Vous êtes sur la page 1sur 3

TELO

PLUS DE 100 ARTICLES MARO SAMIHAFA


JEREO HATRAMIN'NY FARANY SAO MISY MAHASOA ANAO
BOUTIQUE AYANAH SHOPPING sur la descente vers Mascar Andravoahangy (faran’ny
tamboho gasy) à gauche avec plaque AYANAH SHOPPING / parking assuré

La colonisation française

L'immixtion des amiraux français dans le domaine politique suivie d'interventions militaires
à l'intérieur des frontières de la nation, allait aboutir à la signature des traités de 1862 et
de 1874 plaçant le Vietnam sous la tutelle de la France (en septembre 1858 une flotte
française conduite par l'amiral Rigault de Genouilly s'empare de la baie de Danang -
francisée en Tourane).
Le royaume fondé par l'empereur Gia Long (qui règne de 1802 à 1820) fut intégré dans
une entité géographique appelée « Indochine française » englobant deux autres pays : le
Cambodge et le Laos.
Pour des raisons de commodité administrative, le Vietnam était aussitôt scindé en trois
parties : le Tonkin au Nord, l'Annam au Centre et la Cochinchine au Sud. Tandis que la
Cochinchine était directement gouvernée par les autorités françaises en tant que colonie,
le Tonkin et l'Annam, devenus protectorats français, conservaient une certaine autonomie
incarnée par un empereur, descendant des Nguyen, qui détenait un pouvoir plutôt
symbolique.
Cette abdication de la souveraineté nationale devait entraîner les patriotes vietnamiens
dans une lutte sans répit contre la France, lutte concrétisée par de nombreux et fréquents
soulèvements armés à travers tout le royaume. De Phan Boi Chau à Hô Chi Minh, chacune
selon ses possibilités, à sa manière et sur sa voie, plusieurs révoltes ont eu lieu. Les
résistances vietnamiennes à la colonisation française se sont succédées, des révoltes et
jacqueries paysannes à celles des lettrées. Mais ces divers mouvements ont été tous
réprimés car ils étaient mal organisés.
Il a fallu attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour voir le Vietnam accéder à
l'indépendance à la faveur de la conjoncture internationale.

Le recouvrement de l’indépendance

En 1940, l'Empire du Japon envahit l'Indochine française. Un traité franco-japonais de


cessez-le-feu est finalement signé, l'Indochine demeurant pour la durée du conflit un lieu
de transit pour les soldats japonais. Les forces françaises sont tolérées par l'occupant
japonais car elles ne disposent ni d'un armement moderne ni d'un soutien de la métropole,
l'Etat français étant officiellement neutre. En 1941, le Parti communiste indochinois crée
la ligue Viet Minh (Ligue pour l'indépendance du Vietnam), dont Hô Chi Minh prend la tête.
En 1945, l'administration mise en place par Vichy est toujours en fonction en Indochine
française. Le 9 mars 1945, craignant une incursion alliée en Indochine, l'occupant japonais
réalise un coup de force contre les Français, nettoyant toute l'Indochine française de toute
présence administrative et militaire française. Les forces armées françaises sont
attaquées par surprise. Les civils et militaires français sont emprisonnés (les femmes et
les enfants) ou massacrés (les hommes et les métis eurasiens). Un chaos politique
s'ensuit : le 11 mars, l'empereur Bao Dai, collaborant avec les Japonais, proclame
l'indépendance et la réunification du pays. Le 10 août, le Viet Minh entre en conflit ouvert
avec les Japonais. Le 15 août le Japon annonce sa capitulation. A partir du 17 août, le
Viet Minh prend le pouvoir à Hanoï au cours de l'épisode connu sous le nom de «
Révolution d'Août ». Le 2 septembre 1945, sur la Place Ba Dinh à Hanoï, Hô Chi Minh
proclame l'indépendance de la République démocratique du Vietnam. L'empereur Bao
Dai, ayant abdiqué, devient « conseiller spécial » du premier gouvernement de la
République. Les troupes françaises réinvestissent l'Indochine à l'automne, tandis que
l'armée de la République de Chine occupe le Tonkin.
Ce n’est que dix ans plus tard, c'est-à-dire le 4 juin 1954, que le Gouvernement de la
République Française avalisait juridiquement l’indépendance du Vietnam après la défaite
de Dien Bien Phu qui marquait la fin d’une période d’affrontements parfois sanglants entre
le Viet Minh et l’armée coloniale. Le Vietnam, par voie de conséquence recouvrait
légalement à cette date ses frontières historiques, telles qu'elles figuraient dans les relevés
topographiques officiels de 1862.

La résistance anti-américaine et la guerre Nord – Sud (1954 – 1975)

La grande joie du peuple vietnamien fut de courte durée. En effet, le destin du pays n'en
était pas pour autant sceller: un mois plus tard, le 21 juillet 1954 exactement, la Conférence
de Genève, entérinant les accords de cessez-le-feu intervenus entre la France et le Viet
Minh, décrétait la scission du territoire national en deux portions à peu près égales, selon
une ligne de démarcation constituée par le 17ème parallèle, approximativement à la
hauteur.
Les provinces se trouvant au Nord de cette rivière relèveraient de la Rivière Ben Hai, dans
la province de Quang Tri (Centre Vietnam).désormais de la «République Démocratique
du Vietnam» qui est communiste, tandis que les territoires situés au Sud allaient passer
d'abord sous la juridiction de l'État du Vietnam, ensuite sous celle de la République du
Vietnam fondée le 26 Octobre 1955, placée sous l’influence américaine.
S’est alors ouverte une période de guerre atroce opposant le Vietnam du Sud, secondé
par les Etats-Unis, au Vietnam du Nord, aidé par la Chine et l’Union Soviétique, causant
la mort de millions de personnes. 20 ans après, suite au retrait des troupes américaines,
le pays est réunifié en 1975 et passe dans son intégralité sous le régime communiste qui
perdure jusqu’à nos jours.

La période contemporaine

Après une courte période de repli sur soi et d'économie planifiée depuis la réunification du
pays, le Vietnam a commencé à s'ouvrir vers l'extérieur depuis 1986, avec l'adoption de
la politique dite de renouveau, politique qui a rapidement sorti le pays des difficultés
économiques et diplomatiques. Le rétablissement des relations avec les Etats-Unis est
amorcé en 1992, avec le lever de l'embargo. Le Vietnam est devenu membre à part entière
de l'Association des pays de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) en 1995, de l’Association de
Coopération Economique Asie Pacifique (APEC) en 1998, et de l’Organisation Mondiale
du Commerce en 2006.
Sur le plan extérieur, le Vietnam poursuit depuis l’ouverture une politique axée sur la
diversification et la multilatéralisation de ses relations internationales ainsi que sur une
intégration active à la vie internationale.
Depuis quelques années, l’on assiste à un rapprochement de plus en plus marqué entre
Hanoï et son ancien « ennemi impérialiste », les Etats-Unis.