Vous êtes sur la page 1sur 44

Chambre Française

de Commerce et d’Industrie
du Maroc
www.cfcim.org
54e année
Numéro 967
15 février -
15 mars 2015
Dispensé de timbrage
autorisation n° 956

L’INVITÉ DE CONJONCTURE
JAOUAD HAMRI

La finance islamique

L’usine-école INMAA,
le lean management en action.

Le Pôle CFCIM-Business France :


une expertise gagnante !

Les stages de 2ème année de l’EFA :


le plus court chemin vers
l’entreprise.

CFCIM : une nouvelle identité


visuelle pour une nouvelle
dynamique.

L’actualité vue par le Service économique de l’Ambassade de France


Le Coin des Adhérents : Nouveaux Adhérents CFCIM - Opportunités d’affaires - Emploi
2 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015
Editorial

La finance islamique
« Et s’il existait
vraiment une finance
Jean-Marie GROSBOIS
résiliente à la crise
Président mondiale ? »
Au mois de septembre 2014, la Commission Juridique, Fiscale et Sociale de la CFCIM organisait un
premier petit-déjeuner débat consacré à la finance islamique.

Et quel succès ! Le Maroc ouvre juridiquement la voie cette année aux banques participatives. 1800
milliards de dollars d’actifs dans le monde, c’est le poids de la finance islamique sur le marché financier
mondial.

Avec un taux de croissance affiché de plus de 20%, ce système bancaire séduit les grandes places comme
Londres ou Paris et démontre une grande résilience à la crise financière.

Cette finance participative se base sur des principes éthiques universels de responsabilité et d’absence
de spéculation.

Des qualités et des vertus souvent bien éloignées de l’image d’Epinal de la finance traditionnelle.

Mais ce système éthique, juste et anti-crise va-t-il pour autant conquérir un large public au Maroc ? Va-t-il
séduire les entreprises et encourager l’investissement des grands mastodontes de la finance islamique
dans le monde ? Les règles de la finance participative sont complexes et nous continuerons, dans le cadre
de nos rencontres à la CFCIM, de vous les expliquer.

J’attire votre attention ce mois-ci sur deux éléments du sommaire de Conjoncture.

D’abord, l’interview du Directeur de l’Office des Changes, Monsieur Jaouad Hamri, qui réaffirme, et je
sais que vous n’y serez pas insensibles, la volonté du Maroc d’aller encore plus loin cette année dans
la libéralisation des changes et, une fierté pour la CFCIM, que vous pourrez découvrir ou redécouvrir
dans l’article qui lui est consacré, de compter depuis 2011 sur notre Parc Industriel de Bouskoura une
usine-modèle, l’usine-école INMAA (Initiative Marocaine d’Amélioration), qui enseigne de façon très
pratique et très concrète des méthodes pour améliorer la compétitivité et la productivité des entreprises.
Un véritable exemple à suivre.

ConjonctureestéditéparlaChambreFrançaisedeCommerceetd’IndustrieduMaroc 15,avenueMersSultan-20130Casablanca.
Tél. LG : 05 22 20 90 90. Fax : 05 22 20 01 30. E-mail : conjoncture@cfcim.org. Site Web : www.cfcim.org Directeur de
la publication Jean-Marie Grosbois Rédacteur en chef Philippe Confais Président du Comité de rédaction
Serge Mak Secrétaire de rédaction-journaliste Franck Mathiau Directrice Communication-Marketing Wadad Sebti Ont collaboré
à ce numéro Philippe Baudry, Laurence Jacquot, Société de Bourse MAROGEST, Khouloud kebali Sajid (journaliste), Khalid Lahbabi, Akram Al Ariss, les
administrateurs et collaborateurs de la CFCIM Agence de presse AFP Crédits photos CFCIM, DR Conception graphique Sophie Goldryng
Mise en page Mohamed Afandi Impression Direct Print (Procédé CTP) ISSN : 28 510 164 Numéro tiré à 13 500 exemplaires.

PUBLICITÉS Mariam Bakkali Tél. : 05 22 93 11 95 - 05 22 93 81 28 GSM : 06 61 71 10 80 mariam.bakkali@menara.ma


Anne-Marie Jacquin Tél. : 05 22 30 35 17 GSM : 06 61 45 11 04 jacquin_annemarie@yahoo.fr
Nadia Kaïs GSM : 06 69 61 69 01 kais.communication@gmail.com

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 1


2 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015
Sommaire

ActusCFCIM
7 L’EFA, une école à l’esprit citoyen.
8 TBS Casablanca réunit les experts de la finance
islamique au Maroc.
12
11 Les professionnels français de la mesure installent un
bureau de liaison à Casablanca.
12 André Robelin, Président de la Commission Appui
aux Entreprises de la CFCIM : « Le changement et la
médiation sont des accélérateurs de la compétitivité ».
14 Le Pôle CFCIM-Business France : une expertise
gagnante !
16 L’INMAA sur le Parc Industriel de la CFCIM de
Bouskoura : une success story de la transformation. 20
EchosMaroc
18 Service économique de l’Ambassade de France
20 L’invité de Conjoncture : Jaouad Hamri,
Directeur de l’Office des Changes
22 Indicateurs économiques et financiers avec
MAROGEST.

ZOOM 25
La finance islamique
26 La finance islamique ou participative va t-elle bientôt
booster les économies du Maghreb ?
28 La finance islamique : un nouveau système anti-crise ?
30 Interview de Youssef Baghdadi, Président du
Directoire de DAR ASSAFAA
32 Les produits de la finance islamique au Maroc

Regardsd’experts
36 Juridique Pactes d’Associés : attention aux clauses
35 Management
de sortie

é
38 Marché Maroc : derrière le phosphate, un pays riche

rch s rise
a
Expert Entrep
en minerais
39 La parole au Campus CFCIM Trouver une stratégie M
gagnant-gagnant pour l’expatriation

On en parle aussi... La parole au


40 Le Billet d’humeur de Serge Mak Campus CFCIM
40 L’association du mois : L’association IDMAJ se
mobilise pour l’intégration des enfants dans les
écoles marocaines.

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 3


ActusCFCIM

Chaque mois, Conjoncture donne la


parole aux Délégations Régionales
de la CFCIM. Direction Oujda avec
Sandrine Tanché-Elayachi.
L
a Chambre Française de étrangers. D’ailleurs, de nombreux
Commerce et d’Industrie du investisseurs français commencent à
Maroc compte près de 60 prospecter dans la région, notamment
adhérents dans la région de dans les secteurs des énergies renou-
l’Oriental avec en majorité des PME velables, de l’agro-industrie mais éga-
plutôt orientées vers les services. Ce lement des mines. Le Centre Régio-
n’est que depuis 2012 que nous avons nal d’Investissement va recevoir une
relancé les activités de la CFCIM dans dizaine d’entreprises françaises dans
la région. Des réunions d’information les deux mois à venir, venant pros-
pour les adhérents sont proposées pecter dans ces secteurs. La Chambre
autour de thèmes très variés, comme Française de Commerce et d’Indus-
par exemple « Le rôle de l’Adminis- trie du Maroc a également un rôle à
tration des Douanes en matière de jouer en matière d’accompagnement,
© DR

promotion des investissements », « Les notamment en matière de rendez-vous


relations CNSS-Entreprises : chal- B to B.
lenge de développement de la couver- • L’Agropole de Berkane qui vise les D’autre part, il faut insister sur le
ture sociale » ou bien encore « Mode projets agro-industriels caractère géographique exceptionnel
de développement de la compétitivité • Le Projet Urba-Pôle d’Oujda qui dont dispose la région de l’Oriental :
de l’entreprise à travers les systèmes est un grand projet urbain multi- l’oasis de Figuig, la Mer Méditerra-
des contrats spéciaux de formation »… fonctionnel intégré visant le ren- née, les monts de Beni Snassen, sa
Pour l’année 2015, la Chambre Fran- forcement du potentiel régional en proximité avec l’Europe. La région
çaise de Commerce et d’Industrie du termes d’immobilier professionnel offre un cadre de vie où l’on s’y sent
Maroc entend proposer au minimum et résidentiel, d’hôtellerie et de com- bien avec une qualité de vie exception-
5 manifestations, que ce soit des sémi- merce nelle. Je suis moi-même très attachée
naires ou des petits déjeuners de tra- • Les projets touristiques tels que à cette région et plus particulièrement
vail à l’intention de ses adhérents. Saïdïa Med, Marchika (Nador) et à Oujda. J’y suis arrivée il y a plus de
La région de l’Oriental connaît une Biladi (Cap de l’Eau) qui sont de 20 ans avec mon époux où nous avons
dynamique intéressante qui devrait grandes stations balnéaires investi dans un établissement privé
voir l’arrivée de nouveaux inves- • La Centrale Thermo solaire d’Aïn de formation professionnelle. Nous
tisseurs. En effet, depuis quelques Beni Mathar, première du genre au avons aujourd’hui réinvesti dans un
années, la région s’est dotée d’infras- Maroc, qui s’inscrit dans le cadre du groupe scolaire privé, proposant des
tructures de haut niveau, on peut développement des énergies renou- cycles d’éducation de la maternelle
citer en autre, l’autoroute Oujda-Fès, velables et qui utilise une technolo- jusqu’au baccalauréat. Et afin de pro-
le nouvel aéroport d’Oujda, la voie fer- gie de pointe mouvoir les investissements français
rée Nador-Taourirt, etc. Dans le même La région se développe toujours, dans la région, nous avons ouvert
temps, la région s’est dotée de pôles de notamment avec la construction du une filière française au sein de notre
compétences et de compétitivité tels grand port de Nador : Nador West établissement, permettant ainsi une
que : Med, un grand complexe portuaire, continuité pour les enfants dans le sys-
• La Technopole d’Oujda, située à énergétique et industriel, complé- tème scolaire français. Pour ce projet,
proximité de l’aéroport, qui cible mentaire à Tanger Med et misant sur nous avons bénéficié de la dynamique
les filières d’énergies renouve- le transbordement pétrolier pour la et de l’encouragement de tous les
lables, d’industries non polluantes Méditerranée. acteurs institutionnels et financiers.
et d’Offshoring. Bien que la région de l’Oriental ne dis- Futurs investisseurs dans la région,
• Le Parc industriel de Selouane qui pose pas d’un statut fiscal spécifique, venez nombreux nous rejoindre ! 4
cible les industries de transforma- on peut noter que son positionnement
tion peu polluantes et les industries géographique est un atout intéressant Z Sandrine Tanché-Elayachi,
légères à forte valeur ajoutée pour ce qui est de l’accès aux marchés Déléguée Régionale de la CFCIM à Oujda.

4 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Entreprise régie par la loi n°17-99 portant code des assurances

COFACE MAROC SE RENFORCE


EN DEVENANT ASSUREUR-CRÉDIT
COFACE MAROC SA, sociéte anonyme avec conseil d’administration au capital de 50 000 000 dirhams

Installé au Maroc depuis 2007, le groupe Coface vient d’obtenir l’agrément d’assurance et de
réassurance des autorités de régulation et propose désormais directement aux entreprises marocaines
des solutions d’assurance-crédit.
En plus des services de recouvrement et d’information, les entreprises marocaines vont bénéficier de
l’expertise de Coface dans le domaine de la prévention et de la protection des risques de crédit liés à
leurs transactions commerciales sur leur marché domestique et export.
Coface propose le plus large réseau du marché avec 67 pays de présence directe et consolide sa
position de leader en Afrique avec 14 pays d’implantation sur le continent.

www.coface.ma
15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 5
ActusCFCIM

Les stages de 2ème année de l’EFA :


le plus court chemin vers l’entreprise.

L
es étudiants de 2ème année de mité et veille à ce que l’étudiant soit accom-
l’Ecole Française des Affaires pagné à l’EFA par un encadrant de l’Ecole, et
effectueront leur stage cette en entreprise par un tuteur de stage au sein
année du 13 avril au 26 juin 2015. de la structure d’accueil. Les deux enca-
En fin de 2ème année, le premier drants se rencontrent au minimum une fois
objectif de ce stage est de remplir une mis- au préalable pour discuter de la mission et
sion débouchant, après étude d’une problé- de la méthodologie de travail durant toute
matique, sur des recommandations et des la période de stage. Cette rencontre est éga-
propositions concrètes pour l’entreprise. lement l’occasion pour l’EFA et l’entreprise
Les étudiants devront construire un projet de discuter de l’intégration du stagiaire et
professionnel sur la base d’un métier de de rappeler les règles de professionnalisme
l’entreprise. Le second objectif du stage est à respecter par ce dernier. Enfin, l’entreprise
de faire des étudiants, des lauréats profes- participe à l’évaluation finale du stagiaire en
sionnels immédiatement opérationnels dans les entreprises qui les assistant à la soutenance de mémoire de fin d’études et aux délibé-
accueilleront à la suite du cursus de l’EFA. Les entreprises partenaires rations qui en découlent. Cette évaluation contribue fortement à la
de l’Ecole et de la CFCIM pourront ainsi évaluer le potentiel de leurs réussite du diplôme d’Etat français de « Chargé de la Gestion et de
futurs collaborateurs dans les secteurs du commercial, du marketing, l’Activité Commerciale de l’Entreprise ».
de la logistique ou de la comptabilité. En parallèle, et c’est la grande nouveauté à l’EFA cette année, des étu-
Le stage de fin d’études est un moment fort dans la formation de l’EFA diants de 2ème année ont démarré un cycle de formation en alternance
car il représente pour l’étudiant l’aboutissement de deux années de depuis le 5 janvier, au rythme d’une semaine à l’Ecole suivie d’une
formation de qualité lui permettant, en plus de la possibilité d’inté- semaine en entreprise. Cette formation en alternance prendra fin le
grer une entreprise, de pouvoir orienter ses projets de poursuite 13 juin 2015.
d’études vers les spécialités qui l’intéressent et dans lesquelles il se Exemples d’entreprises d’accueil de nos étudiants : OCP, Brasseries
projette dans quelques années. Le stage de fin d’études de l’EFA est du Maroc, la Centrale Laitière, Marsa Maroc, Hyatt Regency, CDG
donc un véritable accélérateur de carrière. Capital, BASF Maroc, SAMIR, Lafarge Ciments, Bureau Veritas, RAM,
L’Ecole déploie, dans le cadre de ce stage, un encadrement de proxi- BCP, Al Omrane, Volvo Maroc, Afriquia Gaz... 4

Les associations bénéficiaires des projets


humanitaires cette année à l’EFA.
IDMAJ : L’objectif de l’association IDMAJ est d’informer, de précarité sociale et d’abandon scolaire. Parmi les missions de l’Heure
sensibiliser et de plaider pour la reconnaissance de l’autisme en tant Joyeuse, la lutte contre la mortalité infantile, le suivi médical des bébés,
que handicap neurobiologique, de défendre, de promouvoir et de la responsabilité de la mère et le planning familial, l’accompagnement
protéger les droits des personnes atteintes d’autisme et leurs familles dans les démarches administratives et l’alphabétisation.
dans tous les domaines (éducation, santé, sport, loisirs, emploi, social,
économique et politique). IDMAJ estime le nombre d’autistes au Maroc ASF : L’association Solidarité Féminine est une organisation
à 300 000 personnes. non gouvernementale marocaine dont l’objectif principal est de venir
en aide aux mères célibataires et à leurs enfants. L’ASF a été fondée le
A.M.E.S.S : L’Association Marocaine pour l’Education et la 19 novembre 1985 à Casablanca par Madame Aicha Ech Enna. Depuis,
Solidarité Sociale est l’une des structures du Complexe Social Oum l’association a accompagné plus de 2500 mères célibataires et d’enfants
Keltoum à Sidi Moumen. L’AMESS s’est donnée pour mission de venir sans nom ou abandonnés.
en aide aux enfants en situation précaire et prodigue des conseils
juridiques et du soutien psychologique. Elle guide les jeunes en matière AMARDEV : Créée en mars 2000, l’AMARDEV, Association
d’éducation et de développement personnel. Le Complexe Oum Marocaine pour la Réadaptation des Déficients Visuels, a pour objet
Keltoum accueille toute association dont le projet correspond à l’aide à principal la réadaptation des handicapés visuels. La réadaptation des
l’enfance en difficulté et au développement humain. non voyants consiste à les rendre aptes à accomplir normalement et de
façon autonome les actes de la vie courante. L’ AMARDEV se propose
L’Heure Joyeuse : Une institution reconnue pour son action dans également d’agir pour mettre à la disposition des élèves déficients
le domaine social et qui apporte son soutien aux enfants en situation de visuels des textes et des livres imprimés en caractère braille. 4

6 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Le CEFOR Entreprises L’EFA, une
obtient un taux de école à l’esprit
satisfaction client de citoyen.
83 % en 2014. L’EFA ENCOURAGE SES ÉTUDIANTS À ÊTRE
SOLIDAIRES AUJOURD’HUI, mais aussi
demain dans leur fonction de gestionnaire et

L
es enquêtes de sa- de manager. C’est pourquoi, depuis plus de
tisfaction menées 16 ans, elle inclut dans son cursus de façon
conformément obligatoire un projet humanitaire mise en
aux exigences de la œuvre par les étudiants d’un évènement
norme ISO en ma- solidaire pour le compte d’une association.
tière de réclamations client, processus et bonnes pratiques concernent : la Chaque année, les étudiants remettent le
qualité de l’écoute de l’entreprise, la qualité de l’offre, la qualité de l’appli- fruit de leur travail aux associations : des
cation de l’offre, la qualité de la communication et la qualité des relations. chèques d’une valeur moyenne de 300 000
Le CEFOR Entreprises, engagé dans une démarche continue de Certifica- dirhams par an. Depuis la création de ce
tion et de Qualification de ses Procédés Spéciaux auprès de ses clients, a module, 30 associations ont été accompagnées
enregistré un taux de satisfaction de 83 %. Ce qui confirme l’intérêt et la ca- par des EFAïstes pour un montant total
pacité à répondre et résoudre efficacement les différentes problématiques de plus de 4 millions de dirhams. Le projet
du client par une capacité d’écoute et de diagnostic, la maîtrise d’un grand humanitaire concerne les étudiants de 1ère
nombre de cas techniques pour faire face aux demandes, des capacités rela- année et se prépare en groupe de travaux
tionnelles et pédagogiques, l’analyse des dysfonctionnements et des récla- dirigés. Les étudiants sont placés en situation
mations client et la recherche de solutions correctives. professionnelle en découvrant le travail
Les évaluations positives concernant les prestations assurées par le CEFOR d’équipe à travers la recherche de l’idée, du lieu
Entreprises sont des signes d’une grande satisfaction qui permettront de et des sponsors pour aboutir à la concrétisation
fidéliser les clients. de l’évènement. En d’autres termes, les
À cet effet, nous maintenons nos démarches pour sauvegarder notre valeur, étudiants sont en face d’un cas concret de
« La satisfaction client » qui est au cœur de notre stratégie. gestion de projet. Ce programme humanitaire
de l’EFA est très formateur puisqu’il définit
Rédouane ALLAM la manière de conjuguer théorie et pratique.
Responsable Formation et Partenariats Évalué en fin d’année, le projet humanitaire
CEFOR Entreprises a pour but de sensibiliser les étudiants à
l’importance de l’action sociale. 4

