Vous êtes sur la page 1sur 17

Exercice n°1: cristallisation de NaNO3 

par
refroidissement, bilan matière

On cristallise 1000 kg de solution aqueuse de nitrate de sodium de titre massique de 52%,


prise à 60°C, en la refroidissant à 10°C.
1°) Calculer le taux de saturation de la solution d'alimentation à 60°C
2°) Calculer la masse de cristaux formés et le rendement de la cristallisation.
 
Données:
Solubilité à 10°C : 80g de NaNO3 / 100g d’eau
Solubilité à 60°C : 124g de NaNO3 / 100g d’eau
 
Solution:
1°) Au titre massique xA = 0.52 de l'alimentation correspond une concentration SA = 100 x
0.52 / (1-0.52) = 108.3 g/100g d'eau.
La solubilité à saturation à 60°C est SA* = 124 g/100g d'eau.
Le taux de saturation est donc  = SA / SA* = 108.3/124 = 0.874, soit 87.4%.
La solution d'alimentation du cristalliseur n'est donc pas saturée.
2°) On considère que le NaNO3 cristallise sans eau, soit xC =1
Les eaux mères obtenues sont saturées à 10°C, d'ou xL = 80/(100+80) = 0.4444
Il n'y a pas d'évaporation (V = 0), les équations de bilan matière global et de bilan sur le sel
se réduisent à:
(1) A = L + C
(2) A xA = L xL + C xC
De (1) on tire L = A - C, et en remplaçant dans (2) on obtient
(3) A xA = (A - C) xL + C xC
soit encore C = A (xA - xL) / (xC - xL)
On obtient C = 1000 x (0.52 - 0.4444) / (1 - 0.4444) = 136.1 kg et L = 1000 - 136.1 = 863.9
kg
 Le rendement de cristallisation s'écrit
 = C xC / A xA = 136.1 / (1000 x 0.52) = 0.262, soit 26.2%
 
 

 
 

Exercice n°2: cristallisation de (Na2SO4 ,10 H2O)


par refroidissement, bilan matière et énergétique

On cristallise en continu 1000 kg.h-1 d'une solution de sulfate de sodium saturée à 50°C, en


la refroidissant à 10°C dans un cristalliseur à auge. Le refroidissement est réalisé par de la
saumure circulant à contre-courant, entrant à 0°C et sortant à 45°C.
1°) Déterminer le débit-masse horaire de sulfate de sodium décahydraté formé.
2°) Calculer la chaleur à éliminer dans le cristalliseur.
3°) Calculer le débit de saumure ainsi que la surface d’échange nécessaire.
 
Données:
Solubilité à 10°C : 9g de Na2SO4 /100g d’eau; Solubilité à 50°C : 46.7g de Na2SO4 / 100g
d’eau
M(Na2SO4)=142g. mol-1, M(H2O)=18g.mol-1
Enthalpie de cristallisation molaire à 10°C de (Na2SO4, 10 H2O):  HC=-78.42 kJ.mol-1
Chaleur massique moyenne de la solution : CpA=3.55 kJ.kg-1.°C-1 , de la saumure CpS=3.7
kJ.kg-1.°C-1
Coefficient global d’échange Kt=2926 kJ.h-1m-2K-1
 
Solution:
1°) L'alimentation est saturée à 50°C, son titre est xA = 46.7 / (100+46.7) = 0.3183
Le sulfate de sodium formé est déca-hydraté, d'ou xC = M[Na2SO4] / (M[Na2SO4] + 10 x M[H2O] ) =
142 / (142+10x18) = 0.4410
Les eaux mères obtenues sont saturées à 10°C, d'ou xL = 9/(100+9) = 0.0826
Il n'y a pas d'évaporation (V = 0), les équations de bilan matière global et de bilan sur le sel
se réduisent à:
(1) A = L + C
(2) A xA = L xL + C xC
De (1) on tire L = A - C, et en remplaçant dans (2) on obtient
(3) A xA = (A - C) xL + C xC
soit encore C = A (xA - xL) / (xC - xL)
On obtient C = 1000 x (0.3183 - 0.0826) / (0.4410 - 0.0826) = 657.6 kg et L = 1000 - 657.6
= 342.3 kg
2°) La chaleur à éliminer du cristalliseur correspond au refroidissement de la solution de 50
à 10°C et à la chaleur dégagée par la cristallisation, qui est exothermique, soit:
 = A CpA (TL - TA ) + C xC (HC )/MSEL
soit  = 1000 x 3.55 x (10-50) - 657.6x0.4410x78.42/142.10-3 = -142000 - 160154 =
302154 kJ.h-1
3°) Soit DS le débit de saumure, on a alors  = DS CpS (45-0) d'ou DS = 302154 / 3.7 / 45 =
1814.7 kg.h-1
En considérant un échange à contre-courant, on a ml=[(10-0)-(50-45)] / ln [(10-0)/(50-
45)] = (10-5) / ln (10/5 ) = 7.21°C
En écrivant que le flux échangé sécrit  = Kt S ml , on obtient la surface d'écahnge S =
302154 / 2926 / 7.21 = 14.3 m2
 

