Vous êtes sur la page 1sur 9

STATIQUE DES LIQUIDES INCOMPRESSIBLES

I/ TERMES UTILISES : CONSEQUENCES PRATIQUES

 Un liquide : On appelle « Liquide » (dans le sens de l’application des principes


fondamentaux de la mécanique des liquides) un corps homogène et continus
dont les diverses particules peuvent se déplacer ou se déformer sous l’action
d’une force très faible.

 Un liquide parfait : C’est l’image abstraite d’un liquide ou d’un gaz. Il épouse parfaitement les
formes qu’on lui impose. Il supporte des contraintes de compression mais pas
de contraintes d’extension ou de cisaillement alors qu’un liquide réel peut lui,
en supporter. (Ex : viscosité, … )
La notion de liquide parfait est une pure abstraction, destinée à faciliter
certains calculs de mécanique des liquides théoriques.

 Un liquide incompressible : C’est l’image abstraite d’un liquide. Son volume est indépendant de la
pression, mais il varie avec la température (dilatation). Pour un liquide
à une température donnée il n’existe qu’une seule masse volumique.

V = f(T)

 Un liquide compressible : C’est l’image abstraite d’un gaz. Son volume varie avec la pression et
avec la température. Pour définir sa masse volumique il faudra
préciser sa température et sa pression.

V = f(T, P)

 Statique des liquides incompressibles : C’est l’étude de l’équilibre des liquides au repos. On
l’appelle aussi : L’HYDROSTATIQUE.

1
II/ GRANDEURS FONDAMENTALES :

2.1) MASSE VOLUMIQUE «  » ET VOLUME MASSIQUE « vm » :

a) Masse volumique : La masse volumique d’un corps est la masse de l’unité de volume du corps.

* Equation :
 = Masse volumique [kg/m3]
m m = Masse du corps [kg]
=
V V = Volume du corps [m3]

Exemples :  Béton de granulats lourds :  = 2000 [kg/m3]]


 Eau à 4 °C :  = 1000 [kg/m3]
 Air à 0 °C et P° normale :  = 1,293 [kg/m3]

b) Volume massique : Le volume massique d’un corps est le volume occupé par l’unité de masse
de ce corps. C’est l’inverse de la masse volumique.

* Equation :
vm = Volume massique [m3/kg]
V
vm = m = Masse du corps [kg]
m V = Volume du corps [m3]

2.2) POIDS VOLUMIQUE :

Il représente le poids de l’unité de volume d’un corps. C’est la même définition que la masse volumique
mais ici les unités de l’équation changent.

* Equation :

P  = Poids volumique du corps [N/m3]


= m = Masse du corps [kg]
V
mg V = Volume du corps [m3]
= = g g = 9,81 [m/s²]
V

2.3) DENSITE :

La densité d’un corps est le rapport entre la masse volumique d’un corps et la masse volumique d’un
corps de référence pris dans les même conditions de pression et de température.

* Equation :
d = Densité du corps étudié
  = Masse volumique du corps étudié [kg/m3]
d =
o o = Masse volumique du corps de référence [kg/m3]

* Remarques :

 Si d >1 : Le corps étudié est plus lourd que le corps de référence,


 Si d < 1 : Le corps étudié est moins lourd que le corps de référence
Il flotte : si solide dans liquide.
Mouvement ascensionnel si gaz dans l’air.
 Si d = 1 : Le corps étudié est en équilibre indifférent.

 Si le corps étudié est un solide ou un liquide, le corps de référence sera de l’eau : o = 1000 [kg/m3]
 Si le corps étudié est un gaz, le corps de référence sera l’air : o = 1.293 [kg/m3]

2
III/ NOTION DE PRESSION :

3.1) Définition :

C’est le rapport de la force exercée par unité d’aire et PERPENDICULAIREMENT à celle-ci.

* Equation :
P = Pression [N/m²] ou [Pa]
F F = Force exercée [N]
P=
S S = Aire ou surface [m²] (on dit aussi « Section » )

* Remarque : La pression est inversement proportionnel à l’aire sur laquelle s’exerce la


force (ou le poids d’un corps).

3.2) Unités de pression :

L’unité de pression est le : PASCAL. Représentation : [Pa]

Autres unités et correspondance :

1 [Pa] = 1 [N/mm²]
1 [bar] = 105 [Pa]
1 [bar] = 1 [daN/cm²]

3.3) Pression en un point d’un liquide :

a) Définition :

Il existe dans tous les liquides et les gaz une pression résultant du mouvement relatif des molécules
(chocs entre elles et entre les parois du récipient).

b) Propriétés :

A l’intérieur d’un liquide parfait, la pression autour d’un point est constante et s’exerce
perpendiculairement à toute surface centrée en ce point.