Campus de la CFCIM : calendrier des formations


Leadership et Management Prévoir des clauses contractuelles Etablir un budget. Présenter et défendre le
Date : 25-26 février 2015 protectrices. Créer un circuit de gestion active plan de formation.
Objectif : Accroître son autonomie et des litiges. Maîtriser les circuits de financement de la
formaliser sa vision. Impliquer les commerciaux dans la relance. formation
Développer ses relations humaines. Repérer les clients de mauvaise foi.
Maîtriser les processus. Mener un entretien de relance, négocier. Créer Le CEFOR entreprises se tient à votre
Appliquer les techniques de communication. le tableau de bord de la fonction. disposition pour toute information
Renforcer responsabilité et engagement. complémentaire notamment pour étudier avec
Valoriser les réussites, exprimer sa Elaborer votre plan de formation vous la réalisation de formations sur-mesure.
reconnaissance. Date : 24-25 mars 2015
Déléguer. Objectif : A l’issue de cette formation, Pour toute autre information et inscription :
Gérer efficacement les erreurs. chaque participant pourra :
Communiquer en leader au cours de réunions Acquérir une méthodologie d’élaboration de Z Contact : Rédouane Allam
ou d’entretiens individuels. plan de formation. Responsable Formation et Partenariats
Identifier les besoins de l’entreprise. rallam@cfcim.org
Recouvrement et contentieux Elaborer un plan de formation adapté à Tél. : 05 22 35 02 12
Date : 17-18 mars 2015 l’entreprise. GSM : 06 67 03 03 25
Objectif : Organiser la relance des retards de Maîtriser les différents dispositifs de la Fax : 05 22 34 03 27
paiement. formation professionnelle. E-mail : cefor@cfcim.org

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 7


ActusCFCIM

TBS Casablanca réunit les experts


de la finance islamique au Maroc.
En 2020, l’Institut Thomson Reuters prévoit que la part de la finance islamique
atteindra 5 % du secteur bancaire marocain tandis que Standard & Poors table sur
10 % de parts de marché. Ces chiffres ont été annoncés lors de la troisième conférence
mensuelle de Toulouse Business School Casablanca, organisée le mardi 27 janvier 2015,
sur le thème : « la finance islamique au maroc : apports, perspectives et limites ».

M
odérée par Meryem
Lahlou, Consultante –
Formatrice chez Compé-
tence Plus, la conférence
a été animée par MM. Omar Kettani,
Professeur d’économie à la Faculté
d’Agdal, Président de l’ASMECI
(L’Association Marocaine d’Études et
Recherches en Économie Islamique),
Mohamed Talal Lahlou, Directeur
associé à Al Banki – Conseil et forma-
tions en finance islamique et Khalid
Labniouri, Banquier-expert en finance
islamique.

© DR
Introduite au Maroc récemment et bien
tardivement après des pays européens
comme la France ou la Suisse, la finance que les banques conventionnelles, qui la finance islamique doit être soustrait
islamique reste un sujet méconnu, sus- ont conduit aux différentes crises finan- de toute charge religieuse. C’est dans le
citant interrogations et doutes. cières depuis les années 1950. cadre d’une démarche pragmatique de
Conscient de ce postulat de base, Bien avant Adam Smith et Ricardo, les banquier qu’il détaille les avantages de
M. Omar Kettani positionne dès le penseurs musulmans tels que Abou la banque islamique dans une société
début le débat, au regard des déboires Youssouf, Bayrouni et Ibn Khaldoun, comme le Maroc où le taux de bancari-
actuels du système financier occiden- ont planché sur la pensée économique sation n’est que de 53 %. Il plaide pour
tal pour rappeler les fondements de (théorie quantitative de la monnaie, « un changement de paradigme » dans
l’économie islamique. Le Coran, qu’il cycles économiques…). C’est avec le l’industrie bancaire, basée actuelle-
considère comme étant « le premier Pakistan et la Malaisie que la finance ment sur la dette, afin d’explorer les
ouvrage économique » consacre l’éco- islamique prend réellement son essor possibilités des solutions de finance-
nomie de marché créatrice de valeur à dans les années 50 et constitue une ment islamique comme le crowdfun-
travers le système productif mais lutte réelle alternative à la banque dite ding à titre d’exemple. Ce changement
dès le début contre la rente, la thésau- conventionnelle d’essence occidentale, de paradigme concerne également les
risation et l’usure (la vente de l’argent). rappelle M. Mohamed Talal Lahlou. clients qui ne doivent pas considérer
L’Islam met en place les premiers jalons Alors que la banque conventionnelle « la banque islamique » comme un
d’une politique de redistribution des commercialise un seul contrat à savoir choix par défaut quand les portes des
richesses à travers la Zakat, citéé 34 fois le prêt décliné sous plusieurs formes, la banques conventionnelles se ferment
dans le Coran, et l’Infaq (le don), cité 52 banque islamique dispose d’au moins devant eux.
fois. Il introduit la logique de solidarité 36 types de mécanismes dont Moucha- Comme prévu et devant un amphi-
(takafoul) dans tout acte économique : raka, Mourabaha, Takafoul, la micro- théâtre comble, le sujet a suscité un
les gains sont partagés, les pertes finance…A l’heure où la crise du sys- débat animé confirmant tout l’intérêt
aussi, tandis que la finance occidentale tème financier libéral engendre crises du thème de la finance islamique. TBS
est basée sur le principe de « je gagne politiques et révolutions, générant Casablanca donne rendez-vous le 24
quand tu perds ». Ainsi, les banques faillites et misères sociales, la finance février prochain pour sa prochaine
islamiques sont au service de l’écono- islamique peut constituer une réelle conférence sur le « Management fémi-
mie et du secteur social, et représentent alternative, souligne en filigrane M. nin ». 4
des solutions alternatives de finance- Mohamed Talal Lahlou.
ment plus solidaires et participatives Pour M. Khalid Labniouri, le débat sur Z Patricia Bournet

8 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 9
ActusCFCIM

Récupérer en toute tranquilité la


TVA à l’étranger ? Une prestation de
la CFCIM.

L
a Chambre Française de riel en France ou par exemple four- 3. Une attestation originale d’enregis-
Commerce et d’Industrie du nit à des clients français de la main- trement de la société en tant qu’en-
Maroc, en partenariat avec tenance, dans ce cas, elle doit être trepreneur.
CCI France International, identifiée à la TVA et la procédure
propose désormais à ses membres de n’est plus la même, Quels délais ?
se faire rembourser la TVA dépensée • Si la société a déjà désigné un repré- IMPORTANT : l’administration doit
en France et en Europe dans le cadre sentant fiscal en France, nous ne être en possession du dossier complet
de leurs activités professionnelles. pouvons pas l’assister pour recou- au plus tard le 30 juin de l’année qui
Ces dépenses peuvent consister en de vrer la TVA, sauf si elle annule le suit la date d’émission de la facture.
simples visites de clients ou de four- mandat donné à ce représentant AUCUN DELAI SUPPLEMENTAIRE
nisseurs, et entretien d’un bureau de fiscal. N’EST ACCORDE.
représentation, en des participations à Exceptionnellement pour les factures
des salons ou expositions, voire en des Dans quels pays ? d’acompte concernant la location de
coûts de garanties accordées. Ce service ouvre la possibilité de récu- stand et de surfaces (et pour celles-ci
pérer la TVA sur le marché français seulement), il est admis que l’on puisse
Quelles dépenses récupérer ? mais aussi sur les différents mar- présenter la demande de rembourse-
La TVA est récupérable sur les chés où les Chambres Françaises de ment jusqu’au 30 juin suivant la tenue
dépenses suivantes : Commerce et d’Industrie à l’Etran- effective du salon.
• Stand, fleurs, accueil, traductions, ger proposent ce service : Allemagne,
téléphone, électricité, transport de Autriche, Belgique, Espagne (Madrid), Quel coût ?
marchandises ou de machines, Grande Bretagne, Italie, Norvège, Pays- Les honoraires sont calculés comme
• Nourriture, boissons, restaurants, Bas, Portugal, Suède, Suisse (Cette liste suit :
• 80 % de la TVA sur le gasoil, de pays sera susceptible d’évoluer). • si le montant de la TVA est inférieur
• Location de biens meubles (article à 600 euros : 60 euros HT,
259 A du Code Général des Impôts), Comment procéder ? • entre 601 et 5 000 euros : 10 % du
• Prestations immatérielles : publi- Pour faire votre demande de rembour- montant de la TVA récupérée,
cité... (article 259 B du Code Général sement de TVA, il faudra vous munir • entre 5001 et 10 000 euros : 8 % du
des Impôts), des documents suivants : montant de la TVA récupérée,
La TVA n’est pas récupérable sur les 1. Les originaux de toutes les factures • au delà de 10 000 euros : 6 % du
dépenses suivantes : hôtels, location de présentant une T.V.A. française montant de la TVA récupérée.
voiture de tourisme, billets d’avion, de récupérable (location de stand, • L’administration fiscale française
train, taxi, cadeaux. mobilier, fleurs, publicité, hôtesses, fixe les montants minimums sui-
téléphone, électricité, restauration…). vants :
Quelles conditions ? Attention, aucune copie de facture, - Pour une demande trimestrielle, le
Ces remboursements directs sont même certifiée conforme, n’est accep- montant de TVA récupérable doit
accordés à toutes sociétés non assujet- tée par l’administration française. être supérieur à 250 euros,
ties à la TVA en France dans les condi- Si le montant de la facture est élevé, - Pour une demande annuelle, le
tions suivantes : merci de nous joindre la copie du montant de TVA récupérable doit
• Etre une entreprise industrielle ou justificatif du paiement (avis de débit être supérieur à 25 euros,
commerciale (et non une personne de la banque,…). Cet envoi se fait par - Une entreprise peut présenter un
privée) et être inscrite au Registre courrier sécurisé (Fedex, DHL,…). maximum de 5 demandes dans
du Commerce, Les coûts d’expédition peuvent être l’année.
• Ne pas être immatriculé à la TVA en supportés par l’entreprise. Ils vien- Dans le cas où la société aurait un
France (la procédure pour obtenir le dront en déduction des sommes qui gros volume de factures à présenter à
remboursement de la TVA étant, lui seront versées. l’administration fiscale française, il est
dans ce cas, différente), 2. Le mandat devra être saisi sur le recommandé de recourir à notre ser-
• La TVA ne peut être remboursée papier à entête de la société, en fran- vice avec suffisamment d’anticipation
lorsqu’elle peut l’être selon la règle çais, et signé, en deux originaux, par et dans tous les cas ne pas attendre la
générale : si la société vend du maté- le représentant de la société. date limite du 30 juin. 4

10 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Les professionnels français de la mesure
installent un bureau de liaison à Casablanca.

D
epuis plus de 10 ans le Réseau Mesure, regroupant d’une réelle présence dans un pays. C’est pour aller plus loin dans
130 sociétés en France, organise chaque année des cette démarche que le Réseau Mesure a décidé, avec l’appui de cinq
missions B to B à l’étranger pour aider ses adhérents entreprises, de créer en 2015 un bureau de liaison à Casablanca avec
à se développer à l’export. Si cette démarche est l’appui de la CFCIM. Conjoncture.info a rencontré le Président du
nécessaire, elle ne peut être que la première étape Réseau Mesure, Joël Sahler. 4

INTERVIEW
l’agriculture, le BTP, le traitement des eaux, la ges-
Conjoncture : Le Réseau tion de l’énergie, les mines… Nos entreprises sont
Mesure, qu’est-ce que c’est ? présentes, même à petites doses, dans tous ces sec-
teurs. Les nouvelles normes de protection de l’envi-
Joël Sahler : Le Réseau Mesure est ronnement, le développement des contrôles qualité
une association Loi 1901 en France, c’est à dire à et de la traçabilité dans l’industrie ont fait considéra-
but non lucratif qui regroupe un ensemble d’entre- blement augmenter la demande dans le secteur de la
prises, 130 adhérents aujourd’hui, et qui s’occupe mesure. Le Réseau Mesure regroupe justement 130
de monter des actions collectives à la demande de TPE et PME avec des spécialisations très variées qui
ces sociétés. Nous pouvons aussi bien organiser un couvrent tous les secteurs. Ce qui est important pour
déplacement sur un salon professionnel, que des le Maroc, c’est de profiter du Réseau Mesure et de
actions de communication, des programmes de cette grande variété de savoir-faire en France pour
formation à la métrologie ou à d’autres techniques, JOËL SAHLER, répondre à des demandes très spécialisées, de faire
en France principalement. Nous organisons aussi du sur-mesure avec nos nouveaux clients.
chaque année une ou deux missions B to B dans des Président du Réseau
pays qui sont choisis par nos adhérents. Au Maroc, Mesure. Les 5 sociétés qui sont représentées pour le
nous avons déjà organisé 3 missions avec l’aide de moment dans le bureau de liaison marocain
la CFCIM et nous trouvions que le résultat était très frustrant. avaient-elles déjà des clients ici ?
En effet, nous prenions beaucoup de contacts sur place que nous Certaines d’entre elles avaient déjà des contacts et des clients
ne pouvions pas suivre de retour en France. Après notre dernière mais pas toutes. Ce bureau de liaison va nous aider à développer
mission en septembre dernier, nous avons réfléchi à une nouvelle ces relations qui étaient plutôt épisodiques, et créer des courants
organisation. Certaines entreprises du Réseau Mesure souhai- d’affaires. Nous espérons obtenir des résultats en terme de chiffre
taient aller plus loin et vérifier si le marché marocain était vraiment d’affaire mais nous souhaitons d’abord, et c’est un préalable, mieux
porteur en assurant une présence locale. Pour mieux identifier et connaître le marché marocain et ses opportunités. Rien ne rem-
répondre plus rapidement aux clients, nous avons ouvert un bureau place une présence continue sur le terrain.
de liaison et recruté 2 ingénieurs technico-commerciaux maro-
cains qui se chargent de la commercialisation des produits et des Est-ce qu’à moyen terme, des entreprises marocaines de
activités d’études de 5 sociétés pour l’instant. Notre ambition est votre secteur pourraient être adhérentes au Réseau Mesure ?
de savoir, dès la fin de l’année 2015, si le marché marocain se montre Nous avons pour le moment centré notre action autour de l’Ile de
intéressant financièrement pour ces entreprises et si elles pourront France mais beaucoup d’entreprises du Réseau Mesure viennent
ensuite s’implanter ici. de toute la France. Si l’entreprise voit son intérêt à venir adhérer à
notre réseau et à participer à nos actions, nous l’accueillons à bras
Quelles sont les activités des entreprises du Réseau Mesure ? ouverts, alors pourquoi pas une entreprise marocaine du secteur de
C’est très compliqué de vous répondre. La mesure et l’instrumen- la mesure et de l’instrumentation ? 4
tation, vous les trouvez dans tous les domaines. Dans le domaine
industriel, l’agro-alimentaire, la chimie, l’industrie pharmaceutique, Z Propos recueillis par Franck Mathiau

S'informer Se développer

Accélérez votre développement à l'international


Un réseau de près de 4 000 entreprises membres
Une équipe biculturelle de 100 collaborateurs
Se former S'implanter
www.cfcim.org

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 11


ActusCFCIM

André Robelin, Président de la


Commission Appui aux Entreprises
de la CFCIM : « Le changement et la
médiation sont des accélérateurs de
la compétitivité ».

L
a Commission Appui aux première, en avril, a traité de « comment acte de courage, qui va à l’encontre des
Entreprises de la CFCIM a maitriser le temps nécessaire au chan- pratiques admises et conseillées. En effet,
suivi un fil conducteur tout au gement ». Une deuxième séance, en juin, aller en médiation c’est accepter d’être
long de l’année 2014 : la compé- a permis à de grands patrons de nous pleinement et seul responsable, avec
titivité des entreprises. Qu’est-ce que la exposer leurs expériences, bonnes et l’autre partie, des accords qui résulteront
compétitivité ? C’est l’aptitude pour une moins bonnes, face au changement dans du processus. Un jugement est imposé !
entreprise à faire face à la concurrence leur entreprise. Les troisièmes et qua- Il est subi. S’il n’est pas favorable c’est
effective ou potentielle. Au plan micro trièmes séances nous ont permis d’évo- la faute des autres (juge, avocat, etc…).
économique, c’est la capacité d’une entre- quer la problématique de la communica- Un accord de médiation est pleinement
prise à occuper une position sur un mar- tion, interne et externe, de l’entreprise et voulu, négocié et accepté.
ché. L’évolution des parts de marché de de la conduite du changement, clé de la La médiation est un mode de résolution
l’entreprise traduira son niveau de com- pérennité et de la compétitivité durable de conflit, amiable, volontaire, confiden-
pétitivité. Au plan macro économique, de toute organisation ou communauté. tiel, par lequel deux parties s’efforcent
la compétitivité nationale se traduit Ceci me permet d’aborder un des de trouver une solution à leur différend,
par la capacité à satisfaire la demande aspects de l’adaptation au changement au mieux de leurs intérêts respectifs,
intérieure et extérieure et à améliorer le qui ne pourra se développer que si les moyennant des concessions réciproques.
niveau de vie de ses résidents. responsables d’entreprises, les « boss », J’ai été frappé, en entendant nos diffé-
Dans ces deux aspects, de nombreux les leaders, les agents économiques, les rents intervenants, de constater qu’ils
leviers permettent d’améliorer cette partenaires de l’entreprise acceptent de empruntaient beaucoup au processus
fameuse compétitivité, que tout respon- remettre en cause une pratique réflexe de médiation. C’est un processus très
sable d’entreprise garde en tête. La Com- qui consiste à transférer la responsabi- structuré que le médiateur a appris
mission Appui aux Entreprises a retenu lité de la résolution d’un conflit au seul et s’est approprié. Il permet ainsi aux
l’idée de mettre en avant un des leviers juridique. Je veux parler de la médiation. parties en conflit de s’entendre, puis de
souvent sous estimé et oublié : l’adapta- La médiation est une « ancienne » nou- s’écouter, puis de se comprendre, puis
tion de l’entreprise, de sa gouvernance veauté. Ancienne parce que pratiquée d’accepter l’autre en tant qu’entité, de lui
et de son personnel aux changements et de manière plus ou moins consciente reconnaître sa légitimité et enfin de pro-
l’incidence sur sa compétitivité. C’est un et informelle depuis fort longtemps. poser des résolutions innovantes. Il n’est
élément important, si non le plus impor- Nouveauté parce que depuis une cin- pas toujours facile d’écouter, surtout ce
tant, des prérogatives de gouvernance quantaine d’années, cette pratique de qui, venant de l’autre, nous déplait et
d’entreprise. Toutes les composantes de résolution amiable des conflits se struc- nous remet en question. Le conflit ou la
l’entreprise, tous ses services et acteurs ture et se normalise. Pourquoi évoquer mésentente oblitèrent l’écoute ; la média-
sont concernés par le changement. Parce la médiation ? C’est indéniablement tion la restaure. Ce qui est impératif pour
que sans adaptation au changement, un élément de compétitivité puisque que les concessions soient librement et
l’entreprise ou l’individu disparaît. De la médiation permet une résolution de entièrement acceptées.
sa capacité à anticiper les changements conflit rapide, peu onéreuse et fiable qui Acceptez le changement, anticipez le,
futurs, dépendent la pérennité de l’entre- préserve les relations futures des par- provoquez le, maitrisez le, comme étant
prise et la performance de sa compétiti- tenaires, ce qui est important quand il l’un des leviers les plus importants
vité. L’adaptation est l’affaire de tous les y a peu d’acteurs compétents. C’est un pour l’amélioration de la compétitivité
acteurs de l’entreprise, sous le « lead » élément du changement parce que pour de l’entreprise, et comme facilitateur de
du « boss » qui anticipe, subit et gère les un individu du pourtour méditerranéen, relations inter-acteurs économiques :
changements. prendre la décision d’aller en médiation adoptez la médiation. 4
Quatre séances de travail ont donc été plutôt qu’ au tribunal (judicaire ou arbi-
tenues sur ce thème à la CFCIM. Une tral) n’est pas naturel ; c’est presque un Z André Robelin

12 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 13
ActusCFCIM

Pôle CFCIM-Business France : une expertise


gagnante !