 
Auge de cristallisation avec refroidissement par double-enveloppe
 
Exercice n°3: évaporation - cristallisation de
(NaC2H3O2 , 3 H2O) avec recyclage des eaux mères
1000 kg.h-1 d’une solution d’acétate de sodium à 20% dans l’eau est introduite dans un
évaporateur continu fonctionnant à 60°C et sous vide partiel. Le concentrat sortant de
l’évaporateur, titrant 50% en  NaC2H3O2, alimente un cristallisoir fonctionnant à 20°C. Une
filtration en aval permet de séparer l’acétate de sodium tri-hydraté solide des eaux mères
saturées à 20°C, qui sont intégralement recyclées vers l’évaporateur.
1°) Calculer les débits massiques de cristaux filtrés.
2°) Calculer le débit d’eau à évaporer dans l’évaporateur
3°) Calculer le débit d’eaux mères recyclées vers l’évaporateur.
4°) Calculer le rendement de cristallisation du cristallisoir seul, et de l’ensemble de
l’installation.
 
Données:
Solubilité du (NaC2H3O2,3 H2O) : à 20°C  46.5 g/100g, à 60°C  139 g/100g
MNaC2H3O3= 82 g.mol-1, MH2O= 18 g.mol-1.
Solution:

1°) Le schéma de principe ci-dessus est applicable sans purge, soit P = 0.


L'acétate de sodium cristallisé est tri-hydraté, d'ou xC = M[NaC2H3O2] / (M[NaC2H3O2] + 3 x M[H2O] )
= 82 / (82+3x18) = 0.6029
Les eaux mères obtenues sont saturées à 20°C, d'ou xL = 46.5/(100+46.5) = 0.3174
Comme toutes les eaux mères sont recyclées vers l'évaporateur, le bilan en sel sur
l'ensemble de l'installation (évaporation+cristallisation) s'écrit:
A xA = C xC , d'ou C = A xA / xC = 1000 * 0.20 / 0.6029 = 331.7 kg.h-1
2°) Le bilan matière global s'écrit: A = V + C , d'ou V = A - C = 1000 - 331.7 = 668.3 kg.h-1
3°) Les bilans autour de l'évaporateur seul s'écrivent:
(1) A + L = B + V
(2) A xA + L xL = B xB
De (1) on tire B = A + L - V , et en remplaçant dans (2) on obtient
(3) A xA + L xL = (A + L - V) xB = A xB + L xB - V xB
d'ou L = [ A (xA - xB) + V xB ] / (xB -  xL) = [ 1000 x (0.20 - 0.50) + 668.3 x 0.5 ] / (0.50 -
0.3174) = 187.0 kg.h-1
et B = 1000 + 187 - 668.3 = 518.7 kg.h-1
4°) Le rendement de l'ensemble de l'installation s'écrit:
 = C xC / A xA = 331.7 x 0.6029 / ( 1000 x 0.20) = 100.0%
 Le rendement du cristalliseur seul s'écrit:
 = C xC / B xB = 331.7 x 0.6029 / ( 518.7 x 0.5 ) = 0.771, soit 77.1%

Exercice n°1: évaporation-cristallisation


adiabatique discontinue sous vide de KNO3, bilan
matière et énergétique

On charge dans un cristalliseur adiabatique fonctionnant en discontinu 1000 kg


d’une solution aqueuse de KNO3 de titre massique moyen 60%, prise à 60°C. On
met progressivement le cristalliseur sous vide, et le mélange refroidit jusqu’à une
température finale de 10°C, à une pression d’environ 12mbar. On casse alors le
vide et on relève la masse indiquée par le peson du cristalliseur, qui est de 874 kg.
1°) Calculer le taux de saturation de la solution d’alimentation (S/S à saturation à
60°). Discuter.
2°) Calculer la masse et la composition des cristaux et des eaux mères que l’on
devrait obtenir après filtration du mélange contenu dans le cristalliseur.
3°) Calculer les quantités d’énergies mises en jeu pendant l’opération, afin de
vérifier que le cristalliseur est bien adiabatique.
 
Données:
CpMoyen=2.3 kJ.kg-1.°C-1 , Chaleur latente de vaporisation moyenne de l’eau entre
10 et 60°C : 2418 kJ.kg-1,
Enthalpie de cristallisation HC, KNO3=-35321,4 kJ.kmol-1 ,
Solubilité du KNO3 : 20.9 g/100g à 10°C, 110 g/100g à 60°C.
Masse molaire MKNO3= 101.1 g.mol-1.
 
