agrégation.
Amar - Marethon, Analyse complexe.
Canderpergher, Calcul intégral.
Tauvel, Analyse complexe pour la L3.

2
239 : Fonctions définies par une intégrale dépendant d’un paramètre.
Exemples et applications.

1 Régularité des intégrales à paramètre.


1. Continuité.
‰ [BP] : thm : continuité sous le signe intégral, appli : résultat sur les fonctions définies par une série de
fonctions continues.
‰ [GOU] ex : continuité de la fonction d’Euler.
R +1
‰ [HAU] c-ex : F (t) = 0 te xt dt n’est pas continue en 0.

2. Dérivabilité.
‰ [BP] : thm : dérivation sous le signe intégrale, appli : fonction définie par une série de fonctions dérivables,
ex : un calcul de primitive.
‰ [GOU] ex : la fonction d’Euler est C 1 .
‰ [HAU] c-ex.
R +1 sin(xt) t
‰ [GOU] ex : calcul de 0 e dt, appli : trouver une EDO pour calculer une intégrale : intégrale de
t
Gauss.

3. Holomorphie et analycité.
‰ [TAU] : thm : holomorphie sous le signe intégral, ex : est holomorphe sur {s 2 C|Re(s) > 0}.
‰ [OA] appli : prolongement de la fonction à C { N}.
‰ [TAU] prop : prolongement analytique, appli : thm des zéros isolés, ex : transformée de Fourier d’une
gaussienne, appli : TCL.
‰ [OA] . appli : la densité des polynômes orthogonaux.

4. Comportement asymptotique d’une intégrale à paramètre.


‰ [ROU] thm : méthode de Laplace,R appli : formule
R de Stirling.
‰ [GOU] ex : équivalent en +1 de x at tx dx et sin(x) ⇥ xt dx.

2 Produit de convolution [SELON LA PLACE].


1. Convolution.
‰ [FAR] : thm : produit de convolution pour f et g dans L1 , thm : produit de convolution pour f et g dans
L1 et Lp (p < 1), thm : produit de convolution pour f et g dans L1 et C0 , thm : produit de convolution pour
f et g dans L1 et Lq avec p et q conjugués, exemples : fonction caractéristique - convolée de gausienne.
‰ [OA] ex : la convolée de f et du noyau de Fejer est la somme de Cesàro des sommes partielles de f .

2. Approximation de l’identité et régularisation.


‰ [FAR] def : approximation de l’identité [OA], lemme : "la diraquerie", thm : approximation de l’unité et
fonction Lp (p < 1), prop : cas ou f 2 C0 , exemple : approximation de Gauss - approximation de Poisson,
prop : dérivée de convolutions, thm : densité des fonctions continues à support compact dans Lp .
‰ [OA] ex : le noyau de Fejer est une approximation de l’identité, ex : thm de Fejer, appli : (en ) est une base
hilbertienne de L2 .

1
3 Transformation de Fourier.
1. Transformée de Fourier.
‰ [BP et FAR] : def : transformée de Fourier, prop : cette intégrale est bien définie et continue, prop : la
transformée de Fourier est une application linéaire continue de L1 dans C0 , exemples, thm : transformée de
Fourier et convolution, ex : convolution avec l’approximation de Poisson, thm : transformée de Fourier et
dérivation, thm : formule d’inversion, rq : la transformée de Fourier est une application injective et son image
est dense, c-ex : elle n’est pas sujective (il existe une fonction de C0 qui n’est pas la transformée de Fourier
d’une fonction intégrable), prop : densité de L1 \ L2 dans L2 , thm de Fourier-Plancherel et transformation de
Fourier des fonctions L2 .
‰ [CAN] ex : calcul d’une transformation de Fourier dans L2 .

2. Transformation de Fourier et probabilités.


‰ [APP] : def : fonction caractéristique, rq : lien avec la transformée de Fourier pour une va à densité, ex :
fonction caractéristique de l’exponentielle - Poisson - N (0, 1).
‰ [CAN] . thm : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion.
‰ [APP] thm : lien entre les moments d’une va et la régularité de la fonction caractéristique.

Références :
Fauraut, Calcul intégral.
Briane - Pages, Théorie de l’intégration.
Gourdon, Analyse.
Objectif agrégation.
Appel, Probabilité pour les non-probabilistes.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Candelperghr, Théorie des probabilités et Calcul intégral.

2
241 : Suites et séries de fonctions. Exemples et contre-exemples.

1 Convergence uniforme d’une suite et d’une série de fonctions.


Cadre : (E, || · ||) est un R-ev de dimension finie.
1. Convergence simple et uniforme.
‰ [AMR] def : convergence simple, rq : ce n’est pas une convergence interessante car elle ne transporte pas
de régularité, ex : xn sur [0; 1], def : convergence uniforme, prop : CVU ! CVS.
1
‰ [HAU] réciproque fausse : fn (x) = .
1 + (x n)2
‰ [GOU] thm de Dini.
‰ [AMR] thm (critère de Cauchy uniforme) : (fn )n CVU , (fn )n vérifie le critère de Cauchy uniforme, def :
sin(nx)
norme infinie, prop : caractérisation de la CVU par la norme infinie, ex : , appli : la limite uniforme
1 + n2 x 2
d’une
P suite de polynomes est un polynome, def :
P série de fonctions - CVS et CVU Pd’une série de fonctions -
fn vérifie le critère de Cauchy uniforme, ex : xe nx CVS mais CVU, prop : fn CVU , (Rn )n CVU
vers 0, def : CVN, prop : CVN ! CVU, c-ex : réciproque fausse fn (x) = 0 ou 1/n.

2. Convergence uniforme et régularité de la limite.


‰ [AMR] thm de continuité des suites Pet des séries de fonctions, ex : fn (x) = e nx ne cv pas uniformément
sur R+ car f n’est pas continue, ex : xe nx
CVU sur [a; +1[ donc est continue sur ]0; +1[.
‰ [AMR] thm de la double limite pour les suites et les séries de fonctions, thm de dérivation et caractère C 1
1
des suites et des séries de fonctions, c-ex : fn (x) = (x2 + 2 )1/2 est C 1 et CVU vers f mais f pas dérivable
n
P+1 1
en 0, ex : ⇣(x) = n=1 x est C 1 .
n

3. Régularité des fonctions holomorphes [SI POSSIBLE].


‰ [TAU] def : CVU sur tout compact, thm : suite de fonctions convergeant sur tout compact, thm : série de
fonctions holomorphes.
P 1
‰ [AMA] ex : ⇣(s) = est holomorphe sur U = {s| Re(s) > 1}.
ns

2 Séries entières.
‰ [GOU] def : série entière, lemme d’Abel, def : rayon de cv, ex : calcul de rayon, prop : continuité et dérivabilité
des séries entières.
‰ [HAU] on ne peut a priori rien dire de la cv sur le disque de cv (donner les 3 exemples : dv sur tout le cercle, cv
sur tout le cercle, cv et dv sur le cercle). P
‰ [GOU] thm d’Abel, c-ex : réciproque fausse avec ( 1)n z n , réciproque partielle : . thm de Hardy Littlewood.

