Vous êtes sur la page 1sur 65

ROYAUME DU MAROC

MINISTERE DE L’INTERIEURE
WILAYA DE MARRAKECH TENSIFT AL HAOUZ
COMMUNE RURALE DE HARBIL
Projet de Construction de Logement Sociaux
« LOTISSEMENT ZOHOUR »
A TAMANSOURT - MARRAKECH
Opération Inscrite dans le programme
de 200 000 Logements

TRAVAUX D’ELECTRIFICATION & ECLAIRAGE PUBLIC

Cahier des Prescriptions Spéciales


(C.P.S)

SONA ETUDES
Société Nationale des Etudes
 293, BD SIDI ABDERRAHMAN HAY ESSALAM
CIL CASABLANCA
 022 39 57 62  022 39 54 73

SOMMAIRE

Page - 1 -
CHAPITRE I - INDICATIONS GENERALES

1.1 OBJET DU MARCHE ET PRESENTATION DU PROJET


1.2 DROIT APPLICABLE AU MARCHE
1.3 ANGUE
1.4 PIECES CONSTITUANT LE MARCHE
1.5 DOCUMENTS GENERAUX
1.5.1. Textes Généraux
1.5.2. Textes spéciaux
1.6 MODE DE PASSATION DU MARCHE
1.7 DESCRIPTION SOMMAIRE DES OUVRAGES
1.8 VALIDITE DU MARCHE

CHAPITRE II PRESCRIPTIONS DIVERSES

2.1 DELAI D'EXECUTION ET PENALITES DE RETARD


2.2 PROGRAMME ET CADENCE DES TRAVAUX
2.3 CAUTIONNEMENT-RETENUE DE GARANTIE-DELAI DE GARANTIE
2.4 PRIX
2.5 SOUS-DETAIL DES PRIX
2.6 TAXES
2.7 PLANS DE RECOLEMENT
2.8 DOMICILE DE L'ENTREPRENEUR
2.9 CANALISATIONS ET CABLES SOUTERRAINS DE SERVICE PUBLIC
2.10 OBLIGATIONS DIVERSES DE L'ENTREPRENEUR
2.11 REPRESENTATION DE L'ENTREPRENEUR
2.12 ASSURANCE
2.12.1 Sous traitants
2.13 SOUS-TRAITANTS
2.14 MODE DE REGLEMENT DES OUVRAGES
2.15 RECEPTIONS PARTIELLES, PROVISOIRE ET DEFINITIVE
2.15.1 RECEPTIONS PARTIELLES
2.15.2 RECEPTION PROVISOIRE
2.15.3 RECEPTION DEFINITIVE
2.16 RISQUES CONCERNANT LES FOURNITURES
2.17 CIRCULATION-PROTECTION-ECLAIRAGE DU CHANTIER
2.18 FRAIS DE TIMBRE ET D'ENREGISTREMENT
2.19 RESTRICTION DANS L'EMPLOI DE LA MAIN D'OEUVRE
2.20 CONTROLE DE L'EMPLOI DE LA MAIN D'OEUVRE
Page - 2 -
2.21 STOCKAGE ET UTILISATION DES MATIERES DANGEREUSES
2.22 INSTALLATION DU CHANTIER
2.23 RESILIATION DU MARCHE
2.24 CONTESTATIONS ET LITIGES
2.25 VARIATION DANS LA MASSE DES TRAVAUX
2.26 CONNAISSANCE DES LIEUX

CHAPITRE III PROVENANCE-QUALITE DES MATERIAUX

3.1 GENERALITE
3.2 PROVENANCE DES MATERIAUX
3.3 SABLE POUR MORTIER ET BETONS
3.4 CIMENTS
3.5 GRAVIERS POUR BETONS
3.6 EAU DE GACHAGE
3.7 ECHELLES
3.8 EQUIPEMENT EN FONTE DUCTILE DES OUVRAGES ANNEXES
3.8.1 DISPOSITIF DE FERMETURE
3.8.2 APPAREILS SIPHOIDES
3.9 TUYAUX, RACCORDS ET ACCESSOIRES
3.9.1 GENERALITES
3.9.2 TUYAUX CIRCULAIRES EN BETON ARME
3.9.3 ESSAIS DE CONTROLE
3.9.4 ESSAIS DE BETON
3.9.5 TESTS D'ETANCHEITE DES CONDUITES ET CANALISATIONS
3.9.6 ESSAIS DE RESISTANCE A LA RUPTURE DES CONDUITES
PREFABRIQUEES
3.9.6.1Conduites en CAO
3.9.6.2 Tuyaux en polychlorures de vinyle (PVC) à joint caoutchouc
3.9.7 RESISTANCE DES OUVRAGES COULES EN PLACE
3.9.8 COMPOSITION DES BETONS ET MORTIERS
3.9.9 COMPOSITION ET UTILISATION DES MORTIERS ET BETON
3.9.10 COMPOSITION ET UTILISATION DES MORTIERS
3.10 RECEPTION - ESSAI DES MATERIAUX

CHAPITRE IV MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX

4.1 PIQUETAGE ET NIVELLEMENT ETUDES-DESSINS D'EXECUTION


4.1.1. VERIFICATION EN COURS DE CHANTIER
Page - 3 -
4.2 MODIFICATIONS
4.3 OUVRAGES PROVISOIRES
4.4 TERRASSEMENTS POUR ASSAINISSEMENT
4.5 FABRICATION ET MISE EN OEUVRE DU BETON
4.6 BRANCHEMENTS PARTICULIERS
4.7 MISE EN PLACE DES BUSES
4.8 FOURNITURE ET POSE DES CANALISATIONS CIRCULAIRES
4.8.1 TUYAUX EN BETON ARME :
4.8.2 MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX
4.9. REGARD DE VISITE
4.10 REGARDS BORGNES
4.11 REGARD AVALOIR
4.12 REGARDS A GRILLE
4.13 MEMOIRE TECHNIQUE

CHAPITRE V MODE D'EVALUATION DES OUVRAGES

5.1 CARACTERES GENERAUX DES PRIX


5.2 REVISION DES PRIX

LOTISSEMENT « ZOHOUR » A TAMANSOURT

Marché passé par appel d'offres ouvert séance publique, en vertu des dispositions de
l'article 5 du Décret n° 2-06-388 du 16 moharrem 1428 (5 février 2007) fixant les

Page - 4 -
conditions et les formes de passation des marchés de l'Etat ainsi que certaines règles
relatives à leur gestion et à leur contrôle.

Entre les soussignés :

MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DU DAR ARRIZK S.A.R.L

D'une part

L'Entrepreneur ………………………………………………………………..
Agissant au nom et pour le compte de la Société……………………….....
Au capital social de…………………………………………………………..
Faisant élection de domicile………………………………………………….
Inscrit au registre de commerce de………..sous le numéro……………....
Affilié à la C.N.S.S sous n°…………………………………………………….
Patente n°……………………………………………………………………….

TITULAIRE DU COMPTE BANCAIRE N°………………………………………..


OUVERT A LA BANQUE…………………………………………………………..

Désignée ci-après indifféremment par «  l’Entrepreneur »

D'autre part

Il a été convenu et arrêté ce qui suit

CHAPITRE I - INDICATIONS GENERALES

1.1 OBJET DU MARCHE ET PRESENTATION DU PROJET

Page - 5 -
Le présent marché a pour objet de définir les conditions d'exécution et de
règlement des travaux à effectuer pour la réalisation des travaux d’Electrification
et éclairage public de l’opération ZOHOUR TAMANSOURT. Situé à la
Commune rurale de Harbil à Marrakech d'une superficie de 1 ha environ.

1.2 DROIT APPLICABLE AU MARCHE

Le présent marché, qu'il s'agisse de sa signification ou de son interprétation, et les


relations qui s'établissent entre les contractants seront soumises aux lois et autres
textes ayant force de loi dans le Royaume du Maroc.

1.3 ANGUE

Le présent marché a été rédigé en français, qui sera la langue faisant foi pour
toutes questions relatives à sa signification et à son interprétation.

1.4 PIECES CONSTITUANT LE MARCHE

Les obligations de l'Entrepreneur pour l'exécution des travaux objet du présent


marché résultent de l'ensemble des documents suivants :

Les pièces constitutives du marché comprennent :


1- L’acte d’engagement
2- Le cahier des prescriptions spéciales
3- Les plans, le mémoire technique d’exécution
4- Le bordereau des prix formant le détail estimatif
5- Le détail estimatif.
6- Le cahier des prescriptions communes auquel il est fait référence dans le
cahier des prescriptions spéciales
7- Le CCAG-T
En cas de contradiction ou de différence entre les pièces constitutives du
marché, ces pièces prévalent dans l’ordre où elles sont énumérées ci-dessus.

1.5 DOCUMENTS GENERAUX

L’Entrepreneur est soumis aux lois et règlements en vigueur au MAROC,


notamment en ce qui concerne l’emploi de la main - d’œuvre, les transports, la
fiscalité, etc...
Page - 6 -
1.5.1. Textes Généraux

Dans la mesure où les pièces du Marché n’y dérogent pas expressément,


l’Entrepreneur est soumis aux obligations des documents et textes généraux
suivants:
- Cahier des Clauses Administratives Générales (CCAG-T) applicables aux
marchés de travaux, exécutés pour le compte de l’état, approuvé par le Décret
Royal n0 2 .99.1087 du 29 Moharrem 1421 (04 Mai 2000)
- Décret n0 2-06-388 du 16 moharrem 1428 (5 février 2007) fixant les conditions et
formes de passation des marchés de l’Etat
- Décret n0 2.75.839 du 25 Dou AI Hijja 1395 (30 décembre 1975) relatif au contrôle
des Engagements de Dépenses de l’Etat.
- Dahir 1.70.157 du 26 Joumada I 1390 (30 Juillet 1970) relatif à la normalisation
industrielle en vue de la recherche de la qualité et de l’amélioration de la
productivité.

1.5.2. Textes spéciaux

L’Entrepreneur est également soumis aux textes spéciaux suivants :


Pour les travaux de voirie
a) Le Cahier des Prescriptions Communes (C.P.C) du Ministère de l’Equipement
approuvé par Arrête 451 du 6 décembre 1982 et notamment le fascicule N°4
relatif aux ouvrages d’assainissement et de soutènement
b) Le Devis Général pour la fourniture des agrégats destinés aux usages routiers
pour la construction, le rechargement et revêtement de chaussées (Maroc 1950)
c) La réglementation en vigueur relative à l’achat, l’emmagasinement et l’emploi
des explosifs dans les mines, carrières et chantiers du Maroc pour les travaux de
génie civil et d’infrastructure
- Le devis général pour les travaux d’assainissement
- Les circulaires et Fascicules Spéciaux du Cahier des Prescriptions Commune
(C.P.C.) du Maître de I’Ouvrage Français relatifs à l’emploi du béton et à
l’exécution des travaux de fondation et des souterrains ainsi qu’aux canalisations
et ouvrages annexes (Fascicule 70) et relatifs à la construction d’installations de
pompage pour le relèvement et le refoulement des eaux usées, en vigueur à la
date de signature du marché (Fascicule 81).
Le Devis Général réglant les conditions d’exécution des travaux de fournitures et
de pose de conduites d’eau.
Le Devis Général d’Architecture.

Page - 7 -
- Les règles et tolérances du Service Topographiques du Ministère de l’Agriculture
et de la Réforme Agraire.
- Les Circulaires françaises relatives au calcul et à l’emploi du béton armé en
vigueur à la date de la remise de l’offre.
-Les Normes marocaines éditées par le Service des Normalisations Industrielles
Marocaines (SNIMA) et en particulier les normes l0.01.F003 et 012 concernant les
aciers pour béton armé, 10.03.F009 concernant les bétons de ciment usuel, les
Normes de I’AFNOR (Association française de Normalisation) ou des Normes
équivalentes ou supérieures. En vigueur au moment de la signature du Marché et
en particulier :
NM 10.1.003 Bétons - classification des environnements agressifs
NM 10.1.004 Liants hydrauliques
NM 10.1.005 Liants hydrauliques - Technique des essais
NM 10.1.156 : Liants hydrauliques-Travaux en eaux sulfatées
NM 10.1.157 Liants hydrauliques-Travaux en mer
NM 10.1.158 : Liants hydrauliques- Ciments à faible chaleur d’hydratation initiale
NM 10.1.162 Liants hydrauliques - détermination quantitative des constituants
NM 10.1.162: Sable de concassage pour bétons hydrauliques
NM 10.1.008 : Bétons de ciments usuels
NM 10.1.011 : Béton prêt à l’emploi préparé en usine
NM 10.1.012 : Aciers ronds lisses
NM 10.1.013 : Aciers à haute adhérence
NM 10.1.020 ; 136 à 141 ; 144; 146 à 150 ; 155 et 166 à 170: Granulats pour
matériaux de construction
NM 10.1.021 : Techniques des essais - contrôle des bétons
NM 10.1.027 : Tuyaux et joints béton armé et non armé
NM 10.1.162: Auscultation dynamique des ouvrages

Pour le calcul des ouvrages

-En règle générale, les calculs de résistance des ouvrages seront effectués
conformément au Fascicule 61-Titre I à VI relatif à la conception, au calcul et aux
épreuves des ouvrages d’art édité en France par le Ministère des Travaux Publics
et du Logement, complété par les règles CC/BA-68 pour la conception et le calcul
des ouvrages et construction en béton armé (fascicule 61 - Titre VI du Cahier des
Prescriptions Communes) appliquées en France.
-Les règles “C.P. 1960” pour le calcul et l’exécution des constructions métalliques.
-L’instruction provisoire française du 12 Août 1965 relative à l’emploi du béton
précontraint dans les ouvrages dépendant du Ministère des Travaux Publics et
des Transports complétés notamment par la Direction provisoire pour l’exécution
Page - 8 -
du béton précontraint (Directive n° 30 du 5 avril 1966) et les fascicules spéciaux du
Ministère de l’Equipement et du Logement (Administration française).
- Les règles “NV 65” (révisées en 1967) définissant les effets du vent sur les
constructions.
-Les règles de calculs parasismiques en vigueur
En cas de contradiction entre ces documents, les prescriptions du document
portant le numéro le plus récent primeront.

1.6 MODE DE PASSATION DU MARCHE

Marché passé par appel d'offres ouvert séance publique, en vertu des dispositions
de l'article 19du décret n° 2-06-388 du 16 moharrem 1428 (5 février 2007) fixant les
conditions et les formes de passation des marchés de l'état ainsi que certaines
dispositions relatives à leur contrôle et à leur gestion.

1.7 DESCRIPTION SOMMAIRE DES OUVRAGES

L’attention de l’entrepreneur est attirée sur le fait que le présent marché


comprend tous les travaux et fournitures nécessaires au complet achèvement des
ouvrages.
Si une omission était faite dans les présentes pièces écrites ou sur les plans
de principe du bureau d’études ou de l’ONE, l’entrepreneur devrait la signaler et
en tenir compte dans sa proposition et lors de l’exécution.
Nota :
Le Maître d’ouvrage se réserve le droit d’apporter les adaptations qu’il juge
utiles sur la base des prix du marché ou à défaut des prix spécifiques avec sous
détail de prix sans que cela donne lieu à des plus-values.