 
Solution:
1°) Au titre xA = 0.60 de l'alimentation correspond une concentration SA = 100 x
0.60 / (1-0.60) = 150 g/100g d'eau.
La solubilité à saturation à 60°C est S A* = 110 g/100g d'eau.
Le taux de saturation est donc  = SA / SA* = 150/110 = 1.36, soit 136%.
La solution d'alimentation du cristalliseur est donc sursaturée.
 
2°) En fin d'opération, on récupère 874 kg de bouillie (mélange cristaux et eaux
mères). L'eau évaporée est donc V=126 kg.
Les eaux mères obtenues à 10°C sont saturées, d'ou x L = 20.9/(100+20.9) = 0.1728
Les cristaux sont exclusivement constitués de KNO 3 , soit xC =1
Les équations de bilan matière global et de bilan sur le sel s'écrivent:
(1) A = V + L + C
(2) A xA = L xL + C xC
De (1) on tire L = A - V - C, et en remplaçant dans (2) on obtient
(3) A xA = (A - V - C) xL + C xC
soit encore C = [ A (xA - xL) +V xL ] / (xC - xL)
On obtient C = [ 1000 x (0.60-0.1728) + 126 x 0.1728 ] / (1-0.1728) = 542.8 kg
et L = 1000 - 126 - 542.76 = 331.2 kg
 
3°) Les quantités d'énergie mises en jeu pendant l'opération sont:
 Refroidissement : A Cp  = 1000 x 2.3 x (10-60) = -115000 kJ
 Cristallisation : C xC (HC )/MSEL = - 542.8 x 35321.4 / 101.1 = -189639 kJ
 Evaporation : V Lv = 126 x 2418 = 304668 kJ
La somme de ces énergies vaut 304668 - 115000 - 189639 = 29 kJ.
Cette valeur, très faible devant les énergies mises en oeuvre, confirme que
l'opération de cristallisation est adiabatique. Seul l'effet thermique de l'évaporation
de solvant (ici l'eau) est utilisé pour capter l'énergie dégagée par la cristallisation
exothermique et refroidir la solution de 60 à 10°C.

Bilan matière évaporation cristallisation


KNO3 avec recyclage des eaux mères
Une tonne par heure d'alimentation d'appoint de nitrate de potassium à 20% dans l'eau est
introduite dans un évaporateur continu de façon à concentrer cette solution à 50% de KNO 3. Le
concentrât est ensuite introduit dans un cristallisoir ou la solution est refroidie à 10°C. La filtration
permet de séparer du nitrate de potassium solide contenant 4% d'eau et de recycler le filtrat,
solution contenant 21g de KNO 3 dans 100g d'eau, dans l'évaporateur.

1°) Calculer les débits massiques de cristaux filtrés, du courant de recyclage et d'eau évaporée.

2°) Calculer le rendement de cristallisation du cristallisoir seul, et de l'ensemble de l'installation.

Correction
1°) Le filtrat étant recyclé intégralement vers l'évaporateur, le nitrate ne peut sortir que sous
forme cristallisé.
Le bilan en KNO3 sur l'ensemble de l'installation donne donc Ax A=CxC,
soit C=AxA/xC=1000×0.20/0.96=208.3 kg.h-1.
Le titre xC=0.96 car le nitrate de potassium solide contient 4% d'eau.
Le bilan global sur l'ensemble de l'installation donne A=V+C, d'ou V=A-C=1000-208.3=791.7
kg.h-1.
Le titre des eaux mères (ou filtrat) est xL=21/121=17.36%.
Le débit du courant de recyclage, égal au débit d'eaux mères L, peut être obtenu en écrivant les
équations de bilan global et en sel autour de l'évaporateur:
AxA+LxL=BxB, et A+L=B+V, d'ou B=A+L-V
En éliminant B de la 1ere équation, on obtient AxA+LxL=AxB+LxB-VxB, soit encore L×(xB-xL)=VxB-
×A(xB-xA), d'ou L=[791.7×0.5-1000×(0.5-0.2)]/(0.5-0.1735)=293.6 kg.h-1.
Le débit de concentrats est donc B=A+L-V=1000+293.6-791.7=501.9 kg.h-1.
2°) Le rendement du cristallisoir seul s'écrit η=CxC/(BxB)=200/(501.9×0.5)=79.7%. Le
rendement de l'ensemble de l'installation, étant donné que l'ensemble des eaux mères est recyclé
vers l'évaporateur, est η=100% (CxC/(AxA).