3 Convergence en moyenne.
Cadre : (X, A, µ) désigne un espace mesuré quelconque.

1. Convergence Lp pour p 2 [1, +1[.


‰ [BP] def : convergence µ-p.p., def : Lp , rq : les fonctions L1 sont appelées fonctions intégrables, def : espaces
Lp , def : convergence Lp , thm : Riesz-Fisher, c-ex : la convergence Lp n’implique pas la cv p.p, c-ex : la cv
p.p de fonctions de Lp n’implique pas la cv dans Lp , appli : L2 muni du produit scalaire est un Hilbert.
‰ [APP] appli : thm de convergence des variables aléatoires.

1
2. Théorèmes de permutations.
‰ [BP] thm de BeppoR Levi, lemme de Fatou, appli : si (fn )n ) est une suite de fonctions intégrables cvs
vers f et vérifiant sup X |fn |dµ < 1 alors f 2 L1 , thm de convergence dominée L1 , ex : cv de la suite
Rn x
In (↵) = 0 (1 + )n e ↵x dx ssi ↵ < 1, thm : théorème d’interversion série intégrale, appli : lemme de Borel
n
Cantelli.

3. Convergence uniforme et intégration.


‰ [BP] def : supremum essentiel, def : L1 , def :p
L1 , def : cv L1 , prop : si µ(X) < 1 alors L1 ⇢ Lp , c-ex : on
n’a pas l’incusion réciproque en considérant 1/ x sur [0; 1] (on montre que L1 * L2 donc en particulier que
L1 * L2 ), c-ex (résultat faux si µ(X) = 1) : sur (R, B(R), ) la fonction constante 1, coro : la cvu implique
la cv L1 . R ⇡/2
‰ [AMR] coro : CVU et intégration des suites et des séries, ex : lim 0 sinn (x)dx = 0
n

4 Séries de Fourier
‰ [GOU]
Pn def : coefficient de Fourier, def : série de Fourier, lemme de Lebesgue, égalité de Parseval, coro : cv L de
2

sn = n ck (f )ek vers f , thm de Dirichlet, coro : cvs de la série de Fourier vers f , thm : cvn de la série de Fourier
P 1 P 1 P 1
vers f , appli : calcul de 2
, 2
et .
n (2n 1) n4
‰ [X-ENS] . appli : résolution de l’équation de la chaleur par les séries de Fourier.

Références :
El Amrani : Suites et séries de fonctions.
Gourdon, Analyse.
Hauchecorne, Les contre-exemples en mathématiques.
Tauvel : Analyse complexe.
Briane - Pagès, Théorie de l’intégration.
Oraux X-ENS, Analyse 4.
Appel, Probabilité pour les non-probabilistes.

2
243 : Convergence des séries entières, propriétés de la somme.
Exemples et applications.

1 Séries entières.
1. Convergence des séries entières.
‰ [GOU et TAU] : def : série entière, lemme d’Abel, def : rayon de convergence, ex de séries qui ont même
P zn P ↵ n P P 2n
rayon de cv, formule d’Hadamard, règle de d’Alembert, règle de Cauchy, ex : , n z , n!z n , z .
n!
‰ [APP] appli : fonction génératrice d’une variable aléatoire, appli : rayon de convergence d’une série entière
aléatoire.

2. Opérations sur les séries entières.


‰ [GOU] : somme et produit de séries entières, rayon de cv de ses séries.

3. Régularité de la somme.
‰ [TAU] : thm : somme d’une série entière continue sur son disque de convergence, thm : (R) une série
entière est intégrable sur tout intervalle contenu dans ] R, +R[, def : dérivée d’une série entière, prop : une
série entière et sa dérivée ont même rayon de cv, def : dérivée complexe, rq : parler de fonctions holos, thm :
dérivabilité de la somme d’une série entière, coro : la somme d’une fonction entière est indéfiniment dérivable.
P+1 f (k) (0) k
‰ [GOU] remarque importante : on a f (z) = k=0 z donc si 2 séries entières coincident sur un
k!
voisinage de 0 alors elles sont égales sur tout le disque.
‰ [ ? ? ?] . appli : le processus de Galton-Watson .
Oral : faire le parallèle entre le fait qu’un polynome de degré n est entièrement déterminé en connaissant
n + 1 points et qu’une série entière est entièrement déterminée par un nombre dénombrable de points (cf les
coefficients en fonction de la dérivée).

2 Propriétés locales de la somme d’une série entière.


1. Fonctions développables en séries entières.
‰ [TAU] : def : fonction d.s.e., def : série de Taylor à l’origine, thm : une fonction dse est C 1 au voisinage de
l’origine et est localement égale à sa série de Taylor, corollaire : unicité du dse, thm : cas des variables réelles
(lien avec Taylor).
‰ [GOU] : c-ex : fonction non dse (série entière dont le rayon de cv est non nul mais dont la somme n’est pas
f ).
‰ [TAU] ex : ln(1 + t) pour t 2] 1, 1[, ex : dse des fractions rationnelles.
‰ [GOU] : ex : def de la fonction exponentielle réelle et son prolongement complexe, fonctions hyperboliques
et circulaires.
‰ [TAU] appli : résolution d’équa diff (on cherche des solutions sous forme de série entière).
‰ [GOU] thm de réalisation de Borel, ex : série entière dont le rayon de convergence est nul mais où f est
C1.

2. Comportement de la somme au voisinage d’un point de son disque de convergence.


‰ [ZQ] def : points réguliers - singuliers au bord du disque de convergence, exemple, thm : existence d’un
point singulier.
‰ [HAU] : donner les 3 exemples qui montrent qu’on ne peut rien dire à priori.
‰ [GOU] : exemple : théorème d’Abel, c-ex : réciproque fausse, . thm de Hardy-Littlewood (réciproque

1
partielle).