L
a fusion de l’Agence Française
pour les Investissements Inter-
nationaux (AFII) et d’Ubifrance
a donné naissance le 1er janvier
2015 à Business France. L’agence
aura, comme l’avaient Ubifrance et l’Afii, la
mission d’aider les PME et les entreprises de taille intermédiaire territoire français pour les investisseurs internationaux. L’hexa-
à mieux se projeter à l’international, et d’attirer davantage d’in- gone possède une réputation d’excellence dans les domaines de
vestisseurs étrangers en France pour y créer ou y reprendre des la culture, de la gastronomie, des produits de luxe ou encore
activités créatrices d’emplois. C’est ce que symbolisent les deux dans l’aéronautique, le nucléaire et les énergies renouvelables.
flèches qui constituent le logo de Business France. La notion de créativité est omniprésente, des PME aux start-
D’après Laurent Fabius, Ministre français des Affaires étran- ups, des architectes et designers aux objets connectés du quo-
gères, l’un des Ministères de tutelle de l’agence avec le Ministère tidien… ».
des Finances et des Comptes Publics et le Ministère du Loge- Au Maroc, la CFCIM est délégataire de service public et
ment, de l’Egalité des Territoires et de la Ruralité, « la mission partenaire exclusif de Business France, l’occasion pour
de Business France sera de développer les exportations, notam- Conjoncture de rencontrer Charafa Chebani, Directrice du Pôle
ment celles des PME françaises, et de renforcer l’attractivité du CFCIM-Business France. 4

INTERVIEW
CFCIM. Nous accueillerons donc cette année
Conjoncture : L’arrivée de beaucoup de délégations de CCI soit dans des
Business France, qui regroupe Ubifrance secteurs précis comme la plasturgie ou le BTP,
et l’AFII, démontre une stratégie plus soit en multisectoriel. La Bourgogne, l’Au-
offensive de la France à l’export mais aussi vergne, la Corrèze, l’Alsace, la Franche Comté,
pour accueillir les entreprises marocaines PACA, Rhône-Alpes viendront prospecter ici
sur le marché français. Quelles seront cette au Maroc cette année. On parle beaucoup en
année les conséquences de cette fusion France de « chasser en meute ». Nous sommes
pour la CFCIM ? persuadés, après les succès de nos opérations
de prospections en 2014, comme UrbAquitaine
Charafa Chebani : Nous en décembre, ou Nord-Isère en novembre, que
c’est effectivement la bonne méthode pour
aurons de façon plus marquée ce rôle de pro-
motion du territoire français. Notre objectif est CHARAFA CHEBANI, obtenir des résultats. Vous savez, de plus en
d’accompagner efficacement des entreprises qui plus, les entreprises qui veulent capter des mar-
ont la volonté de construire des relations com-
Directrice du Pôle chés ici au Maroc ou en Afrique commencent
merciales avec le Maroc. L’important était de CFCIM-Business par rechercher des partenaires locaux qui vont
créer une synergie entre tous les acteurs qui tra- France. les aider à se développer. Il y a 5 ans, les sociétés
vaillent sur le développement international des voulaient avant tout des clients, elles sont main-
entreprises, BPI France, CCI International, Business France, tenant à la recherche de partenaires solides. C’est ce potentiel
les régions, des acteurs qui avaient chacun une stratégie et une de partenariat sur lequel nous travaillons avec mon équipe au
façon de fonctionner. L’objectif est de faire naître une véri- sein du Pôle CFCIM- Business France.
table « équipe de France » de l’export. Etre plus efficace, c’est
le message de cette fusion. Le taux de satisfaction des entreprises françaises qui
viennent en prospection au Maroc est élevé, comment
Quels seront les points forts de cette année 2015 ? faire pour accompagner davantage les entreprises
Grace au Forum de Partenariat France Maroc que nous avons marocaines sur le marché français ?
organisé à Casablanca en 2014 et qui a été un véritable succès, Notre expertise du marché marocain est reconnue et nous
les CCI des régions françaises se sont rendu compte que nous allons cette année, pour affiner notre expertise du marché
avions intérêt à travailler étroitement ensemble pour accom- français et accompagner les entreprises marocaines, créer un
pagner les entreprises et déclencher des courants d’affaires nouveau service dédié à la prospection française en collabo-
durables. Nous allons donc éviter les grandes opérations qui ration avec la CCI de Paris. Nous allons, pour résumer, nous
regroupent beaucoup d’entreprises et qui ne sont pas très effi- inspirer de notre compétence sur le marché marocain pour
caces et nous concentrer sur du qualitatif, des opérations « clé être plus fort sur le marché français. 4
en main » qui répondent mieux aux réels besoins des sociétés.
Le « sur-mesure » deviendra notre façon de travailler ici à la Z Propos recueillis par Franck Mathiau

14 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


CFCIM : une nouvelle Coface obtient
identité visuelle pour une l’agrément
nouvelle dynamique ! d’assurance-
crédit au Maroc et
renforce sa position
de leader en
Afrique.

L
es Chambres de Commerce
et d’Industrie (CCI) de INSTALLÉ AU MAROC DEPUIS 2007, LE
France et Françaises à l’In- GROUPE COFACE vient d’obtenir l’agrément
ternational ont adopté une d’assurance et de réassurance des autorités de
nouvelle identité visuelle régulation et propose désormais directement aux
commune qui traduit la dynamique dans entreprises marocaines des solutions d’assurance-
laquelle le réseau est engagé aujourd’hui. crédit.
Dans ce cadre, la CFCIM intègrera désor- Jean-Christophe Batlle, Directeur Afrique de
mais cette nouvelle identité sur ses dif- Coface : « Nous visons l’Afrique, une région
férents supports et outils d’information hautement stratégique où Coface maintient son
et de communication. Acteurs du déve- design, remplace l’ancienne version leadership : aujourd’hui Coface est implantée
loppement économique des territoires, hexagonale mise en place en juillet dans 14 pays d’Afrique et consolide ainsi sa place
les CCI partagent désormais un même 1991. Le bleu et le rouge rappellent la de 1er réseau panafricain. Le Maroc est le centre
logo, symbole d’une cohésion forte et dimension institutionnelle du réseau. de nos ambitions régionales. Sur un marché à fort
d’une même volonté : se mobiliser par- La Chambre Française de Commerce et potentiel, ce nouvel agrément nous permettra
tout en France pour relancer l’économie, d’Industrie du Maroc garde son appel- d’être encore plus proches des clients pour leur
accompagner les entreprises françaises lation et son acronyme CFCIM, mais a offrir des solutions de développement adaptées
à l’international et favoriser les échanges modifié son logo dès le 15 janvier 2015. à leurs besoins, et ce, quelque que soit leur
entre partenaires économiques. La Ce nouveau logo s’accompagne d’une taille. Nos récentes innovations produits, dont
nouvelle identité s’articule autour de nouvelle charte graphique permettant CofaMove et bientôt Easyliner, ouvriront à nos
la marque « CCI » et d’un sigle visuel de gagner en cohérence et en visibilité clients et prospects locaux des perspectives
représentant l’imbrication symbolique et de contribuer à faire de « CFCIM » pour une meilleure gestion du risque. Les
des trois lettres CCI. une marque encore plus forte et recon- multinationales pourront bénéficier aussi d’un
Ce nouveau sigle plus moderne, plus naissable. 4 accès à Coface Global Solutions, une structure
unique qui leur est dédiée ».

Bilan 2014 du Pôle CFCIM-Business France


• 45 journées d’information sur les oppor- • 11 missions collectives organisées en par- Actions du 1er semestre 2015
tunités d’affaires du marché marocain tenariat avec Business France et les CCI Du 12 au 16 avril 2015, mission collective
organisées en France. Taux de satisfac- de France ont donné un taux de satisfac- multisectorielle de la CCI Auvergne à Ca-
tion de la part de nos partenaires de 89 %. tion de 92 %. sablanca.
• 245 entreprises accompagnées par le • 5 ouvrages « Analyse et potentiel de mar- Du 20 avril au 3 mai, Pavillon France au
Pôle CFCIM-UBIFRANCE, ont bénéfi- ché au Maroc » portant sur différentes SIAM à Meknès en présence de nom-
cié d’un accompagnement personnalisé industries, à savoir l’agroalimentaire, breuses entreprises françaises.
dans le cadre des missions de prospec- la mécanique et la métallurgique, les En mai 2015, mission collective multisec-
tion. Taux de satisfaction : 79 %. énergies renouvelables, le traitement torielle de la CCI Bourgogne à Casablanca.
• 15 études de marché et veilles. Taux de de l’eau et des déchets et les matériaux Du 2 au 5 juin 2015, rencontre acheteurs
satisfaction de 75 %. de construction et produits de second- Maghreb dans le secteur du BTP et du
• 2 séminaires de présentation de produits œuvre. second œuvre et dans les domaines de
et services pour le compte d’entreprises. • Le taux de satisfaction annuel relatif à l’emballage et de la plasturgie avec la CCI
Taux de satisfaction de 96 %. toutes les prestations du Pôle est de 86 %. Alsace à Casablanca.

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 15


ActusCFCIM

L’INMAA sur le Parc Industriel de la


CFCIM de Bouskoura : une success story
de la transformation.

L
e terme « Lean » est apparu pour la première fois dans le
livre « The machine that changes the world » de James. P.
Womack et Daniel T. Jones, paru en automne 1990. Les
auteurs reconnaissent avoir observé de nombreuses tech-
niques de production à travers le monde et dans de mul-
tiples secteurs. Toyota y était reconnue comme pionnier. Le système
de production des usines Toyota, dès les années 50 au Japon, est emblé-
matique de ce qu’on appellera plus tard le « lean manufacturing ». Pour
résumer, le lean manufacturing consiste en une approche de la produc-
tion sans gaspillage dans les processus : pas de production et de stocks
excessifs, pas de déchets, de sous-utilisation des compétences, pas de
mouvements et de déplacements inutiles ni d’étapes de production

© DR
sans valeur ajoutée. Ce système s’est fait principalement connaître hors
du Japon lors de la crise pétrolière de 1973. Alors que ses concurrents
mondiaux étaient durement touchés par la crise, la marque japonaise Cette « excellence » opérationnelle, synonyme de compétitivité im-
montrait sa supériorité et sa résilience et poursuivait son ascension. plique un changement dans l’entreprise et un regard critique sur son
La démarche lean crée des processus qui nécessitent moins d’efforts propre processus de fonctionnement. L’INMAA, l’Initiative Marocaine
humains, moins d’espace, moins de capital et moins de temps de créa- d’Amélioration est une usine école qui forme depuis 2011, sur le Parc
tion et de fabrication, pour rendre les produits et services moins chers Industriel de la CFCIM de Bouskoura, des responsables d’entreprises,
et avec moins de défauts en comparaison avec les organisations tradi- aux principes du lean management en « temps réel » avec des tech-
tionnelles. En 1990, le Massachusetts Institute of Technology ou MIT, niques combinant théorie et pratique sur un même site. Concrètement,
une référence mondiale dans les domaines de la recherche en science et INMAA s’articule autour de 3 axes d’intervention : l’augmentation de
technologie révèle dans l’une de ses études qu’il faut moins d’heures de la productivité de 25 %, la diminution des coûts unitaires de 20 % et la
travail pour fabriquer une Lexus de A à Z que pour retoucher les défauts réduction des délais de production de 50 %.
de fabrication des voitures allemandes. Le Lean manufacturing est né. Conjoncture a rencontré Rachida Maliki, Directrice Générale de INMAA. 4

INTERVIEW
tants : le système de production, le système de
Conjoncture : Le lean management et l’état d’esprit ainsi que le com-
manufacturing a montré sa capacité à faire portement. Il n’est pas question de se perdre
progresser les entreprises. Pourquoi alors ne dans une théorie complexe. On peut résumer
pas appliquer ce système à toutes les PME qui l’action de l’usine école à 3 verbes importants
ont besoin d’améliorer leur compétitivité ? qui signent véritablement le travail pédagogique
Quand un remède est bon, on l’utilise, non ? que nous faisons : écouter, observer et faire. Et je
peux vous garantir que la troisième partie de ce
Rachida Maliki : Oui, vous programme, « faire », connaît grâce à la structure
avez raison mais nous manquons généralement de l’INMAA, d’excellents résultats. Nous partons
de méthodologie pour l’application de ce système toujours d’une problématique réelle de l’entre-
en entreprise. Il existe beaucoup de littérature prise avec l’exigence d’augmenter la productivité
sur le lean management, beaucoup d’interpré- RACHIDA MALIKI, et diminuer les coûts de façon significative après
tations de ces techniques qui fonctionnent par- la transformation. La valeur ajoutée de l’usine
tout dans le monde, de plus en plus de coachs qui Directrice Générale de modèle, c’est de pouvoir passer de la théorie à la
proposent des formations, mais tout cela peut INMAA. pratique dans un même lieu avec nos machines
s’avérer très abstrait. Justement, à l’INMAA, dans et nos formateurs. Quand l’équipe de l’entreprise
notre usine école de Bouskoura, nous avons privilégié la métho- qui a suivi cette formation retournera au sein de la société, ils
dologie avec une partie pratique qui permet de « rester » dans pourront plus facilement dupliquer ce qu’ils ont mis en œuvre
l’univers de l’entreprise. ensemble à l’INMAA. 4

Comment fonctionne cette usine école qui est la première Z Propos recueillis par Franck Mathiau
de ce genre en Afrique et au Moyen-Orient ?
Nous mettons en place ce que l’on appelle une transformation Pour tous renseignements, contactez l’INMAA
opérationnelle de l’entreprise, qui est basée sur 3 piliers impor- au +212(0)5 20 36 46 30

16 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


EchosInternational
Développement à l’international
La CFCIM vous accompagne sur les salons professionnels
Agriculture • Cultures et filières végétales :
jardin, habitat rural et
• Prestataires de transport et de
logistique
civil
• Machines pour tunnels et galeries
environnement, • Régions et infrastructures • Matériel pour la construction
• Services et métiers de • Immobilier logistique des voies ferrées et des voies
l’agriculture : ministères, • Technologies et systèmes navigables
organisations professionnelles d’informations • Machines et matériel de
agricoles, syndicats construction d’infrastructures
Intralogistics Europe routières
Contact : Nadwa el Baïne Karim réunit l’ensemble des • Véhicules et transport de
Du 22 au 26 février 2015 équipements et des
Paris Nord Villepinte Tél. : 0522 43 96 23 ou 24 matériaux, matériel et personnel
Email : nelbaine@cfcim.org systèmes automatisés • Composants, équipements,
www.simaonline.com de manutention pour traiter et accessoires et pièces d’usure
rationaliser les flux physiques
SIMA, le Salon International de la d’approvisionnement, de production
Machine Agricole présentera une Contact : Nadwa el Baïne Karim
et de distribution. Tél. : 0522 43 96 23 ou 24
offre complète du monde agricole :
• 1 700 exposants de 48 pays sur 27 Agroalimentaire Les secteurs d’Intralogistics Paris
Email : nelbaine@cfcim.org
hectares d’exposition 2015 :
• 215 000 visiteurs • Levage et manutention
• Plus de 50 forums et évènements • Automation

Les secteurs représentés :