Evaluation évaporation - cristallisation


décembre 2010 (2h)

1°) Evaporation triple effet, bilan matière et


énergétique
On considère une évaporation triple effet à co-courant permettant de concentrer une solution
aqueuse d'un soluté non volatil, et fonctionnant dans les conditions suivantes:

 Evaporateur n°1: Alimentation A=7000 kg.h-1, titre massique xA=7%, température 20°C,
Cpalim=4.18 kJ.kg-1.°C-1, pression de fonctionnement 8 bara, évaporât V1=1300 kg.h-1,
pression de la vapeur de chauffe 13 bar a.
 Evaporateur n°2: pression 5 bar a, évaporât V2=1600 kg.h -1,
 Evaporateur n°3: pression 2 bar a, évaporât V3=1500 kg.h -1.
1-1 Calculer les températures et les chaleurs latentes de vaporisation de la vapeur de chauffe et de
chaque évaporât.
1-2 Calculer le titre massique du concentrât de chaque évaporateur.
1-3 Calculer le flux de chaleur à fournir à l'évaporateur n°1 en kJ.h -1.
1-4 Calculer le débit de vapeur de chauffe à 13 bar a à appliquer à cet évaporateur.
Données: on considère que les températures d'ébullition ne sont pas influencées par le soluté, et
on utilise les formules classiques pour l'eau et de sa vapeur P=(θ/100) 4 et Lv(θ)=2535-2.9×θ
kJ.kg-1, P en bar a et θ en °C.
2°) Cristallisation de FeSO4 hepta-hydraté, bilan
matière
Un cristalliseur est alimenté par 2870 kg.h-1 d'une solution aqueuse de sulfate ferreux saturée à
50°C. Il produit par refroidissement à 20°C du sulfate ferreux heptahydraté, (FeSO 4, 7H2O). La
solution d'alimentation à 50°C est introduite directement dans le cristalliseur, et se refroidit par
contact avec la masse cristallisant à 20°C.
2-1 Calculer le titre massique des solutions saturée à 50°C, et saturée à 20°C.
2-2 Calculer le titre massique des cristaux hepta-hydratés.
2-3 Déterminer les débits massiques des phases sortant du cristalliseur.
2-4 Représenter les débits et les titres massiques obtenus avec les notations usuelles et les valeurs
numériques sur un schéma de principe clair.
2-5 Calculer le rendement du cristalliseur.

Données:
 solubilités, en g de FeSO4 pour 100 g d'eau: à 50°C, 48.6 g/100g d'eau, et à 20°C, 26.5
g/100g d'eau.
 masse molaire du sulfate de fer II anhydre M = 152 g.mol -1,
 masse molaire du sulfate de fer II heptahydraté : M = 278 g.mol -1.
3°) Cristallisation de Nitrate de potassium, bilan
matière et thermique
Dans un cristalliseur fonctionnant en continu à 30°C, on cristallise une solution aqueuse sursaturée
de titre massique 60% en nitrate de potassium, alimentée à 30°C sous un débit de 5 t.h -1.
3-1 Calculer la masse de cristaux obtenus par heure, sachant que le nitrate cristallise sans eau.
-1
3-2 Calculer le flux de chaleur à évacuer ΦC en kJ.h , sachant que la cristallisation est
-1
exothermique et que la chaleur de cristallisation est ΔH C=-35321.4 kJ.kmol  .
3-3 Ce flux de chaleur est évacué par circulation méthodique d'eau entrant à 10°C et sortant à
2
20°C (méthodique=contre-courant). La surface d'échange utilisée est 35 m . Calculer le débit d'eau
DER nécessaire et le coefficient global d'échange thermique K.

Données:
 S*(KNO3,30°C)=45.8 g/100g d'eau, MKNO3= 101.1 g.mol-1.
 CpAlim=2.3 kJ.kg-1.°C-1 , Cpeau=4.185 kJ.kg-1.°C-1, Lveau=2343.6 kJ.kg-1.
4°) Mise à l'étuve de KNO3
On dispose d'une solution de nitrate de potassium dans l'eau, saturée à 60°C. Dix grammes de
cette solution sont mis dans une coupelle à l'étuve à 60°C pendant 2 heures. On récupère dans la
coupelle 5.5 g de solide cristallisé.

 Déterminer la composition (titre massique) du solide obtenu.

 Quelle serait la composition probable du solide obtenu après 4h?

Données: solubilité du nitrate de potassium à 60°C: 110 g de KNO 3/100g d'eau .

Correction

1°) Evaporation triple effet, bilan matière et énergétique

1-1 Pour la vapeur de chauffe, PG=13 bara, d'ou θ=100×(13)0.25=189.9°C et LvG=2535-