1.8 VALIDITE DU MARCHE

Le présent marché ne sera valable, définitif et exécutoire qu'après visa et


notification de son approbation par le Directeur général de la société
Dar ARRIZK.
CHAPITRE II PRESCRIPTIONS DIVERSES

2.1 DELAI D'EXECUTION ET PENALITES DE RETARD

L'entrepreneur prendra les dispositions nécessaires pour terminer les travaux


dans le délai de 6 mois (Six mois) de calendrier grégorien à compter du lendemain
du jour de la notification de l'ordre de service qui aura prescrit de les commencer.
Page - 9 -
A défaut par l'entrepreneur d'avoir terminé les travaux à la date déterminée, il lui
sera appliqué, une pénalité de :

- 1 pour mille du montant de l'ensemble des travaux par journée calendaire de


retard après l'écoulement du délai contractuel.

- Dans le cas d'intervention de plusieurs entreprises, le maître d'ouvrage


procédera à un constat des lieux pour chaque corps d'état.

Le montant des pénalités de retard sera plafonné à 10% du montant du marché.

2.2 PROGRAMME ET CADENCE DES TRAVAUX

L'entrepreneur est tenu de soumettre à l'agrément du maître de l'ouvrage dans les


Dix jours (10 jours) suivant la notification de l'approbation de son marché, le
programme des opérations selon lesquelles il compte conduire les travaux.

Ce programme d'opérations doit permettre l'étude générale d'ordonnancement et


de planification du chantier.

Il sera présenté sous forme d'un planning détaillé et fera ressortir les délais
d'exécution des travaux par phase et par tâche. Il deviendra contractuel après son
approbation par le maître de l'ouvrage et le BET.

Ce planning fait obligation à l'entrepreneur :


- De commencer les travaux relevant de sa spécialité aux dates prévues.

- De prendre toutes les mesures pour réaliser ses études et approvisionnements,


de telle sorte qu'il n'en résulte pas de retard sur le déroulement des travaux.
- De terminer chaque tâche aux dates portées sur ce planning.
Lorsque des circonstances extérieures imprévisibles risquent de perturber le
déroulement normal des travaux, l'entrepreneur est tenu d'en aviser sans retard le
BET et le Maître de l’Ouvrage. Il en est de même lorsque les travaux relevant de
l'activité de l'entrepreneur peuvent être exécutés plutôt que prévu sans perturber
les tâches précédentes.

Le planning détaillé d'exécution est établi à la diligence du Maître de l'Ouvrage.


Ce planning doit s'inscrire dans le planning enveloppe établi par le BET.

Page - 10 -
En vue de l'établissement du planning d'exécution, l'entrepreneur est tenu de
fournir, dans les DIX (10) jours calendaires qui suivent le lendemain de la
notification du marché, tous les renseignements nécessaires à l'établissement de ce
planning et notamment :

La décomposition en phases élémentaires d'intervention de ses propres travaux.

- Les détails de fabrication et d'approvisionnement des matériels et matériaux.

- Les difficultés propres à l'exécution de ses propres travaux ou les contraintes


apportées par ceux-ci aux corps d'état.
D'une façon générale, tous renseignements facilitant l'élaboration du planning et
évitant les conflits entre corps d'état.

Après approbation l'entrepreneur est tenu de respecter strictement ce planning et


de résorber tout retard constaté sur les différentes tâches et notamment sur les
tâches sans marge libre.

Le planning détaillé d'exécution est affiché dans le bureau de chantier et mis à


jour par le BET qui attirera immédiatement l'attention de l'entrepreneur en cas de
retard et l'étudiera avec les autres corps d'état.

En cas de désaccord sur les instructions qui lui sont données il doit aviser
immédiatement le Maître de l'ouvrage.

L'entrepreneur s'engage à signaler en temps utile toute circonstance ou difficulté,


de quelque nature qu'elle soit, pouvant avoir des répercussions sur le
déroulement normal des travaux. Il est en particulier tenu de vérifier à tous
moments la situation de ses commandes et approvisionnements et d'en tenir le
maître de l'ouvrage et le BET informé.
Il est précisé que les emplacements sur lesquels l'entrepreneur aura à exécuter
successivement les travaux pourront être quelconques. L'entrepreneur pourra être
amené à exécuter des travaux à un emplacement déterminé puis ensuite à reporter
ses équipes à un emplacement non contigu au premier, qui lui sera désigné par le
maître de l'ouvrage et le BET, imposé par l'avancement des travaux d'autres corps
d'état.

L'entrepreneur devra prévoir éventuellement le nombre d'équipes suffisant pour


mener simultanément des travaux sur plusieurs points du chantier.

Page - 11 -
Si à un moment quelconque en cas d'exécution, le maître de l'ouvrage et le BET
constatent que les programmes ne sont pas respectés, l'entrepreneur devra
remanier l'organisation de son chantier.

Les conséquences de ce remaniement seront aux frais de l'entrepreneur. Les


difficultés que pourrait rencontrer l'entrepreneur pour effectuer ce remaniement
ne pourront en aucun cas justifier une demande de prolongation de délais, ni
l'autoriser à présenter une réclamation basée sur ce chef.

Au cas où la cadence d'exécution des travaux deviendrait inférieure à celle prévue


au dit calendrier, Le Maître d’Ouvrage pourrait faire application des mesures
prévues à l'article 70 du CCAG-T.

2.3 CAUTIONNEMENT-RETENUE DE GARANTIE-DELAI DE GARANTIE

- Le cautionnement provisoire est fixé à 25 000,00 DH (Vingt cinq mille dirhams).

- Le cautionnement définitif est fixé à 3 % du montant du marché arrondi à la


dizaine de DH supérieure

- Conformément à l'article 59 du CCAG-T. La retenue de garantie est fixée à dix


pour cent (10%) du montant de travaux exécutés.
Elle cessera de croître lorsqu'elle aura atteint sept pour cent (7%) du montant
initial du marché augmenté des montants des avenants s'il y a lieu. La dite
retenue de garantie pourra être remplacée par caution bancaire.

- Le délai de garantie imposé à l'entrepreneur est fixé à un an (1 an).

2.4 PRIX

Il est formellement stipulé que l'entrepreneur est réputé avoir une parfaite
connaissance de la nature, des conditions et personnellement, visité les lieux,
examiné dans leurs détails les pièces du projet établi par le BET, s'être entouré de
tous les renseignements nécessaires à la composition des prix et avoir obtenu
toutes les précisions désirables pour que l'ouvrage fini soit conforme à toutes les
règles de l'art et aux prescriptions du présent C.P.S. et des normes en vigueur.

Page - 12 -
Les prix établis par l'entrepreneur correspondent à des ouvrages en parfait état
d'achèvement et de fonctionnement, et en général toutes sujétions nécessaires
pour une meilleure réalisation des ouvrages.

Il tient compte également de :


A.- Tous les frais généraux et bénéfices de l'entreprise.
B.- Toutes les charges sociales et fiscales non comprise la T.V.A.
C.- Tous frais d'achat de matériaux, matières consommables et fournitures
diverses (combustibles, eaux, électricité, etc...).
D.- Tous frais de main d’œuvre, de gardiennage, et signalisation de chantier.
E.- Tous frais de transport de main d’œuvres, matériaux ou matériels concernant
l'exécution des travaux.
F.- Tout frais résultant du maintien de la circulation sur les voies se raccordant ou
traversant le chantier, ainsi que les frais résultant de l'occupation temporaire de la
chaussée et le maintien de l'accès normal aux propriétés riveraines.
G.- Tous frais d'équipement, de blindage et d'épuisement des eaux s'il y a lieu.
H.- De l'établissement des métrés d'exécution, de l'implantation, des coins de
blocs, des bornes des lots, des profils d'exécutions, plans de recollement, des
essais et d'analyses par un laboratoire agrée et des études complémentaires ou de
variantes.
I.- Des frais de branchement aux réseaux d'eau potable, d'électricité et de
téléphone, ainsi que les frais de consommations correspondants.
J.- De tous les frais rentrant dans l'exécution des travaux depuis le commencement
jusqu'à la réception définitive des travaux.

2.5 SOUS-DETAIL DES PRIX

L'entrepreneur devra fournir à la demande du Maître de l’Ouvrage ou le BET les


sous-détails justificatifs dans lesquels il fera apparaître nettement :
a) Pour les matériaux : leurs caractéristiques, leurs origines ou l'usine d'où ils
proviennent, le prix des fournitures départ compris les majorations pour frais
généraux, impôts, T.V.A et bénéfice.

Page - 13 -
b) Pour les dépenses de main-d’œuvre : les prix pratiqués pour les différentes
catégories d'ouvriers, y compris les chefs d'équipes, Y compris les charges
sociales, les taxes et frais généraux, impôt et bénéfices.
c) Les pourcentages : de majoration globaux appliqués, d'une part aux dépenses
de main d’œuvre, d'autre part, aux dépenses de matériaux.
Ces éléments justifieront les prix de main d’œuvre et de matériaux figurant dans
les sous détails. Pour chaque prix il y aura lieu de faire apparaître les heures de
travail, les quantités de matériaux utilisés, les dépenses de gros outillages, etc..., et
tous les autres éléments entrant dans la composition des prix considérés.

2.6 TAXES

Tous les prix du présent marché seront établis en tenant compte de toutes les
taxes et charges diverses, non comprise la taxe sur la valeur ajoutée "T.V.A.",
justifiée par le Dahir n°1-85-347 du 17 Rabii II 1406 (30.12.1985) portant
promulgation de la loi n° 30.85 relative à la T.V.A. BO n° 3818 DU 19 Rabii II
(1.1.1986)

2.7 PLANS DE RECOLEMENT

La réception provisoire des travaux ne sera prononcée que lorsque les plans de
récolement (un calque stable et trois tirages pour chaque plan et une copie sur
CD AUTOCAD 14 ou 2000) seront remis au Maître de l’Ouvrage après visa du
BET.
Ces plans comporteront toutes les cotes et indications nécessaires à la
connaissance des ouvrages, et en particulier les cotes et dimensions et les plans
propres à chaque ouvrage.

Les plans qui n'auraient pas été rectifiés à la suite de changements intervenus lors
de l'exécution, seront refusés.
L'établissement des plans de recollement du réseau d’eau potable est à la charge
de l'entreprise.

2.8 DOMICILE DE L'ENTREPRENEUR

A défaut par l'entrepreneur de satisfaire aux prescriptions de l'article 17 du


C.C.A.G-T en ne faisant pas élection de domicile à proximité des travaux, toutes
les notifications relatives à l'entreprise lui seront valablement faites dans l'Adresse
de son acte d’engagement.

Page - 14 -
2.9 CANALISATIONS ET CABLES SOUTERRAINS DE SERVICE PUBLIC

L'entrepreneur devra en temps voulu, de faire procéder au piquetage des


canalisations ou câbles souterrains de service public susceptibles d'exister dans
l'emprise des travaux.
L'entrepreneur ne pourra dans l'exécution de ses travaux, approcher à moins de
80 centimètres l'une des canalisations ou câbles sans avoir prévenu, au plus tard
48 heures à l'avance, le Maître de l’Ouvrage et le BET.
L'entrepreneur devra se conformer aux prescriptions qui lui seront imposées par
le représentant de Maître de l’Ouvrage et le BET (ou du service public intéressé)
en vue de la préservation de la canalisation ou du câble.

Faute par lui de se conformer à ses prescriptions il sera en particulier, rendu


entièrement responsable des dégâts matériels causés aux canalisations ou aux
câbles.

2.10 NANTISSEMENT

Dans l'éventualité d'une affectation en nantissement il est précisé que :


1- La liquidation des sommes dues par le Maître d'Ouvrage en exécution du
présent marché sera opérée par les soins de Monsieur le Directeur Général du
Maître d'Ouvrage.

2- Le fonctionnaire chargé de fournir au titulaire du marché, ainsi qu'au


bénéficiaire du nantissement ou subrogation, les renseignements et les états
prévus aux dahirs N° 1.60.371 du 13 janvier 1961 et N° 1.62.202 du 20 octobre 1962
modifiant et lui du 28 Aout 1948 est Monsieur le Directeur Général du Maître
d'Ouvrage.

3- Les paiements prévus au présent marché seront effectués par l'agent comptable
du Maître d'Ouvrage seul qualifié pour recevoir les significations des créanciers
du titulaire du présent marché.

2.11 OBLIGATIONS DIVERSES DE L'ENTREPRENEUR

1- L'entrepreneur sera tenu de provoquer lui-même les instructions écrites et


figurées qui pourraient lui manquer Dans ces conditions, il ne pourra jamais se
prévaloir du manque de renseignement pour justifier une exécution contraire à la
volonté du Maître de l’Ouvrage.

Page - 15 -
2- L'entrepreneur ne pourra élever aucune réclamation ni prétendre à une
indemnité ou à une plus value pour la gêne et les sujétions résultant de la
présence d'ouvriers d'autres corps d'Etat appelés à travailler sur le chantier.

3- Il est précisé que, parmi les dépenses inclues dans les prix, selon le CCAG-T.
figurent les frais de branchement du chantier aux réseaux d'eau, d'électricité et
P.T.T etc ... et les consommations correspondantes pendant toute la durée des
travaux.

4- Le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et la remise en état des


emplacements mis à la disposition des entrepreneurs, est fixé à quinze jours (15)
de calendrier à compter de la réception provisoire. En outre, une pénalité spéciale
de Trois mille dirhams (3000 DH) par jour de calendrier de retard, à compter de la
date d'expiration du délai de quinze jours indiqué plus haut sera appliquée.

2.12 REPRESENTATION DE L'ENTREPRENEUR

L'entrepreneur devra dans un délai de 10 jours calendaire à dater du lendemain


du jour de la notification de l'ordre de service notifiant l'approbation du marché,
désigner nominativement la personne habilitée à signer les attachements et à
prendre les décisions concernant le suivi des travaux.

2.13 ASSURANCE

1- Avant tout commencement des travaux, l’entrepreneur doit adresser au maître


d’ouvrage, les copies des polices d’assurances qu’il doit souscrire et qui doivent
couvrir les risques inhérents à l’exécution du marché, à savoir celles se rapportant:

a) aux véhicules automobiles utilisés sur le chantier qui doivent être assurés
conformément à la législation et à la réglementation en vigueur;

b) aux accidents du travail pouvant survenir au personnel de l’entrepreneur qui


doivent être couverts par une assurance conformément à la législation et à la
réglementation en vigueur;
Le maître d’ouvrage ne peut être tenu pour responsable des dommages ou
indemnités légales à payer en cas d’accidents survenus aux ouvriers ou employés
de l’entrepreneur ou des sous-traitants.