• Stockage et emballage
• Chariots
Multisectoriel
• Tracteurs et matériels de traction
• Composants, pièces et accessoires, Contact : Nadwa el Baïne Karim
électronique embarquée Du 10 au 12 mars 2015 Tél. : 0522 43 96 23 ou 24
• Travail du sol, semis, plantation Rennes – France Email : nelbaine@cfcim.org
• Récolte (fourrages, céréales, www.cfiaexpo.com
tubercules, fruits et légumes) Foire Internationale de
• Nettoyage, tri, séchage, Le Carrefour des Fournisseurs de Canton
conditionnement l’Industrie Agroalimentaire (CFIA) est Du 15 avril au 5 mai 2015
• Equipements pour cultures l’unique événement en France qui Bâtiment – Guangzhou - Chine
tropicales et spécialisées propose un concentré de compétences www.cantonfair.org.cn
• Manutention, transport, stockage au service de l’agroalimentaire. Travaux publics
et bâtiments La Foire Internationale de Canton
• Matériels et équipements Le CFIA en chiffres : est une occasion unique de rencontrer
d’élevage • 1 300 exposants un très grand nombre d’entreprises
• Traite et équipements laitiers • 16 000 visiteurs Chinoises et de découvrir leurs
• Eleveurs sélectionneurs, • 37 000 m2 de surfaces d’exposition dernières avancées technologiques.
associations d’éleveurs
• Création et entretien de l’espace Les secteurs représentés : Du 20 au 25 avril 2015 Répartie sur 3 phases, la Foire de
rural et forestier • Ingrédients & PAI Paris Nord Villepinte Canton c’est au total :
• Equipements pour les espaces • Equipements & Procédés www.paris.intermat- • 20 000 exposants
verts • Emballages & Conditionnement construction.com • 150 000 articles exposés
• Développement durable, énergies • Qualité, Hygiène et services • 1 160 000 m2 de surface d’exposition
INTERMAT Paris, salon international
renouvelables
Contact : Nadwa el Baïne Karim de matériels et techniques pour les 1ère phase du 15 au 19 avril 2015, durant
• Institutionnels, services, conseil
Tél. : 0522 43 96 23 ou 24 industriels de la construction et des laquelle la CFCIM accompagne ses
• Gestion, informatique, logiciels
matériaux a lieu tous les 3 ans et se adhérents.
Email : nelbaine@cfcim.org
tiendra à Paris du 20 au 25 avril 2015. Produits industriels sur 15 000 m2
• 1 500 exposants d’exposition dans les secteurs
• 15 000 m2 de surface d’exposition suivants : produits électroniques
• 200 000 visiteurs et électroménagers, quincaillerie,
Transport Les secteurs du salon INTERMAT
mécanismes et installations, véhicules
et pièces accessoires, matériaux de
Logistique Paris 2015 :
• Machines et équipements pour
construction, lampes et luminaires,
Du 21 février au 1er mars 2015 produits chimiques
Paris Porte de Versailles Manutention l’industrie des matériaux
www.salon-agriculture.com • Equipements pour l’industrie du 2e phase du 23 au 27 avril 2015
Du 31 mars au 3 avril 2015 ciment et de la chaux, du plâtre, du Produits de consommation courante :
Le SIA, Salon International de Paris Nord Villepinte sable, de l’argile et du gravier cadeaux, décoration…
l’Agriculture est le rendez-vous www.sitl.eu • Machines pour pré-fabriquer des
incontournable de l’élevage et de la éléments en plâtre et autres 3e phase du 1 au 5 mai 2015
génétique. • Machines pour extraire et traiter les Textile et produits divers : vêtements,
• 1 300 exposants et plus de 4000 pierres naturelles et artificielles chaussures, fournitures de bureau,
animaux • Production, transport et mise en bagages et valises, produits de loisirs,
• 690 000 visiteurs œuvre du béton produits pharmaceutiques, produits
• Machines, installation et appareils alimentaires…
Les 4 univers du salon : SITL réunit l’ensemble des produits pour le second œuvre
• Elevage et filières : bovins, ovins, et services innovants dédiés à • Equipements et outils de chantier Contact : Khadija MAHMOUDI
caprins, porcins, équins, canins, l’approvisionnement, la distribution et • Levage et manutention Tél. : 05 22 43 96 24
félins et aviculture la supply chain de demain, au service • Equipements de sondage, forage, Fax : 05 22 20 19 95
• Gastronomie d’ici et d’ailleurs : du transport de marchandises et des fondations spéciales, canalisations, 05 22 26 02 82
produits des terroirs français, de services logistiques. drainage et trancheuses Email : kmahmoudi@cfcim.org
métropole et d’Outre-Mer Les secteurs de SITL Paris 2015 : • Machines de terrassement et génie

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 17


EchosServiceEconomique
L’économie en
Mot du Chef à moins de 5 % et à moins de 7 % du
PIB), il convient de mettre au crédit mouvement
du Service du gouvernement un courage certain
concernant l’amorçage de réformes
Un chiffre en
économique de profondes longtemps attendues
(Caisse de compensation, fiscalisation perspective
l’Ambassade des grandes exploitations agricoles,
réforme de la TVA, Plan d’accélération
de France
12 Mds MAD
industrielle, etc.). Ces bonnes
dynamiques ont permis au Maroc
de garder la confiance des bailleurs
de fonds comme des investisseurs
internationaux.
Si la situation économique et
financière du Maroc reste largement
En 2014, le déficit commercial
dépendante, à court et moyen marocain s’est résorbé de
terme, de facteurs externes (reprise 12 Mds MAD
de la zone euro, parité euro-dollar
et cours du brut), les perspectives

E
n 2014, le déficit de la balance com-
Philippe Baudry macroéconomiques sont favorables
merciale du Royaume s’est établi à
pour 2015 (croissance du PIB à
philippe.baudry@dgtresor.gouv.fr 186,4 Mds MAD, soit une résorption
4,4 %, déficits budgétaire et courant
respectivement à 4,3 % et à 5,8 % du de 6 % par rapport à 2013. Le taux de
PIB). couverture s’améliore à 51,3 %, contre 48,3 %
Trois ans après un an auparavant.
Il est à souhaiter que cette
Trois ans après son entrée en conjoncture favorable permette au Cette bonne performance résulte notamment
fonction, le bilan économique pays d’approfondir les réformes en de la vigueur des exportations, en hausse de
du gouvernement Benkirane cours et aussi d’améliorer le climat 6,1 % (soit +11,3 Mds MAD). L’augmentation
est globalement positif. Outre des affaires, conformément aux des exportations des nouveaux secteurs, tels
l’amélioration des fondamentaux préconisations des observateurs que l’automobile (+26 %, soit +8,3 Mds MAD)
macroéconomiques (en 2014, les internationaux et aux attentes des et l’électronique (+26 %, soit +1,8 Md MAD),
déficits budgétaire et courant investisseurs aussi bien nationaux a joué un rôle moteur dans cette dynamique.
devraient baisser respectivement qu’étrangers. Par ailleurs, le repli des ventes de phosphates
et dérivés (-0,1 % en 2014) a été stoppé par la
reprise du cours de ce minerai en fin d’année.
Fiche express Les importations ont été stables, bénéficiant
d’un recul historique des cours du pétrole
Modification de la législation en matière de (-50 % sur le second semestre 2014). Les achats
propriété industrielle des produits énergétiques ont ainsi enregis-
tré un repli de 10 %, soit -10,4 Mds MAD.
L’OMPIC a présenté le 19 janvier dernier délivrées selon les critères de nouveauté La hausse des importations de produits ali-
la réforme de la loi marocaine relative à et d’activité inventive, après l’établisse- mentaires, en particulier celles de blé (+51 %,
la propriété industrielle, en présence du ment d’un rapport de recherche et d’une soit +4,2 Mds MAD), et de produits finis de
Ministre en charge de l’Industrie, Moulay opinion sur la brevetabilité. Les marques consommation (+8 %, soit +5,2 Mds MAD) a
Hafid Elalamy, et du Président de l’Office non distinctives et/ou non licites pourront
compensé la baisse de la facture pétrolière.
européen des brevets (OEB), Benoit Bat- être rejetées par l’Office.
tistelli. Le Maroc se dote ainsi d’une légis- Enfin, l’exercice du métier de conseil en
lation conforme aux standards internatio- propriété industrielle sera subordonné
naux les plus exigeants, avec des titres de à l’inscription sur une liste tenue par
qualité et donc de meilleures armes pour l’OMPIC. C’est là un élément très impor-
lutter contre la contrefaçon. tant, tant pour les entreprises marocaines
Source : Office des changes du Maroc

La mesure phare de la loi n°23-13 est l’ac- qu’étrangères, gage de confiance dans la
cord de validation avec l’OEB, qui permet- représentation qu’exerce cette profession
tra au demandeur d’un brevet européen devant l’OMPIC. Le Maroc reste le pays
de valider au Maroc, en plus des 40 pays exemplaire du Maghreb en matière de
européens, son brevet délivré par l’OEB ; législation des droits de propriété indus-
les brevets européens validés auront au trielle. Ces efforts, notamment en matière
Maroc les effets juridiques de brevets de droit des brevets, devraient favoriser
marocains et seront soumis à la législation l’innovation sur le territoire marocain.
marocaine. Au Maroc, les demandes de
brevet déposées auprès de l’Office seront caroline.rolshausen@dgtresor.gouv.fr louis.boisset@dgtresor.gouv.fr

18 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


L’actualité vue par le Service économique de l’Ambassade de France

Secteur à Affaires
l’affiche Relations France-Maroc à suivre
Accord UE/Maroc sur L’AFD au Maroc OOO
la protection mutuelle Meryem Chami est nom-
de leurs indications
L e groupe AFD inter- mée Directrice générale
vient au Maroc de- de la société Altran Maroc,
géographiques de puis 1992 à travers : filiale du groupe éponyme,
produits agricoles et • L’Agence française de
spécialisé dans le conseil
en innovation et l’ingé-
alimentaires développement, nierie avancée dans diffé-
• Proparco, filiale de rents secteurs (notamment
L’Union européenne et le Maroc l’AFD dédiée au finan- aéronautique, automobile,
ont franchi une nouvelle étape le cement du secteur énergie et ferroviaire).
privé, Diplômée de Bretagne
16 janvier 2015 en concluant un accord
Telecom et de l’Ecole natio-
sur la protection mutuelle de leurs • Le Centre d’Etudes nale des Ponts et Chaus-
indications géographiques (IG) de financières, Econo- sées, Mme Chami a occupé
produits agricoles et alimentaires. miques et Bancaires (CEFEB), basé à Marseille, jusqu’alors plusieurs postes
Celui-ci témoigne d’une convergence • Le Fonds français pour l’environnement mondial de responsabilité au sein du
de vues sur des questions telles que (FFEM), dont l’AFD assure le secrétariat. groupe OCP La CO-
la politique de qualité, la protection FACE maintient, comme
du consommateur et la propriété en 2013, le Maroc dans
Maroc, premier bénéficiaire de l’AFD
intellectuelle et vise à stimuler les la catégorie A4 (niveau
Le Maroc est aujourd’hui le premier bénéficiaire des finance- convenable) pour le risque
échanges commerciaux de ces produits
ments de l’AFD avec une exposition (encours + reste à verser) pays et l’environnement
entre le Maroc et les pays de l’UE.
de 2 565 M €. des affaires. Le Maroc est
Ce document devra être ratifié par
La stratégie de l’AFD s’articule autour de 4 objectifs princi- ainsi classé dans la même
le Conseil et le Parlement européen, catégorie que l’Espagne et
ainsi que par les autorités législatives
paux, en phase avec les priorités du Royaume :
• Valoriser le capital humain par une approche intégrée le Brésil.
marocaines, avant d’entrer en vigueur. L’avis du Conseil
L’accord contribuera à mieux protéger éducation-formation-emploi : soutien à la formation de
économique, social et
les consommateurs en leur évitant compétences adaptées aux secteurs d’avenir et au renfor- environnemental sur la
d’être abusés sur l’origine véritable et cement de l’accès à l’éducation et de la qualité de l’ensei- saisine relative au projet
la qualité du produit. Un mécanisme gnement, de loi n°86-12 relative aux
de mise à jour et de consultations • Soutenir la modernisation des TPE/PME : notamment à contrats de partenariats
travers l’appui des petits exploitants agricoles, public-privé a été publié au
régulières, notamment pour inscrire
Bulletin officiel du 15 jan-
de nouveaux produits sur la liste • Promouvoir l’attractivité des territoires : soutien à l’amé-
vier 2015. A suivre
des indications géographiques, nagement urbain et touristique, à la modernisation des Maroc Telecom a finalisé
participera du suivi de cet accord. transports et au développement des services essentiels l’acquisition des filiales
«Cet accord constitue une véritable (eau et électricité), du groupe émirati Etisa-
chance pour nos producteurs et en • Gérer la rareté des ressources naturelles et lutter contre lat (474 M €) présentes au
particulier pour les plus petits d’entre le dérèglement climatique : appui au Plan solaire maro- Bénin, en Côte d’Ivoire, au
eux, qui ont un savoir-faire très Gabon, au Niger, en Répu-
cain, financement de l’adaptation de l’agriculture au
authentique, d’optimiser la valeur blique Centre-africaine et
changement climatique en partenariat avec le FFEM et au Togo, ainsi que de Pres-
ajoutée de leur production», a indiqué d’une éco-cité. tige Telecom, qui fournit
le Ministre marocain de l’agriculture,
des prestations IT pour le
Aziz Akhannouch.
Accompagnement des politiques publiques et appui au compte des filiales d’Eti-
Le Maroc est le premier des voisins salat dans ces pays
secteur privé
méridionaux de l’Union européenne Les deux indices boursiers
à souscrire à un tel accord. A ce jour
L’AFD accompagne principalement les politiques publiques
de référence de la place
le Maroc dispose d’une vingtaine
marocaines par des prêts concessionnels (souverains et non
casablancaise (MASI et
d’IGs (huile d’olive, miel, safran, datte, souverains – sans la garantie de l’Etat) et non concessionnels, MADEX) ont enregistré en
clémentine, agneau…) dont la plus ainsi que par des subventions. 2014 des hausses respec-
emblématique est celle sur l’huile Pour sa part, Proparco apporte un appui au secteur privé ma- tives de 5,55 % et 5,73 %,
d’argan, contre environ 3000 au rocain, notamment à travers le refinancement des banques après trois années consé-
locales (financement en devises à long terme), l’appui aux cutives de baisse. Soutenue
sein de l’UE. Les IGs produites sur le
par l’introduction en bourse
territoire européen et protégées au banques marocaines dans leur développement en Afrique
mi-décembre des Rési-
titre de l’accord, seront enregistrées au subsaharienne, le capital-investissement dans des PME en dences Dar Saada, la capi-
Maroc sur le registre de l’OMPIC, sans direct ou à travers de fonds d’investissement. talisation a, quant à elle,
frais pour la partie européenne. progressé de 7,39 % et at-
baularde@afd.fr teint ainsi 484,5 Mds MAD
Z michel.helfter@dgtresor.gouv.fr fin 2014.

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 19


L’invitédeConjoncture

« Le Maroc a
tous les atouts
pour devenir un
véritable hub
Jaouad Hamri,
régional. »
Directeur de l’Office des Changes

Conjoncture reçoit ce mois-ci Jaouad Hamri, Directeur de l’Office


des Changes.
Conjoncture : Jaouad En résumé, vous avez réussi à ramener une
Hamri, comment expliquez-vous le succès de grande partie des « fraudeurs » dans l’économie
l’opération « contribution libératoire » et ça a marocaine, comment imaginez-vous la suite ?
rapporté combien à l’Etat pour l’instant ? Est-ce que cela veut dire que cette période
où certains essayaient de « passer entre
Jaouad Hamri : La les gouttes » est révolue ? Et quelles seront
Confiance. La confiance placée par les maintenant les règles et les sanctions pour les
marocains dans leur pays et son économie. contrevenants ? Et aurez-vous les moyens de
La confiance mutuelle entre Administration, « surveiller » les investissements marocains à
banques et médias. La confiance a été le maitre l’étranger ?
mot durant toute cette opération. Sans parler de fraudeurs, la contribution
La contribution libératoire a été l’occasion libératoire a été une opération qui a permis à des
de montrer la parfaite synergie entre la DGI personnes en infraction à la réglementation des
et l’Office des Changes sous la tutelle du changes de pouvoir régulariser leur situation
Ministre de l’Economie et des Finances. Elle vis-à-vis de la législation et de la réglementation
a montré également la forte implication du marocaines. En matière d’avoirs à l’étranger, les
secteur bancaire à travers les campagnes infractions sont de deux types des infractions
de communication menées par plusieurs pour constitution irrégulière d’avoirs à
banques en faveur de la mesure et surtout la l’étranger ou, tout simplement, des infractions
grande réactivité dont a fait preuve l’Office des pour défaut de déclaration.
Changes par des circulaires, lettres, guides de Ceci dit, dire que la période où certains essayaient
place, FAQ, en vue de répondre à toutes les de passer entre les mailles du filet est révolue,
interrogations des banques et de leurs clients serait très optimiste, mais nous travaillons pour
D’un autre côté, nous avons bénéficié d’une que les possibilités pour que des contrevenants
conjoncture internationale très favorable puissent éviter d’être identifiés, soient réduites
notamment grâce aux décisions de l’OCDE au maximum.
en faveur de la transparence fiscale Nous avons un système d’information très
internationale. performant qui permet aux équipes du contrôle

20 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


sur pièces et sur place de disposer d’informations le système bancaire sans passer par la case
« fraiches » et fiables et ce, sans aborder le flux autorisation préalable de l’Office des changes.
d’informations qui nous parviendront suite à Pour l’année 2015, nous avons décidé de donner
l’activation des échanges d’information mis en un nouvel élan à notre réglementation en
place par les différents accords bilatéraux et travaillant sur deux aspects des plus importants,
multilatéraux. à savoir : la justesse juridique et rédactionnelle
des termes utilisés et la pertinence économique
Le Maroc est très offensif à l’export et le terme des dispositions réglementaires elles-mêmes.
de « hub » est très souvent utilisé notamment Nous avons constitué des équipes projet qui
pour le développement vers les marchés ont travaillé sur tous les thèmes que traite la
africains, est-ce que tout ça n’est pas un peu réglementation avec l’implication des différentes
rapide ? Le système financier marocain est– parties prenantes et actuellement, en associant
il prêt pour faciliter le développement des les banques à travers le GPBM, nous sommes
entreprises marocaines à l’étranger et rassurer à la dernière étape pour parvenir à un livrable
des investisseurs chinois, russes, étrangers en qui puisse répondre aux attentes de toutes les
général ? parties concernées, citoyens, opérateurs et
Le Maroc a tous les atouts pour devenir banques.
un véritable hub régional et une véritable
plateforme tournée vers l’Afrique. A cet égard,
La réglementation marocaine des changes « Dire que la période où certains
constitue un des arguments les plus importants
dans l’offre marocaine. essayaient de passer entre les
Il faut préciser que les investissements
étrangers au Maroc bénéficient d’un régime
mailles du filet est révolue, serait
de convertibilité depuis 1988. Ce régime très optimiste. »
garantit trois libertés fondamentales qui sont
recherchées par tout investisseur étranger, à
savoir : Les principales mesures 2015 :
• la liberté d’investir ; • les comptes convertibles à terme (CCT)
• la liberté de transférer les revenus seront supprimés, permettant à l’étranger
d’investissent ; la possibilité de convertir ses opérations
• Et la liberté de transférer le produit de cession de succession et produits de cession de ses
de l’investissement (plus-value comprise). investissements au Maroc, sous condition
D’un autre côté, nous accordons une attention de présentation de document prouvant
particulière aux opérations d’investissement qu’il quitte définitivement le territoire
et d’exportation, effectuées sur le continent national. Cette mesure profitera également
africain et nous restons très attentifs aux aux enfants de MRE ayant décidé de vivre
attentes des opérateurs, ce qui nous permet à l’étranger.
d’être très réactifs. • A la place des 40 000 dhs actuellement en
vigueur, le montant de la dotation touristique
On annonce pour cette année un certain nombre sera libéralisé et assujetti à un taux en
de mesures qui respectent l’engagement que le fonction de l’IR dans la limite de 100 000 à
Maroc avait pris en 1993 avec le FMI, un accord 150 000 dirhams par an par personne.
qui visait à libéraliser les opérations courantes. • Libéralisation progressive des importations.
Est-ce qu’on peut parler d’un changement de Autorisation des paiements par anticipation,
culture ? Et d’une véritable réforme du contrôle avec une limite fixée à 1 million de dirhams
des changes ? pour les opérateurs catégorisés par
Le 21 janvier 1993 est une date très importante l’Administration des douanes et impôts
dans l’histoire de l’Office des changes parce indirects (ADII), et à 200 000 dirhams pour
qu’elle marque l’adhésion du Maroc à les opérateurs non catégorisés.
l’article VIII des statuts du Fonds Monétaire • Suppression de l’obligation de trois ans
International, qui prévoit, entre autres, d’ancienneté pour les entrepreneurs
l’institution d’une convertibilité du dirham pour marocains souhaitant investir à l’étranger.
les opérations courantes. L’investissement des Marocains sera
La convertibilité du dirham pour les opérations conditionnée par une autorisation préalable.
courantes signifie que les transferts en règlement
de ces opérations s’effectuent directement via Propos recueillis par Franck Mathiau