2.9×189.9=1984.3 kJ.kg-1.
Pour l'évaporateur n°1, P1=8 bara, d'ou θ=100×(8)0.25=168.2°C et LvG=2535-2.9×168.2=2047.3
kJ.kg-1.
Pour l'évaporateur n°2, P2=5 bara, d'ou θ=100×(5)0.25=149.5°C et LvG=2535-2.9×149.5=2101.3
kJ.kg-1.
Pour l'évaporateur n°3, P3=2 bara, d'ou θ=100×(2)0.25=118.9°C et LvG=2535-2.9×189.9=2190.1
kJ.kg-1.
1-2 Pour l'évaporateur n°1, le bilan global donne B1=A-V1=7000-1300=5700 kg.h-1. On déduit du
bilan partiel xB1=AxA/B1=7000×0.07/5700=0.086, soit 8.6%.
Pour l'évaporateur n°2, le bilan global donne B2=A-V1-V2=7000-1300-1600=4100 kg.h-1. On déduit
du bilan partiel xB2=AxA/B2=7000×0.07/4100=0.1195, soit 11.95%.
Pour l'évaporateur n°3, le bilan global donne B3=A-V1-V2-V3=7000-1300-1600-1500=2600 kg.h-1.
On déduit du bilan partiel xB3=AxA/B3=70000.07/2600=0.1885, soit 18.85%.
1-3 Le flux de chaleur à fournir à l'évaporateur correspond au chauffage de l'alimentation de 20 à
168.2°C, et à la vaporisation de V1, soit Φ=A×Cpalim×(168.2-
20)+V1×2047.3=7000×4.18×148.2+1300×2047.3=4336332+2661490=6.998.e6 kJ.h-1.
1-4 Le débit de vapeur de chauffe G est tel que G×LvG=6.998.e6,
soit G=6.998.e6/1984.3=3526.6 kg.h-1.
1-5 L'économie est définie par (V1+V2+V3)/G=(1300+1600+1500)/3526=1.25. Elle représente
les kg de solvant évaporé par kg de vapeur de chauffe, et vaut ici 1.25 pour une évaporation riple
effet.

2°) Cristallisation de FeSO4 hepta-hydraté, bilan matière


2-1 Le titre massique d'une solution de FeSO4 saturée à 50°C est xA=48.6/(48.6+100)=32.7%.
Le titre massique d'une solution de FeSO4 saturée à 20°C est xL=26.5/(26.5+100)=20.95%.
2-2 Les cristaux étant hepta-hydratés, leur titre est xC=152/278=54.68%.
2-3 Les équations de bilan matière global et en FeSO 4 s'écrivent A=C+L et AxA=CxC+LxL. On
connait A=2870 kg.h-1.
Pour déterminer L, on remplace C par A-L dans le bilan partiel, d'ou Ax A=AxC-LxC+LxL, soit
encore L=A×(xC-xA)/(xC-xL)=2870×(0.5468-0.327)/(0.5468-0.2095)=1870 kg.h-1.
On obtient alors C=A-L=2870-1870=1000 kg.h-1.
2-5 Le rendement s'écrit η=CxC/(AxA)=1000×0.5468/(2870×0.327)=58.3%.

3°) Cristallisation de Nitrate de potassium, bilan matière et


thermique

3-1 La perte par évaporation est nulle V=0. Les eaux mères sont saturées à la température de
cristallisation de 30°C, soit xL=45.8/145.8=31.41%. Les cristaux sont purs d'ou xC=100%.
Les équations de bilan global et partiel s'écrivent A=L+C et Ax A=LxL+CxC=LxL+C.
En soustrayant ces équations on obtient: A(1-xA)=L(1-xL), d'ou L=A(1-xA)/(1-
xL)=5000×(1-0.6)/(1-0.3141)=2915.9 kg.h-1.
On en déduit C=A-L=5000-2915.9=2084.1 kg.h-1.
3-2 La quantité de chaleur à dissiper correspond au refroidissement Φref=A×CpA×(30-
30)=5000×2.3×(0)=-0 kJ.h-1, à la cristallisation Φcrist=C×ΔHC/M=2084.1×(-35321.4)/101.1=-
728124 kJ.h-1, et à l'évaporation Φévap=V×LvEau=0×2343.6=0 kJ.h-1.
Les deux premiers termes sont négatifs (flux à enlever au système), le troisième terme est positif
car il participe au refroidissement. La somme est Φglob=Φref+Φcrist+Φévap=-728124 kJ.h-1.
3-3 Le débit d'eau se déduit du bilan énergétique |Φ glob|=Deau×Cpeau×(20-10), d'ou
Deau=|Φglob|/(Cpeau×10)=728124/(4.18×10)=17398.4 kg.h-1.
La circulation méthodique correspond à une circulation à contre-courant. La moyenne
logarithmique des écarts de température est donc Δθml=[(30-20)-(30-10)]/ln[(30-20)/(30-
10)]=14.42°C.
Le flux s'écrit Φech=|Φglob|=K×S×Δθml, d'ou K=|Φglob|/(S×Δθml)=728124/(35×14.42)=1443 kJ.h-
1
.m-2.°C-1.µ