Page - 16 -
A ce titre, l’entrepreneur garantira le maître d’ouvrage contre toute demande de
dommages -intérêts ou indemnités et contre toute réclamation, plainte,
poursuite, frais, charge et dépense de toute nature relative à ces accidents.

L’entrepreneur est tenu d’informer par écrit le maître d’ouvrage de tout accident
survenu sur son chantier et le consigner sur le cahier de chantier prévu par le
cahier des prescriptions communes ou le cahier des prescriptions spéciales.

c) à la responsabilité civile incombant:


- à l’entrepreneur, en raison des dommages causés aux tiers par les ouvrages objet
du marché, jusqu’à la réception définitive, les matériaux, le matériel, les
installations, le personnel de l’entrepreneur, etc. quand il est démontré que ces
dommages résultent d’un fait de l’entrepreneur, de ses agents ou d’un défaut de
ses installations ou de ses matériels;
- à l’entrepreneur, en raison des dommages causés sur le chantier et ses
dépendances aux agents du maître d’ouvrage ou de ses représentants
Ainsi qu’aux tiers autorisés par le maître d’ouvrage à accéder aux chantiers,
jusqu’à la réception définitive;
- au maître d’ouvrage, en raison des dommages causés au tiers sur le chantier et
ses dépendances par ses ouvrages, ses matériels, ses marchandises, ses
installations, ses agents, etc. Le contrat d’assurance correspondant à cette
responsabilité doit contenir une clause de renonciation de recours contre le maître
d’ouvrage.
- au maître d’ouvrage, en raison des dommages causés au personnel de
l’entrepreneur et provenant, soit du fait de ses agents, soit du matériel ou des tiers
dont il serait responsable, et qui entraîneraient un recours de la victime ou de
l’assurance “Accident du travail.

d) aux dommages à l’ouvrage, à ce titre doivent être garantis par l’entrepreneur,


pendant la durée des travaux et jusqu’à la réception provisoire, les ouvrages
provisoires objet du marché, les ouvrages et installations fixes ou mobiles du
chantier, les matériels, matériaux et approvisionnements divers contre les risques
d’incendie, vol, détérioration pour quelque cause que ce soit, sauf cataclysmes
naturels.

2 - Aucun règlement ne sera effectué tant que l’entrepreneur n ‘aura pas adressé
au maître d’ouvrage copies certifiées conformes des polices d’assurances
contractées pour la couverture des risques énumérés au paragraphe 1 du présent
article.

Page - 17 -
L’entrepreneur est tenu de présenter, sur demande du maître d’ouvrage, la
justification du paiement régulier des primes d’assurance prévues ci-dessus.

3 - En outre, l’entrepreneur devra garantir le maître d’ouvrage contre les


conséquences de tout autre dommage ou préjudice causé par lui à l’occasion des
travaux à toute personne et à toute propriété.

4- Toutes les polices d’assurance mentionnées au paragraphe 1 du présent article


doivent comporter une clause interdisant leur résiliation sans aviser au préalable
le maître d’ouvrage.

5- Les dispositions du paragraphe 1 ci-dessus s’appliquent également aux sous-


traitants.

2.13.1 Sous traitants

Les garanties des contrats cités ci dessus doivent être étendues aux sous-traitants
sauf si les sous-traitants sont déjà couverts pour ces risques ; les contrats propres
aux sous-traitants devront être présentés au Directeur des Travaux, à sa demande,
ainsi qu'une attestation de validité et de paiement des primes en cours.

2.14 SOUS-TRAITANTS

L'entrepreneur ne pourra sous-traiter une partie des travaux qu'en conformité


avec les clauses du décret n° 2.98.482 du 11 Ramadan 1419 (30 décembre 1998) et
en accord avec le Maître de l’Ouvrage et le BET.

L'entrepreneur titulaire du marché, sera Entrepreneur-pilote seul responsable


pour l'ensemble de travaux à exécuter.

En particulier, il restera seul responsable de la qualité et du délai d'exécution de


tous les ouvrages ainsi que de leur règlement aux sous-traitants éventuels.

2.15 MODE DE REGLEMENT DES OUVRAGES

Le règlement des ouvrages se fera en appliquant dans les décomptes provisoires


et définitifs, les prix du bordereau aux quantités réellement exécutées.

Page - 18 -
Les attachements seront pris sur le chantier, par l'agent du BET chargé de la
surveillance en présence du Maître de l’Ouvrage et de l'entrepreneur (ou de son
représentant) convoqué à cet effet et contradictoirement avec lui.
Toutefois, si l'entrepreneur ne répond pas à la convocation et ne se fait pas
représenter, les attachements seront pris en son absence.

Les attachements seront présentés pour l'acceptation et la signature de


l'entrepreneur dans un délai maximum de 10 (dix) jours ouvrables à partir de leur
prise sur chantier.
Chaque attachement donnera lieu à l'établissement d'un décompte par
l’entreprise, vérifié et contrôlé par le BET sur la base des métrés signés et vérifiés
par ses soins.

Il portera sur les travaux terminés et non terminés. Aucun attachement ne pourra
être opéré pour les ouvrages dont l'exécution ne sera pas conforme au plan
correspondant signé par le B.E.T avec la mention "bon pour exécution", ainsi
qu'aux spécifications du C.C.T.P. Dans un délai de Quinze jours à compter de la
date de réception provisoire, l'entrepreneur devra remettre au Maître de
l’Ouvrage une situation récapitulative détaillée des travaux exécutés, présentant
les quantités déjà réglées et celles à régler. Sur la base de cette situation
récapitulative vérifiée et rectifiée s'il y a lieu, l’entreprise établira le décompte
général et définitif qui fixera le montant total du marché, L'entrepreneur pourra
prendre la copie du décompte définitif dans un délai de quinze jours après la
remise de la situation récapitulative.

L'établissement des métrés des travaux d’alimentation en eau potable est à la


charge de l'entreprise.

2.16 RECEPTIONS PARTIELLES, PROVISOIRE ET DEFINITIVE

2.16.1 RECEPTIONS PARTIELLES

Pour tous ouvrages ou parties d'ouvrages qui risquent d'être noyés ou rendus non
visible avant la réception provisoire, il sera précédé à une vérification permettant
de prononcer une préréception partielle.
L'entrepreneur doit en adresser la demande au Maître de l’Ouvrage, le BET l’ONE
ou la commune lorsqu'il estimera que les travaux achevés, soit pour prononcer
cette réception partielle, soit pour justifier, éventuellement son refus de la
prononcer.

Page - 19 -
2.16.2 RECEPTION PROVISOIRE

La réception provisoire sera prononcée à l'achèvement des travaux, à ce titre


l'entrepreneur doit remettre une situation récapitulative de tous les essais et les
P.V de réunion ainsi que les plans de recollement.

1- Les ouvrages ne sont réceptionnés qu’après avoir subi, aux frais de l’entreprise,
les contrôles de conformité des travaux avec l’ensemble des obligations du
marché et en particulier, avec les spécifications techniques.
Une réception partielle peut être prononcée pour des ouvrages ou parties
d’ouvrages pour lesquels des délais partiels d’achèvement ont été fixés. Dans ce
cas, c’est la dernière réception partielle qui tiendra lieu de réception provisoire de
travaux.
L’entrepreneur avise le maître d’ouvrage par écrit, de date à laquelle il estime que
les travaux ont été achevés ou le seront.
Le Maître de l’ouvrage procède, les intéressés (L’ONE, COMMUE, BET….) ayant
été convoqué par l’entreprise, aux opérations préalables à la réception des
ouvrages dans un délai de vingt (20) jours à compter de la date de réception de
l’avis mentionné ci-dessus ou de la date indiquée dans cet avis pour l’achèvement
des travaux si cette dernière date est postérieure.
En cas d’absence de l’entrepreneur à ces opérations, il en est fait mention au
procès-verbal qui lui est alors notifié.

2- Les opérations préalables à la réception comportent :


a) la reconnaissance des ouvrages exécutés ;
b) les épreuves éventuellement prévues le cahier des prescriptions spéciales ;
c) la constatation éventuelle de l’inexécution des prestations prévues au
Marché ;
d) la constatation éventuelle d’imperfections ou malfaçons ;
e) la constatation du repliement des installations de chantier et de la remise
en état des terrains et des lieux, sauf stipulation différente du cahier des
prescriptions spéciales ;
f) les constatations relatives à l’achèvement des travaux et à l’état de bon
fonctionnement des ouvrages des ouvrages et installations, le cas échéant ;
g) la remise au maître d’ouvrage des plans des ouvrages conformes à
l’exécution des travaux dans les conditions précisées au cahier des
prescriptions spéciales.
Ces opérations font l’objet d’un procès-verbal dressé sur le champ par le maître
d’ouvrage et signé par tous les intéressés

Page - 20 -
3- La réception provisoire, si elle est prononcée, prend effet à la date
d’achèvement des travaux constatée par le maître d’ouvrage.
4- S’il apparaît que certaines prestations prévues au marché et devant encore lieu
à règlement n’ont pas été exécutées, le maître d’ouvrage peut décider de
prononcer la réception provisoire, sous réserve que l’entrepreneur s’engage à
exécuter ces prestations dans un délai qui n’excède pas un mois. La constatation
de l’exécution de ces prestations doit donner lieu à un procès-verbal dressé dans
les mêmes conditions que le procès-verbal des opérations préalables à la
réception.
5- Lorsque la réception provisoire est assortie de réserves, l’entrepreneur doit
remédier aux imperfections et malfaçons correspondantes dans le délai fixé par le
maître d’ouvrage par ordre de service.
Au cas ou l’entrepreneur ne remédie pas à ces imperfections et malfaçons dans le
délai prescrit, le maître d’ouvrage peut faire exécuter les travaux correspondant
aux frais et risques de l’entrepreneur.
6- Si certains ouvrages ou certaines parties d’ouvrages ne sont pas entièrement
conforment aux spécifications du marché, sans que les imperfections constatées
soient de nature à porter atteinte à la sécurité, au comportement ou à l’utilisation
des ouvrages, le maître d’ouvrage peut, en égard à la faible importance des
imperfections et aux difficultés que présenterait la mise en conformité, renoncer à
ordonner la réfection des ouvrages estimés défectueux et proposer à
l’entrepreneur une réfaction sur les prix.
Si l’entrepreneur accepte la réfaction, les imperfections qui l’ont motivée se
trouvent couvertes de ce fait et la réception est prononcée sans réserve.
Dans le cas contraire, l’entrepreneur demeure tenu de réparer ces imperfections,
la réception étant prononcée sous réserve de leur réparation.

2.16.3 RECEPTION DEFINITIVE

La durée du délai de garantie qui commence à courir le lendemain du jour où


aura été prononcée la réception provisoire est fixée à un an (1 an).

Pendant toute la durée du délai de garantie, l'entrepreneur sera tenu


d'assurer l'entretien des ouvrages et d'effectuer toutes réparations des avaries
pouvant leur être advenues. Lors de la réception définitive qui marquera la
fin du délai de garantie, tous les ouvrages devront être en parfait état
d'entretien et de fonctionnement. L’entreprise invite tous les intéressés
(L’ONE, LA COMMUE, LE BET….) pour faire le constat, ces opérations font
l’objet d’un procès-verbal dressé sur le champ par le maître d’ouvrage et
signé par tous les intéressés
Page - 21 -
2.17 RISQUES CONCERNANT LES FOURNITURES

Les matériels et matériaux fournis par l'entrepreneur restent sous sa garde et sous
sa responsabilité, même après avoir été acceptés par le représentant du Maître de
l’Ouvrage et le BET.

2.18 APPORT DU MARCHE EN SOCIETE

L'apport du marché en société sera subordonné à l'autorisation expresse du


Maître de l’Ouvrage qui se réserve la faculté de résilier ce marché au cas où cette
Clause ne serait pas respectée.

2.19 CIRCULATION-PROTECTION-ECLAIRAGE DU CHANTIER

L'entrepreneur prendra à ses frais, toutes les dispositions nécessaires pour assurer
la circulation des piétons et des voitures et l'accès aux propriétés riveraines.
L'entrepreneur est tenu d'assurer, d'une façon efficace et permanente, la
protection de son chantier. Il est également tenu d'éclairer, à ses frais son chantier
pendant les heures de nuits. Toutes les mesures qu'il compte prendre à cet effet
devront recevoir l'accord du Maître de l’Ouvrage Même cet accord donné, il est
précisé que la responsabilité de l'entrepreneur reste entière.

2.20 FRAIS DE TIMBRE ET D'ENREGISTREMENT

Les frais de timbres et d'enregistrement sont à la charge de l'entrepreneur.

2.21 RESTRICTION DANS L'EMPLOI DE LA MAIN D'OEUVRE

Il est fait obligation expresse à l'entrepreneur de n'employer sur le chantier que


des ouvriers ayant plus de six mois de résidence dans la Ville de Settat.
L'entrepreneur recrutera parmi les ouvriers qui lui seront présentés, par le bureau
de placement, 70 % au moins des ouvriers non permanents nécessaires pour
compléter l'effectif indispensable au fonctionnement du chantier. Lorsque certains
de ces ouvriers seront licenciés par l'entrepreneur, il devra immédiatement les
remplacer par d'autres ouvriers présentés par le Bureau de placement, de telle
sorte que le pourcentage minimum de 70 % soit respecté en permanence.

2.22 CONTROLE DE L'EMPLOI DE LA MAIN D'OEUVRE

Page - 22 -
L'entrepreneur devra avoir sur le chantier, la liste constamment tenue à jour des
ouvriers employés sur le chantier, les ouvriers présentés par le Bureau de
Placement seront portés sur une liste à part.
Les ouvriers devront pouvoir présenter à toute demande du Maître de l’Ouvrage,
l'attestation d'identité ou la carte délivrée par les autorités de contrôle de la ville
de Settat qui seront les seules admises pour justifier les conditions de résidence
imposées par l'article précédent.

2.23 STOCKAGE ET UTILISATION DES MATIERES DANGEREUSES

Le stockage des carburants et autres matières dangereuses ainsi que l'utilisation


de l'explosif doivent être organisés conformément aux lois et règlements en
vigueur.

En particulier, les quantités des matières inflammables entreposées dans les


constructions provisoires ne doivent pas dépasser les besoins d'une journée.

2.24 INSTALLATION DU CHANTIER

Dés la réception de l’ordre de service prescrivant l’ouverture du chantier,


l’Entrepreneur fournit et pose suivant les indications de la Maîtrise d’œuvre un
panneau en planches d’aluminium type AIC ou similaire, de dimensions
suffisantes pour indiquer notamment les noms et adresse du Maître d’Ouvrage,
l’Architecte, le BET, la désignation de l’ouvrage, la date de commencement des
travaux (ainsi que le numéro et la date du permis de lotir).

Si l’Entrepreneur n’a pas placé ce panneau après un délai d’un mois de la date de
l’ordre de service, le Maître d’Ouvrage procédera à la fourniture du panneau, les
frais d’installation y afférentes seront déduits du décompte de l’entreprise.