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 21


EchosMaroc

Indicateurs économiques
et financiers
Retrouvez chaque mois dans Conjoncture les principaux
indicateurs économiques et financiers du Maroc.
Une rubrique réalisée par MAROGEST.
I - Marché Boursier
Renversement de tendance, une première depuis 2010
Après trois années de dégringolade aux lourds bilans, le marché
boursier se fraye enfin un chemin dans le vert, augurant d’une belle
éclaircie à venir.
De concret, avec un indice du marché réalisant une percée de
5,56 % en 2014, et un baromètre des valeurs les plus actives qui
gagne 5,73 %, le cycle de morosité semble rebrousser chemin, face
au regain de confiance qui s’installe auprès des investisseurs. Un
regain de confiance qui s’alimente et verse principalement vers les
blue-chips de la place, notamment vers les deux cimentiers Holcim
et Lafarge qui scellent 2014 sur une performance de 30,4 % et 23,6 %
respectivement. Puis Wafa Assurance qui engrange une plus-value Dans la même veine, et avec un rendement D/Y proche de 5 % et un
de 20,7 %, et Maroc Télécom (+18,5 %), sans oublier Attijariwafa ROE de 20 %, la place de Casablanca constituerait une altérative de
Bank (+12,8 %). A ce titre, la capitalisation boursière s’en est retrou- placement intéressante surtout si nous la comparons avec des pays
vée dilatée de 33,34 Mrds de DH à 484,5 Mrds de DH. Soulignons comme la Tunisie ou l’Egypte qui possèdent un couple (D/Y ; ROE)
que cette croissance de la capitalisation intègre en plus de l’effet de (1,3 % ; 7 %), et (1,8 % ; 6 %) respectivement.
d’appréciation des cours boursiers, l’injection de 5 Mrds de DH liés Le manque de liquidité représente toutefois un véritable frein au
à l’IPO de Résidence Dar Saada. développement de la place boursière marocaine. La volumétrie
S’agissant des forces ayant le plus contribué au sursaut du mar- ayant dégringolé cette année encore pour toucher son plus bas
ché en 2014, on trouve l’arbitrage graduel qui se fait en faveur des niveau depuis 2005.
actions, en relation aussi bien avec l’amélioration des finances
Un dynamisme qui va de mal en pis
Le volume global de la place casablancaise a enregistré en 2014 un
recul de 18,8 % comparativement à 2013 pour se situer à 39,4 Mrds
de DH. Cette baisse est entièrement imputable à la contraction des
échanges sur le marché de blocs (-46,5 % à 11,8 Mrds de DH) suite à
la non-récurrence de l’opération de transfert des actions JLEC déte-
nues par les différentes filiales de TAQA à leur maison mère. Le mar-
ché central qui s’accapare 70 % du volume accuse en revanche un
léger raffermissement des échanges, en passant de 26,5 à 27,6 Mrds
de DH. Les opérations demeurent toutefois concentrées autour des
Blue-chips de la place, avec en tête de liste ATTIJARIWAFA Bank
qui brasse 5,1 Mrds, suivie par ADDOHA qui canalise 3,1 Mrds de
publiques, qu’avec les deux épisodes de la baisse du taux direc- DH, puis BMCE et IAM qui arrivent ex aequo avec 2,4 Mrds brassés
teur survenue durant le deuxième semestre, qui compriment sans par chacune entre elles. Notant que ces quatre valeurs concentrent
relâche les rendements obligataires. Figure en deuxième lieu, le à elles seules 49% du volume du marché Central.
rehaussement de la pondération du Maroc dans l’indice MSCI
Frontières Market qui a longtemps stimulé la surenchère sur les
neuf valeurs de cet indice. S’ajoute à cela, les anticipations globa-
Volumétrie du marché des actions en MDH
lement favorables dressées au sujet des réalisations des sociétés de
la cote, motivées par la baisse du prix du pétrole, et l’amélioration
du climat des affaires. Notant par ailleurs, que la performance du
Masi en 2014 reste assez conservée par rapport aux réalisations des
principales places comparables de la région Mena et du continent,
comme c’est le cas de l’Egypte qui progresse de 32 %, de la Turquie
(26 %), du Qatar (18 %), et de la Tunisie (16 %). Cependant le retard
qu’accuse le Maroc en termes de performance sur les quatre der-
nières années lui permet d’améliorer son attractivité par rapport
aux différentes places internationales.

22 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Indicateurs économiques et financiers

Parallèlement, le marché de gré à gré a été animé par quatre grandes de liquidité est passé de 69 Mrds de DH en 2013 à 40 Mrds de DH
opérations : La plus importante est la cession par la SNI de 21,75 % à fin 2014, soit une atténuation de 42 %. Cette performance trouve
du capital de Central Laitière à Gervais Danone pour un montant essentiellement son origine dans le raffermissement des réserves
de 3,1 Mrds de DH ; La deuxième, concerne les 6 % de participation internationales nettes dont les données du mois de décembre
de l’Etat marocain dans le capital de la BCP qui ont été transmis aux indiquent que leur encours s’est amélioré de 20,3 % pour s’établir
BPR pour une valeur de 2,05 Mrds de DH ; la troisième plus grande à 180,8 milliards de dirhams, soit l’équivalent de 5 mois et 9 jours
opération, d’un montant de 1,9 Mrds de DH, a concerné Cosumar, d’importations.
suite à la vente par SNI de 24,2 % de son capital à un consortium En revanche, la circulation de la monnaie fiduciaire et à l’instar de
d’institutionnels marocains; Pour la dernière, il s’agit de l’acquisi- l’année précédente a exercé un effet restrictif sur la liquidité bancaire
tion par Holmarcom de 30 % du capital d’Atlanta, à 1,2 Mrds de DH. et ce suite à l’accumulation de la période estivale et la fête d’Aïd El
Adha.
Bonne orientation des secteurs D’autre part, la décision de la Banque Centrale de revoir le taux de
Au volet des performances sectorielles, 15 secteurs sur les 22 de la la réserve monétaire en mois de mars 2014 a été à l’origine d’une
cote affichent une performance annuelle positive, contre seulement injection de liquidité de quelques 8 Mrds de DH.
9 en 2013. Le secteur « Transport » se dresse en tête du peloton, avec
une progression de 48,33%, redevable à la performance de CTM qui Conditions de liquidité sur le marché monétaire
se trouve fortement convoitée par les investisseurs en raison de sa
en 2014
généreuse politique de distribution de dividende. A son tour, le
secteur « Ingénierie » s’adjuge une croissance de 43,62 % due à la
spectaculaire ascension de Stroc Industrie (+107 %), portée par son
retour à une activité bénéficiaire. Pour sa part, le secteur « Sylvicul-
ture et Papiers », se hisse de 42,62 %. Cette progression saisissante
s’attribue à « Med Paper », qui profite d’un retour d’intérêt pour
l’action après l’annonce par le Ministère du Commerce Extérieur
de l’application du droit anti-dumping sur le Papier en ramette A4
originaire du Portugal.
Au bas de l’échelle, et pâtissant de la contre-performance d’Al-
liances (-43,3 %), d’Addoha (-32,7 %), et de la toute nouvelle recrue
de la cote Résidence Dar Saada (-8,1 %), l’indice « Immobilier » se
rétracte de 28,5 %. L’indice « Mines » plombé par l’érosion des cours
des métaux à l’international cède quant à lui 15,91 %. De même,
l’indice des « Sociétés de financement » lâche 10,2 % entrainé par le Face à cette amélioration, la Banque Centrale, dans un objectif de
retrait de ses quatre valeurs « Eqdom :-18,8%, Axa Crédit : -11,95 %, maintenir les taux monétaires proches du taux directeur, a réduit
Maroc Leasing : -10,0 %, et Taslif : -5,49% » évoluant toutes dans un son emprise sur le marché monétaire. En effet, le montant global de
contexte difficile, sous l’effet de la décélération de la croissance des ses interventions sur le marché est passé de 72 Mrds à 42 Mrds de
crédits et de la montée en flèche des créances en souffrance. DH, soit une baisse de 42% comparable à celle du déficit de liquidité.
Ainsi, Bank Al-Maghrib a injecté de la liquidité essentiellement à
Que nous réserve, enfin, 2015 ? travers les avances à 7 jours dont le montant à fin décembre s’est
Coté perspectives, nombreux sont les signaux qui prédisent chiffré à 23 Mrds de DH et 18,9 Mrds de DH par des prêts accordés
une accélération de la hausse du marché des actions en 2015. A dans le cadre du programme de soutien au financement de la TPME.
commencer par l’environnement général des affaires qui s’annonce Dans ces conditions, le TMP sur le marché interbancaire est revenu
plus porteur qu’en 2014, avec des investissements publics en de 3,03 % en 2013 à 2,50 %, en relation avec la décision du conseil
progression de 13 % à 49,2 Mrds de DH, et une croissance du PIB de Bank Al-Maghrib d’abaisser le taux directeur à deux reprises de
attendue autour de 4,44 % (vs 2,5 % en 2014). Pour sa part, la baisse 3% à 2,5 %. Dans le même sens, La rémunération de la pension livrée
du prix du pétrole profitera indubitablement à l’ensemble du tissu jj a perdu 50 pbs.
économique à travers la réduction des charges sur l’ensemble de
la chaine de production. A la bourse de Casablanca, cette baisse III -Marché Obligataire :
profitera davantage aux entreprises opérant dans le transport, et S’il y’a une caractéristique principale du marché obligataire en 2014,
le BTP. Coté opérations stratégiques, deux grandes introductions c’est à l’évidence la baisse exceptionnelle des taux d’intérêt. Les
en bourse sont attendues en 2015 (Marsa Maroc, Total Maroc), ce principaux éléments qui expliquent ce fait sont, d’une part, la baisse
qui fera le bonheur des investisseurs en quête du papier frais et de de l’offre du Trésor en BDT suite à l’amélioration de son besoin de
bonne qualité. Aussi, les cessions de participations de SNI dans le financement et, d’autre part, au raffermissement des conditions de
capital de Cosumar et Centrale Laitière apporteront un nouveau la liquidité. En outre, la décision de la Banque Centrale d’abaisser,
souffle au marché. Par ailleurs, la baisse des taux obligataires à deux reprises, le taux directeur en septembre puis en décembre
devrait accentuer le basculement des flux financiers en faveur des 2014 a constitué un facteur accélérateur de la tendance baissière.
Actions, surtout que le marché ne s’attend pas à une remontée En effet, les finances publiques ont affiché une nette amélioration
rapide des taux : Actuellement, la rémunération des obligations 10 sur l’année 2014. Le déficit budgétaire et après trois années
ans et 20 ans est inférieure au rendement du dividende en bourse, d’aggravation, est passé de 7,3 % en 2012 à 4,9 % en 2014. Il est
de quoi charmer les investisseurs, même les plus récalcitrants. ressorti, à fin décembre à 40 Mrds de DH contre 50 Mrds de DH
un an auparavant. Le besoin de financement, quant à lui, accuse
II- Marché Monétaire : un recul de 10 % à 46,7 Mrds de DH. Cette amélioration trouve son
L’année 2014 a été marquée par une nette amélioration des origine dans la décompensation des produits pétroliers dont le poids
conditions de liquidité sur le marché monétaire. En effet, le déficit accuse un retrait de 21% et une augmentation de 3 % des recettes

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 23


EchosMaroc
fiscales. Néanmoins, le solde ordinaire demeure négatif et ressort à courbe et une performance exceptionnelle (à deux chiffres) pour les
17,4 Mrds de DH en quasi-stabilité par rapport à l’année dernière. titres obligataires moyen et long terme.
Capitalisant essentiellement dans son aisance financière, le
Trésor a limité son recours aux marchés des adjudications. La Evolution de la courbe primaire des taux
demande, quant à elle, s’est inscrite en augmentation continue en
lien avec l’amélioration de la situation de la liquidité. Ainsi, une
pression baissière s’est exercée tout au long de l’année 2014 sur les
rendements obligataires. En chiffres, les levées brutes du Trésor se
sont élevées à 78,5 Mrds de DH contre 175,2 Mrds de DH en 2013,
tandis que les soumissions des investisseurs ont connu, de leur part,
une hausse de 34 % à 553,4 Mrds de DH. Eu égard à ces éléments, le
taux de satisfaction des séances primaires est ressorti à un niveau
faible de 14 %.

Evolution trimestrielle des levées nettes du


Trésor
S’agissant du marché secondaire des Bons du Trésor, le volume
transactionnel s’est élevé à 170,7 Mrds de DH au titre de l’année 2014
contre 172,8 à fin 2013, soit un retrait de 1,2 %. Ce léger recul de la
liquidité s’explique principalement par le manque de titres ressenti
tout au long de l’année obligeant les opérateurs à adopter la stratégie
du « Buy & Hold » dans un contexte marqué par la baisse des taux.
Dans le registre du marché de la dette privée, le volume global des
émissions des Titres de Créances Négociables TCN à fin 2014 a
avoisiné les 65,6 Mrds de DH portant ainsi l’encours global de ces
instruments à 89 Mrds de DH. En comparaison avec l’année 2013,
les émissions de TCN se sont inscrites en hausse de 8 %.
Les levées nettes du Trésor, quant à elles, ont affiché un retrait de En termes de répartition, les banques ont été les plus actives sur le
79,4 % à 12,1 Mrds de DH. Ces dernières se sont même inscrites marché des TCN, en atteste la concentration des Certificats de Dépôts
en territoire négatif pendant le troisième trimestre témoignant qui s’accaparent 81 % du total des émissions. 4
par moment d’une relative aisance des besoins de financement de
l’argentier de l’Etat. Aussi, on notera que le comportement du Trésor
sur le marché de la dette interne a été marqué par une gestion active
de sa dette ayant pour but de rallonger la durée moyenne de son
Loi de Finances 2015
portefeuille en i) privilégiant les maturités moyennes et longues
Comme à l’accoutumée, la fin de l’année a été marqué
de manière et ii) initiant des programmes d’échange de titres court
terme contre d’autres de maturités plus longues. par le débat sur le projet de Loi de finances qui intervient
contexte particulier tourné vers la consolidation du
Structure trimestrielle des soumissions BDT modèle du développement national afin de pouvoir
Trimestre <= 52 semaines 2 à 5 ans >= 10 ans intégrer le club des pays émergents. Dans ce sens, le
T1 31,9% 45,8% 22,4% gouvernement a visé 4 objectifs fondamentaux : le
T2 39,3% 39,1% 21,6% rééquilibrage des finances publiques et rééquilibrage
T3 46,5% 30,5% 22,9% du cadre macroéconomique, la relance de l’économie
nationale (amélioration de la compétitivité, stimulation de
T4 35,4% 39,0% 25,6%
l’investissement, etc.), le soutien à la cohésion sociale et
2014 35,7% 41,2% 23,2%
l’accélération des réformes institutionnels et structurelles.
Structure trimestrielle des levées BDT Ainsi, une poursuite de l’amélioration des finances de
Trimestre <= 52 semaines 2 à 5 ans >= 10 ans l’Etat est ainsi une priorité majeure de la Loi de finances
T1 7,9% 44,4% 47,7%
2015 ; le déficit budgétaire devrait être ramené à 4,3 % du
PIB. Pour ce qui est de son financement, le Trésor prévoit
T2 16,0% 43,5% 40,5%
une sortie plus importante sur le marché international
T3 32,9% 15,6% 51,5%
qui devrait avoisiner les 24 Mrds de DH, soit 57 % de son
T4 26,8% 48,6% 24,6% besoin global.
2014 17,7% 42,6% 39,7% Par ailleurs, une règle régissant la politique d’endettement
de l’Etat a été instaurée consistant en le financement
Sur le plan des rendements, la courbe des taux d’intérêt a connu en
2014 des variations à la baisse historiques allant de 100 points de exclusif des investissements, qui devraient augmenter de
base pour les taux court terme à 200 points de base pour les taux 12,5 %, par le recours à l’endettement
long terme engendrant ainsi un mouvement d’aplatissement de la

24 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


ZOOM
p. 26 La finance islamique ou participative va t-elle bientôt booster les
économies du Maghreb ?
p. 28 La finance islamique : un nouveau système anti-crise ?
p. 30 Interview de Youssef Baghdadi, Président du Directoire
du DAR ASSAFAA
p. 32 Les produits de la finance islamique au Maroc

® DR

La finance islamique
Depuis sa création, la finance islamique a connu une croissance
exceptionnelle. Le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque
mondiale et d’autres organismes financiers internationaux estiment que
les avoirs des banques islamiques ont été multipliés par neuf entre 2003
et 2013, soit une progression de 16 % par an. Attiré par la perspective de
financements venus du Golfe et de nouveaux dépôts bancaires, le Maroc
s’inscrit avec beaucoup de retard dans une tendance mondiale. La finance
islamique, c’est le zoom du mois.
Dossier coordonné par Franck Mathiau
15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 25
ZOOM La finance islamique

La finance islamique ou
participative va-t-elle bientôt
booster les économies du
Maghreb ?
Après la Tunisie, le Maroc adopte la finance islamique ou participative.
Une nouvelle loi, des filiales affichées de BMCE, BCP et Attijariwafa
bank, et déjà un accord fructueux en 2014 entre la SAMIR et la Société
Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC),
membre du groupe de la Banque Islamique de Développement.