3 Du local au global : analycité.


‰ [TAU] : def : fonctions analytiques, rq : fonction analytique ) fonctions holo, rq : la réciproque est vraie : toute
fonction holomorphe sur U est analytique sur U , thm : une série entière est analytique sur son disque de cv.
‰ [GOU] : appli : le rayon de cv de l’inverse d’une série entière est égal au plus petit module de ses zéros.
‰ [TAU] : thm : principe du prolongement analytique.
‰ [GOU] : principe des zéros isolés, appli : f et g 2 séries entières qui vérifient f (zp ) = g(zp ) pour (zp )p , suite qui
tend vers 0 ) an = bn , formule de Cauchy, inégalités de Cauchy, appli : théorème de Liouville, appli : lien avec les
polynômes.

Références :
Gourdon, Analyse.
Tauvel, Analyse complexe.
Hauchecorne, Contre-exemple en mathématiques.
Zuily - Queffelec, Analyse pour l’agrégation.
Appel, Probabilité pour les non-probabilistes.

2
245 : Fonctions holomorphes sur un ouvert de C. Exemples et
applications.

1 Définitions, premières propriétés et premiers exemples.


1. Conditions de Cauchy-Riemann.
‰ [AMA] def : C-dérivabilité, ex : z 7! z, rq : stabilité par somme-produit-inverse-composé, ex : les fonc-
tions polynomiales, c-ex : z 7! z̄, def : fonction holo (on ne parle pas de l’hypothèse C 1 !), prop : lien entre
C-dérivabilité-différentiabilité-similitude directe, corollaire : fonction dérivable ) différentiable.
‰ [OA] c-ex : réciproque fausse.
‰ [AMA] rq : equivalence entre similitude directe et forme de la matrice dans R2 , prop : equivalence fonction
holomorphe et conditions de Cauchy-Riemann + différentiabilité, rq : les conditions de C-R sont équivalentes
@f @f
à l’équation de C-R : =i .
@y @x p
‰ [OA] c-ex : sans différentiabilité C.R ne suffit pas (f (z) = |xy|.
@f @f 1 @f
‰ [AMA] corollaire : pour toute fonction holo : = = , exemples de fonctions usuelles : ex-
@z @x i @y
ponentielle complexe (def, homomorphisme de (C, +) dans (C⇤ , ⇥), holomorphie et dérivée), sin(z), cos(z),
logarithmes complexes (déterminations et détermination principale du log + dessins, holomorphie et dérivée).

2. Exemple fondamental : les séries entières.


‰ [AMA] lemme d’Abel, formule d’Hadamard, exemple, appli [APP] : rayon de convergence d’une sérien
entière aléatoire, prop : une série entière et sa série dérivée ont le même rayon de cv - série infiniment
P zn
dérivable, def fonction analytique, thm : toute fonction analytique est holo, ex : exp : z 7! n 0 et
n!
P+1 ( 1) n 1
Log(1 + z) = n=1 zn.
n

2 Formule de Cauchy et conséquences.


1. Formule de Cauchy.
‰ [TAU] def : arcs et chemins, ex : cercle -segment, prop : intégration complexe, exemple [AMA], rq : inéga-
lité
R avec la longueur, thm : f possède une primitive , l’intégrale de f sur tout chemin fermé est nulle, ex :
D
e z
dz = 0, def-thm : indice de z par rapport à un chemin.
‰ [AMA] ANNEXE : dessin avec l’indice.
‰ [TAU] théorème de Cauchy pour un convexe, thm : formule de Cauchy pour un convexe, corollaire : formule
de Cauchy sur un disque.

2. Analyticité des fonctions holomorphes et conséquences.


‰ [TAU] thm : toute fonction holo dans un ouvert ⌦ est analytique dans ⌦, corollaire : formule pour f (n) (a),
corollaire : toute fonction holo est infiniment dérivable, thm : prolongement analytique, appli : transformée
de Fourier d’une gaussienne, appli : TCL.
‰ [TAU] exemple : si 0 2 U un ouvert contenant 0 il n’existe une fonction analytique telle que f (1/n) =
f ( 1/n) = 1/n, appli : l’anneau A(⌦) est intègre pour ⌦ connexe.

3. Inégalités de Cauchy et applications.


‰ [TAU] inégalités de Cauchy (cas d’égalité dans [AMA]), corollaire : théorème de Liouville, appli : d’Alembert-
Gauss.

1
‰ [AMA] appli : toute matrice complexe admet au moins une vp.
‰ [OA] thm (principe du maximum) : ⌦ ouvert connexe, f holo sur ⌦ et si |f | admet un maximum local en
z0 2 ⌦ alors f est constante sur ⌦, corollaire : soit K ⇢ ⌦ et si f est holo sur K alors |f | atteint son max sur
@K.
‰ [OA] exemple : annulation d’une fonction holomorphe sur le disque unité.
‰ [AMA] appli : un minimum local est nul.
‰ [TAU et AMA] appli : suite et série de fonctions holo, exemples, appli : intégrales à paramètres, ex : fonction
holo sur {Re(z) > 0}.
‰ [OA] appli : . densité des polynomes orthogonaux .

3 Théorème des résidus.


‰ [TAU] def : pôle - au voisinage d’un pôle d’ordre m f = g + P avec g holo R au voisinage de a et P la partie
principale - résidu de f en a, lemme : si chemin fermé tel que a 2
/ Im( ) on a P (z)dz = ind (a) Res(f, a), thm
des résidus.
R 2⇡ dt
‰ [AMA] appli (calcul d’intégrales) : intégrales trigonométriques (I = 0 ) - fonction rationnelle (I =
2 + sin(t)
R +1 dt R +1 cos xt
0
) - intégrales de Fourier (I = 0 dt).
1 + t6 1 + t2
‰ [CAN] . appli : calcul d’une transformation de Fourier dans L2 .
‰ [TAU] thm de l’indice, lemme (indices), appli (suite de fonctions holo) : 0 de f dans ⌦ et injectivité de f , appli :
thm de Rouché et son corollaire.
‰ [OA] ex : nombre de zéros de f (z) = z 8 5z 3 + z 2.

Références :
Amar - Matheron, Analyse complexe.
Tauvel, Analyse complexe pour la licence 3.
Objectif agregation.
Canderpergher, Calcul intégral.

2
246 : Séries de Fourier. Exemples et applications.

1 Série de Fourier.
1. Série trigonométrique.
‰ [GOU] def : polynômes trigonométriques, rq : expression réelle (avec les (an ) et (bn )), rq : c’est un polynôme
continue 2⇡ périodique, def : série trigonométrique, rq : expression réelle, def : cv d’une série trigonométrique,
prop : cvn-cvu-cvs des séries trigonométriques.