L’Entrepreneur procède à l’installation de son chantier et obtient les autorisations


d’utilisations du terrain public et en règle les frais qui restent à sa charge.
Dès l’ouverture du chantier, l’Entrepreneur doit établir les bureaux provisoires
destinés à la Maîtrise d’œuvre : ils doivent toujours être étanches à l’eau et à l’air.

L’aménagement devra comprendre :

 Une salle de réunion équipée de tableaux d’affichage, d’une grande table


avec un nombre de chaises suffisant (surface 20m²).

Page - 23 -
Les frais d’installation et d’équipement complet de ces bureaux sont à la charge de
l’Entrepreneur, ainsi que les frais de consommation d’eau, d’électricité, de
combustibles, de téléphone et ceux d’entretien et de nettoyage.

L’Entrepreneur devra également :

 Approvisionner en permanence un cahier de chantier trifold à la disposition


de la Maîtrise d’œuvre. Sur ce cahier seront consignées toutes remarques et
établis les procès verbaux des réunions ;
 Déposer un dossier complet des plans et pièces descriptives.

2.25 RESILIATION DU MARCHE

Le marché peut être résilié de plein droit, au gré du Maître de l'ouvrage sans que
l'entrepreneur puisse prétendre à une indemnité quelconque :

1- en cas de décès de l'entrepreneur sauf le droit pour le Maître de l'ouvrage


d'accepter les offres des héritiers ou des successeurs de l'entrepreneur.

2- en cas de dissolution de l'entreprise si celle-ci est constituée en société.


3- en cas de règlement judiciaire ou de liquidation de biens, à moins que le Maître
de l'ouvrage accepte les offres du liquidateur ou syndic représentant la masse des
créanciers pour la continuation des travaux.

4- en cas d'incapacité, de fraude, de tromperie, constatées par le Maître de


l'ouvrage sur la qualité des matériaux et de leur mise en oeuvre.

5- en cas d'abandon de chantier ou de réduction d'activité apportant des


perturbations dans le déroulement normal du chantier, dûment constatés par le
Maître de l'ouvrage si la reprise n'en est pas effectuée huit jours après réception
d'une lettre recommandée valant mise en demeure.

6- en cas de sous traité, cession, transfert ou apport du marché sans l'autorisation


du Maître de l'ouvrage.

7- Enfin, dans tous les autres cas ou l'entrepreneur ne s'est pas conformé aux
stipulations du marché ou aux ordres écrits qui lui ont été donnés, si
l'entrepreneur n'exécute pas dans le délai de huit jours à compter du jour de la
mise en demeure qui lui est signifiée par acte extrajudiciaire. Ce délai peut être
ramené à deux jour en cas d'urgence. Dans tous les cas, la résiliation est notifiée
Page - 24 -
par lettre recommandée avec avis de réception adressée à l'entrepreneur
défaillant.

2.26 CONTESTATIONS ET LITIGES

Tout litige entre le Maître de l’Ouvrage et l'entrepreneur sera soumis aux


tribunaux de Settat statuant en matière Administrative.

2.27 VARIATION DANS LA MASSE DES TRAVAUX

Le Maître de l’Ouvrage se réserve le droit d’apporter, par rapport aux


spécifications du Chapitre des Clauses Techniques et définition des prix, des
modifications à la nature et à la consistance des ouvrages et installations à
exécuter impliquant des augmentations ou des diminutions sans que :

1- l’Entrepreneur puisse se prévaloir pour autant d’un dédommagement


quelconque, et ce selon les modalités qui suivent :

- en cas d’augmentation dans la masse des travaux il sera fait application de


l’Article 69 alinéa 7 du Décret 2.98.482 et de l’Article 52 du CCAG-T

- en cas de diminution dans la masse des travaux, il sera fait application de


l’Article 53 du CCAG-T; étant entendu que l’ensemble des travaux objet du
présent marché est considéré être un seul ouvrage.

- en cas de changement dans les diverses natures d’ouvrages, il sera fait


application de l’Article 54 du CCAG-T(étant entendu que , dans tous les cas de
figure, l’ensemble des travaux objet du présent marché est considéré être un seul
ouvrage).

2.28 CONNAISSANCE DES LIEUX

L'entrepreneur, qui déclare avoir reconnu en personne ou fait reconnaître par un


représentant qualifié l'emplacement des ouvrages à réaliser et des carrières ou
autres lieux d'extraction, est censé avoir une parfaite connaissance des lieux et des
sujétions d'exécution résultant des conditions du site du chantier notamment en
ce qui concerne les travaux de démolition ou d'ajustement des ouvrages existants
au projet le cas échéant. L'entrepreneur ne peut, en aucun cas, formuler de
réclamations basées sur une connaissance insuffisante des lieux et des conditions
d'exécution des travaux.
Page - 25 -
2.29 : MODE D'EVALUATION DES OUVRAGES

a) CARACTERES GENERAUX DES PRIX

Les prix prévus au bordereau des prix serviront pour le règlement des travaux
terminés. Il en résulte que ces prix comprennent toutes les dépenses de matériaux
et de personnel, les frais généraux, les impôts, les taxes et notamment la taxe sur
les produits et les services, les faux-frais et d'une manière générale, toutes les
dépenses qui sont la conséquence nécessaire et directe des travaux.

Il est précisé que les quantités de fournitures venant en dépassement des


quantités contractuelles, et quoique réellement exécutées, ne donnent lieu à
aucune dépense supplémentaire sauf dans le cas ou l'entrepreneur aura reçu
l'accord écrit du Maître de l’Ouvrage avant l'exécution de ces travaux. Par
conséquent l'entrepreneur devra respecter les indications données par le présent
C.P.S. Tout changement apporté à ces dernières devra être ordonné par le Maître
de l’Ouvrage Les renseignements fournis par le Maître de l’Ouvrage ne
dispensent pas l'entrepreneur d'effectuer les vérifications et les reconnaissances
nécessaires, notamment sur les difficultés particulières susceptibles d'être
rencontrées.

En aucun cas, l'entrepreneur ne peut se prévaloir de l'insuffisance des


renseignements fournis par le Maître de l’Ouvrage pour revenir en cours de
marché sur les prix qu'il a acceptés ou pour demander une indemnité.

L'entrepreneur sera réputé d'être rendu compte sur des difficultés des travaux, et
il n'aura droit à aucune plus-value sur les prix du bordereau, quelles que soient
les difficultés spéciales rencontrées pendant les travaux, par exemple : présence
d'autres chantiers, arrêt momentané des travaux, maintien de la circulation,
présence de la nappe etc…

b) REVISION DES PRIX

Le délai étant inférieure à douze mois, les prix du présent marché renferment
toutes sujétions et sont fermes et non révisables.

Page - 26 -
CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

CHAPITRE III : INDICATIONS GENERALES

ARTICLE 1.1 - OBJET DU PRESENT CPS

L'objet de ce cahier est de définir les prescriptions spéciales pour l'exécution des
travaux d'équipement nécessaires à l’alimentation électrique d’un lotissement ou
opération de construction, de respecter les normes en vigueur et de faciliter la
résolution de certains problèmes litigieux qui surviennent lors des travaux.

ARTICLE 1.2 - CONSISTANCE DES TRAVAUX

En plus des prescriptions décrites dans le CPC, l’entrepreneur prend en charge


dans un lotissement les travaux et prestations suivantes :

- La construction et l’aménagement du génie civil des postes de distribution


publique.
- La fourniture et le montage des équipements de ces postes de transformation.
- le montage des accessoires livrés par L’ONE.
- La fourniture et la pose des réseaux basse tension souterrains.
- La pose du réseau à haute tension classe A (HTA) à l’intérieur du lotissement
(les câbles HTA sont fournis par L’ONE).
- La construction des niches pour armoires de distribution basse tension.
Page - 27 -
- La mise en place des armoires de distribution basse tension fournie par ONE
(s’il s’agit d’une opération de construction).
- Le raccordement des câbles basse tension posés aux armoires de distribution.
- Tous les travaux de montage de l'appareillage nécessaire à la réalisation
complète des postes de transformation, des réseaux basse et haute tension.
- L’établissement des plans et carnets de piquetage provisoires et définitifs des
réseaux B.T. et HTA.

L’énumération ci-dessus des fournitures et prestations à la charge de


l’entrepreneur est indicative et n’est nullement limitative. En fait, l’entrepreneur
s‘engage à livrer l’ensemble des installations en parfait état de fonctionnement.

A la charge de l’ONE de fournir à l’entrepreneur les documents et le matériel


suivants :

 Le plan d’étude des réseaux basse et moyenne tension du lotissement.


 Les plans de construction du génie civil des postes.

 Les plans type des tranchées, de la porte métallique et du détecteur de défauts

 Les serrures des portes des postes.

 Les câbles H.T.A autres que les câbles de liaison transformateur-cellule


protection.
 Les détecteurs de défauts.

 Les horloges astronomiques

 Les armoires de distribution B.T. lorsqu’il s’agit d’une opération de


construction immobilière
Cette liste est limitative.

Page - 28 -
CHAPITRE VI : CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
DES OUVRAGES ET MISE EN ŒUVRE

Les travaux seront exécutés suivant l’étude définie par L’ONE et conformément
aux recommandations de ses agents.

LOT I : ELECTRIFICATION

ARTICLE 2.1 Postes de transformation :

A - Génie civil

A-1 – Consistance succincte des travaux


Les travaux se rapportent, en particulier aux ouvrages suivants, ainsi qu'à ceux
qui tout en n'étant pas explicitement énoncés, en seraient le complément à savoir :
- Implantation des ouvrages, clôtures des chantiers, terrassements en terrain
de toute nature, remblais, les boucles en cuivre pour terre des masses, béton de
fondation, tous ouvrages en béton armé et non armé, murs en agglos pleins,
enduits, ravalements, blocages, dallages, caniveaux et leur couvertures, cuves à
huile, étanchéité, fourniture et scellement d'aérations métalliques et de la porte
métallique, peintures et badigeons, etc ..., et plus généralement tous travaux
nécessaires à l'achèvement complet des bâtiments, tels qu'ils sont représentés
sur les plans, coupes et façades établis par L’ONE.
Seuls la fourniture et le montage du matériel électrique qui équipera le poste
sont exclus des travaux du génie civil.
La description détaillée des ouvrages est donnée dans les articles
ci-après, qui complètent les plans et dessins fournis par L’ONE.
Page - 29 -
A-2- Plans d’exécution
Les plans et dessins, tant ceux établis par L’ONE que ceux dressés par
l'ingénieur de béton armé, devront pour être valables porter le cachet de l’ONE,
«BON POUR EXECUTION» et la date de leur remise à l'Entrepreneur.
L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur le fait que toute les cotes figurant
sur les plans du poste sont des dimensions d'ouvrages finis, y compris les
enduits et revêtements.
En conséquence, la tolérance admise pour les erreurs éventuelles d'exécution, sera
de 5 mm au maximum.
Tout ouvrage, ou partie d'ouvrage dont les cotes n'auront pas été respectées,
seront démolis et refaits aux frais de l'Entrepreneur.

A-3 – Implantation
C'est sur un terrain absolument net qu'il sera procédé à l'implantation des
bâtiments. En conséquence, l'Entrepreneur devra débarrasser le terrain des
gravois, terres, etc... déblayer les abords de tous débris et objets qui pourraient s
'y trouver.
Des bornes posées par l’ONE aux angles du terrain, indiqueront le contour de
l'ouvrage à construire. Ces bornes seront reconnues par l'Entrepreneur, qui sera
tenu, en outre, de veiller à leur conservation, de les rétablir ou de les remplacer au
besoin, soit à leur remplacement primitif, soit en un autre point, si l'avancement
des travaux l'exigent.
L'Entrepreneur procédera, à ses frais, au piquetage des fouilles suivant les
indications des plans.

A-4- Terrassements - Remblais

a) Terrassement - l'Entrepreneur devra reconnaître l'état du sol où doivent être


construits les ouvrages et restera dans tous les cas responsable de l'assise des
fondations.
En cas de doute concernant la résistance du terrain comme sol de fondation, une
consultation pourra être demandée à un laboratoire choisi par L’ONE.
Les différents profils des terrassements seront amenés aux cotes exactes des plans,
prêts à recevoir les bétons, maçonneries et ouvrages du projet.
Les dimensions des terrassements et fouilles, en longueur et en largeur, seront
rigoureusement celles mentionnées sur les plans du projet. En profondeur, ce
seront celles fixées par L’ONE, en cours de travaux, sur propositions de
Page - 30 -
l'Entrepreneur, après reconnaissance du sol par ce dernier. Les déblais seront
mesurés d'après le volume du vide établi par ces dimensions.
Les cubes de terrassements et ceux de maçonneries, bétons et autres, résultant de
sur- longueur et sur- largeur, aux dimensions fixées sur les plans, ne seront pas
pris en compte par L’ONE, quelles qu'en soient les causes, même celles
imputables au manque de cohésion des déblais. Il sera de même pour les sur
profondeurs aux n'auront pas été approuvées par L’ONE.
D'une manière générale, les fouilles doivent être réceptionnées par L’ONE et
les attachements de leurs dimensions seront éventuellement pris avant tout
début d'exécution des bétons et maçonneries.
Les déblais destinés aux remblaiements seront déposés uniquement dans les
limites de la propriété ou, en tout état de cause, déposés de manière à ne pas être
une gêne pour la Circulation Publique. Les déblais en excédent et les gravois
provenant des travaux seront évacués directement (sans être entreposés sur la
voie publique) et transportés en totalité aux décharges publique.

b) Remblais - Les remblaiements seront exécutés avec le plus grand soin et


suivant les règles de l'art. Pendant toute la durée du délai de garantie,
l'Entrepreneur restera responsable de la tenue des remblais. Au cas où des
tassements sur terrain remblayé nécessiteraient une remise en état des
revêtements de sol (aussi bien extérieurs qu'intérieurs), ou toute autre réparation,
toutes les dépenses en résultant seraient supportées par l'Entrepreneur, lequel
conservera également pendant la durée du délai de garantie : la responsabilité des
accidents, désordres de la construction, ou trouble de jouissance des utilisateurs
qui pourraient résulter de cette situation.