4°) Mise à l'étuve de KNO3

La solution saturée à 60°c contient 110 g de KNO3 pour 100 g d'eau. Son titre massique est donc
110/(110+100) = 52.38%. Les 10 g mis dans la coupelle contiennent donc 10x0.5238 = 5.238 g
de KNO3.
Après 2 heures à l'étuve, il reste les 5.238 g de KNO 3 car il n'est pas volatil, et un peu d'eau qui ne
s'est pas évaporée, le tout pesant 5.5 g. Le titre du solide cristallisé est donc 5.238/5.5
= 95.24%.
L'eau contenue dans le solide est à priori de l'eau libre car KNO 3 cristallise sans molécules d'eau
dans la structure cristalline. La composition probable du solide après 4h à l'étuve est quelque part
entre 92.2 et 100%, probablement proche de 100%.
Schema de principe avec notations ex 3°)

Evaluation évaporation septembre 2009

1- Relation de Duperray Patm=(θeb/100)4

 a) En utilisant la relation de Duperray Patm=(θeb/100)4, avec P en atmosphères et θeb en °C,


calculer la température de condensation d'une vapeur de chauffe à 10 atmosphères.
 b) Même question avec une vapeur de chauffe à 10 bar absolus.

2- Flux cédé par une vapeur de chauffe


(tables de la vapeur)

 a) En utilisant les tables de la vapeur, calculer le flux cédé par la condensation de 200 kg.h -
1
 de vapeur de chauffe à 10 bar a (les condensâts étant par défaut considérés comme
sortant à l'état liquide bouillant).
 b) Même question si les condensâts sortent à 120°C.

3- Evaporateur simple effet:

un évaporateur fonctionnant à 2 bar a concentre en continu 1000 kg.h -1 de solution de


10 à 30% massique en soluté. On utilisera préférentiellement les tables de la vapeur.
 a) Calculer le débit de concentrât B et d'évaporât V.

 b) Calculer en kJ.h-1 le flux Φ1 à fournir à l'évaporateur si l'alimentation est à son point
d'ébullition.
 c) Calculer le débit G1 de vapeur de chauffe à 5 bar a si les condensâts sortent à 120°C.
 d) Calculer en kJ.h-1 le flux Φ2 à fournir à l'évaporateur si l'alimentation est à 20°C (cpalim=4
kJ.kg-1.°C-1).
 e) Calculer le débit G2 de vapeur de chauffe à 5 bar a si les condensâts sortent à l'état
liquide bouillant.
 f) Calculer l'économie de l'évaporateur dans les deux cas.

 g) On suppose que le concentrât sort de l'évaporateur à un débit de 330 kg.h -1 et une
température de 120°C. Calculer le flux cédé si on le refroidit à 30°C (cp conc=4 kJ.kg-1.°C-1).

4- Evaporateur double effet (ne pas
utiliser les tables de la vapeur)
On considère une évaporation à double effet à co-courant alimentée par 1000 kg.h -
1
 d'une solution aqueuse de titre massique en soluté à 7% et à 20°C. Le débit de
vapeur de chauffe à 10 bar absolus utilisé pour le premier effet est G=540 kg.h -1. Le
1er effet fonctionne à 2.5 bar a. Le 2ème effet fonctionne à 0.45 bar a.
Le cp de l'alimentation et des concentrâts est considéré comme égal à 4.18 kJ.kg -1.°C-1.
Les propriétés de l'eau et de sa vapeur sont données
par Pbar=(θeb/100)4 et Lv(θ)=2535-2.9 θ, avec θ en °C, P en bar absolus et Lv en
kJ.kg-1.
 a) Calculer le débit évaporé V1 sur le 1er effet. En déduire le débit B1 et le titre xB1 des
concentrâts du 1er effet.
 b) En prenant un débit d'alimentation du 2 ème effet B1=700 kg.h-1 et un débit de vapeur de
chauffe V1=290 kg.h-1, calculer le débit évaporé V2, le débit de concentrât B2 et son titre
xB2 pour le 2ème effet.
 c) Calculer l'économie de cette installation d'évaporation.

 d) Le rebouilleur du 1er effet est un échangeur multitubulaire constitué par 80 tubes de 2


cm de diamètre et 4 m de long. Le flux échangé est 1088000 kJ.h -1. Calculer la surface
d'échange et le coefficient d'échange moyen de cet échangeur en kJ.h -1.m-2.°C-1

Extrait des tables de la vapeur d’eau saturante


Pression Températur Enthalpie Chaleur Enthalpie
bar e vapeur latente liquide
absolus °C kJ.kg-1 kJ.kg-1 kJ.kg-1
0.04 29 2553.3 2432.3 121.36
1.00 99.63 2673.8 2266.5 417.33
1.50 111.37 2691.6 2224.7 466.95
2.00 120.33 2704.6 2200.1 504.52
3.00 133.54 2723.2 2161.9 561.2
4.00 143.63 2736.5 2132.1 604.4
5.00 151.85 2746.8 2107.0 639.9
6.00 158.84 2755.2 2085.1 670.1
7.00 164.96 2762.1 2065.4 696.7
8.00 170.41 2768.0 2047.5 720.6
9.00 175.36 2773.1 2030.8 742.2
10.0 179.86 2777.5 2015.3 762.2
5- Schémas de principe:
Réaliser les schémas de principe suivants:
 évaporation double effet à contre-courant,

 évaporation à compression de vapeur

 condenseur à mélange avec jambe barométrique

Données:

 relation de Duperay Pvap=(θeb/100)4,


Pvap en atm et θeb en °C,
 Lv(θeb)=2535-2.9×θeb en kJ.kg-1,
pour l'eau entre 100 et 200°C.