Dans un liquide (liquide ou gaz), les molécules situées au fond du récipient sont plus comprimées que
celle situées en surface (tassement des molécules) :

- La pression en un point d’un liquide - La pression est la même en tout point


dépend du niveau auquel se trouve le d’un même plan horizontal pour un
point liquide donné.

z
On appelle « Surfaces ISOBARES » le
1 lieu des points du liquide soumis à la même
z1 P1
pression.
2 Ces surfaces sont donc des plans
z2 P2
horizontaux
z3 3
P3

P

3
IV/ EQUATION FONDAMENTALE DE LA STATIQUE :

41] Etablissement :
Soit un cylindre de liquide supposé homogène et au repos, de base égale à l’unité de surface :
z

Soient deux points 1 et 2 où règnent les pressions


statiques P1 et P2.
z2
En étudiant l’équilibre des forces (et donc des
pressions) en présence, on obtient :

z1 P1  dS – P2  dS -   (z2 – z1)  dS = 0

z =0
D’où : P1 – P2 =   (z2 – z1)

dS = 1

La différence des pressions statiques entre deux points d’un liquide PESANT en équilibre est égale au
poids de la hauteur de liquide (d’un cylindre de base égale à l’unité de surface) située entre les deux
points considérés.

P = Pression [Pa]
(P1 – P2 ) =   g  (z2 – z1)  = Masse volumique [kg/m3]
z = Cote du point considéré [m]

42] Hauteur statique de liquide :

La hauteur statique de liquide traduit, en [mètre de colonne de liquide], la pression qu’exerce le poids
de la colonne de liquide au dessus du point considéré.

 Relation :

( P1 - P2 )
( z2 - z1 )  h  [mcf]
g

4
43] Pressions statiques Effectives et Absolues :

 Notation : Pression effective : Peff ou Pe


Pression absolue : P

 Correspondance :

Echelle de pression Statique Absolue Echelle de pression Statique Effective

Pression en [Pa] Pression en [Pa]

P2 P2 eff > 0

Correspondance
Patmosphérique = 101300 Pa

P3 P3 eff < 0

Vide absolue = 0 Pa

 Remarques :

- La pression absolue a pour origine 0 [Pa] soit le vide absolue.


- Une pression statique absolue peut être positive ou nulle.
- Une pression statique effective peut être positive, nulle voire négative.
- Le terme de pression négative indique seulement que l’on est en présence d’une
DEPRESSION ou encore que la pression ainsi calculée est inférieure à la pression
atmosphérique.

- Par l’intermédiaire des échelles, on peut en déduire :

P2 = Patmosphérique + P2 eff

 Application à « la hauteur de liquide » :

En reprenant la relation précédante, on peut donc écrire :

( P1 - P2 )
( z2 - z1 )  h  et Erreur ! Liaison incorrecte.
g

( Peff1 - Peff 2 )
Ainsi : h  en [mcf]
g

5
V/ THEOREME DE PASCAL :

Soient deux points « 1 » et « 2 » d’un liquide incompressible. En reprenant l’équation


fondamentale de la statique, on a :

(P1 – P2 ) =   g  (z2 – z1)

Si au point « 1 », on produit une augmentation de pression p1, il en résulte au point « 2 » une


variation p2, telle que la loi précédente soit encore vérifiée :

(P1 + p1 ) – ( P2 + p2 ) =   g  (z2 – z1)

 Enoncé : Dans un liquide incompressible en équilibre, toute augmentation de pression produite


en
un point se transmet intégralement à tous les points du liquide.

 Applications :

Les applications sont importantes et bien connues : Presses, Freins et Vérins hydrauliques, …

1] Presses hydrauliques :

P2 = P1
F2
Piston F1 F2 F1
D1 =
S2 S1

D2 S2
F2 = F1 
S1

Huile

Exemple : Si le rapport des diamètres des pistons est (D2/D1) = 10, le rapport des sections
sera de :
  D2 2
S2 4 D2
= = 22 = 100
S1   D12
D1
4

Par conséquent, si on imprime un effort de 100 [N] sur le piston 1 (c’est à dire 10 kg), il en résulte un
effort de poussée de 10 000 [N] sur le piston 2. Ainsi, en choisissant correctement le rapport des sections,
on peut transmettre des efforts considérables.

2] Coups de Bélier :

Lors de la fermeture brutale d’un robinet d’eau, il se crée une onde de choc due à l’arrêt brutal du
liquide en mouvement. Cette onde, aussi appelée « Coups de Bélier » provient de l’incompressibilité des
liquides, et peut avoir des effets non négligeables sur les canalisations (soudures) …

 Module de compressibilité : Les liquides réels étant faiblement compressibles, on défini un module
de compressibilité «  » tel que :
V = Variation de volume de liquide du à l’accroissement de
1 V 1 pression P
 -  
V P K Keau = 2. 109 [Pa] (module d’élasticité cubique)

6
VI/ THEOREME D’ARCHIMEDE :

On considère :
- un liquide de masse volumique « L » h
- un solide cylindrique de section « A », de volume
h 1
« Vs » et de poids « P » plongé à une certaine
G
profondeur « h1 ».
- Vsi, le volume du solide immergé ou volume de liquide 2

déplacé.