A-5- Composition et fabrication des mortiers et béton


Suivant leur emploi, les mortiers et bétons auront, en principe, les compositions
ci-après :

MORTIERS
Mortier A: pour enduits intérieurs et extérieurs et repères d'épaisseur
- ciment 250 / 315 .................................................................................350 Kg
- sable de mer ..................................................................................1 000 litres
Mortier B : pour dallage, cuves à huile, etc. ..
- ciment 250/ 315 ................................................................................. 400 Kg
- sable de mer ..................................................................................1 000 litres
Mortier C : pour chape étanche et tous travaux similaires.
- ciment 250 / 315 .................................................................................600 Kg
- sable de mer ..................................................................................1 000 litres
Page - 31 -
- SIKA (par 10 litres d'eau de gâchage) 1 Kg

BETONS
Béton n°1 pour fondations, réglage d'assises, formes sous dallages
- ciment 250 / 315 .................................................................................250 Kg
- sable de mer .....................................................................................450 litres
- gravettes n° 1 à 2 .............................................................................550 litres
- gravettes n°3 à 4 ..............................................................................350 litres

Béton n°2 pour béton armé


- ciment 250 / 315 .................................................................................350 Kg
- sable de mer .....................................................................................360 litres
- gravette n°0.......................................................................................250 litres
- gravette n°1...................................................................................... 380 litres
- gravette n°2 ......................................................................................380 litres

Aussi bien pour les mortiers que pour les bétons, les proportions,
(énumérées ci-dessus à titre purement indicatif), ne seront définitivement
arrêtées, par ouvrages, que lorsque le laboratoire choisi par l'entreprise
adjudicataire et agrée par L’ONE aura déterminé le dosage des agrégats et leur
granulométrie, sur échantillons de matériaux présentés par l'Entrepreneur à
l’ONE.
En outre, L’ONE. se réserve le droit de faire procéder, au cours de l'exécution de
travaux, et aux frais de l'Entrepreneur à tous essais et épreuves qu'elle jugera
utiles, pour vérifier que la qualité des mortiers et pour bétons fabriqués,
concordent avec les prescriptions formulées à ce sujet.

A la suite de ces essais, les prescriptions initialement formulées pourront être


modifiées lorsque L’ONE le jugera utile, sans que l'Entrepreneur soit autorisé à
présenter une réclamation, ni demande d'indemnité à ce sujet.
L'Entrepreneur restera entièrement responsable des prescriptions adoptées. Il est
formellement spécifié que les mortiers et bétons et plus particulièrement les
mortiers destinés aux enduits seront toujours fabriqués et malaxés à l’aide d’une
bétonnière, ceci afin d’assurer un dosage constant et homogène.

A-6- Béton non armé


Le Béton n° 1 sera employé en remplissage des fouilles en rigoles pour fondations,
nivellement des assises des basses fondations et formes sous dallage.
Page - 32 -
Ce Béton devra s'appliquer étroitement et sans vide aux parois des fouilles. La
mise en œuvre sera parfaitement exécutée, par couches successives de 0,20m
d'épaisseur, soigneusement pilonnées, les volumes supplémentaires pouvant
résulter d'une sur-largeur ou sur-longueur des fouilles en rigoles, ne seront pas
pris en compte.

A-7-Béton armé
Le Béton n°2 sera employé pour tous travaux et ouvrages en béton armé,
préfabriqués ou coulés sur place : semelles, poutres, dalles, linteaux, chaînages,
acrotères, dalots etc.;.
L'Entrepreneur prendra toutes précautions utiles pour préserver du soleil les
ouvrages fraîchement coulés, au besoin en les recouvrant de toiles mouillées.
L'exécution des ouvrages en béton armé sera faite suivant les règles de l'art. Le
béton sera coulé par couches de faibles épaisseurs et soigneusement pilonnées. Il
ne sera jamais fait de reprises dans le cours d'une pièce, dalle ou poutre.
Tous les ouvrages mal exécutés seront immédiatement démolis et refaits aux frais
de l'Entrepreneur.

A-8- Aciers pour armatures du béton armé


Préalablement à la mise en place des armatures, les coffrages seront visités par
L’ONE avant coulage du béton, les armatures seront réceptionnées par
l'Ingénieur en béton armé, responsable des plans et des calculs.
Les aciers utilisés seront homogènes, exemptes de pailles, soufflures ou brûlures.
Le ferraillage sera exécuté conformément aux plans B.A. L'entrepreneur devra
assurer la fourniture, la façon, la pose des aciers, le fil de ligature, les aciers de
montage, les câbles annulaires au mortier de ciment pour les poutres et poteaux
(à enfiler sur les cadres, prévoir une cale par kilogramme d'acier en moyenne).
Les cales cubiques spéciales seront proposées pour voiles minces. Le poids des
aciers pris en compte, est celui du poids théorique, selon plans d'exécution.
Aucune majoration ne sera accordée pour les chutes, fils de ligatures, ligatures,
tolérance de laminage. Toutes ces sujétions seront à prévoir dans le prix
unitaire.

A-9- Maçonneries extérieures


Les murs porteurs des bâtiments seront construits en agglomérés de ciment pleins
vibrés A. 74 du D.G.A, hourdés au mortier A. Ils seront obligatoirement utilisés
comme coffrage sur les faces correspondantes des piliers, poutres ou chaînages.
Les matériaux à utiliser seront les suivants :
Murs cotés de 0,25 agglos de 40 x 20 x 20 cm mis en œuvre sur 0,20 rn.

Page - 33 -
A-10-Enduits
Les enduits extérieurs et intérieurs comportent le revêtement total de toutes les
faces apparentes des maçonneries et bétons.
Il est rappelé qu'indépendamment de leur rôle d'habillage des murs, les enduits
extérieurs doivent remplir pleinement leur fonction de revêtement protecteur, en
mettant le bâtiment à l'abri de l'humidité extérieure. il appartient donc à
l'Entrepreneur de composer un ensemble de (murs + enduits) qui réalise, sans
défaillance le but recherché.

Les enduits seront toujours exécutés en deux couches, sur repère d'épaisseur
de dosage exactement semblable à celui des enduits définitifs

a) Enduits extérieurs (maçonneries hors sol)


La première couche d'enduit, pour dégrossis, sera de mortier « A », gobetée à la
truelle et nivelée grossièrement à la règle sur repères. Une partie du sable de ce
mortier pourra être remplacée par de la fine gravette dite « grains de riz », si
l'Entrepreneur le juge opportun. La seconde couche dite de finition sera très
finement frotassée et exécutée au mortier «A», ou bien à la demande de l’ONE, au
mortier «C» dit «bâtard».
Ces enduits devront être parfaits, bien plans et ne présenter aucune ondulation,
même aux lumières rasantes.

b) Enduits intérieurs
La première couche d'enduits, pour dégrossis, sera de mortier « A », gobetée à la
truelle et nivelée grossièrement à la règle sur repères. Une partie du sable de ce
mortier pourra être remplacée par de la fine gravette dite «grains de riz», si
l'Entrepreneur le juge opportun. La seconde couche dite de finition, sera exécutée
au mortier « A »,. Elle sera finement frottassée.

Cette couche de finition devra être suffisamment bien dressée pour que les
peintures puissent être appliquées sans qu'apparaissent des défauts.

Il est possible que des enduits ne révèlent pas à l’œil, au premier examen,
certains défauts qui pourraient n'apparaître qu' après les impressions ou
badigeons. Dans ce cas l'Entrepreneur devra exécuter à ses frais, non seulement
la réfection des enduits, mais aussi celle des peintures.

L'apparition des taches d'humidité à l'intérieur du bâtiment, entraînerait


également pour l'Entrepreneur, la réfection à ses frais des enduits et des peintures.
Page - 34 -
En aucun cas, l'Entrepreneur ne pourra se soustraire à la réfection à ses frais de
certains manques, trous, malfaçons, épaufrures d'arrêtes, raccords sur
scellements.

A-11- Chape d’isolation


Afin d'éviter les remontées capillaires sur les soubassements des maçonneries
hors sol, il sera exécuté sur l'arase des fondations ou murs enterrés, un lit
d'isolation réalisé par chape étanche.
Cette chape, d'une épaisseur de 30 mm, sera exécutée au mortier de ciment « C »
avec addition de SIKA à 1/10.

A-12—Terre des masses


Pour la terre des masses une boucle en câble cuivre nu 29 mm² sera posée au
fond des fouilles avant coulage du béton des fondations -Un bout de ce câble
restera visible à une hauteur 0,50 m du sol comme indiqué sur le plan ONE. et
l'autre bout sera relié au quadrillage métallique en fer Ø 6 à mailles de 0,30 x
0,50 m par des serres câble à griffes de 29 mm², l'ensemble sera posée
directement sur blocage, sous dallage du sol. La résistance de cette terre de
masse doit être inférieur ou égale à 3 (ohm).

A-13- Blocage - Dallage


Le sol des bâtiments étant en général établi sur terre-plein, un blocage de
fondation est à prévoir.
La terre arable sera décapée et enlevée. Le font sera dressé et suffisamment
compacté pour être rendu ferme et uni. Le blocage sera exécuté après achèvement
du gros œuvre sur une terrain propre, au moyen de moellons durs posés sur
chantier et rangés à la main.. L'épaisseur de ce blocage sera de 0,20m minimum,
les interstices seront garnis de gravites ou pierre cassée, et l'ensemble pilonné à
refus à la dame à quatre, afin d'obtenir une assise parfaitement résistante pour les
dallages.

Une forme en béton n°1 de 0,10m d'épaisseur minimum, sera posée directement
sur le blocage de fondation.

Le dallage de finition, sera exécuté au mortier de ciment « B », à haute teneur de


grains de riz.
Pour les autres parties du sol, le dallage sera soigneusement bouchardé, à
l'exclusion de toute chape rapportée ou enrichissement de la couche de finition.

Page - 35 -
Les revêtements de sol seront exécutés en dernier lieu, suivant les règles de l'art,
et seront d'un fini impeccable, présentant une surface nette et homogène.
A-14- CANIVEAUX - FOSSES - CANALISATIONS
L'Entrepreneur aménagera dans le sol des bâtiments, les caniveaux, fosses,
canalisations, etc... tels qu'ils figurent sur les plans L’ONE pour cellules et
transformateurs.

L'intérieur des fosses sera en enduit au mortier de ciment «B» soigneusement


lissé. Et l'intérieur des caniveaux sera en enduit au mortier «B» finement frotté.
Certaines parties de caniveaux, suivant les indications de plans ONE seront
fermées par des dalots de couverture en béton n° 2 armé.

A cet effet, les feuillures des caniveaux seront constituées par des cornières fixes
de 35 x 35. Les cadres ceinturant Ies dalots seront en cornières de 30 x 30. Le jeu
entre le cadre fixe des feuillures et le cadre des dalots n'excédera pas 3 mm.

La cornière de 30 x 30 sera rectifiée, afin que le dessus des dalots affleure


exactement le niveau du sol fini. L'assise des dalots sur son plan de pose dans le
cadre fixe de caniveau sera parfaitement stable.

Afin de permettre une manipulation facile, les dalots seront formés d’éléments de
0,50 m de longueur environ.

A-15- ETANCHEITE 

Pour les postes de type élévation, l'étanchéité de la dalle de couverture sera


constituée par un feutre de 36S croisé et une chape Alu 27S.

D'une manière générale, il est convenu et accepté sans réserve par


l'Entrepreneur que ce dernier maintiendra, l'étanchéité des bâtiments en parfait
état pendant les dix années qui suivront la réception définitive des ouvrages

A-16- MENUISERIES FOURNIES ET POSEES PAR L'ENTREPRENEUR


L'Entrepreneur assurera, la fourniture, la pose et les scellements des
menuiseries métalliques ci-après fournies sur chantier par lui-même.

- 1 porte à 1 vantail de 1,35 x 2,00 m.


- Les châssis d'aérations basse et haute prévu sur le plan du poste..
Tous les ouvrages métalliques seront galvanisés à chaud.
La serrure de porte d'entrée sera fournie par L’ONE et posée par l'Entrepreneur.
Page - 36 -
D'une manière générale, les menuiseries et ouvrages métalliques seront
réceptionnés provisoirement en atelier de l'Entrepreneur avant galvanisation,
peinture et transport sur chantier.

A-17- PEINTURES ET BADIGEONS

Tous les ouvrages métalliques recevront après préparation des surfaces une
couche primaire au minimum de plomb et deux couches de peintures de finition à
l'huile de lin de couleur grise.
La peinture Vinylique à L'intérieur et l’extérieur du bâtiment comprend :
- Ponçage et égrenage des surfaces à peindre.
- 1 couche d’impression PRIMOREX selon la porosité du support.
- 2 couches de peintures VINYLASTRAL ou SUPERSADVINYL croisée avec
réception de chacune des deux couches par L’ONE.
B – Equipement et montage

La réalisation des travaux d'équipement électrique du poste de transformation en


matériel type protégé sera conforme au plan type ONE.

Les travaux comprennent les fournitures de tout ce qui est nécessaire au


montage pour que les ouvrages puissent être mis sous tension avant la réception
provisoire.
Un poste de distribution publique sera composé essentiellement du
matériel ci-après :

B.1 Cellules à moyenne tension

Le poste de transformation comportera trois ou quatre cellules selon qu’il est à


équiper avec un ou deux transformateurs. Ces cellules seront protégées,
préfabriquées et équipées d’appareils à coupure dans le gaz SF6. Ces cellules
doivent répondre à la définition du matériel à compartiments séparés sur les
bases des normes E.D.F (en particulier HN 64.S41), CEI et UTE.
Les cellules devront pouvoir être raccordées aux câbles secs isolés au PRC de
section maximale 240 mm² munis de boites d’extrémités fournies et
confectionnées par L’ONE

 Deux cellules "arrivée" composées chacune essentiellement de :

 1 interrupteur ou interrupteur sectionneur 400 A


 Un circuit de terre
Page - 37 -
 Un jeu de barre 400 A.
 Un dispositif de vérification de présence de tension.

Les boites d’extrémités de raccordement des câbles HTA aux cellules « arrivées »
sont fournies et confectionnées par L’ONE

 Une ( ou deux ) cellule (s ) “ départ et protection ” de(s) transformateur (s)


composée (s) essentiellement de :

 Un jeu de barre 400 A


 1 interrupteur ou interrupteur - sectionneur In= 200 A
 Un circuit de terre
 Un dispositif de vérification de présence de tension.
 Un jeu de 3 fusibles à haut pouvoir de coupure calibrés suivant normes UTE.

L’entrepreneur fournit avec cette cellule et confectionne un jeu de trois (3) boîtes
d'extrémités unipolaires normalisées type intérieur pour zone humide et polluée
pour câbles unipolaires en cuivre isolés au PRC de section 25 mm²

 D'autres caractéristiques électriques

 Tension de service :5,5 kV, 20 kV ou 22 kV suivant la tension du réseau HTA de


la zone (donnée par ONE)
 Fréquence nominale : 50 Hz

 Courant de courte durée admissible nominal pendant 1 minute  12,5 kA

 Valeur de crête de courant admissible nominal  31,5 kA

 Niveau d'isolement

a/ - Tension aux chocs de foudre

- à la terre et entre phases : 125 kV crête


- sur la distance de sectionnement : 145 kV crête

b/ - Tension de tenue à fréquence industrielle pendant 1 minute à la terre et entre


phase

- 55 kV pour les cellules à installer sur le réseau 5, 5 kV et 20 kV

Page - 38 -
- 75 kV pour les cellules à installer sur le réseau 22 kV

Les éléments entrant dans la composition de ces ensembles préfabriqués


doivent permettre l'installation des cellules dans un ordre quelconque sans
aucune modification de forme ou de perçage ; en plus on doit pouvoir y ajouter
d'autres cellules de même type.
Toutes les exigences de l’ONE en matière de sécurité, notamment les
verrouillages et le cadenassage des appareils (deux cadenas par appareil) devront
être respectées.
Le circuit de terre sera en barre de cuivre de section supérieure ou égale
à 40 mm². Ce circuit doit être terminé par une borne appropriée destinée au
raccordement au réseau de terre de l'installation.
Les cellules devront comporter des résistances de chauffage 150W/220V ou
50W/220V (à préciser par le constructeur.
L'enveloppe métallique de chaque cellule doit être réalisée en tôle
d'épaisseur supérieure ou égale à 2 mm.