S
ecteur de l’économie en croissance un contexte de crise économique mondiale,
permanente depuis 5 ans, la finance le succès croissant de ce nouveau type d’éco-
islamique représenterait actuelle- nomie peut s’expliquer par une recherche de
ment à peine 1% du total des actifs l’« éthique » de certains consommateurs, et par
Le succès financiers mondiaux, soit 1400 à l’immense marché potentiel de 1,6 milliards de
1800 milliards de dollars avec une mulsulmans à travers le monde, un marché que
croissant de ce progression annuelle de 15 à 20%. Si la place cherchent à conquérir les banques et les Etats.
boursière de Londres est devenue cette année le
nouveau type plus grand centre financier islamique du monde La finance islamique, une alternative «sous
d’économie occidental, les principaux acteurs du secteur se contrôle».
trouvent encore dans les pays musulmans, prin- Si la naissance de la finance islamique est toute
peut s’expliquer cipalement en Iran, aux Emirats Arabes Unis, aussi « ancienne » que la religion, le concept
au Koweït, au Qatar, en Malaisie et en Arabie de l’industrie bancaire ou d’investissements
par une Saoudite. Cette finance participative compa- basés sur les préceptes de l’Islam n’a réellement
recherche de tible avec les principes de la Sharia, interdit la « émergé » que dans les années 60, avec notam-
spéculation, les intérêts et toutes sortes de frais ment la création de la Banque Sociale en Egypte.
l’« éthique » spécifiques pour les prêts d’argent. Elle impose La finance islamique a ensuite connu une crois-
de certains le partage des profits et des pertes et ne per- sance exponentielle dans les années 70/80, avec
met pas les investissements dans des secteurs la création de plusieurs banques dans les pays
consommateurs. illicites (tabac, alcool, jeux d’argents). Dans du CCG (Le Conseil de Coopération du Golfe).

35 % des PME de la région MENA cherchent des solutions qui


respectent la Sharia.
L’offre de finance islamique destinée aux petites et
moyennes entreprises (PME) dans les pays du Maghreb
n’est pas à la hauteur de la demande, selon un rapport publié par la Société Financière
Internationale (SFI).
Seules 17 % des banques islamiques de la région proposent des produits destinés aux
PME, soit 19 points de moins que les banques traditionnelles.
Pour le moment, la finance islamique focalise son offre sur les grandes entreprises et
les particuliers. Cependant, le rapport considère que l’environnement réglementaire
est pour beaucoup dans l’absence de produits de finance islamique pour les PME.

26 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


L’Egypte a en effet connu la création de la toute Projection de l’encours des actifs bancaires islamiques
première structure financière, inspirée des prin-
cipes de l’Islam. Il s’agit de la société d’épargne
en 2015 dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du
de Mit Ghamr (petit village d’agriculteurs) Nord (en Mds de dollars)
Initié par l’économiste Ahmad EL NAGGAR,
ce type de caisse d’épargne n’avait, au départ,
aucune prétention « islamique », mais consistait
plutôt à rassembler les agriculteurs qui souhai-
taient mutualiser leurs ressources pécuniaires.
Il faut savoir que la population du village se
méfiait beaucoup du concept des « banques
classiques » ce qui les a poussés vers cette nou-
velle forme de bancarisation.
Mit Ghamr a donc connu la création d’un sys-
tème tontinier d’entraide, par le biais du micro-
crédit, afin de subvenir à leurs besoins.
Il s’agissait, avant tout d’un concept de banque
sans intérêt qui proposait à ses bénéficiaires des
prêts à court terme, à des fins de production. Source : Rapport ERnest&Young 2012
Objectif : Attirer des fonds pour investir dans
des projets répondants aux « critères » de la
Sharia, et proposant un partage de bénéfices A retenir :
entre investisseurs. Le secteur de la finance islamique connait,
Les villageois ne pratiquaient aucune distribu- depuis les années 1990, une croissance à deux
tion ou prise d’intérêts. Ils favorisaient plutôt chiffres.
les prises de participations et les financements Les banques répondants aux principes de la
directs. En ce sens on peut dire que la finance religion musulmane sont de plus en plus encou-
islamique moderne vit le jour à cette époque. ragées dans différents pays et leur nombre ne
Ce qui était parti pour être un petit projet par- cessent d’augmenter.
ticipatif a finalement connu un énorme suc- La finance islamique n’est désormais plus
cès en Egypte, grâce notamment à une bonne Le concept une « affaire » de petites banques, puisque de
connaissance de la conjoncture économique plus en plus de grandes structures adoptent
égyptienne et à une bonne maitrise de la ges-
de l’industrie
ou créent des départements dédiés à la finance
tion des risques. bancaire ou participative.
Mit Ghamr a cependant été abandonné, à cause
des problèmes politiques du pays. d’investisse- Dates :
ments basés sur L’année 1969 verra la création, en Malai-
L’évolution des actifs de la finance sie, d’un fond islamique d’entraide appelé le
les préceptes Tabung Hadji.
islamique dans le monde Un fond qui existe toujours et qui a pour objec-
de l’Islam n’a tif d’aider financièrement les personnes qui
réellement voudraient effectuer le pèlerinage.
La même année connaitra la naissance du Dal-
« émergé » que lah Albaraka Group. Un conglomérat d’entre-
dans les années prises puissant dont fait partie l’Albaraka Ban-
king Group.
60. 1970 sera l’année de naissance du premier
sharia board, « sharia supervisory board »,
indépendant et initiateur de la gouvernance
bicéphale des banques islamiques.
En 1972, les égyptiens de milieu modeste ont pu
adhérer à la Nasser Social Bank.
Le concept était de proposer des services
conventionnels et parallèlement proposer des
services islamiques tels que la collecte et la
redistribution de la Zakat ou le financement
du Hadj.
Source: The Banker
Khouloud kebali Sajid, journaliste

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 27


ZOOM La finance islamique

La finance islamique : un
nouveau système anti-crise ?
Alors que de plus en plus de pays courent après une croissance
positive et durable, plusieurs économistes étudient la finance
islamique et commencent à se demander si ce système bancaire n’est
pas une solution contrôlée pour réguler la crise.

L
a finance islamique a su se frayer banques islamiques, les nouvelles structures
un chemin dans les plus grandes participatives seront soumises à la régulation
capitales européennes. S’adres- du Conseil Supérieur des Oulémas (CSO).
sant la plupart du temps aux dif- Le CSO devra se pencher sur chaque dossier de
férentes communautés musul- création d’une banque participative, étudier les
manes résidant sur le vieux « critères » de ces créations pour délivrer, ou pas,
continent, la finance islamique a fini par « trou- son avis et donc son aval.
ver sa place ». Les investisseurs potentiels dans ce « nouveau
En Italie, les investissements de la finance isla- marché » devront également se plier à une condi-
mique ont augmenté de 60 %, en 2014 et se sont tion : envoyer un rapport d’évaluation annuelle
élevés à un milliard de dollars. au Conseil des Oulémas (CSO).
Selon le président de l’Union industrielle de Il s’agira, entre autres, de définir la légalité de
Turin, ce chiffre, assez minime par rapport aux leurs activités, ce qui risque d’être une mission
1900 milliards de dollars investit dans le monde, délicate pour le Conseil des Oulémas (CSO) qui
à travers la finance islamique, est en forte pro- devra éviter tout chevauchement avec les activi-
l’appellation gression. tés de la Banque Centrale du Maroc.
« Banque En 2014, le Luxembourg a été décrit comme « la
Capitale Européenne » de la finance islamique. Pour infos :
Islamique » Le ministre luxembourgeois des Finances, Les banques dites participatives seront toujours
Pierre Gramegna, s’est même exprimé lors du sous la supervision de Banque Al Maghrib.
n’aura pas sa IFN Europe Forum, en décrivant la finance isla- L’autorisation de cette dernière sera toujours
place dans mique comme « l’un des principaux canaux de sollicitée avant la création de toute structure
diversification de la place ». bancaire…
la sphère La même année, Londres prouve son statut de Ces structures devront également obtenir un
référence comme centre financier européen avec avis de conformité de la part du Conseil Supé-
économique la création de six banques islamiques. rieur des Oulémas. Une autorisation sans
du Maroc. Il laquelle tout structure ne peut être créée.
Le Maroc, sur les pas de la Malaisie ? Les banques participatives seront toutefois sou-
s’agira plutôt Après plus de deux ans de travaux et de procé- mises à une interdiction formelle de percevoir ou
de « Banques dures, la Loi sur les Banques Islamiques vient de verser des intérêts à leurs bénéficiaires.
d’être publiée dans le Bulletin Officiel. Les dépôts des clients servant à financer les
Participatives. Cependant, l’appellation « Banque Islamique » projets lancés par la Banque, la rémunération
n’aura pas sa place dans la sphère économique de cette dernière dépendra principalement des
du Maroc. Il s’agira plutôt de « Banques Parti- dépôts d’investissements de ses clients.
cipatives ».
Selon « Dar Assafaa », première société entière- Une 6ème édition du « Forum Africain de la
ment dédiée à la finance islamique, le potentiel Finance Islamique », rassurante.
de l’épargne dite « halal » est estimée à 70 mil- Il y a quelques jours seulement se tenait la 6ème
liards de DH. Ces 70 milliards n’incluent pas les édition du FAFI. Une édition qui a connu la par-
potentiels placements nouveaux, plébiscités par ticipation de plusieurs intervenants nationaux
les investisseurs des pays du Golfe. et internationaux, tous venus partager leurs dif-
férentes expériences.
Oulémas : Nouveaux « régents » économiques ! Des expériences qui concernent le marché maro-
Bien qu’elles ne portent pas la nomination de cain, mais aussi africain.

28 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Cette 6ème édition du Forum africain de la
finance islamique a permis aux participants, de Marché Takaful dans le Monde $ Md
connaître plusieurs aspects de la finance isla-
mique, mais aussi de poser leurs nombreuses
questions à un parterre d’intervenants spécia-
listes de la question.

En résumé :
Les intervenants se sont accordés sur l’impor-
tance d’un modèle plus inclusif de finance isla-
mique.
L’importance d’innover pour accéder et / ou pro-
poser de bonnes politiques d’implémentations.
Les intervenants se sont également concentrés
sur la réussite des lancements qui se base sur la
qualité des services proposés. Source : Rapport ERnest&Young 2012
Le manque de ressources humaines aptes et
spécialisées qui incarne encore l’un des défis
majeurs rencontrés lors de création de structures BENHLAL, Manager Associé de l’Agence de
liées à Finance Islamique au Maroc. Communication Boomerang (agence spécialisée
Une rencontre décrite comme une vraie réus- dans le domaine de la finance islamique).
site par Youssef Baghdadi, Président du Direc- Anis BENHLAL a également insisté sur l’impor-
toire de Dar ASSAFAA. Dar ASSAFAA qui a tance de la mise en place d’une bonne stratégie
su apporter son savoir-faire considéré comme de marketing et de communication adaptées à
unique sur le marché marocain. différents contextes, mais aussi sur l’étude per-
Dar ASSAFAA qui a également été saluée pour tinente des multiples problématiques liées à la
ses choix stratégiques par les différents opéra- finance islamique ainsi que sur la diffusion de
teurs présents. messages minutieusement réfléchis pour tou-
Lors de cette rencontre, le rôle majeur des agences cher les bonnes cibles.
de communication dans le développement de la
finance islamique, a été mis en avant par Anis Khouloud kebali Sajid, journaliste

Compte bancaire et compte épargne, quelles différences ?


• Compte bancaire : comme en finance classique, toute personne physique ou morale peut déposer des fonds
sur un compte courant qui sont garantis par la banque islamique. Les déposants bénéficient gratuitement
de chéquiers, de services, de transferts de fonds etc. En France par exemple, seule la Chaabi Bank propose
l’ouverture d’un compte bancaire dit « charia-compatible ».
• Les cartes bancaires : dans le cadre de la finance islamique, l’argent ne peut fructifier ex-nihilo. Dès lors, si la
carte bancaire entraine d’autres frais que les frais de gestion, son utilisation est proscrite. Seules les cartes de
retrait et les cartes « Prepaid » sont proposées aux clients des banques islamiques.
• Compte épargne : la thésaurisation est en principe interdite. En finance islamique, les comptes d’épargne
s’apparentent à des contrats épargne en unités de compte proposés en finance classique. Le capital n’est pas
garanti et le titulaire du compte n’a aucun droit de regard sur la gestion de ce dernier.

Quelles différences entre un prêt classique et un prêt « islamique » ?


Un individu décide d’acheter un bien (par exemple une voiture). La banque achète pour le compte du client
ce bien et devient ainsi co-investisseur avec l’emprunteur. Le remboursement s’effectuera sous forme de
versements de loyers augmentés d’une marge bénéficiaire. Cette marge ne s’apparente pas à un intérêt
puisqu’elle correspond à la transformation d’un paiement de court terme en long terme, autorisée par la loi
islamique. Jusqu’ici, il n’existe pas de différence significative entre l’octroi d’un prêt par une banque classique et
une banque islamique.
Par ailleurs, si l’emprunteur présente des difficultés dans le cadre du remboursement de son prêt, la banque ne
peut facturer des pénalités de retard (aucune réalité ne le justifie : il n’existe pas d’actif sous-jacent).

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 29


ZOOM La finance islamique

« Je pense que le
Maroc s’est inscrit
dans un processus
progressif et
prometteur. »
En s’appuyant principalement sur un savoir-faire spécifique dans
les services financiers alternatifs, DAR ASSAFAA, est devenue la
première société de financement marocaine, strictement conforme
aux pratiques internationales en matière de finance alternative.
Rencontre avec Youssef Baghdadi, Président du Directoire.
Conjoncture : Le 25 novembre, le projet Sur le plan mondial, les Banques participatives ont développé
de loi n° 103.12 relatif aux établissements de crédit et ces dernières décennies plusieurs mécanismes juridico-finan-
organismes assimilés a été adopté à Rabat. Il définit le statut ciers (Mourabaha, Ijara, Moudaraba, Moucharaka, etc.) qui
des banques islamiques au Maroc et précise les produits qui permettent de répondre à tous les besoins de la clientèle (par-
pourront y être commercialisés… Qu’en est-il aujourd’hui ? ticuliers et entreprises) en produits de financement, d’inves-
tissement et de placement et offrent des services bancaires
de qualité en investissant sur des solutions modernes et inno-
Youssef Baghdadi : La loi n° 103-12 a vantes.
été publiée au Bulletin Officiel le 22 janvier 2015. Elle intègre un sta-
tut spécial de banques participatives habilitées à exercer toutes les Il y a eu une sorte d’hésitation au sujet de la finance
activités d’une banque à l’exclusion de toute opération impliquant la islamique, il y a quelques années… A quoi attribuez-vous
perception et le versement d’intérêt, après avis conforme du Conseil cette hésitation ?
Supérieur des Oulémas. Les circulaires d’application de Bank Al- Je pense que le Maroc s’est inscrit dans un processus progres-
Maghrib relatives au processus d’agrément, aux règles comptables sif et prometteur.
et prudentielles ou encore aux schémas de fonctionnement des Bank Al-Maghrib avait autorisé en 2007 les institutions finan-
produits et à la conformité sont attendues pour les prochains mois. cières de la place à commercialiser 3 types de produits dits
Les premiers agréments de banques participatives devraient suivre alternatifs que sont la Mourabaha, l’Ijara et la Moucharaka.
quelques mois plus tard. Trois ans plus tard, en 2010, le Groupe Attijariwafa bank a
lancé Dar Assafaa Litamwil en tant que 1er établissement
Si vous deviez expliquer la Finance Islamique, ce serait financier exclusivement dédié à ces produits.
comment ? Aujourd’hui, les opérateurs bancaires marocains ont une meil-
Les principes universels de la finance islamique dite participative leure maîtrise du secteur de la finance participative et plus de
sont fondamentalement axés sur le respect de la conformité des pro- visibilité sur les potentialités offertes, encouragés en cela par
duits et services aux préceptes du droit des affaires islamique plus la croissance et le niveau de rentabilité intéressants des insti-
communément connu sous le nom de Fikh Al-mouamalat Almaliya. tutions financières islamiques à l’international.
Les 5 principales règles observées sont : L’expérience de Dar Assafaa fait ressortir les mêmes attentes
- l’interdiction de la pratique des intérêts ainsi que de toute forme de la part de la clientèle vis-à-vis des banques participatives
de garantie de profit et ou du capital, que vis-à-vis des banques conventionnelles (offre complète
- l’interdiction de la spéculation, des échanges fictifs, du transfert et adaptée, prix compétitif, proximité, qualité de service)
du risque et de la titrisation de la dette, auxquelles se rajoute la conformité. Le nouveau cadre légal
- l’interdiction de toutes transactions non adossées à un actif tan- et réglementaire (loi bancaire, certification de la conformité,
gible ou même sur des biens ou services immoraux ou illicites, loi permettant l’émission de sukuk, réglementation de l’as-
- l’interdiction du Gharar (incertitude élevée ou asymétrie d’infor- surance Takaful, etc.) et les aménagements fiscaux devraient
mation entre les contractants). permettre d’y répondre.