P
Etude de l’action du liquide sur le solide :

A une même profondeur, les forces latérales qui agissent sur la paroi du corps cylindrique
s’annulent deux à deux. On ne peut donc considérer que les forces exercées par l’eau sur les sections :

. A1 : F1 = p1  A1 . A2 : F2 = p2  A2
F1
Dans notre cas, on a :
A1
F1 = [ Pa + (L  g  h1) ]  A1 Vers le bas
G

A2
F2 = [ Pa + (L  g  h2) ]  A2 Vers le haut.
P F2

On appelle « Fv » la RESULTANTE, c’est à dire la somme vectorielle des deux forces :


  
Fv = F1 + F2 Fv = - F1 + F2
Fv = - [ Pa + (L  g  h1) ]  A1 + [ Pa + (L  g  h2) ]  A2

= L  g  (h2 - h1)  A (A1 = A2 = A)

Avec : (h2 - h1)  A = Vsi = Volume du solide immergé


= Vld = Volume du liquide déplacé.

Représentation :
Fv est dirigée de bas en haut et on l’appelle POUSSEE HYDROSTATIQUE ou POUSSEE
D’ARCHIMEDE. Elle représente le poids du volume de liquide déplacé par le solide.

 Principe d’ARCHIMEDE :
Avec : Fv = Poussée d’Archimède [N]
L = Masse volumique du liquide [kg/m3]
Fv = L  g  Vld g = Accélération de la pesanteur [m/s²]
Vld = Volume de liquide déplacé [m3]

Enoncé du Principe :
TOUT CORPS PLONGE DANS UN LIQUIDE AU REPOS SUBIT DE SA PART UNE POUSSEE DE BAS EN HAUT,
D’INTENSITE EGALE AU POIDS DU LIQUIDE DEPLACE.

 Caractéristiques de la Poussée « Fv » :

- Elle est indépendante : - Point d’application : C


- de la masse volumique du solide, C = Centre de poussée
- de la profondeur à laquelle le solide se trouve, = Centre de gravité du volume
- de la forme du solide. immergé (ou centre de masse)

7
VII/ METROLOGIE :

1] Manomètres à colonne de liquide :

a) Le tube barométrique :

Un tube en verre fermé à une extrémité est rempli


A
Patm complètement de mercure. On tourne ce tube, en le
h bouchant avec le doigt, dans une cuve de mercure.
B Le niveau de mercure descend alors dans le tube et se
stabilise à une certaine hauteur.
Au dessus du point A, le vide se crée.

Si on applique la loi fondamentale de la statique entre les points A et B, on peut écrire :

PB – PA = HG  g  hHG avec PA = 0 Pa (vide absolue)


D’où :
PB
PB = HG  g  hHG ou en [mcf] hHG 
 HG  g

On peut ainsi mesurer la pression atmosphérique du moment par la hauteur de mercure.

b) Tube en forme de « U » droit :


Pression « P » à mesurer

C’est le plus simple des instruments de B


mesures de faibles pressions. Il est formé Conduite d’air
h
d’un tube en verre recourbé en forme de
A C
« U » et fixé sur une planchette graduée.
Le liquide manométrique est généralement de
l’eau, de l’alcool et plus rarement aujourd’hui
du mercure. L

Si l’on souhaite déterminer la pression régnant dans la conduite (l’air est dit liquide non pesant), on
peut écrire :
P à mesurer = PA ; PB = Patm

PC = PB + L  g  (zB – zC) avec (zB – zC) = h et PC = P A (surface isobare)

Ces tubes sont souvent encombrant, fragiles et peu précis. Pour un plus grande précision, on utilise
des manomètres en U inclinés.
Pression « P » à mesurer
c) Tube incliné :

La branche de gauche du manomètre peut B


être pourvue d’un petit réservoir. h1
A
 h
La branche de droite, en communication avec C
l’atmosphère, est inclinée d’un angle «  ».
L’inclinaison permet d’augmenter la sensibilté
du manomètre.
L
On peut écrire :
PA = P ; PB = Patm d’où PC = PB + L  g  h = Patm + L  g  h 1  sin 

2] Manomètres :

8
Dans les installations de chauffage, de ventilation, … chaque fois que la pression du liquide véhiculé
devra être connue, on utilisera le plus souvent des manomètres à aiguille permettant une lecture directe de la
pression.

P
 Symbole :

 Nature de la pression mesurée : Un manomètre permet de mesurer la pression effective du


liquide par rapport à l’atmosphère.

En reprenant l’équation fondamentale :

(Peff1 – Peff2 ) =   g  h avec P eff2 = 0 Pa

D’où : Peff 1 =   g  h = Pression lue au mano

 Exemple :

Soit une installation de chauffage contenant de l’eau glycolée, étant un réseau fermé, de
hauteur totale 15 mètres. Quelle sera la lecture en [bar] de la pression lue au manomètre placé au point le
plus bas du réseau.
On donne : eau glycolée = 1010 kg/m3
g = 9.81 [m/s²]

3] Complément : Différents branchements en « U » :

Soit le branchement suivant :


Pression à mesurer

Atmosphère

h1

h2

Vide

Tube 1 Tube 2

Le tube 1 permettra une mesure de la pression ABSOLUE.


Le tube 2 permettra une mesure de la pression EFFECTIVE.

Vous aimerez peut-être aussi