Remarque importante :

Si le génie civil du poste est du type sous-sol ou situé dans une zone humide, les
cellules HTA devront être en matériel type étanche agrée par L’ONE.

B.2 Transformateur de puissance

Le transformateur devra être conforme au dernier projet de norme


marocaine sur les transformateurs ainsi qu'aux exigences de L’ONE en ce qui
concerne notamment les accessoires et les dimensions.

Il sera du type intérieur triphasé, sous ambiance 40°C à bobinage cuivre


immergé dans l'huile, régime continu, refroidissement naturel, fréquence
50Hz.

Il sera de type à pertes réduites équipé des bornes HTA droites


embrochables complètes (mâles et femelles), de thermomètre à indicateur de
maximum, de galets, ...
Les bornes basses tensions seront équipées de cosses correspondantes et
protégées par un couvercle.

B-2-1 - Caractéristiques de base :


 Groupe de couplage Dyn11

Page - 39 -
 Couplage primaire : triangle
 Couplage secondaire : étoile neutre sorti

 Tension primaire est :

- Pour le réseau 5,5 kV : le transformateur sera prévu pour une exploitation
future sur un réseau 20 kV et par conséquent doit être muni d’un commutateur
5,5 / 20 kV et une prise de réglage ± 5%.

- Pour le réseau 20 kV : 20 000 V entre phases, avec prise de réglage ± 5% .

- Pour le réseau 22 kV : 22 000 V entre phases, avec une prise de réglage ± 5% et
± 10%.

Ces réglages seront effectués par commutateur cadenassable sur le couvercle


(réglage hors tension).

 Tension secondaire 400 V entre phases


 Niveau d'isolement 24 kV (zone 5,5/20 kV), 24kV surisolé pour zone humide et

36 kV pour zone 22kV


 Service continu en régime nominal

B-2-2- Caractéristiques de construction et des principaux accessoires :

Remarques :
-Le numéro et l’année de fabrication devront être marqués d’une manière
visible et indélébile sur le couvercle.
-Les valeurs des rendements et des chutes de tension des transformateurs sont
celles données par le fournisseur.

-Bobinage : -B.T. : cuivre électrolytique méplat émaillé –grade 2-classe H à


endurance thermique 180°
- M.T. : à galettes en cuivre rond émaillé –classe E –grade 2- classe H à
endurance thermique.

-Circuit magnétique : en tôle magnétique à cristaux orientés de premier choix de


pertes spécifiques 0.9 W/kg à 1.5 tesla isolé sur les deux faces par la cartyte,
oxyde inorganique absolument insensible aux hautes températures et à l’action de
l’huile chaude, assemblage 90°.

-Cuve : munie de panneaux d’ondes avec :


-des ailettes en tôle XE de 12/10.
Page - 40 -
-un fond en tôle de 3 mm
-un couvercle en tôle de 6 mm.
Elles reçoivent systématiquement une peinture antirouille avant peinture finale.

Le fabricant doit préciser les marques d’huile, isolateurs, bornes embrochables et


commutateurs.

B-2-3 - Procédure de réception :

L’ONE se réserve la faculté d’assister aux essais des transformateurs en usine. A


cet effet, l’entrepreneur devra lui faire connaître par écrit au moins dix jours à
l’avance, la date à laquelle il pourra être procédé à ces essais chez le constructeur.

Ceux-ci seront effectués conformément aux spécifications de la norme marocaine


en vigueur, aux frais du Constructeur ou l’entrepreneur.

Dans le cas où L’ONE renoncerait à assister aux essais, l’entrepreneur devra lui
faire parvenir les procès-verbaux d’essais avant la livraison, en trois exemplaires.
Ces PV d’essai doivent comporter les informations suivantes :
* Essai de rapport.
* Essai diélectrique.
* Pertes de charge/Pertes fer.
* Tension induite.
* Essai tension huile

B.3 Liaisons M.T. et B.T.

a) Liaison M.T.
La liaison entre cellule protection et transformateur sera réalisée en câble
unipolaire sec 25 mm² cu. Tension spécifiée 15/25 pour les réseaux 5.5, 20 et 22
kV. Le câble nécessaire à cette liaison sera fourni par l'Entrepreneur qui réalisera
la confection des prises débrochables et des boîtes d'extrémités de câbles. (les
prises débrochables étant fournies avec le transformateur).

Les boîtes d'extrémités pour câbles HTA se raccordant aux cellules formant
le passage en boucle seront fournies et confectionnées par L’ONE
b) Liaison B.T.

 Raccordement des tableaux B.T. et E.P.: en câble U 1000 R 02 V posé sur des
chemins de câbles en tôle perforée
Page - 41 -
 du transformateur au tableau de distribution B.T. :
Transformateur phases neutre
250 kVA 1 x (3x1x240 mm²) Cu 1 x 240 mm² Cu
400 kVA 2 x (3x1x240 mm²) Cu 1 x 240 mm² Cu
630 kVA 3 x (3x1x240 mm²) Cu 1 x 240 mm² Cu

du tableau de distribution B.T. au tableau d'éclairage public un câble de 4x50


mm² Cu.

B.4 Tableau de distribution basse tension

Le tableau de distribution type T VIII suivant spécifications HN 63-S-61 et


additifs à pas réduit équipé de :
 1 interrupteur compact de :

-1200 A pour poste équipé de 250 ou 400 kVA .


-1800 A pour poste équipé de 630 kVA .
 Départs équipés : suivant l’étude établie par L’ONE (minimum de quatre 04
départs .
 fusibles H P C 400 A : Suivant le nombre de départ à équiper ; (minimum de
douze 12 fusibles).
 Trois fusibles H.P.C 160 A pour alimenter le tableau d’éclairage public.

 Un coupe-circuit bipolaire 5 A pour l'éclairage du poste.

 4 panneaux de réservation

 1 panneau de condamnation

 1 clé isolée

Ce tableau doit être muni d'écrans de protection et chaque départ BT doit


être repéré (Vers lot N°…, vers rue N°… etc.…)

B.5 Tableau d'Eclairage Public

Ce tableau peut être de deux types : soit un châssis métallique galvanisé ou un


coffret de type paninter équipé du matériel suivant:
 1 interrupteur sectionneur tétra-polaire 4x160 A

 1 contacteur 140 A pour commande de circuits de distribution

 3 jeux de trois coupe-circuit sectionnables avec cartouches 63 A 22x58.

 1 compteur d'énergie active pour E.P. (fourniture L’ONE)

 1 horloge pour commande E.P. 220 V (fourniture L’ONE)

 1 disjoncteur C60/6A pour protection de l’horloge

 1 filerie en fil cuivre de la série U 500 V.

Page - 42 -
B.6 Menuiserie métallique du poste

a) La fourniture et la mise en place de 2 rails pour transformateur en I P N de


1,15 m chacun galvanisé y compris système de blocage du transformateur.

b) La fourniture et l'installation de 3 cadres grillagés pour fosse de transformateur


de dimensions approximatives 53x89 cm et constitués de cornières 30 x 30 x 3
mm et de grillage double ondulation de maille 20 x 20 galvanisés y compris
fourniture et mise en place de galets de mer de grosseur comprise entre 5 et 7 cm.
NB : la porte métallique du poste fait partie des travaux du génie civil à la charge
de l’entrepreneur

B.7 Equipements divers

a) - Circuit de terre du Neutre


La prise de terre du neutre du poste sera réalisée et accordée au neutre
du transformateur à travers une borne de mesure, placée près de la porte
d'accès. La liaison entre la borne du neutre du transformateur et la borne de
mesure sera en câble U 1 000 R 02 V 1 x 50 mm²
La résistance de la terre du neutre doit être inférieure ou égale à dix (10)
ohms.

b) - Circuit de terre des masses


L'Entreprise réalisera le circuit de terre général des masses du poste et leurs
prises de terre.
Le circuit sera réalisé en barre ronde cuivre Ø 8 mm, montée sur serre fils
laiton posés sur le mur au moyen de support isolé approprié.

Il reliera le circuit de terre, la cuve du transformateur et l'ensemble de la


menuiserie métallique du poste et aboutira près de la porte d'accès sur une
barrette de mesure à fournir.

La résistance du réseau de terre doit être inférieure ou égale à trois (3)


ohms.

c) Eclairage du Poste
L'installation de l'éclairage sera réalisée en matériel étanche sous matière
plastique genre Plexo et comprendra :

Page - 43 -
 un interrupteur fin de course placé à la porte (la commande est assurée par
l'ouverture et la fermeture de la porte),
 une prise de courant 10 A bipolaire + Terre (branchée en 220 V) près de la porte

 deux hublots ronds grillagés en Bakélite choc avec lampe de 150 W - 220 V

 Le câblage sous tube plastique, sera réalisé en câble U 500 VG V de 1,5 mm² et

posé sur colliers Atlas. L'alimentation se fera à partir du coupe circuit placé
sur le tableau de distribution T VIII.

d) Affiches réglementaires et matériel de sécurité du poste


L'entrepreneur fournira et posera les affiches réglementaires intérieures et
extérieures ainsi que les perches isolantes.

e) L'entrepreneur installera et raccordera un système de détection de défauts


de terre fourni par L’ONE Les câbles et accessoires nécessaires au raccordement
de ce système sont à la charge de l'Entrepreneur.

NOTA :

 Toutes les menuiseries métalliques du poste seront galvanisées à chaud et


peintes à une couche de minium de plomb et deux couches de peinture grise.

 Les boîtes d'extrémités M.T. devront être du type agrée par L’ONE au même
titre que l'ensemble du matériel.

 L'entrepreneur fournira les notices, les plans et les certificats d'essais de


l'ensemble du matériel proposé.

Page - 44 -
ARTICLE 2.2 Réseau Haute et Basse tension:

2.2.1 Généralités :
La manutention des tourets et les opérations de déroulage, tirage et réglage
sont faites avec le plus grand soin, pour éviter toute atteinte de l’isolant. Toutes
détériorations, telles que torsion, écrasement ou rupture des conducteurs ou des
brins, frottements des conducteurs sur le sol ou sur tout autre objet abrasif,
déchirure de l’isolant, doivent être impérieusement évités.

Les tourets de câbles, stockés à l’abri de l’humidité ne doivent pas être


déchargés ou entreposés dans des endroits où des poussières (sables, ciment,
charbon) ou tout autre corps étranger risquerait de s’introduire dans le câble ou
de détériorer les isolants.
Les tourets doivent être roulés sur un terrain dépourvu d’aspérités. Le
déroulage d’un touret se fait autant que possible en une seule fois pour toute la
longueur. On vérifie au cours de cette opération que le câble est absolument
intact.
Toute portion présentant une dégradation quelconque est éliminée, et
l’entrepreneur en informe L’ONE.

Tout câble posé doit être muni de capotage d’extrémité empêchant la pénétration
d’humidité (embouts thermorétractables).

2.2.2 Réseau souterrain B.T.

2.2.2.1 Câble armé B.T.

 Spécifications techniques :
- Tension spécifiée : 0,6/1 kV
- Ame en cuivre rigide
- Enveloppe isolante en P.R.
- Armure en feuillard d'acier
- Gaine extérieure en P.V.C. noire
Dans le montage de ce câble sera compris, le transport à pied d’œuvre, le
déroulage et la pose en tranchée directement dans le sol ou dans des buses.

Page - 45 -
2.2.2.2 Armoires de distribution B.T.

- Cas d’un lotissement (lots particuliers): Les armoires B.T. avec leurs grilles
seront fournies et raccordées par L’ONE. La mise en place de ces armoires sera
réalisée par les acquéreurs des lots .

- Cas d’une opération de construction : Les armoires B.T. avec leurs grilles seront
fournies par L’ONE. A la charge de l’entrepreneur de mettre en place ces armoires
et d’y raccorder les câbles B.T.

- Prise de terre du neutre : Elle sera reliée au neutre du réseau


conformément aux normes en vigueur. La résistance de la terre du neutre doit être
inférieure ou égale à trente (30) Ohms.
Le câble de terre du neutre dans l’armoire B.T. sera fourni et posé par
l’entrepreneur.

2.2.2.3 Conditions générales de pose des câbles B.T souterrains :

Température de pose : la température mesurée sur la gaine du câble doit être


comprise entre
0°C et 35°C.
Efforts de traction : Il est important, pendant toute la durée de l’opération, de
limiter la contrainte de traction à la valeur fixée par le constructeur. Les efforts ne
doivent généralement pas dépasser la valeur de 3 daN par mm² de métal
conducteur.
Le tableau suivant donne les valeurs limites à respecter en fonction de la section
du câble :

Section (mm²) Effort (daN)


3 x 50 + 1x35 600
3 x 95 + 1 x 50 1005
3 x 150 + 1 x 70 1560
3 x 240 + 1 x 95 2445

Page - 46 -
Rayon de courbure : Le rayon de courbure du câble ne doit pas être inférieur aux
valeurs indiquées sur le tableau suivant :

Section (mm²) Rayon mini (mm²) Rayon mini (mm²) Posé


lors du tirage
3 x 50 + 1x35 54 22
3 x 95 + 1 x 50 62 25
3 x 150 + 1 x 70 78 31
3 x 240 + 1 x 95 94 38
2.2.3 Réseau haute tension classe A (HTA)

a) Livraison des câbles HTA souterrains :

Les câbles HTA sont toujours fournis par L’ONE sauf dérogation écrite de sa
part. Il appartient à l’entreprise d’en assurer le transport jusqu’au chantier à
partir du magasin L’ONE.