2. Coefficients et série de Fourier.


‰ [GOU] def : coefficient de Fourier, def : série de Fourier, relation entre les coefficients, ex : coeff de Fourier
x2
de f (x) = 1 sur [ ⇡; ⇡], lemme de Riemann-Lebesgue.
⇡2
‰ [FAR] notations : somme partielle, def : série de Fourier cv.
‰ [ZQ] prop (règle de calcul sur les cn (f )), prop : si f 2 C 0 \ Cm
1
alors cn (f 0 ) = incn (f ), prop : si f 2 C k 1
et C k par morceaux alors cn (f ) = o(1/|n|k ).
‰ [GOU] prop : une série trigonométrique qui cvu sur R est égale à sa série de Fourier, rq : on peut aussi
travailler avec des fonctions T-périodique (adapter les formules).

2 Convergence de la série de Fourier.


1. Convergence en moyenne quadratique.
‰ [FAR] Notation : en = einx , def : espace L2 , def : produit scalaire sur L2 , prop : (en )n est une famille
orthonormée, prop : (L2 , || · ||2 ) est un espace de Hilbert, rq : on peut écrire les coefficients cn (f ) avec le ps
pour f 2 L2 .
‰ [GOU] prop : ||f Sn (f )||22 = ||f ||22 ||Sn (f )||22 , rq : interprétation géométrique.
‰ [FAR] def : cv en moyenne quadratique, thm de Parseval, thm : si f 2 L2 alors la série de Fourier cv vers
P 1 P 1
f en moyenne quadratique, appli : calcul de sommes - .
n2 (2k + 1)2
R 2⇡ R 2⇡ R 2⇡
‰ [GOU] appli : 0 |f (t)|2 dt  0 |f 0 (t)|dt si f est C 1 périodique et si 0 f (t) = 0.

2. Convergence ponctuelle.
sin((N + 1/2)x)
‰ [ZQ] : def : noyau de Dirichlet, lemme : DN (x) = - DN est pair et son intégrale vaut 1 -
sin(x/2)
SN (f ) = f ⇤ DN 8f 2 L1 .
‰ [GOU] thm de Jordan- Dirichlet, corollaire : si f est Cm 1
et périodique alors la série de Fourier de f cvs
vers f , exemples, prop : il existe des fonctions continues différentes de leur série de Fourier.

3. Convergence uniforme.
P
‰ [FAR] thm : si f est une fonction continue périodique et si |cn (f )| < 1 alors ||Sn (f ) f ||1 ! 0,
exemple.
‰ [GOU] corollaire : si f est continue, Cm
1
et périodique alors la série de Fourier de f converge normalement
(donc uniformément) vers f .
‰ [XENS] appli : . résolution de l’équation de la chaleur par les séries de Fourier.

3 Convergence au sens de Cesaro.


‰ [OA] rq : phénomène de Gibbs (exemple, dessin des oscillations), rq : la convergence au sens de Césaro est
plus régulière que la convergence des sommes partielles même si elle n’est pas uniforme (on part d’une fonction
discontinue).

1
‰ [FAR] : def : somme de Cesaro des Sn (f ), rq : écriture équivalente, rq : la cvs des sommes partielles implique la
N
1 sin(N x/2)2
cv au sens de Césaro mais la réciproque est fausse : ( 1)n , def : noyau de Fejer, lemme : FN (x) = ( ),
N sin(x/2)2
propriété du noyau de Fejer (rajouter dans [ZQ] que N (f ) = f ⇤ FN ).
‰ [ZQ] . thm de Fejer.
‰ [FAR] corollaire : thm de Stone-Weierstrass version périodique, appli : (en )n est une base hilbertienne dans L2 .

Références :
Gourdon, Analyse.
Farault, Calcul intégral.
Zuily Quefelec, Analyse pour l’agrégation.
Objectif agrégation.
Oraux X - ENS, Analyse 4.

2
250 : Transformation de Fourier.
La transformée de Fourier a été introduite par Fourier pour l’étude de l’équation de la chaleur.

1 Transformées de Fourier pour des fonctions intégrables.


1. La transformation de Fourier sur L1 (R).
‰ [FAR et BP] def : transformée de Fourier d’une fonction intégrable sur R, prop (Riemann-Lebesgue) :
F : L1 (R) ! C0 est une application linéaire continue de L1 (R) dans C0 (R) de norme 1, rq : fˆ est unifor-
1
mément continue sur R, exemples : transformée de Fourier d’une gaussienne - de [ ↵,↵] (x) - notation :
2↵
translation ⌧a f et sa transformée de Fourier - tranformée de Fourier de e f , thm : la transformée de Fourier
iax

de f ⇤ g est égale au produit ordinaire fˆ(t)ĝ(t).


‰ [CAN] exemple : convolution, application : densité de F(L1 (R)) dans C0 (R), thm : transformée de Fourier
d’un produit.

2. Transformation de Fourier et dérivation.


‰ [FAR] thm : dérivée d’une transformée de Fourier fˆ - transformée de Fourier de f 0 .
‰ [CAN] remarques : dérivées k-ième - "plus f est dérivable et plus fˆ tend vite vers 0 à l’infini" - c-ex : si f
est seulement intégrable on n’a plus la formule de la transformée de Fourier de la dérivée.

3. Inversion de la transformée de Fourier.


‰ [FAR] exemple : approximation de Poisson et inversion - convolution de 'n ⇤ f (x), thm : formule d’inversion
de la transformée de Fourier, coro : F est une application injective, c-ex : elle n’est pas surjective.
‰ [OA] . appli : densité des polynômes orthogonaux.
‰ [FAR] thm : formule d’inversion ponctuelle de la transformée de Fourier.
‰ [CAN] exemple au thm d’inversion ponctuelle.
‰ [DiM] appli : résolution de l’équation de la chaleur à une dimension en supposant l’intégrabilité de f et
toutes ses dérivées, appli : résolution de l’équation de transport.

4. Transformation de Fourier sur l’espace de Schwartz.


‰ [FAR] def - prop : espace de Schwartz - S(R) est contenu dans Lp pour tout 1  p  1 et s’identifie à un
sous-espace dense de Lp (R) pour 1  p < 1, exemple : fonction de Gauss, thm : la transformée de Fourier
est une bijection de l’espace de Schwartz dans lui même.

2 Transformées de Fourier des fonctions de carré intégrable.


Prolonger la transformée de Fourier (ou plus exactement sa restriction à L1 (Rd ) \ L2 (Rd ) à L2 (Rd ). On effectue ce
prolongement par densité de L2 (R) dans L1 (Rd \ L2 (Rd ).

