Vous êtes sur la page 1sur 122
Kati Cavalieros — Michel Malherbe PARLONS HONGROIS Editions L’Harmattan 5-7, rue de !Ecole-Polytechnique 75005 Paris COLLECTION DIRIGEE PAR MICHEL MALHERBE Déja paru dans la collection : MALHERBE M., TELLIER O. et JUNG WHA C. “Parions coréen”, Ed. L’Harmattan, 1986. CEuvres en préparation ou a l'étude : Le wolof, lindonésien, l'ourdour et le persan. POURQUO! ET COMMENT APPRENDRE LE HONGROIS Budapest, la capitale de la Hongrie n'est qu’'a deux heures ‘d’svion de Paris, par l’'autoroute la distance est de 1500km, en train (fOrient Express) il faut compter 22 heures | Maigré ce relatif éloignement, le voyageur n’éprouve pas de grand dépaysement au contact de la cutture hongroise. La langue cependant constitue une barridre : le hongrois est lune des rares langues d'Europe a ne pas étre indo-européenne, il partage cette particularité avec le basque, le finnois et le turc notam- ment. Le but de ce livre est de donner une initiation a la langue hon- groise, non pas pour des linguistes ou des universitaires, mais pour des hommes d'affaires ou des touristes cultivés qui s’efforcent, av travers de la langue, de mieux comprencre loriginalité d'un peuple et de sa culture. 3 Si les sources linguistiques du hongrois nous plongent au fond des steppes asiatiques, le peuple qui le parle est enraciné depuis prés de 1000 ans en Europe Centrale, ce qui a provoqué une pro- fonde symbiose avec ses voisins slaves ou germaniques. Chamiére entre l'Est et l'Ouest, la Hongrie a toujours fait preuve d'un penchant pour l'Occident ; méme son climat subit encore une influence atianti- que et reste relativement peu continental. Au cours de sa longue histoire, la Hongrie a connu bien des pé- riodes houleuses, alternant les aspirations libérales et les éres auto- 7