Correction
Remarque: selon que l'on utilise les corrélations ou les tables de la vapeur, certains
résultats peuvent être légèrement différents.

1 Relation de Duperray
 1-a) Patm=(θeb/100)4, d'ou θeb=100×Patm0.25=100×100.25=177.8°C.
 1-b) Patm=Pbar/1.013, d'ou
θeb=100×Patm0.25=100×(Pbar/1.013)0.25=100×(10/1.013)0.25=177.3°C.

Flux cédé par une vapeur de chauffe


2-

(tables de la vapeur)
 2-a) A 10 bar a, Lv(179.86°C)=2015.3 kJ.kg-1. Le flux cédé par la condensation de 200
kg.h-1 de vapeur est donc Φ=200×2015.3=403060 kJ.h-1.
 2-b) Si les condensâts sortent à 120°C, leur enthalpie vaut ~504.52 kJ.kg -1 (tables de la
vapeur). L'enthalpie de la vapeur saturante à 10 bar a vaut 2777.5 kJ.kg -1. Le flux cédé par
la condensation de 200 kg.h-1 de vapeur et le refroidissement des condensâts à 120°C est
donc 200×(2777.5-504.52)=454600 kJ.h-1.

Evaporateur simple effet (tables de la
3-

vapeur)
 3-a) Les équations de bilan matière global et partiel A=B+V et
AxA=BxB donnent B=AxA/xB=1000×0.1/0.3=333.3 kg.h-1 et V=A-B=1000-333.3=666.7
kg.h-1.
 3-b) La température d'ébullition dans l'évaporateur à 2 bar a est 120.3°C. La chaleur
latente de vaporisation de l'eau à cette température est Lv (120.3°C)=2200.1 kJ.kg-1. Le
flux à fournir est Φ1=V×Lv(120.3°C)=666.7×2200.1=1466800 kJ.h-1.
 3-c) Si la vapeur de chauffe est à 5 bar a (enthalpie 2746.8 kJ.kg -1) et les condensâts
sortent à 120°C (enthalpie 504.52 kJ.h-1), la vapeur se condensant et les condensâts se
reffroidissant fournissent 2746.8-504.52=2242.3 kJ.kg-1. On a
donc G1=1466800/2242.3=654.1 kg.h-1.
 3-d) Si l'alimentation de l'évaporateur est à 20°C, il faut fournir, en plus du flux de
vaporisation Φ1=1466800 kJ.h-1, le flux de chauffage de l'alimentation de 20 à 120.3°C,
soit 1000×4×(120.3-20)=401200 kJ.h-1. Le flux global à fournir dans ce cas est
donc Φ2=1466800+401200=1868000 kJ.h-1.
 3-e) Si la vapeur de chauffe est à 5 bar a et que les condensâts sortent en liquide bouillant,
la vapeur de chauffe apporte 2107 kJ.kg-1 (tables de la vapeur). On a
donc G2=1868000/2107=886.5 kg.h-1.
 3-f) Dans le cas 1, l'économie est E1=666.7/654.1=1.02; Dans le cas
2, E2=666.7/886.5=0.75.
 3-g) Si on refroidit le concentrât de 120 à 30°C, le flux cédé est Φ cédé=333.3×4×(120-
30)=119880 kJ.h-1. Il est de l'ordre du tiers du flux de chauffage de l'alimentation.

4- Evaporateur double effet


4-a) On a dans le procédé trois niveaux de pression (donc de température) pour l'évaporation ou la
condensation de la vapeur. On commence par calculer, pour ces trois niveaux, la température de
changement d'état et la chaleur latente de vaporisation.

 Vapeur de chauffe G, PG=10 bar a, θG=100×(PG)0.25=177.83°C, Lv(G)=2535-3.9×θG=2535-