‰ [FAR] thm : formule de Plancherel, def : transformation de Fourier-Plancherel, rq : elle vérifie ||Pf ||2 = ||f ||2 ,
ex : (PoP)f (x) = f ( x) - P 4 = Id, thm de Plancherel : P se prolonge en un isomorphisme isométrique de L2 (R)
sur L2 (R), coro : transformation inverse.
‰ [CAN] exemple : caclul d’une transformée de Fourier dans L2 via le thm de Fourier-Plancherel, exemple : .
calcul d’une transformée de Fourier d’une fonction L2 (R) par une intégrale impropre.

3 Transformées de Fourier des mesures de probabilité : la fonction ca-


ractéristique.
1. Fonction caractéristique et loi d’une variable aléatoire.

1
‰ [APP et BL] def : fonction caractéristique, rq : cas des lois à densité, ex : fonction caractéristique des lois
usuelles, propriétés de la fonction caractéristique.
‰ [CAN] . thm : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion.
‰ [BL] ex : application de la loi de Laplace pour trouver la transformée de Fourier d’une loi de Cauchy, prop :
régularité de la fonction caractéristique, application : thm des moments.

2. Indépendance de variables aléatoires [SI POSSIBLE].


‰ [BL - APP - OUV2] def : indépendance de variables aléatoires, prop : indépendance et fonction caractéris-
tique, c-ex : deux va qui suivent la même loi ne sont pas indépendantes a priori, prop : fonction caractéristique
d’une somme de va indépendantes, exemple : somme de 2 Poissons - de gaussiennes, appli : lemme de Borel-
Cantelli.

3. Convergence en loi
‰ [BL et OUV2] def : convergence en loi, prop : thm de Lévy, exemple, appli : loi faible des grands nombres,
appli : thm de Poisson, appli : TCL.

Références :
Faraut, Calcul intégral.
Briane - Pagès, Théorie de l’intégration.
Barbe - Ledoux, Probabilité.
Appel, Probabilité pour les non-probabilistes.
Di Menza, Analyse numérique des équations aux dérivées partielles.
Candelpergher, Calcul intégral et Théorie des probabilités.

2
253 : Utilisation de la notion de convexité en analyse.
1 Fonctions convexes.
1. Régularité des fonctions convexes.
‰ [GOU] prop : une fonction est convexe ssi l’application taux d’accroissement est croissante, coro : carac-
f (x)
térisation des cordes d’une fonction convexe, appli (existence de limite) : limite de et f (x) lx, c-ex :
x
x 7! x cos(x) et x 7! cos(x).
‰ [ROM] coro : une fonction f est constante ssi elle est convexe et majorée, c-ex [GOU] : si on suppose
seulement que f est majorée, appli : solution bornée d’une équation différentielle, prop : convexité et dériva-
tion (existence de dérivées), thm : f convexe ssi f 0 croissante ssi f est au-dessus de ses tangentes, exemples :
inégalités de convexité sur l’exponentielle - le sinus.
‰ [ ? ? ?] . appli : processus de Galton-Watson.

2. Inégalités de convexité et conséquences.


‰ [ROM] thm : inégalités de Jensen, ex : inégalité de Young, prop : inégalité arithmético-géométrique, appli :
l2 est un espace vectoriel.
‰ [ROU] appli : "mise en boîte à peu de frais" (obtenir un parallélépipède rectangle d’aire minimum et de
volume donnée).
‰ [STAT] ex : Jensen en probabilité (quelques inégalités avec les espérances), appli : montrer qu’un estimateur
est biaisé.
‰ [BP] thm : inégalité de Hölder, appli : inclusion des Lp quand la mesure est finie, c-ex dans le cas général,
thm : inégalité de Minkowski, appli : les Lp sont des evn.

2 Convexité en analyse fonctionelle et problèmes d’optimisation.


1. Recherche d’extremum.
‰ [FIL] problème d’optimisation sans contrainte, thm : extrema de fonctions convexes (tout minimum local
est global - en cas de stricte convexité le min est unique), c-ex : on n’a pas forcément existence et si existence
pas forcément unicité (x 7! ex et fonction constante), ex : fonctionnelle quadratiques.
‰ [ROU] prop : si a est un minimum local alors Df (a) = 0, c-ex : réciproque fausse, appli : thm de Rolle,
prop : si f est convexe sur un ouvert convexe alors Df (a) = 0 implique que a a un minimum global.

2. Recherche de points fixes.


‰ [ROU et ROM] thm : Méthode de Newton, exemples, thm de point fixe sur les convexes compacts, c-ex :
sans convexité - compacité.

3. Théorème de projection sur un convexe fermé et applications.


‰ [OA] thm : projection sur un convexe fermé, appli : critère de densité, appli : définition de l’espérance
conditionnelle.
‰ [ROU] appli : moindres carrés.
‰ [ ? ? ?] . thm de Banach-Alaoglu et minimisation d’une fonctionelle convexe sur un Hilbert.

4. Polynôme de meilleur approximation.


‰ [OA] problème : si f 2 Lp ([0, 1]) existe-t-il Q⇤ 2 PN tel que ||f Q⇤ ||p = inf ||f Q||p , Q 2 PN ? A-t-on
unicité ? thm : on a existence pour tout 1  p < +1, def (norme stricement convexe) : (attention ! erreur
dans l’OA !) || · || est strictement convexe si ||x + y|| = ||x|| + ||y|| implique que x et y soient positivement liés,
ex : pour p > 1, || · ||p est strictement convexe, coro : unicité du polynôme de meilleur approximation, rq :
|| · ||1 n’est pas strictement convexe mais on a quand même unicité du polynôme pour p = 1.

1
Références :
Gourdon, Analyse.
Rombaldi, Elements d’analyse réelle.
Objectif Agrégation.
Rouvière, Petit guide de calcul différentiel.
Brianes - Pagès, Théorie de l’intégration.
Cadre - Vial, Statistique mathématiques.
Filbet, Analyse numérique.

2
260 : Espérance, variance et moments de variables aléatoires.

1 Espérance, variance et moments d’une variable aléatoire.


1. Espérance d’une variable aléatoire.
‰ [BL et APP] : def : espérance - variable centrée, rq : l’espérance correspond à la valeur moyenne de la
va, ex : espérance d’une constante, def : espace L1 , prop : propriétés de l’espérance (linéarité - positivité -
croissance - inégalité triangulaire), thm de transfert, thm : dF (x) = f (x)dx, ex : cas d’une variable aléatoire
discrète et à densité, exemple : espérance d’une bernoulli-binomiale-exponentielle-normale, c-ex : toutes les va
n’admettent pas d’espérance (loi de Cauchy), appli : espérance de la valeur maximale, appli : temps d’attente
à un rdv, prop : inégalité de Jensen, coro : |E(X)|  E(|X|) - E(X)2  E(X 2 ), E(1/X) 1/E(X), inégalité
de Markov, ex : inégalité de Bernstein.

