Vous êtes sur la page 1sur 2

Rentabilité Economique et la Rentabilité Financière

Objectifs : les états financiers permettent d’apprécier la profitabilité des activités mais
également la rentabilité des capitaux investis (rentabilité économique) et celle des
capitaux propres (rentabilité financière).
1. Marge et rentabilité
Il ne faut pas confondre les notions de marge et de rentabilité.
La marge est le rapport d’un résultat à un niveau d’activité (chiffre d’affaires par
exemple). La rentabilité est le rapport d’un résultat aux capitaux nécessaires pour
obtenir ce résultat.
2. La performance d’une entreprise
La performance d’une entreprise se mesure à l’aide de deux concepts : l’efficacité
et l’efficience.
a. L’efficacité
L’efficacité, en gestion, est la capacité, pour une entreprise, d’atteindre les objectifs
fixés par l’équipe dirigeante. Les objectifs dépendent de la stratégie. Une entreprise
efficace est donc une entreprise qui atteint ses objectifs.
b. L’efficience
L’atteinte des objectifs est une chose mais quelles sont les ressources mises en
œuvre pour atteindre ces objectifs ? La réponse à cette question relève du concept
d’efficience.

L’efficience est donc l’optimisation des ressources consacrées à l’atteinte des


objectifs.
En gestion, la mesure de l’efficacité et de l’efficience d’une entreprise s’effectue à
l’aide d’indicateurs de rentabilité.
3. La rentabilité
La rentabilité est l’aptitude d’une entreprise à générer des bénéfices.
Lesinformations transmises par le calcul de la rentabilité n’ont pas la
mêmesignification selon que l’on soit associé ou dirigeant. C’est pour cela
quedeux indicateurs sont calculés :
- la rentabilité économique intéresse essentiellement les dirigeants,
- la rentabilité financière intéresse essentiellement les associés.
La principale limite au calcul de la rentabilité est la non prise en compte du risque.

a. La rentabilité économique (le point de vue des dirigeants)


La rentabilité économique mesure la rentabilité des capitaux engagés, c’est-à-dire
la capacité de l’entreprise à générer des bénéfices à partir des capitaux investis.
Pour ne tenir compte que de l’activité « normale » (donc récurrente) de l’entreprise,
le résultat d’exploitation est retenu (les éléments financiers et exceptionnels sont
donc exclus). Les capitaux investiscorrespondent à la valeur des immobilisations
brutes + la valeur du besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE).
L'actif économique est un terme équivalent aux capitaux investis.

b. La rentabilité financière (le point de vue des associés)


La rentabilité financière mesure la rentabilité des capitaux propres, c’est-à-dire la
capacité de l’entreprise à rémunérer les associés. Pour attirer les investisseurs
ou ne pas « perdre » les associés actuels, l’entreprise a pour objectif de maximiser cet
indicateur.

Les capitaux propres représentent les apports des associés et les réserves générés par
l’activité de l’entreprise.
Une entreprise dégageant une rentabilité supérieure à celle demandée par ses
associés n’aura pas, à long terme, de problèmes pour financer son activité. De plus,
pour les grandes entreprises, plus le taux de rentabilité des capitaux propres (rentabilité
financière) est élevé, plus l’entreprise aura des facilités à lever des fonds sur les
marchés financiers.
Un taux de rentabilité financière de l’ordre de 10 % peut être considéré comme très
satisfaisant. Mais un taux satisfaisant diverge d’un secteur d’activité à un autre,
donc attention à l’interprétation des chiffres.
Ces ratios prennent tout leur sens par une comparaison dans le temps et dans l’espace
(avec d’autres entreprises du même secteur d’activité).