2.9×177.83=2019.3 kJ.kg-1.
 Evaporateur V1, P1=2.5 bar a, θ1=100×(P1)0.25=125.74°C, Lv(θ1)=2535-3.9×θ1=2535-
2.9×125.74=2170.4 kJ.kg-1.
 Evaporateur V2, P2=0.45 bar a, θ2=100×(P2)0.25=81.90°C, Lv(θ2)=2535-3.9×θ2=2535-
2.9×81.90=2297.5 kJ.kg-1.
Pour le bilan énergétique de l'évaporateur n°1, on écrit que le flux apporté par la vapeur de chauffe
qui se condense, soit ΦG=G×2019.3=540×2019.3=1090422 kJ.h-1, est égal au flux nécessaire pour
chauffer l'almimentation de 20 à 125.74°C, soit A×cpA×(125.74-20)=1000×4.18×105.74=441993
kJ.h-1, additionné du flux nécessaire pour vaporiser V1, soit V1×2170.4. On en tire V1=(1090422-
441993)/2170.4=298.8 kg.h-1.
Le bilan matière global donne B1=A-V1=1000-298.8=701.2 kg.h-1.
Le bilan matière partiel donne xB1=AxA/B1=1000×0.07/701.2=0.100, soit 10.0%.
4-b) Pour le bilan énergétique de l'évaporateur n°2, on écrit que le flux apporté par la vapeur de
chauffe qui se condense, soit ΦV1=V1×2170.4=300×2170.4=651120 kJ.h-1, additionné au flux
apporté par la surchauffe de l'alimentation, soit B1×cpB1×(125.74-
81.90)=700×4.18×43.84=128276 kJ.h-1, est égal au flux de vaporisation de V2, soit V2×2297.5.
On en tire V2=(651120+128276)/2297.5=339.2 kg.h-1.
Le bilan matière global donne B2=B1-V2=700-339.2=360.8 kg.h-1.
Le bilan matière partiel donne xB2=AxA/B2=1000×0.07/360.8=0.194, soit 19.4%.
4-c) L'économie est définie par E=(V1+V2)/G=(300+339.2)/540=1.18.
4-d) Le flux échangé s'écrit Φech=K×Sech×Δθ. Ici, Δθ=(177.83-125.74)=52.09°C car les
températures de part et d'autre du rebouilleur sont la température de condensation de la vapeur de
chauffe et la température d'ébullition de l'évaporateur (l'alimentation est amenée au point
d'ébullition directement par mélange dans l'évaporateur).
La surface d'échange se calcule par Sech=N×πDL=80×π×0.02×4=20.11 m2.
Le coefficient d'échange est donc K=Φ/(S×Δθ)=1088000/(20.11×52.09)=1038.6 kJ.h-1.m-2.°C-1.

6- Schémas de principe
Evaluation cristallisation novembre 2011

1°) Evaporation-Cristallisation du Nitrate de


potassium avec recyclage

Une tonne par heure d'alimentation d'appoint de nitrate de potassium à 20% dans l'eau est
introduite dans un évaporateur continu de façon à concentrer cette solution à 50% de KNO 3. Le
concentrât est ensuite introduit dans un cristalliseur ou la solution est refroidie à 10°C. La filtration
permet de séparer du nitrate de potassium solide contenant 4% d'eau et de recycler le filtrat,
solution contenant 21g de KNO 3 dans 100g d'eau, dans l'évaporateur.
1.1 Faire un schéma de principe de l'installation avec les notations usuelles (débits et titres
massiques).
1.2 1-2 Calculer les titres massiques en KNO 3 de la phase solide et des eaux mères recyclées.
1-3 Calculer les débits massiques de cristaux filtrés, d'eau évaporée et du courant de recyclage.
1-4 Calculer le rendement de cristallisation du cristalliseur seul, et de l'ensemble de l'installation.

1°) Evaporation-Cristallisation du Nitrate de


potassium avec recyclage

1-2 Le titre du nitrate de potassium solide est xC=0.96 car il contient 4% d'eau.


Le titre des eaux mères (ou filtrat) est xL=21/121=0.1735, soit 17.35%.
1-3 Le filtrat étant recyclé intégralement vers l'évaporateur, le nitrate ne peut sortir que sous
forme cristallisé. Le bilan en KNO 3 sur l'ensemble de l'installation donne donc Ax A=CxC,
soit C=AxA/xC=1000×0.20/0.96=208.3 kg.h-1.
Le bilan global sur l'ensemble de l'installation donne A=V+C, d'ou V=A-C=1000-208.3=791.7
kg.h-1.
Le débit du courant de recyclage, égal au débit d'eaux mères L, peut être obtenu en écrivant les
équations de bilan global et en sel autour de l'évaporateur:
AxA+LxL=BxB, et A+L=B+V, d'ou B=A+L-V
En éliminant B de la 1ere équation, on obtient AxA+LxL=AxB+LxB-VxB, soit encore L×(xB-xL)=VxB-
×A(xB-xA), d'ou L=[791.7×0.5-1000×(0.5-0.2)]/(0.5-0.1735)=293.6 kg.h-1.
Le débit de concentrats est donc B=A+L-V=1000+293.6-791.7=501.9 kg.h-1.
1-4 Le rendement du cristalliseur seul s'écrit η=CxC/(BxB)=200/(501.9×0.5)=79.7%. Le
rendement de l'ensemble de l'installation, étant donné que l'ensemble des eaux mères est recyclé
vers l'évaporateur, est η=100% (CxC/(AxA).

Vous aimerez peut-être aussi