2. Variance d’une variable aléatoire.


‰ [BL et APP] : def : variance - écart type, rq : la variance mesure la dispersion de la va autour de sa moyenne,
def : L2 , exemple : V (X) = 0 ssi X = E(X) ps, prop : expression équivalente, ex : variable aléatoire qui vérifie
E(X 2 ) = E(X)2 , prop : V ar(X + ↵) = V ar(X) - V ar(↵X) = ↵2 V ar(X), ex : variance d’une bernoulli-loi
normale, inégalité de Bienaymé Tchebichev, appli : interprétation d’un jeu de pile ou face avec indépendance
des lancés : quand on lance la pièce un grand nombre de fois la proportion de pile sera 1/2, appli : thm de
Weierstrass par Bernstein.
‰ [APP et BL] appli (interprétations géométriques) : l’espérance de X est la projection orthogonale de X sur
Vect(1) - la variance mesure la distance de X à son espérance ( en norme 2) et théorème de Pythagore.
‰ [APP] def : covariance, prop : variance d’une somme de variables aléatoires, appli : interprétation géomé-
trique de 2 variables aléatoires décorrélés.

3. Moments d’ordres supérieurs.


‰ [BL et APP] : def : moments d’ordre supérieur, prop : inégalité de Holder et son cas particulier (Cauchy
Schwarz), ex : variables aléatoires qui vérifient E(1/X) = 1/E(X), prop : p 7! (E(|X|p ))1/p est croissante (in-
clusion des Lp ), prop : || · ||p est une norme, def-prop : norme || · ||1 , prop : inégalité de Markov dans le cas Lp .

4. Etude des moments et indépendance.


‰ [APP et BL] def : va indépendantes, ex : variable aléatoire indépendante d’elle même, thm : espérance
d’un produit, coro : espérance d’un produit, c-ex : E(XY ) = E(X)E(Y ) n’implique pas que X et Y soient
indépendantes, coro : indépendance et décorrélation, c-ex : si Cov(X, Y ) = 0 alors X et Y ne sont pas
indépendantes a priori, ex : indépendance et décorrélation chez Bernoulli, prop : égalité de Bienaymé, appli :
identité de Wald.

2 Caractérisation des lois de probabilité.


1. Fonction génératrice et moments.
P+1
‰ [APP] : def : fonction génératrice d’une va à valeurs dans N, prop : GX (s) = n=0 P (X = n)sn , prop : la
fonction caractéristique caractérise la loi, exemple : fonction caractéristique d’une binomiale - Poisson, prop :
GX+Y quand X et Y sont indépendantes, appli : piper des dés, prop : fonction génératrice et moments, .
appli : processus de Galton-Watson.

2. Fonction de répartition et moments.


‰ [BL] : def : fonction de répartition, propriétés d’une fonction de répartition, prop : la fonction de répartition
caractérise la loi, ex : fonction de répartition d’une binomiale - loi normale centrée, appli : loi d’un maximum
de lois exponentielles indépendantes, prop : fonction de répartition et moments.

1
3. Fonction caractéristique et moments.
‰ [APP] def : fonction caractéristique, rq : dans le cas d’une densité de proba la fonction caractéristique est la
transformée de Fourier, ex : fonction caractéristique d’une loi normale - d’une exponentielle - d’une Poisson,
prop : fonction caractéristique et indépendance, exemples.
‰ [CAN] thm : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion.
‰ [APP] prop : calcul des moments et dérivée de la fonction de répartition, thm des moments.

3 Etudes des moments et statistique.


1. Théorèmes limites.
‰ [APP] thm : loi faible des grands nombres, exemple : Khintchine, thm : loi forte des grands nombres (AD-
MIS), ex : convergence d’une intégrale, appli : thm de Glivenko-Cantelli, appli : méthode de Monte-Carlo,
thm central limite, c-ex : moment d’ordre 1 et 2 pour les Xk , appli : approximation de loi par une loi normale,
exemple : surbooking.

2. Estimation.
‰ [STAT] def : estimateur, ex : pile ou face, méthode des moments pour trouver un estimateur : ex moyenne
empirique et variance empirique, ex : deux estimateurs du modèle (Rn , {N (0, ✓2 )⌦n }✓>0 , def : consistance, ex :
pile ou face - estimateur de l’ex précédant, def : estimateur sans biais, ex : estimateur de l’ex précédent, def :
estimateur du maximum de vraisemblance, exemple : . étude du maximum de vraisemblance de U ([0, ✓]),
appli : intervalle de confiance asymptotique pour ce paramètre (Slutsky).

Références :
Barbe - Ledoux, Probabilité.
Cadre - Vial, Statistique mathématiques.
Appel - Probabilités pour les non probabilistes.

2
261 : Fonction caractéristique d’une variable aléatoire. Exemples et
applications.

1 Caractérisation de la loi d’une variable aléatoire.


1. Fonction caractéristique.
‰ [APP] def : fonction caractéristique, rq : cas des lois discrètes - lien avec la transformée de Fourier pour les
lois à densité, exemples : fonction caractéristique des lois usuelles, prop : propriétés de la fonction caractéris-
tique, . thm [CAN] : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion.
‰ [BL] ex : application à la loi de Cauchy via la loi de Laplace.

2. Régularité de la fonction caractéristique.


‰ [OUV2 - APP] prop : moment et classe de la fonction caractéristique - lien avec la dérivée en 0 - réciproque,
c-ex : la fonction caractéristique peut être dérivable à l’origine sans que la variable aléatoire admette une
espérance, prop : développement limité - analycité de la fonction caratéristique.
‰ [BL] prop : si ' est analytique autours de 0 alors la loi de X est caractérisée par ses moments, c-ex : en
général une loi n’est pas caractérisée par ses moments.

3. Cas des va discrètes : la fonction génératrice.


‰ [APP] def : fonction génératrice, ex : fonctions génératrices usuelles, thm : propriétés générales, thm :
récupération des moments, exemple.

2 Indépendance.
1. Variables aléatoires indépendantes.
‰ [APP] def : va indépendantes, prop : loi d’une famille de va indépendantes, exemple, prop : caractérisation
de l’indépendance par l’espérance, ex : si X et Y sont indépendantes alors E(XY ) = E(X)E(Y ) - la réciproque
est fausse, prop : critère d’indépendance avec la fonction caractéristique, c-ex : deux var qui suivent la même
loi ne sont pas indépendantes à priori,
PN cas des va discrètes : prop : fonction génératrice et va indépendantes,
ex : fonction génératrice de SN = j=1 Xj ou (Xj )j et N sont des va et identité de Wald.