30 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


En 2014, des experts avaient estimé que le - pour les entreprises, le partenaire bancaire
Maroc n’était pas prêt pour accueillir la finance dépasse le rôle du simple intermédiaire finan-
islamique, étiez-vous du même avis ? cier en s’engageant effectivement dans le capi-
Notre expérience du terrain durant les 4 dernières tal des projets, faisant bénéficier l’entreprise du
années d’exercice sur ce marché spécifique, nous supplément de rigueur dans le choix et l’accom-
réconforte dans notre choix stratégique d’investir pagnement des projets ainsi que la continuité de
cette industrie surtout après l’adaptation du cadre l’appui financier afin d’assurer la réussite finale
réglementaire qui était incomplet auparavant. du partenariat,
D’ailleurs les différentes enquêtes quantitatives et - en assurance islamique, dite TAKAFUL, les
qualitatives qui ont été réalisées confirment l’intérêt clients sont à la fois assureurs et assurés. Les
du consommateur à l’égard de ces produits. primes d’assurances reviennent au fonds leur
A cela, se rajoute l’intérêt grandissant des investis- appartenant. La compagnie n’est qu’un simple
seurs des pays du Golfe pour le Maroc aussi bien en gestionnaire pour lequel le remboursement de
tant que marché attractif que plateforme de dévelop- sinistre ne constitue guère un manque à gagner.
pement en Afrique.
Inconvénients :
Estimez-vous que le Maroc s’est suffisamment Après 40 ans d’existence, les bilans des banques
doté de mécanismes pour la Finance Islamique ? islamiques à travers le monde sont constitués prin-
Le Maroc vient de se doter d’une loi bancaire qui s’est cipalement (env. 85%) de produits de dette (Mou-
inspirée des meilleures pratiques à l’international et rabaha, Ijara, Salam, Istisnaa,…) et seulement de
a confié le rôle de certification de la conformité au ~15% de financements participatifs (Moucharaka,
Conseil Supérieur des Oulémas. Moudaraba,…)
Le choix d’un organe national unique pour la certi- Certes, les banques islamiques commencent à
fication du secteur financier participatif permettra prendre conscience qu’il faut diversifier et déployer
l’harmonisation des pratiques financières participa- les autres modes de financement mais cela reste
tives au niveau national et rassurera la clientèle sur encore minime dans les faits. Autre challenge, non
le respect des normes de conformité. Le Maroc a la encore relevé par la finance islamique celui de l’in-
chance d’avoir un Conseil Supérieur des Oulémas clusion financière à travers la microfinance pour
possédant des compétences et une notoriété recon- l’intégration économique des segments qui sont
nues à l’international. jusque là non bancarisables.
Aussi le législateur est en cours d’adoption de la loi de Au Maroc, nous souhaitons capitaliser sur l’expé-
titrisation pour permettre l’émission de Sukuk et un rience des ces 4 dernières décennies, tout en adap-
projet d’amendement du code des assurances pour tant le business modèle aux spécificités du Maroc
inclure le Takaful (Assurance islamique) est lancé en termes de diversification du tissu économique à
dans le circuit législatif depuis l’année dernière. majorité PME & TPE (Agriculture, Artisanat, Indus-
Il reste à poursuivre les aménagements fiscaux pour trie, Services,…).
neutraliser le coût fiscal et permettre à la finance par-
ticipative d’être compétitive. Personnellement, qu’est-ce qui vous a
« poussé » vers une carrière dans la finance
Quels sont les avantages et les inconvénients de islamique ?
la Finance Islamique ? Tout d’abord, je remercie le comité de direction
Avantages : générale du groupe Attijariwafa bank qui m’a
Les principes éthiques universels de la finance isla- nommé à la tête de la filiale Dar Assafaa. Cette nomi-
mique à travers une série de garde-fous, permettent nation est en parfait alignement avec mes propres
une grande stabilité des institutions financières convictions. C’est quelque part joindre l’utile à
et ont des apports positifs non négligeables sur les l’agréable.
plans micro et macro économique. Vous savez, je suis un homme qui aime construire et
En effet : bâtir, et je considère que participer à l’émergence de
- la croissance de l’économie réelle favorisée par la la finance participative dans mon pays n’est pas seu-
tangibilité exigée des actifs financiers, lement un challenge professionnel mais un devoir
- l’incitation à l’affectation directe de l’épargne en national et un devoir envers le groupe Attijariwafa
investissements en raison de l’absence de taux Bank qui a placé sa confiance en moi.
créditeurs jumelée à la zakat,
- l’introduction de la finance participative au Avez-vous eu un moment d’hésitation ?
Maroc permettra une meilleure bancarisation A aucun moment.
et une mobilisation d’une épargne intérieure J’ai toujours cru en la fiabilité de ce modèle et je suis
échappant au circuit bancaire. Aussi, cela pour- heureux aujourd’hui d’avoir cette chance d’apporter
rait permettre des levées de fonds considérables ma pierre à cet édifice fort utile à notre pays.
à l’international notamment à travers l’émission
de sukuk, Propos recueillis par Khouloud kebali Sajid

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 31


ZOOM La finance islamique

Les produits de la finance


islamique au Maroc.
Après plus de deux ans de travaux et de procédures, la Loi sur les
Banques Participatives vient d’être publiée le 22 janvier 2015 dans le
Bulletin Officiel.

© DR
Moucharaka Les produits participatifs Il consiste pour la banque, considérée comme
Ils sont appelés de manière extensive Al Mou- financeur de l’action de fiducie, à avancer un
est l’équivalent charakat, littéralement les associations. Dans capital à l’opérateur de fiducie, à l’objet de
du Capital cette catégorie de produits, la banque se consti- réaliser une opération commerciale détermi-
tue acquéreur de parts ou porteur de parts à née ou monter une entreprise d’exploitation
Investissement, créer dans le cadre d’un projet à caractère com- commerciale ou industrielle déterminée. La
mercial ou industriel, sujet à une exploitation banque, qui apporte les fonds, est appelée dans
avec toutes ses économique profitable et dont les bénéfices et le contrat Rab al Mal, littéralement propriétaire
formes de Seed pertes sont partageables entre la banque et son des fonds, alors que son client, qui s’investit
client. Appelé Profit & Loss Sharing (PLS) ou avec son seul travail est appelé Moudarib, qui
Capital . partage des profits et des pertes, le système est est le fiduciaire (littéralement l’entrepreneur).
fondé sur la règle islamique statuant « qu’il y Les parties se partagent les profits de l’exploi-
a nul bénéfice sans sacrifice ». Ils sont de deux tation ou de l’opération selon un ratio convenu
formes : à l’avance, à la hauteur de leurs engagements
respectifs : le prorata du capital pour la banque
Moucharaka ou association au capital. et le travail fourni pour l’entrepreneur, qui est
Il s’agit pour la banque, de prendre ou créer des manuel, intellectuel ou managérial.
parts ou actions dans une société, en association
avec un partenaire pour une période détermi- Les contrats d’échanges transactionnels
née avant rétrocession ou sortie en bourse. C’est Cette catégorie de contrats, plus diversifiée est
l’équivalent du Capital Investissement, avec connue sous l’appellation de Boyou’e (ventes).
toutes ses formes de Seed Capital, Capital risque, Le principe est différent des contrats de partici-
Capital développement et Capital transmission. pation, car il s’agit pour la banque de financer
des opérations d’achat-vente au profit de son
Moudaraba ou Fiducie. client, moyennant une marge commerciale en
La Moudaraba signifie littéralement « entre- contrepartie d’un délai de paiement, tous deux
prise » au sens de l’action, non de l’institution. fixes et irrévocables. Cela comprend la Moura-

32 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


baha, le Salam, l’Istisna’e, et l’Ijara. Les banques concession de la part de l’Etat, la réalisation de
islamiques pratiquent également le leasing, l’infrastructure, de l’exploiter à son profit pour
sous l’appellation Ijara Tamlikia. une durée déterminée (moyennant redevance
ou pas), puis de la céder à l’Etat, qui en poursuit
La Mourabaha, ou vente à tempérament l’exploitation. Dans les opérations d’Istisna’e
C’est un contrat basé sur la vente simple à tem- des banques islamiques, la phase d’exploitation
pérament, tout à fait légale en Islam, malgré n’est pas prévue.
l’analogie de ses caractéristiques avec le crédit Après la livraison de l’ouvrage, un contrat d’Is-
à intérêt. Cette vente consiste à majorer le prix tisna’e présente des similitudes avec la Moura-
de vente du bien d’une marge commerciale en baha, car la relation débitrice entre la banque
contrepartie d’un paiement différé, à condition et le client est la même, à savoir des échéances
que le surplus fasse partie intégrante du prix à à payer selon un échéancier prédéfini, incluant
terme et ne subisse ni augmentation ni rabais en une marge bénéficiaire préétablie.
cas de raccourcissement du délai de paiement.
Le vendeur peut offrir une palette de choix de L’Ijara tamlikia ou location-vente
prix de vente Prorata Temporis avant la tran- Les banques islamiques ont développé la loca-
saction. La vente doit être réalisée à un prix irré- tion simple aux besoins des entreprises en la
vocable. L’adaptation contemporaine de cette transformant en Ijara tamlikia ou location-
vente à tempérament, consiste pour la banque vente, tout à fait similaire au leasing. Dans la
à acheter un actif ou un bien, à la demande de mesure où les deux contrats de location et de
son client, pour le lui revendre à tempérament, vente du même bien sont indépendants l’un de
en contrepartie d’une marge commerciale. Les banques l’autre, l’opération est autorisée par la Charia.
L’achat de l’actif en fin de contrat doit rester une
Le Salam, ou préfinancement de campagne islamiques ont option, signé simultanément avec l’engagement
Ce contrat consistait pour un agriculteur en développé la de location, mais non opposable au client.
mal de financement au milieu de sa campagne Il est important de noter en conclusion, que
agricole, de vendre tout ou partie de sa future location simple même si la marge de financement est expri-
récolte contre un paiement comptant anticipé, mée en pourcentage de l’encours, voire même
moyennant une décote sur le prix de vente
aux besoins des benchmarkée sur le taux d’intérêt du marché,
estimé au moment de la livraison. Le contrat est entreprises en la elle reste une marge commerciale en vertu de
aujourd’hui étendu au financement du fonds de la nature du contrat, qui est bien une location
roulement dans l’industrie, par assimilation à transformant en de bien à durée déterminée s’achevant par une
l’exploitation agricole. Le client de la banque Ijara tamlikia ou vente à la valeur résiduelle.
contracte alors avec elle une vente différée avec
paiement au comptant. Parmi les adaptations location-vente, Les instruments de titrisation
contemporaines de ce contrat, la banque ne Devant les besoins croissants d’endettement
prend plus possession le terme arrivé du bien tout à fait simi- des instituions publiques et des gouverne-
objet de la vente, mais mandate plutôt le client laire au leasing ments, les contrats de base autant participatifs
pour réaliser la vente en son lieu et place, ce qui que commerciaux développés pour les banques
évite l’implication de l’organisme dans une acti- islamiques n’étaient pas adaptés. Encore une
vité qui ne relève pas de son métier, et réduit fois, et par mimétisme sur les contrats conven-
en même temps le nombre d’intermédiaires, tionnels d’obligations à rémunération fixe par
la vente des biens étant alors opérée naturelle- intérêts, l’ingénierie financière islamique a
ment par leur producteur. produit les Sukuks, littéralement « titres », qui
étaient destinées à un grand succès. Le principe
L’Istisna’e, entre VEFA et BOT générique est simple, il s’agit pour un origina-
Ce contrat inspiré des pratiques ancestrales de teur de titriser non pas une créance, mais un
fabrication sur commande prend aujourd’hui droit de copropriété sur les revenus d’un actif
dans l’immobilier, la forme de la vente en physique déterminé, ou d’un actif émis par un
état futur d’achèvement, prévue par le droit intermédiaire, le SPV (Special Purpose Vehicle),
latin pour la réalisation sur commande des lui-même adossé à l’actif d’origine, qui devient
ouvrages d’habitation et de génie civil, est le sous-jacent. Les droits portent jouissance tant
étendue par les banques islamiques à la réa- que l’actif génère lesdits revenus, et tant que le
lisation d’actifs mobiliers tels les avions ou titre a cours sur le marché avant d’être éven-
navires par exemple. En matière d’ouvrages tuellement racheté par l’originateur.
d’infrastructure, contrairement à l’immobilier,
l’Istisna’e s’assimile à la pratique du Build- Abderrahmane LAHLOU
Operate- Transfer, qui consiste pour un maître Expert en Education, Formation et Management
d’ouvrage financeur de prendre en charge en ABWAB Consultants

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 33


Publicité

34 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Regards d’experts
Experts. Chaque mois dans Conjoncture, des experts
apportent leur regard sur des problématiques qui
vous concernent. Vous aussi, participez à cette
rubrique et partagez votre expertise au sein de notre
communauté d’adhérents.
Contact : conjoncture@cfcim.org

Management
é
rch
perts treprise
Ma
Ex En

La parole au
Campus CFCIM

Juridique Pactes d’Associés : attention aux clauses de sortie


Marché Maroc : derrière le phosphate, un pays riche en minerais
La parole au Campus CFCIM Trouver une stratégie gagnant-gagnant pour
l’expatriation
15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 35
ExpertJuridique

Pactes d’Associés : attention aux clauses de


sortie.
Les pactes d’associés ont cet avantage, entre autres, qui permet
précisément de prévoir la manière dont les associés peuvent se séparer en
bonne intelligence, sans trop de dégâts et sans mettre en péril la personne
morale qu’ils ont créée.
Khalid Lahbabi,
Membre de la Commission Juridique, Fiscale et Sociale de la CFCIM.

A
l’occasion des réu- casuistiques. De plus, elles selon laquelle il est lié par un droit de préférence à l’acqui-
nions que je tiens doivent être rédigées de telle contrat de société aux autres sition des actions objet de
avec mes clients, il manière qu’aucune interpré- associés « B » où l’intuitu per- l’offre d’achat.
m’arrive parfois de recevoir tation quant à leur contenu et sonae est essentiel. La sortie
des couples qui désirent leur portée ne soit possible, des autres associés « B » du La clause de sortie
créer, seuls ou avec d’autres d’où la nécessité d’une par- capital de la société va priver forcée (Drag Along) dite
associés, des sociétés afin de faite maîtrise de leur légalité cet actionnaire « A » de cet aussi clause d’entrainement.
« cadrer » des projets. Systé- d’abord, de la langue utilisée élément de sorte que pour C’est le droit pour un (ou
matiquement, je leur pose la ensuite. lui, il est préférable de sortir plusieurs) associé majori-
question de savoir s’ils ont L’expression « Associés » est en même temps plutôt que taire qui désire céder ses
prévu le mode de règlement utilisée, ici, au sens général. de se retrouver avec de nou- actions à un (ou plusieurs)
des différends qui pour- Elle concerne aussi bien les veaux associés étrangers avec acquéreur d’obliger l’associé
raient naître entre eux s’ils associés dans des sociétés de lesquels il risque de ne pas (ou les associés) restant à
étaient amenés à rompre leur type personnel ou plutôt per- s’entendre sur la vie socié- vendre lui aussi ses actions en
relation conjugale. Imman- sonnel (SARL par exemple) tale. même temps audit acquéreur
quablement, la stupeur et la que les société de capitaux de Cette faculté reconnue à lorsque celui-ci conditionne
contrariété se lit sur leurs type Société anonyme. l’associé « A », que l’on ne son achat à l’achat de la tota-
visages. En y mettant du Quelles sont les clauses retrouve pas dans les statuts, lité des titres de capital de
doigté, je parviens néan- usuellement pratiquées ? peut aussi se manifester en cette société.
moins (du moins je le pense) Cette clause doit être maniée
à leur faire comprendre et avec beaucoup de prudence
admettre qu’il ne faut pas
confondre intérêts matrimo-
« Le pacte définit la car son objet, en définitive,
est d’obliger les associés à
niaux et patrimoniaux. Après manière dont le prix de se défaire de leurs actions,
tout, nous avons un fameux contre leur gré au seul motif
proverbe dans notre culture cession des actions doit que l’acquéreur l’exige. Une
selon lequel on ne sort pas
du bain (maure) de la même
être calculé et arrêté. » expropriation en somme.
C’est la raison pour laquelle
manière qu’on y entre. cette clause, pour être juri-
Les pactes d’associés ont La sortie conjointe cas de cession partielle si les diquement admise, doit
cet avantage, entre autres, (Tag Along) est le droit autres associés « B » bénéfi- être contrebalancée par
qui permet précisément de selon lequel un associé « A » cient d’une offre de prix telle deux droits fondamentaux
prévoir la manière dont les (ou un groupe d’associés), qu’elle ne peut pas laisser reconnus aux associés non
associés peuvent se sépa- minoritaire en général, garde l’associé « A » indifférent. cédants. (i) le droit de se por-
rer en bonne intelligence, la possibilité de céder la tota- Cette règle, est destinée à ter acquéreurs par priorité et
sans trop de dégâts et sans lité des actions qu’il possède tempérer le préjudice que préférence à l’acquéreur tiers
mettre en péril la personne aux mêmes personnes, aux peut supporter un associé (c’est un droit légal dans la
morale qu’ils ont créée. Les mêmes conditions de prix minoritaire du fait de l’appli- SARL mais pas automatique
clauses qui gèrent la sépara- et de paiement qui seraient cation brutale des règles de la dans la SA) (ii) le droit à une
tion, dites clauses de sortie, proposées aux autres action- majorité. sur-rémunération (même
sont nombreuses, variées et naires « B ». Précisons enfin que cette symbolique) de leurs actions.
compliquées à rédiger car Ce droit reconnu à l’asso- faculté est exercée lorsque Ce deuxième droit a été lon-
elles sont particulièrement cié « A » procède de l’idée l’associé « A » décline son guement discuté et combattu

36 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


comme entrainant une discri- tion confortable d’actions. l’effet inverse. La société (ou qu’elle risque de remettre en
mination entre associés mais Dans l’hypothèse où il vient les associés) rachète les parts cause l’existence même de la
aujourd’hui largement admis. à quitter ses fonctions de avec une décote. société.
Il y a des cas spécifiques salarié, le management (les Cette solution, « chirurgi-
dans lesquels cette clause autres associés en général) La clause « buy or cale » est très intéressante
de cession forcée est usuel- répugnent à l’idée qu’il puisse sale » a pour objectif de car elle résout définitivement
lement utilisée et ne soulève continuer à « se mêler » des résoudre rapidement et le problème de la manière
pas d’objections. Laissons affaires de la société. On dis- radicalement un litige entre dont il faut régler le litige et
de coté le cas où on attri- tingue ici deux cas de figure : actionnaires. Comme son le transporte sur un aspect
bue à une personne salariée ou bien le salarié quitte ses nom l’indique suffisamment, purement technique, à savoir
(ou non) une action juste fonctions en bonne entente cette clause permet à l’un des celui de la détermination du
pour compléter le chiffre (good leaving). Le pacte pré- actionnaires (ou à un groupe prix de cession.
de 5 actionnaires dans la SA voit alors que les associés d’actionnaires) de deman- En général, le pacte définit
ou bien pour lui permettre restant (ou la société) vont der à l’autre actionnaire (ou la manière dont le prix de
d’être désignée en qualité rémunérer ses actions avec groupe d’actionnaires) de cession des actions doit être
d’administrateur. La perte une surprime destinée pré- lui vendre la totalité de ses calculé et arrêté, au besoin
de cette qualité entrainant la cisément à lui compenser actions ou bien d’acheter par une expertise externe. Si
cession « forcée » de l’action. un tant soi peu la perte qu’il de chez lui la totalité de ses le litige persiste, il ne pour-
Le cas auquel je pense est va (peut être) subir en les actions si la coexistence entre rait être relatif qu’aux élé-
celui du salarié de la société cédant. Ou bien la société ces actionnaires est devenue ments de cette expertise, ce
qui se trouve en même temps révoque son salarié (bad notoirement pénible et est qui est relativement facile à
associé portant une propor- leaving) et dans ce cas c’est à ce point problématique résoudre.