Les câbles seront posés munis de capotage d’extrémité empêchant la pénétration


d’humidité (embouts thermorétractables).

b) Essai des câbles posés

Avant mise sous tension, des essais diélectriques seront effectués par
L’ONE. Les tronçons défectueux seront remplacés par l’entreprise dans leur
totalité et les boîtes de jonction ne sont pas autorisées.

c) Conditions générales de pose des câbles H.T.A souterrains :


Pose mécanisée : Il est important, pendant toute la durée de l’opération, de limiter
la contrainte de traction à la valeur fixée par le constructeur. Les efforts ne doivent
généralement pas dépasser la valeur de 3 daN par mm² de métal conducteur.
Le tableau suivant donne les valeurs limites à respecter en fonction de la section
du câble :

Section (mm²) Effort (daN)


95 855
150 1350
240 2160

Page - 47 -
Rayon de courbure : Le rayon de courbure du câble ne doit pas être inférieur aux
valeurs indiquées sur le tableau suivant :

Section (mm²) Rayon mini (mm²) Rayon mini (mm²) Posé


lors du tirage
95 140 70
150 160 80
240 180 90

2.2.4 Terrassements et Réfections


A – Dimensions des tranchées

En principe et sauf dérogation, les dimensions des tranchées à ouvrir seront les
suivantes :
Câbles posés directement dans le sol :

Nombre de Câble basse et moyenne tension


câbles Largeur Profondeur
1 ou 2 0,50 m 0,90 m
3 0,70 m 0,90 m
4 ou 5 1,00 m 0,90 m
6 1,10 m 0,90 m

Câbles posés dans des buses (généralement pour des traversées de chaussée) :

Nombre de Câble basse et moyenne tension


câbles Largeur Profondeur
1 ou 2 0,50 m 1,00 m
3, 4 ou 5 0,70 m 1,00 m
6 ou 7 1,00 m 1,00 m

Les largeurs indiquées ci-dessus sont des dimensions mesurées au fond de fouille.
Quand la présence d’obstacles le nécessitera, les dimensions ci-dessus seront
augmentées après accord de l’ONE.

Les fouilles seront creusées suivant les formes et les dimensions prescrites,
les faces seront bien dressées et le fond nivelé avec soin. Si la fouille se trouve en
terrain rocheux, il ne devra subsister dans le fond de celle-ci aucune « tête de
chat ».
Page - 48 -
Le raccordement du fond de tranchées de profondeur différente se fera en
pente très douce et suivant les indications de l’ONE.

D’une manière générale, tout tronçon de tranchée devra être réceptionné par
L’ONE avant la pose des canalisations électriques

B – Canalisations sous trottoirs

Généralement, les câbles sous trottoirs sont enterrés directement dans le sol
sauf précision de la part de l’ONE.

La tranchée une fois achevée et réceptionnée, le fond de la fouille sera régularisée


par une couche de sable de carrière propre et tamisée de 0,10 m d‘épaisseur
uniforme.

Sur ce lit de sable, seront posés les câbles électriques sous la direction et la
surveillance des agents de l’ONE.

Après la mise en place des câbles, ceux-ci seront recouverts par une seconde
couche de sable de carrière de 0,10 m d ‘épaisseur uniforme.
Dans le but de protéger et signaler aux tiers la présence des canalisations
électriques, l’entrepreneur devra placer sur toute la surface de la tranchée :

- des dalettes en ciment aggloméré au-dessus du lit de sable pour protéger les
câbles à moyenne tension s’il ne sont pas pré-équipés d’une protection mécanique.
- un grillage en plastique à maille de 0,40 à 0,50 mm de couleur rouge pour les
câbles M.T et B.T. Ce grillage sera placé à une profondeur de 0,40 m au-dessous
du niveau des trottoirs.

Ce travail terminé, l’entrepreneur pourra, après accord de l’ONE, effectuer le


remblayage de la tranchée.

C – Canalisations sous chaussées

Page - 49 -
L’ouverture de tranchée dans les traversées des voies sera exécutée
obligatoirement par demi-chaussée, sauf autorisation spéciale des services de la
voirie ou de la police que l’entrepreneur sera tenu d’obtenir.

Le passage des câbles sous chaussée s’effectuera à l’aide de fourreaux constitués


par des buses en ciment de 150 mm de diamètre intérieur. Les conduits seront
prolongés de 1 m de part et d’autre de la traversée.

Ces travaux seront exécutés à l’avancement et avant toute pose de câbles


électriques. La tranchée une fois achevée et réceptionnée, le fond de la fouille sera
régularisée par une couche de sable de carrière propre et tamisée de 0,10 m
d‘épaisseur uniforme.

Sur ce lit de sable seront posées les buses en ciment de 150 mm avec
emboîtement mâle et femelle. L’assemblage de ces buses se fera uniquement avec
l’aide de leur emboîtement et sans confection de joints au mortier.

L’entrepreneur sera tenu de fournir et placer à l’intérieur de chaque


fourreau, un fil de fer galvanisé de 30/10 qui sera mis en place au fur et à mesure
de la pose des buses. Ce fil de fer aura toujours une longueur de 2 m aux
extrémités de chaque fourreau.

De même, il devra obligatoirement obstruer chaque extrémité des fourreaux


à l’aide de papier fort recouvert de plâtre ou de ciment, avant et après la pose des
câbles électriques.

Lorsque la construction des fourreaux sera achevée, l’entrepreneur pourra,


après accord de l’ONE, remblayer aussitôt la tranchée. Un grillage en plastique
sera placé sur toute la surface de la fouille dans les mêmes conditions que pour les
canalisations sous trottoirs.

D – Remblaiement des tranchées

L’entrepreneur est chargé de remblayer toutes les tranchées ou fouilles


ouvertes par lui.
Le remblayage ne pourra s’effectuer que sur ordre de l’ONE après pose des
câbles électriques et sera fait avec les matériaux provenant de la fouille si celle-ci
est exécutée en terrain meuble. Dans le cas de déblais rocheux, l’entrepreneur est
tenu d’effecteur à ses frais des apports de terre pour remblayer les tranchées.

Page - 50 -
D’une manière générale, la couche primaire de remblais, sur une hauteur de 0,20
m au-dessus des ouvrages L’ONE sera exécutée avec de la terre tamisée bien
purgée de toutes matières étrangères. Le restant de la fouille sera comblé avec les
matériaux tout venant passés au crible à maille de 20 mm maximum.
Les remblais seront obligatoirement exécutés par couches successives de
0,20 m maximum, damés à l’aide d’engin approprié à la tranchée ( dameuses
vibrantes, rouleaux vibrants, … ) pour éviter tout tassement ultérieur de la
tranchée et avoir une compacité au moins égale :

Sous chaussée :
- 95 % de l’Optimum Proctor Modifié :Pour les remblais secondaires
- 98 % de l’Optimum Proctor Modifié :Pour la couche de base de la chaussée

Sous trottoir :
- 90 % de l’Optimum Proctor Modifié : Pour les remblais secondaires
- 95 % de l’Optimum Proctor Modifié : Pour la dernière couche des
remblais
secondaires
L’entrepreneur sera responsable jusqu’à la réception définitive de tous les
accidents résultant d’une mauvaise exécution des remblais

Les trottoirs et chaussées après achèvement des travaux seront remis en état
et bien nettoyés. Aucun gravois, ni dépôt de matériaux de quelque importance
que ce soit ne devra subsister.

En cas de contestation à l’issue du chantier ou pendant le délai de garantie, des


sondages de contrôle pourrait être commandée à L.P.E.E. ou à un laboratoire
agrée par L’ONE. Si la réfection de chaussée n’est pas conforme à la structure
initiale, celle-ci sera refaite aux frais de l’entrepreneur qui supportera en outre le
coût des opérations de contrôle.

L’entrepreneur est chargé de faire transporter aux décharges publiques


désignées, les déblais et matériaux en excédent après le comblement des
tranchées.

LOT N° II : ECLAIRAGE PUBLIC

CHAPITRE I : PRESCRIPTIONS ET MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX

Page - 51 -
FOURNITURE ET POSE DE LUMINAIRE D'ÉCLAIRAGE PUBLIC QUI ONT LES
CARACTÉRISTIQUES SUIVANTES :

- Lampes :

Normes : les lampes sont conformes aux normes française homologuées NF C72-
213, NF – EN60 662 et à la publication CEI 662 ;
- Type : vapeur de sodium SHP haut rendement
- Puissance : 150 ou 250 W, et exceptionnellement, 400W.
- Culot : E40
- Tension : 22 V
- Efficacité lumineuse nominale : 150 lumen / Watt
- Température de couleur : 1950K /2100K
- I.R.C : 25/20
- Temps de rallumage à chaud : inférieur à 1 minute
- Durée moyenne de vie pratique du lot comptée à partir de la mise en service
effective constatée contradictoirement : 15 000 heures pour des cycles allumage/
extinction conformes aux normes cités.
- Température des matériaux non métalliques : ces matériaux doivent avoir une
température de fonctionnement en service continu supérieur au 10K par rapport à
la température du point le plus chaud du boîtier en tenant compte de la
température ambiante.

- Accessoires d’alimentation des lampes :

- Normes : NF C71-212, NF C71-213, NF C71–214, NF C71–215, NF C71–220


et NF C71-222 dans leurs éditions les plus récentes.
- Les accessoires d’alimentation ne doivent pas être soumis à des
températures supérieures à celles pour lesquelles ils ont été prévus et ne
doivent pas être le siège de phénomènes de résonance mécanique et doivent
posséder, par construction ou par installation, les degrés de protection
correspondant avec conditions d’influence externe auxquelles ils sont
soumis.

- Ballast :

1. Type : Ferromagnétique adapté aux caractéristiques du réseau L’ONE,


2. Normes : EN 555015, EN 61000-3-2, EN60922, EN 60923
3. Classe : 1
Page - 52 -
4. Tension : 220/230V à 50Hz
5. Consommation d’énergie : pertes limitées à 30W.
6. Section des conducteurs de raccordement : supérieure à 0.5 mm² avec
isolement adapté à la tension et à la température nominales du condensateur.
- Amorceur : adapté au type de lampe à impulsion 3 fils

– Luminaires :

- Normes : NF EN 60.598.1, NF EN 60.598.2.3 et NF EN 60.598.2.5


- Corps : en alliage d’aluminium
- Capot : en aluminium injecté avec des pièces de fixation en aluminium
aussi. l’ouverture et la fermeture doit être simple et ne doit nécessiter aucun
outillage spécial.
- Réflecteur optique : en aluminium embouti de haute pureté et traité par
oxydation anodique de classe 10, conforme à la norme NF A91 – 450,
suivie d’un colmatge soigné ou tout autre traitement de surface présentant
les mêmes garanties.
- Vasque : scellée au réflecteur, elle sera en verre trempé légèrement injecté
sous pression avec joints de qualité éprouvé,
- Bloc appareillage électrique d’origine : parfaitement étanche dans le temps,
il sera pré- câblé, il comprendra ballast, condensateur, bornier de
raccordement, une douille E40 à frein et chemise en porcelaine. Il est fixé sur
une platine unique et son extraction doit s’opérer sans outil.
- Classe : II,
- Indice de protection pour le bloc optique : IP66
- Indice de protection pour la partie appareillage : IP44 minimum.
- Mode de fixation : compatible avec le support.
- Facteurs d’utilisation des luminaires : à fournir pour chaque type de
luminaire et pour chaque section
- Couleur : au choix de l’ONE.
Seront présentés :
- le certificat de garantie de l’appareillage élevtrique délivré par un
laboratoire agrée qui atteste particulièrement les indices de protection IP.
- Les différents types de luminaires complets et leurs accessoires.
- Une documentation complète sur les fournitures proposées.
Ouvrage payé à l'unité, luminaire complet en ordre de marche y compris
lampes de fixations et toutes sujétions :

a/ Luminaire avec lampe vapeur de sodium haute pression 150W

Page - 53 -
Ouvrage payé à l'unité
b/ Luminaire avec lampe vapeur de sodium haute pression 250W .
Ouvrage payé à l'unité

- Armoire

Fourniture et pose d'une armoire de commande et de protection des


différents départs de l'éclairage public constituée par une armoire à 2 portes et de
deux compartiments (un compartiment pour l’appareillage et l’autre pour le
coffret compteur) 90x120x40cm en tôle pliée éléctro -zinguée de 20/10ème munie
de presse étoupes à l'entrée et à la sortie de chaque câble avec 2 couches de
peinture couleur Ivoire. Cette armoire sera placée en dehors du poste de
transformation et reliée au départ prévu pour éclairage public dans le poste.

Elle comprendra essentiellement :


- Sur la porte :
* 3 Voyants présence de tension
* 2 Boutons marche-arrêt (éclairage public) pour chaque départ
* Un commutateur (marche minuterie horaire ou horloge ou photo-cellule) sur
lumandar avec possibilité marche en manuel).

- A l'intérieur :
* 1 jeu de barre sur ses supports isolants
* 1 disjoncteur 4 x 60 A différentiel 300 m A sur rail
* 4 départs triphasés protégés par sectionneur fusible 4 x 25 A sur rail avec
deux départs supplémentaires.
* 4 discontacteurs 4 x 20 A et chaque discontacteur aura sa commande sur la
porte de l'armoire (sur rail)
* Un lumandar sur poste, commandant le discontacteur principal 4x60A
* Un discontacteur principal 4 x 60 A
* Une minuterie horaire ou horloge ou photo-cellule commandant le
discontacteur principal.
* Borniers de raccordement
* Borne de terre.
Ouvrage payé à l'unité d'ensemble complet en ordre de marche
conformément aux norme en vigueur et normes de l’ONE y compris niche de
protection en maçonnerie et socle en béton et toutes sujétions, de raccordement et
pose

- Coffret de comptage
Page - 54 -
Fourniture et pose d’un coffret de comptage en PVC, triphasé de dimensions
appropriées type OGE ou similaire agrée par l’ONE.
Payé à l’unité y compris tous les accessoires de raccordement et de pose.

PARTIE II : SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES BORDEREAUX


DESCRIPTIF

PRIX N° 1 : FOUILLES EN TRANCHÉES POUR TOUTE PROFONDEUR EN TERRAIN DE


TOUTE NATURE Y COMPRIS LE ROCHER.

Ce prix rémunère au mètre cube les fouilles en tranchées, en terrain de toute


nature y compris le rocher pour toute profondeur. Il comprend toutes
sujétions, épuisements éventuels, dressages des parois et des fonds de
fouilles. Les déblais excédentaires seront évacués sur les lieux des dépôts
indiqués par le maître de l'ouvrage et le BET. Il s'applique aux profondeurs
réellement exécutées. Suivant les règles de l’art, à la satisfaction de la
Commune.

PRIX N° 2 : LIT DE POSE

Ce prix rémunère au mètre cube, la fourniture et la confection de lit de pose en


sable l'épaisseur est 0,10m après compactage y compris damage, arrosage
et toutes sujétions. Suivant les règles de l’art, à la satisfaction de la Commune.

PRIX N° 3 : TERRE TAMISÉE POUR REMBLAI PRIMAIRE

Ce prix rémunère au mètre cube, l'exécution de la terre tamisée et de


granulométrie appropriée pour remblais primaires sur une hauteur de 30 cm.
Cette couche doit être soigneusement arrosée et compactée jusqu'à obtention
d'une compacité minimum de 92% de l'OPM qui doit être réceptionnée par le
laboratoire. Suivant les règles de l’art, à la satisfaction de la Commune.