2. Somme de variables aléatoires indépendantes.


‰ [APP] prop : loi d’une somme de va indépendantes, prop : fonction caractéristique d’une somme de va
indépendantes, exemple : somme de deux Poisson - somme de Bernoulli - de gaussiennes, appli : lemme de
Borel Cantelli, c-ex : (loi de Cauchy).

3 Convergence en loi.
1. Définition et caractérisation.
‰ [BL] def-thm : formulations équivalentes de convergence en loi de variables aléatoires.
‰ [APP] c-ex : attention on n’a plus linéarité de la limite, rq : la convergence en loi n’implique pas de relation
de proximité entre les va (Xn ) et X, c-ex : si Xn cv en loi vers X et si chaque Xn admet une espérance
alors X n’admet pas d’espérance, ex : de l’uniforme à l’exponentielle, ex : minimum d’un nombre aléatoire
de lois exponentielles, coro : convergence en loi et image par une fonction continue, thm : cv en loi et cv en
probabilité, c-ex [BL] : la cv en loi n’implique pas la cv ps et en proba, appli (cas des va discrètes) : cv en loi
et fonctions génératrices - thm d’approximation de Poisson, ex (cas des va à densité) : cv en loi et variable a
densité.
‰ [APP] thm de Paul Lévy, thm : cv en loi vers une constante, thm : Slutsky, c-exemple [OUV], appli : suites
équidistribuées.

1
2. Théorème central limite.
‰ [APP] . thm : TCL, rq : formulation équivalente, c-ex : moment d’ordre 1 et 2 pour les Xk , rq : la cv du
TCL ne peut pas se faire selon un mode plus contraignant (ps ou proba) a priori, appli : approximation de loi
par une loi normale - surbooking.

Références :
Barbe - Ledoux, Probabilité.
Appel - Probabilités pour les non probabilistes.
Ouvrard, Probabilités 2.

2
262 : Modes de convergence d’une suite de variables aléatoires.
Exemples et applications.
1 Convergence d’une suite de variables aléatoires.
1. Convergence presque sûre.
‰ [APP et BL] def : cv presque sûre, rq : linéarité, thm : CNS de convergence presque sûre, ex : avec le
critère de Cauchy, coro : lemme de Borel-Cantelli, appli : rayon de convergence d’une série entière aléatoire,
exemple : le max de variables aléatoires exponentielles se comportent ps comme ln(n), prop : convergence de
va et image par une fonction continue.

2. Convergence en probabilité.
‰ [APP et BL] def : cv en proba, exemple : avec Bienaymé-Tchebichev, ex : avec Borel-Cantelli, prop : une
caractérisation par l’espérance, prop : cv de va et image par une fonction continue, thm : CVPS ) CVP -
réciproque partielle avec l’extractrice ou la cv suffisament rapide de la série, c-ex : cvp mais pas ps.

3. Convergence en moyenne et dans Lp .


‰ [APP et BL] def : espace Lp - norme Lp -cv en moyenne et dans Lp , thm : CV dans Lp et convergence en
probabilité, prop : réciproque partielle, c-ex : la cv en proba et ps n’implique pas la cv dans Lp .
‰ [OUV] appli : thm de Vitali.

4. Convergence en loi.
‰ [BL] def-thm : formulations équivalentes de convergence en loi de variables aléatoires.
‰ [APP] c-ex : attention on n’a plus linéarité de la limite, rq : la convergence en loi n’implique pas de relation
de proximité entre les va (Xn ) et X, c-ex : si Xn cv en loi vers X et si chaque Xn admet une espérance
alors X n’admet pas d’espérance, ex : de l’uniforme à l’exponentielle, ex : minimum d’un nombre aléatoire
de lois exponentielles, coro : convergence en loi et image par une fonction continue, thm : cv en loi et cv en
probabilité, c-ex [BL] : la cv en loi n’implique pas la cv ps et en proba, appli (cas des va discrètes) : cv en loi
et fonctions génératrices - thm d’approximation de Poisson, ex (cas des va à densité) : cv en loi et variable a
densité.
‰ [APP] thm de Paul Lévy, thm : cv en loi vers une constante, thm : Slutsky, c-exemple [OUV], appli : suites
équidistribuées.

2 Théorèmes limites et statistique mathématiques.


1. La loi des grands nombres.
‰ [APP] thm : loi faible des grands nombres, exemple : Khintchine, appli : thm de Weierstrass par les po-
lynômes de Bernstein, thm : loi forte des grands nombres, ex : convergence d’une intégrale, appli : thm de
Glivenko-Cantelli, appli : méthode de Monte-Carlo.

2. Le théorème central limite.


‰ [APP] . thm : TCL, rq : formulation équivalente, c-ex : moment d’ordre 1 et 2 pour les Xk , rq : la cv du
TCL ne peut pas se faire selon un mode plus contraignant (ps ou proba) a priori, appli : approximation de loi
par une loi normale - surbooking.

3. Statistique mathématique.
‰ [STAT] appli (étude d’un estimateur) : déterminer un estimateur par la méthode des moments - étudier son
bias - sa consistance - sa vitesse de convergence, exemples, def : estimateur du maximum de vraisemblance,
. exemple : étude du maximum de vraisemblance de U ([0, ✓]), appli (intervalle de confiance asymptotique) :
Slutsky + TCL (+méthode delta ?) pour trouver un intervalle de confiance asymptotique, exemple.
‰ [APP] appli (test) : LGN et test de Kolmogorov-Smirnov, exemple.

1
Références :
Appel, Probabilités pour les non-probabiliste.
Barbe - Ledoux, Probabilité.
Cadre - Vial, Statistique Mathématiques.
Ouvrard, Probabilités 2.

2
263 : Variables aléatoires à densité. Exemples et applications.
1 Variables aléatoires à densité.
1. Définitions et loi usuelles.
‰ [APP] def : va absolument continue - densité de probabilité, rq : sur l’unicité de la densité, exemple : loi
uniforme sur [0, 1], appli : simulation de loi à densité, ex : la loi exponentielle, rq : une va à densité n’a pas
d’atomes, prop : propriétés de la densité de probabilité, prop : propriétés de la fonction de répartition, def-thm :
espérance - thm de transfert, exemple : min - max - espérance de lois uniformes, def : moments - variance,
prop : moments d’une va à densité, exemple : moments de la loi uniforme, exemples : loi exponentielle (loi sans
mémoire - utilisation en modélisation) - loi normale (propriété de symétrie pour le quantile) - loi de Cauchy - loi
- loi du 2 , appli : lien entre loi de Poisson et loi exponentielle, def : couple admettant une densité, exemples.

