Vous êtes sur la page 1sur 1

DÉCOUPAGE SÉQUENTIEL DE LA SÉRIE

DU MIOCÈNE MOYEN DE LA RÉGION DU CAP BON


(TUNISIE NORD-ORIENTALE)

Narjess EL-EUCH *, Mohamed BEN CHELBI *, Mohamed OUAJA **


et Fouad ZARGOUNI *
* Faculté des Sciences de Tunis, Campus Universitaire 1060 Tunis, Tunisie. / narjesseleuch@mail2world.com
** Office Nationale des Mines, 24, Rue 8601 La Charguia, 2035 Tunis, Tunisie.

Introduction
Les dépôts miocènes affleurant largement en Tunisie ont posé depuis longtemps des problèmes ardus quant à leurs études aussi bien d’ordre
stratigraphique, que tectonique. Ceci est due d’une part au fait qu’ils se sont déposés durant une époque à intense activité tectonique et d’autre
part à leur nature détritique à prédominance azoïque.
Tous ces facteurs ont ainsi conféré à cette série une complexité retrouvée au niveau du secteur d’étude qui correspond à la région du Cap Bon
(Tunisie nord-orientale).
L’étude de la série du Miocène moyen s’est basée sur une analyse sédimentologique fine des différents faciès. Celle ci nous a permis une
reconstitution des différents paléoenvironnements de dépôt et des différentes discontinuités qui les séparent, permettant ainsi un découpage de
la série en 4 séquences de dépôt de troisième ordre.

TST1

LS1

a-Base ravinante de la séquence S1 b- Stratifications obliques / horizontales c- rides de vagues d- paraséquences régressives asymétriques ( T: faciès transgressif ; R: faciès régressif)

Séquence S1
La séquence S1 est marquée à sa base par une discontinuité régionale, matérialisée par une surface
ravinante (a) et par un conglomérat polygénique, correspondant à une lacune stratigraphique. Cette
surface est surmontée par des calcaires bioclastiques riches en fossiles benthiques (Oursins,
Bryozoaires, Pectens…) de la formation Aïn Grab d’âge langhien moyen. Ces calcaires seraient déposés
dans un milieu marin peu profond, sur une plate-forme de type rampe et sont attribués à un cortège
transgressif (TST). Le sommet de ces calcaires est tapissé par une surface durcie condensée, perforée
et ferrugineuse correspondant à une surface d’inondation maximale (MFS).
Ces calcaires sont succédés par des argiles vertes à glauconie et à foraminifères planctoniques de la
formation Mahmoud d’âge langhien supérieur. Ces argiles seraient déposées dans un milieu marin
relativement profond et sont attribuées à un cortège de haut niveau marin (HST1). e- Faciès de plage surmonté par un faciès
Au niveau du flanc nord (Coupe C), de la principale mégastructure anticlinale du secteur d’étude, ces coquilliers grossiers des bermes de
tempêtes
argiles passent progressivement à des barres sableuses grano-stratocroissantes à stratifications obliques
et à stratifications planes horizontales (b), attribuées à la formation Beglia d’âge langhien supérieur. Ces
barres montrent une évolution verticale de faciès d’un environnement de « shoreface » à la base vers
un faciès de plage au sommet. Ils sont attribuées à un cortège de haut niveau marin supérieur (HST1).

Séquence S2
La séquence S2 est représentée par la formation Birsa d’âge serravalien inférieur. Au niveau du flanc sud
de l’anticlinal de Jebel Abderrahmane, cette séquence est formée à sa base par des grès à stratifications
planes correspondant à un faciès de plage et attribués à un cortège de bas niveau marin (LST2).
Le cortège transgressif (TST2) est représenté par un niveau condensé à rides de vagues (c). Ce niveau
passe latéralement dans le Golfe de Hammamet (off-shore) à un terme carbonaté.
Le cortège de haut niveau marin (HST2) est représenté par une succession de paraséquences f- Détail du faciès coquillier des bermes
granocroissantes et stratocoissantes, asymétriques et régressives (d). L’exemple le plus représentatif de tempêtes de haut de plage
présente de la base au sommet :
- Un intervalle transgressif représenté par un niveau argileux peu épais d’avant côte
- Un intervalle régressif présentant successivement
¾ Des bancs de grès à laminations planes de plage (e);
¾ Une barre de grès grossiers à Ostrea, correspondant à un faciès des bermes de tempêtes de haut
de plage (f);
¾ Un niveau à Ostrea en position de vie correspondant à un environnement de lagune (g).

Séquence S3 g- Détail du faciès lagunaire

La séquence S3 correspond à l’installation d’un appareil deltaïque à influence de houle et de marée,


L’enchaînement vertical des différents formant une partie de la formation Saouaf d’âge serravalien supérieur-tortonien inférieur.
faciès se fait d’une manière distincte
sur les deux flancs de l’anticlinal de Cette séquence présente à sa base une épaisse série argileuse à Oursins et à figures de tempêtes
Jebel Abderrahmane. distales correspondant à des dépôts distaux de prodelta. Elle est attribuée à un cortège transgressif
(TST3).
-Flanc nord : le passage des argiles
planctoniques (HST1) vers le corps Le cortège de haut niveau marin (HST3) est représenté à la base par un système progradant régressif
sableux sus-jacent se fait d’une du front deltaïque, organisé en une suite de paraséquences grano-stratocroissantes. Le stade ultime de
manière progressive (i); la régression est atteint par l’installation d’une plaine deltaïque matérialisée par des argiles à lignites
incisées par des chenaux et des barres d’accrétions latérales (h) caractéristiques d’un système fluviatile
- Flanc sud : le passage se fait d’une méandriforme.
manière brutale et discontinue et cette
h- Argiles à lignite traversées par des
surface aura ainsi la valeur d’une limite
de séquence (j).
Séquence S4 barres d’accrétions latérales

La séquence S4 correspond à l’installation d’un deuxième appareil deltaïque à influence de houle et de


Phénomène de régression marée. Cette séquence est tronquée par une discordance angulaire des dépôts marins transgressifs
forcée due à une baisse du pliocènes.
TST1 HST1 niveau relatif de la mer
provoquée par l’effet d’une
tectonique locale Conclusion
L’analyse séquentielle de la série du Miocène moyen a permis de mieux cerner l’agencement et
i- Flanc nord
l’évolution, aussi bien verticale que latérale des différents corps sédimentaires et des différentes
S1 S2 discontinuités qui les séparent. Celles ci seraient liées aux variations eustatiques et/ou
TST1 HST1
LST2
tectoniques locales ou régionales.
En effet, la discontinuité à la base de S2 serait liée à un phénomène de régression forcée liée à
l’effet d’une tectonique locale.
LST2 En plus, la discontinuité à la base de S3 est liée à un hiatus sédimentaire important bien
représenté par la réduction d’épaisseur jusqu’à la disparition des séquences S1, S2 et même la
HST1 base de S3 au niveau de la coupe A. Cette discontinuité témoigne de l’effet d’une importante
i- Flanc sud faille régionale traversant le golfe de Tunis.