PRIX N° 4 : TERRE TAMISÉE POUR REMBLAI SECONDAIRE

Ce prix rémunère au mètre cube, la mise en œuvre de terre tamisée de


granulométrie appropriée pour remblais secondaires. Les remblais doivent être
effectués par couche de 20 cm chaque couche étant soigneusement arrosée et
compacté jusqu'à obtention d'une compacité minimum de 95% de l'OPM

Page - 55 -
chaque couche doit être réceptionnée par le laboratoire. Suivant les règles de
l’art, à la satisfaction de la Commune.

PRIX N° 5 : FOURNITURE ET POSE DES CÂBLES B.T

Fourniture et pose de câble électrique d’alimentation des candélabres sera de


type U 1000 RYFV cuivre, la section du câble de terre sera conforme à la norme
Marocaine qui correspond à la NF, C15-100
Prix comprenant en outre le grillage avertisseur, bornes de signalisation et tube
annelé double paroi Ø75mm, P.V.C Ø100.
Ouvrage payé au mètre linéaire y compris toutes les sujétions de fourniture et
de pose au prix n° 05.

a/ Câbles U 1000 RYFV cuivre 4 x 70 + 1 x 70 mm²


Ouvrage payé au mètre linéaire au prix n°.................. 5a.
b/ Câbles U 1000 RYFV cuivre 4 x 50 + 1 x 50 mm²
Ouvrage payé au mètre linéaire au prix n°...................5b.
c/ Câbles U 1000 RYFV cuivre 4 x 35 + 1 x 35 mm²
Ouvrage payé au mètre linéaire au prix n°...................5c.
d/ Câbles U 1000 RYFV cuivre 4 x 25 + 1 x 25 mm²
Ouvrage payé au mètre linéaire au prix n°...................5d.
e/ Câbles U 1000 RYFV cuivre 4 x 16 + 1 x 16 mm²
Ouvrage payé au mètre linéaire au prix n°...................5e.

GENERALITE

Tous les câbles seront en U 1000 RYFV cuivre enterrés à 0,80 m de profondeur
sauf sous les chaussées ou ces câbles passeront dans des buses en PVC Ø
100 enterrées à 1,10 m de profondeur.

Les câbles seront posés sur un lit de sable de 10cm d'épaisseur dans un tube
annelé double paroi. Et recouverts de 30 cm de terre tamisée et un grillage de
signalisation en matière plastique de couleur rouge puis un remblai en terre
tamisé damé à refus.
Il est bien entendu que de part et d'autre de la chaussée les buses en PVC
débouchent dans des regards en béton vibré avec couvercle de 50x50x 120m.
L’épaisseur de la paroi 12cm et celle du tampon 10cm.

PRIX N°6 : TRAVERSSES DE CHAUSSE

Les traversées de chaussée, seront reprises conformément à la composition du


corps de chaussée existant.

Page - 56 -
Ce prix comprend la fourniture et la mise en oeuvre du GNF - GNA ainsi que
le revêtement analogue à l'existant pour toutes les traversées indiquées sur le
plan du réseau.

Ce prix comprend également la fourniture et la pose de buse Ø100 en PVC ainsi


que les regards d'aboutissement de part et d'autre de la conduite pour
l’ensemble des traversées du lotissement et ce conformément aux plans
d'exécution.

Ouvrages payé au mètre linéaire y compris déblais, remblais, évacuation des


terres excédentaires à la décharge publique et toutes sujétions de compactage à
95% OPM, au prix.......................N°6.

PRIX N°7 : BETON POUR MASSIFS :

Il sera prévu des massifs en béton non armé dosé à 300kg pour chaque
candélabre, avec des tiges de scellement en acier galvanisé noyé dans le béton
(dimensions : 25/24 x 600mm) y compris écrous contre écrous et rondelles .

a/ Massif pour candélabre de 10m de hauteur, dimensions 0.70x0.70x1.2m


Ouvrage payé à l'unité au prix...........................N°7a.

b/ Massif pour candélabre de 12m de hauteur, dimensions 0.80x0.80x1.2m


Ouvrage payé à l'unité au prix...........................N°7b.

PRIX N° 8 : CANDELABRES

Les candélabres seront de forme cylindro-conique en tôle d'acier roulé et


soudé, épaisseur 4mm et seront protégés contre la corrosion par :
- Galvanisation au trempé à chaud.
- 2 Couches de peintures antirouille.
- 2 Couches de peintures glycérophtalique laquée (appliquées au pistolet)
de nature au choix du maître de l'ouvrage et de couleur au choix de la
Commune.
A la base du candélabre il sera prévu un portillon métallique fermé par vis
spéciale infrodable permettant l'accès à une platine support d'un bornier de
raccordement et de fusibles de protection de l'appareil d'éclairage.
Les candélabres seront tous munis d’embases coulissantes galvanisées en tôle
de 3mm.
Ce prix comprend le câble en cuivre 2*2.5 mm² + terre nécessaire au
raccordement avec le luminaire.

Page - 57 -
La crosse de fixation en fonderie d’aluminium permettant l’emmanchement
(longueur variable allant jusqu’à 60cm) latéral 0° ou top 20° par simple
retournement dans le corps.
- La saillie du candélabre doit avoir une longueur de 1.50 m et d’une manière
courbée.
- La soudure annulaire des candélabres devra être en double à l’intérieur et
l’extérieur.
DIMENSIONS :

Candélabres : base = 202 mm pour les hauteurs de 10m et 12m tête = 60mm.
a/ Fourniture et pose de candélabres 10m de hauteur à simple crosse.
Ouvrage payé à l'unité au prix N°...........................8a.

b/ Fourniture et pose de candélabres 12 m de hauteur à simple crosse.


Ouvrage payé à l'unité au prix N°...........................8b.

c/ Fourniture et pose de candélabres 12 m de hauteur à double crosses.


Ouvrage payé à l'unité au prix N°...........................8c.

PRIX N° 9 : FOURNITURE ET POSE DE LUMINAIRE D'ÉCLAIRAGE PUBLIC QUI ONT LES


CARACTÉRISTIQUES SUIVANTES :
9.1 - LAMPES :

Normes : les lampes sont conformes aux normes française homologuées NF


C72-213, NF – EN60 662 et à la publication CEI 662 ;
- Type : vapeur de sodium SHP haut rendement
- Puissance : 150 ou 250 W, et exceptionnellement, 400W.
- Culot : E40
- Tension : 22 V
- Efficacité lumineuse nominale : 150 lumen / Watt
- Température de couleur : 1950K /2100K
- I.R.C : 25/20
- Temps de rallumage à chaud : inférieur à 1 minute
- Durée moyenne de vie pratique du lot comptée à partir de la mise en service
effective constatée contradictoirement : 15 000 heures pour des cycles
allumage/ extinction conformes aux normes cités.
- Température des matériaux non métalliques : ces matériaux doivent avoir
une température de fonctionnement en service continu supérieur au 10K par
rapport à la température du point le plus chaud du boîtier en tenant compte de
la température ambiante.

9.2 – Accessoires d’alimentation des lampes :

Page - 58 -
- Normes : NF C71-212, NF C71-213, NF C71–214, NF C71–215, NF C71–
220 et NF C71-222 dans leurs éditions les plus récentes.
- Les accessoires d’alimentation ne doivent pas être soumis à des
températures supérieures à celles pour lesquelles ils ont été prévus et ne
doivent pas être le siège de phénomènes de résonance mécanique et doivent
posséder, par construction ou par installation, les degrés de protection
correspondant avec conditions d’influence externe auxquelles ils sont soumis.

- Ballast :
1. Type : Ferromagnétique adapté aux caractéristiques du réseau de la
COMMUNE,
2. Normes : EN 555015, EN 61000-3-2, EN60922, EN 60923
3. Classe : 1
4. Tension : 220/230V à 50Hz
5. Consommation d’énergie : pertes limitées à 30W.
6. Section des conducteurs de raccordement : supérieure à 0.5 mm² avec
isolement adapté à la tension et à la température nominales du condensateur.
- Amorceur : adapté au type de lampe à impulsion 3 fils

9.3 – Luminaires :
- Normes : NF EN 60.598.1, NF EN 60.598.2.3 et NF EN 60.598.2.5
- Corps : en alliage d’aluminium
- Capot : en aluminium injecté avec des pièces de fixation en aluminium
aussi. l’ouverture et la fermeture doit être simple et ne doit nécessiter aucun
outillage spécial.
- Réflecteur optique : en aluminium embouti de haute pureté et traité par
oxydation anodique de classe 10, conforme à la norme NF A91 – 450,
suivie d’un colmatage soigné ou tout autre traitement de surface présentant les
mêmes garanties.
- Vasque : scellée au réflecteur, elle sera en verre trempé légèrement injecté
sous pression avec joints de qualité éprouvé,
- Bloc appareillage électrique d’origine : parfaitement étanche dans le
temps, il sera pré- câblé, il comprendra ballast, condensateur, bornier de
raccordement, une douille E40 à frein et chemise en porcelaine. Il est fixé sur
une platine unique et son extraction doit s’opérer sans outil.
- Classe : II,
- Indice de protection pour le bloc optique  : IP66
- Indice de protection pour la partie appareillage : IP44 minimum.
- Mode de fixation : compatible avec le support.
- Facteurs d’utilisation des luminaires : à fournir pour chaque type de
luminaire et pour chaque section
- Couleur : au choix de la COMMUNE.
Page - 59 -
Seront présentés :
- le certificat de garantie de l’appareillage électrique délivré par un
laboratoire agrée qui atteste particulièrement les indices de protection IP.
- Les différents types de luminaires complets et leurs accessoires.
- Une documentation complète sur les fournitures proposées.
Ouvrage payé à l'unité, luminaire complet en ordre de marche y compris lampes
de fixations et toutes sujétions :
a/ Luminaire avec lampe vapeur de sodium haute pression 150W
Ouvrage payé à l'unité au prix N°..........................9a.
b/ Luminaire avec lampe vapeur de sodium haute pression 250W .
Ouvrage payé à l'unité au prix N°..........................9b.

PRIX N° 10 : FOURNITURE ET POSE D’ARMOIRE DE COMMANDE

Fourniture et pose d'une armoire de commande et de protection des différents


départs de l'éclairage public constituée par une armoire à 2 portes et de deux
compartiments (un compartiment pour l’appareillage et l’autre pour le coffret
compteur) 90x120x40cm en tôle pliée éléctro-zinguée de 20/10ème munie de
presse étoupes à l'entrée et à la sortie de chaque câble avec 2 couches de
peinture couleur Ivoire. Cette armoire sera placée en dehors du poste de
transformation et reliée au départ prévu pour éclairage public dans le poste.

Elle comprendra essentiellement :


- Sur la porte :
* 3 Voyants présence de tension
* 2 Boutons marche-arrêt (éclairage public) pour chaque départ
* Un commutateur (marche minuterie horaire ou horloge ou photo-cellule) sur
lumandar avec possibilité marche en manuel).
- A l'intérieur :
* 1 jeu de barre sur ses supports isolants
* 1 disjoncteur 4 x 60 A différentiel 300 m A sur rail
* 4 départs triphasés protégés par sectionneur fusible 4 x 25 A sur rail avec
deux départs supplémentaires.
* 4 discontacteurs 4 x 20 A et chaque discontacteur aura sa commande sur la
porte de l'armoire (sur rail)
* Un lumandar sur poste, commandant le discontacteur principal 4x60A
* Un discontacteur principal 4 x 60 A
* Une minuterie horaire ou horloge ou photo-cellule commandant le
discontacteur principal.
* Borniers de raccordement
* Borne de terre.
* La commande automatique de l’éclairage public doit être basculée par une
horloge astronomique.

Page - 60 -
* l’ampérage des équipements de la partie puissance du coffret de commande
doit âtre adéquat à la puissance installée.

Ouvrage payé à l'unité d'ensemble complet en ordre de marche


conformément aux norme en vigueur et normes de la Commune y compris
niche de protection en maçonnerie et socle en béton et toutes sujétions, de
raccordement pose, au prix N°................................10.

PRIX N° 11 : COFFRET DE COMPTAGE

Fourniture et pose d’un coffret de comptage en PVC, triphasé de dimensions


appropriées type OGE ou similaire agrée par l’ONE.
Payé à l’unité y compris tous les accessoires de raccordement et de pose au prix
N°................................11.

Page - 61 -
CHAPITRE III : DEFINITION DES PRIX

ARITCLE 3.1- DISPOSITIONS GENERALES

En plus des travaux fixés par le CPC, tous ceux qui sont fixés au présent CPS
seront payés suivant les prix unitaires du bordereau annexé par l’entreprise à sa
soumission et d’après les quantités réellement exécutées ayant fait l’objet
d’attachement contradictoire conformément à l’article 39 du C.C.A.G. des Travaux
de L'état.
L’entreprise tiendra compte, en particulier, des sujétions ci-dessous susceptibles
d’influencer les prix du bordereau.
a) Nature du terrain,
b) Présence de toutes canalisations souterraines (câbles électriques et PTT, égouts,
conduites d’eau etc...) ainsi que des ouvrages ; regards de façade, regards de
visites, bouches d’égout, regards borgnes etc...
c) Caractéristiques des canalisations à poser (dimensions, poids, etc...)
d) Tous risques et sujétions pouvant résulter des conditions du présent CPS.
L’entreprise, du fait de sa soumission est réputée avoir parfaite connaissance de
toutes les conditions et difficultés que comporte l’exécution des travaux.
Les prix du bordereau ont un caractère forfaitaire et comprennent :
1) Les frais généraux, et bénéfices de l’entreprise, dont faux-frais, les taxes et
impôts existants, y compris la taxe sur la valeur ajoutée.
2) Tous les frais de transport, de main-d’œuvre ou autres ;
3) Tous frais de main-d’œuvre et matériel ;
4) Tous frais résultant du maintien de la circulation sur les voies se raccordant ou
traversant les chantiers, ainsi que les frais résultant de l’occupation temporaire de
la chaussée et le maintien de l’accès normal aux propriétés riveraines ;
5) Tous frais résultant de la signalisation diurne et nocturne des chantiers ;
6) Tous frais d’épuisement et blindage s’il y a lieu ;
Eventuellement les frais de timbre et d’enregistrement.

Page - 62 -
BORDEREAU DES PRIX – DETAIL ESTIMATIF

TRAVAUX D’ELECTRIFICATION & ECLAIRAGE PUBLIC


Projet de Construction de Logement Sociaux
Page - 63 -
« LOTISSEMENT ZOHOUR »
A TAMANSOURT - MARRAKECH

ETABLI PAR LE BET : VU PAR LE CHEF DE PROJET DU MAÎTRE D’OUVRAGE


SONA-ETUDES CASABLANCA LE CASABLANCA LE …………………………………………

LU ET ACCEPTE PAR L'ENTREPRENEUR


LA SOMME DE T.T.C: ………………………
.............................................................................

APPROUVE PAR LE DIRECTEUR GENERAL


DU MAÎTRE D’OUVRAGE/CASABLANCA LE,…….....................

Page - 64 -

Vous aimerez peut-être aussi