2. Indépendance.
‰ [APP] thm : indépendance et fonction de répartition - densité, prop : indépendance et décorrélation, c-
ex : réciproque fausse, thm : somme de deux variables aléatoires indépendantes et produit de convolution,
exemples : somme de lois normales indépendantes - quotient de lois normales, exemples : minimum et maxi-
mum de lois exponentielles indépendantes, exemple : somme de lois gamma.

3. Fonction caractéristique.
‰ [APP] def : fonction caractéristique, rq : lien avec la transformée de Fourier, exemple : fonction caracté-
ristique d’une loi normale, . thm [CAN] : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion,
exemples : fonction caractéristique des lois usuelles, thm : cv en loi équivaut à convergence simple de la fonc-
tion caractéristique, exemple, prop : indépendance et fonction caractéristique, exemple.

2 Vecteurs gaussiens.
‰ [BL] def : vecteur gaussien avec la fonction caractéristique, prop : espérance et matrice de covariance, thm : ca-
ractérisation par les combinaisons linéaires, thm : indépendance et décorrélation, prop : décomposition d’un vecteur
gaussien, rq : cas d’une matrice de covariance inversible, thm : densité d’un vecteur gaussien, exemples, appli : thm
de Cochran.
‰ [STAT] appli : estimation des paramètres dans une régression linéaire.

3 Applications à la statistique mathématique.


1. Théorèmes limites.
‰ [APP et STAT] thm : loi forte des grands nombres, ex : convergence d’une intégrale, appli : construction
d’un estimateur par méthode d’insertion, thm : théorème central limite, exemple : approximation normale
d’une binomiale - d’une loi de Poisson, appli : construction d’un intervalle de confiance asymptotique.

2. Estimateur du maximum de vraisemblance.


‰ [STAT] Cadre : on considère un modèle statistique à échantillonage indépendant dominé par la mesure de
Lebesgue, def : vraisemblance, exemple : vraisemblance avec de lois normales, def : maximum de vraisemblance,
rq : explication heuristique de l’EMV, rq : log-vraisemblance, . exemple : étude du maximum de vraisem-
blance de U ([0, ✓]), exemples : calcul de l’EMV - biais et risque quadratique - loi limite - intervalle de confiance.

Références :
Appel, Probabilités pour les non-probabilistes.
Barbe - Ledoux, Probabilité.

1
Cadre - Vial, Statistique mathématiques.

2
264 : Variables aléatoires discrètes. Exemples et applications.

1 Variables aléatoires discrètes.


1. Définitions et loi usuelles.
‰ [APP] : def : variable aléatoire dicrète, exemple : pile ou face, prop-def : loi de probabilité, ex (loi et interpré-
tation sur un exemple) : loi uniforme - loi de Bernoulli - loi binomiale - loi géométrique (absence de mémoire) -
loi de Poisson, def : fonction de répartition d’une variable aléatoire discrète, prop : propriétés d’une fonction de
répartition, exemples (fonctions de répartition usuelles), appli : maximum d’un échantillon d’une loi uniforme.

2. Moments d’une variable aléatoire discrète.


‰ [APP] def : espérance, rq : interprétation de l’espérance, ex : espérance d’une constante - toute va bornée
admet une espérance, appli : nombre de points fixes d’une permutation, appli : problème du collectionneur,
thm de transfert, ex : espérance des loi usuelles, ex : calcul d’espérance via le lemme de tranfert, def : mo-
ments - variance, ex : variances des lois usuelles, appli : "jouer risqué ou jouer pépère", prop : inégalité de
Bienaymé-Tchebychev, appli : nombres suffisants de tirages, appli : calcul d’une somme.
‰ [ZQ] appli : thm de Weierstrass par les polynômes de Bernstein.

3. Fonctions génératrices.
‰ [APP] def : fonction génératrice, ex : fonctions génératrices usuelles, thm : propriétés générales, thm :
récupération des moments, exemple, def : fonction caractéristique (cas discret), exemples : pour Bernoulli et
Poisson.
‰ [CAN] . prop : la fonction caractéristique caractérise la loi et formule d’inversion.

2 Couples de variables aléatoires discrètes.


1. Indépendance.
‰ [APP] def : lois marginales - lois conditionelles, ex : naissance de garçons et de filles, def : variables aléatoires
indépendantes, exemple : naissances, thm : espérance d’un produit de va indépendantes, c-ex [BL] : réciproque
fausse, ex : identité de Wald, ex [ZQ] : inégalité de Khintchine pour des variables aléatoires de Rademacher,
thm : fonction génératrice d’une somme et indépendance, exemple : stabilité de quelques lois, appli : piper
des dés, prop : égalité de Bienaymé, . appli : processus de Galton-Watson.

2. Espérance conditionnelle.
‰ [APP] def : loi conditionnelle, c-ex : la connaissance de la loi de X et de la loi conditionnelle par rapport
à X ne permet pas de donner la loi du couple, def : espérance conditionnelle, prop : existence de l’espérance
conditionnelle, thm : formule de l’espérance totale, exemple : naissance, def : espérance conditionnelle comme
variable aléatoire, exemple : naissance.

3 Théorèmes limites et approximations de variables aléatoires discrètes.


1. Théorèmes limites.
‰ [APP et BL] def : convergence en loi, prop : caractérisation via la fonction génératrice, thm : loi faible des
grands nombres, thm : loi forte des grands nombres, appli : la moyenne empirique est un estimateur fortement
consistant, thm central limite, appli : intervalle de confiance d’une Bernoulli, c-ex : existence des moments
d’ordre 1 et 2, appli : convergence vers la loi de Poisson.

1
2. Approximation de lois de Poisson.
‰ [APP] thm (approximation poissoniennes) : limite d’épreuves de Bernoulli, exemple : "nuits agitées à la
maternité", ex : éléction municipale, thm : Poisson, exemples : paris répétés, thm : Moivre-Laplace, exemple :
probabilité que le nombre de pile obtenus soit compris entre 20 et 30, thm : approximation d’une loi de
Poisson par le TCL, ex : "les étables aux cents vaches", ex : "une aventure de M. Maladroit, appli : inter-
valle de confiance asymptotique (institut de sondage), appli de Bienaymé-Tchebichev pour des intervalles de
confiances : lancers d’un dé équilibré - surbooking.

Références :
Barbe - Ledoux, Probabilité.
Canderpergher, Théorie des probabilités.
Appel - Probabilités pour les non-probabilistes.