Conjoncture est désormais en ligne sur www.conjoncture.info !


Depuis le 8 septembre 2014, vous recevez aussi Conjoncture express, la newsletter hebdomadaire de Conjoncture.

Conjoncture, c’est 3 fois + d’information


de visibilité
d’actualités

www.conjoncture.info
Votre revue le site d’information Conjoncture express
mensuelle de la CFCIM la e-newsletter
hebdomadaire

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 37


ExpertMarché

Maroc : derrière le phosphate, un pays riche


en minerais.
Chaque mois dans Regards d’experts, retrouvez
les fiches-marchés de la CFCIM et du Business France.

L
e Maroc est un pays à L’investissement annuel de l’activité minière : l’explo- intervenir sur des projets
vocation minière de par dans ce secteur avoisine les ration, la recherche, l’exploi- miniers à condition de :
la diversité de ses res- 375 M EUR. tation, la valorisation et à la • se faire référencer par
sources. Ainsi, de nombreux transformation des minerais. l’OCP,
minéraux sont exploités : du Un moteur de l’éco- Parmi les mesures prioritaires, • nouer des partenariats avec
phosphate (94 % des extrac- nomie nationale porté par le Maroc va se doter d’un nou- des acteurs locaux, soit par
tions minières), du charbon, une stratégie nationale veau code minier et de textes négociation directe, soit par
de l’argent, de l’or, du zinc, du Le secteur dispose, depuis juil- d’application. appels d’offres,
cuivre, du cobalt, de la man- let 2013, d’une nouvelle straté- Le projet de code, établi par • faire réaliser au moins 30 %
ganèse, de l’antimoine, du fer, gie nationale de développe- le Ministre de l’Energie, des du travail sur le projet par
de la barytine, de la fluorine, ment du secteur minier afin de Mines, de l’Eau et de l’Envi- une entreprise marocaine.
du sel, du gypse, de l’argile drainer davantage d’investisse- ronnement, a été présenté en
smectique, de la pyrophyllite, ments pour développer ce sec- Conseil de Gouvernement Axes stratégiques d’investis-
du ghassoul, du feldspath, du teur prometteur. La nouvelle début juillet 2014. Le code sement pour les entreprises
mica, de la bentonite, de la stratégie repose sur des objec- devrait être en vigueur prochai- françaises : formation des ingé-
calcite et du talc. La contribu- nieurs ; fournitures et maté-
tion du secteur minier dans riels d’exploitation des mines,
les exportations nationales « Le Maroc est un pays haute technologie en matière
s’élève en moyenne annuelle à d’exploitation de mines,
27 %, portée par le phosphate. à vocation minière de recherche et développement.
Ce secteur assure le quart des
exportations marocaines,
par la diversité de ses
contribue à hauteur de 6 % au
PIB national et emploie envi-
ressources. » Production des produits
miniers transformés
ron 35 000 personnes. Le pays tifs ambitieux à l’horizon 2025, nement. En outre, l’Office Ché- 2012-2013
réalise une production globale visant près du triplement du rifien des Phosphates (OCP) a
Tonnes
annuelle de 30,2 M de tonnes chiffre d’affaires du secteur à élaboré un programme d’inves-
de produits miniers, dont 28 plus de 15 milliards de dirhams tissements de 11,6 Mds EUR, Phosphates 28 M
M de tonnes de phosphate. (1,35 Md EUR), la multiplica- échelonné jusqu’en 2020, afin
L’industrie minière repré- tion par 10 du volume d’inves- de doubler sa production pour Zinc 87 400
sentait un chiffre d’affaires de tissements dans l’exploration faire face à une demande mon- Cuivre 53 400
581 M EUR en 2013 et devrait et la recherche minière, à près diale croissante en minerais et
atteindre 1,1 Md EUR en 2015, de 4 milliards de dirhams dérivés (engrais). Plomb 46 000
soit + 18 % par rapport à 2010. (359 M EUR), et le doublement Fer 44 700
Le Maroc détient les 3/4 des des emplois générés par le sec- Des opportunités
réserves mondiales de phos- teur à plus de 30 000 emplois réelles pour les entreprises Nickel 317
phate. Il est le 1er exportateur directs. La stratégie prévoit françaises spécialisées Argent 243
et le 3ème producteur de phos- aussi la mise en œuvre de plu- Ce secteur reste sous contrôle
phates bruts à l’échelle mon- sieurs piliers structurants tou- de l’Etat marocain. Ainsi, les TOTAL 28,2 M
diale. chant l’ensemble de la chaîne entreprises étrangères peuvent Source : www.abhotoo.net.ma

S'informer Se développer

Accélérez votre développement à l'international


Un réseau de près de 4 000 entreprises membres
Une équipe biculturelle de 100 collaborateurs
Se former S'implanter
www.cfcim.org

38 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Expert La parole au Campus CFCIM

Trouver une stratégie gagnant-gagnant pour


l’expatriation.
Spécialiste des questions RH, Akram Al Ariss lance un projet de recherche
visant à mieux cerner la population des expatriés volontaires. Un sujet
à la frontière de la performance économique et de l’éthique, qui devrait
intéresser de nombreuses entreprises en mal de stratégie de recrutement à
l’international.
Akram Al Ariss, Professeur de Gestion des Ressources Humaines
Internationales à Toulouse Business School.

L
’internationalisation des coût, au modèle traditionnel sont partis à l’étranger de leur table pour l’individu. » Une
salariés a pris de l’ampleur d’expatriation, dans lequel elles propre initiative, ont cherché conférence sur ce thème sera
ces dernières années. Les accordaient aux salariés qu’elles du travail sur place, accumulé organisée sur le campus toulou-
raisons de ce phénomène ? La envoyaient à l’international des un capital culturel et technique. sain de TBS. Y participeront des
mondialisation, mais aussi la rémunérations avantageuses et Ils acceptent de ce fait d’être scientifiques venus du monde
crise, qui poussent les cadres de nombreuses facilités. Elles payés au niveau local. « Malheu- entier, mais aussi - le chercheur
(surtout en début de carrière) à ont tendance à lui substituer reusement, on connaît mal ces l’espère - des entreprises inté-
tenter leur chance dans un autre un modèle « local+ » : le salarié personnes », regrette-t-il, « et ressées par le projet.
pays. On considère ainsi que est invité à démissionner de son je ne vois pas d’entreprises qui
2,5 millions de Français sont poste d’origine pour être réem- ont adapté leur politique RH Benjamin de Capèle
expatriés. « Pourtant, très peu bauché à l’étranger aux condi- pour les cibler. C’est dommage
d’études s’intéressent à cette tions du marché local. « C’est car elles passent à côté de res-
population », explique Akram problématique », analyse Akram sources dont elles pourraient À lire
Al Ariss, professeur de gestion Al Ariss, « parce qu’en cherchant bénéficier sans endommager
des ressources humaines à TBS, la performance, l’entreprise leur réputation et sans dégra-
• Nouvelles formes
dont les travaux de recherche frustre ces salariés qui, une fois der les conditions de travail d’expatriation :
sont consacrés à la gestion des sur place, se rendent compte que de leurs salariés. L’identifica- quels enjeux pour
talents à l’international et à l’ex- d’autres bénéficient d’un traite- tion de ces profils est à mon avis l’entreprise ? chronique
patriation. ment différent. À long terme, quasiment une obligation pour d’expert sur www.
elle aura des difficultés à trouver toute entreprise qui souhaite hbrfrance.fr (mars 2014)
La fin du modèle tradi- des salariés prêts à s’expatrier s’internationaliser. » Pour com-
tionnel dans les mêmes conditions, et bler ce manque d’information, • Les expatriés
Selon le chercheur, qui a récem- son image en pâtira. » Akram Al Ariss a eu l’idée de lan- indépendants : un atout
ment publié plusieurs articles et cer à TBS un nouveau projet de pour les entreprises,
livres sur le sujet - notamment Identifier les expatriés recherche sur ce sujet. « Nous TBSearch, juillet 2014
sur la chronique de la presti- volontaires, une obligation créons un réseau international • Expatriation : pourquoi
gieuse Harvard Business Review Pour le professeur, la sortie de pour mieux comprendre l’ex-
la stratégie du local+
- il s’agit d’un enjeu stratégique cette impasse peut passer par le patriation volontaire, qui me
majeur pour les entreprises. recrutement d’expatriés indé- semble une solution possible vous mènera à l’échec,
En effet, celles-ci ont peu à peu pendants. En général des indi- dans la recherche de la perfor- revue RH&M, juillet
renoncé, pour des raisons de vidus hautement diplômés qui mance, mais qui reste accep- 2014
• Global talent
Biographie Management :
challenges, strategies,
Originaire du Liban, Akram Al Ariss est professeur de gestion des ressources
and opportunities
humaines internationales à Toulouse Business School depuis 2012. Titulaire d’un
Cham : Springer, 2014
doctorat de la Norwich Business School (Royaume-Uni) et d’une habilitation à diriger
• Self-initiated
les recherches de l’Université Paris-Dauphine, il a mené une première carrière en
expatriation : individual,
entreprise, dans le domaine de la gestion des hommes et des projets, avant de se
organizational, and
consacrer à l’enseignement et à la recherche. Ses projets scientifiques l’ont amené
national perspectives.
à travailler notamment sur les carrières des immigrés qualifiés, sur la gestion des
talents dans les pays du Golfe et, plus récemment, sur les carrières des dirigeants Andresen, M., Al Ariss, A., & Walther,
étrangers en France. Il lance actuellement un projet sur l’expatriation volontaire. M. 2013. New York : Routledge

15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 39


On en parle aussi...
Billet d’humeur
‘‘ De SDF à MDF ’’
Par Serge Mak, Président du Comité de Rédaction de Conjoncture

Une américaine a noyé son chiot dans les toilettes (j’ai bien écrit drogue dans sa baignoire. Maintenant… quel meilleur endroit pour
toilettes) de l’aéroport de Central Nebraska aux Etats-Unis car on noyer son chagrin !
a refusé l’accès à l’avion à cette pauvre bête. Qu’aurait-elle fait si on Je suis sûr que vous êtes impatients d’avoir des nouvelles de mon
avait refusé l’accès de l’avion à son mari ? ami dans sa grotte. Et bien figurez-vous qu’un miracle s’est produit,
En plus, c’est un manque de respect évident car il est bien écrit dans il est sorti de sa grotte… pour aller dans une autre, c’est vrai… Il a sa
les toilettes aux USA qu’on doit les laisser aussi propres en sortant grotte secondaire maintenant, ou « primaire bis » on ne sait pas. Il
qu’ils étaient en y entrant. a changé de statut, il est passé de SDF (seul domicile fixe) à MDF
Une mère vient de découvrir, après un test de paternité, que son (multi-domiciles fixes). L’auteur se reconnaîtra.
enfant, en réalité, n’est pas le sien. Je ne savais pas qu’il existait des Certains les auraient vus errer en ville. Il y a donc un espoir de les
cliniques qui distribuaient les enfants par tirage au sort. Peut-être voir sortir un jour de ces grottes multi-localisées. En plus, le trans-
que si on en prend deux le troisième est gratuit… port de l’une à l’autre n’est pas facile, je suggère de creuser un tun-
La fille de Whitney Houston a été retrouvée inconsciente dans sa nel entre les différentes grottes mais pas simple non plus. Le plus
baignoire, comme sa mère en 2012. Il y a un vrai problème de loge- simple est de sortir.
ment dans la famille Houston pour aller toujours consommer sa Allez salut et à la prochaine.

L’association du mois
L’association IDMAJ se mobilise pour l’intégration des enfants dans les écoles
marocaines.
Selon la classification internationale des maladies de l’OMS, l’au- pathologie. A l’école, l’intégration d’enfants autistes avec un auxi-
tisme est un trouble envahissant du développement qui affecte le liaire de vie dans les classes est toujours difficile et il n’existe aucunes
fonctionnement du cerveau et le système immunitaire et biologique. mesures d’accompagnements réglementées par l’Etat. Par ailleurs,
L’autisme altère les capacités de reconnaissance des expressions, des aucun effort n’a été fait concernant la production de programmes ou
codes sociaux, affectifs et génère une hypersensibilité émotionnelle d’outils pédagogiques adéquats. L’objectif de l’association IDMAJ
et des troubles du comportement. Depuis quelques années, il n’est est d’informer, sensibiliser et plaider pour la reconnaissance de
plus considéré comme une affection psychologique ni comme une l’autisme en tant que handicap neurobiologique, défendre, pro-
maladie psychiatrique. mouvoir et protéger les droits des personnes atteintes d’autisme et
Dans le Monde l’autisme concerne une naissance sur 100, et on leurs familles dans tous les domaines (éducation, santé, sport, loisirs,
estime le nombre d’autistes au Maroc à 350 000. Malgré ces chiffres emploi, social, économique et politique). Le coût de prise en charge
alarmants, l’autisme peine encore à obtenir l’attention et les moyens d’un enfant autiste s’élève à plus de 3 000 Dhs. Aujourd’hui l’asso-
d’action nécessaires dans le Royaume. ciation IDMAJ permet à une trentaine d’enfants de suivre des cours
En depit de la création du Centre Aurore en 2013 à Casablanca pour dans des classes d’intégration dans les écoles publiques marocaines.
les enfants autistes, le Maroc ne compte que deux centres qui dis-
posent d’une cellule de dépistage. Pire encore, il n’existe aucun Contacts :
centre de formation professionnelle que ce soit dans le domaine contact.idmaj.autistes@gmail.com
de la médecine, de l’éducation ou de la thérapie spécifique à cette Tél. : +212 (0)6 61 46 48 24

40 - Conjoncture N° 967 - 15 février - 15 mars 2015


Conseil Graphique et KOMORI Nous représentons les marques leaders dans notre secteur
comment est venu le partenariat. d’activité. KOMORI étant le moteur de notre entreprise, nous
représentons également, les plieuses MBO, Les auto-platines
Conseil Graphique a été crée en 2008 pour servir les IBERICA, Les Flexo Mark Andy pour l’étiquette adhésive et UTECO
imprimeries, après que son dirigeant ait travaillé quelques années pour l’agro-alimentaire.
en Free lance avec le fabriquant de machine offset Allemand KBA. Nous venons de signer un partenariat avec les CTP CRON qui
promet d' être prometteur. Avec CRON nous allons emmener des
Un désaccord avec la stratégie de la société Allemande est à solutions CTP et plaques très attractives pour les clients.
l’origine de la création de Conseil Graphique. Les imprimeurs au
Maroc ont des contraintes importantes et il est primordial pour eux Les Machines KOMORI
d’avoir une société de service qui assure la maintenance curative et
préventive à l’identique du service que l’on peut trouver en Europe. Komori fabriquant japonais propose des machines offset feuilles et
rotatives de très hautes technologies tout en étant très fiables.
Quand KOMORI s’est libéré de son ancien représentant, Conseil Le point fort de la technologie reposant sur un calage de travaux
Graphique et KOMORI se sont rapprochés. Le choix de KOMORI pour très rapide avec un taux de gâche très faible. Gain de temps et
notre région était logique, KOMORI fabrique des machines économie de matières premières étant la lutte permanente des
Offset très fiables, productives et avec de nouvelles technologies imprimeurs, KOMORI se place comme leader. Les machines
offrant une vraie valeur ajoutée à l’impression. fabriquées par KOMORI sont réputées très fiables. Notre équipe
technique intervient sur d’autres marques de machines offset et
Les forces de Conseil Graphique - KOMORI nous constatons que sur les KOMORI nous intervenons pratique-
ment 4 fois moins que sur les autres machines que nous suivons.
La société dispose d’un local de réfection de machines et d’une
vraie équipe technique. Avec 4 éléctro-mécaniciens, 2 mécaniciens, Mais KOMORI ne s’est pas arrêté là, depuis plusieurs années la
1 carrossier et 1 instructeur, nous disposons de la plus grande marque a développé une technologie à séchage ultra rapide et à
équipe technique sur la région. forte valeur ajoutée. Le H-U V.

La technologie H-UV. Le point le plus fort du H-UV reste l’impression à valeur ajoutée. Sa
technologie permet de réduire l’encrage de 10 à 20 %, ce qui
Les imprimeurs font face à plusieurs mutations : permet d’obtenir des impressions beaucoup plus dépouillées et
- Tirage plus nombreux, mais plus courts d’une qualité inégalable avec la technologie traditionnelle ou UV.
- Délais de plus en plus courts L’imprimeur pourra aussi proposer des impressions sur des supports
- Prix de l’impression de base très négociés fermés avec un séchage immédiat (Papier structuré, plastique,
- Demande des clients de solutions d’impression haut de gammes métallisée). Cette technologie permet la réalisation de vernis
sélectifs, avec des effets visuels et sensitifs.
H-UV répond à l’ensemble de ces points.

Avec un séchage immédiat, le taux de gâche est très faible avec un Plusieurs clients de renom sur le Maghreb et l’Afrique ont
temps de mise en route réduit considérablement. Un travail mis en fait confiance à KOMORI depuis déjà quelques années et la
production en début de matinée peut être remis à la finition dynamique liée de Conseil Graphique et KOMORI a permis
immédiatement après impression, pour être livré immédiatement. de voir l’installation et la vente de 6 machines ces derniers
Le taux de gâche très faible, calage rapide, consommation électri- mois, à de nouveaux clients qui ont préféré faire confiance
que très faible du H-UV, font de cette technologie un allié indispen- à KOMORI.
sable aux imprimeurs souhaitant réduire leurs coûts. 2015 devrait voir cette dynamique porter encore plus ses
fruits.

Rte Azemmour - Dar Bouazza - 20 220 Casablanca - Tél : 05 22 96 58 19


www.conseilgraphiq.com - conseilgraphique@me.com
15 février - 15 mars 2015 - Conjoncture N° 967 - 41
Vous souhaitez développer votre entreprise et renforcer sa compétitivité, le Crédit du Maroc est le partenaire de votre
projet de financement et vous propose de bénéficier en plus, des programmes d'appui de ses partenaires en profitant :
D'un accompagnement conjoint Caisse Centrale des Garanties et Crédit du Maroc.
Des programmes Imtiaz et Moussanada de l'ANPME pour le financement de vos projets.
Pour plus d'informations, contactez directement le centre d'affaires le plus proche dont vous trouverez les coordonnées
sur notre site www.cdm.co.ma.

Crédit du Maroc : Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 1 067 899 400 Dhs - Siège social : 48-58, boulevard Mohammed V - 20 000 Casablanca - B.P. : 13 579
Site web : www.cdm.co.ma

Vous aimerez peut-être aussi